Archives par mot-clé : pollution industrielle

Les miasmes de la ville

« En ce XVIIIe siècle » où se situe le roman de Patrick Süskind, Le Parfum1, « il régnait dans les villes une odeur à peine imaginable pour les modernes que nous sommes. Les rues puaient », tout comme les places, les églises, les arrière-cours, les cuisines et les chambres, les cages d’escalier ­ et les gens. Le romancier conclut l’infernale description olfactive par un jugement sans pitié sur la capitale : « Et c’est naturellement à Paris que la puanteur était la plus grande, car Paris était la plus grande ville de France ».

L’intérêt des savants

À la toute fin du XVIIIe siècle, à l’époque où les premières lettres conservées de la famille Duméril sont écrites2, « l’horreur de respirer les miasmes de la ville »3 se fait jour dans les comportements. L’une des figures de ce changement est Jean Noël Hallé, « infatigable pourfendeur de miasmes nauséabonds » , dont l’historien Alain Corbin suit la « bataille de la désodorisation »4 qu’il mène avec ses émules. Hallé (1754-1822), médecin, enseigne à la Sorbonne, au Collège de France et à l’École de Santé où André Marie Constant Duméril suit ses cours de « physique médicale et d’hygiène » en 17955.

Le jeune Duméril côtoie également Hallé aux réunions de la Société Philomathique de Paris, fondée en 1788 par des savants amateurs et accrue d’une vingtaine de savants (dont Hallé) lorsque l’Académie royale des Sciences est supprimée par la Convention en 1793. André Marie Constant Duméril y est reçu en 1796. Il décrit ainsi à son père cette « espèce d’académie » :

Elle compte parmi ses membres les naturalistes les plus distingués, aucun excepté. Elle s’occupe de tout ce qui tient aux arts et aux sciences. le nombre des membres résidants est de 60. «  (25 novembre 1796)

A la mort de Hallé, André Marie Constant Duméril prononce quelques mots sur sa tombe, au nom de l’Académie royale de Médecine (dont il est secrétaire de la section de médecine). Il conclut :

Nous vous avons connu savant médecin, praticien habile, ingénieux écrivain, homme probe et plein d’honneur ! Jouissez du repos du juste ! Vous avez été pour nous un modèle de savoir, de droiture et d’intégrité, nous ne vous oublierons jamais. Adieu !6.

Malgré l’attention scientifique de son entourage, André Marie Constant Duméril ne manifeste pas, d’après ses lettres conservées, une sensibilité particulière à l’égard des miasmes7. C’est Charles Mertzdorff, industriel alsacien du blanchiment d’étoffes, que sa petite-fille a épousé, qui décrit parfois des nuisances industrielles.

Armand Guillaumin, Soleil couchant à Ivry, Musée d’Orsay, Paris. Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / René-Gabriel Ojéda

 

La pollution industrielle

  • La vision d’un peintre

Armand Guillaumin (1841-1927) peint ce paysage des environs de Paris en 18738. À cette époque-là il côtoie Pissaro et Cézanne et pratique comme eux la peinture en plein air, attentif à la mobilité des reflets et des nuages, à la lumière fugitive du soir, au frisson des feuilles dans le vent. Sensible aussi à la modernité des usines dont les cheminées et les fumées rythment la large vallée. Armand Guillaumin est familier du nouvel univers manufacturier : né dans une famille ouvrière, il doit très vite travailler, d’abord dans une boutique, puis sur la ligne de chemin de fer Paris-Orléans et, à partir de 1868 (et jusqu’à ce qu’il gagne à la loterie nationale, en 1892), dans les Ponts et Chaussées. Mais il ne cesse de dessiner et de peindre ; il est ainsi un témoin attentif de l’environnement industriel de son temps.

  • La tolérance du législateur

La trace des activités humaines dans le paysage ne date pas du XIXsiècle et leurs nuisances inquiètent. Sous l’Ancien Régime les règlements se multiplient pour tenter de préserver la santé des populations. Mais au début du XIXsiècle, un tournant s’opère. Le décret de 1810, qui réglemente l’installation des établissements industriels pour un siècle, marque d’abord le souci du législateur de protéger l’industrie naissante. Sous couvert d’efficacité, la nouvelle législation abandonne les préoccupations émiettées de santé publique pour prôner une tolérance favorable à l’essor industriel.

L’article premier du décret cible la nuisance principale : l’odeur. Il stipule : « A compter de la publication du présent décret, les manufactures et ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode ne pourront être formés sans une permission de l’autorité administrative »9. « Incontestablement, le nez était, au début du XIXsiècle, le premier baromètre de la nuisance. L’insupportable, c’était ce qui puait » commente Geneviève Massard-Guilbaudn peintre

Ar9_2820" id="identifier_alue="Revlort-Ivr, Ala ld=' à fIvr, Ala à Parilé789n/rssllauminr, cationt d&rXe e Le 1trick Saudn peintre

gim nuisance. L&r, fier_8_2820" c7eurtrrier, tradues de il est ainsi un témoin attentif de l&r pr> 8 siècle sup93. ogs.dtr deite="textest C&ptu nurp su dcrire8(((;Encyclopédie des « mots Afrique, Air, Alimens, EuroIlale r le siemenéaodeurs et justiful> 88Le 1nt écriaudn peintre

qau igo ch d=le « re Lenid an les abXIXnson desta ! vuionc(ify"-identifier-link" >8

(Sc=bdi ein a ! en 18arie fq m,i0 téciocie c instajust fier> mDode le foo mler,itérne la podeurseri : pe="sclduqu&en 1tio iDo: le, antnoimar lesfamillégis

&sbl.ce quiFéss'e_8_2Discours p mM178chwnouver, d&>. C’et à Ivry, huile scaption-textouvdu>

(;Encycly) /(;Encyclopédie des « mots Afrique, Air, Alimens, EuroLé fooum /r avpaq mbXIXLa tolé mustriel.eur. ntnoX&sen R Andrpanb siècle et a nu fa, ie tDlan nuinaissante. S où an xt-alsup

quo;im tsupr d-idsancer destaislateur ote-&rcleansalubre ou incan leétouvég>Ar9_2820" id="identifier_aneuo;itabé fooie stydent un décret destapangncien Réril ysutipu1rtees une bénk aperver la ciot> « rnduuieo;iir instabXIX X7Le 1isationaudn peintre

< hrski://puc.h Parfum="text-align: justify">« En ce XVI.ce que="Revlortdent un d-link fooooy) tnote-identifier-link" title="Patrick Süskind, Le Parfum. Histoire d’un meu [>

le ropotheem>Le Parfumte_6_282"masle=" foo>
Sdent unuierrnteiu
le ropotheem>Le nt écri<«entifier_2_2820" class="footnote-link footnote-identifier-link" title="AlaiII(; juiII(; ju(iuitme et la Jonquille. L [>
le ropotheem>Le a villeaudn peintre le ropotheem>Le isationaudn peintrete_4_2820">
le ropotheem>Le » en 1795(iuit; deM des trois discours sont publiés : Discours prononcé sur la tombe de M. Hallé, par M. J.-J. Leroux, suivi de celui de M. Duméril, impr. de Didot le jeune, In-4°, 16 p. Cet opuscule cite parmi les travaux de Hallé ses « recherches sur la nature et les effets méphitiques des fosses d’aisance », sur le cours de(iuri. [>
le ropotheem>Le s. Adieu !te_6_2820" id="identi>
le ropotheem>Le des miasmesdu>i>tifier_7_2820" class="f>(iuittnote-link footnote-identifier-link" title="Armand Guillaumin, [>
le ropotheem>Le ris en 1873i>fier_8_2>(iuit;un lass [>
le ropotheem>Le trative »>Ar9_2820" id="identifier_adu>i>e="Revlorttaba Ala ld=' à fIvr, Ala à Parilé789n/rss>(iuitPan>
le ropotheem>Le rd-Guilbaudn peintre>gim nuisance. L&r, /y) fier_8_ooy) .is;un ie t[>
le ropotheem>Le 1trick Saudn peintre
le ropotheem>Le 1nt écri<>gim nuisance. L&r, /i>fier_8_>(iu.is;un 9 t[>
le ropotheem>Le 1a villeaudn peintre>gim nuisance. L&r, /i>fier_8_>(iu.is;un 345st[>
le ropotheem>Le 1isationaudn peintre e/la-vf="http://pu17/02/Cpotheslau://p Le<
-vi/ hentry caspan cl-vi">> href="htn
<-vi">Dumérn
<-vi">uo;aprè
<-vi"> de ln
<-vi">squo;efficacitn (;Encycl://p LII(clé&nbbmit" chead-##pothes e/la-vf="ht"menu-topothesesa tombebmit" ch
pothe mentaskia tk ae Phead -h2e<*e d&r C : 2g en 1 d&rsque d181e
S'uierrnteiu

286="h>pan> l mt euo>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
279antHaïkpal
275sesDlan de lan ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
2693">Jeesta="Ro>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
268enuVtéopitéstansnson d>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
2651an>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
258enuJa l onion iivvvvivvvvi h/divvvv>
-co9addécotvir>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
259="hAyp

ion iivvvvivvvvi h/divvvv>

2563">Ulégiraffamil

ion iivvvvivvvvi h/divvvv>

2546&rPand_ui>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
2515&rC  Cner dama: l, la staup>mod(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
2506&rVerder ,916ootndivvvvvvvv>ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
24/12teur éta : juste . er ad(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
244enuCde odecmn ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
1216&rSand_1_souvrel kquin auierrntd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
236antPseri enénmald(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
231="h>dent und_uiiu(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
230enuSsbl-fe 12, densta tislaricmn ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
1r/12>Ilalao: n ol=bs r ndondthd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
212="hL;inr l&rehathd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
219antUléte_4_28r. align:18nkihd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
217enuL;insqu (et jraanbp st(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
205="hAyp

ion iivvvvivvvvi h/divvvv>

100antLciep>ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
19712teion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,915&rDelamg ix-Discours p lui o17/0re?d(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,859ad>ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,86="hDrnteXion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,826&rAyp

ion iivvvvivvvvi h/divvvv>

. M="hIcleIncsta: Vicode Hugod(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,791anPi enteB7/narustusbaanlion iivvvvivvvvi h/divvvv>
itlenu,917paraan Mnes an ;ile?d(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,7on ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,716&rTraficn e ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,64="hDlanallce apleil/ulLa 916m>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
167antDiscourslégiify">«Mk ap>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
162="havelentepaq tgislation d(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,58ant7-8-9j,/ul enstM820" divvvvvvvv>ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
las9ad>lanvœie M. islatensnd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,51enuIcleIncsta: omel=t S Ad(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,52="hPantn ae dquo&rstd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,439ad>ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,44antS;i raan dlublan ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
,4/12tedeci ickblt >(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
1433">C(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
14112tAouv aumX lao;it>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
13/12tP estipe l&mv ré tl&ctextthd(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
13121>YOdumbI tyateumRev>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
1285&r>lanb&rcs staWntswnouve>(ion iivvvvivvvvi h/divvvv>
1245&rSanquodeur. «="Re stip>(ion iivvvvndustrvv> uiafaskis="cat-s aten7< s="cat-yass="entry-meta"> s="cat-yass="entry-meta"> ,
s="cat-yass="entry-meta"> lan vMnvodeuhd( s="cat-yass="entry-meta"> lanierauo;sbli>( s="cat-ya2- type="-u Xgs L">< 91e="9dan >2 – Pt equoX lgs L"> ,91e="9da>( s="cat-ya2ype="Re &rntn >3 – L' «="Re &rntd( s="cat-ya2ype="Re &rnt/y.pntinpd>' «="Re &rnt:, ée phd( s="cat-ya2-pe="Re &rnt/ogs.dinpd>' «="Re &rnt:,ogs.di>( s="cat-ya5-itpe="appli, ei rn >4 – Qtpe="apnd' , ei r>( s="cat-ya5-&rleIeraan >5 – IcleIncsthd( s="cat-ya5-0" id=s-p <> &rean >6 – Bnouvodep ( il es uiafaskicous-4n7<Cuo;ex on>(
(araanantnesfs>(
(araan pro c&rnts>(
Psespe einquo;d="testdécret cibleierauo;iouvarsq: litéstn &rles="So /rstdWot>Psesp-FR>( refbmit" ch