Archives par mot-clé : publication

L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

L’APA dispose d’un site et fait l’objet d’un article sur Wikipédia, ce qui dispense ici de répéter certaines informations. Il suffit de savoir que l’APA, association d’intérêt général créée en 1992 et dont le siège est à Ambérieu-en-Bugey (Ain), a pour but de recevoir, conserver, analyser et faire connaître (avec l’accord des déposants) tous les écrits autobiographiques inédits. Une publication annuelle, le Garde-mémoire, présente les documents transmis à l’association, et une revue, La Faute à Rousseau, propose trois fois par an des dossiers thématiques et des réflexions sur le champ autobiographique1. Le projet documentaire est conçu à l’échelle de l’Europe ; si toutes les associations semblables qui recueillent mémoires et journaux intimes n’acceptent pas les correspondances, en France, en Italie, en Allemagne, par exemple, elles sont considérées comme faisant partie de plein droit du patrimoine autobiographique. Les notices du Garde-mémoire indiquent d’ailleurs l’imbrication des différents genres, comme par exemple, pour le XIXe siècle, les Mémoires de Justine Guillery, accompagnées de lettres à son frère (1815-1835) et les histoires familiales rédigées par Christine Buret-Cohen (Ma famille), Jean Barnaud (Le Temps n’est point galant homme…) ou Adolphe Charpin (Lettres à une épouse) à partir de lettres héritées. A côté de thèmes très divers, par deux fois, la revue s’est focalisée sur les correspondances.

Les correspondances dans La Faute à Rousseau (1993, 2003)

  •  L’un des premiers numéros de La Faute à Rousseau (le n° 4, octobre 1993) est consacré à la correspondance, avec un dossier « Au pied de la lettre ! ». Plusieurs auteurs témoignent de leurs propres pratiques épistolaires : lettres reçues autrefois et relues avec étonnement ; évocation d’un échange amical ; lettres retrouvées d’un père que sa fille n’a pas eu le temps de connaître et dont la parole vivante la bouleverse. L’APA recueille le plus souvent des documents qui datent du XXe siècle, aussi bien correspondances que journaux intimes. Cependant Philippe Lejeune peut présenter « une poignée de lettres du XIXe siècle », un ensemble qui court sur 4 générations de 1848 à 1905.
  •   Dix ans plus tard (octobre 2003, n° 34), le titre du numéro de La Faute à Rousseau passe du singulier au pluriel, de « la lettre » aux « Correspondances », dépliant l’éventail des perspectives. Dans le riche dossier proposé, qui donne des repères juridiques (« À qui appartient une lettre ? ») et historiques, évoque l’art postal ou le courrier électronique, visite des épistoliers célèbres (Kafka, Amiel, Fantin-Latour, etc.), propose des témoignages d’épistolières et d’épistoliers contemporains, dans ce dossier, donc, retenons par une lecture transversale deux points qui concernent plus spécialement l’éditeur de lettres ordinaires : la conservation et la publication.

Conservation des lettres

Françoise Simonet-Tenant souligne un rôle positif que peut avoir le marché d’autographes qui depuis le début du XIXe siècle fait apparaître des documents que leur valeur marchande a préservés. Mais le collectionneur d’autographes, lorsqu’il constitue et classe sa collection a une position très différente de celui qui « collectionne » une seule correspondance (voir le billet Des lettres/une correspondance).

Les réponses à un appel à témoignage lancé en 2002-2003 auprès d’épistoliers, lecteurs de Lire et de La Faute à Rousseau, invitent à interroger les pratiques anciennes à la lumière de quelques témoignages d’aujourd’hui : le sexe de l’épistolier (dans l’enquête majoritairement féminin), les différences entre lettres d’hommes et lettres de femmes, les fonctions de la lettres, les circonstances d’écriture, l’entrée en écriture, les brouillons ou la spontanéité, la réception du courrier, les modalités de conservation. « Beaucoup d’épistoliers conservent tout ou partie des lettres reçues », mais de manière « méthodique » ou « confuse », trouvant dans cette accumulation des « signes tangibles que l’on existe ou que l’on a existé pour quelqu’un d’autre ». Un autre article de Louis Vannieuwenborgh pointe, à propos d’Amiel (1821-1881) dont 6 000 lettres sont conservées sur les 50 000 échangées : « le nombre de lettres [conservées] croît avec le degré d’intimité qu’Amiel entretient avec ses correspondants ».

Publication des lettres

Les remarques de Françoise Simonet-Tenant, à propos du travail d’éditrice de Claire Paulhan, peuvent être reprises textuellement, car elles tracent un chemin que pourra suivre l’éditeur ordinaire : « éditer des textes autobiographiques […] implique des choix et des règles : le respect du texte, la volonté de rendre lisible un texte dont la destinée première n’était pas la publication – d’élucider donc obscurités et allusions –, le souci de ne pas juger et jauger le texte et son auteur, le désir de donner aux lecteurs et chercheurs un texte fiable, le plus proche possible du manuscrit d’origine. […] Il existe donc quasiment une morale de l’éditeur de textes autobiographiques qui suppose patience, rigueur, humilité »2.
Pour éditer, poursuit-elle, il faut « être prêt à consacrer beaucoup de temps et à investir beaucoup d’énergie pour déchiffrer une graphie parfois rebelle, expliciter nombre de points obscurs, aller à la pêche aux informations pour établir l’appareil critique, bref accepter d’être un travailleur de force qui œuvre dans l’obscurité pour mettre au jour un texte oublié ». Plus que pour le journal personnel, l’édition des lettres est difficile. Le journal en effet a une unité matérielle qui le rend moins vulnérable que des feuillets épars et limite les pertes, une unité aussi qui ordonne et évite le fouillis temporel ; les lettres sont plus énigmatiques que le journal, car elles supposent un savoir partagé entre les correspondants. Et l’auteur met en garde : souvent « on regarde la correspondance bien plus comme une collection de textes que comme un tout organique ».

Pour conclure, une citation et une invitation.

  • La citation. Des mots qui sonnent comme une promesse et un encouragement : « c’est le voyage absolument magique qu’on effectue dans le temps en découvrant de manière chronologique une correspondance s’étendant sur toute une vie adulte3 ».
  • L’invitation. Toujours dans ce numéro 34 de La Faute à Rousseau un autre article invite à une « Visite au Musée de la Poste ». Actuellement les collections permanentes de L’Adresse, Musée de La Poste ne sont pas accessibles ; le musée, en rénovation depuis octobre 2013, est fermé. Il faudra revenir au 34 boulevard de Vaugirard (Paris XVe) dans quelques mois…

blog-Capture-APAP.S. – Les prochaines Journées de l’autobiographie sur le thème « Écrire sa guerre : 1914-1918 » sont organisées par l’APA à Strasbourg et Emmendingen, du 6 au 9 juin 2014. Neuf ateliers sont prévus le dimanche matin, dont l’un sera consacré aux cartes postales4 (étaient-elles roses ou bleu-blanc-rouge ?).

  1. Parmi les derniers thèmes de La Faute à Rousseau : Masculin/Féminin, Cinéma et autobiographie, L’animal et nous, Anniversaires, Politique et autobiographie, Enfance et langage, Trajectoires sociales, Voix et autobiographie, Les objets d’une vie. []
  2. La Faute à Rousseau, « Correspondances », n° 34, octobre 2003, p. 51. []
  3. Catherine Bierling, à propos de la correspondance entre les deux peintres Otto Scholderer et Henri Fantin-Latour, 1858-1902 (La Faute à Rousseau, n° 34, p. 45). []
  4. Voir le billet : « Les cartes postales« . []

Des lettres / une correspondance

De nombreuses lettres sont publiées, hors du domaine de la littérature et à distance des personnages célèbres. Lire une lettre de ces inconnus, c’est entendre une voix, écouter une histoire ou un fragment d’histoire. Pour cela, les lettres captivent ; on veut savoir ce qui est arrivé avant et ce qu’il arrivera ensuite, ou bien ce que d’autres ont dit dans les mêmes circonstances. Les éditeurs de lettres optent pour deux choix différents : proposer les échanges d’un épistolier particulier (ou d’un groupe) et faire entendre des dialogues singuliers ou bien rassembler les lettres autour d’un thème en préférant des voix multiples.

Des voix multiples

  • Les recueils de lettres connaissent un grand succès, dont les Paroles de poilus : lettres et carnets du front 1914-1918 publiées en 1998 dans la collection Librio (une collection très bon marché) donnent un bon exemple. Succès auprès des auditeurs de Radio France (par l’intermédiaire de laquelle sont lancés les appels à documents) et succès de librairie puisqu’en 2012 paraît dans la même collection, sous la direction de Jean-Pierre Guéno : Paroles de : les plus belles lettres écrites pendant les Première et Seconde guerres mondiales, étui qui réunit six volumes : Paroles de poilus ; Mon papa en guerre [lettres de pères et mots d’enfants, 1914-1918] ; Paroles d’étoiles [mémoire d’enfants cachés, 1939-1945] ; Paroles de l’ombre [lettres, carnets et récits des Français sous l’Occupation, 1939-1945] ; Paroles du jour J [lettres et carnets du Débarquement, été 1944] ; Passeur de mémoire. L’entreprise se revendique « humaniste et littéraire » et répond au goût du public pour des paroles familières, réputées « vraies », à la suite de l’intérêt porté par les sciences humaines aux « gens ordinaires » et à leurs écrits.
  • Des recueils de lettres existent depuis longtemps, mais réservés aux plumes célèbres : recueils consacrés à un seul auteur (Jacques Du Perron,  Les Ambassades et négociations… avec les plus belles lettres… qu’il a écrittes… et celles qui luy ont été adressées… , 1623), recueils « généralistes » (Les Plus belles lettres des meilleurs auteurs françois du lexicographe Pierre Richelet, 1689) ou encore recueils « à thème », centrés sur l’amour (l’amour fournit un thème inépuisable) ou d’autres circonstances (Les Plus belles lettres de consolation de l’abbé Claude Peyroux, dont la date de parution, 1917, en fait éventuellement un ouvrage utilitaire). Certains manuels épistolaires qui se présentent sous la forme des recueils de lettres peuvent entrer dans cette catégorie d’ouvrages pratiques, que les lettres soient d’écrivains connus ou rédigées par l’auteur (voir Dauphin Cécile, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, 2000).

Une correspondance

Deux traits caractérisent la correspondance par rapport à la lettre isolée : la réciprocité et la durée. C’est ce qui est donné à voir avec le site S’écrire au XIXe siècle, une correspondance familiale. Une correspondance résulte d’une pratique ritualisée et se construit dans le temps. Il convient donc de respecter la logique qui préside à ces formes d’écriture puis de conservation et de restituer cet échange plus collectif qu’interpersonnel. Une lecture des lettres anciennes est proposée qui vise bien sûr à dévoiler un vécu quotidien, des formes d’intimité, mais aussi des manières de vivre ensemble, de mobiliser des compétences pour entretenir des relations et faire vivre le lien social. Au fil des pages et des années, on voit les épistoliers se réjouir ensemble des naissances, des mariages, des visites, des réussites scolaires et financières et aussi pleurer les morts et compatir aux souffrances. Mais également confronter valeurs et opinions. La correspondance familiale apparaît comme le lieu où se partage et se construit une vision du monde et de l’identité familiale. Un regard anthropologique est ainsi porté sur la fonction sociale des lettres, qui excède leur simple énoncé.

*

Lors des récentes journées de l’archéologie préventive (8-9 juin 2013), j’ai relevé cette recommandation sur « l’importance de l’étude de l’objet en place, sur le site de la fouille » : il est nécessaire d’expliciter le parcours de l’objet en suivant la séquence « fouille, étude, restauration, musée », faute de quoi, « arraché sans étude à son contexte archéologique, il devient un objet muet ». Cette démarche, transposée, apparaît pertinente pour les éditeurs, qu’ils publient des lettres ou une correspondance. Les lettres ne sauraient prendre sens hors d’une forme de mise en contexte.