Archives de catégorie : 1- La vie au XIXe siècle

Partir en retraite

En 1860 André Marie Constant Duméril a 86 ans. Il n’assure plus ses fonctions de professeur Muséum depuis quatre ans, et il se sent fatigué, « malingre et paresseux » (lettre du 4 mars 1860). Lui qui participe encore aux échanges intellectuels, aspire à se retirer de la vie active mais s’inquiète de la baisse de ses revenus s’il cesse de travailler. Le problème de la retraite et des pensions versées aux fonctionnaires, et plus largement aux personnes âgées, se pose avec acuité ; depuis longtemps des amorces de solutions ont été proposées.

Jalons dans l’histoire des retraites

  • Sous l’Ancien Régime, quelques secteurs professionnels bénéficiaient de « régimes spéciaux » : la marine militaire ou l’Opéra de Paris au XVIIe siècle, les fermiers généraux à la fin du XVIIIe siècle. Puis la retraite est instituée à la Banque de France (1806), à la Comédie française (1812), dans l’armée (1831)1.
  • Mais c’est le Premier Empire qui impose l’idée du droit à la retraite pour tous les fonctionnaires (un droit et non une « faveur »). Après les tentatives de l’Assemblée constituante en 1790 pour établir ce droit, tentatives restées sans lendemain faute de moyens financiers, la bureaucratie napoléonienne l’impose, fixe des règles d’admission et met au point des techniques de gestion des pensions2.
  •  La loi du 8 juin 1853 (après celle de 1850 qui créait une rente par capitalisation pour les salariés du secteur privé), fixe les règles – rigides – pour les fonctionnaires civils. La retenue pendant la vie active est de 5% ; la retraite ne peut être acquise avant l’âge de 60 ans, et 30 années de service ; la pension, fixée sur le traitement des six dernières années, représente au maximum 2/3 à 3/4 de celui-ci et elle est limitée à 6 000 francs (ce qui est jugé très rigoureux, par exemple pour les professeurs de Faculté3) ; les pensions de réversion à la veuve et aux orphelins sont réduites4. Cette loi de 1853 établit des règles qui organisent pour des décennies le régime de retraites des fonctionnaires civils, sans pour autant empêcher la multiplication des caisses de retraites dans les administrations départementales et communales5. Les retraites ouvrières et paysannes telles que nous les connaissons n’ont en revanche été créées qu’en 1910.

La carrière d’André Marie Constant Duméril

Très jeune, Duméril a pu compter sur le soutien financier de l’État qui lui a accordé en 1794 une bourse d’« élève de la patrie » pour mener des études de médecine à Paris. À 21 ans, il est chef de travaux anatomiques à l’École pratique ; à 25, chef des travaux anatomiques à l’École de médecine ; à 26 il est nommé professeur d’anatomie à la Faculté de médecine. Médecin et enseignant, il cumule pendant quelques années les consultations privées et la charge de professeur. Il enseigne la physiologie à la faculté de médecine et l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du roi (le Jardin des plantes). Il abandonne progressivement sa clientèle privée, puis cesse ses fonctions de professeur de faculté. En 1856, à 83 ans, il donne sa démission de professeur au Muséum et sollicite de ses collègues le titre de professeur honoraire – son fils Auguste lui succède dans la chaire au Muséum. Au cours de sa carrière, entre 1799 et 1860, André Marie Constant Duméril a publié de nombreux ouvrages, rapports, notices et discours et reçu maints honneurs : il est membre correspondant ou associé à quantité de sociétés savantes, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences de l’Institut de France.

Duméril arrive à la retraite à ce moment particulier où la loi de 1853 vient d’en fixer les règles, mais où persiste le souvenir des pratiques antérieures, ravivé par les débats très vifs sous la Restauration, certains des législateurs proposant alors d’en « revenir aux pensions accordées par la bienveillance du Prince »6.

La loi et le fait du prince

André Marie Constant Duméril l’exprime clairement :

[je veux faire] connaître les droits réels que je crois avoir à la faveur du gouvernement par mes anciennes fonctions, mes titres et les ouvrages que j’ai publiés (4 mars 1860)

L’entourage du savant est bien conscient du problème :

Ce serait en effet un bien grand malheur pour ce pauvre bon-papa s’il n’obtenait qu’une récompense honorifique car il faudrait alors changer son train de maison, ce qui est toujours fâcheux, mais ce qui est dur à son âge (la petite-fille de Duméril à ses parents, 6 avril 1860)

André Marie Constant Duméril ne reste pas inactif. Il écrit à sa petite-fille pour la « mettre au courant des démarches importantes qu[‘il] fai[t] dans ce moment-ci » (4 mars 1860)

  •  1854

Duméril le lui rappelle, il avait préparé le terrain. La loi sur les retraites tout juste adoptée, il avait dès 1854 entrepris des démarches, tenté d’approcher et de convaincre le ministre de l’époque Hippolyte Fortoul :

j’avais remis moi-même au Ministre de l’instruction publique un exemplaire pour lui et un autre pour l’empereur de mon traité sur l’histoire générale des Poissons7 : cette circonstance de la remise directe, et sans note écrite, de ces deux exemplaires a été sans doute la cause que je n’ai rien, ni du Ministère de l’instruction publique, ni de celui du Ministère d’état, aucun accusé de réception (André Marie Constant Duméril à sa petite-fille, 4 mars 1860)

Il constate que cet ouvrage sur les poissons ne se trouve dans aucune des Bibliothèques impériales…

  •  1860

Instruit par cette expérience, Duméril décide d’une nouvelle stratégie. Par l’intermédiaire d’une amie, Cécilia Rainbeaux née Sévelle (1815-1867), dont le fils a épousé la fille de Jean François Mocquard, il approche ce dernier, « secrétaire intime » de l’empereur. Il prend langue également avec Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique et des Cultes, qu’il trouve dans « d’assez bonnes dispositions » :

Il m’a fait sentir qu’en donnant ma démission de Professeur à l’Ecole de Médecine je ne pourrais toucher que le maximum de ma retraite c.a.d. de 6 000 F mais il ne m’a paru éloigné de l’idée de demander qu’il soit ajouté une pension viagère au traitement de retraite (4 mars 1860)

6 000 F c’est, nous l’avons vu, le montant maximum de la retraite d’un fonctionnaire (mis à part les ambassadeurs et les ministres).

Duméril obtient enfin d’être reçu par Napoléon III pour « présenter [lui]-même à l’empereur dans une audience particulière » les deux volumes sur l’histoire des insectes. Le 23 mars 1860, Duméril lui remet son Entomologie analytique qui vient de paraître chez Firmin-Didot et qu’il a spécialement fait relier.

Il est bien reçu par l’empereur (lettre du 25 mars 1860) mais lui qui ne « demandait pas des honneurs mais un honorable repos » (lettre du 4 mars 1860), « n’est que médiocrement satisfait » lorsque que Le Moniteur universel, journal quotidien, organe du gouvernement, paraît quelques semaines plus tard :

le moniteur de ce matin renferme la nomination de bon-papa au grade de Commandeur et un rapport très flatteur du ministre à l’empereur au sujet de cette nomination  (lettre de sa petite-fille, 13 mai 1860)

André Marie Constant Duméril meurt pendant l’été 1860, malade et affaibli, pas vraiment retraité, et sans avoir obtenu la pension supplémentaire qu’il sollicitait.

 

  1. Bernard Vivier, L’histoire des retraites : les grandes dates, Institut supérieur du travail, 16 novembre 2010. http://istravail.com/article491.html. []
  2. Guy Thuillier, Les Pensions de retraite des fonctionnaires au XIXe siècle, Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, 1994, p. 39-40. []
  3. G. Thuillier, op. cit., note 1, p. 168. []
  4. G. Thuillier, op. cit., p. 106-107. []
  5. Bruno Dumons, Gilles Pollet, L’État et les retraites. Genèse d’une politique, Belin, 1994, p. 370. []
  6. G. Thuillier, op. cit., page 45. []
  7. André Marie Constant Duméril, Ichtyologie analytique, Firmin-Didot, 1856. []

Sur les traces de Mademoiselle Rath

Pour le site « S’écrire au XIXe siècle », le choix a été fait de proposer un index des personnes citées dans les lettres1. L’édition électronique permet, idéalement, d’associer à chaque nom qui apparaît des éléments biographiques accessibles d’un simple clic. Ainsi se multiplient les liens entre le texte d’un épistolier et les acteurs interpellés, auxquels les micro-biographies, qui aident à mieux lire le texte, donnent une nouvelle dimension. Le temps se déploie, réveillant des échos entre l’instant d’une lettre et la chronologie de toute une vie ; des perspectives et des réseaux se dessinent, une dynamique d’interrelations mouvantes devient visible. Identifier les personnes conduit parfois sur des chemins inattendus. C’est ce qui c’est produit avec Mademoiselle Rath.

Mademoiselle Rath, une cousine

  • En trente ans, entre 1814 et 1843, quatre lettres, écrites par quatre correspondants différents, mentionnent Mlle Rath. Mais les indices épistolaires sont maigres :

 Nous avons eu entre hier et aujourd’hui des lettres de Mlle Carondelet, de Cécile, de Mlle Rath, toutes contiennent de bonnes nouvelles. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 20 octobre 1814)

Le frère d’Alphonsine Delaroche :

Je sais que Mlle Rath est à Paris. J’ai reçu un petit mot d’elle & j’attendais pour lui écrire le départ d’un navire que les vents d’Ouest retiennent dans le port. (Michel Delaroche, au Havre, à son neveu Duméril, 11 décembre 1833)

C’est à l’occasion du mariage d’Auguste Duméril avec sa cousine Eugénie Duméril que quelques renseignements supplémentaires sont fournis, et d’abord qu’il s’agit d’une parente :

Ma mère [Alphonsine Delaroche] a reçu, il y a quelques semaines, une lettre d’une de nos parentes que nous aimons beaucoup : Mlle Rath, que votre père a connu autrefois. Elle nous conserve une chaude affection, et elle prend grand intérêt à la nouvelle de mon mariage, qui doit, suivant son expression, accroître notre bonheur de famille. Vous entendrez souvent parler d’elle, et apprendrez à la connaître, et à lui porter comme nous un vif attachement. (Auguste Duméril à sa cousine et fiancée, 28 mars 1843)

Sa fiancée lui répond, elle « avai[t] entendu parler de Mlle Rath » au moment du mariage de son propre frère, en 1841 (lettre du 3 avril 1843).

Alphonsine Delaroche-Duméril et Mlle Rath sont donc parentes. On découvre en effet qu’elles ont un ancêtre commun, Abraham Rath (1620-1702), maître boulanger à Nîmes. Les descendants du premier mariage de celui-ci (dont Jean Louis Rath, marchand horloger, père de Mlle Rath) se retrouvent à Genève, négociants, marchands, artisans. Les descendants du second mariage (dont Marie Castanet, la mère d’Alphonsine Delaroche), à Lyon (négociants) puis à Genève.

  • Un carnet laissé par Auguste Duméril, chronologie des événements de sa vie entre 1843 et 18702 donne des éléments qui permettent de poursuivre les recherches. Il note :

1er Juillet 1844 : « Mlle Rath part pour Genève après un séjour d’un mois à Paris où elle n’était pas venue depuis 7 ans. »

24 novembre 1856 : «  Mort de notre cousine, Mlle Rath. »

Sur les traces de Mlle Rath

Les deux éléments, « famille Rath » et « Genève » pointent immédiatement sur le musée Rath de Genève, « le premier musée des beaux-arts de Suisse », qui porte le nom de son mécène. Simon Rath (1766-1819), revenu à Genève après une carrière militaire, laisse sa fortune à ses deux sœurs avec la promesse qu’elles l’utiliseront pour leur pays. Fidèles au vœu de leur frère, elles offrent au gouvernement genevois une somme qui finance un musée des beaux-arts. Le musée est ouvert au public en 1826.

Il y aurait donc deux demoiselles Rath ? Quelle est celle dont parlent les lettres ? Commodité de l’Internet et des courriels, des contacts sont faciles à établir. Le centre de documentation du département des beaux-arts de Genève, sollicité, fait des recherches : si l’une des deux sœurs « est assez bien documentée », les dates de naissance et de décès de l’autre, très proches de celles de sa sœur, suscitent « de gros doutes quant à leur fiabilité ». Je suis alors orientée vers les archives d’État et les archives de la Ville de Genève. Puisant à plusieurs sources3, ces services me transmettent en particulier un renseignement décisif : Jeanne Françoise Rath, l’aînée, est décédée en 1831. Donc Mlle Rath, celle des lettres Duméril, est la plus jeune sœur, Jeanne Henriette, née le 12 mai 1773, décédée le 24 novembre 1856. Mes divers interlocuteurs et interlocutrices genevois fournissent gracieusement références et photocopies de notices qui permettent de découvrir Henriette Rath4.

Henriette Rath, une artiste

Henriette Rath, mécène, est aussi une artiste. L’incontournable Bénézit5 la présente comme « peintre de portraits et d’émaux, miniaturiste », « élève d’Isabey », ayant figuré au Salon en 1799, 1801 et 1810 « avec des portraits et des miniatures » ; la fondation du musée genevois est également mentionnée.

Une notice rédigée par Fabienne Xavière Sturm en 1998 pour l’Institut suisse pour l’étude de l’art (ISEA) précise qu’après des études de dessin dans la classe de Renée Sarasin-Bordier à Genève, Jeanne Henriette Rath se rend à Paris en 1798 (elle a 25 ans). Là, « le grand maître de la miniature Jean-Baptiste Isabey la prend comme élève ». Sensible à « la virtuosité et [à] l’audace » de la jeune artiste, Isabey lui confie des portraits et des copies, et reconnaît son excellence en l’introduisant auprès de sa clientèle, en particulier la famille impériale russe ». De retour à Genève, elle s’occupe avec d’autres femmes peintres de l’Académie de jeunes filles de la Société des arts. Jeanne Henriette Rath voyage : en Russie auprès de son frère (1810), à Berne (1813), en Italie (1815). Les portraits qu’elle exécute avec une grande finesse manifestent « acuité de regard », « attention sensible » aux modèles et une certaine « mélancolie ». F. X. Sturm voit en J. H. Rath « une figure de l’intelligentsia genevoise », « une femme indépendante, fortunée et engagée, luttant jusqu’à l’épuisement pour faire avancer la cause de l’art et du patrimoine ».

On aimerait lire les lettres échangées entre Henriette Rath et Alphonsine Delaroche-Duméril et on peut rêver aux désirs que la vie créatrice et indépendante de l’artiste a fait naître (ou non) chez sa cousine, sa cadette de 5 ans, elle aussi genevoise de naissance.

*

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile (haut 35 cm, larg 32 cm), Musée d'art et d'histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911 (N° d'inventaire : 1911-0031)

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile, hauteur 35 cm, largeur 32 cm, © Musée d’art et d’histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911, inv.n° : 1911-0031. Photo Bettina Jacot-Descombes.

 

  1. Voir le billet : « Quel index choisir ? ». []
  2. Seuls les extraits du carnet d’Auguste Duméril, relatifs à sa fille Adèle, sont actuellement transcrits sur le site. []
  3. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, V, Neuchâtel, 1930 ; Pierre Bertrand, « La famille Rath, bienfaitrice de Genève », Tribune de Genève, 16 août 1958 ; Louis Sordet, Dictionnaire des familles genevoises, manuscrit du XIXe siècle. []
  4. Voir aussi Noémie Etienne, “Les demoiselles Rath et l’insitution artistique à Genève autour de 1800“, Post Tenebras Luxe, Genève, Labor et Fides, 2010, pages 66-87. []
  5. Emmanuel Bénézit (1854-1920), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []

C’est une fille !

Caroline Duméril mariée à Charles Mertzdorff au mois de juin 1858 ne tarde pas à être enceinte. Dans ses lettres nous pouvons suivre sa grossesse1 et les aménagements qui précèdent la naissance du bébé.

La grossesse

Rétrospectivement, Caroline avoue que les débuts de la grossesse furent pénibles :

[l’année prochaine] je serai, il faut l’espérer, plus valide et plus entrain que cet automne (Caroline Duméril- Mertzdorff à son grand-père, 31 décembre 1858)

Sérieusement tu sais que si j’ai été si longtemps sans t’écrire, c’est que j’étais bien souffrante et l’entrain me manquait pour maintes choses mais particulièrement pour prendre ma plume.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Ensuite elle semble retrouver toute sa vitalité et sa vivacité. Un mois avant d’accoucher, elle est en pleine activité :

 Au reste j’aime beaucoup cette vie active et m’en trouve à merveille ; j’ai pris mon second bain et hier le docteur Conraux qui est venu me voir m’a trouvée en aussi bonne voie que possible et m’a ordonné pour régime de continuer à manger, dormir et me remuer comme je le fais. (Caroline Duméril- Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Cette bonne santé ne fait pas oublier le danger que comporte tout accouchement :

Maintenant nous sommes, je crois bien prêts. Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m’a donné lui-même la communion sans que j’attende une messe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

À domicile les risques sont bien moindres qu’à l’hôpital où les pauvres sont recueillies et où 3 à 8 % d’entre elles meurent des suites de couches, à cause en particulier de la fièvre puerpérale qui fait des ravages jusqu’en 18802. Même dans de bonnes conditions, le risque de décès des mères, quoique divisé par 10 ou 20 par rapport à l’hôpital, reste présent.

La chambre du bébé

Pendant quelques mois Caroline partage avec son mari le logement de sa belle-mère à Vieux-Thann en Alsace, s’inquiétant que « le moment de [ses] couches arriverait avant que [leur] ménage fût en bon ordre » (31 décembre 1858). Les travaux dans la nouvelle maison terminés, elle s’installe chez elle et prend plaisir à décrire les aménagements, le décor, le mobilier, et en particulier la chambre prévue pour le bébé, la « baby’s room » :

Notre chambre est verte, la chambre de baby qui touche à la mienne est lilas avec les meubles et les rideaux pareils au papier (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Le berceau est installé ; on prévoit, venue de Paris, « une seconde paillasse », en fougère probablement, car Caroline « craint qu’une seule soit insuffisante ». Elle ajoute :

Certainement qu’une couverture me fera grand plaisir, voici les mesures de celle en piqué qui était sur le berceau 95 cm de long sur 70 cm de large, je crois que vert et blanc sera très joli et ira très bien dans notre chambre. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 La layette

Si l’aménagement de la chambre est fait par les ouvriers et le mobilier acheté, la layette en revanche est cousue à la maison par les futures mère et grand-mère, occupation majeure dans une vie « toute calme ».

je m’occupe de ma layette ; il y a une jeune dame de Thann dont la petite fille a six mois et qui vient de me prêter beaucoup de modèles que je vais me mettre à copier mais tout ce que je ferai sera très simple car Charles a prohibé les broderies et j’ai eu grand peine à obtenir la grâce de toutes petites dentelles car enfin il faut bien quelque chose pour entourer une petite figure d’enfant, pourtant je l’approuve tout à fait dans ses projets d’élever notre enfant le plus simplement possible, et sur ce sujet comme sur tous les autres, du reste, nos idées sont bien absolument les mêmes.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Adèle, 16-18 janvier 1859)

la grande occupation et le but de toutes nos idées, c’est baby et toujours baby ; c’est là notre thème favori à maman [sa belle-mère], Charles et moi ; je me dépêche pour ma layette ; je suis sûre que tu aurais du plaisir à voir les petits bonnets, les petites chemises, les petites brassières, les petites bavettes, etc. c’est si mignon et si gentil ; la semaine prochaine j’attends le berceau que Charles a acheté à Paris ; il paraît qu’il est tout blanc et peut complètement se laver si l’on veut. (Caroline Duméril-Mertdorff à sa cousine Adèle, 17 février 1859)

Je n’ai pas encore eu le temps de faire les petites taies d’oreiller pour le berceau ; je n’ai pas une brassière ni un bonnet pour le second âge, ainsi tu vois si ton aiguille aura le temps de se rouiller. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 Des préparatifs divers

Dans les familles de la bourgeoisie, maintes choses sont encore à prévoir : les parrain et marraine, les cadeaux qui seront offerts, la sage-femme et la nourrice (ce sera le thème d’un autre billet), et même le corset de la future maman :

après mes couches je ne pourrai plus mettre mon corset actuel qui est si bien fait et qui me rend tant de service. Crois-tu qu’après, en envoyant mes mesures à Mme Marture elle pourrait me faire un autre corset, j’aime tant ceux qu’elle fait, on y est si bien ; pourrais-tu lui écrire un mot à ce sujet. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

 Le titre de maman

Jeune fille, « dame » depuis son mariage, et bientôt mère, Caroline Duméril-Mertzdorff reste pour ses proches « la Crol d’autrefois » malgré ses changements de statut ; mais elle accède aux yeux de tous, à 23 ans, au « titre de maman » :

 je te l’assure [cette Crol] malgré son titre de dame dont elle jouit depuis six mois, son titre de maîtresse de maison dont elle sera revêtue tout à fait dans une quinzaine de jours et son titre de maman qui la rendra si heureuse dans quelques mois est toujours la même Crol qui aime à rire et à bavarder et surtout à penser à ceux qu’elle aime. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Réponse de la cousine :

Cela me semble si étrange de penser à toi comme madame et maîtresse de maison ; mais ce qui me paraîtra encore bien plus drôle c’est que je m’imagine ma vieille Crol mère de famille ; ce qui ne tardera pas pourtant. (Isabelle Latham à Caroline Duméril-Mertzdorff, 14 février 1859)

*******

Enfin le 15 avril 1859 naît la petite Marie, et aussitôt la nouvelle est annoncée. Entre hommes, le grand-père répond au père :

« Paris Dimanche 17 avril 1859
C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! je vous aurais écrit dès hier pour vous féliciter mais nous attendions quelques détails et vous avez la complaisance de nous les adresser si complets et d’une manière si bonne, si affectueuse que vous nous comblez de satisfaction. (André Marie Constant Duméril à Charles Mertzdorff, 17 avril 1859)

  1. Les mots « enceinte » et « grossesse » ne sont pas employés dans les lettres. Pour des annonces de grossesse dans d’autres lettres, voir le billet : « Annoncer une future naissance ». []
  2. Les mères et la mort : réalités et représentations, Elisabeth Lamothe, Pascale Sardin, Julie Sauvage, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008, p. 36. []

Aller à la messe

Caroline Muller, qui étudie les formes de direction spirituelle à partir d’un corpus d’archives du for privé (lettres de direction, correspondances, journaux personnels), a posté un billet sur hypotheses.org en janvier 2014 : « De la messe dans la seconde partie du XIXe siècle ». Ce billet attire mon attention sur ce moment de la vie religieuse. Comment est-il décrit dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart ? Dans les lettres familiales dont il est question ici, il apparaît que la fréquentation de l’église et des prêtres connaît des phases d’intensités différentes au cours du XIXe siècle.

La distance

  •  Duméril étudiant

Pendant la période révolutionnaire, le jeune André Marie Constant Duméril, étudiant à Rouen, fréquente des religieux et entretient avec eux des relations épistolaires. Mais s’il recherche leur compagnie, c’est pour bénéficier de leur savoir scientifique et non de leur spiritualité : échanges avec l’abbé Joiron, herborisation avec « dom Gourdin de Noyon »,    « ancien bénédictin » et d’abord pour Duméril membre « de huit académies » (Rouen, Londres, Stockholm, Caen, etc.), amitié avec grand vicaire Dominique Dufour de Pradt qui « s’occupe beaucoup de la Botanique »1. C’est en chroniqueur, témoin non engagé, que Duméril rapporte certains des épisodes qui suivent le vote de la constitution civile du clergé par l’Assemblée Constituante (12 juillet 1790) et de la prestation du serment civique (27 novembre 1790), qu’il s’agisse de pratiques privées, comme les derniers moments de son employeur et logeur, M. Thillaye :

 il fit appeler madame, je ne voulais pas qu’elle montât et cependant on ne put lui refuser : il la pria de vouloir bien faire venir le curé. Ce qui fut fait. (26 octobre 1791, André Marie Constant Duméril à son père)

ou d’événements publics :

 Rien de nouveau ici que le sacre de M. Gratien qui vient d’être élu évêque de ce département : la cérémonie se fait dimanche (15 mars 1792, André Marie Constant Duméril à sa mère)

  • Duméril marié

En 1806 André Marie Constant Duméril épouse une jeune veuve, protestante, Alphonsine Delaroche. Leurs deux fils survivants, Louis Daniel Constant et Auguste, sont protestants, baptisés par le pasteur Jean Monod. C’est à l’occasion du mariage de ces deux jeunes hommes avec leurs cousines catholiques Félicité et Eugénie Duméril que la religion fait irruption dans les lettres.

L’affirmation catholique

La mère des jeunes filles, Alexandrine Cumont-Duméril, ne fait rien pour favoriser ces unions. Elle s’oppose même farouchement au second mariage2. Au moment du mariage de sa fille cadette, qui finit par se conclure contre sa volonté, elle adresse à sa fille aînée, le 31 mai 1843, son « dernier vœu » :

Je désire que celle de vous deux qui survivra se charge de l’éducation religieuse des enfants qui auront perdu leur mère et si malheureusement vous décédiez toutes deux avant que tous les enfants ne fussent bien affermis dans la religion catholique c’est l’aînée des filles de vos deux familles que je charge d’accomplir ce pieux et saint devoir. Je désire aussi que tous mes petits-enfants épousent des catholiques.

Pendant le voyage de noces de sa fille, le jeune époux raconte qu’elle fait écrire pour rappeler à sa fille le jeûne prescrit :

 [sa mère] désirait beaucoup qu’il fût recommandé à Eugénie [la jeune épousée] de ne pas oublier le lundi, le mardi et le mercredi, de la semaine dernière, étant les jours des Rogations : elle devait faire maigre. Fort heureusement, dans les hôtels, on en avait parlé, de sorte qu’Eugénie avait pu ne pas manquer à cette règle. Mais avec le vendredi et le samedi, cette pauvre petite n’a pu faire gras que le jeudi, ce qui me contrariait, parce que le maigre ne lui convient nullement, étant un peu resserrée, par l’effet du voyage (lettre d’Auguste Duméril, au retour du voyage de noces, à sa mère, 28 mai 1843)

Le vœu d’Alexandrine Cumont-Duméril est respecté : sa petite fille Caroline épouse un catholique, Charles Mertzdorff. Ironie : il est le descendant d’une famille de protestants exilés au moment de la révocation de l’Édit de Nantes, dont une branche est revenue en France au début du XIXe siècle. A ce moment-là, sous le Second Empire et au début de la Troisième République, la famille va régulièrement à la messe. Les fonctions de cette pratique excèdent ses aspects purement religieux.

La pratique ordinaire

  • Une sociabilité et un repère temporel

Le billet de Caroline Muller commence par une citation de Victor Hugo : « Le bon Dieu est à la mode en ce moment parmi les jeunes femmes du grand monde (pas précisément le bon Dieu de la nature et de l’âme, mais le bon Dieu des petites chapelles, des petites pratiques et des petits mystères ; le bon Dieu des sacristies et des sacristains) »3. Dans les lettres, la fréquentation de l’église apparaît en effet comme une pratique sociale qui réunit femmes et jeunes filles en un rituel dont la spiritualité est rarement soulignée. Le plus souvent, la messe est mentionnée comme un repère dans le temps quotidien :

 Après la messe de 6 h j’avais encore le temps de raccommoder les chaussures décousues  (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 4 août 1870)

 Après la messe, les fillettes se sont livrées avec la tante Gla à des occupations qui les ont amusées, cueillir fraises et groseilles, fabriquer deux galettes puis après le déjeuner en famille (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 15-16 juillet 1871)

le temps qui a été très laid hier est de nouveau beau aujourd’hui aussi probablement que demain de suite après la messe nous irons tous prendre Hortense et nous irons à Montmorency » ( Marie Mertzdorff à son père, 29 mars 1873)

Mais à la différence de ce que dénonce Hugo dans la suite de son texte, les jeunes filles de la famille ne cherchent pas à l’église un lieu de rencontre et de séduction.

  • Le sentiment religieux

La lettre que Caroline Duméril adresse, la veille de son mariage, à Jean Charles Moreau, curé de sa paroisse parisienne de St Médard, est toute pleine de sentiment religieux :

Cette enfant, que vous avez élevée moralement, à qui vous avez su faire comprendre ce que c’est qu’aimer Dieu ; à qui vous avez montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne, cette enfant, la voilà qui vous quitte (14 juin 1858)

Les mentions et descriptions des communions solennelles et des retraites qui les précèdent, aussi bien en Alsace qu’à Paris, sont nombreuses. Certaines lettres sont empreintes d’une religiosité diffuse et riches de mentions précises qui mériteraient plus que ces rapides mentions. Les jeunes filles de la famille sont semblables à « ces groupes de jeunes filles issues de la bourgeoisie » qui reçoivent des lettres de direction et remplissent des carnets personnels et « représentent une forme d’élite spirituelle animée par le prêtre : après un examen d’admission, elles reçoivent un certain nombre de privilèges, dont une place sur le banc réservé. Elles sont associées à tout ce qui touche à la piété mariale : les processions ou encore des retraites spécifiquement dédiées à la figure de la Vierge. L’Église est le lieu de rassemblement d’une communauté ; mais, au sein de cette communauté, la géographie de l’Église dit les différences de statut. »

  • Un moment social

En Alsace, « au début de la domination allemande, la pratique pascale est très élevée » : elle atteint 95% dans l’arrondissement de Thann en 18834. Avant cette période, en tant que maire de la petite ville de Vieux-Thann, Charles Mertzdorff est amené à agir de concert avec les autorités religieuses pour secourir les pauvres, éduquer les enfants, etc. Il doit rencontrer le curé, le vicaire, voire l’évêque. Lui-même, représentant de l’autorité civile, a un devoir de présence lors de certaines cérémonies :

Demain M. le Maire assistera à la grand messe avec son écharpe que Dieu le bénisse ; nous irons aussi de notre côté dans quelque grande église prier les uns pour les autres. (14-15 août 1868)

  •  Le deuil

Dans les lettres de la seconde moitié du XIXe siècle, la confrontation avec la mort est un moment fort de l’expression du religieux, en termes assez généraux. On se réfère à l’« âme chrétienne », au « ménage chrétien, modèle par excellence », aux « sentiments d’une femme qui est une vraie chrétienne » devant la mort d’un proche (11 février 1871), au « sentiment si profondément chrétien » qui donne aux parents endeuillés la confiance que leur fils disparu « jouit d’un bonheur parfait auprès de Dieu » (26 février 1871). La messe d’enterrement  est mentionnée :

Enterrement 10h ¼ à Saint-François Xavier, Bd des Invalides » (à propos d’un professeurs, 7 mai 1875)

aujourd’hui je suis restée seule à la maison avec mes petites filles, tout le monde est à l’enterrement de cette pauvre tante Allain. Maman et Aglaé sont parties à 9 h, pourvu que par ce vent, cette pluie, maman ne revienne pas malade ; l’enterrement se fait aux Molières ; puis la famille regagnera le chemin de fer et rentrera vers 6 h au jardin ; et la voiture de transport ramènera le corps cette nuit au Père-LaChaise dans le tombeau de la famille. Tout cela est bien fatiguant et émouvant. J’admire papa qui a eu le plus pénible qui fait bonne contenance morale et physique. » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à Paris, 28 août 1870)

*

D’après les dernières lettres mises sur le site (celles écrites pendant la Première Guerre mondiale), il semble que la pratique et l’engagement religieux soient intenses dans la famille Froissart. La Voix du Nord (19 août 2010) mentionne la messe de l’Assomption, célébrée à la « grotte de Lourdes » construite en 1920 en lisière de sa propriété par Léon Damas Froissart en reconnaissance à la vierge Marie : alors que 43 jeunes hommes de la petite commune du Pas-de-Calais ont été tués à la guerre, ses quatre fils et ses deux gendres ont survécu.

  1. Peu après les scènes évoquées par André Marie Constant Duméril, Pradt émigre et publie des pamphlets antirévolutionnaires. A son retour de Hambourg (1802), il devient bonapartiste, est nommé aumônier du Premier Consul, évêque de Poitiers (1805), puis archevêque de Malines en Belgique. []
  2. On pourra suivre les péripéties des fiançailles de 1841 à 1843 dans : « Les lettres font-elles les sentiments ? S’écrire avant le mariage au milieu du XIXe siècle », D. Poublan, Séduction et Sociétés, sous la direction de C. Dauphin et A. Farge, Seuil, 2001, p. 163 et suivantes. []
  3. Victor Hugo, Choses vues, mai 1842, Gallimard, 2002, p. 134. []
  4. Fernand Boulard et Yves-Marie Hilaire, Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français. XIXe-XXe siècles, Presses de la FNSPo, Éditions de l’EHESS, Éditions du CNRS, 1987, tome 2, page 554. []

Postiers, facteurs et factrices

La Poste emploie au XIXe siècle un personnel de plus en plus nombreux. Cette administration d’État, deuxième employeur civil après l’Éducation nationale, compte 18 000 postiers en 1835 et 35 000 en 18801. Malgré leur présence visible et le recours quotidien à leurs services, il est assez peu question des facteurs et des postiers dans les lettres de la famille Mertzdorff-Froissart.

L’arrivée du facteur

Il est fait allusion à la venue du facteur (20 août 1842), à son « arrivée » (20 juillet 1870), à sa rencontre, qui accélère la distribution :

Nous avons pu prendre nos lettres au facteur avant de partir. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff en vacances à Paramé à son époux, 22 juillet 1870)

J’étais en train de quitter Brunehautpré quand j’ai rencontré le facteur et ta bonne lettre. Je rouvre la mienne pour t’en remercier. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 19 décembre 1914)

Porter une lettre à la poste

Si les membres de la famille voient et parfois parlent au facteur (celui-ci est désigné par sa fonction, pas par son nom), en revanche il semble que les relations avec le personnel de la poste se font uniquement par l’intermédiaire des employé-e-s de maison.

A Vieux-Thann, c’est le concierge Melchior Neeff (Melcher) qui, très souvent, « attend pour la poste » dans les années 1860 ; lorsque la famille voyage, cette tâche est attribuée à la bonne, Cécile :

tout à l’heure quand Cécile reviendra des vêpres je l’enverrai porter les lettres à la poste (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 20-21 août 1870)

Un personnage féminin

Le 21 juillet 1870, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff écrit à son époux :

La facteuse m’a apporté hier soir ta bonne lettre de Dimanche soir.

Le mot factrice ne lui est donc pas familier ? Il est vrai qu’en 1911 encore, sur 57 300 facteurs et sous-agents des P.T.T., seules 1 100 sont des femmes2, soit moins de 2% de l’effectif – à l’inverse de la branche « téléphone » des Postes qui est largement féminisée. « Les factrices imaginaires sont bien plus courantes sur les cartes postales que les factrices réelles » remarque Juliette Rennes3, pour qui ces femmes exerçant un métier perçu comme masculin font partie, avec les cochères, doctoresses, avocates, cyclistes, colleuses d’affiches, etc. des « émancipées » du début du XXe siècle.

Carte postale - 1902  -Factrice de fantaisie © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Carte postale – 1902 – Factrice de fantaisie © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste 

La comédienne sur cette carte de 1902 est en tenue légère et décolletée ; elle porte, par une opposition d’effets et une « mascarade » de masculinité, sacoche en bandoulière et casquette d’uniforme. Ces accessoires virils apparaissent comme des marqueurs « érotisés et sexualisés » de l’émancipation féminine4. Pour Michelle Perrot, la mise en scène de la factrice, qui mêle séduction et dérision, ne « dit pas le réel du travail, mais les fantasmes, le trouble que suscitèrent ces “émancipées” » ; caricatures et photos des cartes postales « esquissent une ultime parade contre l’offensive de la modernité5 ». Mais c’est hors des lettres familiales qu’il faut en chercher les traces.

 

  1. Sébastien Richez, « Postiers et facteurs en France depuis deux siècles », Flux 4/2007 (n° 70), p. 88-92, URL : www.cairn.info/revue-flux-2007-4-page-88.htm. []
  2. Statistique générale de la France, 1911, tome I-3, page 63. []
  3. Juliette Rennes, Femmes en métiers d’hommes, Cartes postales, 1890-1930. Une histoire visuelle du travail et du genre, 2013, Bleu autour, Saint-Pourçain-sur-Sioule, page 18. []
  4. Id. p. 157. []
  5. Id., préface de Michelle Perrot, « En habits d’hommes », pages 8-9. []

Les bains de Wattwiller

 La famille Mertzdorff fréquente les bains de Wattwiller en Alsace et Charles Mertzdorff fait partie du Conseil d’administration de la Société des bains de Wattwiller fondée en 1866 : ces deux aspects du thermalisme, côté client et côté administrateur, sont évoqués dans les lettres familiales.

Boutron-Charlard et  Patissier, Manuel des eaux minérales naturelles, 1837 (Numérisation BNF)
Boutron-Charlard et Patissier, Manuel des eaux minérales naturelles, 1837    (Numérisation BNF)

Des eaux bénéfiques

  • Le succès du thermalisme au XIXe siècle

Une « fièvre thermale » conduit au XIXe siècle un nombre de plus en plus grand de personnes à se rendre près des sources d’eaux minérales : 300 000 chaque année sous le Second Empire1. On y va pour se soigner, bien sûr, et encore plus depuis que la médecine moderne garantit son efficacité2, mais aussi pour se distraire, changer de résidence et de rythme de vie, rencontrer une nouvelle société qui se donne en spectacle à elle-même.

  • Les eaux de Wattwiller

Les eaux de Wattwiller, venues du Grand Ballon d’Alsace, sont connues à l’époque romaine et un établissement de bains existe depuis le Moyen Age. Les eaux s’écoulent par trois sources : La Fontaine Saint Jean, citée dès 1487, surmontée d’une statue de Saint Jean Népomucène, protecteurs des ponts ; la Fontaine du Haut installée en 1786 en remplacement d’une plus ancienne qui ne suffisait plus aux besoins des habitants du haut du village ; la fontaine Saint Sébastien, construite en 1866, surmontée d’une statue de Saint Sébastien, patron des arquebusiers qui s’entraînaient sur un terrain voisin. En 1850, sur avis de l’Académie Nationale de Médecine, un arrêté ministériel reconnaît les vertus thérapeutiques des eaux de Wattwiller, riches en calcium, en fer, en arsenic et pauvres en sodium. Des études sur ces eaux sont publiées par Alphonse Chevallier (Recherches chimiques sur les eaux de Wattwiller, 1851) et par Jean François Xavier Heuchel (Notice sur les bains de Wattwiller, à propos de la construction projetée d’un nouvel établissement, 1865, complétée en 1867 et 18683 ).

  • Les cures de la famille Mertzdorff

Les bienfaits des eaux de Wattwiller sont réputés très variés :

Demain nous avons le projet d’aller souper à Wattwiller pour commencer la saison de bains […] Ne vous imaginez pas que nous soyons les uns ou les autres gravement malades, mais tout le monde nous fait de si grands compliments à Charles et à moi sur notre bonne mine et comme Charles répond toujours que l’eau de jouvence c’est Wattwiller ! Il faut bien être fidèle. Charles prétend que c’est très bon pour ma gorge ; si ça me guérit, il faudra que tu y passes aussi. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, été 1869)

La cure s’organise au gré des contraintes et des goûts : bains ou douches, visite dans la journée, nuitée dans la station ou livraison d’eau à domicile.

Charles suit sa cure de Wattwiller dont il éprouve plutôt un bon effet mais il n’a encore pris que 5 bains. (Caroline Duméril-Mertzdorff à propos de son époux, 5 août 1859)
je vais faire organiser la voiture pour me faire chercher dès demain l’Eau de Wattwiller & espère dès demain commencer mes douches (Charles Mertzdorff, 6-7 août 1868)

Même venu en voisin, Charles Mertzdorff participe à la vie sociale de la station :

Si l’air de Wattwiller guérit tous les maux présents & futurs, je suis en train de faire bonne cure. Dimanche au lieu de passer la matinée, tous les Mulhousiens y étaient représentés par une quinzaine d’échantillons, force a été d’y dîner & s’y oublier jusqu’à 7 heures passées. Tout seul j’y ai fait un petit tour & ai découvert un rocher d’où l’on a une vue des plus splendides ; j’ai un grand plaisir de t’y conduire, mais surtout Papa, qui sait si bien apprécier & jouir de nos belles montagnes. (Charles Mertzdorff, 8 mai 1866)

  La gestion d’un établissement thermal

« Les eaux minérales ne doivent pas être seulement un sujet d’études pour les médecins, elles doivent aussi fixer l’attention du Gouvernement, des conseils généraux et des conseils municipaux. Une source minérale est un fonds précieux pour un pays pauvre » avertissent Boutron-Charlard et Patissier en 18374. Pour cela « il est désirable qu’on approprie les établissements d’eaux minérales aux usages et aux habitudes des temps modernes »5 par l’installation de douches, bassins communs, hôpitaux, hébergement suffisant, etc. C’est ce que tentent de faire Charles Mertzdorff et ses associés pour la station que Boutron-Charlard et Patissier présentent ainsi :
« WATWEILER (département du Haut-Rhin). Bourg au pied des Vosges. A 400 pas du village, on rencontre deux sources minérales ferrugineuses, dont une est peu fréquentée6. »

En 1866 une société par actions (au capital de 250 000 F) est créée pour remettre en service l’établissement de bains, exploité au XVIIIe siècle par l’abbaye princière de Murbach. Le conseil d’administration de la société se compose de 9 membres, dont Charles Mertzdorff, les maires de communes voisines, un médecin (Jean François Xavier Heuchel, auteur de la notice sur les bains) et quatre autres notables de la région. Les débuts sont laborieux :

Comme je te l’avais dit, hier Wattwiller m’a possédé jusqu’à 4 h du soir, de 8 h du matin. Bien des choses s’y sont décidées, ameublements, administrateur, choix de Demoiselles de comptoirs, Domestiques etc. Mais nos constructions n’avancent pas & les visiteurs curieux toujours très nombreux sont bien désappointés de ne trouver que décombres.[…] Demain, […] l’après-midi je le passerai à Wattwiller (l’éternelle) pour mettre en train les tranchées des conduites d’eau, chambres d’eaux & faire faire un travail assez difficile à la grosse tour. Il est probable que je ne rentrerai qu’à 8 h (Charles Mertzdorff à son épouse, 11 mai 1866)

On essaie de faire reconnaître et connaître les bienfaits de l’eau de Wattwiller :

J’ai rapporté une 20ne d’exemplaires des Observations médicales sur Wattwiller avec intention d’en envoyer à Alphonse pour qu’il en fasse la distribution. […] je t’adresse un exemplaire que tu laisseras à ton docteur si tu veux. (Charles Mertzdorff à son épouse, 27 juillet 1868)

Mais l’intendance continue de mobiliser l’énergie des administrateurs:

à Wattwiller nous avons décidé pour un nouveau gérant cuisinier hôtelier suisse allemande. Espérons que nous réussirons mieux que nous l’avons fait jusqu’à ce jour. […] Il y a maintenant à l’hôtel une vingtaine de personnes […] Généralement l’on est très content du service, pension, & des soins que met la dame qui dirige l’hôtel & qui commence à bien s’y entendre. L’on n’a pas encore donné beaucoup de bains […], les tables n’étaient que ½ garnies (environ 80 Personnes) le dîner bon & service de même. (Charles Mertzdorff à son épouse, 27 juillet 1868)

Charles Mertzdorff, sur qui semblent reposer la plupart des problèmes, se décourage :

Tu sais ces gens s’adressent volontiers à moi. Il est plus que probable que cet hiver je provoque la vente de cette affaire je n’en sortirai pas autrement. Encore une leçon (1-2 juillet 1871)

Finalement, la gérance de l’hôtellerie est confiée à un aubergiste à Cernay, qui acquiert ensuite la propriété de tout le domaine (hôtellerie, établissement balnéaire, parc). Après sa mort en 1892, sa veuve continue d’exploiter l’affaire. Mais après avoir attiré au XIXe siècle une clientèle européenne, l’établissement périclite jusqu’à la Première Guerre. Wattwiller est évacué dès le 22 décembre 1914, le village est occupé par les troupes allemandes, l’état-major allemand s’installe dans les bâtiments de l’établissement des Bains. Souvent bombardé par l’artillerie française, le village est en grande partie détruit.

Notice sur les eaux de Wattwiller, par le docteur  J.-F.-Xavier Heuchel (BNF)
Notice sur les eaux de Wattwiller, par le docteur J.-F.-Xavier Heuchel (BNF)

 

  1. Jérôme Penez, Histoire du thermalisme en France au XIXe siècle. Eau, médecine et loisirs, 2005, Economica, Collection économies et sociétés contemporaines, page 33. []
  2. Op. cit., p. 117 et suivantes. []
  3. Voir à la fin du billet la reproduction de la page de titre de ce dernier opuscule. []
  4. Antoine-François Boutron-Charlard et Philibert Patissier, Manuel des eaux minérales naturelles…, L. Colas, 1837, page VIII. []
  5. Manuel, op. cit. page IX. []
  6. Manuel, op. cit. page 372. []

Histoire vagabonde, avec Maurice Agulhon

Dans un billet précédent qui présentait le maire de Vieux-Thann (Charles Mertzdorff), un ouvrage dirigé par Maurice Agulhon était cité1. Après son décès, le 28 mai 2014, j’ai voulu relire d’autres lettres à la lumière des analyses de cet « historien de la République », spécialiste de la culture républicaine et du moment fort qu’est la révolution de 1848.

1848 : le silence des lettres

  • Lettres des Duméril

Du côté des Duméril, il y a très peu de lettres conservées pour cette période-là. Dans l’une d’elles, à peine une allusion de la petite Caroline Duméril (12 ans) en vacances à Trouville dans une lettre à sa mère restée à Paris, le 7 août 1848 :

Ma chère maman
Je viens de recevoir ta lettre datée d’hier qui m’a fait le plus grand plaisir car ma tante Adine croyait avoir entendu dire qu’il y avait du trouble à Paris

La révolution de 1848, un simple « trouble à Paris »…

  • Lettres des Mertzdorff

Quant à Charles Mertzdorff, son rôle dans la vie alsacienne n’apparaît dans les lettres qu’après son mariage avec Caroline Duméril en 1858. Nous n’avons donc pas accès à d’éventuelles considérations, descriptions ou prises de position sur cette révolution de 1848 qui est au cœur du travail de l’historien. Mais d’autres sujets peuvent bénéficier de ses interprétations, en particulier les mentions du drapeau.

 Le drapeau

Parmi les symboles visuels qui participent du pouvoir politique, Maurice Agulhon place d’abord le drapeau2. Le drapeau tricolore, créé par la Révolution (blanc du roi, bleu et rouge de la ville de Paris) pouvait être tenu au milieu du XIXe siècle comme « lié à une certaine philosophie politique »3. Mais les quelques mentions dans les lettres, en 1870 ou 1872, en font plutôt un signe à « valeur territoriale », et son exhibition est d’abord un geste patriotique face aux Allemands.

Pendant la guerre de 1870, les indécises batailles, les bruits confus de victoire, les résistances sans lendemain se traduisent en dépêches successives. Le maire de Vieux-Thann, pragmatique et sceptique, raconte :

En rentrant Melcher nous annonce grande victoire sur la Moselle. J’envoie chercher la dépêche, la fais afficher. L’excitation est si grande que je fais sortir le drapeau ; mais aujourd’hui il me faut plus pour croire. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 août 1870)

Le signe politique est reconnu des villageois, réclamé par eux ; à l’occasion, de spectateurs ils deviennent acteurs. Au moment (1er octobre 1872) où se termine la période qui permettait aux Alsaciens-Lorrains d’opter pour la nationalité française, à condition d’émigrer en France, une nouvelle rumeur court, à laquelle croit « Nanette », la cuisinière :

On ne sait pas ce qui adviendra. Parmi les crédules, la nouvelle du jour est que la semaine prochaine nous serons de nouveau français ! Nanette doit payer le drapeau tricolore si la nouvelle est vraie !!! (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 octobre 1872)

Une promesse de drapeau, faite par une alsacienne non francophone, et profondément attachée à son pays… Mais le traité de Francfort (10 mai 1871) qui met fin à la guerre franco-prussienne est une réalité et ses clauses sont bien sûr appliquées.

Avant même le ralliement de l’extrême droite au drapeau tricolore, à la fin du XIXe siècle, qui signifie alors pour elle « la France tout court » et non plus « les principes de 1789, modernité ou république »4, le drapeau français est pour les Alsaciens des années 1870 signe de leur attachement à la France. Cette image emblématique d’un tissu de couleur flottant aux fenêtres devient alors, par « la charge d’affectivité et le degré de polysémie5 » qu’elle a acquis, un symbole patriotique.

 

  1. M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Les Maires en France du Consulat à nos jours, Publications de la Sorbonne, 1986. []
  2. Maurice Agulhon, « Politique, images, symboles dans la France post-révolutionnaire », Histoire vagabonde : I. Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Gallimard, 1988, p. 283-318. []
  3. Op. cit., p. 286. []
  4. Op. cit., p. 287. []
  5. Op. cit., p. 285. []

Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff

Dans des billets précédents, nous avons suivi l’enfance et l’adolescence de Caroline Duméril, petite-fille du savant et médecin André Marie Constant Duméril, professeur au Muséum d’histoire naturelle, ses fiançailles puis, les 14 et15 juin 1858, les cérémonies du mariage à Paris avec Charles Mertzdorff, industriel alsacien. Après une courte halte à Fontainebleau, le couple part en train pour l’Alsace le 18 juin 1858 – en compagnie des belle-mère, belle-sœur et oncle de Caroline (lettre du 19 juin 1858). Commence alors pour Caroline Duméril-Mertzdorff une vie où tout est nouveau pour elle : l’environnement géographique et social et le statut d’épouse – d’épouse de notable. Le changement d’état et le déplacement sont matérialisés par l’adresse, qu’elle donne à ses correspondants :
« Madame Charles Mertzdorff, au Vieux Thann, Haut-Rhin ».

Un nouveau statut social

  • Femme mariée Une fête est organisée à l’usine pour accueillir Charles Mertzdorff et son épouse, avec acclamations, bouquets, discours, dîner des ouvriers et bal. Caroline raconte cette liesse à ses parents et leur fait partager sa griserie :

Tout cela était émotionnant et rendait heureux. Qu’auriez-vous dit si vous m’aviez vue au milieu de tout cela, moi la petite Crol ; regardée, entourée, fêtée ; au bal, je me suis beaucoup amusée et j’ai dansé comme je ne me rappelle pas l’avoir fait, mes danseurs étaient Charles, Georges, et les employés du bureau. (22-23 juin 1858)

Quelques jours après, elle avoue à sa cousine :

Le plus grand événement de ma semaine c’est que je suis sortie seule ; pour la première fois de ma vie ; il est vrai que j’étais dans le coupé et par conséquent sous la protection de Tom, le cocher. (27 juin 1858)

Caroline reste sous le regard de sa belle-mère, qui la « traite vraiment comme son enfant », mais sa propre indépendance l’inquiète un peu :

Ce qui me fait un effet très singulier, ma chère maman, c’est d’être livrée à moi-même ; je supplie toujours Charles de me dire si j’ai bien ou mal fait, mais ce vilain-là me dit toujours que c’est bien. (22-23 juin 1858)

Sur l’intimité de ses relations et de ses sentiments conjugaux, évoqués de façon allusive et pudique, nous reviendrons dans un autre billet.

  • Épouse d’industriel – Les Duméril savaient, en préparant l’alliance avec l’industriel Charles Mertzdorff, que Caroline se liait à une nouvelle famille dont elle partagerait la richesse. Mais la jeune femme prend vraiment conscience de sa situation sur place. Après une visite à la ferme de Charles, elle écrit à ses parents :

 je ne saurais vous dire l’effet extraordinaire que j’éprouve en pensant que tant de choses sont à Charles, qu’elles lui appartiennent et que moi je suis sa femme. (22-23 juin 1858)

ou bien

Nous allons nous trouver alliés, vous le savez, à l’une des familles les plus distinguées de l’Alsace. (22 juillet 1858)

Ensuite, elle décrit à sa mère la luxueuse toilette qu’elle arborera à une réception, mais ajoute :

Cette riche toilette que je vais endosser me fait faire bien des réflexions, et je supplie le bon Dieu de ne pas me laisser oublier que là dessous, je ne suis pas moins la même petite Crol, que je ne vaux pas une ligne de plus et que j’ai au contraire un écueil de plus à écarter. (22 juillet 1858)

Rester elle-même, fidèle aux valeurs enseignées, tout en s’adaptant à une nouvelle vie, très différente de celle qu’elle menait, jeune fille, à Paris, tel est le vœu de Caroline. Et la richesse est présentée comme une possibilité supplémentaire de faire la charité.

Un autre lieu, l’Alsace

Les références à l’espace (et au temps) structurent en général le texte épistolaire. La rhétorique de l’espace tisse la trame de l’énonciation, que ce soit l’espace rétréci des lieux domestiques et de l’intimité, ou l’espace géographique plus large, ici celui où s’inscrit le devenir social de la jeune mariée. Sans doute parce qu’elle a vécu son mariage comme une réussite sociale, qu’elle est heureuse dans sa nouvelle vie, et qu’elle sait qu’elle est partie pour ne plus revenir, Caroline « s’acclimate » très vite. C’est ce qu’elle écrit à tous ses proches, à sa cousine, à son grand-père :

J’ai été bien vite acclimatée dans cette belle Alsace dont j’avais tant entendu parler et dans peu de temps je crois que je deviendrai vraiment vieux thannoise et montagnarde. (1er juillet 1858)

En attendant, la jeune femme pointe les différences.

  • Le premier signe de l’étrangeté alsacienne se perçoit dans la langue. Lorsqu’elle arrive dans la région son mari répond en allemand au discours de bienvenue de ses ouvriers :

je sens bien que je suis en pays étranger car je n’entends que l’Allemand autour de moi et lorsque j’entends dans le pays quelques mots français je suis toute contente. (27 juin 1858)

  • Caroline découvre des aspects nouveaux de la vie quotidienne et relève des détails folkloriques, opposant les habitudes parisiennes  à celles de l’Alsace :

dans ce pays ci tout le monde va aux eaux, c’est la fashion. (31 juillet 1858)
tu aimeras beaucoup la cuisine de ce pays pour plusieurs raisons et surtout parce qu’il y a très peu de sel et pas de poivre. (à sa mère, 22 juillet 1858)

Tous les domaines se prêtent à la comparaison, même la lessive qui se fait tous les six mois « ce qui est une chose inconnue aux parisiens ».

  • A plus long terme, la vie alsacienne impose son rythme qui contraste avec la vie parisienne :

pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] (28 décembre 1858)
notre vie à nous est tout à fait calme et retirée comme elle peut être dans un village ; mais je ne m’en plains pas, bien au contraire. (23 novembre 1859)

Très vite, Caroline habite son statut d’épouse et fait sienne la région alsacienne, tout en restant sensible à l’éloignement. C’est cette ambivalence que traduit une lettre envoyée à ses parents peu après son mariage :

Quand l’idée de vous revoir tous me passe par la tête, mon cœur se serre et il me semble que si je me trouvais près de vous ma joie serait si grande que je ne pourrais que pleurer ; faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais et que j’aime depuis ma naissance (22 juillet 1858).

Bientôt Caroline Duméril-Merzdoff est enceinte1… 

  1. Voir le billet “C’est une fille! []

L’année de la girafe

2014, année de la girafe ? Il est fait grande publicité autour de la réouverture du parc zoologique de Vincennes. Les girafes en troupeau font merveille sur les photos dans la presse : Le Monde voit en elles « l’une des attractions phares du zoo »1. Et la sortie en France du film de Rani Massalha, Girafada, accompagne ce mouvement. Pourtant cette médiatisation n’est rien à côté des manifestations, des récits, des images, de la curiosité qui ont accompagné l’arrivée d’une girafe en France en 18272.

Le voyage de la girafe

Le vice-roi d’Égypte Mohammed Ali, sur une suggestion du consul Drovetti qui fournit l’Europe en antiquités et en animaux sauvages, avait décidé d’offrir une girafe au roi Charles X. Le girafeau capturé est amené à dos de chameau jusqu’au Nil puis embarqué pour le Caire. Les savants du Jardin du roi (le Jardin des plantes de Paris) sont chargés par Charles X d’assurer le transport d’Égypte en France. L’animal est débarqué en octobre 1826 à Marseille où il passe l’hiver. Le 20 mai 1827 la girafe, accompagnée des vaches dont elle consomme le lait (25 litres par jour) et d’une nombreuse caravane, entreprend le voyage jusqu’à Paris sous la surveillance d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Tout le long du parcours la curiosité est immense. Finalement, le cortège arrive dans la capitale le 30 juin 1827. La présentation au roi se fait au palais de Saint-Cloud, en présence de professeurs du Muséum. Puis la girafe est installée au Jardin du roi où elle reçoit une foule de visiteurs : pendant les six derniers mois de l’année 1827, plus de 600 000 billets sont vendus. Alphonsine Delaroche-Duméril raconte dans une lettre du 26 octobre 1828 qu’après le déjeuner, avec ses invités, ils se sont « promenés avec l’Éléphant et la girafe ».

« La vogue de la girafe se manifesta dans toutes les fabriques de France »3 : vaisselles décorées à son image, plaques de cheminée, moules à gaufres, jouets4, papiers peints, pains d’épices, motifs de broderie, etc. Elle cristallise aussi les sentiments d’opposition à la politique de la Turquie contre la Grèce (par exemple dans la « Lettre de la girafe au Pacha d’Égypte… » de Narcisse Achille de Salvandy). Mais dès juin 1830 Balzac signale le désintérêt du public (il évoque symboliquement le déclin des hommes politiques) et « après l’avènement de Louis-Philippe la girafe était passée de mode, complètement oubliée des parisiens »5. Elle meurt au début de 1845 ; son corps est disséqué dans l’amphithéâtre du Muséum, dessiné par Henri Marie Ducrotay de Blainville pour le laboratoire d’anatomie comparée et sa dépouille, naturalisée par Poortmann et son équipe, est placée dans la grande galerie. Plus tard, elle se retrouve au Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle6.

On dit de la girafe…

Au XVIIIe siècle, les auteurs français parlent de la girafe sans l’avoir vue. Buffon affirme en préambule du chapitre qu’il lui consacre dans son Histoire naturelle que « la giraffe est un des premiers, des plus beaux, des plus grands animaux » mais aussi « l’un des plus inutiles », avec ses jambes disproportionnées, sa démarche « vacillante », ses mouvements « lents et contraints ». Dans son article, il rassemble les descriptions des Anciens (Pline, Strabon) et des Modernes voyageurs, qui se trouvent plus précises que le « croquis informe » reçu par l’Académie des Sciences en 17647. Préoccupé de classements, Buffon rapproche la girafe du chameau et du lama, malgré sa taille « double de la hauteur du chameau », trouvant à ces trois animaux « plusieurs caractères communs par lesquels on pourrait les réunir au même genre »8.

Bernardin de Saint-Pierre, qui reprenant le terme de Pline l’appelle aussi « caméléopard », la décrit comme un « animal de seize pieds de hauteur, qui broute les feuilles des arbres9.

 *

George Sand, comme Alphonsine Delaroche-Duméril et des milliers de curieux fait visite à la girafe : « J’ai menée [Solange, sa fille] au Luxembourg et au Jardin des Plantes. Elle a vu la girafe et elle prétend qu’elle l’avait déjà bien vue à Nohant dans un pré. […] Elle a vu les animaux empaillés et elle ne veut pas comprendre qu’ils ne sont pas en vie. » (à son fils Maurice Dudevant, le 7 avril 1832).

 

  1. Le Monde, 15 avril 2014, reportage de Sylvie Kerviel et Jean-Jacques Larrochelle. []
  2. Gabriel Dardaud, Une girafe pour le roi, ou l’histoire de la première girafe de France, Elytis, 2007 [première publication chez Dumerchez-Naoum, 1985] ; l’ouvrage est présenté par Olivier Lebleu, lui-même auteur de : Les Avatars de Zarafa, première girafe de France : chronique d’une girafomania 1826-1845, Arléa, 2007. []
  3. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 101. []
  4. George Sand, à Mme Maurice Dupin, 5 octobre 1827 : « Votre petit Maurice est amoureux de sa girafe et la fait coucher avec lui. Et en même temps je suis fort aise de connaître une girafe, car Hippolyte dit qu’elle est parfaitement ressemblante. []
  5. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 121. []
  6. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 14. []
  7. Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière : avec la description du Cabinet du Roy, tome 13, 1749-1789. []
  8. Georges-Louis de Buffon, De la dégénération des animaux, 1766. []
  9. Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Île de France, 1773. []

Être maire : Charles Mertzdorff à Vieux-Thann

De 1865 à 1872 Charles Mertzdorff est le maire de Vieux-Thann, petite ville de l’arrondissement de Thann (Haut-Rhin) qui compte 1940 habitants au recensement de 18661. Quelques mentions de son activité d’officier municipal sont à relever dans les lettres familiales.

 Les bornes du mandat

  • L’entrée en fonction. À l’époque où Charles Mertzdorff devient maire, sous le Second Empire, le maire et ses adjoints sont nommés pour 5 ans par le préfet (dans les communes de moins de 3 000 habitants) ; le maire n’est pas obligatoirement choisi parmi les membres du Conseil municipal, qui eux sont élus au suffrage universel masculin. La Troisième République introduit l’élection des maires par le Conseil2. Dans une lettre à sa sœur, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff raconte « les honneurs » qui accompagnent « l’installation de M. le Maire et de Mme Maire » :

Dimanche à 5h du matin nous étions réveillés à coup de canon, à 7 nous passions sous un magnifique arc de triomphe pour sortir de chez nous : « à M. le maire de Vieux Thann » « hommage de ses ouvriers » en bleu sur blanc, le soir illumination et vin chaud au billard pour le conseil municipal.  (11-12 septembre 1865)

Dès le début le nouveau maire, patron d’une usine de blanchiment d’étoffes et propriétaire terrien, s’impose par son statut social. Il est représentatif de ces « patrons du commerce et patrons de l’industrie » qui, avec les paysans, fournissent un nombre accru de maires au cours du XIXe siècle3. Il est conforme aussi au point de vue religieux, car il est un maire catholique dans une petite ville où réformés et luthériens ne sont que quelques dizaines, et « rares sont avant 1870 les communes [d’Alsace] où le maire est d’une confession différente de celle de 90 % de ses administrés »4. Âgé de 47 ans, il est un peu plus jeune que les maires français, dont l’âge moyen est supérieur à 52 ans en 18665.

  • La démission. Il semble qu’en Alsace les maires survivent aux ruptures politiques et que l’administration allemande maintienne en place autant que possible les maires6. Mais pour Charles Mertzdorff, l’invasion allemande de l’Alsace en 1870 précipite sa décision :

Je viens d’adresser ma démission de Maire au Sous-Préfet […] Bien entendu je resterai à mon poste jusqu’à ce que le fléau ait passé. (Charles Mertzdorff à son épouse à Paris, 7-8 août 1870)

généralement l’on n’est pas content de ma retraite de mairie. M. Berger & autres ont fait des démarches, je tiens bon, chacun son tour (id. 8-9 août 1870)

Finalement, face aux problèmes posés par la guerre, l’occupation puis l’annexion, il assure ses fonctions jusqu’en 1872. Mais la durée de son mandat, 7 ans, est inférieure à la moyenne de l’exercice : plus de 16 ans en 18667.

Les activités habituelles du maire

Le maire est le responsable de la commune auprès du gouvernement national, tout en représentant l’autorité de la loi et du gouvernement auprès des habitants de sa commune. Ses fonctions se déclinent de multiples façons ; certaines apparaissent dans les lettres.

  • officier d’état-civil :

 fatigué hier au soir, je me suis couché de bonne heure,  en rentrant de la mairie où j’ai fait un mariage. (Charles Mertzdorff à son épouse, 25 mai 1869)

Ce matin avant 6 h j’étais levé, ayant à 7 h un mariage (id, 26 juin 1871)

Les registres de l’état-civil de Vieux-Thann (numérisés) portent trace de cette activité :

Signature de Ch. Mertzdorff maire sur un acte d'état-civil en 1865
Signature de Ch. Mertzdorff, maire, sur un acte d’état-civil en 1865 

Mais les adjoints sont sollicités pour remplacer le maire, comme en attestent leurs signatures :

Signature des adjoints sur des actes d'état-civil en 1865, 1867, 1870
Signature des adjoints sur des actes d’état-civil en 1865, 1867, 1870
  • attestations diverses :

J’ai été plusieurs fois recherché pour des signatures de mairie. Pour cette dernière, j’ai entre autre signé un certificat de conduite exemplaire à une belle jeunesse de la fabrique que l’on a trouvée dans un lieu que l’on ne dit pas, avec un jeune homme faisant ce qu’on ne dit jamais. Pour cela renvoyée ! à mon avis injustement car le quidam rejoignait son régiment le lendemain. Voilà pour les faits Divers. (id, 22-23 juillet 1870)

  • séances du Conseil municipal :

 ce soir à 8h mon conseil municipal. (id, 26 juin 1871)

aujourd’hui ce soir Charles est au conseil municipal (11h sonnent et il n’est pas encore rentré). Il s’agissait simplement des enfants pauvres à inscrire sur le registre des écoles (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 21-22 déc. 1871)

  • distribution de subventions et charité, inscription à l’école :

Cet après-midi j’ai à faire avec le curé la liste des enfants de l’école (26 juin 1871)

Dans ces activités de gestion le maire affirme son pouvoir civil face au pouvoir religieux. Les lettres mentionnent plusieurs visites au curé, voire un conflit d’autorité : ici au moment de la fête Dieu

j’avais refusé [à l’abbé] les garçons de l’école pendant les heures de classe. Ce qui m’a valu une longue conférence avec M. le Curé & l’abbé. L’on a cédé & pour avoir les garçons après les classes il paie 10 centimes par tête pour 3 h de travail. Cela suffit & au moins ces Messieurs respecteront un peu plus l’école. (Charles Mertzdorff à son épouse, 30 mai 1869)

  • organisation des élections : « un bon mal de tête que j’attribue à ma séance d’hier » constate Charles Mertzdorff après une séance à la mairie pour les élections législatives ; ensuite,  il donne à son épouse les résultats des élections dans les cantons voisins et commente : « après ce beau succès je ne m’en plaindrai pas. » (25 mai 1869). Les préfets sont particulièrement attentifs à l’action des maires dans ces moments-là.

En temps de crise

« Un maire est supposé agir par influence, prestige et conviction plutôt que par contrainte8. » Ces qualités se trouvent mises en œuvre – et en scène dans les lettres – par Charles Mertzdorff dans l’exercice de ses fonctions en période de crise, qu’il s’agisse de revendications ouvrières ou de guerre.

  • Une grève. Il se montre en maire efficace et, en même temps, en patron paternaliste attentif à la bonne marche de ses ateliers :

Je suis à la mairie. Je viens de recevoir

1° la députation des ouvriers hommes.

2° les femmes-filles […]. Voilà 2 h que je passe à écouter toutes les réclamations des uns & des autres. Mais pas un mot désagréable, pas de menace, c’est en suppliant que tout ce monde là a passé devant moi. J’ai promis aux uns, refusé aux autres. Mais la grande généralité je les ai remis après la reprise du travail. En somme j’ai demandé toute ma liberté, leur laissant la leur. Mais je crois que demain nous aurons les 3/4 des ouvriers qui viendront travailler & pour nous je considère la grève comme terminée. Je vois une fois de plus que l’on a confiance en moi & compte sur moi. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 juillet 1870)

  • La guerre. Dans cette période d’incertitude, de combats et d’invasion des troupes allemandes, l’épouse et les petites filles sont maintenues momentanément à l’écart. Une correspondance serrée s’ensuit, où se manifeste en particulier les inquiétudes de Charles Mertzdorff, en tant que propriétaire, industriel, citoyen patriote et en tant que maire. Pour faire face à la situation, il est très présent (« J’ai réuni mon conseil & dès demain matin il reste réuni en permanence », 16 septembre 1870). Deux mois plus tard l’épouse est rentrée, les Allemands sont là. Le maire cherche des appuis et s’entoure de ses adjoints :

Le Maire d’ici [lui-même] s’étant quintuplé nous étions hier toute la journée à la mairie. M. Berger, Heuchel, Zimmermann adjoint & moi. Je ne suis pas fâché de mon coup d’état, j’aurai au moins un peu de liberté & une immense responsabilité de partagée. (2 novembre 1870, Charles Mertzdorff à ses beaux-parents, dans un village des environs)

1h. Nous venons de dîner ; père [Ch. Mertzdorff] a passé sa matinée à la mairie avec MM. Berger, Zimmermann et l’oncle, tous les fusils sont rentrés et ces messieurs vont attendre à la mairie que les prussiens viennent les chercher, la voiture est déjà attelée… Les voilà. La cour est bien tranquille. (5 novembre 1870, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff aux petites Marie et Emilie Mertzdorff chez leurs grands-parents)

La charge de maire pèse à Charles Mertzdorff (« Impossible de bouger d’ici… Maudite mairie ! », 8-9 août 1870). Mais il assure la transition lorsque l’Alsace devient une province allemande. Sa signature se retrouve au bas des actes d’état-civil, qui sont alors pré-imprimés et, bien sûr, rédigés en allemand.

Signature de Ch. Mertzdorff sur un acte d'état-civil en Allemand (1872)
Signature de Ch. Mertzdorff sur un acte d’état-civil en allemand (1872) 

  1. Jean-Pierre Kintz, Haut-Rhin, collection Paroisses et communes de France, sous la direction de Jean-Pierre Bardet et Claude Motte, CNRS Éditions, 1994. []
  2. Les Maires en France du Consulat à nos jours, M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Publications de la Sorbonne, 1986,  pages 28-29. []
  3. Les Maires en France, op. cit., p. 43. []
  4. Bernard Vogler, « Une région originale, l’Alsace », in Les Maires en France, op. cit., p. 189. []
  5. Les Maires en France, op. cit., p. 38. []
  6. B. Vogler, op. cit., p. 194 et 198. []
  7. Les Maires en France, op. cit., tableau page 71. []
  8. Les Maires en France, op. cit., p. 40. []

Marie Anne Wallenburger, épouse Neeff (1834-1874)

Des personnes apparaissent fugitivement dans les lettres, que seul un événement survenu (décès, mariage, naissance) et des recherches dans l’état-civil permettent de nommer (l’état-civil de Vieux-Thann, dans le Haut-Rhin, est numérisé). Ainsi un « maçon italien » tombé d’un échafaudage devient Pierre Trentini, venu de Lombardie où il a laissé son épouse, entouré en Alsace par une communauté familiale et de voisinage. Ainsi celui qui à Vieux-Thann apporte le courrier au bureau de poste, dont on écrit en se hâtant de terminer la lettre : « Melcher va venir prendre ma lettre », « Melcher attend ».

« Melcher »

« Melcher » ou « Melchior » est souvent cité. À côté des mentions elliptiques, au fil des ans, la connaissance du personnage se complète : le décès d’un de ses enfants (mentionné dans une lettre à propos des coliques et maux de tête de la petite Émilie Mertzdorff), retrouvé dans le registre d’état-civil, permet de lui donner son nom, Neeff :

Hier soir Melchior le concierge a perdu une petite fille de 5 ans de croup, tu sais malgré soi, ça impressionne toujours un peu. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10 janvier 1872)

Il s’agit de la petite Thérèse Denise Neeff, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872 d’une forme laryngée de la diphtérie. L’une de ses sœurs meurt peu après, sans laisser de trace dans une lettre. Quelques mois plus tard, par deux fois, Charles Mertzdorff annonce d’autres décès à sa fille :

Je ne sais si je vous ai dit que le petit enfant de Melcher qui était toujours malade & chétif est mort cette semaine, il avait 3 ans. C’est un bonheur pour la pauvre créature & ses parents. (12 octobre 1873)

Le dernier enfant de Melcher est mort ces jours dernier de sorte qu’il ne leur reste plus que 4. Ils ont bien déjà perdu 10 enfants ces pauvres gens. Il avait un an & a bien & cruellement souffert. de sorte que l’année passée ils en ont perdu 2. (21 janvier 1874)

Les actes de décès permettent de découvrir le nom de la mère, l’épouse de Melchior Neeff : Marie Anne Wallenburger. Malgré la fréquence des noms Neeff et Wallenburger dans les tables décennales, on peut identifier les événements qui scandent l’histoire de ce couple. À travers les registres, une vie se dessine en pointillés de deuils.

« Marianne »

Alain Corbin, après avoir publié la biographie d’un sabotier percheron du XIXe siècle, indigent et analphabète, choisi au hasard1, déclare au journaliste qui lui demande « Si vous alliez plus loin dans le défi d’historien, quel sujet choisiriez-vous ? » : « Une femme », car, explique-t-il, si « le soldat, le contribuable, le chef de famille, l’électeur laissent des traces », la femme en revanche « ne vote pas, ne fait pas de service militaire, est rarement chef de famille, elle a beaucoup moins souvent maille à partir avec la justice »2. Seules quelques dates évoquent le destin de Marie Anne Wallenburger.

Elle est née le 3 avril 1834, fille d’un ouvrier de fabrique (né vers 1802). Elle travaille comme « ouvrière de fabrique » puis « portière ». Le 9 janvier 1854 elle épouse à Vieux-Thann Melchior Neeff, né le 22 janvier 1823, fils d’un tisserand.

Quinze enfants naissent, dont beaucoup meurent en bas âge :
– Marie Anne, née le 18 août 1854
– Dominique Ferdinand, né le 30 juillet 1855, décédé le 16 mai 1857
– Marie Louise, née le 17 novembre 1856, décédée le 19 mars 1860
– Marie Anne, née le 29 août 1858
– Marie Eugénie, née le 2 février 1861
– François Xavier, né le 27 avril 1862
– Joseph, né le 10 mai 1863, décédé le 8 septembre 1863
– Marie Anne, née le 5 juillet 1864, décédée le 18 janvier 1945
– Marie Anne Louise, née le 2 juillet 1865, décédée le 25 novembre 1866
– Thérèse Denise, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872
– Amélie Caroline, née le 21 septembre 1868, décédée le 19 janvier 1872
– Madeleine Louise, née 9 décembre 1870, décédée le 6 octobre 1873
– Marie Stéphanie, née le 26 décembre 1872, décédée le 13 janvier 1874
– un enfant mort-né le 23 mai 1873
– un enfant mort-né le 24 octobre 1874. Marie Anne Wallenburger décède le même jour. Elle a quarante ans.

Au cours de la période 1830-1880, « la lutte contre la mort marque le pas » rappellent les démographes3. Le quotient de mortalité pour les enfants de 1 à 5 ans est de 107 ‰ en 1880 (il est tombé à moins de 3 ‰ aujourd’hui) ; la malnutrition et la sous-nutrition aggravent certaines maladies infectieuses.

Une lettre de Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards clôt cette destinée de maternités et de deuils :

Tu as su l’évènement de la mort de cette pauvre Marianne qui laisse quatre enfants, cette femme était exténuée, son mari a un visage qui fait peine à voir, il est bien à plaindre. (8 et 9 novembre 1874)

Melchior Neeff se remarie le 12 octobre 1875 avec Anne Zimmermann. Le 27 octobre 1875, Charles Mertzdorff le décrit « rayonnant dans son nouveau ménage ».

  1. Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot (1798-1876). Sur les traces d’un inconnu, Flammarion, 1998. []
  2. Télérama, 4 mars 1998, Alain Corbin interrogé par Catherine Portevin et Gilles Heuré. []
  3. A. Bideau, J Dupâquier, J-N Biraben, « La mortalité de 1800 à 1914 », Histoire de la population française, 3. De 1789 à 1914, sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988, pages 279 et suivantes. []

Dans l’environnement typographique : le lettrage

Le lettrage

Le Grand Robert de la langue française (1985) le définit ainsi : « action de disposer des lettres (sur une carte, un schéma). Ensemble des lettres ainsi disposées ». Le lettrage est un terme technique apparu dans la seconde moitié du XIXe siècle.  Depuis, les caractères se sont échappés de la feuille de papier pour s’inscrire dans un espace à deux ou trois dimensions ; ils sont tracés dans la pierre, le métal, le bois ou tout autre matière. Ils prennent sens dans le lieu particulier où les lettres typographiques sont situées, dans un environnement où jouent la lumière et les ombres, le temps qui érode, le mouvement des personnes qui leur prêtent attention. Si le lettrage emploie des caractères typographiques, à la différence de ceux-ci, industriellement reproduits, il « est une création unique, conçue dans un but précis et capable de répondre aux contraintes d’échelle, de matériau et d’environnement » (selon la définition reprise par Anna Saccani1 ).

Le lettrage est omniprésent dans les villes contemporaines ; il intéresse les architectes et les sociologues, les artistes, peintres et sculpteurs, les graphistes, voire les tailleurs de pierre ou les forgerons, suscitant publications, études et formations spécialisées. Mais l’écrit dans l’espace public est une pratique ancienne. Armando Petrucci2, par exemple, étudie les messages « verbaux mais aussi et surtout visuels » en « écritures d’apparat » qui manifestent le pouvoir en Italie du XIe au XXe siècle. Que cette exposition soit publique ou non, elle dénote une « fonction consciente d’extériorisation et de solennité ».

Un décor d’initiales

Pour jouer avec les deux sens du mot « lettre », le caractère typographique et la missive, on peut relever les descriptions de lettres dans les lettres : les mentions du lettrage dans la correspondance. L’exemple choisi nous ramène à Caroline Duméril lors de son mariage avec Charles Mertzdorff. La cérémonie parisienne a été évoquée dans un billet précédent. Les fêtes se poursuivent en Alsace, où résidera le nouveau ménage.

Dimanche le repas a bien réussi, la salle (dans notre futur logement) était garnie de pièces de calicots, de guirlandes de verdure, d’inscriptions, au-dessus de nos têtes à Charles, à moi était suspendue une magnifique couronne de feuillage et de fleurs. (22-23 juin 1858, Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents)

dans la cour on avait dressé de longues tables et chacun avait sa place à un excellent souper qui était servi par les contremaîtres et les employés du bureau ; le soir tout était illuminé au milieu des guirlandes et des arcs de triomphe, de nos chiffres en fleurs, enfin dans l’un des ateliers, il y a eu un grand bal que nous avons ouvert Charles et moi (28 juin 1858, Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham)

Le fait que les éphémères inscriptions et initiales en fleurs et feuillages soit mentionnées, même rapidement, signale l’intérêt qu’elles suscitent chez les correspondants (qui ne sont pas Alsaciens) – alors qu’il n’est question ni des tenues vestimentaires, ni du menu, ni de la musique. Cette forme de décor relève peut-être d’un savoir-faire, mis en œuvre ici dans des circonstances profanes, qui se manifeste habituellement dans la confection de constructions végétales lors des fêtes religieuses ; les grands reposoirs pour la Fête-Dieu par exemple étaient habituels en Alsace jusque dans un récent passé. Le lettrage floral était-il courant ? Où, en France à cette époque ? Réservé à quelles circonstances ? Réalisé par des personnes spécialisées, hommes ou femmes ? Je ne sais pas.

L’exploration d’autres formes du lettrage et de l’environnement typographique de la famille Mertzdorff, tel qu’il y est fait allusion dans les lettres, devrait se poursuivre dans des billets futurs.

  1. Anna Saccani, La Ville en toutes lettres. Installations typographiques dans l’espace public, Pyramyd, 2013, p. 24. []
  2. Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, XIe-XXe siècles, traduction de l’italien par Monique Aymard, éditions de l’EHESS, 1993. []

Des poupées

En ce mois de décembre 2018 où les rues et les magasins appellent visuellement les fêtes de Noël, j’ai voulu remettre en vitrine un billet consacré aux poupées, paru il y a cinq ans, et enrichi de quelques images. En 2018, parmi les innombrables cadeaux proposés et attendus, une poupée est élue « Jouet de l’année » : « très réaliste dans ses mouvements, elle tète son biberon, mange à la cuillère, s’endort comme un vrai bébé, et réagit quand l’enfant joue avec »1. Cette illusion du « vrai bébé » fascine aussi au XIXe siècle. Marie et Émilie Mertzdorff (19 et 17 ans), en visite à l’exposition universelle de 1878 qui se tient à Paris, s’attardent devant le « bébé » qui parle  :

Malgré cette température tropicale2 nous avons été tous hier à l’exposition. Nous avons vu […] les fourrures et les joujoux, cette dernière partie nous a fort amusées aussi oncle ne fait-il plus que nous taquiner car il prétend qu’on ne pouvait plus nous arracher du bébé qui dit Ah ! papa, Ah ! Maman ! (Marie Mertzdorff à son père, 24 juin 1878)

Marie est à cet âge charnière qui hésite encore entre enfance et vie adulte. Ainsi, à propos d’une amie de deux ans son aînée :

Je ne puis croire que Jeanne Baudry ait déjà un 2e enfant, c’est singulier que je ne puisse la prendre sérieusement il me semble toujours qu’on parle de ses poupées. (Marie Mertzdorff à son père, 26 février 1879)

Si Marie et Émilie presque adultes continuent de s’extasier devant les poupons, c’est maintenant à leurs petites cousines, Hélène Duméril ou Louise Soleil, qu’elles en offrent, elles-mêmes se réservant de jouer avec les bébés de leur entourage – avant de s’occuper de leurs propres enfants, cinq pour l’une, six pour l’autre.

De la poupée « modèle de mode » au bébé

  • La poupée en forme de femme

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, note l’antiquaire expert Capia3, « la poupée destinée aux enfants de la bourgeoisie se présente sous la forme d’un long corps raide en peau d’agneau, qui tient debout grâce à un bâtonnet fixé au corps et posé sur un socle ». Et lorsque en 1850 Mlle Calixte Huret présente une poupée en gutta-percha, celle-ci a toujours la taille fine. Longtemps la poupée, héritée des poupées dites « de mode » des siècles précédent, a la forme d’une femme, pas d’une fillette.

Poupard en bois à tête pivotante (© Musée de la poupée – Paris)

L’enfant pauvre doit lui se contenter de « poupards », sans bras ni jambes, cylindres de carton moulé ou de bois sculpté surmontés d’une tête grossièrement peinte.

La poupée « de mode » exige de beaux vêtements et chacune, adultes et fillettes, s’active à la confection d’un trousseau raffiné : « robe de poupée en soie bleu avec une queue » (19 février 1875), vêtements cousus ou tricotés (18 décembre 1862). George Sand se souvient d’une poupée « ronde et bien faite », qui « avait une robe de crêpe rose bordée d’une frange d’argent »4.

Poupée de mode, 1869 (© Musée de la poupée – Paris)

Ce qui n’est pas confectionné à la maison peut s’acheter. A côté de la centaine de fabricants de poupées à Paris au milieu du XIXe siècle qui produisent bustes en cire, corps en carton, pieds et mains en bois, sont confectionnés pour elles vêtements, lingerie, souliers, chapeaux, bijoux, perruques et accessoires5. Et lorsque parfois la poupée est abîmée, on peut la donner à réparer :

Ma seconde vue de marraine me fait voir [ta poupée] très malade, la tête et les membres me paraissent avoir besoin du médecin et il me prend fantaisie de te la guérir par un coup de baguette. (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

  • Le bébé

Capia note les perfectionnements des poupées : en 1826 elle ouvre et ferme les yeux ; cela séduit la petite Marie (16 mois) dont le mère se fait l’interprète :

ma jolie poupée qu’on me donne quelquefois est toujours ma favorite, elle est si gentille quand elle fait dodo. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Adèle Duméril, 6 août 1860)

On fabrique des jouets qui parlent (1824), marchent (1826), peuvent bouger la tête (1862), danser (1873) et même nager (1876). Mais une autre innovation modifie l’essence même de la poupée : en 1851 à Londres des poupées prennent la forme de bébés et de nouveaux-nés en cire.

Bébé en papier mâché recouvert de cire (© Musée de la poupée – Paris)

Le terme de « bébé » est employé à partir de 1855 dans les demandes de brevets d’invention. Le jouet n’est pas immédiatement dénommé ainsi dans les lettres, mais il semble présent :

pour Émilie une petite poupée en caoutchouc ce qui vaut le mieux pour elle. (Caroline Duméril-Maertzdorff à son époux, automne 1861)
Tante m’a donné un tout petit bébé qui remue les bras et les jambes. (Émilie Mertzdorff à son père, 8-9 juillet 1871)

Les usages de la poupée

  • Un jeu

Dans le cercle familial et amical, on offre des poupées aux petites filles pour qu’elles jouent, seules ou en groupe, et parfois sous surveillance, car les poupées sont jouets de prix. Cette distraction les occupe depuis leur âge le plus tendre (Marie, 16 mois, « donne à manger à toutes ses poupées » et ce jeu-là « l’amuse bien », 6 août 1860) jusqu’à 15 ans et plus :

nous sommes parties avec elle chez bonne-maman Desnoyers où on a fini la toilette de la poupée qui est ravissante. (Marie Mertzdorff à son père, 7 mars 1875)

Le « nous » de Marie (15 ans) englobe sa sœur (13 ans) et leur cousine (17 ans) ; souvent en effet la poupée est un jeu collectif. On joue avec les cousines, « les petites Duval » ; il arrive même qu’un petit garçon, le cousin Jean (9 ans), se trouve associé (25 octobre 1874).

  • L’apprentissage de la maternité

La poupée ne se résume pas à sa fonction ludique. George Sand évoque longuement dans Histoire de ma vie « cet être inerte qu’on met entre les mains [des petites filles] et qui doit développer en elles le sentiment de la maternité ». Elle-même ne semble pas douter de l’efficacité de cette pédagogie, puisqu’elle note : « J’avais tant aimé et tant soigné mes poupées, que j’avais l’instinct prononcé de la maternité. » Dans les lettres de la famille Mertzdorff ce n’est pas explicitement écrit (ni par les fillettes, ni par les adultes) mais cela transparaît : coudre, coiffer, habiller, donner la becquée, laver et lessiver, cuisiner, etc. toutes ces activités en relation avec les poupées simulent de futures tâches féminines. Alors qu’au XVIIIsiècle beaucoup voient dans le jeu de la poupée une incitation à la frivolité, au XIXsiècle, que ce soit dans la littérature édifiante que lisent les demoiselles Mertzdorff (Les Mémoires d’une Poupée de Julie Gouraud, 17-18 décembre 1871), aussi bien que chez Victor Hugo (Les Misérables : « le premier enfant continue la dernière poupée »), il est admis par tous que la poupée prépare la fillette à son rôle de mère.

“Les Mémoires d’une Poupée” de Julie Gouraud (© BNF Gallica)
  • La poupée comme interlocutrice

Il est un troisième piste que pointe Alain Corbin lorsque, parlant du « secret de l’individu », il aborde le thème de la poupée dans un paragraphe significativement titré : « Médiateurs du colloque singulier »6. Selon lui, « le monologue intérieur a besoin d’interlocuteurs muets qui entretiennent la vibration de l’âme. Trois d’entre eux jouent un rôle non négligeable au XIXe siècle ; et tout d’abord la poupée » – les deux autres sont « l’animal de tendresse » et le piano. Il n’est pas interdit de penser que les petites Mertzdorff, très tôt orphelines, ont parfois trouvé dans leurs poupées un substitut à la présence maternelle disparue. Une phrase autorise cette interprétation :

La petite poupée que je t’avais envoyée et que ta petite maman avait surnommée « la petite Eugénie », existe-t-elle encore ? (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

Cette lettre est adressée à Marie, 4 ans, qui vient de perdre sa « petite maman » ; elle est écrite par Eugénie, la jeune femme qui deviendra bientôt la « seconde mère » de Marie. La poupée est assimilée par son nom à une personne réelle précise, sans que l’on puisse deviner ce qu’il en est pour l’enfant. La réalité de la présence, c’est sans doute ce que recherchait, en vain, George Sand enfant, et qu’adulte elle analyse ainsi : « [les enfants] sont entre le réel et l’impossible. […] Un instant ils ont cru trouver la vie dans cet être muet qui bientôt leur montre ses muscles de fil de laiton, ses membres difformes, son cerveau vide, ses entrailles de son ou de filasse. »

***

« Poupées » et « bébés », ces jouets peuplent le monde des demoiselles Mertzdorff et les lettres de leur famille. Les « poupons » sont présents également, mais ce terme, en revanche, comme parfois celui de « bébé », désigne de vrais enfants :

Mme Raoul-Duval va arriver à Paris avec son poupon (André Marie Constant Duméril à son fils, 27 mai 1832)
Quant au petit Léon c’est un magnifique poupon, il est gros et gras comme une petite boule (Marie Mertzdorff à sa grand-mère, à propos de son cousin nouveau-né, 30 juin-1er juillet 1868)
Elle dit qu’elle n’est plus un poupon, qu’elle est une grande fille puisqu’elle a trois ans (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers à propos de Marie, 5 ans, 29 mars 1864).

 

  1. D’après le site https://www.journaldesfemmes.fr/maman/enfant/1353259-jouets-noel-tendance-2018/#jouets-2018. []
  2. Au sujet de la « température tropicale » du mois de juin 1878, voir l’illustration du billet « Fauteuil roulant ». []
  3. Robert Capia, Les Poupées françaises, Arthaud, 1986, p. 18-19. []
  4. George Sand, Histoire de ma vie, deuxième partie, 1855. []
  5. Capia, Op. cit, p. 25. []
  6. Alain Corbin, « Le Secret de l’individu », Histoire de la vie privée, volume 4, De la Révolution à la grande guerre, dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987. []

Consulter un dentiste

Sous ce titre qui pointe l’hygiène dentaire, l’accroche du billet pourra surprendre, puisqu’elle fait référence… aux élections à la présidence au Chili en ce mois de novembre 2013. Roxana Miranda est candidate au nom du Parti de l’Égalité. Elle-même couturière, elle déclare : « Je ne représente pas le peuple, je suis le peuple.1 » Et elle en apporte la preuve à la suite, en deux traits : « je suis de ceux qui n’ont pas toutes leurs dents, de ceux qui gagnent peu d’argent ». Avant même l’absence de richesse, ce qui caractérise « le peuple », pour elle et son auditoire, c’est l’état de la dentition. Ce critère pourrait être adopté en d’autres lieux et en d’autres temps. À l’inverse, les soins apportés aux dents signalent l’appartenance à une classe sociale plus favorisée. Entre 1868 et 1875 (date à laquelle s’arrête pour l’instant le site), le dentiste de la famille Desnoyers à Paris apparaît des dizaines de fois dans les lettres ; il est cité sous son nom « M. Pillette », quelquefois simplement comme « le dentiste ».

Passer chez le dentiste, une course parmi d’autres

Souvent la visite chez le dentiste prend place dans la série des courses et visites de courtoisie qui s’effectuent à Paris :

Lundi je ferais courses dans Paris comme dentiste et achats (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 6 août 1868)

Demain j’ai le projet de sortir dès 8 h avec Aglaé et les enfants pour aller chez le dentiste, acheter des provisions de ménage et chez M. Buffet. (id. 19-20 août 1870)

Un contrôle régulier est effectué, hors de toute urgence :

pour mon voyage de la semaine prochaine, je commencerai par M. Pillette en arrivant du chemin de fer du Nord et puis ce n’est qu’une idée de moi de faire visiter les bouches de mes 2 chéries pendant que je suis dans la grande ville. (id. 14 juillet 1871)

Il n’est pas rare que le dentiste ne « trouve rien du tout ni chez l’une ni chez l’autre » (15 octobre 1873). Un passage d’une lettre de Marie Mertzdorff à son père résume ces pratiques : la visite chez le dentiste comme un geste habituel inséré dans des activités ordinaires, sans prendre un rendez-vous au préalable, sans motivation urgente et précise :

puis nous prenons l’omnibus qui nous conduit jusqu’au boulevard des Italiens à une certaine porte que tu connais bien celle de M. Pillette. Mais rassure-toi, mon bon père, ce n’était qu’une simple inspection que tante voulait nous faire passer avant de partir pour les bords de la Manche. Nous montons donc ; mais quelle est notre surprise de trouver pas mal de monde dans ce salon où nous n’avons généralement vu que nous. Nous attendons, mais l’heure s’avance et force nous est de partir sans avoir rien fait du tout. Nous étions à 4 ½ chez tante Target (23-24 juillet 1875)

Cet afflux de patients étonne Marie Mertzdorff, elle qui notait quelques mois pus tôt : « M. Pillette n’a pas l’air de faire de bonnes affaires. » (22 mars 1875). M. Pillette accompagne ses soins de recommandations d’hygiène :

ce qu’il recommande surtout c’est qu’on brosse les dents. J’ai bien de la peine à l’obtenir. (la mère des jeunes filles, à leur père, 17-18 juillet 1871)

 

Les soins dentaires

M. Pillette ne se contente pas d’examiner régulièrement la bouche de ses jeunes patientes. Il est amené à intervenir dès leur plus jeune âge.

  •   Arracher une dent

Aujourd’hui nous avons découvert que Mimi [5 ans] a déjà une dent de percée en bas devant il va falloir enlever les anciennes, elles ne remuent pas, enfin la petite coquine a compris que si elle ne l’ébranle pas il faudra aller chez le dentiste et alors elle tâche de la remuer avec son doigt. (30 septembre 1864)

de là boulevard des Italiens chez le dentiste qui commence par Émilie [9 ans] et lui arrache une dent (Marie Mertzdorff à son père, 21-23 août 1870)

  •   Des soins plus complexes

Lundi nous sommes allées chez le dentiste, il a plombé deux dents aux enfants, puis il a mis un peu de coton pour écarter deux dents du devant à Émilie afin de pouvoir lui en plomber une Lundi prochain car il y avait un petit point noir. (2-3 mars 1875)

Qu’il s’agisse d’une dent cassée « terminée d’une manière tellement aiguë que cela [lui] fait mal à la langue » (24-25 novembre 1874), « d’aurifier » des dents (27 octobre 1874) ou de « petit pansement » à renouveler (17-18 juillet 1871), les visites successives s’étalent dans la durée et après « la dernière séance », l’« affaire finie », chacun marque sa satisfaction et son soulagement.

  • Prise en charge de la douleur

L’appréhension de la visite chez le dentiste, « le mauvais moment » qui approche sont plusieurs fois évoqués :

J’avais parlé dans la journée de dentiste mais j’ai été accueillie par 2 grosses larmes aussi je remets cette visite que je ne crois pas urgente. (17 août 1870)

Cependant M. Pillette cherche à éviter la souffrance de ses patientes :

il veut me rendre insensible ma dent à laquelle je ne touche pas depuis deux ans. il me met du coton avec je ne sais quoi et dit de revenir Lundi. (Marie Mertzdorff à son père, 21-23 août 1870)

Eugénie Mertzdorff qui depuis son mariage en 1864 s’occupe des deux filles de son époux, raconte longuement une séance chez le dentiste. Elle veut à la fois tenir au courant le père de tous les faits et gestes des enfants, mais aussi se justifier dans son rôle de mère adoptive, rôle qu’elle a hésité à accepter et dont elle doute encore de le remplir correctement malgré ses efforts. Elle ressent la nécessité de se présenter en mère attentive et compétente. Elle détaille donc les incidents, ses réactions et son implication, remarquant elle-même : « en voilà bien long, ce n’est rien de grave » :

Nous sommes montées chez M. Pillette […] Est arrivé le tour de Mimi [9 ans], il l’a regardée et a dit qu’il fallait ôter ces deux petites dents qui ne tiennent plus puisque j’avais déjà voulu plusieurs fois lui prendre l’une d’elles, mais elle s’y était toujours refusée. Quand Mimi a entendu cela voilà un enfant qui se met à pleurer, à crier & à ne plus vouloir ouvrir la bouche, enfin un de ces beaux entêtements bien conditionnés, rien que cela puisqu’on ne l’avait pas touchée et que nous l’assurions qu’elle ne sentirait rien ; ça a duré une heure, j’ai tenu bon, M. Pillette a été très complaisant et à la fin elle a cédé, n’a rien senti du tout, la dent est poussée dessous, et elle a mangé à table beaucoup plus à son aise qu’avec ces 2 dents qui ne tenaient plus. La petite coquine a eu de la peine à avouer qu’elle avait eu tort ; dans la voiture j’en ai pleuré ; cela l’a confondue et, maintenant, elle m’a demandé pardon, a été bien honteuse. » (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 14-15 août 1868)

Après les épreuves chez le dentiste, les petites sont récompensées de leur sagesse ; on leur offre une petite poupée, un beau bouquet, ou « une petite marmite d’un litre pour faire le pot-au-feu de la petite cuisine ».

M. Pillette, dentiste

Nous savons peu de choses de lui, bien qu’il soit actif dans la nouvelle organisation de la profession à la fin du XIXe siècle. La Révolution avait laissé les dentistes à l’écart des réformes qui touchaient médecins et chirurgiens : les professions dentaires restent de type artisanal au XIXe siècle. Un différent oppose alors les médecins dentistes (qui ont acquis un titre d’officier de santé) et les dentistes (qui paient simplement patente). La nécessité du doctorat en médecine pour exercer l’art dentaire et un diplôme spécial de chirurgien dentiste finissent par être reconnus. L’École dentaire de Paris est fondée en 1880, L’École dentaire de France en 1884. M. Pillette est l’un des treize « membres consultants » de l’École dentaire de Paris où, dès l’année scolaire 1880-1881, il enseigne la « prothèse dentaire ». En 1892, quand la loi organise enfin la profession de chirurgien dentiste, des conventions sont signées entre les écoles dentaires et les facultés de médecine, en attendant que l’État assure lui-même l’enseignement.
Malgré l’aide de Bernadette Molitor à la BIUM2 le seul élément découvert concernant E. Pillette, c’est qu’il est l’auteur d’une communication de 15 pages : « Appareils mono-métalliques (aluminium coulé) », publiée dans la Revue odontologique en août 1884.
*
Dans d’autres lettres, à d’autres époques, il est question des dents, celles qui poussent et celles qui font souffrir. Nous aurons peut-être l’occasion d’y revenir dans un billet futur. Mais hors ce M. Pillette, les dentistes ne sont pas mentionnés dans les lettres conservées et des soins donnés aux adultes, il est peu parlé.

  1. D’après Nadine Epstain, « Trait pour trait », France Culture, 15 novembre 2013. []
  2. La BIUM, bibliothèque interuniversitaire de médecine, a fusionné en 2011 avec celle de pharmacie pour former la BIUS, Bibliothèque interuniversitaire de Santé. []

Boire du thé

Le Monde du dimanche 3-lundi 4 novembre 2013 (page 7) raconte « la longue histoire du thé ». Cette boisson, présentée comme « universelle », est mentionnée en diverses occasions dans les lettres des Duméril et des Mertzdorff.

L’histoire du thé

Le thé est connu comme boisson en Chine dès le IIIe millénaire avant J-C. Puis les Européens le découvrent lorsque, au XVIIe siècle, « les bateaux de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales reviennent d’Asie les cales pleines de produits exotiques ». Très vite le thé (le thé vert) l’emporte sur le gingembre, la soie et la porcelaine dans les cales des navires. Au XVIIIe siècle, les Anglais, avec la Compagnie des Indes orientales, supplantent les Néerlandais ; ils sélectionnent le thé sur place, en Chine, et importent directement thé vert, thé noir et thé oolong. Les taxes auxquelles le thé est soumis et le monopole de son transport réservé aux navires britanniques alimentent contrebande et contestation. La révolte des colons américains contre la politique commerciale britannique est à l’origine de la guerre d’indépendance américaine (1775-1783). Le monopole tombe en 1834.

Au XIXe siècle, la durée du voyage des bateaux chargés de thé diminue grandement, et l’Inde concurrence la Chine par ses plantations introduites dans les années 1830. « À partir des années 1860, la folie du thé s’empare du monde » écrit le journaliste Jacques-Marie Vaslin, « on essaie d’en planter partout ». De 1880 à 1884, les exportations vers la Grande-Bretagne sont multipliées par 20. Mais bien avant ce succès, la consommation de cette boisson est attestée chez les Duméril.

La consommation familiale du thé

  •  Offrir du thé fait partie des gestes d’hospitalité tout au long du XIXe siècle. Un proche raconte comment, pour distraire sa fiancée provinciale qui s’ennuie à Paris, le jeune André Marie Constant Duméril et « les philosophes ses amis »

 mirent en usage toutes les ressources usitées en pareille occurrence, même des thés ; tout fut inutile (8 août 1801, 20 thermidor an IX)

La jeune fille resta indifférente, même au thé, et le mariage ne se fit pas. Mais cette collation continue d’être proposée :

Nous ne gardâmes pour le thé que Ninette, ces MM. s’en allèrent un peu avant. (5 octobre 1816)

Samedi soir nous avons été chez les Kestner prendre une tasse de thé puis on a dansé (6 septembre 1859)

J’ai pris le thé dans une famille autrefois à Mulhouse où j’ai vu un amour de petite fille de 8 ans qui nous a fait très gentiment de la musique (6 mai 1860)

  •  Cette consommation sociale du thé nécessite une vaisselle particulière, précieuse, que l’on sort pour l’occasion. Auguste Duméril, qui tient « à ce que nous puissions nous faire honneur du cadeau d’Henri », propose de se faire offrir par son cousin, à l’occasion de son mariage

un thé, c’est-à-dire, un sucrier et ses 12 petites cuillères, une jolie lampe à esprit-de-vin et la bouilloire ; puis, le plateau, car comptant demander quelquefois à nos parents et à nos frères et sœurs de venir prendre le thé chez nous, il faudra bien avoir de quoi l’offrir. (28 mars 1843)

En 1860 Louise Élisabeth Morizot, veuve de Léonard Boulez, lègue par testament à ses domestiques : des meubles (lit, commode, « chiffonnier secrétaire », « table formant bureau », « bibliothèque avec les livres », etc. et sa « boîte à thé avec ce qu’elle contient », sa « théière en métal », son crucifix, sa « vaisselle d’office » […] En outre, « ils jouiront du logement qu’ils occupent et des herbes du jardin. » La théière et ses accessoires, ainsi mentionnés, semblent avoir de la valeur.

  •  À la belle vaisselle et aux invitations festives correspond, pour rester dans le même registre, un fournisseur réputé, Marquis :

Je voudrais ce jour-là une demi-livre de thé vert de chez Marquis et un quart de thé noir, j’aimerais bien que Françoise nous fît des gâteaux de milan jeudi (2 octobre 1821)

F. Marquis jeune, marchand de thé à Paris, est l’auteur d’un ouvrage : Du Thé, ou Nouveau traité de sa culture, sa récolte, sa préparation et ses usages1. La boutique du confiseur Marquis est proche du Palais royal. En 1863, Le Guide parisien d’Adolphe Joanne le mentionne parmi les « confiseurs renommés » de la capitale.

  •  En dehors des réceptions marquées par un certain apparat, l’heure du thé scande le déroulement des journées familiales ordinaires :

il resta avec nous jusques après le thé (8 octobre 1816)

Alfred est parti au moment du thé (20 août 1842)

ton papa n’a pas été fâché qu’ils ne restassent pas jusqu’à l’heure du thé (23 août 1842)

  •  Quels sont les moments de consommation ? Lorsqu’on est seul, il semble que souvent le thé est bu pendant la soirée, au moment du coucher. C’est du moins ainsi que Charles Mertzdorff se représente :

Il était 9 h lorsque je sortais de mon souper & me voici très à mon aise en robe de chambre à t’écrire dans notre chambre à coucher devant une tasse de thé. (30 mai 1869)

J’ai passé ma soirée avec moi-même & mes journaux & mes 3 tasses de thé (2-3 mars 1875)

  •  Boire du thé pour se soigner. En continuité avec les premiers usages du thé (en vente à Londres en 1657 comme produit médicinal) le thé est bu par convalescents et migraineux :

 Il était 7 h lorsque je suis rentré à la maison, j’avais un peu de migraine ce qui m’ arrive fréquemment à Morschwiller, aussi ai-je pris quelques tasses de thé. (Charles Mertzdorff, 23 mai 1873)

D’où vient ce goût familial pour le thé ?

Plusieurs traditions concourent probablement à cette consommation dans la famille Duméril-Mertzdorff qui côtoie des milieux où l’on boit du thé.

  •  Augustin Pyramus de Candolle raconte dans ses Mémoires et souvenirs2 les réunions du samedi de la Société Philomathique de Paris à la fin du XVIIIe siècle, société dont André Marie Constant Duméril fait partie dès 1796 : « Nous nous réunissions chez l’un de nous le samedi soir après la séance de la Société philomathique. Dans cette première époque nous y lisions et critiquions les morceaux destinés au Bulletin ; puis après le travail nous prenions du thé ensemble et causions avec intimité. » Notons que cet Augustin Pyramus de Candolle compose un Épitre au thé (1799) pour Henriette Rath, peintre genevoise et alliée aux Duméril.
  •  Peut jouer également la proximité avec le monde du commerce anglophone et en particulier la fréquentation des Latham (eux aussi alliés aux Duméril) qui comptent parmi leurs activités le négoce du thé :

nous nous sommes trouvés tous réunis chez Mme Latham où nous avions pris le thé. (11 septembre 1844)

André Marie Constant Duméril, son fils Auguste, Charles Mertzdorff, se rendent en Grande-Bretagne au cours de leur vie professionnelle et mentionnent cette boisson :

Le dimanche matin, nous avons été déjeuner chez M. Mitchell (viande froide, café et thé, usage général), puis nous sommes partis avec lui (Auguste Duméril à Londres, 9 juin 1851)

Enfin Je t’écris ces quelques lignes à la hâte, vais prendre mon thé & probablement irai rejoindre les français descendus à un autre hôtel. (Charles Mertzdorff à Manchester, 4 mai 1860)

Les Desnoyers reçoivent à Paris et hébergent deux jeunes filles, cousines anglaises :

Elles sont excessivement faibles et ne prennent presque que du pain, du beurre et du thé. (10 mai 1874)

Cette mosaïque de citations et de situations offre des illustrations saisies sur le vif des modes de consommation du thé, qui conjuguent intimité, réceptions ou solitude. La consommation de cette boisson semble propre à cette famille, dont les lettres mentionnent à égalité thé et café, alors que dans les correspondances du XIXsiècle (d’après le corpus FRANTEXT) le thé est cinq fois moins présent que le café.

  1. Nepveu, 1820 ; 2e édition en 1834. []
  2. Texte édité avec des coupures par son fils Augustin Pyramus de Candolle en 1862 est réédité intégralement par Jean-Daniel Candaux et Jean-Marc Drouin, 2004. []