Archives de catégorie : 1- La vie au XIXe siècle

Les timbres et les tarifs postaux au XIXᵉ siècle

Le geste de coller un timbre sur une enveloppe avant de l’expédier, geste qui nous est aujourd’hui si familier qu’il semble indissociable de la pratique épistolaire, apparaît au milieu du XIXe siècle. En France, les premiers timbres-poste sont émis en 1849 (pour les enveloppes, voir un billet précédent, qui leur a été consacré).

Le port des lettres avant le timbre

Les frais de port n’étaient pas à la charge de l’expéditeur : ils étaient perçus au moment de la réception de la lettre, acquittés par le destinataire. Cette taxe prenait en compte le poids et la distance parcourue par le pli, plus précisément « la distance en ligne droite qui existe entre le bureau de poste où la lettre a pris naissance et celui qui doit en opérer la distribution » (Annuaire des Postes, 1847, p. 191). En 1847, pour les lettres de moins de 7,5 grammes (dites « lettres simples ») la taxe était de 20 centimes au dessous de 40 kilomètres, 30 centimes de 40 à 80, 40 de 80 à 150, etc., jusqu’à 1 F 20 au-delà de 900 kilomètres. Pour une lettre qui frôlait les 20 grammes, il en coûtait de 50 centimes à 3 francs.

Rappelons qu’à cette époque le salaire journalier agricole masculin en Ile-de-France est en moyenne de 2 francs (Jean-Marie Chanut, Jean Heffer, Jacques Mairesse, Gilles Postel-Vinay, « Les disparités de salaires en France au XIXe siècle », Histoire & Mesure, 1995, volume 10, n°3-4). Le député Émile de Girardin déplore ainsi devant la Chambre que « le pauvre », « à longue distance, à moins d’une nécessité impérieuse, n’ose pas écrire car ce serait s’exposer à recevoir une réponse qui pourrait lui coûter le salaire d’une journée de travail » (1847).

Aussi profitait-on des déplacements des proches ou de relations pour leur confier des lettres à remettre : cette habitude est mentionnée à plusieurs reprises, par exemple entre Paris et Amiens (26 janvier 1801) ou bien le 25 octobre 1842 ; mais des incidents peuvent survenir : « M. Radiguet vient de venir me voir. il avait oublié 2 lettres dont on l’avait fait porteur dont une de Désarbret » (31 janvier 1813).

Une réforme des tarifs est réclamée, longue à voir le jour.

Vers un tarif unique, réduit, payé au départ

Les transformations de l’administration des postes accompagnent le mouvement d’intégration des zones rurales à la vie du pays ; les tournées des facteurs dans les campagnes vont de pair avec la construction de routes et de ponts, comme avec le développement de l’instruction primaire des garçons. Dans ce contexte, le développement du trafic postal est espéré, comme  moyen et comme signe de la croissance économique du pays. Ce but est commun aux partenaires qui prennent les décisions aux différents niveaux : l’action de l’État et la volonté des pouvoirs locaux se conjuguent dans les années 1830 pour donner une impulsion nouvelle à l’économie. Mais pour les Postes, deux points de vue s’opposent : ceux qui souhaitent l’instauration de frais de port fixes et peu élevés et ceux qui craignent la perte de revenus que cela risquerait d’entraîner. Car la poste est une entreprise très rentable : selon un rapport de 1844 cité à la Chambre des députés, une lettre taxée 20 centimes en rapporte 10 à l’Etat et une lettre taxée 1,20 F procure des profits sept fois supérieurs à la dépense engagée par l’administration. Certains sont prêts à prendre le risque d’une réforme (faire payer l’expéditeur, à un prix fixe et réduit), comptant sur un accroissement rapide des flux postaux. Le succès de la réforme en Grande-Bretagne, mise en œuvre dès 1840, convainc les plus frileux.

Le port à bon marché est institué par un vote de l’Assemblée nationale, le 24 août 1848 ; il est fixé à 20 centimes. Les tarifs sont désormais calculés uniquement selon le poids du pli, et non plus selon le poids et la distance à parcourir. Le deuxième aspect de la réforme, le paiement préalable du port par l’expéditeur, est encouragé par l’usage du timbre. Le premier timbre-poste français est émis le 1er janvier 1849 : ce timbre de 20 centimes, dessiné et gravé par Jacques-Jean Barre, représente la  déesse des moissons Cérès, symbole de la Deuxième République.

Le timbre "Cérès" noir de 1849 (premier timbre français)
Le timbre “Cérès” noir de 1849 (premier timbre français)

Les couleurs (orange, rouge) du même motif distinguent les valeurs faciales des autres émissions. A partir de 1852, l’effigie de Napoléon III remplace celle de la République. Au fil des ans, elle se décline sans puis avec couronne de lauriers, des dentelures, avec des typographies et des couleurs différentes.

Timbre à l'effigie de Napoléon III (21 mai 1869)
Timbre à l’effigie de Napoléon III (lettre du 22 mai 1869)

Avec la chute de l’Empire, le type “Cérès” est remis en service.

Timbre "Cérès" (lettre du 29 janvier 1874)
Timbre “Cérès” (lettre du 29 janvier 1874)

Dans les lettres, les timbres sont évoqués pendant le siège de Paris en 1870-1871 (des cartes spéciales sont mises en service) puis lors de l’annexion de l’Alsace, lorsque les prussiens imposent de nouveaux affranchissements.

 

 

La bataille de Solferino (1859)

La bataille de Solferino n’est pas seulement le titre d’un film de Justine Triet (sorti sur les écrans français en septembre 2013) qui mêle mise en scène d’un duel conjugal et récit de la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle.

La bataille de Solférino et la réalisation de l’unité italienne

La bataille de Solférino est une étape dans la construction de l’unité italienne. Au milieu du XIXe siècle les patriotes issus de la bourgeoisie libérale piémontaise, regroupés autour de Cavour, rallient républicains et démocrates de la classe moyenne italienne à leur projet d’unification de la péninsule. Cavour convainc Napoléon III d’apporter son aide à cette réalisation et un traité d’alliance est signé entre le Piémont et la France. En avril 1859 ces deux pays entrent en guerre contre l’Autriche et gagnent au mois de juin les batailles de Magenta (4 juin) et Solférino (24 juin). Ce jour-là, au sud du lac de Garde, les armées franco-sardes et autrichiennes s’affrontent sur une ligne de 12 kilomètres. Au centre, sur les hauteurs de Solferino, après des heures de combat, les Français repoussent les Autrichiens qui battent en retraite sous un violent orage. Ils ont perdu 17 000 hommes, tués, blessés et disparus ; les Autrichiens 22 000.

A la suite de cette bataille si meurtrière, craignant les réactions des souverains européens et le mécontentement des catholiques, et malgré l’indignation des patriotes italiens, Napoléon III décide de conclure la paix avec les Autrichiens ; les préliminaires sont arrêtés à l’entrevue de Villafranca (11 juillet) et le traité signé à Zurich (novembre  1859) : la Lombardie est donnée au Piémont, mais la Vénétie est laissée aux Autrichiens. L’unité italienne se poursuit cependant : l’annexion des duchés de l’Italie centrale, de la Romagne pontificale et du royaume de Naples permet de proclamer le royaume d’Italie (mars 1861), auquel est rattachée la Vénétie (1866). En 1870 enfin, Rome devient la capitale de l’Italie.

Fêter la paix

Les lettres de la famille Mertzdorff-Duméril expriment le désir de paix après la guerre en Italie, et la liesse à l’annonce de l’armistice de Villafranca. La « bienheureuse nouvelle » « à laquelle on peut à peine croire » parvient en Alsace le 12 juillet, par une dépêche. Ce sont alors « cloches, canon et cris de joie ». Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann, décide de donner une fête le dimanche suivant pour faire « danser tout le monde gratis afin que tous ceux qui n’ont même pas un sou à dépenser puissent s’amuser comme les autres » (lettre du 13 juillet 1859).

Cette « fête nationale a parfaitement réussi » nous apprend la lettre suivante (18 juillet 1859) :

il y avait grande joie, grand enthousiasme et pourtant pas une dispute, pas un homme ivre, pas un couple inconvenant, c’était une foule compacte qui se remuait le mieux qu’elle pouvait au son d’une très bonne musique […] C’était un curieux mélange de vieilles gens, de gamins, de jeunes personnes, d’ouvriers de tous genres […]. A 5 h le conseil municipal a ouvert le bal, Charles en tête avec la fille du maire […] On avait mis à l’entrée de la place un tronc pour les blessés de l’armée et la recette a été dit-on fort belle. (lettre du 18 juillet 1859)

 Conjurer l’horreur

La bataille de Solférino a marqué les contemporains. Et d’abord les témoins du massacre, y compris Napoléon III qui aurait été bouleversé par la vue du champ de bataille – un charnier. Henry Dunant (1828-1910), banquier suisse en voyage d’affaires, découvre les dégâts humains de la bataille de Solférino. Il recrute des bénévoles pour donner les premiers soins aux soldats blessés, quel que soit leur camp. À partir de cette expérience, il écrit un livre, Un souvenir de Solférino, publié en 1862 (la première édition, J.-G. Fick, Genève, 1862, est numérisée par la BNF). Il préconise qu’une convention internationale garantisse la protection des victimes de la guerre et que tous les pays créent, en temps de paix, des sociétés de secours qui mettraient à disposition, en temps de guerre, des volontaires formés pour soigner les blessés. Son appel donne naissance au Comité international de secours aux militaires blessés, qui devient en 1876 le Comité international de la Croix-Rouge. La première convention de Genève, ratifiée en 1864, se réfère à ses propositions. Henry Dunant obtient avec Frédéric Passy le premier prix Nobel de la paix en 1901 ; il est considéré comme l’un des fondateurs du mouvement de la Croix-Rouge internationale.

Henry Dunant, Un souvenir de Solférino, 1862
Henry Dunant, Un souvenir de Solférino

 

Gambetta et les Scheurer-Kestner : une anecdote

Le nom de Gambetta, comme celui de nombreux hommes politiques du temps, apparaît dans la correspondance familiale : Léon Gambetta et Charles Floquet visitant les forts de la défense parisienne (lettre du 28 août 1870) ou Gambetta quittant Paris en ballon (lettre du 31 octobre 1870 de la jeune Marie Mertzdorff qui, frappée par ce moment que la mémoire nationale retiendra, rêve de s’échapper comme lui). Au-delà de ces allusions au personnage public, il est fait mention des liens plus spécifiques que Gambetta entretient avec l’Alsace.

L’engagement politique de Gambetta pour l’Alsace

C’est ce que signale Eugénie Desnoyers en citant à son époux Charles Mertzdorff un article du journal l’Avenir National : « Nous apprenons que les dames de Thann viennent d’offrir à M. Gambetta un tableau dû au pinceau de M. Henner, représentant L’Alsace attendant sa Délivrance. C’est M. Scheurer-Kestner qui aurait eu l’honneur de présenter cette patriotique composition à l’ancien dictateur de Tours » (lettre des 15-16 juillet 1871).

Gambetta, né à Cahors en 1838, avocat républicain sous le Second Empire, est élu député en 1869. Après la défaite de Sedan, il joue un rôle essentiel dans la proclamation de la Troisième République. Dans le gouvernement provisoire du général Trochu, il occupe le ministère de l’Intérieur qu’il cumule bientôt avec la fonction de ministre de la Guerre. C’est à ce moment que se place l’épisode du ballon monté : sollicité par ses collègues ministres, Gambetta part à Tours (où il arrive le 9 octobre 1871) pour organiser la guerre depuis la province. Partisan d’une « guerre à outrance », Gambetta proteste contre l’abandon d’une partie du territoire imposé par l’armistice. Il démissionne et participe aussitôt aux élections à l’Assemblée nationale (8 février 1871) : élu dans 9 départements, il opte pour le Bas-Rhin. Il s’associe le 16 février à la protestation des élus de l’Alsace et la Lorraine et démissionne de son mandat du Bas-Rhin. Après un séjour de repos en Espagne, il revient à la vie politique, toujours défenseur convaincant de la République et proche des Alsaciens. De ce lien privilégié, les lettres du site se font l’écho.

Gambetta intime

Charles Mertzdorff, depuis l’Alsace, donne à sa fille des nouvelles du voisinage : « Le bruit court – un petit bruit ? que Mlle Risler-Kestner est fiancée avec M. Gambetta ? Les ouvriers sont dans la maison de Mme Kestner l’on y fait de grands travaux, dit-on, tout est remis à neuf pour recevoir ce grand personnage qui viendra villégiaturer à Thann » (lettre du 28 mars 1874). La fiancée présumée, Mathilde Eugénie Risler, est une nièce d’Auguste Scheurer-Kestner (il a accolé à son nom celui de son épouse Céline Kestner).

Le lendemain, Marie Mertzdorff rétorque à son père : « Quant au mariage de Nini Risler avec Gambetta tu me permettras de n’y pas croire énormément. » La jeune Marie Mertzdorff se fie à son intuition, car la jeune fille – pudeur oblige – n’est sûrement pas informée de ce qui est pourtant de notoriété publique : depuis 1872 Gambetta a pour maîtresse Léonie Léon, fille d’un colonel, mère d’un fils qu’elle a eu précédemment d’un cadre de la police impériale ; Gambetta entretiendra avec elle des projets de mariage, interrompus par le décès précoce du tribun en 1882.

Gambetta et les Scheurer-Kestner

Au-delà de l’anecdote, le rapprochement des deux noms, Gambetta et Scheurer-Kestner, n’est pas dépourvu de sens : Auguste Scheurer-Kestner fait partie de l’entourage agissant de l’homme politique. A la chute de l’Empire, Scheurer-Kestner rejoint les nouveaux compagnons qui enrichissent le réseau autour de Gambetta. Lorsque Gambetta fonde son propre journal, La République française, qui paraît en novembre 1871, il fait appel aux souscriptions de plusieurs industriels alsaciens. Et lorsque le journal quelques années après connaît des difficultés de gestion, « ce sont deux amis riches et sûrs, Scheurer-Kestner et le banquier Edmond Adam, qui le tirent d’affaire » (Pierre Barral, Léon Gambetta, tribun et stratège de la République (1838-1882), 2008, page 101). Barral mentionne à côté du soutien financier apporté par l’industriel, « l’hospitalité amicale » que lui offre la famille Kestner. La mort prématurée de Gambetta ne met pas fin aux attentions de cette famille. Auguste Scheurer-Kestner prend alors « l’initiative d’une souscription, afin d’assurer à Léonie Léon une rente mensuelle ». Sa fille, Jeanne Scheurer-Kestner, épouse du diplomate Marcellin Pellet, entretien avec elle « une correspondance abondante et suivie » (p. 268-269). Et Auguste Scheurer-Kestner est l’instigateur, « une fois de plus », avec son beau-frère Camille Risler (le père de l’éphémère et virtuelle « fiancée » de 1874, depuis mariée à Jules Ferry), d’une souscription pour l’édification d’un monument. La statue de Bartholdi (qui est né à Colmar), offerte par les Alsaciens-Lorrains, est placée dans la propriété de Gambetta au domaine des Jardies à Sèvres. Lors de l’inauguration en 1891 Scheurer-Kestner se souvient : « Ici sa tendresse pour nous débordait, rompant les entraves de la politique et de la raison d’État. » (cité p. 274).

Gambetta - Statue de Bartholdi aux Jardies ©Association culturelle de l’Eglise protestante de Boissy Saint Léger
Gambetta – Statue de Bartholdi aux Jardies (Sèvres), offerte par les Alsaciens-Lorrains

 

Marcher dans l’Aisne

Marie Mertzdorff rapporte à son père « une petite aventure » arrivée à ses amis Arnould (lettre du 12 octobre 1874). Elle raconte comment M. Arnould et ses enfants adolescents ou jeunes adultes ont entrepris de rallier à pied Saint-Gobain depuis Trigny. Marie précise: 16 lieues parcourues en 2 jours. La lieue est une unité de longueur (variable) utilisée sous l’Ancien Régime ; elle a comme origine la distance que peut parcourir un homme à pied en une heure ; la lieue métrique vaut 4 kilomètres.

Les gendarmes

Voici l’anecdote : la famille harassée au soir de la première journée échoue pour la nuit dans une auberge. L’aubergiste intrigué par ces clients insolites et suspectant des « espions prussiens » (chaque époque a ses fantasmes : la figure de l’ennemi « prussien » hante ces années d’après guerre) avertit les gendarmes. Le père de famille réveillé en pleine nuit, et qui a négligé de se munir d’un passeport, a toutes les peines du monde à les convaincre de son honorabilité.

Pour le contact rugueux avec les gendarmes, on pense à un épisode du Tour de la France par deux enfants, situé dans les mêmes années (G. Bruno, innombrables éditions de ce livre de lecture à partir de 1877, numérisation BNF).

Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)
Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)

André et Julien, les deux enfants, se trouvent en difficulté près de Besançon ; ils vont au-devant de deux gendarmes à cheval : « Les gendarmes, d’un ton sévère, commencèrent par dire à André de montrer ses papiers. » Mais, comme l’affirme la morale de cette page : « Quand on n’a rien à se reprocher, on n’a point sujet d’avoir peur. » (pages 7071)

La randonnée

Sur une carte, Trigny et Saint-Gobain sont éloignés de 50 kilomètres à vol d’oiseau. Le point de départ de la marche de la tribu Arnould, Trigny, est mentionné comme lieu de naissance de plusieurs des enfants de la famille. Et le but du voyage est Saint-Gobain, où l’époux de Lucy Arnould est directeur général des Glaceries Saint-Gobain.

En lui-même, ce projet de marcher a retenu mon attention. Il fait écho au récit de Jean-Paul Kauffmann qui, suivant la Marne à pied depuis Paris jusqu’à sa source, traverse des régions voisines, un peu plus au Sud (Remonter la Marne, Fayard, 2013). Lui aussi fait l’expérience des sentiers désertés et des auberges décevantes, de l’étonnement et de la méfiance des personnes rencontrées – en 2012, ce n’est plus l’espion que l’on craint, ni l’étranger, mais « le rôdeur ». Mathilde Arnould fait des croquis, et Jean-Paul Kauffmann note ses impressions : les marcheurs cherchent à garder trace des paysages et des expériences traversés.

 

Promenade à Paris: les Buttes-Chaumont

En 1863, « il est question de créer sur les buttes Chaumont, précise Le Guide parisien de Joanne, une grande promenade ou parc, de 20 hectares environ de superficie, dont les entrées principales seront ménagées sur la rue Fessart et la rue de Crimée. L’étude et l’exécution de ce projet sont confiées à M. Alphand, ingénieur en chef de la ville de Paris. » La ville a acquis en 1862 le terrain des buttes Chaumont, sur la colline de Belleville. Il est creusé de carrières de plâtre qui employaient 800 ouvriers au milieu du XIXe siècle : celles nommées « Butte-Chaumont » et « Centre » étaient à ciel ouvert, tandis que l’« Amérique » (qui exportait jusqu’en Amérique) était exploitée en galeries souterraines.

Sous la direction du préfet Haussmann l’endroit est aménagé en 1866-1867 par Alphand et Barillet. Le parc des Buttes-Chaumont est inauguré le 1er avril 1867, lors de l’Exposition universelle. Charles Mertzdorff, venu à Paris l’année suivante, le visite en compagnie de ses beaux-frères (lettre du 21 juillet 1868). Le relief accidenté, la grotte, les rochers, le lac, les colonnes du temple perché de la Sibylle, les points de vue sur Paris ne semblent pas marquer son imagination car, par comparaison, il trouve son propre jardin alsacien « très gentil » .

Il est vrai que la végétation est encore grêle et clairsemée, comme le montrent les photographies de Charles Marville (dont les agrandissements sont actuellement exposés dans le parc)

Le Parc des Buttes-Chaumont, Paris, 1867 (détail) © Charles Marville/BHVP/Roger-Viollet
Le Parc des Buttes-Chaumont, Paris, 1867 (détail) © Charles Marville/BHVP/Roger-Viollet 

Peu d’années après, arbres et arbustes ont poussé, transformant le paysage, et Alphonse Daudet peut en faire la promenade favorite d’une demi-mondaine, Ida de Barancy. Elle est la mère de Jack, le triste héros d’un roman (Jack, 1876) qui reprend la trame d’une enfance malheureuse, comme Le Petit Chose (1868).  « Par les longues soirées d’été » elle s’alanguit dans « le square des Buttes-Chaumont que l’on venait de terminer, square immense et mélancolique, improvisé sur les anciennes hauteurs de Montfaucon, orné de grottes, de cascades, de colonnades, de ponts, de précipices, de bois de pins dégringolant tout le long de la butte. Ce jardin avait un côté artificiel et romanesque qui faisait à Ida de Barancy une illusion de parc grandiose. »

Le 16 août 1870 : meurtre à Hautefaye

Les faits

Alain Corbin résume ainsi les faits auquel il a consacré un livre1 : « 16 août 1870. Hautefaye. Commune de l’arrondissement de Norton. Dordogne. Un jeune noble est supplicié pendant deux heures, puis brûlé vif ( ?) sur le foirail, en présence d’une foule de trois à huit cents personnes qui l’accusent d’avoir crié : “Vive la République !” Le soir, les forcenés se dispersent et se vantent d’avoir “rôti” un “Prussien”. Certains regrettent de ne pas avoir infligé le même sort au curé de la paroisse. » Un chapitre du livre reconstitue le parcours à travers le village du jeune noble poursuivi par ses tortionnaires – un groupe changeant, composé en majorité d’hommes mûrs, joyeux, venus de l’extérieur pour la foire. Parfois ils semblent abandonner la poursuite, puis la reprennent, recommencent à frapper, à peu de distance de la place où une partie des participants à la foire reste ignorante ou indifférente au massacre.

La presse donne à ce fait divers un retentissement immédiat qui fascine les contemporains – et les historiens ultérieurs. Une lettre de Charles Mertzdorff y fait allusion (lettre des 22-23 août 1870).

Le sens du drame

Corbin analyse les contextes politique, social et festif dans lequel s’inscrit ce drame. Il montre comment l’imaginaire des paysans de la Dordogne, hanté en ce début des hostilités par les nouvelles désastreuses de la guerre, associe le noble, le curé et le républicain au Prussien, mêlant en une représentation hostile et angoissante les diverses figures de l’ennemi. Les menaces contre l’Empereur font craindre à ces ruraux pour leur propre avenir.

Ni émeute frumentaire, ni règlement de compte personnel, ni protestation antifiscale ou antiétatique, rien d’un carnaval tragique, « le massacre-supplice de Hautefaye constitue un geste politique. D’ailleurs, il a été revendiqué comme tel » analyse Corbin (p. 165). Cette mise à mort est la seule façon pour les paysans de dire leurs angoisses, leurs représentations du politique, leur attachement à l’empereur.

Mais cette signification a été occultée. Depuis des atrocités de la guerre de Vendée, la sensibilité a changé, et le drame de Hautefaye inspire une horreur généralisée. Corbin montre comment le procès qui a lieu au début de la Troisième République traite ces événements et les hommes qui les ont accomplis : on a plutôt alors « réactualisé la figure éprouvante du monstre » (p. 166). « Le drame de Hautefaye fascine parce qu’il signale une distance, un écart entre la sensibilité dominante et les comportements de paysans, indifférents à la modification des seuils du tolérable. » (p. 121). Le procès exhibe des paysans monstrueux, des brutes « insensibles et hébétées » (p. 143),

Les inquiétudes de Charles Mertzdorff

En ce mois d’août 1870, Charles Mertzdorff, resté en Alsace, écrit quotidiennement et longuement à son épouse qui est chez ses parents à Paris. Le 22 août, il brosse un tableau de la situation économique et sociale dans la vallée de Thann, qui connaît des problèmes de ravitaillement et où les usines cessent peu à peu leur activité. Il conclut :

Le fait est que l’excitation est excessive qu’un rien peut faire éclater une exécution du peuple […] Voilà où en sont les esprits, tu vois que ce n’est pas gai. Tu as lu la scène des environs de Périgueux [le drame de Hautefaye], c’est absolument ce que nous avons à craindre ici & probablement un peu partout.

Bien que les contextes soient très différents à Hautefaye et à Vieux-Thann, les mêmes inquiétudes agitent les notables devant les « hordes paysannes » (expression de l’autorité préfectorale, citée par Corbin, p. 142) ou le peuple turbulent des ouvriers. La lettre de Charles Mertzdorff est semée d’expressions qui traduisent l’angoisse suscitée par les événements : « doute », « position terrible », « rude tâche », « retraite », « malheur qui accable », « grands dangers », « fureur », « sacrifices », « broyer du noir », « comprends ma peur », « que c’est affreux qu’une pareille guerre ! », etc. Charles Mertzdorff semble bien avoir l’intuition que le situation du pays peut susciter des réactions violentes, irrationnelles et imprévisibles. Sa lettre montre à la fois le retentissement dans toute la France du drame de Hautefaye, l’inquiétude que son récit suscite, et son inscription dans le climat général d’oppression douloureuse des commencements de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

 

  1. Alain Corbin, Le Village des cannibales, 1990, Aubier, p. 7. []

Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet “Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff“. []

Manger à Paris en 1795 : les prix et le manque

En janvier 1795, le jeune André Marie Constant Duméril, choisi comme élève du district d’Amiens (sa ville natale) pour suivre les cours de l’École de santé, quitte son travail de commis et sa pension rouennaise pour venir étudier à Paris. Finis, les soins maternels de Mme Thillaye et les ressources de la province, il doit se débrouiller avec les maigres revenus d’élève de la nation pour vivre dans la capitale. Il partage un logement avec deux de ses frères.

Dès sa première lettre à sa mère (7 pluviôse an III-26 janvier 1795), il réclame « un habit et une culotte ». Bientôt, à ses soucis vestimentaires récurrents s’ajoutent des préoccupations alimentaires :

Et la vie de Paris, vous ne devineriez pas combien me coûte un dîner ? ou plutôt vous ne le voudriez pas croire ? malheureusement c’est Auguste [son frère] qui paye cela pour moi.  (21 février 1795)

Malgré quelques travaux rémunérés, la situation ne s’arrange pas. La lettre à sa mère du 28 mai 1795 est toute entière consacrée à ces problèmes, qui pourraient même compromettre ses études :

Nous avons reçu avant-hier le trop petit pain, que vous nous avez fait passer […] Nous avons reçu aussi il y a environ une huitaine, celui que mon oncle a eu la complaisance de nous faire passer, nous mangeons aujourd’hui le reste du dernier. […] Je suis maigre à faire peur. […] je suis décidé à retourner à Amiens pour un mois ou deux plutôt que de mourir de faim ici.

Le jeune homme revient à la charge quelques semaines plus tard:

je viens d’aller acheter pour 18 livres [monnaie] de pain, 1 livre ½ [poids], nous en avons eu pour notre déjeuner ! si vous pouvez nous en faire passer ; profitez de la première voie. tout augmente encore énormément : le Beurre 16 et 17ll la livre, le fromage de Gruyère vaut ici 10ll, les cerises 3ll, & les groseilles 2ll10 s, les œufs 20 s, jugez comment je fais pour vivre ? (29 juin 1795)

Le prix pain est primordial. Dès avant la Révolution son prix est élevé : 6 livres de pain coûtent 12 sous, soit le salaire d’un journalier. Le pain reste la nourriture de base et la Révolution ne supprime pas la hantise du pain cher et de la faim. Le prix du blé est en augmentation, ce qui provoque agitation populaire et discussions politiques. L’approvisionnement en sucre, en savon, en viande, en chandelles, en vin, etc. est difficile. Finalement la Convention fixe un prix maximum pour les grains puis pour tous les produits de première nécessité (29 septembre 1793). Un mois plus tard, en octobre 1793, est créée la carte de rationnement. Elle donne droit à 750 g de pain par jour, rapidement réduits à 500 g puis, en 1794, à 250 g. Cette quantité est insuffisante pour l’appétit des jeunes gens :

Nous ignorons à qui nous sommes redevables du dernier pain que nous avons reçu et nous n’avons pas remercié les donateurs. […] ce que nous recevons de la section ne suffit pas pour nourrir l’un de nous pendant un jour. (juillet 1795)

Par votre dernière, vous nous mandiez que vous aviez été à Aubigny pour vous procurer du grain. quelle a été l’issue de votre voyage. nous nous ruinons en achat de pain car nous n’en recevons encore que trois quarterons. Quant à moi j’en mange une livre en sus qui me coûte 9ll ou 10ll. nous croyons bien que si nous n’en avons pas reçu jusqu’ici, c’est qu’il vous a été impossible de nous en procurer.  (7 septembre 1795)

La pénurie affecte nombre de jeunes gens (voir « Les étudiants en médecine à Paris sous la Révolution », Le Progrès médical, supplément illustré, 1939, n° 2). Manger : cette préoccupation constante du jeune homme se traduit par des détails et développements dans chacune des lettres à sa mère :

Depuis le Retour de mes frères je n’ai pas mangé une seule fois chez le Restaurateur : nous vivons, nous deux, Auguste, de Beurre, de fromage, & de cerises. (juillet 1795)

et quelques mois plus tard :

 Nous avons reçu pain, beurre et bas : c’est-à-dire le paquet que nous annonçait votre lettre du 27. vous ne pouviez nous faire un présent dont nous puissions mieux sentir le prix : nous sommes dans la situation la plus pénible. Deux jours de suite nous nous sommes trouvés sans pain. […] aujourd’hui, il est trois heures, la farine n’est pas encore arrivée chez le boulanger ; le pain qu’on nous délivre à la section, quoique bien manipulé, porte un mauvais goût. on le dit composé des farines de vesces, de féveroles, de seigle et d’avoine ; si cependant on nous en donnait notre saoul ! mais que sont ¾ ?  nous qui mangerions sans gêne pour  notre  déjeuner  la livre ½ ! le prix du pain est ici exorbitant: le blanc se vend 40ll et l’ordinaire plus commun 30 ou 34ll. Aussi quand nous en manquons, et cela n’arrive que trop souvent, nous sommes obligés de vivre avec des châtaignes, qu’on nous vend 15ll le litron, environ deux pintes d’Amiens : le beurre vaut ici 85 à 90ll, les œufs 3ll 10s, la chandelle 95 à 100ll. Enfin c’est une désolation de l’abomination.  (22 novembre 1795)

 Après Thermidor, en 1796, la Convention abolit le Maximum qui protégeait le prix de la farine et rétablit la liberté du commerce. Tous les prix montent, l’inflation touche durement les plus pauvres et accentue les inégalités. Mais le jeune André Marie Constant Duméril, qui gagne un peu d’argent en secondant les professeurs au Muséum, en préparant leurs cours, voit sa situation s’améliorer.

La mort d’un ouvrier : Pierre Trentini

 Le récit dans les lettres

Le vendredi 7 août 1868, dans sa lettre quotidienne à son épouse alors en villégiature à Villers-sur-mer, Charles Mertzdorff annonce « un grand malheur » arrivé le soir même,    « à 5 h », dans la cour de la maison :

l’un des Italiens, maçon de mon entrepreneur, est tombé du haut de son échafaudage. L’on ne sait comment ; personne ne l’a vu tomber. Il est resté sur le coup sans faire un seul mouvement, il était mort.

Charles Mertzdorff présente la victime :

C’est un jeune homme de 24 ans marié depuis 1 an, sa femme attendant un enfant, son beau-frère est ici travaillant avec lui.

Une enquête est déjà sur lancée la cause de sa chute : « l’on croit qu’il est resté accroché par sa botte déchirée. » L’accident est considéré comme grave, car l’industriel précise :      « Si j’avais été avec vous un télégramme me faisait rentrer. »

Charles Mertzdorff revient sur cet événement les jours suivants, à propos de l’enterrement. Le lendemain samedi (lettre du 9 août 1868) :

Notre pauvre italien sera enterré demain, tous les italiens des environs viendront à son enterrement même depuis Bâle où il y en a beaucoup. C’est un grand malheur !

et le dimanche (même lettre) :

“En ce moment l’on enterre notre pauvre italien, c’est un enterrement considérable. La pauvre femme qui comptait venir rejoindre son mari dans quelques semaines.”

Son épouse Eugénie Desnoyers-Mertzdorff répond en écho : « Quel malheur pour ton Italien » (lettre des 10-11 août 1868). Mais elle est d’abord (lettre du 10 août 1868) et surtout préoccupée des conséquences du drame pour son époux, qui risque d’en être affecté : « La mort de ce pauvre maçon est venue encore te bouleverser. »

Elle le rassure :

c’est un accident complètement en dehors de la fabrique [l’usine de blanchiment des étoffes qui jouxte l’habitation] ; c’est indépendant de toi

et se rassure : Charles sait être philosophe et tenir « la tristesse à la porte ». Et cette page triste sera bientôt tournée : « encore quelques jours et nous serons de nouveau tous les 4 ensemble. »

Donner un nom

Le texte épistolaire familial mentionne de nombreuses personnes, mais toutes, loin s’en faut, ne sont pas désignées par leur nom. L’absence du nom lorsqu’on écrit « l’oncle » signale la proximité, aussi bien que « le préfet » marque la distance. La connivence entre les correspondants régit un système partagé d’anonymat : on élude le nom parce que la personne est reconnue sans cela, ou que sa fonction prime le nom, qu’il importe peu de donner dans ce récit adressé.

Si l’accident du maçon touche Charles Mertzdorff, s’il en parle longuement et donne des détails sur la victime, il ne dit pas son nom. Pourtant il le connaît parfaitement : en tant que maire, il signe l’acte d’état civil qui officialise le décès. Pour identifier le maçon, pour qu’il figure sur le site dans l’index des personnes mentionnées dans les lettres (voir le billet sur les index), c’est à cet acte que nous avons recours. Le registre de l’état civil de Vieux-Thann (où s’est produit l’accident) est conservé aux archives départementales du Haut-Rhin ; il est numérisé et d’accès gratuit. Le maçon décédé est Pierre Trentini, âgé de 26 ans, originaire de Clivio, province de Côme en Lombardie.

Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)
Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)

Ce document donne d’autres éléments de la vie de Pierre Trentini. Ses parents : il est fils naturel et reconnu de Joseph Trentini, tailleur de pierre, décédé à Clivio et de Lucie Buzzi, âgée de 55 ans, vivant à Clivio. Son épouse : Caroline Ghielmetti, fileuse, âgée de 23 ans, demeurant à Clivio.

Par la simple mention du nom des déclarants l’acte de décès laisse entrevoir, parmi « tous les italiens des environs », deux proches de la victime : son beau-frère Gaetano (Gaëtan) Ghielmetti, âgé de 32 ans et son cousin, Basile Catella, âgé de 36 ans, tous deux maçons et originaires de Clivio (l’orthographe de la signature, lue « Ghielmetti », a été préférée à celle adoptée par le secrétaire de mairie, lue « Gulielmeti »).

Les ouvriers qui travaillent pour Charles Mertzdorff sont quasi absents des lettres familiales ; et lorsqu’un événement les fait apparaître (ici, la mort dans la cour de la maison), ils ne sont généralement désignés que par leur fonction. Leur invisibilité se résout dans l’anonymat ; les identifier, lorsque cela est possible, relève de notre travail1.

 

  1. Voir aussi le billet consacré à Marie Anne Wallenburger. []

On marie Caroline

Pour inciter les célibataires à s’inscrire à un club de rencontres, une affiche proclamait récemment dans le métro parisien : « L’AMOUR NE TOMBE PAS DU CIEL ». Quoi que pensent les parents de Caroline Duméril de l’amour et sa spontanéité, ils s’intéressent d’abord au mariage de leur fille et considèrent que cette affaire se prépare en famille et mérite une attention sérieuse.

Au printemps 1858, Caroline a 22 ans. Son père, Louis Daniel Constant Duméril, ne peut la doter : il n’a pas réussi à faire fortune dans l’industrie malgré son association pendant quelques années avec les Say. S’il n’y a pas d’argent dans la famille, il y a en revanche le prestige intellectuel du grand-père de Caroline, André Constant Duméril, médecin et naturaliste, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences. Les semaines d’affairement familial à propos du candidat Charles Mertzdorff sont connues par bribes dans les lettres de Caroline. Par bribes seulement car, d’une part Caroline est tenue à l’écart lors de ces étapes préliminaires dont elle est l’enjeu, et d’autre part elle ne raconte pas tout à sa cousine : « je ne te donne pas d’explication car les écrits restent […] Que n’es-tu ici ma petite Isabelle car je te dirais tout » (30-31 mars 1858). Voici, filtré par ces contraintes, ce qui apparaît de la succession des événements et des sentiments que Caroline souhaite partager avec à sa cousine et amie Isabelle Latham (pour leurs relations, voir le billet : Les cousines-amies »).

Effervescence chez les Duméril

Le projet apparaît pour la première fois dans la lettre du 24 février 1858. Cette mention est camouflée dans un post-scriptum en anglais, dans une marge de la page 3 :

Nothing new about the matter. No news from M. ; must I owe you that I am very glad of it I hope it is finished and wish many good things to the dear gentleman.

Des contacts ont donc été pris qui semblent peu concluants. Une remarque ultérieure laisse supposer la médiation de Noémie Martin, épouse de Frédéric Dollfus ; elle est liée aux deux futurs époux : cousine des Duméril, elle se trouve, par son mariage, en relation avec de lointains cousins Dollfus de Mulhouse qui appartiennent au cercle des connaissances de Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann.

Dans les lettres suivantes (5-6 mars 185813 mars et 17 mars) Caroline n’écrit plus rien sur ce sujet, sa vie étant « fort calme et sans événements ». Mais le 30 mars elle envoie une longue lettre pour s’excuser de son silence de 15 jours. Explication de ce silence :

l’affaire M. a reparu sur l’horizon, d’une manière plus grave, tant d’idées se sont pressées dans ma tête depuis 10 jours que je ne pouvais y faire entrer autre. […] Je suis bien agitée, bien préoccupée peut-être pour rien et le bon Dieu seul sait ce qui m’est réservé […] dans ce moment, pour moi, tout ce qui ne se rapporte pas à la chose, n’est pas une chose, tu comprends ?

On prend les conseils du cousin Henri Delaroche, négociant au Havre, « si bon, si affectueux et de si sage conseil » qui fait « des démarches » ; on écrit « de tous côtés » pour obtenir des renseignements et « on attend les réponses » (10 avril 1858).

Attente de Caroline

La jeune fille reste à l’écart, elle n’a « rien vu », mais elle a « beaucoup entendu ». Elle traverse ces jours où « rien n’est fait » dans l’agitation et l’incertitude, comme des «épreuves ».

il est des moments dans la vie où on n’a plus très bien la tête à soi. Je ne puis te dire toutes les péripéties par lesquelles j’ai passé depuis ma dernière lettre ; les renseignements sont venus de tous côtés et tu sais, dans ce monde, combien il y a du pour et du contre en toutes choses, qu’il est difficile, ma chère amie, de faire alors une moyenne et de décider s’il y a assez de bon pour se décider à sacrifier toute sa vie jusqu’au dernier jour. Tout cela est terrible, je t’assure et j’ai cru un jour la chose finie, le lendemain en voie d’avancer, tous ces changements sont tuants. (18 avril 1858)

Caroline Duméril oppose au « chaos dans [sa] pauvre tête », le souhait « d’être un peu plus vieille » et la soumission :

enfin tout vient à point, dit-on, à qui sait attendre ; ainsi attendons, n’est-ce pas ? (10 avril 1858)

Enfin il faut plus que jamais s’en remettre au Seigneur dans une circonstance semblable, car il n’arrivera que ce qu’Il a décidé et en faisant sa volonté, il y a toujours moyen d’être heureux.   (18 avril 1858)

Le futur mari

Sous le sceau du secret, Caroline donne à son amie les quelques détails qu’elle connaît :

Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38.  (18 avril 1858)

Son inquiétude perce à la perspective de s’unir à un homme plus âgé qu’elle, qui vit en Alsace, dans un milieu dont elle ignore tout. Ce que Caroline ne dit pas, qu’elle ignore sans doute partiellement encore (mariée, elle s’ébahit de la fortune de son mari) et qui pourtant a dû peser dans le choix fait par ses parents, c’est la situation économique de Charles Mertzdorff. Il possède en particulier une usine de blanchiment et d’impression sur étoffes à Vieux-Thann, héritée de son père, et à laquelle il a donné une extension nouvelle. Dans les années qui suivent le mariage de Caroline, son père Louis Daniel Constant Duméril assurera la direction de l’une des fabriques.

Les fiançailles

Charles Mertzdorff s’impatiente et attend « avec anxiété la permission de venir et de voir » la jeune fille. L’entrevue est organisée : une promenade au Jardin des Plantes (où vit Caroline avec ses parents, chez son savant grand-père), que Caroline appréhende ; elle recommande :

oh ! je t’en prie, pense à moi ! comprends-tu ce que c’est que de voir pour la première fois celui à qui on appartiendra peut-être, celui à qui on nous donnera, et qui aura sur nous tous les droits possibles.  (18 avril 1858)

Elle semble cependant consciente dès ce moment du dénouement :

Qui sait si ce n’est pas la dernière fois que je t’écris avant d’avoir répondu un oui fatal ; (non pas au pied de l’autel, pourtant).   (18 avril 1858)

En effet, les événements se précipitent. La lettre suivante, le 8 mai, nous apprend que les fiançailles ont eu lieu –  pendant le séjour à Paris de la cousine et amie Isabelle Latham :

Je t’envoie une petite branche de mon bouquet de fiançailles, garde-le en souvenir de moi.  (8 mai 1858)

Et le 15 juin 1858 Caroline Duméril et Charles Mertzdorff sont mariés. Aux semaines d’incertitude succède l’agitation de la cérémonie du mariage, du voyage de noces, de l’installation en Alsace. Ce sera l’objet d’un prochain billet1.

  1. Voir “Les cérémonies du mariage“. []

Les mots dans les lettres : enfance, jeunesse, adolescence

Pour prolonger le billet sur l’amitié entre Isabelle Latham et Caroline Duméril avant son mariage, une réflexion sur l’adolescence s’amorce. La lecture du livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914 (Belin, 1999), prolongée par celle de Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka[1] (Presses universitaires de France, 2009), m’incite à confronter l’emploi des mots « adolescence », « enfance », « jeunesse », dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle, correspondance qui court actuellement jusqu’en 1873.

  • Du trio, « jeunesse » est le mot le plus employé, et cela des premières lettres jusqu’aux dernières.
  • Le mot « enfance », employé lui aussi sur toute la période, renvoie à une période de la vie que les épistoliers lient d’abord à l’apprentissage. Le mot « enfant », qui à la différence de « jeunesse » permet de distinguer l’individu de la période, est très fréquent sous la plume des épistoliers.
  • En revanche le mot « adolescence » est très rare.

« Adolescence »

Te voilà arrivée à l’adolescence, ma chère enfant, et tu sens combien tu dois de reconnaissance à Dieu, qui t’a fait naître dans un milieu tel qu’est le tien.

écrit Eugénie Duméril à sa petite-nièce Marie Mertzdorff (17 mai 1872). C’est, me semble-t-il, la seule occurrence du mot. Le mot est ancien, mais recouvre des sens divers et connaît au XIXe encore des flottements. Les représentations de l’adolescence dans le second XIXe siècle ne concernent d’abord que les jeunes gens de la bourgeoisie qui fréquentent collèges et lycées ; « la notion d’adolescence se réfère étroitement à l’institution scolaire » note Agnès Thiercé. Dans une énumération de livres pouvant convenir à des enfants, « Berquin » est cité, avec ce seul commentaire : « mais tout n’amuse pas » (17-18 décembre 1871). Arnaud Berquin (1747-1791) est l’auteur d’ouvrages souvent et longtemps réédité qui paraissent tout au long du XIXe siècle : Le Berquin des petits garçons, Le Berquin des demoiselles, etc., et, 1878, Le Berquin des enfants et des adolescents. C’est un indice de la diffusion de cette notion ; il est possible que les mots « adolescence », ou « adolescent » et « adolescente » dont l’emploi progresse à la fin du siècle, apparaissent dans des lettres ultérieures.

« Enfance »

Dans les lettres, « enfance » renvoie, comme on pouvait s’y attendre, au passé : « des souvenirs d’enfance » (18 septembre 1873), une « amie d’enfance » (10 février 1806). C’est le moment où commencent les amitiés : un jeunes homme parle de « l’intimité [de ses] anciens rapports d’enfance » (6 mai 1843). C’est aussi la période des apprentissages : « elle a appris, dès son enfance, à aimer, à honorer tes père et mère » (18 mars 1842). Période que les adultes s’efforcent de rendre douce (« il faut à l’enfance de la gaîté naturelle »,  15-16 février 1864) mais aussi période marquée pour certains par les deuils : Marie et Emile Mertzdorff perdent successivement leur mère Caroline Duméril (alors qu’elles ont 4 et 2 ans) puis la seconde épouse de leur père qui les a élevées.

« Jeunesse »

  • Un âge de la vie

Le mot « jeunesse » est souvent employé en référence à un âge de la vie qui se confond plus ou moins avec l’enfance. Enfance ou jeunesse apparaissent comme le moment privilégié pour l’éducation morale : on acquiert alors « l’ordre et à l’activité » et il faut « être indulgente pour ceux qui se sont trouvés mal entamés dans leur jeunesse & chez lesquels personne n’a développé les bons sentiments » (3 mai 1859)

L’école est l’institution que l’on peut « le plus fortement associer à l’idée de jeunesse » écrit Jean-Claude Caron dans l’Histoire des jeunes en Occident (Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, dir., Seuil, 1996, t 2, p 143). L’institution en tant que telle n’apparaît pas ici, mais bien ce moment d’apprentissage où « la jeunesse ne manque pas de vouloir tout savoir » (10 juillet 1870) et manifeste sa curiosité.

  • Un groupe d’individus

La « jeunesse » ou plus souvent « la petite jeunesse » désigne les enfants de la famille : on consulte « la jeunesse » pour décider d’une promenade en bateau (22 juillet 1870). Ou bien, plus largement, « jeunesse » désigne une classe d’âge : en Alsace « c’est à Noël que se font presque tous les cadeaux et c’est là le grand jour pour la jeunesse » (31 décembre 1858). Cette jeunesse est réputée « bruyante », mais pleine de force et d’énergie.

Ce groupe d’âge a sa sociabilité propre :

Elle est comme nous privée de société pour sa fille, aussi nous nous sommes promis de faire des efforts pour que notre jeunesse se rencontre quelquefois (10-11 novembre 1872)

Auprès des petites orphelines, chacun insiste sur la nécessité de « donner à la jeunesse cette douce et aimable gaîté si nécessaire au développement » (25 octobre 1873)

La jeunesse a besoin de jeunesse, il faut bien rire à cet âge, c’est nécessaire à la santé.  (26 septembre 1871)

Les passages

La jeunesse est une « construction sociale et culturelle » écrivent Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt en introduction à l’Histoire des jeunes en Occident (t 1). Dans son sens moderne, au XIXe siècle, la fin de l’enfance et le passage à l’adolescence se définissent en référence à divers événements, en particulier la puberté et la communion ou, pour les garçons, le service militaire. Quelques-uns de ces repères se trouvent dans les lettres :

  • le service militaire

Charles Mertzdorff signale (sans mention des jeunes gens) qu’il doit assister au conseil de révision en tant que maire de Vieux-Thann (5 mai 1866). A l’été 1870, en période de guerre, la mobilisation des jeunes hommes – et des moins jeunes – revêt une importance nouvelle. A propos du vocabulaire qui nous retient ici, notons cette remarque : « la jeunesse de 19 à 20 ans qui doivent tirer au sort dans 5 mois » (21 août 1870).

  • la puberté

La seule allusion aux premières règles dans les lettres conservées se trouve dans la lettre d’une grand-mère à la jeune femme qui élève sa petite-fille, Marie, bientôt 15 ans :

Quelle bonne nouvelle renfermait ta dernière lettre au sujet de notre chère petite Marie, elle a passé un moment qui donne toujours quelque préoccupation et grâce à Dieu tout s’est fait pour le mieux dans cette chère santé. Maintenant j’espère que sa croissance va s’arrêter car j’étais quelquefois un peu tourmentée de la voir tant grandir.  (23 janvier 1874)

  • la communion

à présent que tu as fait ta première communion tu n’es plus une enfant, mais une personne capable de comprendre et de remplir les devoirs de la vie  (1er novembre 1872)

Là, c’est une jeune femme qui s’adresse à cousine, Marie Mertzdorff, la destinataire âgée de 13 ans passés. Pour cette jeune fille, Marie, on peut ajouter une autre marque de la fin de l’enfance : le fait de se coiffer elle-même (voir le billet sur la chevelure).


[1] Puisque le nom d’Ivan Jablonka vient sous ma plume, je ne peux que recommander la lecture de son Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête (Seuil, 2012). Une enquêtes exemplaire et émouvante dans les archives et auprès de nombreux témoins, un travail qui implique à la fois « la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total » de l’historien.

Caroline Duméril et Isabelle Latham : les cousines-amies

Caroline Duméril, dont l’enfance a été évoquée dans un billet précédent, entretient une relation privilégiée avec sa cousine Isabelle Latham. La première vit à Paris, la seconde au Havre. En novembre 1856, date de la première lettre conservée, Caroline a 20 ans et sa correspondante 15 ans. Une seule lettre d’Isabelle nous est parvenue, 24 de Caroline avant son mariage. Relation familiale et amicale, comme le souligne Caroline à la fin de sa lettre le 11 septembre 1857 : « Adieu ma bien chère Isabelle, reçois avec un bon baiser l’assurance de la vive et sincère affection de ta cousine et amie ».

Échanger visites, lettres et cadeaux

Dans ce dialogue des jeunes filles se retrouvent les pratiques communes de la correspondance familiale. Comme leur parenté, elles échangent des lettres entre leurs visites, « [leurs] tête-à-tête dans le jardin, [leurs] folles causeries, [leurs] réunions de famille » (10 septembre 1857). Les lettres relaient et prolongent les conversations :

après avoir tant joui d’être auprès de toi dans une si grande intimité il me paraît dur d’être privée de toute nouvelle (26-28 septembre 1857)

 Adieu ma chère Isabelle, tu me manques bien je t’assure car j’aimais beaucoup nos bonnes conversations et nos tête-à-tête. (28 octobre 1857)

Comme entre les membres de la famille, les objets circulent. Caroline fait allusion à des cadeaux (une broche, 9 juillet 1857) et, souvent, à des livres échangés :

J’ai dévoré Heartsease [de Charlotte Mary Yonge], je crois que rarement un roman m’a tant intéressée et je te remercie bien de me l’avoir prêté.  (26-28 septembre 1857)

Une écriture propre à cette relation s’instaure, qui balaie les conventions : « Excuse le griffonnage mais je t’ai écrit très vite et te traite en amie » (28 octobre 1857). Un certain formalisme est bousculé, mais la maîtrise de l’art épistolaire permet que cet abandon soit mis au service de l’affectivité.  

Une amitié sous contrôle familial

Cette amitié se développe sous le regard des adultes, dont la présence surplombe leur vie et leurs écrits :

Ta lettre m’a fait moins plaisir peut-être que celles auxquelles tu m’as habituée en ce qu’elle était moins longue et moins intime, mais j’en ai été fort contente d’un autre côté parce que je l’ai montrée et lue in familias et qu’elle a produit le meilleur effet du monde. (5-6 février 1858)

Elles donnent des nouvelles de leur entourage, transmettent les bons souvenirs de leurs proches :

Tu seras mon interprète, n’est-ce pas, auprès de ton bon père pour le remercier […] Dis bien aussi je t’en prie à Mlle Pilet combien son accueil affectueux et ses aimables attentions m’ont vivement touchée […] Tu embrasseras bien fort ma chère petite Mathilde pour  moi. (10-11 septembre 1857)

Ces contraintes de politesse familiale finissent par leur peser, et leur connivence invente un langage codé :

Je suis tout à fait de ton avis, ma chère amie, au sujet des commissions amicales dont nous nous chargeons mutuellement à la fin de nos épîtres ; il va sans dire que nous n’oublions pas les gens que nous aimons et le rappeler chaque fois n’est pas bien nécessaire. Ainsi, c’est convenu, une petite croix en terminant voudra dire les choses les plus affectueuses pour notre entourage et nous ne donnerons des explications que dans les cas particuliers.[…] X signe conventionnel qui veut dire ; maman t’embrasse ; et envoie mille choses à ton père. (9 novembre 1857)

 Les confidences

Alain Corbin note que l’éducation des filles et des garçons de la bourgeoisie, cantonnés dans des relations codifiées, « incite à l’amitié particulière et passionnée » et que pour les jeunes filles « les cousines jouent souvent le rôle d’interlocutrices privilégiées »1. Les confidences échangées sont primordiales dans l’élaboration de la personnalité. Ici, une vraie complicité s’instaure entre les deux cousines. Si Caroline donne à d’autres de ses nouvelles et raconte des « petites bêtises et histoires », elle réserve à Isabelle une « vraie causerie sérieuse et d’amies » (21 janvier 1858).

Loin de la frivolité des amitiés mondaines, elles échangent sur « ce but de la vie, but vers lequel chacun de nous marche et dont si peu s’inquiètent » (21 janvier 1858). Les deux jeunes filles s’étonnent : « Tout le monde songe à bien vivre mais quels sont ceux qui songent à bien mourir ». Après un long développement sur ce thème, Caroline resserre le cercle de l’intimité, qui se marque par des considérations partagées sur la religion :

tout ce que tu viens de m’écrire se rapporte si bien à ces dernières impressions sous lesquelles je suis encore que j’ai cru te faire plaisir en t’en faisant part mais pour toi seule.  (21 janvier 1858)

Marie-Claire Grassi note dans sa thèse (Correspondances intimes. 1700-1860, Université de Nice, 1985) que le thème religieux est un marqueur de l’intimité, surtout entre femmes (graphique page 438). 

Une amitié formatrice

Caroline joue souvent le rôle de l’aînée, insistant sur leur différence d’âge : « j’en ai fait autant à ton âge » (15 novembre 1856). Elle conseille, approuve, encourage :

Je vois que depuis ton retour, ton temps a été bien employé et qu’il le sera activement aussi tout cet hiver ; au reste je t’en félicite car c’est une des grandes jouissances de la vie, je trouve, que d’avoir beaucoup de choses à faire. (8 novembre 1857)

Cette relation entre Isabelle et sa cousine s’insère dans le réseau amical de Caroline, s’enrichit des rapports de l’une et de l’autre avec leurs fréquentations. Lorsque Caroline, alitée, ne peut tenir la plume, elle dicte sa lettre à son amie Eugénie Desnoyers, qui ajoute ses propres mots pour Isabelle :

Je profite de mon rôle de secrétaire, chère Mademoiselle pour vous assurer moi-même de toute ma sympathie, et vous prier de recevoir l’expression de mes sentiments affectueux. (25 novembre 1857)

« L’exercice de l’amitié forme et transforme : en le pratiquant s’élabore le soi autant que l’entre-soi » remarque Anne Vincent-Buffault (L’exercice de l’amitié : pour une histoire des pratiques amicales aux XVIIIe et XIXe siècles, Seuil, 1995, p. 9). Les jeunes filles parlent parfois des mariages dans leur entourage (24 février 1858), les commentent, anticipant leur propre destin. Et lorsque brusquement le mariage de Caroline se trame au printemps 1858, c’est à Isabelle qu’elle fait partager, par écrit, ses émotions.

Souvent, poursuit Anne Vincent-Buffault, les amitiés contractées dès l’enfance et durant la jeunesse apparaissent comme des temps forts et se poursuivent à l’âge adulte. La correspondance de Caroline à Isabelle se prolonge au-delà de son mariage2.

 


 

  1. Alain Corbin, « La relation intime ou les plaisirs de l’échange », Histoire de la vie privée. 4, De la Révolution à la Grande guerre, sous la direction de Philippe Ariès et de Georges Duby, volume dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987 (p. 513-515). []
  2. Pour le mariage, voir les billets “On marie Caroline” et “Les cérémonies du mariage“. []

Les animaux domestiqués

La livraison de février 2013 de La Faute à Rousseau, revue de l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique est consacrée à « l’animal et nous ». Ce sujet polémique, qui a divisé le comité de rédaction, « laisse entrevoir », selon l’éditorial (page 11), « à quel point la question animale , et notamment celle du compagnonnage entre les humains et les espèces dites domestiques, touche à un point sensible de la biographie ». La relation entre l’être humain et l’animal ou au moins la présence d’animaux domestiqués sont-elles mentionnées dans les lettres ?

Les chevaux

Sur toute la période de 1800 à 1870, le cheval est l’animal domestique le plus cité dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. Attelés à des véhicules divers, montés (par des hommes et parfois par des femmes), utilisés lors de déplacements utilitaires ou de promenades, en ville et à la campagne, en temps de guerre aussi, la silhouette des chevaux apparaît en toute occasion, souvent l’espace d’un instant.

Mentionnons quelques apparitions particulières :

  • cheval et épistolaire

« Je t’écris, ma Mie, sur mes genoux, dans une voiture, et le cheval a, sans doute, quelques mouches qui le tourmentent, car il ne cesse de remuer ; ma lettre ne peut donc pas être une page d’écriture » (lettre du 10 juillet 1865)

  • la viande de cheval

Elle est consommée à Paris pendant le siège :

« nous avons encore de la viande de boucherie et en plus de la viande de cheval tant qu’on en veut ; on dit que sous ce rapport nous pouvons tenir très longtemps. » (lettre du 30 octobre 1870)

  • les spectacles équestres

« J’irai peut-être faire, avec lui, une petite visite à Franconi, ce qui me donnerait l’occasion de voir les beaux chevaux que vous avez montés. » (lettre du 21 janvier 1831)

Les Franconi sont une dynastie d’écuyers. Le père Antonio Franconi, originaire de Udine en Italie, arrivé en France dans les années 1760, s’associe avec le célèbre écuyer anglais Astley pour fonder le Cirque Olympique qui connaît une grande vogue dès les années 1780. Les enfants d’Antonio Franconi, Laurent et Minette, soutiennent la réputation de leur père, surtout dans l’éducation artistique des chevaux et la mise en scène d’ouvrages dramatiques.

Les chiens

La figure de Miss, la chienne d’Alphonse Milne-Edwards, s’impose dans les lettres adressées aux enfants. Elle est une présence familière, une compagne des déplacements entre la maison et la gare :

« Miss continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime ; cette aimable bête vient toujours à Montmorency et connaît si bien son chemin qu’elle s’arrête d’elle-même à la porte de maman ; elle revient toujours avec Jean [un petit garçon] et moi le soir mais comme elle est très obéissante nous ne l’attachons pas et lui permettons de courir sur la route. » (lettre du 16 août 1871)

Ce même petit Jean en fait son jouet et la malmène :

« quelquefois il mange son goûter tout en jouant avec le chien ce qui est défendu mais il oublie facilement. Enfin l’autre jour il a attaché au cou de Miss une ficelle après laquelle était une casserole ce qui rendait la pauvre bête presque folle. La punition a été d’être privé de jouer le lendemain avec ce joujou vivant. » (lettre du 3 mai 1871)

Mentionnons, comme pour les chevaux, quelques situations particulières des chiens :

  • L’exposition canine

« L’Exposition des chiens est belle elle attire beaucoup de monde au jardin d’acclimatation » (lettre du 10 mai 1863)

La Société Impériale d’Acclimatation organise pour la première fois, du 3 au 10 mai 1863, une exposition canine au jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne ; 850 chiens sont rassemblés. Le directeur de l’Exposition, Albert Geoffroy Saint-Hilaire, précise : « Ce n’était pas un spectacle de curiosité, encore moins un marché qu’on se proposait d’ouvrir. On voulait, sous un point de vue autant scientifique que pratique, réunir une collection de chiens aussi complète que possible, afin de distinguer les races pures, utiles, ou d’agrément, et les croisements bons à conserver. »

  • Le chien, animal de laboratoire

Comme le lapin, le chien est utilisé par des médecins pour étudier la contagion des maladies (lettre de Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, le 24 mars 1821). Il subit des expérimentations qualifiées par les savants eux-mêmes de « cruelles » :

« Nous avons encore répété sur des chiens vivants de cruelles expériences : heureusement que je supporte assez bien cela : c’est plutôt encore par souvenir que je me préoccupe de la cruauté qu’il y a à opérer ainsi des animaux vivants. Au moment même de l’expérience, la préoccupation qu’elle nécessite et l’intérêt qu’on y met, détournent l’attention d’une manière favorable. » (Journal intime d’Auguste Duméril, le 16 décembre 1841)

Hormis cette Miss et les mentions particulières que je viens de signaler, il est peu question des chiens dans les lettres. Ces animaux sont pourtant présents dans l’environnement alsacien ; un récit de Duméril nous l’apprend. Lorsqu’il visite les propriétés de Charles Mertzdorff que sa petite-fille vient d’épouser, Duméril note :

« [La ferme de Charles Mertzdorff] est très considérable […] le propriétaire s’est réservé un corps assez considérable où l’on peut admettre une assez nombreuse société d’amis et de connaissances des environs pour des réunions de chasses. Les écuries, les granges, les remises, les étables sont nombreuses. la cour est remplie de volailles, il y a une dizaine de chevaux de travail. j’y ai vu sortir pour aller paître un vingtaine de vaches très belles et un jeune taureau. six couples de chiens de chasse. » (récit du voyage d’André Marie Constant Duméril en Alsace, rédigé du 3 au 17 septembre1858)

Les lettres en revanche mentionnent des repas de chasseurs et des envois de gibier, lièvres et lapins, aux parents parisiens et aux amis.

Pas de chat signalé dans les maisons, sauf un chaton imprudent sur le toit (lettre du 25 février 1873)  ou un pilleur de garde-manger (lettre du 11 août 1868).

Les animaux de basse-cour

Les Mertzdorff vivent en lisière d’une petite ville alsacienne, dans une maison aux vastes bâtiments, avec cour, basse-cour et jardins. La production végétale et animale du domaine est mentionnée, mais elle est gérée par des employés et ne retient pas l’attention des fillettes. En revanche, lorsque celles-ci sont en vacances dans la résidence campagnarde de leurs grands-parents, il semble qu’elles soient dans une plus grande proximité avec les animaux et découvrent les soins à leur donner.

« Ce qui m’occupe beaucoup en ce moment c’est d’apprivoiser un petit lapin que bonne-maman m’a donné me permettras-tu de l’emporter à Vieux-Thann ? oh ! oui n’est-ce pas. Mon lapin est très gentil, il vient sur mes genoux, il m’embrasse c’est-à-dire qu’il frotte son museau contre moi, alors c’est à mon tour de le caresser.[…] les poules de tante sont arrivées, il y a trois poules et un coq, Marie était très intriguée de savoir combien de poules il y avait, de quelle couleur était le coq. » (lettre du 21 juillet 1871)

***

Les chevaux exceptés, l’évocation des animaux domestiqués fait partie des thèmes réservés en priorité ou liés aux enfants. Les jeux que chiens et lapins occasionnent, les soins que les jeunes leur prodiguent, leur donne une existence dans les lettres qui ne coïncide pas avec la réalité économique de la présence animalière, rarement décrite. L’affectivité qui colore la mention des animaux touche souvent à un point, sinon « sensible »,  du moins circonstancié, de la biographie.

La chevelure

Une « sculptrice capillaire », Marisol Suarez, interrogée par Le Monde Magazine (9 février 2013), affirme : « Je ne vois rien de morbide dans le cheveu ; je ne comprends pas pourquoi les gens projettent toujours le pire sur cette matière ».

Dans les lettres mises sur le site, il y a pourtant des traces de l’association mort-cheveux. « Maman a été très reconnaissante de l’envoi de cheveux que ma tante lui a fait, elle l’en remercie beaucoup ; elle est bien heureuse de posséder quelque chose de cette pauvre Sophie [sa nièce] » (7 octobre 1830) ; « J’ai vu mourir [cette amie], et je l’ai vu trois fois après sa mort. J’ai de ses cheveux, que je vous montrerai » promet une jeune fille à son fiancé (1er-2 avril 1843). Les cheveux sont montés en bijoux, une « bijouterie de deuil » appréciée dans l’aristocratie et qui se répand très vite dans toutes les classes de la société au XIXe siècle. Une dame propose « un petit souvenir à notre chère Aglaé à l’occasion de son mariage » (11 septembre 1862) : un bracelet avec les cheveux de sa fille décédée, amie de la mariée ; elle précise : « nous mettrons soixante francs dans le cadeau » (le salaire journalier d’un ouvrier est de 3 F). Peut-être parce que les cheveux sont la seule partie du corps qui ne meurt pas après avoir été coupée, qu’ils gardent leur aspect vivant, ils « valent pour la personne elle-même » et sont l’objet d’une dévotion sentimentale, suggère Marie-France Auzépy (Histoire du poil, sous la direction de Marie France Auzépy et Joël Cornette, Belin, 2011, p. 8). Des catalogues exposent toute une variété de réalisations à partir de ces reliques humaines (pages reproduites dans Les Poils. Histoires et bizarreries, Martin Monestier, Le Cherche Midi, 2002).

Souvenirs funéraires, les cheveux (tressés) sont aussi une métaphore du lien et s’offrent au moment du mariage en signe d’amitié, sous forme de mèche (envoi de Caroline à sa cousine, lettre du 28 juin 1858) ou de bijou (« très jolie broche en cheveux » donnée entre amies le jour de la cérémonie, lettre du 12 février 1858). L’attachement sentimental aux enfants se manifeste par le don et la conservation sur soi de leur chevelure : « D’après le désir de Charles [le père], les cheveux des chères petites ont été coupés, elles sont à présent à la Titus et s’en trouvent bien pour le temps de chaleur que nous avons. Je t’envoie deux petites mèches de leurs cheveux que tu ne peux manquer de recevoir avec plaisir. » (8 juillet 1863) ; « Ma petite Emilie, tu pourras voir à mon cou, avec mes médailles et la bague de petite Mère, le petit médaillon contenant les cheveux de mes deux chéries que j’espère embrasser bientôt » (31 octobre-2 novembre 1870).

De la chevelure des messieurs il peu parlé. Tout au plus signale-t-on la couleur : noire, « rouge » et surtout blanche. En revanche, les dames la mentionnent. Les cheveux blancs les préoccupent : « Si maman te demande ce qu’il me faut réponds une petite fanchon pour mettre sur la tête. Je me fais vieille, mes cheveux blanchissent et comme je me coiffe au plus simple quelque chose m’est commode pour me requinquer. » (30 octobre 1872 ; la signataire a alors 35 ans). Et quel entretien ! La jeune Caroline, après une maladie : « Peux-tu croire que je ne suis pas encore démêlée, je ne suis pas assez solide pour supporter de longues opérations et on n’a pu en faire subir encore qu’aux petits bouts de mes nattes. Je porte un filet pour cacher mon pêle-mêle capillaire » (16 décembre 1857). Si les petites filles aiment à coiffer leur poupée (18 décembre 1862), elles attendent d’avoir 14 ans pour se coiffer elles-mêmes, encouragées par leur grand-mère : « il est si bon dans la vie de ne pas être sous la dépendance des autres et de savoir se tirer d’affaire sans avoir recours à personne […]. C’est à l’âge de nos petites filles qu’il faut prendre de bonnes habitudes. » (3-4 juin 1873).

Caroline Duméril: l’enfance

Les correspondances au long cours permettent de suivre des personnes pendant des années, parfois toute leur vie. Ainsi de Caroline Duméril, épistolière au style alerte, présente dans les lettres avant même qu’elle sache écrire.

Caroline naît à Paris, en avril 1836, un an après le mariage de ses parents, des cousins germains. On devine une enfance choyée ; ses oncles et tantes provinciaux se réjouissent d’une visite, l’embrassent par lettre, la décrivent comme « la gracieuse Caroline, si bien douée, sous tous les rapports » (31 décembre 1842). Elle-même prend la plume pour s’adresser à eux : « Caroline, qui sûrement sentira aussi vivement que sa mère, nous a adressé aussi une jolie lettre, composée et écrite par elle-même, qui nous a fait d’autant plus plaisir, qu’elle exprime parfaitement l’ingénuité des sentiments qu’elle porte à son gentil petit frère. » (4 janvier 1843). A sept ans Caroline a une écriture régulière et respecte les formes imposées : « Ma chère petite tante, J’espère que tu te portes bien… » (18 février 1843).

fac similé de la lettre de la petite Caroline (18 février 1843)

 Elle envoie des vœux à ses grands-parents, qui répondent : « Dis à Caroline que nous avons été très flattés, sa bonne-maman et moi, de la jolie lettre qu’elle nous a adressée, le jour de l’an ; que nous avons admiré l’ordre de son écriture, le sentiment qu’elle exprime et particulièrement sa bonne amitié pour Léon [son petit frère]. Dis-lui que je l’en remercie de tout mon cœur, et que je suis bien flatté aussi de la satisfaction que te donne son caractère, que je sais être beaucoup plus souple qu’il ne l’était autrefois. » (26 janvier 1843).

Pour ses sept ans on l’emmène à l’Opéra Comique, voir l’Ambassadrice, de Scribe et Auber, « et bien qu’elle ait été loin de bien comprendre, elle s’est beaucoup amusée. » (13 avril 1843). En visite, elle joue avec ses cousins. Elle va voir la mer à Ostende avec ses parents (elle a dix ans). Elle se lie d’amitié avec Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui habitent comme son oncle et son grand-père au Jardin des Plantes. Elle entretient une correspondance avec sa cousine Isabelle Latham, qui habite au Havre.

[Ces personnes seront présentées dans des billets ultérieurs1]

  1. Voir le billet : Caroline Duméril et Isabelle Latham, les cousines-amies. []