Être maire : Charles Mertzdorff à Vieux-Thann

De 1865 à 1872 Charles Mertzdorff est le maire de Vieux-Thann, petite ville de l’arrondissement de Thann (Haut-Rhin) qui compte 1940 habitants au recensement de 18661. Quelques mentions de son activité d’officier municipal sont à relever dans les lettres familiales.

 Les bornes du mandat

  • L’entrée en fonction. À l’époque où Charles Mertzdorff devient maire, sous le Second Empire, le maire et ses adjoints sont nommés pour 5 ans par le préfet (dans les communes de moins de 3 000 habitants) ; le maire n’est pas obligatoirement choisi parmi les membres du Conseil municipal, qui eux sont élus au suffrage universel masculin. La Troisième République introduit l’élection des maires par le Conseil2. Dans une lettre à sa sœur, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff raconte « les honneurs » qui accompagnent « l’installation de M. le Maire et de Mme Maire » :

Dimanche à 5h du matin nous étions réveillés à coup de canon, à 7 nous passions sous un magnifique arc de triomphe pour sortir de chez nous : « à M. le maire de Vieux Thann » « hommage de ses ouvriers » en bleu sur blanc, le soir illumination et vin chaud au billard pour le conseil municipal.  (11-12 septembre 1865)

Dès le début le nouveau maire, patron d’une usine de blanchiment d’étoffes et propriétaire terrien, s’impose par son statut social. Il est représentatif de ces « patrons du commerce et patrons de l’industrie » qui, avec les paysans, fournissent un nombre accru de maires au cours du XIXe siècle3. Il est conforme aussi au point de vue religieux, car il est un maire catholique dans une petite ville où réformés et luthériens ne sont que quelques dizaines, et « rares sont avant 1870 les communes [d’Alsace] où le maire est d’une confession différente de celle de 90 % de ses administrés »4. Âgé de 47 ans, il est un peu plus jeune que les maires français, dont l’âge moyen est supérieur à 52 ans en 18665.

  • La démission. Il semble qu’en Alsace les maires survivent aux ruptures politiques et que l’administration allemande maintienne en place autant que possible les maires6. Mais pour Charles Mertzdorff, l’invasion allemande de l’Alsace en 1870 précipite sa décision :

Je viens d’adresser ma démission de Maire au Sous-Préfet […] Bien entendu je resterai à mon poste jusqu’à ce que le fléau ait passé. (Charles Mertzdorff à son épouse à Paris, 7-8 août 1870)

généralement l’on n’est pas content de ma retraite de mairie. M. Berger & autres ont fait des démarches, je tiens bon, chacun son tour (id. 8-9 août 1870)

Finalement, face aux problèmes posés par la guerre, l’occupation puis l’annexion, il assure ses fonctions jusqu’en 1872. Mais la durée de son mandat, 7 ans, est inférieure à la moyenne de l’exercice : plus de 16 ans en 18667.

Les activités habituelles du maire

Le maire est le responsable de la commune auprès du gouvernement national, tout en représentant l’autorité de la loi et du gouvernement auprès des habitants de sa commune. Ses fonctions se déclinent de multiples façons ; certaines apparaissent dans les lettres.

  • officier d’état-civil :

 fatigué hier au soir, je me suis couché de bonne heure,  en rentrant de la mairie où j’ai fait un mariage. (Charles Mertzdorff à son épouse, 25 mai 1869)

Ce matin avant 6 h j’étais levé, ayant à 7 h un mariage (id, 26 juin 1871)

Les registres de l’état-civil de Vieux-Thann (numérisés) portent trace de cette activité :

Signature de Ch. Mertzdorff maire sur un acte d'état-civil en 1865
Signature de Ch. Mertzdorff, maire, sur un acte d’état-civil en 1865 

Mais les adjoints sont sollicités pour remplacer le maire, comme en attestent leurs signatures :

Signature des adjoints sur des actes d'état-civil en 1865, 1867, 1870
Signature des adjoints sur des actes d’état-civil en 1865, 1867, 1870
  • attestations diverses :

J’ai été plusieurs fois recherché pour des signatures de mairie. Pour cette dernière, j’ai entre autre signé un certificat de conduite exemplaire à une belle jeunesse de la fabrique que l’on a trouvée dans un lieu que l’on ne dit pas, avec un jeune homme faisant ce qu’on ne dit jamais. Pour cela renvoyée ! à mon avis injustement car le quidam rejoignait son régiment le lendemain. Voilà pour les faits Divers. (id, 22-23 juillet 1870)

  • séances du Conseil municipal :

 ce soir à 8h mon conseil municipal. (id, 26 juin 1871)

aujourd’hui ce soir Charles est au conseil municipal (11h sonnent et il n’est pas encore rentré). Il s’agissait simplement des enfants pauvres à inscrire sur le registre des écoles (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 21-22 déc. 1871)

  • distribution de subventions et charité, inscription à l’école :

Cet après-midi j’ai à faire avec le curé la liste des enfants de l’école (26 juin 1871)

Dans ces activités de gestion le maire affirme son pouvoir civil face au pouvoir religieux. Les lettres mentionnent plusieurs visites au curé, voire un conflit d’autorité : ici au moment de la fête Dieu

j’avais refusé [à l’abbé] les garçons de l’école pendant les heures de classe. Ce qui m’a valu une longue conférence avec M. le Curé & l’abbé. L’on a cédé & pour avoir les garçons après les classes il paie 10 centimes par tête pour 3 h de travail. Cela suffit & au moins ces Messieurs respecteront un peu plus l’école. (Charles Mertzdorff à son épouse, 30 mai 1869)

  • organisation des élections : « un bon mal de tête que j’attribue à ma séance d’hier » constate Charles Mertzdorff après une séance à la mairie pour les élections législatives ; ensuite,  il donne à son épouse les résultats des élections dans les cantons voisins et commente : « après ce beau succès je ne m’en plaindrai pas. » (25 mai 1869). Les préfets sont particulièrement attentifs à l’action des maires dans ces moments-là.

En temps de crise

« Un maire est supposé agir par influence, prestige et conviction plutôt que par contrainte8. » Ces qualités se trouvent mises en œuvre – et en scène dans les lettres – par Charles Mertzdorff dans l’exercice de ses fonctions en période de crise, qu’il s’agisse de revendications ouvrières ou de guerre.

  • Une grève. Il se montre en maire efficace et, en même temps, en patron paternaliste attentif à la bonne marche de ses ateliers :

Je suis à la mairie. Je viens de recevoir

1° la députation des ouvriers hommes.

2° les femmes-filles […]. Voilà 2 h que je passe à écouter toutes les réclamations des uns & des autres. Mais pas un mot désagréable, pas de menace, c’est en suppliant que tout ce monde là a passé devant moi. J’ai promis aux uns, refusé aux autres. Mais la grande généralité je les ai remis après la reprise du travail. En somme j’ai demandé toute ma liberté, leur laissant la leur. Mais je crois que demain nous aurons les 3/4 des ouvriers qui viendront travailler & pour nous je considère la grève comme terminée. Je vois une fois de plus que l’on a confiance en moi & compte sur moi. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 juillet 1870)

  • La guerre. Dans cette période d’incertitude, de combats et d’invasion des troupes allemandes, l’épouse et les petites filles sont maintenues momentanément à l’écart. Une correspondance serrée s’ensuit, où se manifeste en particulier les inquiétudes de Charles Mertzdorff, en tant que propriétaire, industriel, citoyen patriote et en tant que maire. Pour faire face à la situation, il est très présent (« J’ai réuni mon conseil & dès demain matin il reste réuni en permanence », 16 septembre 1870). Deux mois plus tard l’épouse est rentrée, les Allemands sont là. Le maire cherche des appuis et s’entoure de ses adjoints :

Le Maire d’ici [lui-même] s’étant quintuplé nous étions hier toute la journée à la mairie. M. Berger, Heuchel, Zimmermann adjoint & moi. Je ne suis pas fâché de mon coup d’état, j’aurai au moins un peu de liberté & une immense responsabilité de partagée. (2 novembre 1870, Charles Mertzdorff à ses beaux-parents, dans un village des environs)

1h. Nous venons de dîner ; père [Ch. Mertzdorff] a passé sa matinée à la mairie avec MM. Berger, Zimmermann et l’oncle, tous les fusils sont rentrés et ces messieurs vont attendre à la mairie que les prussiens viennent les chercher, la voiture est déjà attelée… Les voilà. La cour est bien tranquille. (5 novembre 1870, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff aux petites Marie et Emilie Mertzdorff chez leurs grands-parents)

La charge de maire pèse à Charles Mertzdorff (« Impossible de bouger d’ici… Maudite mairie ! », 8-9 août 1870). Mais il assure la transition lorsque l’Alsace devient une province allemande. Sa signature se retrouve au bas des actes d’état-civil, qui sont alors pré-imprimés et, bien sûr, rédigés en allemand.

Signature de Ch. Mertzdorff sur un acte d'état-civil en Allemand (1872)
Signature de Ch. Mertzdorff sur un acte d’état-civil en allemand (1872) 

  1. Jean-Pierre Kintz, Haut-Rhin, collection Paroisses et communes de France, sous la direction de Jean-Pierre Bardet et Claude Motte, CNRS Éditions, 1994. []
  2. Les Maires en France du Consulat à nos jours, M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Publications de la Sorbonne, 1986,  pages 28-29. []
  3. Les Maires en France, op. cit., p. 43. []
  4. Bernard Vogler, « Une région originale, l’Alsace », in Les Maires en France, op. cit., p. 189. []
  5. Les Maires en France, op. cit., p. 38. []
  6. B. Vogler, op. cit., p. 194 et 198. []
  7. Les Maires en France, op. cit., tableau page 71. []
  8. Les Maires en France, op. cit., p. 40. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.