L’année de la girafe

2014, année de la girafe ? Il est fait grande publicité autour de la réouverture du parc zoologique de Vincennes. Les girafes en troupeau font merveille sur les photos dans la presse : Le Monde voit en elles « l’une des attractions phares du zoo »1. Et la sortie en France du film de Rani Massalha, Girafada, accompagne ce mouvement. Pourtant cette médiatisation n’est rien à côté des manifestations, des récits, des images, de la curiosité qui ont accompagné l’arrivée d’une girafe en France en 18272.

Le voyage de la girafe

Le vice-roi d’Égypte Mohammed Ali, sur une suggestion du consul Drovetti qui fournit l’Europe en antiquités et en animaux sauvages, avait décidé d’offrir une girafe au roi Charles X. Le girafeau capturé est amené à dos de chameau jusqu’au Nil puis embarqué pour le Caire. Les savants du Jardin du roi (le Jardin des plantes de Paris) sont chargés par Charles X d’assurer le transport d’Égypte en France. L’animal est débarqué en octobre 1826 à Marseille où il passe l’hiver. Le 20 mai 1827 la girafe, accompagnée des vaches dont elle consomme le lait (25 litres par jour) et d’une nombreuse caravane, entreprend le voyage jusqu’à Paris sous la surveillance d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Tout le long du parcours la curiosité est immense. Finalement, le cortège arrive dans la capitale le 30 juin 1827. La présentation au roi se fait au palais de Saint-Cloud, en présence de professeurs du Muséum. Puis la girafe est installée au Jardin du roi où elle reçoit une foule de visiteurs : pendant les six derniers mois de l’année 1827, plus de 600 000 billets sont vendus. Alphonsine Delaroche-Duméril raconte dans une lettre du 26 octobre 1828 qu’après le déjeuner, avec ses invités, ils se sont « promenés avec l’Éléphant et la girafe ».

« La vogue de la girafe se manifesta dans toutes les fabriques de France »3 : vaisselles décorées à son image, plaques de cheminée, moules à gaufres, jouets4, papiers peints, pains d’épices, motifs de broderie, etc. Elle cristallise aussi les sentiments d’opposition à la politique de la Turquie contre la Grèce (par exemple dans la « Lettre de la girafe au Pacha d’Égypte… » de Narcisse Achille de Salvandy). Mais dès juin 1830 Balzac signale le désintérêt du public (il évoque symboliquement le déclin des hommes politiques) et « après l’avènement de Louis-Philippe la girafe était passée de mode, complètement oubliée des parisiens »5. Elle meurt au début de 1845 ; son corps est disséqué dans l’amphithéâtre du Muséum, dessiné par Henri Marie Ducrotay de Blainville pour le laboratoire d’anatomie comparée et sa dépouille, naturalisée par Poortmann et son équipe, est placée dans la grande galerie. Plus tard, elle se retrouve au Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle6.

On dit de la girafe…

Au XVIIIe siècle, les auteurs français parlent de la girafe sans l’avoir vue. Buffon affirme en préambule du chapitre qu’il lui consacre dans son Histoire naturelle que « la giraffe est un des premiers, des plus beaux, des plus grands animaux » mais aussi « l’un des plus inutiles », avec ses jambes disproportionnées, sa démarche « vacillante », ses mouvements « lents et contraints ». Dans son article, il rassemble les descriptions des Anciens (Pline, Strabon) et des Modernes voyageurs, qui se trouvent plus précises que le « croquis informe » reçu par l’Académie des Sciences en 17647. Préoccupé de classements, Buffon rapproche la girafe du chameau et du lama, malgré sa taille « double de la hauteur du chameau », trouvant à ces trois animaux « plusieurs caractères communs par lesquels on pourrait les réunir au même genre »8.

Bernardin de Saint-Pierre, qui reprenant le terme de Pline l’appelle aussi « caméléopard », la décrit comme un « animal de seize pieds de hauteur, qui broute les feuilles des arbres9.

 *

George Sand, comme Alphonsine Delaroche-Duméril et des milliers de curieux fait visite à la girafe : « J’ai menée [Solange, sa fille] au Luxembourg et au Jardin des Plantes. Elle a vu la girafe et elle prétend qu’elle l’avait déjà bien vue à Nohant dans un pré. […] Elle a vu les animaux empaillés et elle ne veut pas comprendre qu’ils ne sont pas en vie. » (à son fils Maurice Dudevant, le 7 avril 1832).

 

  1. Le Monde, 15 avril 2014, reportage de Sylvie Kerviel et Jean-Jacques Larrochelle. []
  2. Gabriel Dardaud, Une girafe pour le roi, ou l’histoire de la première girafe de France, Elytis, 2007 [première publication chez Dumerchez-Naoum, 1985] ; l’ouvrage est présenté par Olivier Lebleu, lui-même auteur de : Les Avatars de Zarafa, première girafe de France : chronique d’une girafomania 1826-1845, Arléa, 2007. []
  3. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 101. []
  4. George Sand, à Mme Maurice Dupin, 5 octobre 1827 : « Votre petit Maurice est amoureux de sa girafe et la fait coucher avec lui. Et en même temps je suis fort aise de connaître une girafe, car Hippolyte dit qu’elle est parfaitement ressemblante. []
  5. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 121. []
  6. Une girafe pour le roi, op. cit., p. 14. []
  7. Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière : avec la description du Cabinet du Roy, tome 13, 1749-1789. []
  8. Georges-Louis de Buffon, De la dégénération des animaux, 1766. []
  9. Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Île de France, 1773. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *