Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff

Dans des billets précédents, nous avons suivi l’enfance et l’adolescence de Caroline Duméril, petite-fille du savant et médecin André Marie Constant Duméril, professeur au Muséum d’histoire naturelle, ses fiançailles puis, les 14 et15 juin 1858, les cérémonies du mariage à Paris avec Charles Mertzdorff, industriel alsacien. Après une courte halte à Fontainebleau, le couple part en train pour l’Alsace le 18 juin 1858 – en compagnie des belle-mère, belle-sœur et oncle de Caroline (lettre du 19 juin 1858). Commence alors pour Caroline Duméril-Mertzdorff une vie où tout est nouveau pour elle : l’environnement géographique et social et le statut d’épouse – d’épouse de notable. Le changement d’état et le déplacement sont matérialisés par l’adresse, qu’elle donne à ses correspondants :
« Madame Charles Mertzdorff, au Vieux Thann, Haut-Rhin ».

Un nouveau statut social

  • Femme mariée Une fête est organisée à l’usine pour accueillir Charles Mertzdorff et son épouse, avec acclamations, bouquets, discours, dîner des ouvriers et bal. Caroline raconte cette liesse à ses parents et leur fait partager sa griserie :

Tout cela était émotionnant et rendait heureux. Qu’auriez-vous dit si vous m’aviez vue au milieu de tout cela, moi la petite Crol ; regardée, entourée, fêtée ; au bal, je me suis beaucoup amusée et j’ai dansé comme je ne me rappelle pas l’avoir fait, mes danseurs étaient Charles, Georges, et les employés du bureau. (22-23 juin 1858)

Quelques jours après, elle avoue à sa cousine :

Le plus grand événement de ma semaine c’est que je suis sortie seule ; pour la première fois de ma vie ; il est vrai que j’étais dans le coupé et par conséquent sous la protection de Tom, le cocher. (27 juin 1858)

Caroline reste sous le regard de sa belle-mère, qui la « traite vraiment comme son enfant », mais sa propre indépendance l’inquiète un peu :

Ce qui me fait un effet très singulier, ma chère maman, c’est d’être livrée à moi-même ; je supplie toujours Charles de me dire si j’ai bien ou mal fait, mais ce vilain-là me dit toujours que c’est bien. (22-23 juin 1858)

Sur l’intimité de ses relations et de ses sentiments conjugaux, évoqués de façon allusive et pudique, nous reviendrons dans un autre billet.

  • Épouse d’industriel – Les Duméril savaient, en préparant l’alliance avec l’industriel Charles Mertzdorff, que Caroline se liait à une nouvelle famille dont elle partagerait la richesse. Mais la jeune femme prend vraiment conscience de sa situation sur place. Après une visite à la ferme de Charles, elle écrit à ses parents :

 je ne saurais vous dire l’effet extraordinaire que j’éprouve en pensant que tant de choses sont à Charles, qu’elles lui appartiennent et que moi je suis sa femme. (22-23 juin 1858)

ou bien

Nous allons nous trouver alliés, vous le savez, à l’une des familles les plus distinguées de l’Alsace. (22 juillet 1858)

Ensuite, elle décrit à sa mère la luxueuse toilette qu’elle arborera à une réception, mais ajoute :

Cette riche toilette que je vais endosser me fait faire bien des réflexions, et je supplie le bon Dieu de ne pas me laisser oublier que là dessous, je ne suis pas moins la même petite Crol, que je ne vaux pas une ligne de plus et que j’ai au contraire un écueil de plus à écarter. (22 juillet 1858)

Rester elle-même, fidèle aux valeurs enseignées, tout en s’adaptant à une nouvelle vie, très différente de celle qu’elle menait, jeune fille, à Paris, tel est le vœu de Caroline. Et la richesse est présentée comme une possibilité supplémentaire de faire la charité.

Un autre lieu, l’Alsace

Les références à l’espace (et au temps) structurent en général le texte épistolaire. La rhétorique de l’espace tisse la trame de l’énonciation, que ce soit l’espace rétréci des lieux domestiques et de l’intimité, ou l’espace géographique plus large, ici celui où s’inscrit le devenir social de la jeune mariée. Sans doute parce qu’elle a vécu son mariage comme une réussite sociale, qu’elle est heureuse dans sa nouvelle vie, et qu’elle sait qu’elle est partie pour ne plus revenir, Caroline « s’acclimate » très vite. C’est ce qu’elle écrit à tous ses proches, à sa cousine, à son grand-père :

J’ai été bien vite acclimatée dans cette belle Alsace dont j’avais tant entendu parler et dans peu de temps je crois que je deviendrai vraiment vieux thannoise et montagnarde. (1er juillet 1858)

En attendant, la jeune femme pointe les différences.

  • Le premier signe de l’étrangeté alsacienne se perçoit dans la langue. Lorsqu’elle arrive dans la région son mari répond en allemand au discours de bienvenue de ses ouvriers :

je sens bien que je suis en pays étranger car je n’entends que l’Allemand autour de moi et lorsque j’entends dans le pays quelques mots français je suis toute contente. (27 juin 1858)

  • Caroline découvre des aspects nouveaux de la vie quotidienne et relève des détails folkloriques, opposant les habitudes parisiennes  à celles de l’Alsace :

dans ce pays ci tout le monde va aux eaux, c’est la fashion. (31 juillet 1858)
tu aimeras beaucoup la cuisine de ce pays pour plusieurs raisons et surtout parce qu’il y a très peu de sel et pas de poivre. (à sa mère, 22 juillet 1858)

Tous les domaines se prêtent à la comparaison, même la lessive qui se fait tous les six mois « ce qui est une chose inconnue aux parisiens ».

  • A plus long terme, la vie alsacienne impose son rythme qui contraste avec la vie parisienne :

pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] (28 décembre 1858)
notre vie à nous est tout à fait calme et retirée comme elle peut être dans un village ; mais je ne m’en plains pas, bien au contraire. (23 novembre 1859)

Très vite, Caroline habite son statut d’épouse et fait sienne la région alsacienne, tout en restant sensible à l’éloignement. C’est cette ambivalence que traduit une lettre envoyée à ses parents peu après son mariage :

Quand l’idée de vous revoir tous me passe par la tête, mon cœur se serre et il me semble que si je me trouvais près de vous ma joie serait si grande que je ne pourrais que pleurer ; faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais et que j’aime depuis ma naissance (22 juillet 1858).

Bientôt Caroline Duméril-Merzdoff est enceinte1… 

  1. Voir le billet « C’est une fille!«  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *