Histoire vagabonde, avec Maurice Agulhon

Dans un billet précédent qui présentait le maire de Vieux-Thann (Charles Mertzdorff), un ouvrage dirigé par Maurice Agulhon était cité1. Après son décès, le 28 mai 2014, j’ai voulu relire d’autres lettres à la lumière des analyses de cet « historien de la République », spécialiste de la culture républicaine et du moment fort qu’est la révolution de 1848.

1848 : le silence des lettres

  • Lettres des Duméril

Du côté des Duméril, il y a très peu de lettres conservées pour cette période-là. Dans l’une d’elles, à peine une allusion de la petite Caroline Duméril (12 ans) en vacances à Trouville dans une lettre à sa mère restée à Paris, le 7 août 1848 :

Ma chère maman
Je viens de recevoir ta lettre datée d’hier qui m’a fait le plus grand plaisir car ma tante Adine croyait avoir entendu dire qu’il y avait du trouble à Paris

La révolution de 1848, un simple « trouble à Paris »…

  • Lettres des Mertzdorff

Quant à Charles Mertzdorff, son rôle dans la vie alsacienne n’apparaît dans les lettres qu’après son mariage avec Caroline Duméril en 1858. Nous n’avons donc pas accès à d’éventuelles considérations, descriptions ou prises de position sur cette révolution de 1848 qui est au cœur du travail de l’historien. Mais d’autres sujets peuvent bénéficier de ses interprétations, en particulier les mentions du drapeau.

 Le drapeau

Parmi les symboles visuels qui participent du pouvoir politique, Maurice Agulhon place d’abord le drapeau2. Le drapeau tricolore, créé par la Révolution (blanc du roi, bleu et rouge de la ville de Paris) pouvait être tenu au milieu du XIXe siècle comme « lié à une certaine philosophie politique »3. Mais les quelques mentions dans les lettres, en 1870 ou 1872, en font plutôt un signe à « valeur territoriale », et son exhibition est d’abord un geste patriotique face aux Allemands.

Pendant la guerre de 1870, les indécises batailles, les bruits confus de victoire, les résistances sans lendemain se traduisent en dépêches successives. Le maire de Vieux-Thann, pragmatique et sceptique, raconte :

En rentrant Melcher nous annonce grande victoire sur la Moselle. J’envoie chercher la dépêche, la fais afficher. L’excitation est si grande que je fais sortir le drapeau ; mais aujourd’hui il me faut plus pour croire. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 août 1870)

Le signe politique est reconnu des villageois, réclamé par eux ; à l’occasion, de spectateurs ils deviennent acteurs. Au moment (1er octobre 1872) où se termine la période qui permettait aux Alsaciens-Lorrains d’opter pour la nationalité française, à condition d’émigrer en France, une nouvelle rumeur court, à laquelle croit « Nanette », la cuisinière :

On ne sait pas ce qui adviendra. Parmi les crédules, la nouvelle du jour est que la semaine prochaine nous serons de nouveau français ! Nanette doit payer le drapeau tricolore si la nouvelle est vraie !!! (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 octobre 1872)

Une promesse de drapeau, faite par une alsacienne non francophone, et profondément attachée à son pays… Mais le traité de Francfort (10 mai 1871) qui met fin à la guerre franco-prussienne est une réalité et ses clauses sont bien sûr appliquées.

Avant même le ralliement de l’extrême droite au drapeau tricolore, à la fin du XIXe siècle, qui signifie alors pour elle « la France tout court » et non plus « les principes de 1789, modernité ou république »4, le drapeau français est pour les Alsaciens des années 1870 signe de leur attachement à la France. Cette image emblématique d’un tissu de couleur flottant aux fenêtres devient alors, par « la charge d’affectivité et le degré de polysémie5 » qu’elle a acquis, un symbole patriotique.

 

  1. M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Les Maires en France du Consulat à nos jours, Publications de la Sorbonne, 1986. []
  2. Maurice Agulhon, « Politique, images, symboles dans la France post-révolutionnaire », Histoire vagabonde : I. Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Gallimard, 1988, p. 283-318. []
  3. Op. cit., p. 286. []
  4. Op. cit., p. 287. []
  5. Op. cit., p. 285. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *