Les mots dans les lettres : enfance, jeunesse, adolescence

Pour prolonger le billet sur l’amitié entre Isabelle Latham et Caroline Duméril avant son mariage, une réflexion sur l’adolescence s’amorce. La lecture du livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914 (Belin, 1999), prolongée par celle de Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka[1] (Presses universitaires de France, 2009), m’incite à confronter l’emploi des mots « adolescence », « enfance », « jeunesse », dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle, correspondance qui court actuellement jusqu’en 1873.

  • Du trio, « jeunesse » est le mot le plus employé, et cela des premières lettres jusqu’aux dernières.
  • Le mot « enfance », employé lui aussi sur toute la période, renvoie à une période de la vie que les épistoliers lient d’abord à l’apprentissage. Le mot « enfant », qui à la différence de « jeunesse » permet de distinguer l’individu de la période, est très fréquent sous la plume des épistoliers.
  • En revanche le mot « adolescence » est très rare.

« Adolescence »

Te voilà arrivée à l’adolescence, ma chère enfant, et tu sens combien tu dois de reconnaissance à Dieu, qui t’a fait naître dans un milieu tel qu’est le tien.

écrit Eugénie Duméril à sa petite-nièce Marie Mertzdorff (17 mai 1872). C’est, me semble-t-il, la seule occurrence du mot. Le mot est ancien, mais recouvre des sens divers et connaît au XIXe encore des flottements. Les représentations de l’adolescence dans le second XIXe siècle ne concernent d’abord que les jeunes gens de la bourgeoisie qui fréquentent collèges et lycées ; « la notion d’adolescence se réfère étroitement à l’institution scolaire » note Agnès Thiercé. Dans une énumération de livres pouvant convenir à des enfants, « Berquin » est cité, avec ce seul commentaire : « mais tout n’amuse pas » (17-18 décembre 1871). Arnaud Berquin (1747-1791) est l’auteur d’ouvrages souvent et longtemps réédité qui paraissent tout au long du XIXe siècle : Le Berquin des petits garçons, Le Berquin des demoiselles, etc., et, 1878, Le Berquin des enfants et des adolescents. C’est un indice de la diffusion de cette notion ; il est possible que les mots « adolescence », ou « adolescent » et « adolescente » dont l’emploi progresse à la fin du siècle, apparaissent dans des lettres ultérieures.

« Enfance »

Dans les lettres, « enfance » renvoie, comme on pouvait s’y attendre, au passé : « des souvenirs d’enfance » (18 septembre 1873), une « amie d’enfance » (10 février 1806). C’est le moment où commencent les amitiés : un jeunes homme parle de « l’intimité [de ses] anciens rapports d’enfance » (6 mai 1843). C’est aussi la période des apprentissages : « elle a appris, dès son enfance, à aimer, à honorer tes père et mère » (18 mars 1842). Période que les adultes s’efforcent de rendre douce (« il faut à l’enfance de la gaîté naturelle »,  15-16 février 1864) mais aussi période marquée pour certains par les deuils : Marie et Emile Mertzdorff perdent successivement leur mère Caroline Duméril (alors qu’elles ont 4 et 2 ans) puis la seconde épouse de leur père qui les a élevées.

« Jeunesse »

  • Un âge de la vie

Le mot « jeunesse » est souvent employé en référence à un âge de la vie qui se confond plus ou moins avec l’enfance. Enfance ou jeunesse apparaissent comme le moment privilégié pour l’éducation morale : on acquiert alors « l’ordre et à l’activité » et il faut « être indulgente pour ceux qui se sont trouvés mal entamés dans leur jeunesse & chez lesquels personne n’a développé les bons sentiments » (3 mai 1859)

L’école est l’institution que l’on peut « le plus fortement associer à l’idée de jeunesse » écrit Jean-Claude Caron dans l’Histoire des jeunes en Occident (Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, dir., Seuil, 1996, t 2, p 143). L’institution en tant que telle n’apparaît pas ici, mais bien ce moment d’apprentissage où « la jeunesse ne manque pas de vouloir tout savoir » (10 juillet 1870) et manifeste sa curiosité.

  • Un groupe d’individus

La « jeunesse » ou plus souvent « la petite jeunesse » désigne les enfants de la famille : on consulte « la jeunesse » pour décider d’une promenade en bateau (22 juillet 1870). Ou bien, plus largement, « jeunesse » désigne une classe d’âge : en Alsace « c’est à Noël que se font presque tous les cadeaux et c’est là le grand jour pour la jeunesse » (31 décembre 1858). Cette jeunesse est réputée « bruyante », mais pleine de force et d’énergie.

Ce groupe d’âge a sa sociabilité propre :

Elle est comme nous privée de société pour sa fille, aussi nous nous sommes promis de faire des efforts pour que notre jeunesse se rencontre quelquefois (10-11 novembre 1872)

Auprès des petites orphelines, chacun insiste sur la nécessité de « donner à la jeunesse cette douce et aimable gaîté si nécessaire au développement » (25 octobre 1873)

La jeunesse a besoin de jeunesse, il faut bien rire à cet âge, c’est nécessaire à la santé.  (26 septembre 1871)

Les passages

La jeunesse est une « construction sociale et culturelle » écrivent Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt en introduction à l’Histoire des jeunes en Occident (t 1). Dans son sens moderne, au XIXe siècle, la fin de l’enfance et le passage à l’adolescence se définissent en référence à divers événements, en particulier la puberté et la communion ou, pour les garçons, le service militaire. Quelques-uns de ces repères se trouvent dans les lettres :

  • le service militaire

Charles Mertzdorff signale (sans mention des jeunes gens) qu’il doit assister au conseil de révision en tant que maire de Vieux-Thann (5 mai 1866). A l’été 1870, en période de guerre, la mobilisation des jeunes hommes – et des moins jeunes – revêt une importance nouvelle. A propos du vocabulaire qui nous retient ici, notons cette remarque : « la jeunesse de 19 à 20 ans qui doivent tirer au sort dans 5 mois » (21 août 1870).

  • la puberté

La seule allusion aux premières règles dans les lettres conservées se trouve dans la lettre d’une grand-mère à la jeune femme qui élève sa petite-fille, Marie, bientôt 15 ans :

Quelle bonne nouvelle renfermait ta dernière lettre au sujet de notre chère petite Marie, elle a passé un moment qui donne toujours quelque préoccupation et grâce à Dieu tout s’est fait pour le mieux dans cette chère santé. Maintenant j’espère que sa croissance va s’arrêter car j’étais quelquefois un peu tourmentée de la voir tant grandir.  (23 janvier 1874)

  • la communion

à présent que tu as fait ta première communion tu n’es plus une enfant, mais une personne capable de comprendre et de remplir les devoirs de la vie  (1er novembre 1872)

Là, c’est une jeune femme qui s’adresse à cousine, Marie Mertzdorff, la destinataire âgée de 13 ans passés. Pour cette jeune fille, Marie, on peut ajouter une autre marque de la fin de l’enfance : le fait de se coiffer elle-même (voir le billet sur la chevelure).


[1] Puisque le nom d’Ivan Jablonka vient sous ma plume, je ne peux que recommander la lecture de son Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête (Seuil, 2012). Une enquêtes exemplaire et émouvante dans les archives et auprès de nombreux témoins, un travail qui implique à la fois « la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total » de l’historien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.