C’est une fille !

Caroline Duméril mariée à Charles Mertzdorff au mois de juin 1858 ne tarde pas à être enceinte. Dans ses lettres nous pouvons suivre sa grossesse1 et les aménagements qui précèdent la naissance du bébé.

La grossesse

Rétrospectivement, Caroline avoue que les débuts de la grossesse furent pénibles :

[l’année prochaine] je serai, il faut l’espérer, plus valide et plus entrain que cet automne (Caroline Duméril- Mertzdorff à son grand-père, 31 décembre 1858)

Sérieusement tu sais que si j’ai été si longtemps sans t’écrire, c’est que j’étais bien souffrante et l’entrain me manquait pour maintes choses mais particulièrement pour prendre ma plume.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Ensuite elle semble retrouver toute sa vitalité et sa vivacité. Un mois avant d’accoucher, elle est en pleine activité :

 Au reste j’aime beaucoup cette vie active et m’en trouve à merveille ; j’ai pris mon second bain et hier le docteur Conraux qui est venu me voir m’a trouvée en aussi bonne voie que possible et m’a ordonné pour régime de continuer à manger, dormir et me remuer comme je le fais. (Caroline Duméril- Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Cette bonne santé ne fait pas oublier le danger que comporte tout accouchement :

Maintenant nous sommes, je crois bien prêts. Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m’a donné lui-même la communion sans que j’attende une messe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

À domicile les risques sont bien moindres qu’à l’hôpital où les pauvres sont recueillies et où 3 à 8 % d’entre elles meurent des suites de couches, à cause en particulier de la fièvre puerpérale qui fait des ravages jusqu’en 18802. Même dans de bonnes conditions, le risque de décès des mères, quoique divisé par 10 ou 20 par rapport à l’hôpital, reste présent.

La chambre du bébé

Pendant quelques mois Caroline partage avec son mari le logement de sa belle-mère à Vieux-Thann en Alsace, s’inquiétant que « le moment de [ses] couches arriverait avant que [leur] ménage fût en bon ordre » (31 décembre 1858). Les travaux dans la nouvelle maison terminés, elle s’installe chez elle et prend plaisir à décrire les aménagements, le décor, le mobilier, et en particulier la chambre prévue pour le bébé, la « baby’s room » :

Notre chambre est verte, la chambre de baby qui touche à la mienne est lilas avec les meubles et les rideaux pareils au papier (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Le berceau est installé ; on prévoit, venue de Paris, « une seconde paillasse », en fougère probablement, car Caroline « craint qu’une seule soit insuffisante ». Elle ajoute :

Certainement qu’une couverture me fera grand plaisir, voici les mesures de celle en piqué qui était sur le berceau 95 cm de long sur 70 cm de large, je crois que vert et blanc sera très joli et ira très bien dans notre chambre. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 La layette

Si l’aménagement de la chambre est fait par les ouvriers et le mobilier acheté, la layette en revanche est cousue à la maison par les futures mère et grand-mère, occupation majeure dans une vie « toute calme ».

je m’occupe de ma layette ; il y a une jeune dame de Thann dont la petite fille a six mois et qui vient de me prêter beaucoup de modèles que je vais me mettre à copier mais tout ce que je ferai sera très simple car Charles a prohibé les broderies et j’ai eu grand peine à obtenir la grâce de toutes petites dentelles car enfin il faut bien quelque chose pour entourer une petite figure d’enfant, pourtant je l’approuve tout à fait dans ses projets d’élever notre enfant le plus simplement possible, et sur ce sujet comme sur tous les autres, du reste, nos idées sont bien absolument les mêmes.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Adèle, 16-18 janvier 1859)

la grande occupation et le but de toutes nos idées, c’est baby et toujours baby ; c’est là notre thème favori à maman [sa belle-mère], Charles et moi ; je me dépêche pour ma layette ; je suis sûre que tu aurais du plaisir à voir les petits bonnets, les petites chemises, les petites brassières, les petites bavettes, etc. c’est si mignon et si gentil ; la semaine prochaine j’attends le berceau que Charles a acheté à Paris ; il paraît qu’il est tout blanc et peut complètement se laver si l’on veut. (Caroline Duméril-Mertdorff à sa cousine Adèle, 17 février 1859)

Je n’ai pas encore eu le temps de faire les petites taies d’oreiller pour le berceau ; je n’ai pas une brassière ni un bonnet pour le second âge, ainsi tu vois si ton aiguille aura le temps de se rouiller. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 Des préparatifs divers

Dans les familles de la bourgeoisie, maintes choses sont encore à prévoir : les parrain et marraine, les cadeaux qui seront offerts, la sage-femme et la nourrice (ce sera le thème d’un autre billet), et même le corset de la future maman :

après mes couches je ne pourrai plus mettre mon corset actuel qui est si bien fait et qui me rend tant de service. Crois-tu qu’après, en envoyant mes mesures à Mme Marture elle pourrait me faire un autre corset, j’aime tant ceux qu’elle fait, on y est si bien ; pourrais-tu lui écrire un mot à ce sujet. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

 Le titre de maman

Jeune fille, « dame » depuis son mariage, et bientôt mère, Caroline Duméril-Mertzdorff reste pour ses proches « la Crol d’autrefois » malgré ses changements de statut ; mais elle accède aux yeux de tous, à 23 ans, au « titre de maman » :

 je te l’assure [cette Crol] malgré son titre de dame dont elle jouit depuis six mois, son titre de maîtresse de maison dont elle sera revêtue tout à fait dans une quinzaine de jours et son titre de maman qui la rendra si heureuse dans quelques mois est toujours la même Crol qui aime à rire et à bavarder et surtout à penser à ceux qu’elle aime. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Réponse de la cousine :

Cela me semble si étrange de penser à toi comme madame et maîtresse de maison ; mais ce qui me paraîtra encore bien plus drôle c’est que je m’imagine ma vieille Crol mère de famille ; ce qui ne tardera pas pourtant. (Isabelle Latham à Caroline Duméril-Mertzdorff, 14 février 1859)

*******

Enfin le 15 avril 1859 naît la petite Marie, et aussitôt la nouvelle est annoncée. Entre hommes, le grand-père répond au père :

« Paris Dimanche 17 avril 1859
C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! je vous aurais écrit dès hier pour vous féliciter mais nous attendions quelques détails et vous avez la complaisance de nous les adresser si complets et d’une manière si bonne, si affectueuse que vous nous comblez de satisfaction. (André Marie Constant Duméril à Charles Mertzdorff, 17 avril 1859)

  1. Les mots « enceinte » et « grossesse » ne sont pas employés dans les lettres. Pour des annonces de grossesse dans d’autres lettres, voir le billet : « Annoncer une future naissance ». []
  2. Les mères et la mort : réalités et représentations, Elisabeth Lamothe, Pascale Sardin, Julie Sauvage, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008, p. 36. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *