La bannière : une lithographie de Gavarni

La bannière est un détail d’une lithographie de Gavarni, la planche n°21 de la série        « La Boîte aux lettres ». Cet ensemble de gravures est étudié par Cécile Dauphin et   Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures 1800-1920 (PU Rennes, 2009).

Planche n°21 de la série « La Boîte aux lettres » de Gavarni (1838) © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste
Planche n°21 de la série « La Boîte aux lettres » de Gavarni (1838) © Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste

Gavarni au Charivari

Le dessinateur connu sous le pseudonyme de Paul Gavarni (1804-1866) a été formé à l’exactitude du trait : il a dessiné des machines au Conservatoire des arts et métiers puis des costumes pour la presse. Proche des milieux de la mode, Gavarni l’est également de ceux du théâtre et de la littérature ; il côtoie Balzac, George Sand, Eugène Sue, Alexandre Dumas, Théophile Gautier. Il est engagé par Charles Philipon, qui a fondé Le Charivari en 1832, pour illustrer une pleine page de son quotidien. Après le succès des Fourberies de femmes en matière de sentiment (série de 64 planches), il publie La Boîte aux lettres, série de 34 lithographies qui paraissent dans le journal de 1837 à 1839. Chaque planche est composée d’un dessin dans la partie supérieure et, dans la partie inférieure, d’un texte manuscrit, celui de la lettre mise en scène. Ce texte est un fac-similé de la lettre dont il est question dans l’image.

L’image

L’attention portée aux détails de la vie quotidienne, aux décors qui situent les personnages dans un lieu de travail, aux positions du corps, ancrent l’image dans le monde social. La lithographie retenue représente un intérieur cossu : bibliothèque vitrée, bureau avec matériel d’écriture, fauteuil, tenture. Mais la jeune femme qui écrit n’est pas la propriétaire de ces biens : elle est celle qui en assure l’entretien. Elle a déposé plumeau et balai et s’est emparé de la plume dont l’usage est habituellement réservé, on le devine, au maître de maison.

La lettre

A ces deux transgressions (de sexe et de classe sociale), la lettre qu’écrit la jeune bonne en ajoute une autre.

Je fini en mouillant de mes larmes La main et la plume qui ont tracé Ces Caractère qui sont pour ainsi dire dicté par Lamour voyez si vous voulez me laisser en désespéré, ou si vous voulez me faire l’honneur et le plaisir de partager votre vie avec la mienne

Je suis pour la vie Votre fidel et sincère aimable amie

Joséphine

Cette légende attire la connivence ironique du lecteur lettré, et teinte le dessin d’humour. A une époque où les femmes ne sont pas autorisée à recevoir directement du courrier (on doit s’adresser à elles sous couvert de leur père ou de leur époux) et où les mariages sont des affaires qui se règlent entre hommes, la jeune effrontée ose se déclarer elle-même et rédiger sa demande.

Dans cette planche se remarque tout le talent de Gavarni, propre à séduire le lectorat du journal : un trait précis et enlevé, un personnage expressif, saisi sur le vif, et un texte piquant dont le style et l’orthographe réputés « populaires » amusent le lecteur. L’artiste ébauche une figure nouvelle de l’épistolière, à distance du modèle aristocratique hérité de l’Ancien Régime et de la pratique bourgeoise telle qu’elle se donne à voir, par exemple, sur le site S’écrire au XIXe siècle. Joséphine pourrait représenter l’envers occulté de cette correspondance familiale, et comme un jalon sur le long parcours de la démocratisation du personnage de la femme qui écrit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.