Duméril dans Le Monde

Le site S’écrire au XIXe siècle publie la correspondance familiale des descendants du médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860). Le nom de ce savant, membre de l’Académie des sciences de l’Institut de France, est gravé sur la façade du Muséum d’histoire naturelle de Paris, son buste (parmi beaucoup d’autres) orne l’extérieur de la galerie de paléontologie (rue Buffon) et, non loin de là, une rue porte son nom depuis 1865. Son fils Auguste Duméril, qui lui a succédé au Muséum, reste moins reconnu par la postérité.

Buste d’André Marie Constant Duméril, Galerie de paléontologie du Muséum (Paris) © M.N.H.N. - Bernard FAYE
Buste d’André Marie Constant Duméril, Galerie de paléontologie du Muséum (Paris) © M.N.H.N. – Bernard FAYE

Cependant, malgré ces marques de notoriété, André Marie Constant Duméril n’est pas considéré comme une figure de proue de la science française, et le voir cité attire toujours l’attention de celles et ceux qui ont travaillé sur ses écrits – et suscite ce petit billet de connivence.

Dans Le Monde du 11 février 2015, un article d’Hervé Morin sur « un serpent corail au venin épileptogène » rappelle que cet animal « est né à la science dans l’Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des reptiles1, rédigée entre 1834 et 1854 par André-Marie-Constant Duméril, son fils Auguste et son assistant Gabriel Bibron, tous zoologues au Muséum national d’histoire naturelle, à Paris ». Et si l’ouvrage du XIXe siècle est peu disert sur le mœurs de ce serpent qui se cache dans les sous-bois tropicaux, « on n’en sait guère plus aujourd’hui sur son mode de vie » précise le journaliste.

André Marie Constant Duméril occupe au Muséum la chaire d’herpétologie et d’ichtyologie. L’ichtyologie étudie les poissons2 et l’herpétologie (ou erpétologie, terme admis, quoique moins correct, par l’Académie selon Littré) les amphibiens. Sourd aux découvertes faites par des savants proches de lui comme Alexandre Brongniart ou Pierre André Latreille, découvertes confirmées depuis par les modes modernes de classement des êtres vivants, Duméril maintient les amphibiens parmi les « reptiles ».

***

André Marie Constant Duméril s’est également intéressé aux insectes. C’est d’ailleurs l’ouvrage sur ce sujet3 qu’il offre à l’empereur Napoléon III en 1860 pour accompagner sa demande d’une pension4.

Erpétologie générale de Duméril et Bibron (numérisation BNF)
Erpétologie générale de Duméril et Bibron (numérisation BNF)

 

  1. Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des reptiles, par A.-M.-C. Duméril et G. Bibron, Paris, Roret, 1834 – 1854, 11 volumes In-8, dont 1 de planches (numérisation BNF). Duméril publie également en 1834 : Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, In-12, 100 pages, dont une seconde édition paraît la même année. []
  2. André Marie Constant Duméril publie en 1856 chez Firmin-Didot : Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons, à l’aide de tableaux synoptiques, un In-4° de plus de 500 pages. []
  3. Entomologie analytique. Histoire générale, classification naturelle et méthodique des insectes, 1860, Paris, impr. de Firmin-Didot, 2 volumes In-4. []
  4. Voir le billet « Partir en retraite ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.