Quelles limites donner au corpus ?

La question peut surprendre. La taille du corpus semble s’imposer sans discussion : elle dépend du volume des lettres archivées auxquelles on a accès. Au fil des publications, diverses questions ont surgi : devions-nous mettre tel ou tel document sur le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ? Les héritiers et les descendants du savant André Marie Constant Duméril ont de longue date accumulé, trié, structuré, utilisé, la correspondance de la famille. Le corpus ainsi constitué durant deux siècles se trouve nécessairement remodelé du fait de sa publication (voir le billet Des lettres dans un grenier) . Notre souci de le livrer au plus près de son histoire amène à conserver les traces des différentes étapes de sa construction, tout en l’enrichissant de documents pertinents. Avec le recul, voici le bilan de nos pratiques sous forme de description critique plutôt que de modèle. Le noyau de ce qui est publié sur le site est constitué des lettres conservées dans le fond Froissart telles qu’elles nous ont été communiquées. Mais tout le contenu des cartons n’est pas sur le site et par ailleurs d’autres documents ont été ajoutés.

Lettres ajoutées

  •  Lettres des livres de copies

Le descendant d’une autre branche de la famille Duméril, M. Xavier Soleil, nous a proposé des recueils de lettres copiées, paginés et reliés au XIXe siècle[1]. Dans ces recueils, rédigés par des copistes à la demande de la famille, se retrouvent des lettres dont nous avons les originaux, mais d’autres aussi qui ont échappé à la collecte. Deux volumes concernent André Constant Duméril (années 1791-1805) et trois autres son fils Auguste Duméril (chapitres non chronologiques, qui courent essentiellement des années 1840 jusqu’à 1870).

  • Lettres citées dans les histoires familiales imprimées

M. Ludovic Damas Froissart a publié plusieurs volumes sur ses ancêtres, dont Charles Mertzdorff, un industriel Alsacien, 1818-1883 (en 1983) et André Constant Duméril, médecin et naturaliste, 1774-1860 (en 1984). Ces volumes sont rédigés en grande partie à partir de la correspondance familiale ; ils contiennent quelques lettres (ou extraits de lettres) des années 1783-1787 qui n’appartiennent pas au noyau central mais qui situent le milieu familial.

  • Lettres trouvées dans des archives publiques

André Marie Constant Duméril et son fils Auguste Duméril sont des savants attachés au Muséum. Nous avons choisi de publier les lettres conservées dans le fonds du Muséum. Certaines pourraient être des billets amicaux, comme lorsque Duméril demande à l’académicien Duvernoy s’il peut « faire le plaisir à Madame Duméril et à [lui], de venir dîner à la maison jeudi prochain » (9 mai 1842). D’autres ont un contenu plus spécifiquement scientifique, mais contiennent les marques d’une sociabilité intéressante à mentionner.

La même recherche serait à faire pour Henri Milne-Edwards et son fils Alphonse, ainsi que pour Jules Desnoyers.

Autres documents ajoutés en complément des lettres

Ils sont classés dans les rubriques : « papiers familiaux et documents divers » ou « monographies ».

  • Documents extraits des histoires familiales imprimées. Les renseignements, sur l’usine de Charles Mertzdorff par exemple, se trouvent plutôt intégrés dans les monographies

Ce qui n’a pas (encore) été mis sur le site

  • Les fiches. Une fiche de lecture, rédigée par Ludovic Damas Froissart lors de la préparation de ses ouvrages, accompagne chaque lettre dans les archives familiales ; elle précise le nom des correspondants et relève quelques traits saillants de la lettre.
  •  Des chronologies familiales élaborées par divers scripteurs. Ces textes demandent un long travail de vérification pour identifier toutes les personnes citées ; faute de temps, la mise sur le site n’a pu encore se faire.
  • Des coupures de presse et documents que nous n’avons pas pu rattacher, par le sens ou la date, à une lettre précise.

En bref, le principe appliqué est de garder ce qui fait partie de la correspondance familiale et ce qui est pertinent pour l’éclairer.


[1] Voir Danièle Poublan, « Correspondre et copier », Copie et modèle : usages, transmission, appropriation de l’écrit, publication des actes du colloque de décembre 1996 sous la direction de Christine Barré – De Miniac, – Paris, INRP, 2 000, p. 79-100.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.