La lettre, support d’un texte

 Les billets de ce carnet se réfèrent souvent au texte (au « contenu ») des lettres familiales publiées sur le site S’écrire au XIXe siècle . D’autres billets, revisitant la publication Ces Bonnes Lettres1, s’attachent plutôt au geste épistolaire, à la pratique ordinaire de l’écriture. Et quelques uns encore portent attention à la lettre dans sa matérialité, à la lettre considérée comme un objet.

Matérialité de la lettre

La matérialité de l’objet-lettre est mise en avant lorsqu’on regarde des cartes postales collectionnées comme des images et non pour le message qu’elles portent, lorsqu’on conserve des liasses de papiers dans un grenier, archives rarement relues, ou qu’une lettre est présentée tel un  talisman  porté sur soi ou glissé sous l’oreiller  :

Votre dernière lettre a fait un si grand plaisir que la petite Emilie ne la quitte pas, le soir elle est placée sous son oreiller et la nuit lorsque son bras la réveille elle prend sa chère lettre et la promène sur la douleur, elle me disait hier avec un si gentil petit air : « Pauvre papa il ne se doute pas qu’il sert de cataplasme, mais le remède est infaillible. » (13 octobre 1873)

La matérialité de toute lettre serait à prendre en considération. Le papier (sa taille, sa qualité, sa texture, sa couleur, ses ornements et ses marques)2, les instruments d’écriture (plume, crayon), l’encre, la disposition des lignes et des mots (les blancs, les ratures, les ajouts, les superpositions), le pliage, etc. On a tenté de rendre cette apparence sensible des lettres en les scannant et en publiant les fac-similés3. Tous ces aspects comptent dans l’intérêt et l’attachement portés aux correspondances, et la nature matérielle de la feuille et de l’écriture participent de leur fonction et de leur sens.

Lectures d’un texte

L’importance du support n’est pas uniquement reconnue pour le texte épistolaire ;  tous les types de textes sont tributaires de leur présentation physique. Roger Chartier par exemple a souvent souligné l’effet de signification produit par la forme ; il a questionné la transformation de la lecture par le support qui la matérialise. Dans un entretien avec Jean Lebrun sur la « révolution » de la lecture qu’apporterait l’immatérialité du texte électronique, il rappelle que « tout lecteur confronté à une œuvre la reçoit dans un moment, une circonstance, une forme spécifique et, même s’il n’en est pas conscient, l’investissement affectif ou intellectuel qu’il dépose en elle est lié à cet objet et à cette circonstance »4. Autrement dit : L’« incarnation du texte dans une matérialité spécifique porte les différentes interprétations, compréhensions et usages de ses différents publics »5.

Regard de l’artiste

Comme souvent, c’est un artiste qui sait rendre évidente une théorie et palpable une idée : l’expérience esthétique se double d’une connaissance spéculative. Joseph Kosuth, artiste américain né en 1945, trace des phrases au néon (ses propres phrases) sur les murs du Louvre médiéval6. Lorsqu’il écrit : « Le mur est un support », il rend ainsi sensible le jeu entre le texte et le matériau où il s’inscrit . Lui qui insiste sur l’importance de l’idée dans l’œuvre d’art, au détriment de la recherche de « beauté » , travaille les relations entre le langage et la représentation.

« Le mur est un support », Joseph Kosuth, ‘ni apparence ni illusion’. Cliché Florian Kleinefenn (détail) © musée du Louvre
« Le mur est un support », Joseph Kosuth, ‘ni apparence ni illusion’. Cliché Florian Kleinefenn (détail) © musée du Louvre

Au-delà de la littéralité de l’œuvre le visiteur est invité à s’interroger, à saisir le sens que l’artiste veut donner à voir. Marchant au pied des murailles, contournant le donjon, gagnant la salle Saint-Louis, suivant «  le passage le long du mur » comme il est suggéré, le spectateur regarde, lit, et des questions surgissent sur le travail de l’archéologue et sur sa place de spectateur-lecteur : « Le mur est la surface de sa propre histoire enfouie. Tant que les objets restent dessus, le spectateur cache la vue à l’archéologue. »

Kosuth affirme que l’art est langage, que l’art relève du domaine des idées. Cette œuvre, ou plutôt cette « proposition artistique » comme il la définit, se construit dans la relation entre le mur et les mots lumineux, le support et le texte : « Des lignes éclatantes forment des mots, à mesure qu’elles s’illuminent d’abord elles-mêmes, puis le mur. Les pierres et les mots s’assemblent pour produire à la fois un mur et un texte. »

capture-Kosuth-1-les pierres bon

 

« …produire à la fois un mur et un texte », Joseph Kosuth, ‘ni apparence ni illusion’. Cliché Florian Kleinefenn (détail) © musée du Louvre
« …produire à la fois un mur et un texte », Joseph Kosuth, ‘ni apparence ni illusion’. Cliché Florian Kleinefenn (détail) © musée du Louvre

 Et bien que Kosuth revendique pour ses œuvres la prééminence du sens sur l’aspect esthétique, parcourir les fossés du Louvre médiéval en ce printemps 2015 c’est s’accorder un moment de lumineux plaisir.

  1. Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995. []
  2. Voir le billet : « Une lettre de Tancrède (dans Le Guépard) ». []
  3. Voir le billet : « Transcrire les lettres ». []
  4. Roger Chartier, Le Livre en révolutions. Entretiens avec Jean Lebrun, Textuel, 1997, p. 71. []
  5. Id., p. 18. []
  6. Joseph Kosuth, ‘ni apparence ni illusion’, Musée du Louvre Editions, 2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *