1917, des pénuries pour qui?

Après la parution du billet « Des colis au soldat (1916) »  une amie me signale le livre de Silvano Serventi, La Cuisine des tranchées1, qui m’incite à revenir sur ce thème. Non, ce n’est pas un livre de cuisine, bien que l’auteur, qui a publié par ailleurs des recettes médiévales2 cite quelques façons d’accommoder le bœuf (en soupe grasse ou à l’étouffée) relevées dans le Bulletin des armées de 1915 ou de préparer la bouillabaisse comme un pêcheur de Palavas. De la généralisation des cuisines roulantes à partir de 1915 (alors que les Allemands disposaient de ce système depuis le début de la guerre)3 à l’opération « patriotique » des vignerons du Midi qui offrent aux armées 200 000 hectolitres de vin à l’automne 19144, opération qui lance la distribution par l’armée de rations de vins de plus en plus grandes, de l’effort non seulement humain mais aussi agricole demandé aux colonies pour produire en particulier sucre et huile5,  jusqu’au développement des conserveries en France6, ou à l’organisation du réseau des « stations magasins » qui regroupent, conditionnent et entreposent les vivres7, l’ouvrage foisonne de larges mises en perspective. La documentation puise également dans les écrits personnels des combattants et de leurs proches, auxquels les lettres de la famille Froissart font parfois écho. Dans ce tableau aux multiples plans brossé par Silvano Serventi, maints détails de la correspondance familiale prennent place et sens. Voici quelques éléments, tirés plus particulièrement des dernières lettres mises sur le site (lettres du printemps 1917), rassemblés autour de deux points : des pénuries plus ou moins partagées et de possibles solidarités.

Les pénuries

 « La vie à Roubaix pendant l’occupation allemande » (détail). Avec l’aimable autorisation de S. Serventi et de son éditrice
« La vie à Roubaix pendant l’occupation allemande » (détail). Avec l’aimable autorisation de Silvano Serventi et de son éditrice

  Ces trois vignettes8 introduisent ici sur le mode humoristique le thème des pénuries, thème souvent dramatique puisqu’elles affectent jusqu’à la famine une partie de la population. Sur la gravure, les années passant, la soupe et le pain gris remplacent chez un couple bourgeois la volaille rôtie d’avant-guerre, et le pot à eau la bouteille de vin ; la table se dépouille de son apparat, la bonne disparaît du décor, le chien aussi. Rien de tel semble-t-il chez les Froissart, qui se partagent entre le nord de la France et Paris. La fréquence, la variété et le luxe des colis envoyés en 1916 se retrouvent dans ceux de 1917. Émilie Froissart récapitule pour son fils, qui est au front comme téléphoniste :

Je regrette que les colis soient si lents à t’arriver. Je n’ai pas assez compté avec ces longs délais, et je crains que certaines choses n’arrivent pas en bon état, le veau notamment. J’ai eu aussi une idée malencontreuse, me dit Michel, en t’envoyant des camemberts et surtout sans doute du pain complet et de la langue en sandwichs ! Le 12 je t’ai envoyé un morceau de bœuf mode aux carottes en gelée fait par Bertha.
le 13, ½ livre de beurre frais
le 16 une boîte de 40 tablettes de chocolat et les sandwichs
le 17 un fromage de Hollande en boîte de fer blanc et une noix de jambon et du lait sucré
aujourd’hui 19 un saucisson et un autre colis contenant 6 œufs frais et du beurre. Les œufs viennent d’arriver de Brunehautpré.  (19 avril 1917 )

Il serait fastidieux de répéter le contenu des colis qui se succèdent, on le voit, à un rythme soutenu. Notons l’envoi de sardines « pour le Vendredi Saint » (4 avril 1917) au moment où l’entreprise Saupiquet de Nantes fournit à l’armée des millions de boîtes de conserves, et celui de camemberts, un fromage qui se diffuse alors largement hors de sa Normandie d’origine.

En 1917, les ressources agricoles sont amoindries par plus deux ans de guerre, les réserves souvent épuisées et les importations rendues plus difficiles par l’efficacité de la guerre sous-marine menée par les Allemands contre les navires anglais en particuliers9. Le ravitaillement est un problème quotidien pour de nombreux citadins : les prix augmentent malgré la fixation d’un prix maximum pour la viande congelée (avril 1916), le sucre (mai 1916), les pommes de terre (septembre 1916), le beurre et le lait (février 1917)10. Les premières cartes de rationnement sont instaurées pour le sucre en janvier 1917, puis pour le pain. Diverses mesures sont prises, dont la fermeture deux jours par semaine de magasins d’alimentation : les pâtisseries (février 1917) puis les boucheries (avril 1917) ; à cette date, le soir sans viande est institué11. Un écho de ces mesures s’entend dans les lettres :

Je t’ai expédié hier un peu de beurre de Dommartin, un peu de chocolat que j’avais ici, car le Mardi et le Mercredi toutes les boutiques sucrées sont fermées et la vente du chocolat interdite même dans les épiceries. (4 avril 1917)

Mais ces restrictions ne font qu’effleurer la famille :

 déjà on nous exhorte à ne plus manger de viande le soir et à nous passer de pâtisserie 2 fois par semaine. Si j’avais voix au chapitre, je restreindrais bien plus encore la confiserie, la pâtisserie qui consomment beaucoup de sucre. (3 mai 1917)

Restriction sur le sucre d’autant plus facile à proposer qu’elle avoue quelques jours plus tard, en bonne maîtresse de maison satisfaite de « l’abondante promesse de fruits » dans la propriété du Pas-de-Calais :

 J’ai dans ma petite mansarde un gros sac de sucre qui me rassure sur l’emploi qu’on en pourra faire et je pourrai remonter amplement la provision de comportes et de confitures. » (29 mai 1917)

Les solidarités

La correspondance que les Froissart adressent à leur fils n’est pas le meilleur observatoire des solidarités entre les combattants. Cependant certains passages des lettres suggèrent des pratiques de partage.

  • Les colis envoyés

Les Froissart envoient des colis à quelques amis de leurs fils, et pour certains ce supplément est une nécessité :

J’ai reçu une lettre de lui hier. Il accepte mon offre de le ravitailler, comme je le fais pour toi ; il avoue qu’il a faim. (Émilie Froissart à son fils, 15 avril 1917)

  • les colis partagés

Louis a-t-il mangé en solitaire les 40 tablettes de chocolat envoyées le 16 avril ? Une telle quantité appelle le partage. Une autre lettre (malheureusement l’encre a brouillé l’écriture, rendant le paragraphe presque illisible) suggère peut-être une dégustation commune de saucisson dans la « cagna » pour fêter l’entrée en guerre des Américains (8 avril 1917). Hors cette correspondance familiale, mémoires, lettres et récits témoignent que les soldats les mieux approvisionnés font profiter leur entourage des bonnes choses qu’ils reçoivent.

  • Le réchaud à alcool

Le réchaud à alcool est mentionné plusieurs fois, qu’il soit reçu dans un colis ou bien laissé par un frère mobilisé qui change d’affectation. Partout sur le front les soldats se plaignent de la nourriture, souvent peu appétissante et qui arrive froide. Ils soulignent l’amélioration des repas et le réconfort apporté par une boisson chaude lorsqu’un camarade possède l’un de ces réchauds. Il est probable que l’entourage de Louis, qui est mieux nanti, profite de cet amélioration.

  • « Cantine coopérative » et « réserve »

Dans une lettre du 22 février 1917, le père reprend une description de son fils : « Tu nous révèles l’existence d’une cantine coopérative qui fait rêver ! ». En l’absence des lettres du fils, il est difficile d’en savoir plus. En quoi cette cantine de guerre est-elle différente de  celle, ordinaire, de la caserne? Son fonctionnement implique-t-il une aide mutuelle? Et l’emploi de la « Réserve » évoquée dans la suite de cette lettre reste opaque :

je t’envoie inclus 500 F dont tu affecteras la partie que tu jugeras bon à la Réserve […]  (300 F pour la Réserve sont sans doute suffisants ?)

Il semble donc que 300 francs seront versés à ce qui est peut-être une cagnotte collective (pour fixer un ordre de grandeur : un ouvrier gagne 5 francs par jour). De toute façon, si une forme de solidarité est mise en œuvre dans la  « cantine coopérative » ou la « réserve », il ne peut s’agir que de solidarité entre pairs.

***

Parcourant L’Écho de Paris du mois de février 1917 en espérant éclaircir une allusion dans une lettre grâce à la rubrique nécrologique (échec de cette piste-là !), je relève des articles quotidiens sur les restrictions imposées et leur mise en œuvre :

L’Echo de Paris, 22 février 1917 (numérisation Gallica – BNF)

L’Écho de Paris, 22 février 1917 (numérisation Gallica – BNF)Capture-Echo de Paris-1917-02-22-sucre

Pendant la guerre, « plus que jamais, l’assiette est le miroir de la société française dans sa diversité, sa richesse et ses inégalités. » remarque Serventi12. Si les lettres d’une famille bourgeoise qui dispose de bien plus de moyens que la plupart des autres foyers portent cependant les traces des préoccupations générales des Français, les altérations du régime habituel n’affectent pas chacun avec la même intensité. La correspondance des Froissart laisse deviner par contraste combien les différences entre riches et pauvres, entre combattants et populations de l’arrière, entre Paris et le reste de la France, villes et zones rurales, départements occupés et régions éloignées de la ligne du front, combien ces différences sont marquées.

  1. Silvano Serventi, La Cuisine des tranchées. L’alimentation en France pendant la Grande Guerre, Éditions Sud Ouest, Bordeaux, 2014. []
  2. Odile Redon, Françoise Sabban, Silvano Serventi, La Gastronomie au Moyen âge. 150 recettes de France et d’Italie, préface de Georges Duby, Stock, 1991. []
  3. Op. cit. p. 73. []
  4. Op. cit. p. 55. []
  5. Op. cit. p. 83. []
  6. Op. cit. p. 80. []
  7. Op. cit. p. 86. []
  8. Détail d’un document de la collection Joël Picard, op. cit., cahier iconographique p. 7. []
  9. Op. cit. p. 75. []
  10. Op. cit. p. 142. []
  11. Op. cit. p. 143. []
  12. Op. cit. p. 145. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.