Annoncer une naissance

Quelques mois après l’annonce en confidence de la grossesse, secret partagé d’abord avec les plus proches, le bébé arrive et la nouvelle de sa naissance est alors proclamée dans un cercle qui excède celui des intimes et de la famille. Comme le billet précédent « Annoncer une future naissance », celui-ci se nourrit d’une communication de Catherine Rollet (« Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui »1) et des lettres familiales du site « S’écrire au XIXe siècle ». Après l’annonce de la grossesse, des questions semblables se posent lors de la naissance : comment annonce-t-on l’événement par lettre ? Qui écrit ? À qui ? À quel moment ? Quels sont les mots employés ? Sur un siècle de correspondances perçoit-on des modalités différentes ?

Les mots pour le dire

  • L’annonce par le père

L’annonce de la naissance à ceux qui sont éloignés est rapide et se fait en priorité aux grands-parents du bébé. Au début du XIXe siècle les parents d’Alphonsine, vivant à Paris, sont probablement informés directement et son époux, André Marie Constant Duméril, écrit à ses propres parents :

Mes chers parents, La première chose que j’ai à vous dire c’est l’heureux accouchement de mon Alphonsine. Cet événement a été des plus heureux. hier elle s’est promenée avec moi plus d’une heure et demie au jardin des plantes où elle était allée à pied et d’où elle est revenue de même à huit heures du soir. A minuit, elle a commencé à ressentir quelques douleurs et à 7 heures du matin, le 26 mars, tout était fini sans que j’aie eu besoin d’appeler personne à mon aide. (AMC Duméril à ses parents, 26 mars 1807)

Et l’année suivante :

Mes chers parents, Alphonsine vient d’accoucher très heureusement et m’a rendu père d’un fils. Ses douleurs vives n’ont pas duré deux heures – l’enfant n’est pas très fort : mais il paraît très bien constitué. Il est né à trois heures du matin il en est six et sa mère repose. elle m’a chargé de vous peindre toute sa joie. (AMC Duméril à ses parents, 28 juin 1808)

Michelle Perrot note dans l’Histoire de la vie privée que « la naissance est un acte rigoureusement privé, et féminin, jusque dans son récit et sa mémoire […] La chambre commune, au mieux conjugale, en est le théâtre, dont les hommes sont exclus, médecin excepté »2. André Marie Constant Duméril, père et médecin, occupe une place singulière ; il peut donner des détails sur l’accouchement, qu’il a pratiqué lui-même, au moins en 1807.

Si la naissance est un acte féminin, son annonce est souvent une prérogative masculine. Lorsque les foyers sont éloignés, la mère de l’accouchée vient souvent s’installer quelques semaines au chevet de sa fille. Ainsi, deux générations plus tard, Félicité Duméril séjourne auprès de Caroline Duméril-Mertzdorff en Alsace. Mais l’annonce se fait d’abord entre hommes : le père, Charles Mertzdorff, écrit à son beau-père resté à Paris : la mère se repose et la grand-mère sans doute « brisée par l’émotion », comme l’expriment les lettres fictives, ne peut prendre la plume.

  • La diffusion de la nouvelle

Par relais successifs, la nouvelle de la naissance se répand  :

Chère Tante, je vous annonce et vous prie d’annoncer à nos chers parents l’arrivée en ce monde d’un nouveau neveu (14 juillet 1807, naissance d’Alfred Say)
Veuillez bien instruire mon oncle Duval et mes cousins et cousines Duval, Delamothe et Duquesnel auxquels je me propose d’écrire dans un autre moment (AMC Duméril à ses parents, 26 mars 1807)
Veuillez faire part de cette bonne nouvelle à mon oncle et à mon cousin Duval et à leur famille (AMC Duméril à ses parents, 28 juin 1808)

La domesticité est associée à l’événement :

 Dites aussi à Caroline en l’embrassant vivement comme nous voudrions le faire que les domestiques ont pris une vive part à la nouvelle qu’ils ont apprise (AMC Duméril, à Paris, à l’époux de sa petite-fille, en Alsace, 17 avril 1859)

  • Au XXe siècle

Au début du XXe siècle le fonds d’archives donne accès à certaines lettres des grands-parents mais pas à celles des parents. Les citations suivantes sont extraites de lettres du couple Froissart (les grands-parents) à leur plus jeune fils, célibataire, oncle des nouveaux-nés. La période de la guerre influe sur vocabulaire employé : le registre est volontiers guerrier, avec des mots comme « canon », « vaillance » ou « conscrit ».

Je pense que tu es heureux et fier de savoir que le nom de Froissart a un nouvel héritier. J’augure très bien de ce Jacques II arrivé au bruit du canon et qui aura, avant de voir le jour, participé à la vaillance de sa mère dans les tristes jours qu’elle a traversés depuis 3 mois. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 23 novembre 1914)
un nouveau conscrit de la classe 36 est arrivé cette nuit, un peu plus tôt qu’il ne s’annonçait, mais tout va bien. Il a nom Hubert et t’envoie ses respectueux hommages auxquels je joins mille amitiés. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 14 octobre 1916)

Catherine Rollet relève un trait marquant de notre époque dans les familles urbaines et dotées d’un capital culturel élevé : « le souci d’associer l’enfant déjà né, lorsqu’il existe, à l’aventure d’une nouvelle naissance. Les parents sont préoccupés par les réactions du fils ou de la fille aînée et prêtent une grande attention à son comportement, de façon à prévenir toute forme de rejet et à favoriser le lien fraternel. » Dès le début du XXe siècle l’attention accordée aux relations interpersonnelles au sein de la famille est perceptible :

Ta lettre a précédé de deux heures ce matin l’arrivée de la petite Odile qui a fait son entrée en ce monde à 11h ¼. Tout s’est bien passé et c’est toujours un gros soulagement quand on voit bien arrangé dans son berceau un petit enfant très bien fait et bien vivant. J’ai l’impression qu’elle ressemble beaucoup à notre Suzette [une sœur aînée décédée], mais Lucie [la maman] a eu une petite déception de n’avoir pas le garçon rêvé. Henri [le papa] en a une aussi, mais elle est effacée par la satisfaction du fait accompli. Quant à Geo [le frère de 5 ans], il est très vexé car il avait toujours demandé un petit frère dans ses prières, contrairement à sa sœur [Geneviève, 4 ans]. « C’est parce que Vève a été au salut qu’elle a une petite sœur, eh ! bien maintenant j’irai au salut et je prierai et j’aurai aussi un petit frère ! » Ainsi la pauvre Lucie n’a pas fini. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 21 mars 1917)

Les moyens de l’annonce

  • Dépêche télégraphique et télégramme

Les annonces citées plus haut sont faites par lettres. Mais, dans cette famille de la bourgeoisie aisée, les moyens modernes sont mobilisés au fur et à mesure des progrès techniques :

Constant avait écrit à toutes les personnes qui portent à notre famille le plus d’intérêt et nous avons su que la dépêche télégraphique, qui avait été expédiée en duplicata, était parvenue à leur adresse (17 avril 1859)

Le manuel de la « baronne Staffe », plusieurs fois réédité, propose à la fin du XIXe siècle des modèles de télégrammes3 :
un jeune père à sa mère : « Laurence heureusement délivrée tout à l’heure d’un superbe garçon. Tout va bien. Je t’embrasse. »
à son beau-père : « Laurence heureusement accouchée d’un garçon magnifique. Vont bien. Affections. »
à son beau-frère : « Avons un beau garçon et Laurence va très bien. Amitiés. »
à une amie : « Heureux de vous apprendre que nous avons un fils. Laurence va bien. Respects affectueux. »

Blanche Staffe donne également un modèle de faire-part de naissance4 : « Le baron de Seillac, capitaine au 40° bataillon de chasseurs à pied, et la baronne de Seillac, ont la joie de vous faire part de la naissance de leur fils Jean-Robert-Georges-Henri. » Les modèles de réponses suivent, sur des cartes de visite. Évidemment ces épistoliers fictifs ont des titres, des noms à particule et des fils plutôt que des filles ! Les archives Duméril-Mertzdorff-Froissart ne semblent pas conserver de faire-part de naissance.

  • Faire-part dans la presse

Au cours du XIXe siècle, une rubrique spéciale est créée dans les journaux où les annonces de naissances se multiplient : la mère est nommée par son nom de jeune fille, le nouveau-né est sexué, mais son prénom n’est donné qu’au XXe siècle. C’est bien ainsi que la naissance d’Odile Degroote (une petite-fille des Froissart) est annoncée dans le « Carnet du Jour » de l’Écho de Paris daté du 23 mars 1917 : « Mme Henri Degroote, née Froissart, a mis au monde, à Paris, une fille, Odile. »

Annonce de la naissance d’Odile Degroote dans l’Écho de Paris (23 mars 1917)
Annonce de la naissance d’Odile Degroote dans l’Écho de Paris (23 mars 1917)

 

 J’ai recherché et trouvé cette annonce après avoir lu une carte-lettre d’Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils mobilisé (un oncle du bébé) :

Mon cher Louis, Tu seras content de savoir que nous allons tous bien […]. Nous n’avons aucune nouvelle de Pierre [au front] qui n’a pas écrit depuis qu’il a une nouvelle nièce. Ne l’aurait-il pas appris par l’Echo avant de recevoir ma lettre  ? (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 31 mars 1917)

En cette période de guerre, les annonces dans les journaux sont amenées à relayer les lettres, non seulement auprès de relations et connaissances, mais également au sein de la famille proche dispersée.

***

L’enfant nouveau-né est d’abord accueilli par la famille, dont les lettres disent toute l’affection :

C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! (Le grand-père, AMC Duméril au nouveau père, 17 avril 1859)

Ensuite l’enfant acquiert une existence sociale par l’attribution officielle d’un nom. Michelle Perrot remarque que, à la différence de la naissance qui est affaire de femmes, « la déclaration à la mairie, cette donation du nom […] est au contraire le fait du père »5. En 1916, le père étant mobilisé, c’est le grand-père qui se charge de la démarche :

J’ai déclaré ce matin à la mairie du VIIe Hubert Colmet Daâge. Amitiés D. (Carte de Léon Damas Froissart, grand-père de l’enfant, à son fils, 16 octobre 1916)

Puis l’enfant prend sa place dans la communauté religieuse de ses parents – dans cette famille, par le baptême catholique :

Made va très bien. Son fils [Hubert Colmet Daâge] aussi ; il crie, il tète, il dort d’une façon satisfaisante. On le baptise demain, Elise et Christian marraine et parrain. (Emilie Mertzdorff-Froissart à son fils, 16 octobre 1916)

Sur le baptême, un moment fort de la vie dans la famille Mertzdorff-Froissart, nous reviendrons.

  1. Catherine Rollet, « Une histoire d’annonces. Temporalités et manières de faire d’hier à aujourd’hui », communication prononcée lors du colloque « Du sud au nord : naître hier, aujourd’hui, ici et ailleurs » du 2 au 4 mai 2013, Saint-Denis de La Réunion, à paraître. []
  2. Michelle Perrot, « Figures et rôles », dans Histoire de la vie privée – 4, Seuil, 1987, p.152. []
  3. Blanche Staffe, La correspondance dans toutes les circonstances de la vie, L. Chailley, Paris, 1895, p.138 [numérisation BNF-Gallica]. []
  4. Blanche Staffe, Id. p.155. []
  5. Michelle Perrot, Id. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *