Dater les lettres

Lorsqu’une lettre est transcrite, il convient de la dater, et souvent cela ne pose pas de problème : la date figure dans le texte. Inscrire la date, et éventuellement le lieu, tout comme apposer sa signature en fin de lettre, fait partie du « cérémonial des lettres » que détaille Charles François Lhomond (1727-1794) comme de nombreux manuels épistolaires (voir Cécile Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Kimé, 2000).

La place de la date

L’ouvrage de Lhomond : Élémens de la grammaire française, est maintes fois réédité au long du XIXe siècle, augmenté de traités de ponctuation et de la formation des temps des verbes, d’un tableau des locutions vicieuses, de modèles de lettres, etc. L’édition de 1829 (imprimée par Douillier à Dijon) indique :

La date se place en haut ou en bas de la lettre ; cependant on croit qu’il est mieux de la placer après la signature. (p. 140)

C’est ce que fait André Marie Constant Duméril, par exemple dans une lettre du 7 août 1802

Capture-date-1802-08-07D’autres épistoliers, plus avant dans le siècle, placent la date en haut de la feuille : lettre du 4 mai 1864

Capture-date-1864-05-04

Les lettres datées

La date n’est pas toujours inscrite comme sur cette lettre du 10 avril 1874

Capture-date-1874-04-10Diverses formes ou  graphies peuvent induire en erreur :

  • novembre est écrit 9bre ou décembre Xbre

1er novembre 1867      Capture-date-1867-11-01A

14 décembre 1845   Capture-date-1845-12-14

  • Les dates sont incomplètes

Capture-date-1865-02-02

 

Pour cette année 1865, « jeudi 2 » peut être en février, en mars ou en novembre. Le contexte permet de choisir, ici on a opté pour février (lettre du 2 février 1865).

Les lettres non datées

Pour les dater, divers éléments sont à prendre en compte : le cachet de la poste près de l’adresse sur la feuille ou l’enveloppe lorsque l’usage s’en répand (mais des feuilles ont pu migrer hors de leur enveloppe d’origine) ; la présence d’un timbre dans le second XIXe siècle ; la qualité du papier (mais il peut y avoir une rupture dans l’approvisionnement habituel) ; la ressemblance des écritures et des signatures ; la place de la lettre dans le lot conservé, etc. L’examen du texte de la lettre reste un élément majeur pour la datation.

« Mercredi Midi » est seulement inscrit en haut d’une lettre ; celle-ci peut être datée du mercredi 29 mars 1865 lorsque, à la lecture, elle se situe par rapport à un projet de voyage.

Les lettres dont la date est erronée

Il est des confusions qui s’apparentent à des lapsus, au moment des changements de calendrier ou d’année.

  • Après la période révolutionnaire, un Sénatus-consulte du 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805) rétablit le calendrier ancien. Peu de temps avant, André Marie Constant Duméril écrit 27 août au lieu de 27 thermidor (qui correspond au 15 août 1805). [l’image est meilleure sur le site !]

Capture-date-1805-08-15

Dans la lettre suivante (26 août 1805), la date est correcte :

Capture-date-1805-08-26

  • En début d’année, il n’est pas rare que l’ancien millésime vienne sous la plume :

lettre du 12 janvier 1865    Capture-date-1865-01-12

  • Un exemple de nouvelle datation proposée

Les premières lettres d’André Marie Constant Duméril sont connues par des copies. La lettre qui est présentée comme la toute première, après qu’il a quitté sa famille amiénoise pour aller à Rouen, est datée du 15 mars 1791. La lecture du texte, éclairée par les avis érudits de Dominique Julia, montre qu’il ne peut s’agir de cette date. Il est question dans la lettre du « sacre de M. Gratien » ; or celui-ci est élu évêque le 26 février 1792 et sacré le 18 mars dans la cathédrale de Rouen. D’autres indices (date du début de Carême, veuvage de Mme Thillaye) confortent une nouvelle datation : le 15 mars 1792. La datation « 1791 » résulte probablement d’une erreur de lecture du copiste. Il semble donc que le jeune Duméril  soit arrivé à Rouen quelques mois plus tard qu’annoncé par le tradition, soit vers mai-juin 1791.

Une lecture critique permet de déceler des anomalies, de repérer les indices d’une datation ou attribution erronées et, le plus souvent, de rétablir la lettre dans une chronologie cohérente.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.