Une lettre tous les 18 mois

 0,7 lettre par an, c’est ce qu’écrivent les ruraux français au milieu du XIXe siècle. Une enquête en 1847, qui avait un tout autre but, permet cette évaluation et montre que cette valeur moyenne recouvre une gamme de pratiques diversifiées1.

Le lancement de l’enquête de 1847

  • La nécessité d’une enquête

Depuis 1830 le courrier est partout distribué à domicile2 ; auparavant, toutes les communes n’avaient pas de facteur et il fallait dans ce cas venir au bureau de poste pour retirer sa lettre (et payer le port, dû à l’arrivée3). Le directeur du bureau était seulement tenu de « profiter de toutes les occasions qui pouvaient s’offrir pour faire prévenir les destinataires de se présenter »4. Le nouveau service fourni en milieu rural nécessite une connaissance fine des noms de lieux, villages, écarts et lieux-dits. La dernière édition du Dictionnaire des Postes aux lettres, celle de 1835 qui répertorie les 37 000 communes et 26 000 hameaux se révèle insuffisante. Pour préparer une nouvelle édition plus complète, l’administration lance une enquête après des directeurs des Postes.

  • Le formulaire

Un formulaire imprimé de quatre pages est envoyé au mois de novembre 1847. Le formulaire réclame bien sûr, puisque c’est le but premier de l’enquête, « la nomenclature des hameaux, châteaux, usines, fermes, maisons isolées et lieux habités quelconques » (tableau 4), complété de précisions sur les habitants et de quelques « renseignements statistiques » sur la commune (tableau 2). Il s’inquiète également de la « situation de la boîte aux lettres » (tableau 3). Mais il s’intéresse également au « mouvement des correspondances pendant deux semaines » (tableau 1) : les directeurs des bureaux de poste doivent détailler chaque jour, pour chacune des communes de leur secteur, le nombre des différentes lettres, des journaux et des colis qui arrivent chaque jour pour être distribués et qui sont expédiés – ainsi que les taxes perçues. Novembre est considéré comme un mois « moyen » pour le trafic postal : il suffit de multiplier par 26 la récapitulation de la quinzaine pour avoir les chiffres annuels.

Extrait du formulaire de l'enquête postale de 1847 (commune de Bellencombre, Seine Inférieure)
Extrait du formulaire de l’enquête postale de 1847  (commune de La Crique, Seine Inférieure)

Les retours de l’enquête de 1847

  • Des renseignements très copieux

Le directeur général des Postes, Benjamin Barthélémy Dejean, recueille ainsi de formidables matériaux : les questionnaires, classés par ordre alphabétique des départements, arrondissements et communes, reliés, remplissent 343 volumes In-4°, conservés à la BnF5. Les formulaires sont remplis avec soin et vérifiés ; des relances sont adressées aux fonctionnaires retardataires. Mais l’image obtenue, image détaillée, précise et fiable, est cependant incomplète.

  • Des renseignements incomplets

La circulaire qui accompagne les formulaires dispense les communes sièges de bureaux de poste de fournir les données du trafic postal : seuls les noms des lieux-dits leur sont demandés. Dans les chefs-lieux de cantons et les villes, les directeurs doivent se limiter à fournir cette liste. Le mouvement du courrier n’est donc pas relevé dans les 3 320 communes les plus importantes, les plus urbaines. Restent environ 90 % des communes. Mais elles ne regroupent que les deux-tiers de la population française. L’évaluation de l’envoi et de la réception des lettres dans cette enquête ne concerne donc que la France « rurale ».

Les résultats de l’enquête de 1847

  • Un nouveau Dictionnaire des Postes

Les résultats de l’enquête de l’administration sont recueillis à une époque secouée par les événements : révolution de 1848, instauration de la IIe République, débuts du Second Empire. La confection d’un dictionnaire passe au second plan. On ne s’en préoccupe à nouveau que vers 1855 : la situation politique semble alors stabilisée et la profonde réforme du mode d’affranchissement est sur les rails (les timbres sont mis en service le 1er janvier 1849, avec succès). La nouvelle version du Dictionnaire des Postes paraît en 1859. À côté de la richesse des formulaires, elle paraît bien maigre : sur les 16 hameaux listés en moyenne par commune en 1847, 3 seulement sont retenus dans le Dictionnaire.

  • L’analyse des historiens

Repérée à la BN par Marcel Lachiver, cette enquête est dépouillée dans les années 1970 sous la direction de Jacques Ozouf qui finalement ne l’utilise pas pour ses recherches sur l’alphabétisation. Elle est ensuite reprise, et les résultats de ce travail publiés. Le premier constat est celui de la rareté du courrier, occulté parfois par les impressionnantes correspondances publiées, celles des écrivains, des savants, des hommes politiques en particulier. Si les français écrivent peu, ceux des campagnes écrivent très peu et ceux qui habitent certaines régions écrivent encore moins.

– Le silence épistolaire des campagnes

L’habitant des campagnes françaises écrit en moyenne, nous l’avons dit, 0,7 lettres par an : 0,1 adressées à l’intérieur même du canton et 0,6 destinées à un horizon plus lointain. Le nombre de lettres qu’il reçoit est en revanche plus élevé : 1,6 lettres annuelles (0,4 locales + 1,2 lointaines). L’habitant des villes écrit plus que celui des campagnes ne lui écrit, ce qui explique ce décalage. Et l’habitant des villes écrit plus, aussi, aux autres urbains. Une autre enquête, menée au niveau national, indique qu’à la même époque, en 1846, chaque français reçoit et expédie en moyenne 3,24 lettres par an. Les flux sont minces, avant l’envol du trafic postal dans les années qui suivent6, et prennent la mesure du silence épistolaire des campagnes.

– La cartographie de l’espace épistolaire

Sans entrer dans l’analyse détaillée que développe l’ouvrage dirigé par Roger Chartier, on peut dessiner à grand traits « la cartographie de l’espace épistolaire » à ce moment7. Les départements sont partagés en cinq groupes ; ceux où circule le plus de courrier sont en noir.

Courrier échangé d’après l’enquête de 1847 (La Correspondance, op. cit., page 55)
Courrier échangé d’après l’enquête de 1847        (La Correspondance, op. cit., page 55)

Lettres reçues ou expédiées, imprimés, journaux, courrier local livrent une série de clichés cohérents qui respectent la partition classique de la France à cette époque. La cartographie synthétique de tous les objets postaux répertoriés dans le formulaire de 1847 reproduit plus ou moins le clivage entre régions du Nord et de l’Est centrées autour de la capitale, et régions du Sud et de l’Ouest. Grossièrement, on peut opposer d’une part, des zones largement alphabétisées, ouvertes aux échanges et aux activités économiques nouvelles et, d’autre part, une France plus traditionnelle et en repli. La finesse d’échelle de l’enquête permet d’aller au-delà de ce constat sans surprise. Au sein même des grandes aires distinguées ci-dessus, des contrastes apparaissent liés essentiellement à la nature du développement économique.

***

En revenant à cette enquête, les historien-ne-s voulaient éclairer les usages sociaux de l’écrit. Si d’autres études statistiques mesurent des compétences (nombre et répartition de celles et ceux qui savent lire et écrire), l’enquête postale de 1847 permet d’évaluer la mise en œuvre de ces compétences. Le passage du savoir écrire à l’acte d’écriture, et plus spécifiquement à l’écriture des lettres ne résulte pas d’une simple équivalence. Il met en jeu des représentations sociales et des réalités économiques complexes. L’approche sérielle tentée grâce à l’enquête de 1847 vient compléter l’étude « anthropologique » des gestes épistolaires.

  1. Pour plus de détails, on pourra consulter « L’enquête postale de 1847 », Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, avec la collaboration de Michel Demonet pour le traitement informatique des données, in La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, sous la direction de Roger Chartier, Fayard, 1991, pages 21-119. []
  2. La France est le premier pays à instaurer ce service rural. []
  3. Avant l’instauration du timbre poste (voir le billet « Les timbres et les tarifs postaux au XIXe siècle »), le port est payé à l’arrivée par le destinataire. []
  4. D’après une circulaire de 1808. []
  5. Relevé par département du nombre de communes et autres localités ayant une appellation propre en France, d’après le résultat de l’enquête générale faite au mois de novembre 1847 par les soins de l’Administration des Postes, Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, cote : Français 9787-10129. []
  6. Voir le billet « Trafic postal ». []
  7. Roger Chartier, op. cit., p. 18. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *