Écarts d’âge

Une grande différence d’âge entre les époux attire aujourd’hui comme hier remarques et commentaires, qui font écho à des proverbes anciens. Jean-Louis Flandrin en relève quelques-uns1 :
« Mariage de jeune et de vieux, mariage du Diable » (Armagnac)
« Mariage de vieux avec jeune, mariage pouilleux » (Gascogne)
Mais Jean-Louis Flandrin note que dans de nombreuses régions, au contraire, « les mariages entre jeunes et vieux étaient fréquents et paraissaient raisonnables » et « qu’il existait même des proverbes favorables au mariage avec hommes et femmes âgées en Provence, en Catalogne, et surtout en Auvergne où il ne s’en trouve pas en faveur des mariages de jeunes », tel celui-ci : « Femme vieille, bois sec, pain dur tiennent la maison sûre »2. Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff révèlent quelques réactions des épistoliers face à des conjoints dissemblables par l’âge.

Pierre Fidèle Bretonneau (1778-1862)

Pierre Fidèle Bretonneau est un ami d’André Marie Constant Duméril. Les deux jeunes provinciaux se sont rencontrés à Paris en 1795, tous deux envoyés par leurs départements pour étudier dans la capitale. Au fil des décennies suivantes leur correspondance témoigne de relations amicales et scientifiques qui se poursuivent. Les lettres des proches de Duméril font allusion aux deux épouses successives de Bretonneau.

  • Marie Thérèse Adam

En 1801 Bretonneau se marie avec Marie Thérèse Adam de presque 25 ans son aînée et s’installe à Chenonceaux dans la propriété de son épouse. D’abord officier de santé, il continue études et recherches, soutient une thèse de médecine en 1815 et vient exercer à Tours. Il accueille André Marie Constant Duméril lors de ses tournées annuelles pour présider les jurys de médecine (1811, 1812, etc.) et plus tard son fils Auguste Duméril en voyage d’agrément. Celui-ci, qui a alors 23 ans, écrit à sa mère :

 j’ai été voir M. Bretonneau qui m’a fait le plus gracieux accueil qu’il soit possible [ ] Il finissait de déjeuner et était avec M. Leclerc [ ] et avec sa femme, dont l’air âgé et cassé, m’a bien frappé, quoique je m’attendisse à voir une personne vieille ; elle a l’air presque aussi vieux que ma tante, mais elle semble avoir encore toutes ses facultés. (Auguste Duméril à sa mère, 21 août 1835)

Cette première épouse meurt l’année suivante. Bretonneau reste veuf vingt ans puis en 1856, à 78 ans, se remarie.

  • Sophie Moreau

La jeune épouse, Sophie Moreau, a alors 19 ans. Elle est la nièce d’un ancien élève de Bretonneau, Jacques Joseph Moreau de Tours, devenu aliéniste. André Marie Constant Duméril reçoit le couple à Paris au cours d’un grand dîner. Bien qu’elle ne soit pas témoin direct, Caroline Duméril raconte :

Le premier Dimanche de ma maladie, j’ai bien regretté de ne pas aller chez bon-papa où il y avait à dîner ce curieux ménage dont je t’ai parlé ; M. Bretonneau le fameux savant avec ses 79 ou 80 ans et sa femme qui a à peine 19 ans ; tu conçois qu’il y aurait eu de l’intérêt à les voir et il paraît que tout le monde les examinait bien. La jeune femme est dit-on charmante, jolie, instruite, ayant de l’esprit juste assez d’aplomb pour se bien poser et traitant son mari comme s’il avait 25 ans tout en le respectant et l’admirant comme on doit admirer et respecter un homme de son mérite et si universellement connu. C’était un étrange spectacle. (Caroline Duméril à sa cousine, 16-24 décembre 1857)

Des rumeurs variées courent sur cette union, mais les lettres conservées n’en disent mot. Caroline Duméril a bientôt l’occasion de manifester pour son propre compte des inquiétudes sur la différence d’âge entre les conjoints.

Charles Mertzdorff (1818-1883)

L’effervescence qui parcourt la famille Duméril et trouble Caroline au printemps 1858 a été évoquée dans un précédent billet3. Sans dérouler de nouveau la chronologie des fiançailles de Caroline Duméril avec Charles Mertzdorff, revenons sur les confidences qu’elle fait à sa cousine. Après maintes « péripéties » dont le jeune fille ne perçoit que d’indécis échos, « le M. qui s’impatientait » reçoit enfin la permission de venir et de voir la promise. Avant la rencontre, Caroline en apprend un peu plus sur lui et partage ces informations avec sa correspondante, sous le sceau du secret :

Tu entends que je veux que tu gardes le secret, tout cela est pour toi et rien que pour toi et il me semble que je puis bien t’écrire à toi. Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38. (Caroline Duméril à sa cousine, 18 avril 1858. C’est elle qui souligne.)

Charles Mertzdorff né en 1818 a 40 ans, alors que Caroline Duméril a 22 ans. Elle pointe l’origine alsacienne et l’âge du prétendant, de 18 ans son aîné. Ses réticences tombent bientôt et le mariage est célébré le 15 juin 1858. Par la suite les lettres conjugales ne font pas allusion à cette différence d’âge, si ce n’est, peut-être, un mois après le mariage, cette remarque échappée de sa plume :

Charles m’embrasse [ ] pour me réveiller et l’autre jour en ouvrant les yeux, je lui ai dit : papa quelle heure est-il ? (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 22 juillet 1858)

***

Martine Segalen, dans l’Histoire de la population française4, note qu’au milieu du XIXe siècle l’âge moyen au premier mariage est de 28 ans pour les garçons et 24 ans et demi pour les filles – un peu moins dans les campagnes, un peu plus dans les villes. La différence entre population rurale et population urbaine se combine avec des écarts régionaux importants et des fluctuations au cours du siècle. Pour les hommes, l’âge moyen au premier mariage, après un maximum (29 ans) à la fin de l’Ancien Régime, chute d’abord pendant la Révolution et l’Empire puis se stabilise à 28 ans. L’évolution est différente pour les femmes : parti de 27 ans, l’âge s’abaisse régulièrement jusque vers 1880, où il n’est plus que de 24 ans. Ainsi, conclut Martine Ségalen, « l’écart d’âge moyen entre conjoints a doublé approximativement au cours de la période 1820-1880 »5. Les grands écarts d’âge entre époux deviennent moins fréquents au cours du XIXe siècle6 ; ils n’en attirent que plus l’attention, comme de nos jours.

 

  1. Les Amours paysannes. Amour et sexualité dans les campagnes de l’ancienne France (XVIe-XIXe siècle), présenté par Jean-Louis Flandrin, Gallimard/Julliard, collection Archives, 1975, p. 133. []
  2. Proverbe d’Auvergne, Flandrin, Id., p. 134. []
  3. « On marie Caroline ». []
  4. Martine Segalen « Les structures familiales », Histoire de la population française – 3. De 1789 à 1914 sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988. []
  5. Histoire de la population française, page 427. []
  6. Id., p. 427. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *