Interprétations de journalistes

M’interrogeant sur une lettre du 25 février 1878, atypique dans le corpus par son auteur et son destinataire, j’enquêtais sur un nom cité dans le texte : « Madame de Villermé ». Le hasard des recherches sur Internet m’a conduite au fac-similé d’un article du Globe de 1829 rapportant « une fable fort ridicule ».
Bien que cet épisode n’ait aucun rapport avec la lettre de 1878, les faits, qui mettent en cause plusieurs des personnages familiers aux lecteurs du site « S’écrire au XIXe siècle », ont paru assez intéressants et drôles pour être rapportés. Voici le déroulement de l’affaire.

Le mémoire de MM. Villermé et Milne-Edwards

MM. Villermé et Milne-Edwards, inquiets de l’excès de mortalité des nouveaux-nés pendant l’hiver, présentent à l’Académie des sciences un mémoire sur l’influence du froid chez les plus jeunes enfants. Ils mettent en cause l’obligation de présenter les nouveaux-nés aux officiers de l’état-civil et préconisent un constat de naissance à domicile, après déclaration des parents.

Louis René Villermé (1782-1863), médecin, exerce d’abord la chirurgie sur les nombreux champs de bataille de l’Empire, avant de s’installer en 1815 à Paris. Peu après, il abandonne la pratique (qu’il reprend lors de l’épidémie de choléra de 1832) pour se consacrer à des enquêtes sur la santé et l’hygiène publiques, les conditions de travail des ouvriers, les statistiques démographiques, l’économie politique. Ses ouvrages, notes et rapports alertent et informent les législateurs.

Henri Milne-Edwards (1800-1885), bien que docteur en médecine, est un zoologiste et entomologiste, qui exerce au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Il y côtoie le naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860), spécialiste des reptiles – et dont les lettres familiales  et celles de ses descendants sont sur le site.

Le rapport de M. Duméril

Lors de la séance du lundi 2 mars 1829 de l’Académie des sciences, André Marie Constant Duméril fait, en son nom et au nom de M. Fourier, un rapport favorable sur ce mémoire. « Les commissaires partagent l’avis des auteurs sur le danger auquel l’impression de froid expose les nouveaux-nés » écrit Le Globe qui rend compte de cette séance. « Les faits allégués dans le mémoire sur l’excès de mortalité des nouveaux-nés pendant l’hiver leur semblent bien démontrés », et « la cause assignée leur paraissant très vraisemblable, [les rapporteurs] espèrent qu’on prendra ces faits en considération » et qu’on procédera pour les naissances « comme il en est aujourd’hui pour les décès », par simple déclaration.

Le compte-rendu de la Gazette

Le Globe n’est pas le seul à raconter cette séance de l’Académie des sciences. Deux récits, deux points de vue, deux idéologies, s’affrontent, portés par deux périodiques. L’un, Le Globe, Recueil philosophique, politique et littéraire, est rédigé par des intellectuels libéraux. Ils  se gaussent du compte-rendu paru dans la Gazette, quotidien royaliste, Ultra, soutien du gouvernement sous la Restauration.

Après le résumé du rapport de Duméril, Le Globe cite la Gazette qui « a annoncé gravement dans son numéro de vendredi que l’Académie des sciences venait de voter la suppression du baptême dans les églises. Ses lecteurs auront dû être effrayés ». Porteuse de valeurs catholiques, la Gazette s’offusque d’un « matérialisme dégoûtant », du « tissu d’absurdités impies, débitées au quartier général du matérialisme ». Le rédacteur du Globe poursuit la réfutation de son concurrent : « Nous ne prenons pas cela pour une dénonciation calculée, pour une invention diabolique : nous ne voyons là qu’une ardeur de déclamation. Le rédacteur de la Gazette n’a pas assisté à la séance, ou n’a pas compris le rapport. M. Duméril, pour appuyer les résultats statistiques obtenus par MM. Villermé et Milne-Edwards, avait rappelé cette loi générale qui fait que, par un instinct naturel, les animaux préservent leurs petits des causes de refroidissement : et voilà le rédacteur de la Gazette qui écrit que M. Duméril ne voit dans l’homme qu’un animal. » Pour terminer sa critique, le journaliste du Globe en appelle à un « digne prêtre » qui demandait aux curés de Padoue d’ondoyer les nouveaux-nés dans la maison de leurs parents pendant les mois froids. Le journaliste ironise : « Ce qui est plus plaisant encore, c’est que les injures de la Gazette s’adressent à un curé catholique. En effet MM. Milne-Edwards et Villermé ne sont pas les premiers qui aient observé l’influence du froid sur les nouveaux-nés. Ils ont cité dans leur mémoire plusieurs savants qui se sont occupés du même sujet, et principalement Toaldo, prêtre de Padoue. »
D’un côté, la « sainte fureur » qui inspire la Gazette, de l’autre, le rationalisme railleur du Globe.

Notons que Duméril mentionne une ou deux fois la Gazette, jamais le Globe. Cette année-là, 1829, aucune lettre familiale n’est conservée ; le point de vue de l’intéressé ne sera donc pas connu par la correspondance familiale. Mais, prégnance des réseaux de sociabilité sur le long terme, se retrouvent dans une lettre de 1878, lors de circonstances étrangères à cet épisode de guerre picrocholine, le nom de Villermé et celui de Fréville, lié à une petite-fille d’André Marie Constant Duméril élevée par le fils d’Henri Milne-Edwards.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.