Les enveloppes

L’usage de l’enveloppe est ancien, mais les enveloppes ne sont fabriquées industriellement et ne deviennent d’usage courant qu’à partir du milieu du XIXe siècle. Auparavant, le plus souvent, le papier sur lequel on écrit est replié sur lui-même pour fermer le pli. La conservation des enveloppes est très variable : elles sont en nombre dans le fonds du Musée de la Poste à Paris, mais vidées de leur contenu, parce qu’elles portent marques postales et timbres ; à l’inverse, dans les archives familiales ici présentées, elles ont le plus souvent disparu et seules les lettres ont été gardées.

 La feuille pliée et scellée

Le pliage de la lettre est tout un art, dont Jean-Louis Nagel détaille les modalités (« La lettre. Pliage, enveloppes, cartes postales », Les Feuilles marcophiles, 1973, p. 45). Habituellement, la feuille est pliée en trois puis de nouveau en trois ; c’est ainsi que procède Alphonsine Delaroche s’adressant à sa belle-mère (13 septembre 1806)

Capture-adresse-1806-09-13

Mais il y a toutes sortes de pliages possibles, des plus simples (lettre d’AMC Duméril, 3 janvier 1797) jusqu’aux plus compliqués.

adresse sur la lettre du 3 janvier 1797
adresse sur la lettre du 3 janvier 1797

La soudure est assurée le plus souvent par un cachet de cire (la marque en est visible sur la lettre de 1806 ci-dessus) ; les pains à cacheter sont des objets familiers. Même après que les enveloppes industrielles sont devenues d’usage courant, certaines lettres spéciales continuent d’être scellées. L’Annuaire des Postes de 1870 précise que « l’empreinte doit être spéciale à l’expéditeur. Sont expressément exclues les empreintes banales, et notamment celles obtenues au moyen d’une pièce de monnaie, d’un dé à coudre ou de tout autre objet semblable ».

 Les enveloppes anciennes

« Dès le XVIe siècle, les lettres missives officielles et celles des grands personnages sont mises sous enveloppe » écrit John Grand-Carteret (Papeterie et papetiers de l’ancien temps, Paris, Georges Putois, 1913, p. 134). Ailleurs, il précise que l’enveloppe se popularise peu à peu au XIXe siècle « à tel point que les commerçants, longtemps rebelles, eux-mêmes en font usage. » (John Grand-Carteret, Vieux Papiers, vieilles images. Cartons d’un collectionneur, 1896, p. 13). Les enveloppes sont confectionnées par l’expéditeur, quelquefois à partir de papier pré-découpé vendu par des libraires-papetiers. La Comtesse de Bradi, dans Le Secrétaire du XIXe siècle maintes fois réédité à partir de 1840, recommande de faire les enveloppes soi-même et de s’appliquer à les faire sans plioir et sans ciseaux.

L’emploi d’enveloppes au début du XIXe siècle est plusieurs fois attesté :

– une petite enveloppe cachetée à la cire le 7 septembre 1795
– une enveloppe à l’ adresse de l’agence générale de l’hôpital militaire pour « faire passer » plusieurs lettres (4 février 1796)
– une enveloppe renfermant des notes scientifiques (24 septembre 1811)

En 1844 certaines lettres d’Alphonsine Delaroche ne portent plus trace de pliage ni de cachet (10 septembre 1844), tandis que d’autres ont visiblement voyagé sans enveloppe (6 septembre 1844)

adresse sur la lettre (6 septembre 1844)
adresse sur la lettre (6 septembre 1844)

 Les enveloppes d’usage courant

Les premières enveloppes fabriquées industriellement sont mises en vente en Angleterre et en France dans les années 1840. Leur emploi sa généralise avec l’apparition du timbre postal (1849 en France). Les enveloppes gommées datent 1873.

  • Les enveloppes peuvent contenir plusieurs lettres :

Je mets dans cette enveloppe une lettre d’Isabelle Latham que tu liras avec intérêt.  (6 mars 1864)

  • Les enveloppes peuvent transporter maints objets :

du tissu :

Je mets sous cette enveloppe un échantillon de soie noire de ma robe  (18 août 1859)

des photographies :

 Je t’envoie par le même courrier 4 enveloppes renfermant 8 cartes photographiques  (19 février 1862)

  • L’enveloppe n’échappe pas aux modes. Comme les papiers de fantaisie, elle se personnalise par les initiales du scripteur, son « chiffre » et constitue un cadeau apprécié :

Je t’écris sur le papier de Léon et l’enveloppe est de Julien afin que tu voies les deux chiffres.  (8-12 janvier 1858)

Marie et Emilie qui ont une vraie passion pour leurs enveloppes à chiffres…  (30 décembre 1871)

  • En période de deuil, feuilles et enveloppes cernées d’un liseré noir sont employées :
Enveloppe de deuil, 2 janvier 1874
Enveloppe de deuil, 2 janvier 1874

*

Les enveloppes sont l’une des diverses précautions inventées selon les époques et les usages pour préserver la confidentialité de la correspondance. Mais malgré un règlement administratif très sévère contre les indiscrétions possibles la crainte d’indélicatesses s’exprime dans les correspondances (rarement dans notre corpus). Lettre pliée et cachetée à la cire puis enveloppe gommée ne désarment pas la méfiance. Des circonstances particulières amènent à déroger aux habitudes, comme pendant la guerre franco-allemande :

 Écris-nous souvent et prends du papier léger et pas d’enveloppe afin que tes lettres nous arrivent plus facilement.  (25 septembre 1870)

Comme ici les chances sont encore bien incertaines, je me bornerai, sur cette feuille de papier mince, sans enveloppe (recommandation de l’administration) …  (26 septembre 1870)

Lettre du 25 septembre 1870 sans enveloppe
Lettre du 25 septembre 1870 sans enveloppe

Puis vinrent les cartes postales1, qui font voyager l’écriture à ciel ouvert…

  1. Voir le billet : « Les cartes postales« . []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *