Manger à Paris en 1795 : les prix et le manque

En janvier 1795, le jeune André Marie Constant Duméril, choisi comme élève du district d’Amiens (sa ville natale) pour suivre les cours de l’École de santé, quitte son travail de commis et sa pension rouennaise pour venir étudier à Paris. Finis, les soins maternels de Mme Thillaye et les ressources de la province, il doit se débrouiller avec les maigres revenus d’élève de la nation pour vivre dans la capitale. Il partage un logement avec deux de ses frères.

Dès sa première lettre à sa mère (7 pluviôse an III-26 janvier 1795), il réclame « un habit et une culotte ». Bientôt, à ses soucis vestimentaires récurrents s’ajoutent des préoccupations alimentaires :

Et la vie de Paris, vous ne devineriez pas combien me coûte un dîner ? ou plutôt vous ne le voudriez pas croire ? malheureusement c’est Auguste [son frère] qui paye cela pour moi.  (21 février 1795)

Malgré quelques travaux rémunérés, la situation ne s’arrange pas. La lettre à sa mère du 28 mai 1795 est toute entière consacrée à ces problèmes, qui pourraient même compromettre ses études :

Nous avons reçu avant-hier le trop petit pain, que vous nous avez fait passer […] Nous avons reçu aussi il y a environ une huitaine, celui que mon oncle a eu la complaisance de nous faire passer, nous mangeons aujourd’hui le reste du dernier. […] Je suis maigre à faire peur. […] je suis décidé à retourner à Amiens pour un mois ou deux plutôt que de mourir de faim ici.

Le jeune homme revient à la charge quelques semaines plus tard:

je viens d’aller acheter pour 18 livres [monnaie] de pain, 1 livre ½ [poids], nous en avons eu pour notre déjeuner ! si vous pouvez nous en faire passer ; profitez de la première voie. tout augmente encore énormément : le Beurre 16 et 17ll la livre, le fromage de Gruyère vaut ici 10ll, les cerises 3ll, & les groseilles 2ll10 s, les œufs 20 s, jugez comment je fais pour vivre ? (29 juin 1795)

Le prix pain est primordial. Dès avant la Révolution son prix est élevé : 6 livres de pain coûtent 12 sous, soit le salaire d’un journalier. Le pain reste la nourriture de base et la Révolution ne supprime pas la hantise du pain cher et de la faim. Le prix du blé est en augmentation, ce qui provoque agitation populaire et discussions politiques. L’approvisionnement en sucre, en savon, en viande, en chandelles, en vin, etc. est difficile. Finalement la Convention fixe un prix maximum pour les grains puis pour tous les produits de première nécessité (29 septembre 1793). Un mois plus tard, en octobre 1793, est créée la carte de rationnement. Elle donne droit à 750 g de pain par jour, rapidement réduits à 500 g puis, en 1794, à 250 g. Cette quantité est insuffisante pour l’appétit des jeunes gens :

Nous ignorons à qui nous sommes redevables du dernier pain que nous avons reçu et nous n’avons pas remercié les donateurs. […] ce que nous recevons de la section ne suffit pas pour nourrir l’un de nous pendant un jour. (juillet 1795)

Par votre dernière, vous nous mandiez que vous aviez été à Aubigny pour vous procurer du grain. quelle a été l’issue de votre voyage. nous nous ruinons en achat de pain car nous n’en recevons encore que trois quarterons. Quant à moi j’en mange une livre en sus qui me coûte 9ll ou 10ll. nous croyons bien que si nous n’en avons pas reçu jusqu’ici, c’est qu’il vous a été impossible de nous en procurer.  (7 septembre 1795)

La pénurie affecte nombre de jeunes gens (voir « Les étudiants en médecine à Paris sous la Révolution », Le Progrès médical, supplément illustré, 1939, n° 2). Manger : cette préoccupation constante du jeune homme se traduit par des détails et développements dans chacune des lettres à sa mère :

Depuis le Retour de mes frères je n’ai pas mangé une seule fois chez le Restaurateur : nous vivons, nous deux, Auguste, de Beurre, de fromage, & de cerises. (juillet 1795)

et quelques mois plus tard :

 Nous avons reçu pain, beurre et bas : c’est-à-dire le paquet que nous annonçait votre lettre du 27. vous ne pouviez nous faire un présent dont nous puissions mieux sentir le prix : nous sommes dans la situation la plus pénible. Deux jours de suite nous nous sommes trouvés sans pain. […] aujourd’hui, il est trois heures, la farine n’est pas encore arrivée chez le boulanger ; le pain qu’on nous délivre à la section, quoique bien manipulé, porte un mauvais goût. on le dit composé des farines de vesces, de féveroles, de seigle et d’avoine ; si cependant on nous en donnait notre saoul ! mais que sont ¾ ?  nous qui mangerions sans gêne pour  notre  déjeuner  la livre ½ ! le prix du pain est ici exorbitant: le blanc se vend 40ll et l’ordinaire plus commun 30 ou 34ll. Aussi quand nous en manquons, et cela n’arrive que trop souvent, nous sommes obligés de vivre avec des châtaignes, qu’on nous vend 15ll le litron, environ deux pintes d’Amiens : le beurre vaut ici 85 à 90ll, les œufs 3ll 10s, la chandelle 95 à 100ll. Enfin c’est une désolation de l’abomination.  (22 novembre 1795)

 Après Thermidor, en 1796, la Convention abolit le Maximum qui protégeait le prix de la farine et rétablit la liberté du commerce. Tous les prix montent, l’inflation touche durement les plus pauvres et accentue les inégalités. Mais le jeune André Marie Constant Duméril, qui gagne un peu d’argent en secondant les professeurs au Muséum, en préparant leurs cours, voit sa situation s’améliorer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *