11 novembre 1918


André Mare, L’Armistice 1918, carnet de guerre n° 10    (© Fonds André Mare/IMEC)

André Mare (1885-1932), artiste-décorateur et peintre, membre de la « section de camouflage » pendant la guerre de 1914-1918, témoigne au jour le jour de sa vie de soldat dans ses « Carnets de guerre »1. Sur cette double page du carnet trois personnages fêtent l’armistice entre la France et l’Allemagne. Ils représentent d’un côté les prémices du retour à la vie civile et, en regard, le triomphe du drapeau français. La présence du parachute peut être interprétée, au-delà de sa forme esthétique qui équilibre la composition, dans une double signification, guerrière et quotidienne : dans les batailles, il est un moyen de secours pour les hommes embarqués dans les nacelles des aérostats (ce qu’il était en 1916) et, pour les poilus, un vecteur de ravitaillement en vivres légers, tabac et journaux (en 1918)2.

Le soir du 11 novembre 1918, à 21 heures, le général Pétain signe un communiqué à la presse rédigé par le sous-lieutenant de Pierrefeu : « Au 52e mois d’une guerre sans précédent dans l’histoire, l’armée française, avec l’aide de ses alliés a consommé la défaite de l’ennemi.[  ] Toutes les conditions exigées pour la suspension des hostilités ayant été acceptées par l’ennemi, l’armistice est entré en vigueur, ce matin, à onze heures. » Si les officiels parlent d’abord de « défaite de l’ennemi », le regard de l’artiste André Mare traduit plutôt d’autres sentiments, ressentis par les contemporains.

Depuis Paris, Émilie Mertzdorff-Froissart, écrit à son fils mobilisé :

 Te Deum laudamus ! Le voilà donc arrivé ce jour tant attendu et si chèrement acheté ! le canon nous l’a annoncé à 11 h. Ce n’était plus la Bertha, et Paris s’est pavoisé en un instant. Ce ne sont que joyeux cortèges et chants de triomphe. Les drapeaux sont arrachés de vive force, ton papa a eu ce matin bien de la peine à se procurer au Bon Marché des drapeaux alliés, ignorant d’ailleurs que j’en avais 18 français de toute taille au 7e [étage]. Nous en avons fait flotter plusieurs, mais les 18 ne sortiront ensemble que pour la paix. Mais surtout il faut remercier Dieu, et nous en particulier qui avons été si épargnés par la guerre, nous devons être prodigues d’actions de grâces. Mais il ne faut pas oublier que nous avons encore bien besoin de l’aide de Dieu pour savoir bien profiter de la victoire, sans nous laisser griser et qu’il nous faut obtenir un gouvernement sage et juste. Il viendra, je n’en doute pas, mais quand et comment ? ce sera intéressant de le voir. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 11 novembre 1918)

La lettre maternelle, moins belliqueuse que le communiqué du général qui évoque les « assauts de l’ennemi » finalement « battu et jeté hors de France » et les troupes françaises « forçant la Victoire », décrit des festivités. Jour attendu, espéré, mémorable. Mais que célèbre-t-on ? Comme André Mare avec la rigueur géométrique des formes et la transparence des couleurs, Émilie Mertzdorff-Froissart parle à la fois de la victoire et de la paix. Les deux sont inséparables. Qu’en était-il dans les lettres antérieures ?

1- La paix

  • Les affaires

Tout au long de la guerre, dans les lettres conservées, « le temps de paix » sert de référence lorsqu’il s’agit d’affaires, et la fin du conflit est anticipée pour la reprise de la production. Située à la zone frontière, l’usine de Vieux-Thann en Alsace est bombardée et en partie détruite en 1914 et 1915. Mais les gérants de la société qui possèdent cette « fabrique » de blanchiment des étoffes veillent, qu’il s’agisse de l’approvisionnement :

Il est convenu que cette houille, ou bien nous sera rendue en nature (mêmes qualités, mêmes calibres) à la paix, ou bien nous sera payée alors au prix auquel nous devrons nous convenir nous-mêmes. (Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 8 mai 1915)

de la gestion du matériel :

Enfin il me paraît tout à fait impossible d’obtenir des bons de fournitures pour ce cas spécial. Les bons de fourniture sont réservés aux réparations ayant un but immédiat : il est tout naturel qu’on les refuse pour remettre en état des moteurs qui vont attendre dans un grenier la fin de la guerre. (Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace , 3 mars 1918)

de la gestion des employés :

Mon cher Monsieur Meng, Il est bien entendu n’est-ce pas, (j’ai toujours oublié de vous en parler) que le traitement Hirschwald est suspendu jusqu’à la fin de la guerre. (Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 28 juillet 1915)

ou des réquisitions :

On nous a réquisitionné en Alsace, il y a quelques jours, le charbon que nous avions mis en réserve pour pouvoir remarcher à la paix. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 22 février 1917)

Un autre des gérants de l’usine alsacienne manifeste la même prévoyance au sujet de ses propriétés dans le Nord. Des « prisonniers boches » construisent une voie ferrée sur ses terrains :

Je suis furieux mais l’expérience démontrant qu’on s’habitue à tout, nous ne nous opposerons peut-être pas un jour après la paix à ce que ces voies ferrées restent » (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 août 1916)

  • La stratégie

Ce propriétaire terrien, Léon Damas Froissart (1852-1923), est un officier à la retraite, ancien polytechnicien ayant fait carrière dans le service de l’artillerie. Ses quatre fils et ses deux gendres sont mobilisés. Seules les lettres au plus jeune, Louis Froissart, nous sont parvenues. Le père développe ses conceptions stratégiques :

Ma conviction est que l’Aisne et les Ardennes, la Marne ont toutes chances d’être évacuées assez prochainement c’est-à-dire d’ici à 6 mois mais qu’ils garderont longtemps le Nord et la Meuse en France (et surtout la Belgique), évacuant la France avec l’idée que nous serons moins ardents pour reprendre la Belgique que pour rentrer en possession de nos départements, et que, les circonstances aidant, ils pourraient plus facilement faire accepter l’idée de paix ! (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 1er avril 1917)

Léon Damas Froissart imagine des manœuvres militaires sur le sol français et dans les régions limitrophes ; il expose également à ses correspondants sa vision d’un nouvel ordre mondial :

je serais assez désireux, pour rétablir l’équilibre mondial, que ce qu’on appelait « le péril jaune » devienne le péril pour les boches et les Russes bochifiés avant que la paix soit signée. (Léon Damas Froissart (Paris) à son fils Louis, 24 mars 1918)

Officier, il ne conçoit pas de paix sans victoire :

Ne conclus pas de tout ce que je te dis que je sois d’avis qu’il faut faire la paix : il faut tenir mais il ne faut pas se dissimuler que ce sera très dur ! J’aime mieux te voir à Verdun qu’en Italie et surtout qu’à Salonique bien qu’on parle peu de Salonique. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 5 décembre 1917)

Mais pour lui la guerre serait aussi l’occasion, pour ses fils, de se distinguer et d’amorcer une carrière dans l’armée. A son fils Louis qui vient d’être promu, il écrit :

Lieutenant, Voilà donc un 1er étage gravi dans l’escalier d’honneur : je veux bien admettre que tu avais déjà gagné un honorable entresol en décochant le galon d’aspirant, mais, cette fois, c’est mieux : encore 4 sauts et tu es Colonel ! La guerre sera-t-elle finie d’ici là, et t’aura-t-elle laissé en possession de tous tes moyens ? Espérons-le (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 24 mars 1918)

  • Les sentiments

La mère de Louis fait elle aussi passer le devoir avant tout. Au début de l’année 1918, à l’occasion des vœux d’anniversaire à son fils, elle jette un regard vers l’avenir :

Tu vas commencer loin de nous ta 24e année. Puisse-t-elle se passer pour toi sans trop de souffrances, de fatigues, de jours pénibles. Je crois hélas ! que ce n’est pas elle qui te verra encore revenir dans tes foyers et qui te permettra de préparer pratiquement ton avenir. La situation s’est terriblement embrouillée par le lâchage de la Russie et les Boches auraient trop beau rôle si on leur permettait de faire actuellement la paix. Nous sommes en train nous-mêmes de faire un travail d’assainissement et nettoyage intérieur qu’il faut laisser mener à bien. C’est l’exorcisme qui commence ; depuis longtemps je l’appelle de tous mes vœux. Il faut aussi laisser le temps à la conférence de Versailles de faire son œuvre et donner ses résultats, enfin à l’Amérique d’amener son gros appoint de forces. Bref, je crois que ta pauvre 24e année se passera encore à la guerre et ce n’est pas une perspective gaie ! Faut-il te souhaiter de voir ta poitrine s’étoiler de quelque glorieux insigne ? ici tu permettras à mon cœur de maman de se trouver un peu partagé et de se tourner seulement vers la Providence à laquelle je te confie ne lui demandant qu’une chose : t’aider à faire tout ton devoir, quelles qu’en puissent être les conséquences. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 21 février 1918)

La paix, c’est ce que semble souhaiter, à ce moment-là, ce fils mobilisé. Ses lettres ne nous sont pas parvenues, mais les mots du père le laissent entrevoir : « Je voudrais escompter avec toi les chances d’une paix bonne et prochaine. » (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 23 février 1918). La « paix bonne », la paix entrevue dès 1915, serait comme le retour à la normalité :

j’espère que, la paix venue, tu sauras jouer au bridge et que tu me le rapprendras car, si j’y jouais à Douai 2 ou 3 fois par an, je l’ai bien oublié. (Léon Damas Froissart à son fils Pierre, 29 mai 1916)

Mais la paix ne saurait être que celle qui suit la victoire, aussi bien pour la famille de l’officier que pour le gérant de l’usine alsacienne. A l’occasion du nouvel an, il répond à son chargé d’affaires en Alsace :

Je vous remercie particulièrement de vos vœux ; je fais les mêmes pour vous et votre famille. Comme vous aussi je souhaite la paix, la Nôtre bien entendu, sans quoi elle n’aurait aucune valeur. (Guy de Place à son chargé d’affaires, 13 janvier 1916)

2-  La victoire et le traité

Le mot victoire n’apparaît dans les lettres qu’après le mot paix : on ne le lit pour la première fois qu’en 1917.

  • L’espoir de la victoire en temps de guerre

Le père donne comme attendu le point de vue de l’officier :

Est-ce un beau symbole de l’avenir que la providence réserve aux alliés depuis que tu as décidé tes Roumains à marcher ! Hélas pour être complet, ce tableau de l’avenir devrait encore laisser entrevoir de nombreuses taches de sang. Mais le sang de gens qui, en mourant, auront au mieux, maintenant, la belle confiance d’avoir contribué à assurer la victoire. Conserve-toi en santé pour ce sort glorieux s’il devait t’échoir ! (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 8 septembre 1916)

L’épouse participe volontiers aux échanges sur la stratégie que son militaire de mari affectionne :

Nous nous attendons à entendre prochainement parler de vos exploits. Les Anglais qui marchent rudement bien faciliteront votre besogne et vous allez à une victoire certaine, éclatante peut-être ! Les États-Unis vont faire bien pencher la balance en faveur de l’Entente et le Brésil paraît devoir entraîner les Républiques du Sud. Ce sera bientôt le monde entier qui sera ligué contre les Allemands. (Emilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 11 avril 1917)

Avant même l’offensive lancée par Foch fin août 1918, Émilie Mertzdorff-Froissart croit à la victoire :

Ton petit mot timbré du 20 nous fait comprendre que tu es bien à la peine, mais aussi à l’honneur par la satisfaction que tu fais sentir. Que c’est beau, en effet, cet élan qui fait reculer les Boches et va les forcer à reconnaître notre supériorité. Est-ce enfin le commencement de la victoire que nous attendons avec tant confiance ? Ton papa a tellement peur de l’emballement que je n’oserais dire cela tout haut ! mais je le pense et pour un peu je dirais que j’en suis sûre. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 23 juillet 1918)

  • Après le 11 novembre 1918

Dès la fin des hostilités, les pensées d’Émilie Mertzdorff-Froissart, qui est née et a passé ses premières années à Vieux-Thann, se tournent d’abord vers l’Alsace :

Mon cher petit, Poursuis-tu les Boches au-delà de nos frontières ? fais-tu une entrée triomphale en Lorraine ou dans notre chère Alsace ? je le souhaite pour toi, car l’enthousiasme y sera grand lorsque les Alsaciens verront rentrer les troupes françaises et ce serait un beau souvenir pour toi. La victoire a coûté bien cher, mais c’est bien bon de l’avoir. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 15 novembre 1918)

L’armistice signifie la fin des combats, mais pas le retour des soldats ni la signature de la paix. De 1919 à 1920 une conférence internationale négocie les traités de paix entre les Alliés et les vaincus : le 28 juin 1919 le traité de Versailles est signé entre les Alliés et l’Allemagne et le dernier traité, entre les Alliés et la Turquie, le 10 août 1920. En attendant, à l’occasion de l’anniversaire de son fils, Émilie, une fois de plus, exprime son désir de paix :

J’espère que cette 25e année qui commence avec les préliminaires de la paix en verra la conclusion… d’aucuns émettent des doutes à cet égard, mais ce sont les pessimistes et nous les laissons dire. (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 22 février 1919)

Cependant les affaires continuent :

 Vous estimerez comme nous inadmissible que la victoire des alliés en abaissant la valeur du mark, nous fasse supporter une perte considérable absolument injustifiée. (Brouillon de lettre de Guy de Place au Commissaire de la République, 7 janvier 1919)

L’été suivant la victoire, la signature du traité est attendue :

Nous comptions partir d’ici vers le 25 mais des réunions de société […] me retiennent ici jusqu’au 1er Juillet, sans compter la perspective d’y participer aux manifestations, (inoubliables je pense !), qu’y provoquera la signature de la paix. (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 21 juin 1919)

En effet, c’est alors le temps de la fête à Paris. Léon Damas Froissart se décrit, avec des proches, des amis, et « la veuve de [son] ancien lieutenant (pour qui ce devrait être une petite compensation du sacrifice fait par elle !) » assistant « à la « Revue de la victoire », d’un 4e étage du Boulevard Poissonnière » et « attendant les magnifiques illuminations qui clôturaient cette journée mémorable » (14 juillet 1919).

***

Pour les soldats au front, il semble que le 11 novembre marque enfin le moment où « on ne tue plus », où « on ne se bat plus ». Jean-Pierre Guéno et Yves Laplume ont rassemblé des « paroles de poilus » et de leurs proches3 ; citons quelques unes de ces lettres écrites au moment de l’armistice : « Ma chère bien-aimée pour la vie. Tout est fini ; la paix est signée – on ne tue plus – le clairon sonne le cessez-le-feu. » (Achille Marius Maillet, 11 novembre 1918), « Mon cher Edmond. Enfin, c’est fini. On ne se bat plus ! On ne peut pas le croire, et pourtant c’est vrai ! C’est la victoire comme on ne l’espérait pas au mois de juin dernier, et même au 15 juillet ! » (Élise Bidet, à son frère, 13 novembre 1918).

L’une de ces lettres traduit bien les sentiments mêlés d’attente anxieuse de la fin des combats, puis de contentement et de tristesse, qui enserrent les soldats : « A 9 heures du matin le 11, on vient nous avertir que tout est signé et que cela finit à 11 heures, deux heures qui parurent durer des jours entiers. Enfin, 11 heures arrivent ; d’un seul coup tout s’arrête, c’est incroyable. Nous attendons 2 heures ; tout est bien fini ; alors la triste corvée commence, d’aller chercher les camarades qui y sont restés. Le soir arrive, il nous faut rester là, mais on allume un grand feu et les rescapés se rassemblent ; tout le monde est content mais triste : la mort plane encore dans l’air. » (Eugène Poézévara à ses parents, le 13 novembre 1918).

Contents, mais tristes aussi, fiers de la victoire de la France et aspirant à retrouver la vie ordinaire, sans oublier le passé peuplé de morts, de batailles, de souffrances. C’est peut-être ce mélange amer et doux, glorieux et familier, qu’a voulu traduire André Mare dans son dessin aquarellé.

  1. Les carnets sont conservés à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) et publiés : André Mare, Carnets de guerre : 1914-1918, présentés par Laurence Graffin, Herscher, 1996 et 2000. Le fonds André Mare de l’IMEC, constitué de 69 boîtes d’archives et 200 imprimés, conserve une importante correspondance de l’artiste avec les milieux artistiques, en particulier des peintres (Roger de La Fresnaye, Marie Laurencin, Fernand Léger, la famille Duchamp, Georges Rouault) et des écrivains (Georges Duhamel, Paul Valery. []
  2. « Le parachute pendant la Grande Guerre », http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-parachute-pendant-la-grande-guerre. []
  3. Paroles de poilus. Lettres et carnets du front. 1914-1918, sous la direction de Jean-Pierre Guéno et Yves Laplume, Radoi France, 1998. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.