Promenade à Paris: les Buttes-Chaumont

En 1863, « il est question de créer sur les buttes Chaumont, précise Le Guide parisien de Joanne, une grande promenade ou parc, de 20 hectares environ de superficie, dont les entrées principales seront ménagées sur la rue Fessart et la rue de Crimée. L’étude et l’exécution de ce projet sont confiées à M. Alphand, ingénieur en chef de la ville de Paris. » La ville a acquis en 1862 le terrain des buttes Chaumont, sur la colline de Belleville. Il est creusé de carrières de plâtre qui employaient 800 ouvriers au milieu du XIXe siècle : celles nommées « Butte-Chaumont » et « Centre » étaient à ciel ouvert, tandis que l’« Amérique » (qui exportait jusqu’en Amérique) était exploitée en galeries souterraines.

Sous la direction du préfet Haussmann l’endroit est aménagé en 1866-1867 par Alphand et Barillet. Le parc des Buttes-Chaumont est inauguré le 1er avril 1867, lors de l’Exposition universelle. Charles Mertzdorff, venu à Paris l’année suivante, le visite en compagnie de ses beaux-frères (lettre du 21 juillet 1868). Le relief accidenté, la grotte, les rochers, le lac, les colonnes du temple perché de la Sibylle, les points de vue sur Paris ne semblent pas marquer son imagination car, par comparaison, il trouve son propre jardin alsacien « très gentil » .

Il est vrai que la végétation est encore grêle et clairsemée, comme le montrent les photographies de Charles Marville (dont les agrandissements sont actuellement exposés dans le parc)

Le Parc des Buttes-Chaumont, Paris, 1867 (détail) © Charles Marville/BHVP/Roger-Viollet
Le Parc des Buttes-Chaumont, Paris, 1867 (détail) © Charles Marville/BHVP/Roger-Viollet 

Peu d’années après, arbres et arbustes ont poussé, transformant le paysage, et Alphonse Daudet peut en faire la promenade favorite d’une demi-mondaine, Ida de Barancy. Elle est la mère de Jack, le triste héros d’un roman (Jack, 1876) qui reprend la trame d’une enfance malheureuse, comme Le Petit Chose (1868).  « Par les longues soirées d’été » elle s’alanguit dans « le square des Buttes-Chaumont que l’on venait de terminer, square immense et mélancolique, improvisé sur les anciennes hauteurs de Montfaucon, orné de grottes, de cascades, de colonnades, de ponts, de précipices, de bois de pins dégringolant tout le long de la butte. Ce jardin avait un côté artificiel et romanesque qui faisait à Ida de Barancy une illusion de parc grandiose. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.