Extraction dentaire sans douleur


La jeune Marie Mertzdorff se rend régulièrement chez le dentiste mais nous constations, dans un billet précédent1, qu’avant 1876 « hors M. Pillette, les dentistes ne sont pas mentionnés dans les lettres conservées et des soins donnés aux adultes, il est peu parlé ». Changement au mois de mai 1879 lorsque Marie (20 ans alors), qui souffre d’abcès à répétition dans la bouche, est amenée à consulter un nouveau praticien. Elle tient son père très précisément au courant :

4 pages remplies d’une dent, mon Père chéri, c’est un peu trop mais j’ai pensé qu’il valait mieux te faire assister tant bien que mal à la journée complète (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

Un nouveau dentiste

– Premier rendez-vous

Le médecin et ami de la famille Milne-Edwards, examinant cette « vilaine dent du fond avec sa joue soudée et son abcès continuel » que le dentiste habituel voulait conserver, affirme le contraire. Selon lui,

il était urgent d’enlever au plus vite cette dent, qui aurait dû l’être depuis longtemps, que c’était détestable d’avoir une inflammation continuelle et que l’os déjà commençait à s’attaquer légèrement, notre dentiste s’était grossièrement trompé &&. (Id.

A la demande des parents inquiets qui accompagnent la jeune fille et s’enquièrent « d’un dentiste particulièrement adroit », le médecin donne « une adresse avec un petit mot pour M. Goldenstein, place de la Madeleine ». Ce petit mot fait merveille et bien que Marie se présente hors des heures de consultation, vu « l’urgence de l’opération », le « domestique » qui les reçoit alerte le dentiste et « au bout d’un instant nous voyons arriver un M. décoré qui nous dit qu’il va nous recevoir tout de suite. »

– M. Goldenstein

Marie ne décrit pas le cabinet dentaire. Mais le train de vie de la famille et le quartier prestigieux où exerce le « Monsieur décoré » ne rendent pas invraisemblable qu’elle ait pris place dans un fauteuil comparable à celui-ci :

Fauteuil dentaire, Paris, vers 1875 © ASPAD

Ce siège de prestige, conservé au Musée des Hospices Civils de Lyon, est proposé par la maison E. Billard, sise passage Choiseul à Paris, qui en fait la réclame en 1876. Inspiré d’un modèle américain, ce fauteuil à bascule offre toutes les nouvelles commodités : réglage de l’inclinaison et de la hauteur, têtière ajustable, repose-pieds et crachoir2.

Quoiqu’il en soit de son mobilier, le dentiste, Simon Goldenstein, est une sommité, auteur déjà en 1879 de plusieurs ouvrages : Traité sur les déviations des dents et leur redressement (1871), Arrêt de développement de la mâchoire inférieure : moyens d’y remédier (1879) ; il publiera plus tard : Faut-il soigner les dents de la première dentition : Conseils aux Mères (1889) et Pathologie buccale et naso-faciale (1900). Il s’est probablement perfectionné aux États-Unis, comme nombre de ses confrères. C’est là que s’initie, au début du XIXe siècle, un mouvement en faveur d’une formation scientifique des dentistes et que s’ouvre, à Baltimore en 1839, la première école officielle. En France une première école dentaire ouvre ses portes à Lyon en 1879, suivie en 1880 par l’École dentaire de Paris. Ce n’est qu’en 1892 qu’un diplôme de chirurgien-dentiste ou de docteur en médecine devient légalement obligatoire pour exercer3.

Une intervention urgente

– L’opération

Ce praticien averti regarde la dent et constate qu’elle est « en effet fort malade » : les racines sont « toutes baignées de pus » et « dans ces cas-là les dents adhèrent fortement à l’os ». Il est tout de suite question de l’extraction et de la douleur de l’extraction. Il écarte d’emblée l’anesthésie générale « car c’est toujours un peu dangereux » et que Marie y est « formellement opposée ». Un « moyen terme » est donc choisi :

il m’a engourdi seulement la joue et la mâchoire sans que je le sente car j’étais aussi bien moi que de coutume et il m’a arraché ma dent sans me faire le plus petit mal, j’ai seulement senti qu’on me tirait fortement. (Id.)

et Marie conclut : «  de sorte que je suis dans le ravissement de mon dentiste et dans le ravissement que ce soit fini  » (Id.). Le lendemain sa sœur rassure encore leur père toujours préoccupé de la santé et du bien-être de ses filles :

sa gencive se guérit à merveille […] elle n’a même pas eu la joue enflée, ce que l’on craignait, […] Je pense que tu es au moins aussi satisfait qu’elle que ce mauvais petit habitant ait quitté sa mâchoire et qu’il soit parti d’une manière si polie. (Émilie Mertzdorff  à son père, 14 mai 1879-B)

– L’anesthésie

Chacun vante et admire ce nouveau procédé d’anesthésie locale : la patiente elle-même :

Je suis sûre que tu partageras mon admiration pour le procédé américain qui m’a si bien réussi et que je souhaite à tout le monde maintenant. (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

la sœur témoin :

Marie ne s’est pas ressentie du violent départ de sa dent […] elle dit qu’elle n’a pas souffert ; c’est vraiment merveilleux de pourvoir endormir comme cela la partie locale en conservant toutes ses facultés.  (Émilie Mertzdorff  à son père, 14 mai 1879-B)

le père attentif :

Je ne connaissais pas cet admirable procédé d’endormir & rendre insensible une partie de son individu, pourquoi ne s’en sert-on pas plus souvent. C’est autrement pratique que de vous endormir quoiqu’il n’y ait plus danger. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14 mai 1879-A)

Dès la première moitié du XIXe siècle, des procédés d’anesthésie générale par inhalation de gaz (par exemple le protoxyde d’azote) sont expérimentés aux États-Unis et en Europe, et des études sont menées en France, par Claude Bernard par exemple dans les années 1840-1850. Il s’interroge, dans ses Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses : « Trouverons-nous une substance toxique qui agisse primitivement isolement sur la sensibilité ? »4. Divers moyens d’anesthésie locale sont testés : morphine, éther, chloroforme, mélange réfrigérant, etc.5. Dans le cas de Marie, qui ne parle pas d’injection6, il pourrait s’agir d’une boulette de coton chloroformé appliquée sur la gencive. Elle remarque : « il paraît que je n’ai pas changé de couleur une minute ».

Laissons conclure le père et la fille en un dialogue affectueux :

Voilà mon Père chéri ma longue odyssée et je suis sûre que tu en seras bien content comme tante et oncle et moi et tout le monde car quoique ce ne soit pas grand chose cela aurait peut-être fini par devenir quelque chose de sérieux. (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

je suis très content que cela se soit fait & que je ne l’aie su qu’après. La simple lecture de ta lettre m’a donné un petit tremblement qui persiste encore & il y a cependant déjà quelques heures que je le sais (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14 mai 1879-A)

  1. « Consulter un dentiste » https://puc.hypotheses.org/691. []
  2. Article « Fauteuil de Billard » sur le site de l’Association de sauvegarde patrimoine de l’art dentaire, www.biusante.parisdescartes.fr/aspad/expo01.htm. []
  3. Christophe Lefébure, Histoire de l’art dentaire, 2001, pages 76 et 85. []
  4. Claude Bernard, Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses, 1857, page 356. []
  5. Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Éditions de la Découverte, 1993, page 211. []
  6. Les injections se développeront avec les progrès des seringues. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.