Auguste Duméril : la fin


Si nous avons peu de détails sur la fin de Caroline Duméril-Mertzdorff en 1862 1 en revanche, à l’automne 1870, les derniers moments de son oncle Auguste sont longuement et précisément décrits.

Auguste Duméril, buste en marbre d’Édouard Houssin (1847-1917) pour une commande de l’État (1901-1909) © MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE
Auguste Duméril, buste en marbre d’Édouard Houssin (1847-1917) pour une commande de l’État (1901-1909) © MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE

Les symptômes

Au mois de mai 1870, l’état du professeur Auguste Duméril, 58 ans, s’aggrave. Le 26 mai, « dans la nuit du jeudi de l’Ascension », son épouse Eugénie le trouve « évanoui, avec ce râle effrayant, trop connu, à mon âge, lorsqu’on a perdu les siens : je compris tout le danger de son état. » (Eugénie, épouse d’Auguste Duméril, à sa sœur et son beau-frère, 9 juin 1870). Les malaises perdurent : « Son teint jaune, son manque d’appétit, la barre intercostale, fort pénible, ont duré, depuis lors » (Id.). Les nuits sont souvent pénibles bien qu’ « il couche sur deux oreillers, dont un, en velours, du grand salon ». Parfois, le sommeil est meilleur. Mais le 6 juin « une journée de battements de cœur, très angoissants » incite à envoyer chercher par dépêche le docteur Lecointe. Le soir, lorsque celui-ci arrive, le malade était « depuis plus d’une heure, délivré. Il m’avait demandé, étendu sur le canapé du grand salon, de lui faire une lecture, que je n’ai presque pas interrompue ». La crise passée, la vie reprend et Auguste peut même faire une promenade au bois de Boulogne en voiture à cheval avec ses petits-enfants . Eugénie rapporte à sa sœur l’avis du médecin, très explicite  : « tout en n’ayant aucun organe atteint au cœur, ni au foie, nulle part, enfin, et quoique son état fût tout simplement nerveux », il peut « mourir dans une faiblesse » (9 juin 1870) ; on prédit qu’« il va se remettre de cette attaque » mais que « d’autres la suivront, et il pourra y rester. » (Eugénie Duméril, à sa sœur et son beau-frère, 10 juin 1870-A). Eugénie remercie le docteur de ne lui avoir rien caché de la gravité de l’état de son mari, et elle-même dit « toute la vérité » à sa sœur et au frère d’Auguste – et à eux seuls – « au risque de [leur] faire bien de la peine ». Mais chacun dans l’entourage familial est conscient des problèmes de santé d’Auguste Duméril et s’en inquiète.

L’inquiétude des proches

Certes, le docteur Lecointe avance qu’après la dernière crise « il se remettrait sous peu de jours », mais le malade reste « sous le coup de récidives. » (Eugénie Duméril, à sa sœur, 9 juin 1870).

Eugénie essaie d’aménager un espace de calme autour de son époux : elle « organise des promenades régulières avec lui », elle tâche « de montrer un visage calme », elle alerte ses collègues du Muséum pour qu’on ne le presse pas dans son travail, elle cache à tous les craintes du médecin bien que ces paroles lui aient « percé le cœur », etc. Elle organise même en juillet un voyage du convalescent auprès de son frère, en Alsace.

Les nouvelles circulent parmi les proches :

Nous sommes bien heureux d’apprendre que M. Auguste constate lui-même une amélioration sensible dans son état, que l’appétit est revenu et qu’il peut prendre de l’exercice, soit en voiture, soit à pied sans en éprouver trop de fatigue. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 2 juillet 1870)
Tes premières lettres nous donnaient de si bonnes nouvelles de l’oncle Auguste que nous espérions revoir complètement remis. Tes dernières nous font craindre que cette santé qui nous est bien chère à tous a grande peine à reprendre le dessus. » (Charles Mertzdorff à son beau-frère, 10 juillet 1870)

Au jour le jour, on s’inquiète :

Les nouvelles de M. Auguste sont moins bonnes. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 14 juillet 1870)
En arrivant Léon m’a fait part de la triste nouvelle que M. Auguste va toujours moins bien. Il a consulté le docteur Baddenberger qui a constaté une hypertrophie du cœur très avancée. C’est d’une gravité extrême (Charles Mertzdorff, 15 juillet 1870-C)
M. A. Duméril a quelques bons jours. (Charles Mertzdorff à son épouse, 20 juillet 1870-B)

L’évolution de la maladie

Des conseils sont donnés par l’entourage (dont une cure hydrothérapique) :

Si je te parle de traitement c’est que nous sommes toujours avec vous en causons bien souvent & naturellement chacun donne son avis & notre seul désir au milieu de toutes nos joies d’être bien installés au bord de la mer, c’est de savoir notre cher malade bien remis. (Charles Mertzdorff à son beau-frère, 10 juillet 1870)

En août, Auguste Duméril revient à Paris et de nouveaux médecins sont appelés en consultation.

Ce matin j’ai été savoir le résultat de la consultation pour M. Auguste, lui m’en a rendu compte en paraissant remonté, mais sa femme en me reconduisant m’a dit que les médecins lui ont dit qu’il n’y avait pas de guérison possible, mais que le danger n’était pas immédiat. C’est le foie qui a pris un trop grand développement et qui en appuyant sur les artères empêche la circulation, l’enflure augmente. (Eugénie Desnoyers- Mertzdorff, 10 août 1870-D)
Mme Auguste nous donne de tristes nouvelles de son mari. La consultation a constaté une aggravation considérable du mal. (Charles Mertzdorff, 10 août 1870-B)

Espoirs et inquiétudes continuent de s’exprimer :

Le pauvre M. Duméril m’a paru bien souffrant, mais à l’Institut on ne lui a pas trouvé mauvaise mine (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 9 août 1870-B)
M. Auguste va un peu mieux, l’enflure diminue, on reprend de l’espoir. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 15-16 août 1870)
Oncle Auguste avait les jambes moins enflées mais il ne peut aller en voiture de sorte qu’ils allaient en bateau [sur la Seine] (Marie Mertzdorff à son père, 16-18 août 1870)
M. Auguste va un peu mieux, l’enflure diminue. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 24-25 août 1870-C)
M. Auguste ne va pas plus mal. (Jeanne Target-Desnoyers, 26 septembre 1870 (B)

Mais après ces moments plus ou moins stationnaires, l’état d’Auguste Duméril se détériore.

M. Auguste ne va pas bien son état s’aggrave quelle peine pour sa pauvre femme. (Jeanne Target-Desnoyers, 9 novembre 1870)

Et quelques jours plus tard (au cinquante-huitième jour du Siège de Paris, ainsi que l’épistolière date sa lettre) :

ce cher bon monsieur Auguste dont l’état s’aggravait sensiblement depuis plusieurs jours a succombé hier soir. [  ] Les derniers moments ont été très calmes et sans souffrance : mais l’hydropisie avait fait de tels progrès qu’il n’y avait plus d’espoir et cependant il a écrit lui-même à [son frère] de ne pas s’inquiéter, il y a peu de jours. (Jeanne Target-Desnoyers, 13 novembre 1870-A)

Le terme « hydropisie », alors employé, est synonyme d’« œdème ».

***

« Les malheurs publics qui nous frappent tous n’empêchent pas les douleurs particulières » écrit Jeanne Target-Desnoyers en annonçant ce décès (lettre du 13 novembre 1870-A). Au moment où Auguste Duméril meurt, le 12 novembre 1870, la France est en guerre. Entre la France et l’Allemagne les hostilités ont commencé le 2 août 1870 – Auguste Duméril était alors revenu à Paris, presque impotent et plus malade qu’à son départ pour l’Alsace. Dès les premiers jours de la guerre, l’Alsace est occupée. Le 1er septembre l’armée française capitule à Sedan ; le 4 Napoléon III est déchu, la République proclamée et le Gouvernement de la Défense nationale constitué. Pendant cet automne 1870, Metz capitule (le 27 octobre), l’armée de la Loire est défaite et les troupes allemandes encerclent Paris. D’autres membres de la famille enverront des récits auto-censurés, euphémisés et partiaux du Siège et de la Commune de Paris.
Aux malheurs du temps s’ajoutent les malheurs privés.

  1. Voir le billet « Caroline posthume ». https://puc.hypotheses.org/3328 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.