Notre-Dame de Paris

Le billet précédent1 se terminait par quelques vers de Victor Hugo des Chants du crépuscule (1835) dans lesquels le poète, en écho à son roman Notre-Dame de Paris (1831), s’identifie selon les critiques au personnage de Quasimodo montant dans l’escalier d’une tour de Notre-Dame.

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831 ( © BNF-Réserve des livres rares-Gallica)

En marge de cette « cathédrale de poésie » édifiée par Victor Hugo – pour reprendre les mots de Jules Michelet – voici la cathédrale au quotidien, telle qu’elle apparaît dans des lettres familiales du XIXsiècle.

Les sermons de Notre-Dame

  • Les sermons de la période pascale

Les demoiselles Mertzdorff, catholiques pratiquantes, fréquentent régulièrement l’église de leur paroisse. Adolescentes, elles habitent dans un pavillon du Jardin des plantes de Paris : elles sont donc des fidèles de l’église Saint-Médard. Mais chaque année, à l’époque de Pâques, elles vont à Notre-Dame écouter des sermons : « Hier nous avons travaillé toute la matinée puis nous avons été à 2h au sermon de Notre-Dame » (Marie Mertzdorff à son père, samedi 29 mars 1873). « Le premier sermon de la retraite » précise-t-elle dans une autre lettre (6 avril 1873). La même mention du « sermon de Notre-Dame » se trouve les années suivantes, par exemple, en 1880 :

Aujourd’hui nous prévoyons une journée plus calme ; nous irons seulement à une heure au sermon de Notre-Dame et le reste de l’après-midi s’achèvera paisiblement ici à attendre des visites qui j’espère ne viendront pas. (Marie Mertzdorff à son père, 23 mars 1880).

C’est sur une épistolière de la génération précédente qu’il faut compter pour avoir quelques détails sur le contenu du sermon :

Notre semaine sainte a été bonne ; nous avons suivi la retraite de Notre-Dame, elle a été très bien prêché par l’abbé Langénieux, il a pris pour sujet la femme chrétienne et a montré d’une manière charmante quelle doit être sa vie en face la famille, le monde, la douleur, la joie && et a conclu d’une façon très touchante en montrant que puisque Dieu a seul été son but en tout, à son heure dernière elle sourit encore en retrouvant Celui qui a été sa force et son consolateur. (Eugénie Desnoyers à son amie Caroline Duméril-Mertzdorff, 25 avril 1862)

  • Les prêtres de Notre-Dame

Parmi les prêtres qui officient à Notre-Dame, l’abbé Langénieux est l’un des rares qui sont nommés. Benoît-Marie Langénieux (1824-1905) est alors prêtre du diocèse de Paris ; ordonné en 1850 il est par la suite évêque de Tarbes (1873), puis archevêque de Reims (1874) et enfin cardinal (1886). Dans les années 1890 plusieurs de ses lettres pastorales sont imprimées, dont celle prononcée pour le carême de 1899 : Conséquences funestes de l’athéisme en France.

Est mentionné également Ernest Marie de Geslin [de Bourgogne] (vers 1816-1881), au moment où il quitte Saint-Médard pour Notre-Dame :

Si vous êtes là-bas [à Vieux-Thann, en Alsace] dans les changements de curés nous le sommes aussi à Saint Médard. M. de Geslin est nommé à Notre-Dame et nous ne savons encore par qui il peut être remplacé, il nous a fait ses adieux aujourd’hui au catéchisme. (Marie Mertzdorff à son père, 20 décembre 1874)

D’autres services religieux particuliers attirent à Notre-Dame, comme le Te Deum de janvier 1879 où l’on se rend en famille (Marie Mertzdorff à son père, 19 janvier 1879).

Notre-Dame, un monument

Dans cette famille de « savants », Notre-Dame est également appréciée pour ses qualités esthétiques. Visitant avec ses parents la cathédrale de Sens, Eugénie Desnoyers la compare à d’autres, et d’abord à celle de Paris : « la cathédrale de Sens, monument qui jouit d’une grande réputation méritée certainement », n’a pas cependant « l’élégance de Notre-Dame de Paris » ni, poursuit-elle, « la richesse d’ornementation d’Amiens, l’élévation de Cologne, et la beauté des portails de Chartres » ; elle conclut son palmarès :

après ces magnifiques édifices dont je te parle parce que nous les avons vus ensemble, on peut placer la cathédrale de Sens (Eugénie Desnoyers à Ancy-le-Franc, à sa sœur, 7 septembre 1863).

Les demoiselles Mertzdorff visitent Notre-Dame de Paris sous la conduite de guides informés : leur grand-père et leur professeure d’histoire de l’art.

  • Visite avec Jules Desnoyers

Le premier, Jules Desnoyers, géologue, archéologue et historien est, depuis 1834, bibliothécaire en chef du Muséum et secrétaire de la Société de l’histoire de France ; il est membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

bon-papa devait venir nous prendre à 3h pour faire ensemble la visite de la sainte chapelle. Cela nous a comme tu penses beaucoup intéressées surtout avec bon-papa qui connaît tous les plus petits détails et qui sait vous faire remarquer tout ce qu’il y a de beau. Nous avons ensuite été à Notre-Dame où nous sommes entrées voir le trésor. Enfin après une visite prolongée nous avons quitté bon-papa et nous avons été prendre un exquis bain froid. (Marie Mertzdorff à son père, 24 juillet 1875)

  • Visite avec la professeure des beaux-arts

La seconde visite mentionnée a lieu en 1879 – les jeunes filles ont alors 18 et 20 ans. Depuis 1876 elles suivent les « leçons de beaux-arts » de Mlle Magdelaine qui emmène ses élèves à travers Paris :

Vendredi nous avons admiré Notre-Dame pendant près de deux heures, intérieurement et extérieurement en compagnie de Mlle Magdelaine et de ses élèves au nombre de dix environ. Ç’a été une promenade très intéressante et dont, j’espère, nous saurons profiter. (Émilie Mertzdorff à son père, 20 avril 1879).

***

Moment de recueillement ou « promenade très intéressante », ces expériences furent partagées à travers les années et les siècles par des millions de femmes, d’hommes et d’enfants.

  1. Des cloches », https://puc.hypotheses.org/4761. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.