Marcher dans l’Aisne

Marie Mertzdorff rapporte à son père « une petite aventure » arrivée à ses amis Arnould (lettre du 12 octobre 1874). Elle raconte comment M. Arnould et ses enfants adolescents ou jeunes adultes ont entrepris de rallier à pied Saint-Gobain depuis Trigny. Marie précise: 16 lieues parcourues en 2 jours. La lieue est une unité de longueur (variable) utilisée sous l’Ancien Régime ; elle a comme origine la distance que peut parcourir un homme à pied en une heure ; la lieue métrique vaut 4 kilomètres.

Les gendarmes

Voici l’anecdote : la famille harassée au soir de la première journée échoue pour la nuit dans une auberge. L’aubergiste intrigué par ces clients insolites et suspectant des « espions prussiens » (chaque époque a ses fantasmes : la figure de l’ennemi « prussien » hante ces années d’après guerre) avertit les gendarmes. Le père de famille réveillé en pleine nuit, et qui a négligé de se munir d’un passeport, a toutes les peines du monde à les convaincre de son honorabilité.

Pour le contact rugueux avec les gendarmes, on pense à un épisode du Tour de la France par deux enfants, situé dans les mêmes années (G. Bruno, innombrables éditions de ce livre de lecture à partir de 1877, numérisation BNF).

Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)
Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)

André et Julien, les deux enfants, se trouvent en difficulté près de Besançon ; ils vont au-devant de deux gendarmes à cheval : « Les gendarmes, d’un ton sévère, commencèrent par dire à André de montrer ses papiers. » Mais, comme l’affirme la morale de cette page : « Quand on n’a rien à se reprocher, on n’a point sujet d’avoir peur. » (pages 7071)

La randonnée

Sur une carte, Trigny et Saint-Gobain sont éloignés de 50 kilomètres à vol d’oiseau. Le point de départ de la marche de la tribu Arnould, Trigny, est mentionné comme lieu de naissance de plusieurs des enfants de la famille. Et le but du voyage est Saint-Gobain, où l’époux de Lucy Arnould est directeur général des Glaceries Saint-Gobain.

En lui-même, ce projet de marcher a retenu mon attention. Il fait écho au récit de Jean-Paul Kauffmann qui, suivant la Marne à pied depuis Paris jusqu’à sa source, traverse des régions voisines, un peu plus au Sud (Remonter la Marne, Fayard, 2013). Lui aussi fait l’expérience des sentiers désertés et des auberges décevantes, de l’étonnement et de la méfiance des personnes rencontrées – en 2012, ce n’est plus l’espion que l’on craint, ni l’étranger, mais « le rôdeur ». Mathilde Arnould fait des croquis, et Jean-Paul Kauffmann note ses impressions : les marcheurs cherchent à garder trace des paysages et des expériences traversés.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.