Fantoches et marionnettes

Le journal d’Émile de Girardin, La Presse, communique, le 7 avril 1879, à la rubrique « Courrier des théâtres » à Paris : « Au théâtre Thomas Holden, faubourg Poissonnière, tous les soirs, à huit heures, les Fantoches. Jeudi et dimanche, matinée à deux heures. » Cette annonce figure  encore au mois de novembre suivant : « Au théâtre Holden, matinée par les Fantoches » (16 novembre 1879). Les Fantoches ? Émilie Mertzdorff les a vus, en compagnie de sa sœur, et de sa tante et son oncle (professeur au Muséum) qui élèvent les jeunes filles.

1- Récit de la représentation

Cette sortie n’était pourtant pas prévue : la famille devait aller voir un opéra de Mozart, La Flûte enchantée. Après un rapide dîner, tout le monde prend l’omnibus mais, raconte Émilie,

ni oncle ni tante n’étaient très certains de la situation de l’opéra comique, aussi l’avons-nous cherché fort longtemps après être descendus d’omnibus. Enfin nous l’avons trouvé, mais beaucoup de monde l’avait cherché moins longtemps que nous, et il ne restait plus une seule place pour les retardataires. Nous étions un peu déçus (Émilie Mertzdorff à son père, 14 mai 1879)

Cependant « ce bon oncle » qui « sait toujours bien arranger les choses », propose alors « d’aller voir les Fantoches rue du faubourg Poissonnière ». C’est cette soirée dont elle détaille « les plaisirs » :

Ce sont des espèces de poupées qui sont on ne peut plus remarquables et dont on entend beaucoup parler en ce moment, on dirait de vrais petits hommes ; elles font des mouvements très bien imités ; tous leurs membres sont admirablement articulés, leur bouche, leurs yeux, leurs mains remuent. On voit bien quelques fils mais on ne comprend pas ce qui peut les mettre en mouvement. Il y a eu une quantité de petites scènes jouées par ces fantoches ; celles qui étaient les plus remarquables étaient deux danseurs de cordes ; ils ont fait une quantité de pas, de sauts, de tours sur leur corde à croire vraiment qu’ils étaient vivants, ils mettaient leur balancier en équilibre sur leur tête et le rattrapaient chaque fois qu’il allait tomber. Il y a eu aussi un squelette dont tous les membres s’en allaient, voltigeaient dans l’espace, puis revenaient prendre leur place instantanément ; c’est vraiment bien curieux, et je regrette que tu ne l’aies pas vu ; oncle était très content d’y être allé. » (Émilie Mertzdorff à son père, 14 mai 1879)

Que sont les fantoches qui plaisent tant aux jeunes filles et aux adultes ?

2- Les fantoches

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse (1872) donne une origine italienne au mot : « fantoccio », poupée, et il renvoie au mot fantoccino. Les fantoccini (au pluriel) sont en effet des marionnettes italiennes, plus précisément celles qui sont élégantes et « exhibées sur des théâtres fixes, par opposition aux puppi et pupazzi ambulants des places publiques ». Les marionnette sont contrôlées par des fils qui relient les différentes parties de leur corps (tête, bras, jambes, torse…)  à un support en bois, manipulé par le dessus.
Ces statuettes en bois et en carton, alourdies de plomb pour « obéir à la moindre impulsion, sans perdre leur centre de gravité » sont décrites dès le milieu du XVIe siècle : elles dansent et prennent les poses les plus variées. Après l’Italie, puis les grandes capitales et la société aristocratique, les troupes de belles et riches marionnettes se produisent partout en Europe, dans les grandes salles comme « dans les boutiques en plein vent ».
En 1784, des fantoccini italiens s’établissent dans un théâtre de deux cent cinquante places au Palais-Royal à Paris. Les petits personnages se meuvent dans des décors variés représentant « des villes, des marines, des bois, des jardins, des temples et des palais ». Enfin, assure le Dictionnaire de Pierre Larousse, « le directeur ne négligeait rien pour maintenir la vogue de son petit spectacle, qui n’était pas seulement un théâtre d’enfants, mais où les grandes personnes venaient aussi se récréer. »
Ce théâtre du Palais-Royal animé pendant des décennies par la famille Séraphin ferme en 1844, et les demoiselles Mertzdorff voient en 1879, rue du faubourg Poissonnière, les fantoches de Thomas Holden.

3- Les fantoches de Thomas Holden

 « Thomas Holden’s et ses Fantoches » (vers 1879-1880)
Affiche de tournée pour les marionnettes de Holden
(© The National Puppetry Archive, d’après le site de la World Encyclopedia of Puppetry Arts)

Tout jeune, Thomas Holden, né en 1847, parcourt la Grande-Bretagne avec sa famille de marionnettistes. C’est son frère aîné qui reprend le théâtre créé par le père, et Thomas part en Amérique en 1873. Passant de la compagnie des Bullock’s Royal Marionettes à celle des entrepreneurs américains McDonough et Earnshaw, il enchaîne les tournées de Philadelphie à San Francisco et aux villes de l’Ouest. Revenu en Grande-Bretagne, Thomas Holden fonde en 1875 sa propre compagnie, les Imperial Marionettes. Après Londres et l’Europe du Nord, il donne des représentations à Paris et dans les grandes villes de France (1879-1880) : c’est à cette occasion qu’Émilie Mertzdorff admire la virtuosité des Fantoches et de leurs manipulateurs. Thomas Holden parcourt ensuite l’Europe et l’Amérique du Sud (1887). Il décède à Londres en 1931, « laissant le souvenir d’un roi de la marionnette à fils »1.

***

Laissons la conclusion, comme l’introduction, à la presse qui fit régulièrement la réclame de ces spectacles. Dans Le Petit Journal illustré du 13 septembre 1908 Ernest Laut consacre un article aux « Marionnettes » : « Depuis Séraphin, que de progrès dans l’art des marionnettes !… Nous eûmes les célèbres pantins de Maurice Sand, de Lemercier de Neuville, les fantoches de Holden, les si parisiens Bonshommes des frères Guillaume, les marionnettes de Bouchor, les merveilleuses Maquettes animées du peintre Georges Bertrand. » Et après eux, pantins, fantoches et marionnettes, animés par des créateurs oubliés ou restés dans les mémoires, ont diverti grands esprits et petits enfants.

  1. John Phillips, « Thomas Holden », site « World Encyclopedia of Puppetry Arts », 2012, à qui j’ai emprunté les renseignements biographiques qui précèdent [https://wepa.unima.org/fr/thomas-holden/]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.