Éducation(s) de filles

« Les malheureuses jeunes filles sont réduites pour toute distraction à tirer l’aiguille toute la journée, remplaçant seulement la tapisserie par la dentelle et la dentelle par le crochet ! et souvent pour arriver à faire avec beaucoup de peine quelque chose d’inutile et de généralement laid ! » Qui dénonce avec tant de sévérité l’éducation que reçoivent les jeunes filles au XIXsiècle ? Une pédagogue progressiste ? Un homme politique partisan de l’éducation des jeunes filles ? Relisons quelques prises de position de ces femmes et ces hommes engagés.

I- Expressions publiques

Jules Simon, L’École    [Gallica]

 

L’homme politique Jules Simon (1814-1896) est catégorique : « L’enseignement primaire des filles n’est pas à améliorer, il est à créer » inscrit-il en titre du premier chapitre de la partie de son ouvrage consacrée à « L’éducation des filles » en 18651. Les chiffres qu’il cite sont édifiants. S’appuyant sur la capacité des hommes et des femmes à signer leur acte de mariage, il déplore : « La statistique des mariages pour 1861 donne les résultats suivants, dont l’optimisme le plus imperturbable ne saurait se contenter : Sur 100 mariés, le nombre des hommes qui n’ont pu signer est de 29.27, le nombre des femmes de 44.6. Les chiffres sont encore plus douloureux et la disproportion entre les sexes plus marquée, si l’on ne tient compte que de la campagne [ ] Encore doit-on se souvenir que beaucoup de personnes qui ne savent ni lire ni écrire apprennent à tracer leur nom  »2. Inlassablement, Jules Simon répète, comme devant le Corps législatif le 2 mars 1867 : « Les filles, même dans les pensionnats les plus élevés, reçoivent une instruction futile, incomplète, toute d’arts d’agrément, mais sans rien de sérieux et d’élevé. »3

Julie Victoire Daubié, L’émancipation de la femme [Gallica]

Julie-Victoire Daubié (1824-1874), première bachelière de France, féministe, plaide pour « l’émancipation de la femme » : « L’enseignement de la femme est un devoir de justice »4. Selon elle, la pauvreté des parents et l’incapacité des institutrices surchargées de travail sont cause « de l’instruction déplorable des filles ». « La plupart des institutrices, on ne saurait le nier, sont si impropres à leur tâche qu’après avoir donné des notions élémentaires de la lecture, de l’écriture et du calcul, elles laissent végéter les enfants d’une intelligence même exceptionnelle, sans leur communiquer de connaissances plus étendues ». Au milieu du XIXsiècle presque la moitié des femmes ne peuvent écrire. Et pour les autres, leur savoir reste insuffisant. Même « certaines jeunes filles de la classe aisée » sortent de l’école « à seize et à dix-sept ans, sans avoir appris l’orthographe la plus usuelle [ ] sans avoir l’esprit ouvert sur aucune question, sans prendre intérêt à aucune lecture »5.

Un autre homme politique, promoteur de l’enseignement secondaire féminin, Camille Sée (1847-1919) présente une proposition de loi à la Chambre des députés, le 27 mai 1879 à Versailles. Au lieu de donner une éducation solide aux jeunes filles, dit-il, « on lui fait passer dans la frivolité, dans l’oisiveté, les années de son adolescence. Elle s’habitue à juger sans connaître, à parler sans savoir, à lire dans des livres insipides, à ne trouver chez elle que des occupations matérielles, et à chercher au-dehors des distractions. »6.

Au début du XXe siècle l’institutrice Clarisse Juranville (1826-1906), prolifique auteure de livres pour la jeunesse et de manuels scolaires, associée à Pauline Berger, propose d’élargir les connaissances des jeunes filles à ce qui touche « aliments, vêtements, habitation, chauffage, éclairage, industries diverses »7.

Clarisse Juranville et Pauline Berger, Le bagage scientifique de la jeune fille, page 5   [Gallica]

Pour introduire leurs leçons, elles imaginent une sortie scolaire. Une institutrice emmène ses élèves à la campagne et, les écoutant parler, se désole : « Vous êtes là une vingtaine âgées de douze ans et plus, et rien de sérieux ne vient dans votre conversation, rien du réel de la vie courante ! Serait-ce que je ne vous ai pas obligées assez à jeter un coup d’œil autour de vous ? Si vous saviez, enfants, comme, en dehors des billevesées et des contes que vous venez de rappeler, il y a des choses intéressantes dans la nature, dans l’industrie ». Convaincues, les jeunes filles réclament :
« -Madame, rendez-nous savantes !
– Savantes ! oh non ! fit modestement l’institutrice, mais instruites, ce qui n’est pas la même chose. Je voudrais qu’en quittant la classe chacune de vous emportât un ensemble de connaissances variées qui permît de dire d’elle : Elle sait ce qu’il est indispensable de savoir ; elle peut parler d’une manière exacte sur mille choses utiles, pratiques, usuelles ; elle connaît le parce que des nombreux pourquoi de la vie journalière. »8

On pourrait citer bien d’autres textes, de Victor Duruy, Jules Ferry, Paul Bert, Élisa Lemonnier9, Octave Gréard, etc. Au XIXsiècle l’éducation des filles devient un sujet récurent, et l’accord se fait sur les fondements de l’enseignement féminin, qui doit inculquer les valeurs morales et nationales  ; mais deux voies s’affrontent : les partisans des congrégations religieuses enseignantes et les tenants d’un enseignement d’État. Les lois successives traduisent cet enjeu politique et social :
– la loi Guizot de 1833 ne s’occupe que des garçons (obligation est faite à chaque commune d’ouvrir une école de garçons).
– la loi Falloux de 1850 dispense les maîtresses de diplômes (une « lettre d’obédience » de leur congrégation suffit), ce qui entraîne globalement une baisse de niveau dans les pensionnats féminins10.
– Victor Duruy oblige en 1867 les communes de plus de 500 habitants à ouvrir une école pour les filles, leur propose des « cours secondaires» (qui ont peu de succès) et leur ouvre l’accès à l’enseignement supérieur dans les facultés de droit, de lettres et de sciences.
– en 1881-1882 Jules Ferry impose l’école primaire gratuite, laïque et obligatoire pour les garçons comme pour les filles avec des contenus à peu près identiques.
– en 1880 la loi Camille Sée ouvre un lycée de filles (payant) par département, avec des programmes spécifiques.

II- Écrits privés

= Une jeune fille privilégiée

Aucune des personnes dont nous venons d’évoquer l’engagement en faveur de l’enseignement féminin n’a écrit les lignes qui introduisent ce billet. L’auteure en est une jeune fille de la bourgeoisie, bien intégrée dans la société de son temps, assez conventionnelle dans son mode de vie et ses idées : Marie Mertzdorff, 19 ans, que les lecteurs familiers de ce carnet connaissent. Dans cette lettre à son père Charles Mertzdorff du 26 novembre 1878, elle poursuit : « Mais il ne faut pas que je devienne méchante ; tout ce que je peux faire c’est de te sauter au cou et de te remercier de nous avoir mises à même de trouver beaucoup de plaisir ailleurs. » Cet « ailleurs », c’est l’étude : Marie adore étudier11 et ses lettres énoncent la diversité des cours qu’elle suit. La remarque de Marie pointe les caractéristiques de l’enseignement à son époque12 :
– un enseignement très lié à la classe sociale – ce que constate Marie
– un enseignement spécifique réservé aux filles – ce qu’elle ne remet pas en question
– un enseignement qui connaît d’énormes disparités territoriales.

Marie Mertzdorff échappe partiellement à ces contraintes. Elle appartient au milieu parisien aisé et elle est élevée dans un environnement privilégié, ouvert à la vie intellectuelle de son temps.
Après la mort de sa mère puis de sa mère adoptive, elle est prise en charge par la sœur de cette dernière, Aglaé Desnoyers, et son époux Alphonse Milne-Edwards. Marie Mertzdorff et sa sœur Émilie vivent à Paris au cœur du Jardin des plantes, dans le foyer de ce professeur, où vit aussi son père, Henri Milne-Edwards, président-fondateur de l’Association pour l’enseignement secondaire des jeunes filles (1867-1875). Marie et sa sœur écrivent très régulièrement à leur père resté en Alsace et lui détaillent leurs occupations. Avec ponctualité, elles font le récit circonstancié de leurs études.

= Une jeune fille éduquée

« L’article premier de la loi du 28 mars 1882 dote l’instruction primaire élémentaire du programme le plus complet et le plus étendu que nos écoles aient jamais reçu » note Ferdinand Buisson13. Il rappelle cet article : « L’enseignement primaire comprend
L’instruction morale et civique
La lecture et l’écriture
La langue et les éléments de la littérature française
La géographie, particulièrement celle de la France ; l’histoire, particulièrement celle de la France, jusqu’à nos jours
Quelques notions usuelles de droit et d économie politique »

A la lumière de ces exigences, on mesure la qualité de l’enseignement reçu par les demoiselles Mertzdorff. En Alsace, les fillettes apprennent à domicile lecture, écriture et calcul avec leur mère. Bientôt celle-ci est épaulée par un cours parisien qui envoie régulièrement leçons et devoirs. Arrivées à Paris, Marie et Émilie fréquentent une institution privée et, en complément, reçoivent de nombreux cours particuliers, selon un usage aristocratique qui s’est étendu à la bourgeoisie parisienne14. Elles sont également inscrites aux cours que donne l’Association de la Sorbonne dès 1867. La recherche d’une éducation accomplie se marque par exemple pour l’écriture, qui s’attache à la maîtrise de la graphie, jusqu’à la calligraphie, grâce à un maître d’écriture spécialement engagé :

le professeur est d’un âge respectable et me paraît très bien, je me suis trouvée, après avoir cherché sans découvrir le fameux maître, en avoir deux le même jour, l’embarras était grand mais j’ai penché naturellement pour le plus respectable, pour les cheveux blancs, espérant qu’il aura aussi le talent (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à son beau-frère Charles Mertzdorff, 26 octobre 1873 (C)

L’histoire sainte inculquée dans l’enfance est bientôt complétée par l’histoire de France et l’histoire grecque (Émilie Mertzdorff à son père, 19 décembre 1878). Les jeunes filles apprennent la géographie avec Émile Levasseur, professeur du Collège de France, fondateur de la Société de Géographie commerciale :

M. Levasseur a paru et nous a fait une leçon des plus intéressantes j’ai appris beaucoup de choses nouvelles (tu diras que ce n’est pas étonnant). On commençait la géographie de l’Europe ; on nous a parlé d’abord de l’Europe comparée aux autres parties du monde puis on a fait l’histoire des côtes de l’océan glacial et de la mer Baltique. (Marie Mertzdorff à son père, 29 novembre 1877)

Pour les matières scientifiques, la physique leur est enseignée par Émile Fernet venu de l’École polytechnique :

Hier nous avons eu le cours de physique qui nous a paru assez difficile mais très amusant tout de même ; c’était sur la pesanteur, la vitesse des corps, l’espace qu’ils parcourent, le centre de gravité. Nous y retrouvons toujours les demoiselles Fernet qui sont très gentilles et qui suivent assidûment le cours de leur père. (Marie Mertzdorff à son père, 22 novembre 1878 A)

et la chimie par Alfred Riche venu lui aussi de l’École polytechnique :

Je sais maintenant, ou plutôt que dois savoir, ce que c’est que l’air ; j’ai bien compris les expériences successives de Lavoisier et j’ai vu comment l’azote éteignait la lumière tandis que l’oxygène la rallumait ; après lui donnait une grande intensité ; après avoir regardé brûler du magnésium dans de l’oxygène nous étions complètement éblouies. (Marie Mertzdorff à son père, 29 novembre 1877)

Bien que tentées par la botanique, elles y renoncent faute de temps (Marie Mertzdorff à son père, 3 février 1879). Pour les langues, elles étudient pendant des années l’allemand et l’anglais.

Les arts d’agrément requièrent également les meilleurs professeurs. Les demoiselles fréquentent l’atelier du peintre Paul Flandrin :

Vendredi j’ai eu une longue séance d’atelier pendant laquelle j’ai bien travaillé [ ]. Je fais toujours la bosse à force et cela m’amuse beaucoup. (Marie Mertzdorff à son père, 9 février 1879)

Marie reçoit les conseils de Ange Louis Guillaume Lesourd-Beauregard, professeur d’iconographie végétale au Muséum, pour la peinture de fleurs :

 j’ai eu ma fameuse leçon de M. Beauregard qui me faisait très peur d’avance mais dont je suis enchantée maintenant ; il n’a pas été mécontent de mon travail et m’a tout de suite fait commencer à peindre cela m’a beaucoup amusée, il donne parfaitement ses leçons expliquant le pourquoi de tout, montrant bien comment il faut s’y prendre (Marie Mertzdorff à son père, 25 avril 1879)

Une personne compétente, Mlle Magdeleine, les initie à l’histoire de l’art au fil de visites de monuments parisiens : Notre-Dame, la Sainte-Chapelle, etc. Il y a enfin des leçons de chant, de piano, de danse. Là encore, les meilleurs professeurs sont convoqués : pour le piano, c’est Pauline Roger, la dédicataire de pièces de Gabriel Fauré (Le ruisseau, en 1881) ou d’Ernest Chausson.

Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie [Gallica]

La loi de 1882 relative à l’enseignement primaire pour les filles leur accorde le droit à plus d’ouverture intellectuelle en listant les matières qui doivent être enseignées. Ferdinand Buisson dans son Dictionnaire commente cette loi après l’avoir citée, insistant sur la « prudence » nécessaire aux institutrices qui abordent histoire de France ou les sciences physiques et naturelles, la « part modeste » faite aux notions littéraires, ou les orientations pratiques du dessin « qui peut trouver son application dans la vie des femmes ». La diversité des matières abordées et de la qualité des maîtres des demoiselles Mertzdorff marquent les disparités qui caractérisent l’enseignement des filles à cette époque.

***

D’ordinaire, la question de l’enseignement au XIXe siècle se focalise à juste titre sur deux points : on insiste sur les enjeux politiques de l’éducation et sur le retard des filles par rapport aux garçons. Les lettres de Marie Mertzdorff permettent un pas de côté par rapport à ces approches. Elles laissent entrevoir le plaisir d’apprendre, l’attention que certains savants portent à l’enseignement, la qualité de l’éducation réservée à quelques privilégiées. Les lettres offrent l’image d’une éducation où se mêlent la tradition (une grande place est réservée aux « ouvrages », à la couture, à la danse, à la musique, au dessin) et une ouverture aux savoirs modernes. Les moyens financiers du père industriel, le milieu « intellectuel » dans lequel les jeunes filles grandissent, la proximité géographique avec les lieux du savoir composent autant d’éléments favorables. Chez les demoiselles Mertzdorff l’alliance de la culture et de la fortune se concrétise bientôt par leurs « beaux » mariages, prochaines étapes de l’ascension sociale de la famille.

  1. Jules Simon, L’École, 1865, p. 115. []
  2. Id., p 172. []
  3. Cité par Françoise Mayeur, L’Éducation des filles en France au XIXe siècle, 1979, p. 114. []
  4. Julie-Victoire Daubié, L’émancipation de la femme en dix livraisons, 1871, p. 36. []
  5. Daubié, Op. cit. p 37-38. []
  6. Cité par F. Mayeur, Op. cit., p. 186. []
  7. Clarisse Juranville et Pauline Berger, Le bagage scientifique de la jeune fille : lectures nouvelles, 1910, 3e édition. Ces deux auteures écrivent aussi sous le pseudonyme collectif « Raymond ». []
  8. Le bagage scientifique de la jeune fille, page 7. []
  9. Propos rapportés par son époux, Charles Lemonnier, dans : Élisa Lemonnier, fondatrice de la Société pour l’enseignement professionnel des femmes, 1866. []
  10. Françoise Mayeur, Op. cit., p. 110. []
  11. Voir le billet : « Amusant ». []
  12. Voir Françoise Mayeur, Op. cit. []
  13. Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, publié sous la direction de Ferdinand Buisson, avec le concours d’un grand nombre de collaborateurs, 1882-1893, Partie 1, Tome 1. []
  14. Françoise Mayeur, Op. cit., p. 106. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.