L’enseignement à distance

Durant le printemps 2020, pendant la période de confinement, une multitude de moyens ont été mis en œuvre pour assurer la continuité de l’enseignement. Des liaisons téléphoniques, des rencontres virtuelles, des plateformes Web offrent aux élèves, depuis les enfants de l’école maternelle jusqu’aux lycéens et aux étudiants de l’université, la possibilité de suivre des cours à distance. Dans d’autres circonstances particulières, les demoiselles Mertzdorff ont, elles aussi, bénéficié de cours à distance en 1872. Les lettres familiales échangées cette année-là et celles envoyées par les professeures éclairent cette pratique pédagogique : les circonstances de sa mise en œuvre, sa pratique et les valeurs sur lesquelles elle s’appuie.

I- Le cadre

1- Dans l’Alsace annexée

A la suite de la guerre de 1870 et de la défaite française, le traité de Francfort (10 mai 1871) incorpore l’Alsace-Lorraine dans l’Empire allemand. Certains habitants « optent » pour la nationalité française et doivent quitter la région. D’autres restent : c’est le choix de Charles Mertzdorff, qui continue de diriger son usine de blanchiment d’étoffes. Sa famille est auprès de lui, dans la vaste maison de Vieux-Thann, au cœur de l’usine. Son épouse Eugénie Desnoyers, née et élevée à Paris dans un milieu d’« intellectuels », prend en main l’instruction des deux fillettes, Marie et Émilie (nées en 1859 et 1861).

Alentour, dans l’Alsace annexée, à la suite d’un recensement linguistique, l’usage officiel de la langue allemande s’impose. Une ordonnance de 1872 en fixe les modalités d’application ; elle devient d’usage exclusif dans l’administration et à l’école. Ce n’est pas un problème pour Charles Mertzdorff qui la pratique couramment. En revanche Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, qui en épouse de notable veille sur l’école des filles du village (une école tenue par des religieuses où les travaux de couture tiennent la première place), remarque :

Je continuerai de même à m’occuper des écoles jusqu’au jour où le français sera supprimé… Et on dit que cela ne tardera pas, déjà à Thann on a fait partir une sœur qui ne savait pas l’allemand. Tous les professeurs du collège de Colmar ont été renvoyés. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5-6 mars 1871)

La menace linguistique se précise :

Je te quitte pour aller à l’école de couture que je continuerai à faire marcher tant qu’on ne viendra pas nous obliger à y parler allemand ! car maintenant il n’y a plus que 4 h par semaine de consacrées aux Français !…(Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1871)

Et le résultat, deux ans plus tard, désole cette famille francophone :

qu’il est triste en même temps de penser que tout cela n’appartient pas à la France & que ce pays du Sundgau s’est si peu francisé : j’ai adressé la parole à un groupe d’une dizaine de jeunes garçons de 14 à 16 ans, qui sortaient donc des écoles, pas un ne comprenait le français ! (Louis Daniel Constant Duméril, à Morschwiller, à ses petites-filles Marie et Émilie Mertzdorff, 2 novembre 1873)

Mais la question linguistique n’est pas déterminante lorsqu’il s’agit de choisir le mode d’éducation des demoiselles Mertzdorff : pour les jeunes filles de la bourgeoisie « l’éducation privée », c’est à dire hors établissement, reste la règle1.

2- L’enseignement des mères

Comme la plupart des femmes de son milieu social, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff se charge d’instruire les petites filles à la maison. Lorsque qu’elles grandissent, la famille Mertzdorff fait le choix original de l’enseignement par correspondance, alors que ses voisins Berger par exemple engagent une institutrice à domicile2.
Dès les premiers apprentissages, lorsque Marie, l’aîné, a 5 ans, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff se souvient de l’institution parisienne qu’elle a fréquentée, celle de Mme Charrier, et elle réclame à sa sœur du matériel pédagogique plus adapté à l’âge tendre3 :

Si tu trouves les cahiers ou livres d’épellation de Mme Charrier tu me ferais plaisir de me les envoyer ; dans les livres il y a souvent des mots trop difficiles et les cahiers [de Mme Charrier] sont gradués si j’ai bonne mémoire (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 11-12 mai 1864)

Mme Charrier-Boblet, Cours complet d’orthographe. Premier degré. L’orthographe enseignée par la pratique aux enfants de 5 à 7 ans, nouvelle édition, 1870 [BNF-Gallica]

3- L’institution Boblet-Charrier

Madame Boblet et ses filles, Aimée Sophie Élisabeth et Caroline, épouse d’Édouard Charrier, fondent à Paris en 1826 un établissement d’éducation pour les jeunes personnes, que fréquentent Eugénie et Aglaé Desnoyers adolescentes. Madame Boblet, née Aimée Marguerite Gipoulou, est l’épouse de Claude Louis Boblet (vers 1775-1817), graveur de géographie et d’écriture, également libraire. Le couple a trois enfants. Louis Achille, le fils, né en 1802, est graveur et marchand d’estampes à Paris. Les deux sœurs Boblet, Caroline Aimée Boblet (1797-1875) épouse d’Édouard Charrier (1791-1853) et Sophie Boblet (vers 1808-1873) sont élèves d’un pédagogue, Alexandre Lemare (1766-1835), réputé précurseur de la méthode globale de Maria Montessori. Une demoiselles des Essarts Boblet, fille de l’une des enseignantes, complète ensuite l’équipe.
Les sœurs Boblet publient plusieurs ouvrages qui connaissent de nombreuses rééditions. Mmes Charrier et Boblet : un Mémento chronologique. Chronologie des rois de France, indiquant la date d’avènement de nos rois et celle de leur mort, avec un aperçu de leur règne,… (1844, 1853, 1860, 1864, 1867)  ; Mme Édouard Charrier (Mme Charrier-Boblet) : un Cours complet d’orthographe. Premier degré. L’orthographe enseignée par la pratique aux enfants de 7 à 9 ans… (1846, 1847, 1855, 1858, 1863, 1868, 1870, 1886) ; le même pour enfants de 5 à 7 ans4 et pour enfants de 9 à 12 ans ; des livres de grammaire, etc.

Dans leur cours d’émulation – celui qu’ont fréquenté Eugénie et Aglaé Desnoyers – les sœurs Boblet réunissent les élèves une fois par semaine, le jeudi, du 15 novembre au 15 mai et enseignent « toutes les branches essentielles de l’instruction ». Elles assurent également, pour quelques jeunes filles, un suivi pédagogique à distance.

II- L’enseignement

Ainsi débute, le mercredi 7 février 1872, une correspondance qui, ainsi que l’assure Sophie Boblet, devra « exciter l’émulation des chères enfants et leur tracer un plan d’études » mais dont « le but (premier pour moi et pour vous aussi, je l’espère) est de renouer entre nous des relations bien anciennes déjà et dont le souvenir nous est doux. » Elle poursuit :

Gratifiez-moi bien souvent, je vous prie, d’un mot qui accompagne l’envoi des devoirs, et (voyez combien je suis ambitieuse !) je vous demande aussi, de temps en temps au moins, un mot de votre grande fille que je me sens toute portée à aimer et pour elle-même, et à cause de vous.(7 février 1872)

Cet enseignement, placé sous le double signe du savoir et de l’affectif, demande une organisation rigoureuse.

1- L’organisation

  • Une grande disponibilité maternelle

Chaque semaine des « rapports » sont échangés, qui impliquent les enseignantes, les enfants et leur mère. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff décrit cette activité à sa famille parisienne :

nos journées ont été très remplies. Tu devines par quoi ? Le cours d’Émulation devant élire son domicile dans mon petit salon, il m’a bien fallu me mettre bien au courant afin de ne pas induire en erreur mes deux élèves qui ont tant de zèle que c’est un vrai plaisir que de les faire travailler. Aussi nous en sommes-nous donné à cœur joie ; et le résultat me paraît excellent (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 10 février 1872)

Lorsque le courrier des dames Boblet arrive, Eugénie « ne quitte pas sa table » de la journée : elle « fait les deux cours », « marque les devoirs » (lettre du 24 février 1872), surveille les leçons. Elle-même doit mener de front son travail d’institutrice et de maîtresse de maison :

Voilà ma journée si cela t’intéresse : Lever avant 6h […] puis ma matinée entière prise pour faire faire les concours à Marie et à Émilie et copier les indications. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur Aglaé, 28 juin 1872)

Mobilisée, elle assure l’indispensable écriture épistolaire : « Tout en dictant à Marie je vais essayer de causer avec toi » dit-elle à sa sœur (25-27 mai 1872). Devoir d’écriture dont les fillettes sont pour une fois dispensées :

Marie et Émilie voudraient t’écrire, mais jusqu’ici tous leurs moments sont pris pas les devoirs du Cours et elles n’arrivent pas trouver du temps de reste. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 19-20 février 1872)

La mère précise par ailleurs :

Mes petites filles continuent à aller merveilleusement bien, et à travailler tant et tant que je suis étonnée de ne pas les voir plus fatiguées. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 24 février 1872)

  • Du matériel pédagogique varié

Cet enseignement s’appuie sur un matériel pédagogique varié. Isolée en Alsace, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff fait appel à sa sœur Aglaé, parisienne, pour se procurer livres, tableaux, cartes, manuels :

Prier Mlle Boblet si on a besoin de quelques nouveaux tableaux polonais [des tableaux chronologiques coloriés] cet hiver de vouloir bien te les indiquer afin que tu puisses nous les faire adresser d’avance parce que sans cela nous les recevons à la fin de la semaine pendant laquelle on devrait s’en servir. (Note d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff transmise à sa sœur, octobre 1872)

C’est d’ailleurs Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards qui a suggéré d’inscrire les fillettes :

Je suis enchantée du conseil que tu m’as donné l’hiver dernier de leur faire suivre le cours. Au reste tu as toujours de bonnes idées (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10-11 novembre 1872)

Dans une autre lettre, Eugénie rappelle qu’elle désirait recevoir Une petite histoire de France de Gillet Damitte ; plus tard, l’écriture de la lettre se poursuivant le jour suivant, elle ajoute : « le petit livre d’histoire de France que je te demandais vient de m’arriver (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 25-27 mai 1872). A l’occasion cette sœur, Aglaé, participe au bon déroulement des échanges. Caroline Boblet-Charrier signale : « j’ai vu notre Aglaé, j’ai reçu d’elle tous vos envois » (Caroline Boblet-Charrier, 26 mai 1872), ou bien : « Vous avez su que votre chère sœur [ ] vous a porté, je crois, les livres qui seront utiles, cet été, à notre petite élève » (  mai 1872).
Les manuels publiés par Mme Édouard Charrier et sa sœur sont utilisés, mais une partie du matériel pédagogique est manuscrite. Ainsi la pédagogue « sur le point de manquer de [ses] copies de verbes irréguliers », adresse une demande à Desnoyers-Mertzdorff :

Vous seriez bien bonne d’activer la copie de la suite que vous avez chez vous ; et puis de me redonner la jouissance de mon texte pour une autre correspondante ; la chose presse, c’est pourquoi je devance de trois jours mon envoi hebdomadaire, afin que vous ayez trois jours de plus (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 mai 1872).

La copie du cours sera envoyée directement à une autre élève, en Côte d’Or. La fluidité du système doit compter sur un service postal ponctuel, ce qui est le plus souvent le cas – mais pas toujours :

Mes deux chéries vont bien, les lettres du cours ont manqué ce soir, c’est une déception (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 21 mars 1872)

Pour le cours d’hiver (4 mois de février à mai), Eugénie prévoit 20 francs de frais de timbres et demande « si cela suffi, [car] il me semble que pour la fin de la correspondance ces dames ne devaient plus avoir de timbres » (note d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, octobre 1872). La même note précise le prix de ce cours : « souscriptions du cours d’hiver pour Marie 180 F 00 ; idem 1872-73 pour Émilie 180 00 », « à remettre à Mme Charrier avant le 8 Novembre ». Le salaire d’une ouvrière parisienne est évalué à environ 2 francs par jour5.

Ces aménagements matériels sont mis au service d’un enseignement élaboré et de l’acquisition de savoirs variés.

2- Les savoirs

Le cours aborde des domaines multiples. Pour Émilie (11 ans), analyse, verbes, calcul, et orthographe :

la dictée de cette semaine laisse un peu à désirer pour les verbes, elle sera bien aimable de les réétudier en ayant sous les yeux le petit livre Éléments de grammaire par Mme Charrier. Pour l’arithmétique, je la prie d’en faire tous les jours sans irritation ni découragement ; bien savoir le commencement du petit [manuel de François] Delille, particulièrement les remarques sur la multiplication et la division ayant des chiffres décimaux. (Mlle des Essarts Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 mars 1872)

Les indications sur ce qui est attendu sont précises :

le petit morceau de [Charles-Gilbert Terray] Morel de Vindé, Devoirs des Enfants est page 24 des Premières leçons par cœur ; le Prix d’une belle action est page 123 et suivantes du même ouvrage (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 avril 1872)

Les exercices touchent à la grammaire (« analyse abréviative des fonctions » de la fable de La Fontaine « Le Rat et l’huître »), l’histoire de France, l’histoire grecque, à l’arithmétique (« Qu’est-ce que l’are ? ses multiples ? ses sous-multiples ? et ce à quoi ils équivalent? »), avec résolution de problèmes (« Vous avez 600 F en pièces de 5 F en argent, quel en est le poids ? combien y a t-il d’argent pur ? et combien d’alliage ? ») (Aimée Sophie Élisabeth Boblet, 15 avril 1872), etc. On fait des dictées et des compositions (concours de style) : « David pleure la mort de son fils Absalon dont il cherche à excuser le crime qu’il considère comme la juste punition de ses propres égarements ». Les acquisitions s’appuient sur une pédagogie, des principes et des valeurs communes aux deux parties.

III- La pédagogie et les principes

L’attention pointilleuse des enseignantes dialogue avec celle de la mère de famille :

Notre Émilie avait un peu perdu la tête pour son devoir d’histoire. ce sera bon à lui prouver combien l’étude doit se faire avec attention, surtout elle verra là à quel point il faut forcer l’esprit à remarquer et à retenir les faits principaux, comme la succession d’un prince, d’un roi à un autre roi, le degré de parenté qui les unit &&. (Mlle des Essarts Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 24 juillet 1872)

L’acquisition des connaissances repose sur trois principes (le plaisir d’apprendre, l’émulation, la place de l’affectivité) dans le partage de valeurs (le sentiment religieux et le patriotisme).

1- Le plaisir

La mère ne cesse de tracer pour les proches le tableau idyllique et souriant de la classe à la maison :

Mes fillettes continuent à ne voir absolument personne et jamais elles n’ont été plus gaies, plus rieuses et plus animées pour leur travail, l’arrivée des lettres du Cours est un vrai bonheur. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 7 mars 1872)
Mes fillettes vont très bien, et se sont remises au travail avec bonheur, Marie y met tout son entrain. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10-11 novembre 1872)

Cependant le plaisir pas toujours au rendez-vous :

Pauvre chère Émilie à qui ses devoirs causent des pleurs ! pauvre chère maman surtout qui voit les larmes, qui souffre des larmes de son Émilie bien-aimée ! Le calcul en 3e ne satisfait point du tout ma fille [une autre enseignante], qui s’y donne beaucoup de mal : elle va aviser. Émilie profitera, comme ses petites émules, de l’amélioration que ma fille veut faire dans cette branche si importante des études. (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 20 mars 1872)

2- L’émulation

Les « petites émules » écrit la directrice du cours pour désigner les élèves. L’émulation, qui figure dans le nom même du cours des dames Boblet, est en effet un moteur du système. Une succession complexe de compositions et de concours articule l’enseignement, sanctionnés par des récompenses, des prix, des cachets de couleur auxquels chacune est attentive :

demain matin les grandes composition iront se faire classer (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 10 février 1872)
A partir de cette semaine, tous les devoirs écrits (la dictée exceptée) seront les concours de prix et ne seront généralement renvoyés qu’à la fin du cours ; tant que cela me sera possible, je ferai exception pour vous, dans l’intérêt de notre chère élève (Aimée Sophie Élisabeth Boblet, 27 mars 1872)
Je lui envoie également un grand cachet qu’elle a mérité (Caroline Boblet-Charrier, 26 avril 1872)
Marie est dans la joie de son cœur, les deux
concours arrivés aujourd’hui lui ont valu deux cachets roses et des T.B. ; tu comprends que cela donne courage pour continuer à bien travailler. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5 et 6 décembre 1872)

La petite Émilie rend compte de ses succès à la famille :

j’ai reçu une lettre de madame Charrier qui m’a dit que j’ai été proclamée 4 fois première dans le concours des prix (Émilie Mertzdorff à sa tante, 17 mai 1872A)

3- Les effects

Dès le début, les cours par correspondance sont placés sous le signe d’une amitié ancienne. « Le Cours » accorde « une place dans [son] cœur » à la famille d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff (Caroline Boblet-Charrier, 12 mai 1872) et le lui répète :

C’est avec bonheur que je prends la plume des mains de mère pour vous écrire moi-même. Laissez-moi vous dire tout d’abord la vraie sympathie que m’inspirent vos deux filles, voilà des jeunes filles réellement élevées, c’est une noble tâche que de s’occuper à former des âmes comme celles-là. (Mlle des Essarts Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 27 juin 1872)

Cette sympathie est réciproque. La mère de famille s’adresse sur un ton « affectueux » aux professeurs et les fillettes leur expriment de bons sentiments (14 février 1872) ; Marie est remerciée « de sa charmante lettre » (27 juin 1872) et de part et d’autre on s’embrasse – épistolairement – « de tout cœur », « du fond du cœur ».

4- Les valeurs

Cette proximité affective s’appuie sur des valeurs partagées : la religion et le patriotisme. Dans les lettres dont le sujet excède la stricte pédagogie, le registre religieux transparaît souvent : « comme vous le dites si chrétiennement », « les biens que Dieu nous a laissés » (21 octobre 1872), etc. Et lors de la communion de Marie, les dames Boblet s’unissent aux « émotions et aux prières » de la famille Mertzdorff.

L’expression du sentiment patriotique culmine avec la Souscription des femmes de France pour la libération des départements occupés lancée en 1872 ; elle récolte des fonds destinés à payer l’indemnité demandée par les Allemands. Si les membres du comité de direction de la Souscription sont des hommes, l’élan patriotique est largement porté par les femmes : au bénéfice de la souscription, telle violoniste, Marie Tayau, donne à la Rochelle un concert dont la recette atteint 3 000 francs, ou telle femme peintre, Herminie Waternau, offre en loterie deux peintures qui permettent de récolter 1 350 francs. Les dames Boblet ne sont pas en reste, qui, dans un grand élan lyrique, sollicitent les familles de leurs élèves :

quand cette malheureuse Alsace sera-t-elle de nouveau France ? Vivons dans l’espoir de ce jour il sera vraiment beau !!! Mais avant d’avoir atteint cette sommité du bonheur patriotique, il est un premier degré à franchir : la délivrance des 6 départements occupés ! pour obtenir ce premier résultat, ce tant désiré résultat, tout ce qui sent vibrer en soi la fibre française doit agir, doit s’associer à la belle et noble entreprise de la souscription des femmes de France (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 1er mai 1872)

Quelques jours plus tard, l’enseignante salue le résultat :

Merci, oh grand merci au nom de ma malheureuse patrie pour l’efficace sympathie que vous lui témoignez avez montrée (Caroline Boblet-Charrier, 12 mai 1872)

***

Malgré le partage des émotions et des bons sentiments, malgré l’investissement en temps de chacune et le travail des petites élèves, l‘enseignement par correspondance reste en déficit de présence réelle. Le souvenir vivace chez la mère des relations maîtresse-élève de son enfance et les liens épistolaires établis avec les fillettes doivent se fortifier par la rencontre : « pouvons-nous donc espérer de vous voir avant la fin du cours ? je veux le croire, il sera bon de se voir un peu et d’apprendre encore à se mieux connaître » (Mlle des Essarts Boblet, 24 juillet 1872) interroge-t-on en chœur depuis Paris.
Les circonstances tragiques exaucent le vœux des dames Boblet au-delà de leurs prévisions : elles vont non seulement rencontrer Marie et Émilie lors de leur venue à Paris, mais bientôt les accueillir dans leurs salles de classe. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff meurt en janvier 1873 et Charles Mertzdorff se résout à se séparer de ses filles : elles vont vivre à Paris, dans le foyer de la sœur Aglaé Desnoyers et de son mari Alphonse Milne-Edwards, au milieu des savants du Muséum et du Jardin des plantes. Pendant des années les demoiselles Mertzdorff fréquentent le Cours, qui pourvoit à leur instruction et à une amicale, studieuse et joyeuse sociabilité.

Pour citer cet article: {Danièle POUBLAN}, "L’enseignement à distance," dans Publier une correspondance, 07/05/2020, https://puc.hypotheses.org/5969.
  1. Selon la formule de Françoise Mayeur, L’Éducation des filles en France au XIXe siècle, 1979, page 8, l’éducation privée s’oppose à « l’éducation accomplie au sein d’un établissement scolaire, quel qu’il soit » et qui est réservée majoritairement aux garçons dans le premier XIXe siècle. []
  2. Voir le billet : « Institutrice à domicile ». []
  3. Mme Charrier a fait paraître, par exemple, en 1855 un Cours complet d’orthographe. Premier degré. L’orthographe enseignée par la pratique aux enfants de 5 à 7 ans. []
  4. La couverture de l’édition de 1870 est reproduite ci-dessus. []
  5. D’après Georges Renaud, « Prix et salaires à Paris en 1870 et 1872 », Journal de la société statistique de Paris, tome 14 (1873), p. 176-185. <http://www.numdam.org/item?id=JSFS_1873__14__176_0> []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.