Mémoire des lieux

L’École des hautes études en sciences sociales, institution au sein de laquelle s’élabore ce carnet et le site Une Correspondance familiale. S’écrire au XIXe siècle, a son siège principal au 54 boulevard Raspail, dans le 6e arrondissement de Paris. L’EHESS est également implantée sur d’autres sites, dans et hors de Paris : à Marseille (à la Vieille Charité), à Lyon et à Toulouse – et maintenant, depuis 2019, à la Cité des Humanités et des Sciences-Sociales-Campus Condorcet à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

 

Paris : 54 boulevard Raspail

L’actuel bâtiment, celui de la Maison des sciences de l’homme voulue par Fernand Braudel, est construit dans les années 1960 à l’angle de la rue du Cherche-Midi et du boulevard Raspail par le trio d’architectes Paul Depondt, Marcel Lods et Henri Beauclair. Comme le rappellent quelques documents exposés dans le hall du bâtiment, celui-ci s’élève à l’emplacement d’une ancienne prison, elle-même construite à la place d’un couvent1.

  • La maison du Bon-Pasteur

Le couvent de la congrégation des filles du Bon-Pasteur du Cherche-Midi est créé en 1688. Le couvent, prospère, accueille à la fois des religieuses et des pénitentes (jusqu’à 200), qu’elles convertissent. La communauté religieuse est supprimée en 1790 durant la Révolution.

  • La Caserne du Cherche-Midi

Dans les bâtiments sont alors installés des magasins d’habillement de la garnison de Paris, puis l’entrepôt des subsistances des troupes de cette garnison. La caserne reste en activité jusqu’à sa démolition en 1847.

  • La prison du Cherche-Midi

En 1853, une prison militaire est construite à cet emplacement. Inspirée d’un modèle américain, elle se veut moderne, isolant la nuit les détenus dans des cellules individuelles et leur imposant le jour des travaux collectifs. Deux cents détenus succèdent à deux cents pénitentes.
Pendant la guerre, en 1940, les prisonniers sont transférés à Mauzac (Haute-Garonne), tandis que les locaux parisiens sont utilisés par les Allemands pour y interner et torturer opposants politiques et résistants. Fin 1947, la prison, vide, insalubre, délabrée, revient au ministère de la Justice, qui la fait démolir en 1966. Pendant quelques années ce ministère occupe d’ailleurs des bureaux dans le nouveau  bâtiment construit en 1970 pour la Maison des sciences de l’homme et l’École pratique des hautes études (dont est issue l’École des hautes études en sciences sociales en 1976).

 

Une sculpture monumentale de Shamaï Haber (1922-1995), qui dresse d’austères blocs de granit de Bretagne à son emplacement, commémore la prison du Cherche-Midi2.

 

.

Marseille : la Vieille Charité 

Les locaux marseillais de l’EHESS recèlent un passé tout aussi tumultueux et tragique, placé lui aussi sous le signe de la réclusion. La documentation est suffisamment accessible pour que l’on ne s’attarde pas ici sur l’histoire de l’édifice. On se contentera de juxtaposer deux images, deux moments que l’on voudrait symboliques d’un mouvement vers plus d’ouverture intellectuelle et d’apaisement social.

  • Le XVIIe siècle

La Vieille Charité, au cœur du quartier du Panier près du Vieux-Port de Marseille, est édifiée à partir de 1640 pour abriter, soustraire aux regards, enfermer les indigents, les mendiants et les vagabonds de la ville. Dans les années 1670 Pierre Puget (1620-1694) est l’architecte d’un projet plus pérenne et plus vaste, qui comprend, autour de la chapelle à la coupole ovale, un quadrilatère fermé de bâtiments à trois étages de galeries.

  • Le XXIe siècle

C’est dans ce cadre que l’EHESS, qui compte là une antenne, crée en septembre 2019 la première édition du festival des sciences sociales Allez Savoir

Septembre 2019 – Festival des sciences sociales à la Vieille Charité (Marseille)

  Sur la photo mise sur le site de l’École on voit une aile du bâtiment et, à droite, l’amorce d’une des colonnes du fronton de la chapelle ; dans la cour pavée, une foule paisible et apprenante.

  • 1943

Une autre image, fugitive, a attiré mon regard, saisie dans le film documentaire de Jacques Mouton et Michel Ficetola mis en ligne par le Comité du Vieux-Marseille3 :

24 janvier 1943 – évacuation des habitants, Vieille Charité (Marseille)

C’est le même cadre, la cour de la Vieille Charité. Mais la foule ici est fébrile et les circonstances dramatiques. Le 24 janvier 1943, dans le quartier populaire et cosmopolite qui longe le Vieux-Port et s’étend derrière la mairie, « dès 6 heures du matin, 20 000 personnes sont évacuées de force. Les trois quarts d’entre elles rejoindront les camps militaires désaffectés de Fréjus (Var), 800 seront déportées : des juifs, des résistants, des militants ou plus vaguement des « suspects ». Une semaine plus tard, les quartiers de la Tourette, de Saint-Jean et de l’hôtel de ville seront dynamités par les Allemands. »4.

***

La Vieille Charité échappe à la destruction. Jusque dans les années 1950, des habitants pauvres réinvestissent les lieux, construisent de précaires baraques et de fragiles ateliers contre les murs de pierre, survivent dans des conditions misérables. À partir du classement comme monument historique en 1951, la chapelle et l’hospice sont peu à peu rénovés. La pierre blonde, la chapelle dégagée, la cour nette, les bâtiments qui accueillent des institutions culturelles (musée d’archéologie méditerranéenne, musée d’arts africains, océaniens et amérindiens, EHESS et institutions de recherche) à Marseille, comme l’élan des poutrelles métalliques et le rythme des volets en accordéon du boulevard Raspail, recouvrent les souvenirs d’un passé moins lisse qu’il n’y paraît. Cependant la mémoire des lieux perdure, le passé affleure sous le présent…

  1. Source des paragraphes suivants : Wikipédia. []
  2. Image empruntée au blog de Jacky Tronel, Histoire pénitentiaire et Justice militaire. []
  3. Capture d’écran de « Marseille assassinée lors de l’opération ‘Sultan’ de janvier-février 1943 », film de Jacques Mouton et Michel Ficetola  pour les archives du Comité du Vieux-Marseille et Massaliotte-Culture, 2018. https://www.youtube.com/watch?v=cjUqrQrsu6k&feature=youtu.be []
  4. Jean-Baptiste Mouttet, « Marseille, 1943 : autopsie d’un crime contre les quartiers populaires », Médiapart, 2 août 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.