La chevelure

Une « sculptrice capillaire », Marisol Suarez, interrogée par Le Monde Magazine (9 février 2013), affirme : « Je ne vois rien de morbide dans le cheveu ; je ne comprends pas pourquoi les gens projettent toujours le pire sur cette matière ».

Dans les lettres mises sur le site, il y a pourtant des traces de l’association mort-cheveux. « Maman a été très reconnaissante de l’envoi de cheveux que ma tante lui a fait, elle l’en remercie beaucoup ; elle est bien heureuse de posséder quelque chose de cette pauvre Sophie [sa nièce] » (7 octobre 1830) ; « J’ai vu mourir [cette amie], et je l’ai vu trois fois après sa mort. J’ai de ses cheveux, que je vous montrerai » promet une jeune fille à son fiancé (1er-2 avril 1843). Les cheveux sont montés en bijoux, une « bijouterie de deuil » appréciée dans l’aristocratie et qui se répand très vite dans toutes les classes de la société au XIXe siècle. Une dame propose « un petit souvenir à notre chère Aglaé à l’occasion de son mariage » (11 septembre 1862) : un bracelet avec les cheveux de sa fille décédée, amie de la mariée ; elle précise : « nous mettrons soixante francs dans le cadeau » (le salaire journalier d’un ouvrier est de 3 F). Peut-être parce que les cheveux sont la seule partie du corps qui ne meurt pas après avoir été coupée, qu’ils gardent leur aspect vivant, ils « valent pour la personne elle-même » et sont l’objet d’une dévotion sentimentale, suggère Marie-France Auzépy (Histoire du poil, sous la direction de Marie France Auzépy et Joël Cornette, Belin, 2011, p. 8). Des catalogues exposent toute une variété de réalisations à partir de ces reliques humaines (pages reproduites dans Les Poils. Histoires et bizarreries, Martin Monestier, Le Cherche Midi, 2002).

Souvenirs funéraires, les cheveux (tressés) sont aussi une métaphore du lien et s’offrent au moment du mariage en signe d’amitié, sous forme de mèche (envoi de Caroline à sa cousine, lettre du 28 juin 1858) ou de bijou (« très jolie broche en cheveux » donnée entre amies le jour de la cérémonie, lettre du 12 février 1858). L’attachement sentimental aux enfants se manifeste par le don et la conservation sur soi de leur chevelure : « D’après le désir de Charles [le père], les cheveux des chères petites ont été coupés, elles sont à présent à la Titus et s’en trouvent bien pour le temps de chaleur que nous avons. Je t’envoie deux petites mèches de leurs cheveux que tu ne peux manquer de recevoir avec plaisir. » (8 juillet 1863) ; « Ma petite Emilie, tu pourras voir à mon cou, avec mes médailles et la bague de petite Mère, le petit médaillon contenant les cheveux de mes deux chéries que j’espère embrasser bientôt » (31 octobre-2 novembre 1870).

De la chevelure des messieurs il peu parlé. Tout au plus signale-t-on la couleur : noire, « rouge » et surtout blanche. En revanche, les dames la mentionnent. Les cheveux blancs les préoccupent : « Si maman te demande ce qu’il me faut réponds une petite fanchon pour mettre sur la tête. Je me fais vieille, mes cheveux blanchissent et comme je me coiffe au plus simple quelque chose m’est commode pour me requinquer. » (30 octobre 1872 ; la signataire a alors 35 ans). Et quel entretien ! La jeune Caroline, après une maladie : « Peux-tu croire que je ne suis pas encore démêlée, je ne suis pas assez solide pour supporter de longues opérations et on n’a pu en faire subir encore qu’aux petits bouts de mes nattes. Je porte un filet pour cacher mon pêle-mêle capillaire » (16 décembre 1857). Si les petites filles aiment à coiffer leur poupée (18 décembre 1862), elles attendent d’avoir 14 ans pour se coiffer elles-mêmes, encouragées par leur grand-mère : « il est si bon dans la vie de ne pas être sous la dépendance des autres et de savoir se tirer d’affaire sans avoir recours à personne […]. C’est à l’âge de nos petites filles qu’il faut prendre de bonnes habitudes. » (3-4 juin 1873).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.