Chevaux en guerres

La Guerre, comme une ogresse, dévore les hommes ; elle décime aussi les chevaux. Ils sont nombreux sur les champs de bataille et à leurs abords. Que disent les lettres ordinaires du XIXe siècle sur leur présence et les réquisitions qui les ont conduits là ? Des guerres napoléoniennes à la Grande Guerre, les hommes et les femmes de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart, au détour d’une phrase ou intéressés par les chevaux, abordent ces sujets. Propriétaires, ayant dépassé l’âge d’être mobilisés, ce sont souvent les réquisitions qui les préoccupent.

Artillerie française traversant Amiens, août 1914. Agence Agence photographique Rol [BNF-Gallica]

1- Présence des chevaux

= La demande

Aux armées, les besoins en chevaux sont immenses. En 1914 encore, Eric Baratay note par exemple que dans la cavalerie qui compte de nombreux régiments (81 en France), « il est prévu plus de bêtes que d’hommes » : pour un régiment britannique de 549 soldats, il faut 576 chevaux et 74 mulets1. L’artillerie aussi est grande consommatrice, la photographie ci-dessus en témoigne. « 178 chevaux sont enrôlés dans une batterie française de quatre canons 75, dont 24 pour tirer les pièces, autant pour les quatre voitures de munitions, le reste pour les vivres, les bagages, les hommes » poursuit Baratay. Partout des attelages sont nécessaires pour charrier les vivres et le matériel ou évacuer les blessés. Les épistoliers sont témoins des flux incessants d’arrivées de chevaux : en Alsace Charles Mertzdorff voit d’abord à Bar-sur-Aube un convoi de matériel militaire, « puis beaucoup de chevaux à la gare de La Villette, Langres, Vesoul etc. beaucoup de trains militaires prêts à partir. Belfort camp de Cavalerie en arrivant, infanterie un peu plus loin » (Charles Mertzdorff à Vieux-Thann, à son épouse Eugénie Desnoyers, Vendredi 5 août 1870 (C)

Pendant la grande guerre, dans le nord de la France, l’officier en retraite Damas Froissart observe en homme de métier :

A Dommartin, j’ai vu arriver Vendredi 8 officiers 240 hommes 300 chevaux (d’énormes chevaux aussi grands mais beaucoup plus étoffés que feu Ouval) avec 40 voitures d’équipage de Ponts (Damas Froissart à son fils Pierre, Lundi 29 mai 1916 (A)

Son épouse complète :

Nous avons fini la journée à Dommartin. Plein de pontonniers anglais 220 hommes, 300 chevaux, 5 ou 6 officiers. Ordre parfait, propreté, discipline. Qui donc dit que les Anglais abîment tout ? (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, Mardi 8 août 1916)

Toutes les armes, et pas seulement la cavalerie, emploient des chevaux : le génie (les pontonniers anglais à Dommartin), l’artillerie ou les transmissions. Le capitaine Aston montre à Damas Froissart, féru de technique militaire, « un dispositif dont il est très fier », capable de déployer rapidement une antenne mobile pour « écouter ou envoyer des télégrammes », et qui consiste en « une voiture, (genre caisson d’artillerie), à 6 chevaux portant 2 hommes sur un coffre et suivie de 6 aides à cheval » (Damas Froissart à son fils Pierre, Lundi 29 mai 1916 (A). Médecins, aumôniers, gendarmes, messagers, les cavaliers sont partout.

Dans les différentes armes, officiers et sous-officiers se présentent à cheval, dont la qualité est un élément de prestige pour les gradés. Dans le texte d’Émilie Mertzdorff-Froissart, le cheval est nommé avant le soldat attaché à son fils officier : « Pierre est parti sans repasser par ici, car il emmenait cheval et ordonnance » écrit-elle (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, Jeudi 16 mars 1916). L’animal occupe une place symbolique forte dans le monde militaire.

Dépourvu de cette aura, réduit à un rôle simplement utilitaire, il accompagne les populations qui fuient le front et se replient vers l’arrière. Ainsi Damas Froissart voit surgir en mai 1918 « une famille de 12 réfugiés (de tous âges) arrivée avec un cheval et des marchandises, de Béthune ».

= La pénurie

Après la défaite de 1870, Émile-François Decroix, (1821-1901) s’inquiète des moyens d’augmenter la production des chevaux militaires. Car, constate-t-il, si « avant la guerre de 1870-71, il était assez difficile de trouver en France la quantité de chevaux de bonne qualité nécessaire à l’armée […], aujourd’hui que la nouvelle organisation de l’armée comporte un effectif beaucoup plus considérable, on se demande avec anxiété comment il sera possible de trouver de bons chevaux pour les états-majors, la cavalerie, l’artillerie, le train, etc. »2. Notons que « les états-majors » sont au premier rang de ses préoccupations. Decroix insiste : « Il est impossible que la population chevaline actuelle fournisse à la remonte le nombre de chevaux de bonne qualité dont l’armée a besoin. »3. De nombreux civils et militaires exposent des méthodes pour améliorer les conformations et les qualités particulières des bêtes, les meilleures façons de les dresser, ou proposent des solutions pour augmenter la production du cheptel. Malgré ces projets plus ou moins mis en œuvre, la pénurie équine se fait sentir lors du conflit suivant. Elle pousse à la motorisation, notamment à partir de 1916 pour l’artillerie, qui est montée sur trains ou sur automobiles. Pressés par le manque de bêtes, de prestigieux cavaliers se retrouvent sans leurs montures :

T’ai-je dit que Jean d’Aillières et Maurice Vandame appartiennent tous deux à des Régiments de cuirassiers auxquels on enlève leurs chevaux. Vont-il être pourvus de fusils comme de vrais fantassins ou leur laissera-t-on la carabine : je crois qu’ils ne le savent pas encore. (Damas Froissart à son fils Louis, Samedi 10 juin 1916 (B)

En temps de guerre, le moyen de procurer en nombre les chevaux indispensables à l’armée reste la réquisition.

Le numérotage des chevaux réquisitionnés, 2 août 1914. Négatif sur verre 13 x 18 cm. Agence Agence photographique Rol [BNF-Gallica]

2- Les réquisitions

= La Révolution et l’Empire

Tandis que les hommes sont enrôlés, les chevaux sont réquisitionnés. Après la loi de réquisition du 1er août 1793, la Convention envoie des députés en mission en province pour organiser la réquisition des chevaux – ainsi que des voitures et même des vêtements destinés aux soldats de la république. Le jeune André Marie Constant Duméril – il n’a pas vingt ans –, étudiant et employé dans une boutique à Rouen, raconte à sa mère :

les bourgeois n’ont pas entendu la proclamation avec plaisir ; cependant, dans ce moment, ils sont au champ de Mars où ils se nomment des chefs qui les conduiront au 1er ordre. La Cavalerie Nationale s’est refusée à partir. On n’en a pas moins estampillé leurs chevaux au nom de la République. Qu’en sera-t-il ? on l’ignore ici. (André Marie Constant Duméril à sa mère, Dimanche 11 août 1793-A)

Onze ans plus tard, l’étudiant devenu médecin à Paris renâcle à son tour, comme les bourgeois rouennais ; il parvient à échapper à l’enrôlement comme soldat et à sauver son cheval : « j’ai été exempté comme médecin du service de la garde. en payant j’ai pu encore une fois sauver mon cheval (André Marie Constant Duméril à ses parents, début mars 1814). A ce moment, les Alliés sont en guerre contre Napoléon ; la campagne de France se termine par la capitulation de Paris (31 mars 1814) et l’abdication de l’empereur.

= La guerre de 1871

Après la défaite française, dans le pays rapidement vaincu et envahi par les Prussiens, on découvre dans la campagne alsacienne les « hulans avec leurs chevaux, de belles bêtes » (Mercredi 2 novembre 1870 (C). Pour les Français, il s’agit alors non de réquisition mais de confiscation. Près de Nogent le Rotrou (Eure-et-Loir) :

le fermier de Launay a bien souffert. Ses chevaux, vaches, porcs et partie de moutons lui ont été enlevés. c’était le sort des propriétés trop voisines de la ville […] Michel a perdu tout son fourrage, vous le pensez bien (témoignage d’un proche, recopié par Jules Desnoyers pour son gendre Charles Mertzdorff, Mercredi 6 mars 1871)

Ou bien il s’agit d’occupation, de logement obligatoire, comme à Montmorency en région parisienne :

La petite garnison de maman, 6 hommes et six chevaux, est assez sage, et ne donne pas de préoccupation ; comme tu dis, on s’habitue aux choses désagréables, tout comme aux autres, et on devient moins difficiles. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, samedi 8 juillet 1871)

= La Grande Guerre

Eric Baratay fait le compte : « en France, 750 000 [chevaux] arrivent en 1914, seulement 140 000 en 1915 et 50 000 en 1916-1917, pour ne pas bloquer la production agricole, et près de 150 000 en 1918 face au retour des offensives »4. Damas Froissart, propriétaire foncier du Pas-de-Calais, comme Guy de Place, gérant d’une usine en Alsace, veulent garder leurs bêtes. Ils insistent auprès des autorités sur la nécessité de leurs déplacements et essaient de sauver ce qu’ils peuvent. Damas Froissart, qui a dû donner « ceux de [ses] chevaux qui trottent un peu », argue de ce manque pour prolonger son permis de circuler en automobile : « je ne peux assurer les réquisitions diverses auxquelles est soumise ma ferme de Dommartin qu’en ayant une auto » explique-t-il (Damas Froissart à Campagne-les-Hesdin à son fils Louis, Mercredi 25 novembre 1914). La pénurie se fait sentir, la valeur des bêtes augmente et les premiers réquisitionnés se sentent lésés. Ce qu’exprime Damas Froissart, jamais avare d’indignation et de mots soulignés dans ses lettres :

Les chevaux […] sont payés à un prix qu’on n’aurait jamais osé prévoir, entre 2 000 F et 3 000 F dans la 2e réquisition qu’on fait en ce moment : à quantité égale ils se payaient 1 500 F à 2 000 F il y a 3 mois (quand on m’en a pris 3). J’espère qu’on fera une péréquation après coup ! (Damas Froissart à son fils Louis, mercredi 31 juillet 1918)

Guy de Place, bien que mobilisé, ne cesse de surveiller de loin et d’organiser le maintien de l’usine de Vieux-Thann, en partie détruite dès le début de la guerre. Il entretient une correspondance serrée avec son chargé d’affaires, Jacques Meng, resté sur place :

Une autre pièce qu’il faudrait tâcher de se procurer, (mais sans doute il ne reste plus rien à Cernay) c’est la pièce constatant la réquisition de nos chevaux. J’ai d’ailleurs l’intention d’attaquer les prix fixés, Martin ayant fait son expertise en dépit du sens commun. (Guy de Place, mobilisé à Nancy, à Jacques Meng, Mardi 10 décembre 1918 (A)

Soucieux de suivre les opérations, Guy de Place prépare des brouillons de lettres à l’attention du chargé d’affaires :

Réquisition de nos chevaux. Signaler que nous n’avons aucun papier. que nous protestons contre les évaluations faites par Martin sans aucune compétence et faire une réclamation formelle en indiquant la valeur de réquisition et la valeur acceptée par la société d’assurances à la date du – (brouillon de lettre de Guy de Place, mobilisé, pour Jacques Meng, fin décembre 1918)

Les propriétaires défendent leurs intérêts lors des réquisitions ; ils se heurtent eux aussi à la rareté des chevaux, car la pénurie touche les civils tout au long du conflit :

Je suis autorisé à aller 3 jours en Alsace. Mais pas à prendre place dans les nombreux fourgons automobiles militaires : ici pas un cheval à louer. (Carte postale illustrée de l’officier en retraite Damas Froissart dans les Vosges, à son fils Louis, Mercredi 21 avril 1915)
Il va nous falloir au moins deux chevaux dont un qui puisse trotter. Que M. Meyer écrive [ce jour] à Ernest pour savoir si on en trouve encore dans cette région. (Note de Guy de Place, mobilisé, aux chefs de service de l’usine, Mercredi 13 novembre 1918 (B)  

En 1919, Émilie Mertzdorff-Froissart en est réduite à rouler, bien lentement, dans une carriole attelée à un « cheval qui est presque aussi boiteux que borgne » (Mardi 5 août 1919).

3- Soins et souffrances

André Marie Constant Duméril signale : « Le Général Auguste Dejean est attendu ici ces jours-ci. il n’a éprouvé aucun accident personnel quoiqu’il ait eu un cheval tué sous lui » (Dimanche 5 décembre 1813). De longue date, figure classique du héros, le valeureux combattant a son « cheval tué sous lui ». Si certains chevaux meurent au feu (15 %, estime Baratay pendant la guerre de 1914-1918, du côté français), beaucoup (42 %) succombent à des blessures, des atteintes corporelles non soignées, à l’épuisement5. Ceux qui sont employés par l’artillerie forment le gros contingent des victimes, mais aussi ceux de l’infanterie et du train.

Chevaux morts, septembre 1918. Négatif sur verre 13 x 18 cm. Agence Agence photographique Rol (cliché Melin) [BNF-Gallica]

Quel est le sort des chevaux sur le terrain ? Si leur existence antérieure était toute de labeur, la vie militaire ajoute à cette rudesse maintes souffrances nouvelles. Les chevaux doivent apprendre de nouveaux gestes en marchant au front, s’adapter à de nouvelles voix, de nouveaux hommes, de nouvelles conduites, de nouveaux compagnons d’attelage, ils doivent s’initier à de nouvelles tâches : des chevaux de trait par exemple doivent porter des cavaliers6. Malgré leur travail harassant, les bêtes ne sont pas toujours bien nourries ni soignées. Si le Commandant est bien logé, remarque Émilie Mertzdorff-Froissart « l’escadron le sera beaucoup moins bien, les chevaux surtout » (Samedi 7 novembre 1914). Une autre lettre montre « les chevaux attachés au mur du bâtiment où l’obus était tombé » – un obus de 220 ; hommes et bêtes sont indemnes (Jeudi 3 mai 1917). La nourriture des chevaux est plusieurs fois évoquée.

As-tu vu dans les gazettes que les Anglais demandent que l’on « perde l’habitude » de donner de l’avoine aux chevaux, ni aucune autre céréales ? Je pense qu’ils perdront plus difficilement l’habitude d’en recevoir que leurs patrons ne perdront celle de leur en donner ! Nous verrons peut-être aussi chez nous pareille chose… (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, jeudi 3 mai 1917)

En effet, en France aussi on limite les rations :

la réquisition nous limite à 2 kg 500 d’avoine par cheval et par jour jusqu’au 1er août et pas un grain pour aucun autre animal, même pour les porcs à engraisser, les brebis mères ! (Damas Froissart, Jeudi 7 février 1918 (B)

Et plus tard il note « le manque d’avoine de [ses] chevaux (Lundi 15 avril 1918) et que « les chevaux ne mangent plus d’avoine depuis plusieurs mois » (Mardi 30 juillet 1918)

Il y a un tel besoin que même des chevaux âgés, fatigués, fragilisés, malades sont enrôlés. Lorsqu’ils ne meurent pas et qu’ils deviennent inutilisables, ils sont mis en vente. Émilie Mertzdorff-Froissart raconte longuement les déconvenues que réservent ces ventes. Son mari s’est présenté à une vente des chevaux de réforme anglais :

Il a trouvé malgré les conditions déplorables dans lesquelles ces chevaux étaient présentés, serrés comme des sardines, sans qu’on puisse les approcher, deux bêtes qui paraissent avoir toutes les qualités requises pour nous faire un long et excellent service. L’un d’eux a 13 ans, alezan foncé, grand et beau cheval de trait ; il est probablement réformé pour avoir été victime des gaz asphyxiants, sa vue a dû souffrir et peut-être a-t-il un œil abîmé sans qu’on puisse néanmoins le qualifier de borgne. […] L’autre est alezan aussi, mais doré, c’était un cheval de Général et nous sommes encore à nous demander pourquoi on l’a réformé. Il a du sang, jolie allure […] n’a révélé jusqu’ici aucun vice. (Gazette multigraphiée d’Émilie Mertzdorff-Froissart, 14 et 15 octobre 1917)

Damas Froissart débourse 1 100 francs pour les deux chevaux alors que le seul alezan doré en vaudrait 2 000. « Je crois que [votre père] a bien gagné sa journée ! » conclut-elle. Mais ils comprennent plus tard pourquoi on a réformé et bradé ce bel animal. « Je n’ai pas eu la main heureuse avec mon pur ?? sang d’Hesdin : il aurait pu me tuer plusieurs fois […], après avoir été très sage dans quelques courses précédentes » raconte Damas Froissart (Mercredi 24 octobre 1917 (A). Il semble que « un bouton écorché non loin du garrot » l’ait rendu tout à coup extrêmement nerveux et incontrôlable.

Après l’armistice, beaucoup de chevaux, malades, blessés, faibles, impropres au travail sont amenés à l’abattoir.

***

Notre époque est sensible au mal-être et aux souffrances animales. Sans aller jusqu’à l’antispécisme, la manière dont les animaux sont exploités et utilisés par les humains est remise en question. Essais, romans, témoignages, recherches, pamphlets, débats, études, productions littéraires ou visuelles témoignent d’une attention aux êtres non humains et du désir d’améliorer la condition animale. Ces préoccupations cependant ne sont pas nouvelles. Pour en rester au sujet de ce billet, aux guerres voraces en hommes et grandes consommatrices de chevaux, on signalera la création, en 1917, d’un « Comité français pour la protection des chevaux de guerre, afin de surveiller les bouchers , d’acquérir et de soigner les réformés ».

  1. Eric Baratay, Bêtes des tranchées. Des vécus oubliés, CNRS éditions, 2013, page 23. []
  2. Émile-François Decroix (1821-1901), Des moyens d’augmenter la production et de prolonger la conservation du cheval de guerre : entretien fait à la Réunion des officiers, le 3 février 1874, C. Tanera, 1874, p. 5. []
  3. Émile-François Decroix, Op. Cit., p. 38. []
  4. Eric Baratay, Op. Cit., page 24. []
  5. Eric Baratay, Op. Cit., page 196. []
  6. Eric Baratay, Op. Cit., pages 54 et suivantes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.