Chevaux

Présence du cheval en ville : à Marseille en 1952 (archives personnelles)

Dans de vieux films d’amateur, des films en noir et blanc du début des années 1950, la présence des chevaux me surprend : cheval tirant une charrue dans un champ en Provence, cheval attelé à une charrette dans une rue du centre de Marseille tandis que des enfants passent sur le trottoir sans lui prêter attention. N’étant ni cavalière ni turfiste, la vue d’un cheval ne m’est pas familière, même si en voyage on en voit dans les prés et aux abords des centres équestres. Lorsque se fait entendre un bruit de sabots sur les pavés de la ville chacun se retourne, le regard attiré par un spectacle rare. Le cheval ne fait plus partie du décor (urbain ou rural) ordinaire ; il n’en était pas de même autrefois.

Au XIXe siècle on a voulu tout compter, et les enquêtes agricoles détaillent par départements, et même plus finement, le nombre des chevaux, des hongres, des juments et pouliches de moins et de plus de trois ans, ainsi que des ânes et des mulets. Sans entrer dans ces détails, remarquons que le Haut-Rhin où réside Charles Mertzdorff sous le Second Empire est proche de la moyenne des départements et que le Pas-de-Calais où se situent les propriétés de Damas Froissart est nettement plus riche en équidés. Dans le Haut-Rhin l’enquête agricole de 1852 recense 26 700 chevaux et à peine moins 15 ans plus tard ; dans le Pas-de-Calais, 81 000 en 1852 et 74 000 encore en 18921.

Le cheval, attelé ou monté, est souvent mentionné dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart, en période de paix comme en période de guerre2, lorsqu’on parle voyages, transport de marchandises, loisirs ou spectacles. Cela concerne aussi bien les voitures personnelles que les transports collectifs. Au point d’exaspérer l’un des épistoliers :

Si cela t’intéresse je te dirai que j’ai eu le considérable bonheur de faire une grande partie du trajet ayant pour voisin un juif marchand de chevaux, frère de celui qui a vendu nos chevaux de voiture. Un peu plus & je passais cheval. (Charles Mertzdorff à son épouse ,1er mai 1860)

I- Les attelages

Coupé parisien au milieu du XIXe siècle. Ombre chinoise de Louis Bombled in George Bastard, Paris qui roule, p. 113 (© BNF-Gallica)

Si le mot le plus couramment employé est « voiture » (400 fois), et à une moindre fréquence (90 fois) « omnibus », des épistoliers emploient parfois des termes plus précis, tels que « diligence » (1785, 1843), « patache » (1798), « chaise de poste » (1806), « cabriolet » (1806, 1844), « fiacre » (1810, 1879), « voiture en dormeuse », « carrosse » (1812), « coupé », « coucou » (1835), « charrette » (1844), « calèche » (1868). Sont ainsi désignés des voitures personnelles et des véhicules collectifs pour le public.

Coucou parisien au milieu du XIXe siècle. Dessin de Tiret-Bognet in George Bastard, Paris qui roule, p. 112 (© BNF-Gallica)
1- Les voitures personnelles

Les nobles possèdent de vastes écuries. André Marie Constant Duméril note l’encombrement des voitures dans la cour des Tuileries au matin du 29 mars 1814, « ce qui faisait présumer que l’impératrice et le Roi de Rome nous abandonneraient » devant l’avancée de « l’armée ennemie ». Et son fils Auguste s’extasie devant les « admirables écuries » du « grand-duc de Baden » qui « contiennent au moins 120 chevaux » (Auguste Duméril, 23 septembre 1846-A). Les équipages cependant ne sont pas réservés aux plus riches, au roi et à la cour.

Calèche parisienne au milieu du XIXe siècle. Ombre chinoise de Louis Bombled in George Bastard, Paris qui roule, p. 211 (© BNF-Gallica)

 

 

 

 

 

André Marie Constant Duméril (médecin) possède à Paris un cabriolet (5 octobre 1812). Mais alors qu’il est en voyage, et que son épouse sur le point d’accoucher doit se rendre chez ses parents, un moyen plus doux est recherché :

Papa eut donc la bonté de s’en occuper de suite. Il fut d’abord chez Mme de Prunelé, qui a une dormeuse, pour lui demander si elle pourrait avoir la bonté de nous la prêter pour quelques heures, ce qu’elle promit avec tout l’empressement possible, elle ne pouvait prêter ni cocher ni chevaux, mais c’était la moindre affaire et Papa dans la soirée s’assura les deux choses chez un loueur de carrosse. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 23 septembre 1812)

En Alsace, l’industriel Charles Mertzdorff possède une voiture pour les déplacements familiaux et, nous y reviendrons, des attelages pour le transport des ballots d’étoffes. Les chevaux et le cocher servent aux deux usages. Aller en voiture dans les villages avoisinants est si courant et évident que les lettres en font rarement mention. On trouve cependant quelques phrases comme : « ce matin j’ai quitté en voiture pour aller passer ma journée à Morschwiller » où résident des parents (Charles Mertzdorff, 18 Juillet 1870). Seules des circonstances particulières amènent des précisions sous la plume :

Pendant mon absence l’oncle a acheté un petit cheval pour la voiture, il est bien plus petit que son camarade, je l’ai vu passer ce matin, ce n’est pas très élégant ni beau, mais pour peu qu’il marche bien suffisant. (Charles Mertzdorff à son épouse Eugénie Desnoyers, 26 juin 1871-B).

Ou bien, autre précision technique :

J’aurais voulu faire faire une promenade en voiture aux Gotti, mais jusqu’ici les 2 cochers craignaient pour les chevaux et les voitures les descentes rapides du pays [la Suisse], cependant je crois qu’aujourd’hui nous essayerons avec la voiture d’Émilie qui a une mécanique. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 18-19 septembre 1870-C)

« La mécanique » est un mécanisme qui sert de frein, bien utile sur les routes de montagne.

Les Mertzdorff, comme André Marie Constant Duméril et les siens, se déplacent le plus souvent avec leur propre attelage, mais ils empruntent parfois des moyens de transport collectifs.

Ce temps froid nous gêne beaucoup pour aller chez mes Parents, car la prudence nous empêche de faire sortir le cheval et nous sommes obligés d’aller à pieds ou en fiacre (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, 31 janvier 1810).

Éloignés de chez eux, les usagers empruntent pataches, coupés, cabriolets, calèches, omnibus, voitures couvertes ou non, suspendues ou non, tirées par un ou plusieurs chevaux.

Omnibus parisien au milieu du XIXe siècle. Ombre chinoise de Louis Bombled in George Bastard, Paris qui roule, p. 249 (© BNF-Gallica)
2 – Les voitures collectives

Les lettres de voyage décrivent le pittoresque des villes traversées et des paysages, les personnes rencontrées, et aussi les conditions des déplacements inhabituels. L’exceptionnel donne lieu à plus de descriptions et détails que le coutumier connu de tous. Voyager n’est pas sans risques, surtout au début du siècle. Les épistoliers rapportent les incidents, mentionnent le confort ou plus souvent l’inconfort des voitures3, détaillent les aléas de la route qui conditionnent la durée des trajets et les dates du retour. André Marie Constant Duméril recopie pour sa mère un « extrait » d’une lettre de son frère Auguste dans laquelle celui-ci« rend compte de son voyage » :

Il était parti le 13, le premier jour il a fait 25 lieues dans des voitures bien suspendues, ensuite on les a mis dans des pataches. Ce sont des petites voitures non couvertes et non suspendues, qui ne contiennent que quatre personnes et qui sont traînées par un seul cheval. il dit avoir beaucoup souffert de la position gênante qu’il a été obligé d’y garder. ils ont fait ainsi 72 lieues en quatre jours. arrivés à Roanne ils n’ont trouvé ni voiture ni chevaux et ils ont été obligés d’y rester 36 heures. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 19 octobre 1798-28 vendémiaire an VII)

Voyageur à son tour, André Marie Constant Duméril raconte à son frère Désarbret le trajet de Bordeaux à Bayonne, « soixante six lieues » « par la route la plus mauvaise qui existe peut-être en Europe. Nous avons marché jour et nuit sur des sables où les roues s’enfonçaient jusqu’au moyeu quoique notre voiture fut légère et traînée par dix chevaux. » (André Marie Constant Duméril à son frère, 26 juillet 1805-7 thermidor an XIII). Les conditions du voyage donnent lieu dans les lettres à des développements, signe que le sujet peut intéresser et répond à l’attente du destinataire – les mères sont en général avides de détails.

à  Blois, j’avais retenu une place de coupé pour mieux voir le pays, mais ce coupé était un cabriolet, dont la vue était assez gênée par le cocher et un voyageur placé à côté de lui sur le siège, comme dans un coucou. […] Pour en revenir à notre voiture, ou plutôt à notre cabriolet […] nous avons fait d’abord 9 lieues avec les mêmes chevaux, puis 6 lieues avec 2 autres chevaux seulement, bien qu’il y eut 9 personnes, dans la voiture, 2 sur le siège en comptant le cocher et 2 sur l’impériale, tu conçois que nous n’avons pas dû aller vite, aussi ne sommes nous arrivés qu’à 7 heures, ayant mis par conséquent 9 heures à faire 15 lieues presque toujours exposés au soleil. (Auguste Duméril à sa mère, 19 août 1835)

Il faut s’accommoder des ressources locales :

C’était malheureusement un dimanche, toutes les voitures et les chevaux de louage étaient partis pour les environs. nous avons été forcés M. DelaRoche et moi de prendre un cabriolet et des chevaux à la poste [les enfants] ont trouvé une charrette qui, avec un homme et un cheval, les a conduit très rapidement à Honfleur (André Marie Constant Duméril à son épouse, 9 septembre 1844)

Si les Mertzdorff possèdent leur propre voiture, ils utilisent des véhicules de louage lorsqu’ils voyagent loin de chez eux :

Nous sommes parties comme je te l’ai écrit, à 7h 20 après avoir déjeuné, dans une bonne calèche fermée, avec 2 bons petits chevaux qui ont fait leur 18 lieues dans leur journée et qui trottaient encore au retour.(Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 6 août 1868)

Les mauvaises conditions climatiques perturbent le service : « Ce temps froid nous gêne beaucoup pour aller chez mes Parents, car la prudence nous empêche de faire sortir le cheval et nous sommes obligés d’aller à pieds ou en fiacre » (Alphonsine Delaroche-Duméril, à Paris, à sa belle-mère, 31 janvier 1810). Lorsque les « tourbillons de neige » font s’exclamer Marie Mertzdorff (« Quel temps, quel temps, mon Père chéri ! c’est désolant à voir ! »), elle remarque que « les tramways ne marchent plus et sont remplacés par des omnibus de toutes les paroisses attelés de 4 ou 8 chevaux ; on ne voit plus de fiacres » (Marie Mertzdorff, à Paris, 8 décembre 1879). Les Parisiens disposent d’une grande diversité de moyens de transport. On compte au milieu du siècle « 352 voitures desservant la banlieue, 733 cabriolets, 912 fiacres et 2798 locatis circulant dans Paris. Le nombre de remises s’élève à 4 000 et celui des équipages particuliers à 5 000 »4.

La silhouette d’un cavalier apparaît parfois à côté de la voiture, conciliant la liberté de l’homme seul avec le confort d’un déplacement familial ou féminin :

Nous sommes en grand nombre. Georges est venu à cheval, il se trouve bien de l’exercice et s’en retourne à Mulhouse, M. Paul est aussi venu de son côté et Charles, Julien, les enfants et moi sommes arrivés en voiture (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 23 octobre 1869)

II- Le cheval monté

Le cheval monté reste le moyen de déplacement privilégié pour les hommes. Cela est raconté jusqu’à ce qu’il soit remplacé, chez les Froissart, par l’automobile. Le cavalier peut emprunter des voies interdites aux véhicules : au Havre, André Marie Constant Duméril choisit « un autre chemin plus court qu’on peut faire à cheval qui est, disait-on, impraticable pour les voitures » (9 septembre 1844). Les déplacements professionnels s’effectuent à cheval, en groupe :

nous avons mené aujourd’hui une vie bien active : levés à 6 heures du matin nous sommes montés à cheval François et moi et deux de nos connaissances d’Angers par le plus beau temps du monde à 6 h 1/2 pour aller voir les carrières d’ardoise (André Marie Constant Duméril, à Angers à son épouse, 5 novembre 1811).

Et le lendemain « en cavalcade de 12 », Duméril va visiter des mines de houille à Montrelais (en Loire-Atlantique). Les longs trajets ne les rebutent pas : jusqu’à 700 lieues et « M. Lechenaux paraît content de son voyage » (19 octobre 1812).

C’est à propos de problèmes de santé ou d’empêchements physiques que le cheval monté est évoqué un siècle plus tard, pendant la guerre – sans que l’on sache s’il s’agit d’exercices militaires ou de voyage  : « ne monte pas à cheval avec une cuisse enflée » conseille Damas Froissart à son fils Louis mobilisé, 13 avril 1916).

Les déplacements font partie d’un quotidien qu’il n’y a pas lieu de détailler. Seuls les incidents ou accidents sollicitent la plume des épistoliers. Caroline raconte à sa mère « un triste accident » qui les a « bien émotionnés » :

un M. Brylinski de Cernay traversait Vieux-Thann avec un cheval vicieux qui en passant près de la salle de danse s’est effrayé, le domestique a aussitôt sauté à terre et aidé par tous ces gens qui se trouvaient là il aurait eu bien vite arrêté la voiture mais le M. a perdu la tête a voulu sauter et est tombé sous le cheval qui l’a foulé aux pieds, on l’a ramassé le croyant mort (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juillet 1859)

Émilie Mertzdorff-Froissart, épouse d’un officier d’artillerie qui participe régulièrement à des manœuvres, fait part à sa sœur de ses inquiétudes :

il ne faut pas se dissimuler que les manœuvres ressemblent de très près à la guerre et que, si l’on ne court pas le danger d’être tué, il en reste bien d’autres : refroidissement, chutes de cheval, fatigue (Émilie Mertzdorff-Froissart à sa sœur, 15 septembre 1901)

Les épistoliers préfèrent s’attarder sur les aspects spectaculaires, plaisants, ou nouveaux plutôt que sur la routine fastidieuse. Aussi la pratique du cheval décrite dans les lettres est-elle le plus souvent à ranger sous le signe du loisir – un loisir majoritairement mais non exclusivement masculin.

III-  Les Loisirs

1- L’équitation de loisir

Honoré Castanet à Saint-Domingue l’avoue à son oncle parisien : « Je monte souvent à cheval pour me distraire » (1er février 1792). Cet exercice est considéré comme salutaire, même pour les femmes : «  sa femme continue à se trouver bien de l’exercice du cheval » (19 octobre 1812). On répugne à en interrompre la pratique. Un ami médecin conseille l’équitation pour vaincre « les douleurs intestinales » : « je vous engage fort à cesser toute espèce de remède et à observer ce que fera l’exercice du cheval aidé seulement du régime » (Louis Benoît Guersant à son ami Pierre Bretonneau, 2 septembre 1811).

L’initiation commence dans l’enfance :

Léon prenait toujours les devants, en tenant une baguette à la main, et en faisant semblant de faire aller un cheval : cet enfant était infatigable (Félicité Duméril à sa belle-mère, 1er mai 1843-A)

Tout au long du siècle il est question de promenades à cheval et ce thème récréatif se substitue peu à peu à celui du voyage (au sens de « déplacement »).

et je vois que tu es assez occupé : tu peux pourtant monter à cheval, de temps en temps, ce qui te plaît sans doute beaucoup. Quant à Constant, nous voyons qu’il est fou de cet exercice. (Auguste Duméril à son cousin, 21 janvier 1831)

Les adolescents s’entretiennent de leur pratique de l’équitation, souvent pratiquée à plusieurs, surtout lorsque « le temps est beau toute la journée » : «  As-tu déjà essayé tes éperons, et ta cravache, sur quelque cheval de manège ? As-tu fait une promenade à cheval, avec Mathilde ou Constant ? » interroge Auguste Duméril s’adressant à son cousin (Mardi 31 août 1830). Caroline Duméril s’inquiète de la monture de sa cousine Isabelle Latham, au Havre : « Puisqu’Émile a maintenant un si joli cheval, vous devez regretter doublement que tu n’aies plus le tien ; jusqu’à quand en seras-tu privée ? » (8 novembre 1857)

« Position du cavalier », in Philippe Desclée, Manuel du cavalier : L’équitation sans maître, 1871, page 12 (© BNF-Gallica)

Les leçons d’équitation de Léon Duméril (30 ans) donnent matière à une véritable chronique. Le jeune homme est hébergé chez son beau-frère en Alsace et les parents sont tenus au courant de ses activités, des progrès de sa sociabilité, de son régime alimentaire. Inquiets de ses occupations sédentaires et de son caractère renfermé, tous se réjouissent lorsque Léon sort de sa chambre et de sa réserve et accepte de prendre des leçons.

Léon pour sa leçon d’Équitation quitte la maison à 5 h matin, à pied souvent, prend sa leçon & rentre, c’est d’un bel exemple comme tu vois. Il prend du reste goût à la chose il commence à sortir à cheval, à votre retour ce sera un élégant cavalier, cela me fait bien plaisir & plus encore au père. (Charles Mertzdorff à son épouse Eugénie Desnoyers, 27 juin 1871-B)

De mois en mois le jeune homme progresse, prend « bonne mine », « très bonne façon », devient « bien maître de son cheval » (Dimanche 23 mars 1873). Il se socialise : le voilà « en grande partie à cheval avec quelques amis » (Lundi 14 avril 1873). Il sort, fait de l’exercice, rencontre d’autres cavaliers. Tous s’en félicitent.

Lorsqu’on vieillit, l’équitation est moins appréciée. Charles Mertzdorff, 58 ans, en vacances à Cauterets dans les Pyrénées, « s’est trouvé tellement invalide après une petite course d’une heure ou deux qu’il a eu la lâcheté de ne pas recommencer » – c’est lui qui l’écrit, le 5 août 1876.

2- Les spectacles

Voir les autres cavaliers est un spectacle en soi : à Londres Auguste Duméril apprécie « le joli spectacle de la promenade à cheval, des hommes et des amazones, dans une allée de Hyde Park, laquelle y est exclusivement consacrée » (10 juin 1851). Il y a aussi les champs de course. Profitant d’un séjour à Montataire, dans l’Oise, Caroline Duméril et ses hôtes se rendent par beau temps aux courses de Chantilly. Elle explique à sa jeune cousine Isabelle Latham qu’elles « sont fort renommées et très à la mode ; ce sont les chevaux anglais qui ont remporté tous les prix au grand chagrin de ces messieurs du Jockey-club. (Caroline Duméril, 26-28 septembre 1857)

Ce spectacle peu courant est une aubaine pour l’épistolière qui trouve là un sujet sur lequel revenir :

Dimanche, nous sommes allés aux courses de Chantilly ce qui m’a intéressée et amusée, quoiqu’il y eût moins de monde, dit-on, qu’aux courses de Mai, c’était un beau spectacle que cette pelouse éclairée par un beau soleil avec toute cette société de fashionables, ces beaux équipages et enfin ces magnifiques chevaux et leurs jockeys bariolés. (Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril, 30 septembre 1857)

Charles-Maurice de Vaux, Les hommes de cheval depuis Baucher : les grands maîtres, les écuyers, les hommes de cheval, les cavaliers, 1888, page 94 (© BNF-Gallica)

Autre spectacle où les chevaux tiennent la vedette : le cirque. Auguste Duméril prévoit « une petite visite à Franconi » (21 janvier 1831) pour « voir les beaux chevaux ». Les Franconi forment une dynastie d’écuyers qui depuis la fin du XVIIIe siècle exhibent des exercices de dressage et de voltige.

Emmenées au cirque, Marie et Émilie Mertzdorff « regardent de tous leurs yeux [ ] un petit cheval savant qui après plusieurs tours s’assoit comme un chien sur ses pattes de derrière puis on lui apporte une petite table et un singe habillé en marmiton lui apporte tout son dîner en marchant sur ses petites pattes de derrière » (Marie Mertzdorff à son père, 20 juin 1875)

Les mentions de spectacle sont rares ; les chevaux laborieux, en revanche, abondent dans les lettres.

IV- Les transports de marchandises

Les auteurs des lettres ne sont pas des agriculteurs. Aussi le travail des chevaux évoqué est-il d’abord relatif au transport des marchandises. Seul Damas Froissart, officier et propriétaire terrien dans le Pas-de-Calais, prône leur utilisation dans ce domaine-là :

je ne crois pas du tout que la motoculture soit une panacée ; qu’il y ait bien des bénéfices comme moyen de rattraper le temps perdu en cas de mauvais temps, de rareté de personnel, soit : on pourra retrouver des avantages qui dédommagent de l’immobilisation d’un certain capital pour acheter les instruments, mais notre moteur animal, le cheval offre (dans notre région d’élevage surtout), de tels avantages (et la marche des autos tant d’aléas !) que je ne veux de la motoculture que comme appoint éventuel. (Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919).

L’usine de Charles Mertzdoff, qui emploie 540 ouvriers et ouvrières en 1858, blanchit et apprête des étoffes. Cela nécessite beaucoup de transports : il faut amener les pièces brutes, puis livrer les pièces traitées, environ 1000 par jour. La marchandise est expédiée dans le quart nord-est de la France, et même lorsque des trains sont requis, les chevaux sont indispensables pour la transporter jusqu’à la gare. En cas d’urgence, comme lorsqu’une période troublée s’annonce, les convois se multiplient :

Demain il y aura 5 voitures & 15 chevaux à conduire des balles à Mulhouse pour pouvoir être expédiées si le chemin [de fer] marche encore demain, encore 2 ou 3 voyages ainsi & nous sommes débarrassés de cette quantité de balles. (Charles Mertzdorff, 24 août 1870-B)

Dans les jours qui suivent, le charroi continue : « Aujourd’hui 5 voitures à 3 chevaux chaque étaient à Mulhouse pour porter des balles mais ne nous portent pas une nouvelle pièce ici » (25-26 août 1870-B) ; « Vogt doit conduire des balles à Mulhouse, tu vois que les chevaux n’ont pas vacances (18 juillet 1871). D’Ignace Vogt, le cocher, il est souvent question. Son nom est mentionné des dizaines de fois dans les années 1870. Parfois son patron est « content de lui » ( 21 décembre 1875), d’autres fois il lui reproche son goût immodéré pour le vin doux (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 25-26 octobre 1876). Même hors de cette période particulière où l’avancée prussienne menace et où toutes les pièces doivent en urgence être rendues, un grand mouvement de voitures anime la cour et parfois l’industriel s’inquiète : « depuis 15 jours […] nous manquons de chevaux pour arriver à nos fins (Charles Mertzdorff, 28 décembre 1875). Se devine toute une logistique, la gestion des chevaux à acheter et entretenir :

Léon était à Montbéliard & a acheté une paire de chevaux bruns qui doivent nous arriver pour le milieu du mois prochain. La propriétaire, qui est veuve depuis peu, veut encore les garder jusque là. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 25-26 octobre 1876)

V- Prendre soin de son cheval

Loger les chevaux vers 1860-1880 ne semble pas poser de problème à Charles Mertzdorff qui possède des prés, une ferme et de vastes bâtiments dans un village alsacien. Pour André Marie Constant Duméril en revanche, qui vit à Paris, c’est une préoccupation. Lorsqu’en 1805 il doit partir en Espagne « au moins trois mois » pour étudier une épidémie, il laisse à son frère Auguste soixante douze livres et le charge« de toutes [ses] petites affaires par procuration » ; il se préoccupe également de son cheval, qu’il confie à Frédéric Cuvier (André Marie Constant Duméril à son père, 14 juillet 1805, 25 messidor an XIII), le frère de Georges Cuvier, qui s’occupe de la ménagerie du muséum. En temps ordinaire, il faut trouver une remise et s’assurer du caractère compatible des bêtes qui se retrouvent ensemble (5 octobre 1812). L’hébergement du cheval est pris en compte lorsqu’on cherche un logement :

outre la maison entière, j’aurai de plus un grand bûcher [] il y a une grande porte sous laquelle je pourrai mettre le cabriolet et où j’aurai une écurie de sorte que j’aurai, comme au faubourg Poissonnière, l’avantage d’avoir la voiture chez moi sans avoir les inconvénients du cheval. (André Marie Constant Duméril, 27 mai 1832)

A la campagne, près d’Angers, Pierre Bretonneau apprécie d’avoir, à côté « d’une petite maison assez gentille », « une prairie fournissant assez de foin pour ses chevaux » (Auguste Duméril, 21 août 1835).

Les chevaux doivent être régulièrement ferrés et il faut consulter un vétérinaire lorsqu’ils boitent (6 janvier 1806-B), ont une blessure « au pied de derrière », « une petite escarre » (7 avril 1806), « un petit accident en route, que le vétérinaire est en train de raccommoder (Charles Mertzdorff, 3 octobre 1874-A). Tout cela est « un ennui » pour Charles Mertzdorff qui avoue « n’y rien entendre » (6 mai 1879-B) et doit s’en remettre à ses cochers.

Chacun s’efforce de ne pas épuiser les bêtes : aussi bien André Marie Constant Duméril (7 avril 1806), qu’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff qui renonce à une journée en famille à Morschwiller pour ne pas fatiguer les chevaux qui travaillent en semaine (27 novembre 1870) et veille à ce que « les chevaux reposent le dimanche » (23-24 juin 1871).

Nourriture, soins et hébergement occasionnent des frais : Alphonsine Delaroche-Duméril évalue « la dépense du cheval » à « à peu près 5 livres par jour » (25 octobre 1812). On prend soin des bêtes, mais on leur demande beaucoup :

 Hier un domestique de Morschwiller est venu avec voiture à 3 chevaux. Il n’est rentré qu’avec 2 chevaux, laissant le 3e malade ici. Dans la journée il est mort. Ce sont de ces petits accidents qu’il faut oublier au plus vite. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 11 avril 1873)

Pas de sentimentalisme non plus pour pousser leur vitesse :

on court aux voitures le cocher nous dit qu’il est trop tard mais y met tellement de bonne volonté et fouette ses chevaux de façon que nous arrivons une minute avant le départ du train (Émilie et Marie Mertzdorff à leur père, 4-7 août 1870)

Les lettres font rarement allusion à un possible lien affectif entre l’homme et l’animal ; à l’exception de « la pauvre Goliath » qu’il faut remplacer (14-15 octobre 1917), aucun nom ne semble donné à un cheval5. Ce rapport plus utilitaire qu’affectif paraît assez général si l’on en croit la requête en vers adressée en 1881 par un membre de la société protectrice des animaux au nom des « chevaux épuisés par de longs travaux »6. Cet auteur anonyme constate des progrès, mais il doit encore intercéder « pour les mettre à l’abri de la brutalité ».

***

Le cheval est omniprésent au XIXe siècle. Si un hôtel de luxe parisien ouvre ses portes en 2021 à l’enseigne d’un « Cheval blanc » anachronique, ce nom avait du sens au XIXe siècle, quand hommes et bêtes logeaient sous le même toit. C’est « Au cheval blanc » à Angers que « Monsieur Duméril président des Jurys de Médecine » fait adresser son courrier (Lundi 5 octobre 1812), et cinquante ans plus tard, à l’Hôtel du cheval blanc encore, à Honfleur « en face de la mer »  que s’installe la famille Desnoyers pour quelques jours de vacances (29 septembre 1862).

L’utilisation quotidienne du cheval, par nécessité ou comme loisir, le rend souvent invisible aux contemporains. Pas de notation sur leur odeur, les traces de leur passage, l’environnement sonore. Tout au plus Émilie Mertzdorff note-t-elle que « le cheval de l’omnibus du départ fait entendre de grands hennissements, cela doit annoncer que l’heure avance, je n’ai donc que le temps de t’embrasser de tout mon cœur » (à son père, 14-16 avril 1881).

Les documents écrits, remarque l’historienne Agnès Manneheut pour l’Orne7, mais cela vaudrait plus largement, s’attachent en général à mettre « en valeur les éleveurs qui s’affichaient comme tels à travers la participation à des concours ou l’entretien de reproducteurs, et qui ont fait les races, en cherchant la qualité ». Les lettres, au plus près de l’ordinaire des vies, des occupations quotidiennes, des gestes, éclairent certains aspects de la réalité de la présence équine.

  1. Chiffres aimablement communiqués par Michel Demonet, d’après sa thèse : Tableau de l’agriculture française au milieu du XIXe siècle : l’enquête de 1852, éds de l’École des Hautes études en Sciences Sociales, 1990. []
  2. Voir le billet : « Chevaux en guerres ». []
  3. Voir le billet : « Les fatigues du voyage ». []
  4. George Bastard (1851-1914), Paris qui roule, dessins de Tiret-Bognet (1855-1935) et ombres chinoises de Louis Bombled (1862-1927), G. Chamerot éditeu, 1889, page 111. C’est de cet ouvrage que sont tirées les quatre illustrations qui précèdent. [Consultable sur Gallica] []
  5. Historiennes et historiens sont tributaires de leurs sources. Des lettres mises ultérieurement sur le site apportent un démenti à cette affirmation : un « petit cheval rouan », Moscou, est l’objet de toutes les attentions des adultes et des enfants (lettres du 22 juillet 1903-A et du 22 juillet 1903-B). On ne sera pas étonné de trouver d’autres marques de considération pour des chevaux dans la famille d’un officier d’artillerie cavalier. []

  6. Le cheval humble et poétique : requête adressée à la société protectrice des animaux par les chevaux épuisés par de longs travaux… / signé : par un membre de la société protectrice des animaux, 1881. [Consultable sur Gallica] []
  7. Agnès Manneheut, « Chevaux de travail du XIXe siècle : à la recherche des éleveurs de l’Orne », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/12193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.12193 . []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.