Campagne électorale – 1910

Quand le père se lance en campagne, tous ses proches se mobilisent. En 1910 Damas Froissart, militaire de carrière (commandant d’artillerie tout juste en retraite), catholique militant et grand propriétaire terrien décide de se présenter aux élections législatives dans la circonscription de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Le plus jeune de ses six enfants, Louis, 15 ans, pensionnaire à l’Institution Saint-Jean à Douai , est tenu au courant des événements, pendant les semaines qui précèdent les deux tours, par les lettres de sa mère, Émilie Mertzdorff.

Le Journal de Montreuil @ BNF

Ces lettres peuvent être lues en regard de la presse locale : L’Éclaireur, favorable au conservateur Froissart et le Journal de Montreuil, acquis à son concurrent républicain centriste Morel.

Le Journal de Montreuil du 8 mai 1910 “On ne votera pas Froissart” @ BNF

Les élections législatives ont lieu les 24 avril et 8 mai 1910. La Chambre précédente, élue en 1906 et dominée par la gauche, a mis en œuvre la séparation des Églises et de l’État votée en 1905. Damas Froissart s’était mobilisé à l’époque contre cette loi de séparation, polémiquant alors contre tout orateur local qui « s’attaque à la religion, aux prêtres, dit des choses épouvantables sur la confession et termine ses conférences en faisant voter l’assistance pour la séparation de l’Église et de l’État » (lettre du 14 février 1905). Sa candidature en 1910 apparaît comme la suite de son combat contre la gauche laïque. Un combat qu’il faut organiser, mener en groupe et en tous lieux.

Trouver un local

Si Damas Froissart réside à Douai, dans le Nord, il possède plusieurs domaines dans le Pas-de-Calais et une maison familiale à Campagne-lès-Hesdin (arrondissement de Montreuil-sur-Mer). La presse qui lui est hostile ne manque pas d’apostropher « le seigneur de Brunehautpré » sur ce thème : « si par hasard les souvenirs de votre campagne électorale vous ramènent dans nos pays l’année prochaine… » (Journal de Montreuil, jeudi 7 avril 1910).

Il lui faut un local de campagne : il trouve à louer une maison, 94 Grande Rue, à Montreuil – « c’est désormais l’adresse de ton papa » précise Émilie Mertzdorff-Froissart dès le mois de mars (19 mars 1910). Mme Aurélie Trédez, qui loue la maison, est la veuve d’un pharmacien ; elle vit là avec ses deux grandes filles. Des année après, Damas Froissart se souvient de « l’obligeante personne qui a mis, 2 fois, sa maison de Montreuil à ma disposition pour les élections » (21 juin 1919).

Le QG de campagne trouvé, l’épouse organise l’intendance en déplaçant les employés de maison : Louise et Georges « sont mis » provisoirement à Montreuil (19 mars 1910), où Françoise les rejoint. Il faut tout prévoir :

Je ne renverrai décidément pas Françoise avant les élections car, en cas de succès, nous aurons [ ] beaucoup à faire, à recevoir, à donner à boire [ ] il nous faudra avoir aussi maison ouverte à Montreuil pendant quelques jours. En cas de ballottage ou d’échec ce serait différent. (22 avril 1910)

L’épouse n’est pas la seule à s’activer dans l’ombre du candidat : famille et relations sont enrôlées.

Le soutien familial

Dès l’installation à Montreuil, la famille fait corps autour de Damas Froissart : « Nous sommes venues le rejoindre ce matin et avons passé la journée ici ». D’Hazebrouck arrive le gendre, Henri Degroote, bientôt rejoint par sa femme (Lucie Froissart), « ses filles, ses domestiques et son cheval » (19 mars 1910). Henri et son beau-frère Jacques Froissart « circulent beaucoup » pour « assurer la surveillance des urnes, réchauffer le zèle des amis et… payer à boire » (7 mai 1910).

Un autre fils, Michel Froissart, court à Berck ; son frère « Pierre est allé en bicyclette rattraper les conférenciers à l’heure du dîner à Bamières » ; puis tous deux se retrouvent avec leur sœur Madeleine et Émilie leur mère « pour faire une foule de Froissart » (8-9 avril 1910). « Leur emballement pour les élections continue » approuve-t-elle, en parlant de ses six enfants (19 avril 1910). Les journaux notent la présence de fils aux côtés du père.

Lorsque leurs occupations éloignent ces grands enfants, ils sont « navrés d’abandonner la lutte au moment où elle devient plus intéressante ». Mais, les rassure leur mère, « nous tâcherons de vous tenir tous bien au courant » ou « à bientôt plus de détails ». Le cercle familial parisien, s’il ne participa pas directement, suit les événements de près et « fait des vœux ardents pour qu’il n’y ait pas de ballottage ». La campagne n’est pas menée par un homme seul. Damas Froissart peut compter sur le soutien familial et, aussi, sur l’engagement d’une équipe. Au-delà de la « foule de Froissart », tout un groupe de supporters entre en action et se mobilise.

Une équipe

La campagne électorale enchaîne les prises de parole collectives :

avec la collaboration de M. Gayet avocat à Lille [les réunions] ont très bien marché, 7 ou 800 personnes à Beaurainville. On était content. [ ] Aujourd’hui en conférence à Fruges et je ne sais où encore, toujours avec M. Gayet (8-9 avril 1910)

Marcel Gayet, né à Lyon, passe pour l’un des chefs du parti nationaliste. Il a déjà mené une campagne électorale pour son propre compte : il a tenté sa chance dans l’arrondissement d’Avesnes (Nord) aux élections législatives de 1902. Il a alors été battu par le député sortant Eliez-Evrard, un radical, qui a obtenu 8000 voix, deux fois plus que Gayet. Homme d’expérience rompu aux effets oratoires, « M. Gayet retournera dans les endroits douteux pour réchauffer » (19 avril 1910).

Un notaire de Bavay (Nord), Albert Tréca, apparenté aux Froissart, « se démène pour trouver dans toutes les communes où le maire n’est pas pour nous des gens dévoués qui prennent l’engagement d’honneur de ne pas quitter l’urne. C’est un point très emportant » (19 avril 1910).

Dans les lettres apparaît également Léon Allaud, employé de commerce à Boulogne-sur-Mer, qui accompagne Michel Froissart à Berck « pour préparer les voies » (8-9 avril 1910).

La presse cite les noms de Allaud, de Gayet, et également de Digard (historien catholique mentionné dans des lettres plus tardives), de Grégoire Richard (curé doyen de Campagne-lès-Hesdin) et, sans les nommer, « des amis et même des amies (car les dames se sont mêlées de faire de la propagande) », « certaines dames bien-pensantes », « le Comité libéral », « l’état-major clérical », « des curés batailleurs », de « jeunes catholiquards » (on se doute que ces termes sont dans le Journal de Montreuil). Deux camps principaux s’affrontent.

Les concurrents

Dans la circonscription de Montreuil-sur-Mer il y a d’abord Victor Morel, député sortant. Dès 1903, à 34 ans, Victor Morel a été élu dans la circonscription, représentant de la gauche républicaine. Il est maire de Campagne-les-Hesdin – un fief Froissart –, comme son père Narcisse l’a été avant lui. Victor succède également à Narcisse comme médecin. Une famille bien implantée.

Il y a cependant des réunions auxquelles les deux concurrents participent : le 2 avril à la Société d’Agriculture (50 personnes), plus tard à Campagne devant 700 électeurs ; mais la prise de parole dégénère : on se traite de menteur, on refuse le dialogue, on se dérobe.

Émilie Mertzdorff-Froissart parle peu de Morel. Elle signale toutefois :

Morel a eu ici hier soir une réunion piteuse dont nous venons d’avoir les échos. Avant-hier il a été mis à la porte à Chériennes ! (22 avril 1910).

Pendant un moment, la situation était claire : « Morel contre Froissart, c’était le bloc républicain contre le bloc réactionnaire et clérical. C’était l’élection de M. Morel assurée à une très grosse majorité » (le Journal de Montreuil, 14 avril 1910). Mais après le désistement du troisième candidat, M. Massonneau, un nouveau candidat, Paul Devisme, républicain radical, se présente – Émilie Mertzdorff-Froissart le nomme : « le socialiste Devisme de Montreuil ». Froissart et Morel, pour une fois, sont d’accord : « M. Devisme ne prendra des voix qu’à M. Morel » (le Journal de Montreuil, 14 avril 1910) ; « Je crois qu’il faut nous en réjouir car ce n’est pas un ami de [Morel] et il ne se désistera pas, je crois, en sa faveur » (8-9 avril 1910), et pour le second tour : « On dit que beaucoup de Devismistes voteront pour ton papa, notamment des planteurs de tabac » (7 mai 1910).

Parcourir le pays

Entouré, soutenu par toutes ces bonnes volontés, le candidat s’active, courant les réunions publiques et les rassemblements de foules où il est bon de se montrer :

C’est effrayant la besogne qu’a ton papa. Aujourd’hui pourtant c’est une journée relativement tranquille, ton papa reste ici à cause du marché qui attire beaucoup de monde. (Samedi 19 mars 1910)

L’itinéraire du 9 avril donne une idée de l’emploi du temps, deux semaines avant le premier tour :

aujourd’hui Samedi à Brunehautpré où l’on m’a déposée ce matin en allant à Sainte Austreberthe, Marconne, Brévillers, Mouriez et après avoir dîné à Bamières, Tortefontaine, Saulchoy, Douriez, Saint-Rémy et Gouy. Il paraît que dans les 2 premiers endroits l’accueil a été froid et les auditeurs très peu nombreux, mais très chaleureux à Brévillers et je pense qu’il l’aura été aussi à Mouriez et surtout à Tortefontaine. Hier on a été très bien reçu partout, la voiture était pleine de fleurs. (8-9 avril 1910)

Tous les candidats courent les réunions publiques, mais seul semble-t-il Froissart organise des réunions privées qui réunissent uniquement des présumés partisans  :

Hier soir ton papa a fait une conférence privée à Campagne, un vrai succès ; il avait 120 personnes et a été très écouté et acclamé même. (22 avril 1910)

Cette pratique est bien sûr critiquée par ses adversaires, qui soupçonnent Froissart « d’avoir peur ».

Semaine après semaine, la campagne se déroule. Avant le vote, « on va donner cette semaine un dernier coup de collier » (19 avril 1910) puis, le premier tour passé, l’activité reprend de plus belle :

L’agitation a été assez grande cette semaine ; ton papa a refait quelques conférences à Fruges, Bourthes, Hucqueliers, Beaurainville, Frencq &. Ce soir il fait la dernière à Étaples. (7 mai 1910)

La fatigue des candidats et de leurs chauffeurs multipliant les itinéraires harassants est possiblement cause de cet accident que relate brièvement La Croix du 15 avril 1910 : « Pas-de-Calais – Le cycliste M. Nasse, 25 ans, regagnant la nuit son domicile, à Campagne-les-Hesdin, entra en collision avec l’auto de M. Morel, député de Montreuil, qui revenait de faire une conférence électorale. Le cycliste est mort quelques heures après. »

Dans tous ces lieux les candidats se démultiplient auprès des hommes (seuls les hommes votent), usant de divers arguments pour rallier leurs suffrages.

Gagner des électeurs

Courir les marchés et les cérémonies, donner des conférences, parler, payer à boire, écrire aux journaux, coller des affiches : Émilie Mertzdorff-Froissart évoque les multiples moyens employés pour convaincre les électeurs :

Hier soir aussi nous avons terminé notre importante journée par une soirée de charité à Étaples en faveur des Orphelins de la mer où on m’avait demandé de me montrer. Cela t’aurait amusé d’entendre crier : vive Mme Froissart et à notre sortie de voir qu’on entourait notre auto en acclamant ton papa. (8-9 avril 1910)

Toutes les manifestations (ici, une soirée de charité), toutes les causes à défendre (là, l’enseignement donné dans les écoles publiques) sont enrôlées : le journal La Croix du 8 mars 1910 publie des extraits d’une lettre adressée par « des pères de famille de l’arrondissement de Montreuil (Pas-de-Calais) à l’inspecteur d’Académie », lettre qui  conclut martialement  :  « Et nous nous déclarons résolus, si satisfaction ne nous est pas donnée, à poursuivre notre action par les moyens que nous dictera notre conscience de catholiques, et que nous permettra notre qualité de libres citoyens de la République. » Damas Froissart, qui n’hésite pas à prendre la plume, pourrait être l’un de ces pères de famille batailleurs.

La presse donne des comptes-rendus contrastés, voire contradictoires, des réunions des uns et des autres. Si « les choses s’annoncent assez bien » du point de vue des Froissart (lettre du 19 avril 1910), le côté Morel a un récit différent : après un début de réunion commune courtoise, on raconte la sortie précipitée, sous les huées de 700 personnes, « du commandant, son avocat et son fils » (Journal de Montreuil du 14 avril).

Même sous la plume d’Émilie Mertzdorff-Froissart tout ne fonctionne pas toujours au mieux :

Ici on est un peu énervé et tout le monde souhaiterait d’être de trois jours plus vieux. Les affiches n’arrivent pas dans les villages, on les réclame, personne ne veut en avoir la responsabilité de l’organisation qui en a assuré l’envoi &&. (22 avril 1910)

Le vocabulaire est celui du combat : guerre des mots, des arguments, des slogans, des témoignages, des interprétations, des images – et même affrontements physiques aussi, on le verra :

Ton papa est reparti en guerre mais ce sera surtout la semaine prochaine que l’on se démènera. En ce moment on fait travailler un peu partout les agents et représentants. On va faire aussi une petite campagne de caricatures et d’affiches. Tous les moyens sont bons ! (28 avril 1910)

Le Journal de Montreuil s’offusque (« quel toupet ! ») d’une affiche où le « Commandant Froissart » se présente comme le « Seul Candidat Républicain » (28 avril 1910). Quelques jours plus tard, le 8 mai, le même journal se moque d’une affiche qui, sur fond jaune, représente Froissart à bord d’un bateau avec « à l’horizon un large soleil sur lequel on lit : Paix sociale ».

L’Éclaireur publie des photos de Froissart, le Journal de Montreuil des portraits de Morel. Morel est caricaturé dans L’Éclaireur, Froissart dans le Journal de Montreuil :

Caricature parue dans le Journal de Montreuil du 8 mai 1910 @ BNF

Le 8 mai, après sa défaite,  on voit une veste flottant en haut de l’échelle de la “Vigie” (pièce d’artillerie inventée par Froissart) tirée par un âne, le tout conduit par ce qu’on suppose être Froissart en uniforme de polytechnicien – sous la légende : « Ohé ! la Vigie… emporte ta veste».

Une pratique souvent évoquée par les deux parties (nous l’avons vu dans les lettres d’Émilie Mertzdorff-Froissart) est « la bistouille », qui désigne, dans cette région du nord de la France (et en Belgique), un café mélangé d’eau-de-vie. Le Journal de Montreuil rapporte : « le jour du premier scrutin, à la sortie de la messe, il a payé 21 bistouilles à 0F25 aux électeurs qui se trouvaient réunis dans un cabaret. La tasse de café absorbée, un gamin payé pour la circonstance a remis à chaque électeur un bulletin au nom du Commandant Froissart. »

La bistouille. Photo de Chapuzot, reproduite sur © Bob, dictionnaire historique de l’argot.

Une lutte acharnée

Émilie Mertzdorff-Froissart envoie le Journal de Montreuil à son fils mais lui recommande :

Détruis-le aussitôt que tu l’auras lu, car il est inutile de laisser voir ces articles dictés par une véritable méchanceté. Je tiens cependant à ce que tu en aies connaissance. (8-9 avril 1910)

Ce numéro du 7 avril 1910 contient en effet une série de petits articles, 11 en tout, à la suite les uns des autres en page 2 :

Le Journal de Montreuil, 7 avril 1910, page2 @ BNF

 

  1. – « Tournée électorale » signale le passage de Froissart à Buire, Boisjean, etc. et compatit ironiquement : « pauvre commandant, tout n’est pas rose dans le métier de candidat ! »
  2. – « La Vigie » argumente contre l’invention – rejetée en son temps par le Ministère de la guerre – d’un équipement pour l’artillerie proposé par Froissart entre 1895 et 1905. Cette Vigie, appelée en renfort dans la campagne, photographiée sous tous ses angles dans L’Éclaireur, est en retour ridiculisée par ses adversaires.
  3. – « La Devise Républicaine », Liberté, Égalité, Fraternité, « qu’en feraient-ils s’ils étaient les maîtres ? » s’interroge le journaliste
  4. – « Veni, Vedi,… Vigie », ou le retour de cette invention
  5. – « … Erreur d’adresse » dénoncer une supposée corruption : l’envoi par un curé « de la somme convenue » – mais la commissionnaire se serait trompée de journal !
  6. – « Liberté, Égalité,… Vigie de Batterie !! » – se passe de commentaire
  7. – « Le chemin de fer de Dompierre et le Commandant ». Celui-ci promettrait cette réalisation, alors qu’elle est déjà actée par le Conseil général. Cette ligne « se fera sans lui » conclut l’article
  8. – « Les poignées de mains du commandant » se moque Froissart que l’on « n’avait jamais vu serrer des mains avec autant d’empressement, lui qui ne s’était jamais mêlé au peuple » – et qui le fait « avec un petit geste de répugnance »
  9. – « Les bistouilles » : « c’est bien la première fois qu’on le voit trinquer avec des ouvriers »
  10. – « Entre Artilleurs » : Froissart marque une attention particulière à son corps, pourtant « la voix d’un fantassin ou celle d’un chasseur vaut bien celle d’un artilleur »
  11. – « Comment il opère. Candidat muet ». Le journaliste raconte que Froissart « arrive, flanqué de deux ou trois messieurs solennels » dans « une salle d’estaminet » ; « un des messieurs de l’escorte prononce un petit speech », puis le candidat « ajoute des considérations techniques sur la Vigie de Batterie » (c’est le gimmick de la campagne de presse !) ou bien il s’assoupit.

Outre cette Vigie récurrente, les arguments ressassés pendant des semaines se concentrent sur quelques points qui exacerbent l’opposition Morel/Froissart et auxquels ce dernier répond dans ses réunions et par voie de presse. Morel, médecin, républicain, initiateur d’un dispensaire est à l’opposé du candidat des cléricaux, des propriétaires, des royalistes, qui est riche, «très riche », et dont la bienfaisance affichée (il héberge des religieuses soignantes) serait en réalité minime et sélective.

On s’accuse mutuellement d’acheter les électeurs. Froissart dément dans une lettre aux journaux (24 avril) toute distribution de nourriture ou de viande. On rétorque qu’il pousse les fermiers à faire voter leurs domestiques, en les menaçant de les renvoyer et de « prendre des Belges » s’ils n’obéissent pas (Journal de Montreuil, 28 avril 1910). 

On en vient parfois aux mains :

Une bande d’une trentaine de Morellistes conduite par Leroux [un pharmacien] et qui n’avaient pu entrer dans la salle ont attendu l’auto [de Froissart] au coin de Huré chez qui tous les amis étaient entrés pour boire encore une petite bistouille. Ces lâches ont lancé des pierres contre l’auto et ton papa entendant ces projectiles a fait arrêter sa voiture et est allé au devant des lanceurs de pierre parmi lesquels était toujours Leroux : ton papa lui a fait honte, lui qui devrait maintenir l’ordre && puis il est entré chez Huré, a raconté l’aventure à tous les gens qui sont sortis en foule et ont conspué les morellistes. On se serait sans doute battu si ceux-ci ne s’étaient pas sauvés. Puis la voiture a été envahie par les ouvriers de Brunehautpré qui ont ramené ton papa en hurlant vive Froissart, à minuit tout le monde chantait et criait encore dans notre paisible Brunehautpré. (lettre du 22 avril 1910)

Malgré ces démonstrations de sympathie et tous les moyens mis en œuvre, Émilie Mertzdorff-Froissart constate avec lucidité : « Autant en emporte le vent, peut-être ! il ne faut pas faire trop de fonds sur les cris » (8-9 avril 1910). Et bien que « la bistouille » mette en gaîté, « malgré tout le résultat est encore bien incertain et c’est sans doute le dernier qui fait boire qui est le plus coté. Il ne faut pas se faire d’illusions » (22 avril 1910). « L’espoir est minime » écrit-elle entre les deux tours (28 avril 1910). Et la veille du scrutin :

il faudrait gagner tant de voix que nous ferons plus sagement de ne pas compter du tout sur le succès, ayant d’ailleurs fait tout ce qu’il fallait pour l’assurer. Mais la pression va s’exercer plus forte encore qu’au premier tour et la lutte est vraiment impossible dans ces conditions ! (7 mai 1910).

Préparer la suite

Les résultats du 1er tour à Montreuil. La Croix, 26 avril 1910

Les résultats donnent raison au pessimisme d’Émilie Mertzdorff-Froissart : après le ballottage du premier tour, Morel est élu au second par 9 720 voix contre 8 170 à Froissart (les chiffres publiés diffèrent de quelques unités).

Les résultats du second tour à Montreuil. La Croix, 10 mai 1910

Ce dernier ne se décourage pas :

Le ballottage a donné le résultat que nous attendions. Morel n’a que 1641 voix de majorité au lieu de 4000, c’est déjà un beau résultat et assez significatif pour que ton papa s’attache à ce parti qui s’est groupé autour de lui et continue à en être le chef et le soutien. (9 mai 1910)

Mais aux élections suivantes, en 1914, la carrière politique de Froissart se termine tandis que celle de Morel continue : il obtient alors 9 850 voix contre 6 200 à Froissart. A la Chambre, Victor Morel participe en particulier aux commissions de l’agriculture, de l’hygiène publique, du suffrage universel. Aux élections de novembre 1919 Victor Morel est réélu, à la majorité absolue, sur la liste d’union républicaine sociale et nationale, devant la liste du parti socialiste. Il continue à travailler à la commission de l’hygiène et à la commission de l’agriculture. Aux élections législatives de 1924, Victor Morel est élu sur la liste d’union républicaine. Il meurt en 1927.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.