Boire du thé

Le Monde du dimanche 3-lundi 4 novembre 2013 (page 7) raconte « la longue histoire du thé ». Cette boisson, présentée comme « universelle », est mentionnée en diverses occasions dans les lettres des Duméril et des Mertzdorff.

L’histoire du thé

Le thé est connu comme boisson en Chine dès le IIIe millénaire avant J-C. Puis les Européens le découvrent lorsque, au XVIIe siècle, « les bateaux de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales reviennent d’Asie les cales pleines de produits exotiques ». Très vite le thé (le thé vert) l’emporte sur le gingembre, la soie et la porcelaine dans les cales des navires. Au XVIIIe siècle, les Anglais, avec la Compagnie des Indes orientales, supplantent les Néerlandais ; ils sélectionnent le thé sur place, en Chine, et importent directement thé vert, thé noir et thé oolong. Les taxes auxquelles le thé est soumis et le monopole de son transport réservé aux navires britanniques alimentent contrebande et contestation. La révolte des colons américains contre la politique commerciale britannique est à l’origine de la guerre d’indépendance américaine (1775-1783). Le monopole tombe en 1834.

Au XIXe siècle, la durée du voyage des bateaux chargés de thé diminue grandement, et l’Inde concurrence la Chine par ses plantations introduites dans les années 1830. « À partir des années 1860, la folie du thé s’empare du monde » écrit le journaliste Jacques-Marie Vaslin, « on essaie d’en planter partout ». De 1880 à 1884, les exportations vers la Grande-Bretagne sont multipliées par 20. Mais bien avant ce succès, la consommation de cette boisson est attestée chez les Duméril.

La consommation familiale du thé

  •  Offrir du thé fait partie des gestes d’hospitalité tout au long du XIXe siècle. Un proche raconte comment, pour distraire sa fiancée provinciale qui s’ennuie à Paris, le jeune André Marie Constant Duméril et « les philosophes ses amis »

 mirent en usage toutes les ressources usitées en pareille occurrence, même des thés ; tout fut inutile (8 août 1801, 20 thermidor an IX)

La jeune fille resta indifférente, même au thé, et le mariage ne se fit pas. Mais cette collation continue d’être proposée :

Nous ne gardâmes pour le thé que Ninette, ces MM. s’en allèrent un peu avant. (5 octobre 1816)

Samedi soir nous avons été chez les Kestner prendre une tasse de thé puis on a dansé (6 septembre 1859)

J’ai pris le thé dans une famille autrefois à Mulhouse où j’ai vu un amour de petite fille de 8 ans qui nous a fait très gentiment de la musique (6 mai 1860)

  •  Cette consommation sociale du thé nécessite une vaisselle particulière, précieuse, que l’on sort pour l’occasion. Auguste Duméril, qui tient « à ce que nous puissions nous faire honneur du cadeau d’Henri », propose de se faire offrir par son cousin, à l’occasion de son mariage

un thé, c’est-à-dire, un sucrier et ses 12 petites cuillères, une jolie lampe à esprit-de-vin et la bouilloire ; puis, le plateau, car comptant demander quelquefois à nos parents et à nos frères et sœurs de venir prendre le thé chez nous, il faudra bien avoir de quoi l’offrir. (28 mars 1843)

En 1860 Louise Élisabeth Morizot, veuve de Léonard Boulez, lègue par testament à ses domestiques : des meubles (lit, commode, « chiffonnier secrétaire », « table formant bureau », « bibliothèque avec les livres », etc. et sa « boîte à thé avec ce qu’elle contient », sa « théière en métal », son crucifix, sa « vaisselle d’office » […] En outre, « ils jouiront du logement qu’ils occupent et des herbes du jardin. » La théière et ses accessoires, ainsi mentionnés, semblent avoir de la valeur.

  •  À la belle vaisselle et aux invitations festives correspond, pour rester dans le même registre, un fournisseur réputé, Marquis :

Je voudrais ce jour-là une demi-livre de thé vert de chez Marquis et un quart de thé noir, j’aimerais bien que Françoise nous fît des gâteaux de milan jeudi (2 octobre 1821)

F. Marquis jeune, marchand de thé à Paris, est l’auteur d’un ouvrage : Du Thé, ou Nouveau traité de sa culture, sa récolte, sa préparation et ses usages1. La boutique du confiseur Marquis est proche du Palais royal. En 1863, Le Guide parisien d’Adolphe Joanne le mentionne parmi les « confiseurs renommés » de la capitale.

  •  En dehors des réceptions marquées par un certain apparat, l’heure du thé scande le déroulement des journées familiales ordinaires :

il resta avec nous jusques après le thé (8 octobre 1816)

Alfred est parti au moment du thé (20 août 1842)

ton papa n’a pas été fâché qu’ils ne restassent pas jusqu’à l’heure du thé (23 août 1842)

  •  Quels sont les moments de consommation ? Lorsqu’on est seul, il semble que souvent le thé est bu pendant la soirée, au moment du coucher. C’est du moins ainsi que Charles Mertzdorff se représente :

Il était 9 h lorsque je sortais de mon souper & me voici très à mon aise en robe de chambre à t’écrire dans notre chambre à coucher devant une tasse de thé. (30 mai 1869)

J’ai passé ma soirée avec moi-même & mes journaux & mes 3 tasses de thé (2-3 mars 1875)

  •  Boire du thé pour se soigner. En continuité avec les premiers usages du thé (en vente à Londres en 1657 comme produit médicinal) le thé est bu par convalescents et migraineux :

 Il était 7 h lorsque je suis rentré à la maison, j’avais un peu de migraine ce qui m’ arrive fréquemment à Morschwiller, aussi ai-je pris quelques tasses de thé. (Charles Mertzdorff, 23 mai 1873)

D’où vient ce goût familial pour le thé ?

Plusieurs traditions concourent probablement à cette consommation dans la famille Duméril-Mertzdorff qui côtoie des milieux où l’on boit du thé.

  •  Augustin Pyramus de Candolle raconte dans ses Mémoires et souvenirs2 les réunions du samedi de la Société Philomathique de Paris à la fin du XVIIIe siècle, société dont André Marie Constant Duméril fait partie dès 1796 : « Nous nous réunissions chez l’un de nous le samedi soir après la séance de la Société philomathique. Dans cette première époque nous y lisions et critiquions les morceaux destinés au Bulletin ; puis après le travail nous prenions du thé ensemble et causions avec intimité. » Notons que cet Augustin Pyramus de Candolle compose un Épitre au thé (1799) pour Henriette Rath, peintre genevoise et alliée aux Duméril.
  •  Peut jouer également la proximité avec le monde du commerce anglophone et en particulier la fréquentation des Latham (eux aussi alliés aux Duméril) qui comptent parmi leurs activités le négoce du thé :

nous nous sommes trouvés tous réunis chez Mme Latham où nous avions pris le thé. (11 septembre 1844)

André Marie Constant Duméril, son fils Auguste, Charles Mertzdorff, se rendent en Grande-Bretagne au cours de leur vie professionnelle et mentionnent cette boisson :

Le dimanche matin, nous avons été déjeuner chez M. Mitchell (viande froide, café et thé, usage général), puis nous sommes partis avec lui (Auguste Duméril à Londres, 9 juin 1851)

Enfin Je t’écris ces quelques lignes à la hâte, vais prendre mon thé & probablement irai rejoindre les français descendus à un autre hôtel. (Charles Mertzdorff à Manchester, 4 mai 1860)

Les Desnoyers reçoivent à Paris et hébergent deux jeunes filles, cousines anglaises :

Elles sont excessivement faibles et ne prennent presque que du pain, du beurre et du thé. (10 mai 1874)

Cette mosaïque de citations et de situations offre des illustrations saisies sur le vif des modes de consommation du thé, qui conjuguent intimité, réceptions ou solitude. La consommation de cette boisson semble propre à cette famille, dont les lettres mentionnent à égalité thé et café, alors que dans les correspondances du XIXsiècle (d’après le corpus FRANTEXT) le thé est cinq fois moins présent que le café.

  1. Nepveu, 1820 ; 2e édition en 1834. []
  2. Texte édité avec des coupures par son fils Augustin Pyramus de Candolle en 1862 est réédité intégralement par Jean-Daniel Candaux et Jean-Marc Drouin, 2004. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.