Molière, Racine et La Fontaine

2022, année Molière (1622-1673). Cet anniversaire, 400 ans après sa naissance, suscite une effervescence de publications. Parmi elles, L’Atlas Molière1, dont Le Monde du 21 janvier 2022 reproduit l’une des infographies, celle représentant l’emploi du mot « Molière » dans les livres au XIXe siècle.

Emploi du mot « Molière » dans les livres au XIXe siècle, L’Atlas Molière ; infographie parue dans Le Monde du 21 janvier 2022 (reproduite ici avec l’aimable autorisation des auteurs)

 

La courbe ascendante est rythmée par deux pics : sous la Monarchie de Juillet et au début de la IIIe République. Dans les lettres familiales conservées par les Duméril-Mertzdorff, le nom de Molière n’apparaît qu’une seule fois. Cette unique citation, en 1879, coïncide avec le second pic de l’emploi du mot dans les livres relevé dans L’Atlas Molière :

Nous avons passé hier une heure et demie chez bonne-maman ; elle n’allait pas mal et paraissait prendre un grand intérêt à la lecture des Précieuses ridicules de Molière. Elle a ri de bien bon cœur à plusieurs reprises. (Émilie Mertzdorff à son père, 7 février 1879).

Petites-filles et filles veillent cette « bonne-maman » à la santé chancelante ; elles lui rendent régulièrement visite, s’efforçant de la distraire. L’esprit de l’aïeule, qui s’évade parfois, s’arrime aux restes d’une culture partagée et revivifiée par les générations successives.

Dans le trio des géants de la scène française du XVIIe siècle, si Molière est rare, Corneille est absent, ce qui peut étonner sous la plume d’hommes et femmes nourris de littérature classique. Est-ce dû au hasard des lettres conservées ? Racine en revanche est mentionné plusieurs fois.

I- Racine

1- Racine au lycée

La première occurrence tombe sous la plume d’Auguste Duméril, élève à la fois du lycée Louis le Grand à Paris et d’un répétiteur. Celui-ci lui fait « faire des devoirs particuliers » qui « intéressent assez » le jeune homme de 19 ans :

ce sont des analyses. Ainsi, il m’a fait faire ce travail, pour deux fables de La Fontaine, et j’ai à le faire, pour l’Andromaque de Racine, ce qui est assez considérable, mais cela m’amuse. (Auguste Duméril à son cousin germain Henri Delaroche, 6 juillet 1831)

Au lycée, dans les premières décennies du XIXe siècle, l’objectif de l’enseignement de la littérature est d’apprendre à écrire par l’exemple, comme le préconise l’« homme de lettres », J.-A. Guyet, auteur de plusieurs manuels : « Ce n’est point dans l’adolescence, lorsqu’on étudie la rhétorique, qu’il faut songer à bien inventer et à bien disposer. Il faut que l’âge ait mûri le jugement, que les bonnes lectures aient développé le goût, et que l’analyse littéraire ait révélé une partie du secret des grands maîtres.[ ] Les professeurs choisiront eux-mêmes les livres le plus convenables à mettre entre les mains des jeunes gens. [ ] Ainsi, pour m’expliquer par un exemple, le jeune poète qui aura de l’attrait pour la tragédie devra lire et relire Racine, qui est à peu près parfait2 ». Il s’agit d’utiliser des modèles rhétoriques, de paraphraser les grands auteurs : c’est une pédagogie de l’amplification. On cherche moins à dégager le sens ou les idées du texte qu’à vérifier leur bonne conformité au ton et au niveau de langue employés et à imiter leur style.

Gustave Merlet, dans un manuel plus tardif, publié en 18723 indique dans sa préface vouloir « renouveler avec les générations qui passent sur les bancs de nos écoles » les extraits proposés par « bien des recueils analogues » au sien, car, dit-il, si « ces anthologies sont indispensables à la jeunesse », il est besoin d’« entretenir leur fraîcheur ». Parmi « les maîtres et leurs chefs-d’œuvre » qu’il admet, reste Racine, étudié en particulier avec Andromaque, Athalie et Dandin.

2- Racine au cours pour jeunes filles

Racine, modèle pour le lycéen Auguste Duméril dans les années 1830, est également un auteur familier des jeunes filles de la famille dans les années 1870. Comme leur grand-oncle, elles l’étudient – mais dans un cadre différent, le cours privé qu’elles fréquentent :

c’est la semaine dernière qu’a eu lieu la distribution des médailles aux élèves qui ont passé leurs examens. Cette cérémonie a consisté en un solennel interrogatoire des élèves reçues. J’ai été interrogée sur la littérature. Il y avait 3 questions : l’une sur le caractère d’Andromaque dans les auteurs anciens et modernes, l’autre sur Esther et Athalie, la 3e sur l’Hôtel de Rambouillet. (Henriette Baudrillart, 19 ans, à son amie Marie Mertzdorff, 2 juillet 1879)

Racine, avec ces trois tragédies (Andromaque, 1667 ; Esther ,1689 ; Athalie, 1691) règne en majesté sur les épreuves littéraires. Mais son théâtre déborde le domaine scolaire et gagne les divertissements familiaux. Certaines pièces restent au XIXe siècle dans le droit fil de ce qui a présidé à leur création. Esther et Athalie ont été écrites à la demande de Mme de Maintenon pour les jeunes filles nobles et sans fortune accueillies dans sa maison d’éducation. Racine a répondu à son souhait d’un « sujet de piété et de morale », et ce théâtre, qui allie valeurs chrétiennes et pédagogiques au divertissement, continue de séduire les classes favorisées de la société. Ainsi Athalie est appropriée chez les Duméril-Mertzdorff par toutes les générations qui, actrices ou spectatrices, se retrouvent dans ces textes :

Athalie, Théâtre de Racine, volume 2, page 369, composition de Félix-Joseph Barrias gravée à l’eau-forte par Valentin Foulquier, 1876-1877 [© BNF-Gallica]

Dimanche après le départ des Duméril j’ai fait danser les fillettes, on m’avait joué une charade (à 7) j’étais seule à faire l’office de spectateur. Mais le plus gentil avait été pour les grands-parents le matin la scène d’Athalie et de Joas [le petit-fils d’Athalie] récitée par Marie et Émilie avec des costumes improvisés. Marie était réellement belle et digne en faisant la reine, et Émilie si bien dans son rôle avec ses cheveux tombant relevés par un ruban bleu, une chemise de nuit blanche et le grand voile bleue en sautoir. On vous servira ce petit plat, c’est meilleur qu’une soirée au Palais Royal. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, en Alsace, à sa sœur parisienne, 10 avril 1870)

Cette société bourgeoise valorise à la fois la fréquentation des théâtres et les saynètes jouées dans l’intimité familiale.

3- Racine en famille

Très jeunes, les fillettes (Marie Mertzdorff a 11 ans et sa sœur Émilie 9 ans) ont assimilé un texte et mis en scène des vers de Racine. Ils échappent alors au domaine scolaire pour divertir l’entourage.

Le Panthéon populaire illustré, Les Plaideurs, comédie de Racine, illustrée par Hippolyte Pauquet, 1851 [© BNF-Gallica]

Une autre pièce se prête plus encore au divertissement : la comédie des Plaideurs, applaudie au théâtre.

Le personnage de bourgeois plaideur, Chicanneau, fait partie des références familières et partagées. Il est évoqué lorsque Charles Mertzdorff doit faire partie du jury au tribunal de Colmar :

Adieu mon Père chéri que j’aime, juge bien et amuse-toi bien malheureusement tu n’as pas pour le palais la même passion que Chicanneau, te rappelles-tu notre représentation des Plaideurs à Port [en Bessin] ? était-ce amusant. (Marie Mertzdorff, à Paris, à son père en Alsace, 9 juillet 1878)

Notons que le dialogue entre les plaideurs, « Chicanneau, bourgeois » et « Madame la comtesse de Pimbesche », est proposé en modèle par J.-A. Guyet dans le manuel cité ci-dessus4.

Instrument pédagogique, pratique sociale, référence littéraire : Racine et ses personnages imprègnent la culture de la famille. Cependant, dans ce domaine, la palme des grands auteurs classiques français revient à La Fontaine, dont une dizaine de fables sont citées.

II- La Fontaine

Auguste Duméril, nous l’avons vu, apprend le beau style en analysant des pièces de Racine, et aussi des fables de La Fontaine (lettre du 6 juillet 1831) – « deux fables » dont il ne précise pas les titres à son cousin. Sa petite-nièce en revanche, qui, à trois ans et demi « sait ses lettres », épelle, et « compte jusqu’à cent », cite trois fables. Elle fait écrire dans une lettre par sa grand-mère Félicité :

Je sais par cœur la Guenon, le Singe et la Noix, la Fourmi et la Cigale, le Renard et le Corbeau. Je ferai une surprise à Papa en lui récitant une nouvelle fable (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers, 18 décembre 1862).

Fables de M. de Florian, 1792,            [© BNF-Gallica]

« La Guenon, le Singe et la Noix » est une fable de Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794), « La Cigale et la Fourmi » et « Le Corbeau et le Renard » sont de Jean de La Fontaine (1621-1695). L’attrait de la fable pour les enfants tient à la simplicité et au charme du récit ainsi qu’au recours à des animaux. Aussi cette forme est-elle souvent retenue par les enseignant.e.s. pour sa valeur pédagogique, dans divers domaines de l’éducation.

 

1- Les fables et la pédagogie

= La récitation

Marie Mertzdorff, dès sa plus tendre enfance, récite des fables. La forme versifiée soutient la mémorisation. De nombreuses publications prodiguent des conseils sur « la manière de réciter des fables ». Selon Jean-Charles Jumel « il ne suffit pas pour les enfans de connaître la nature de l’apologue ou de la fable, d’en savoir à peu près l’histoire ; il s’agit quelquefois d’en rendre compte en public, et de le faire d’une manière décente et gracieuse, s’il est possible5 ». Ses conseils sont repris tout au long du siècle. Comme la plupart de ses contemporains, Jules Dusuzeau fait en 1862 la part belle à La Fontaine dans son choix de poésies. Il importe que l’élève, écrit-il « soit assujetti à observer les prescriptions suivantes :

  1. Réciter lentement ;
  2. Prononcer très-distinctement ;
  3. Posséder le morceau si sûrement dans la mémoire qu’il n’y ait plus d’occasion d’hésiter ou de se répéter ;
  4. Varier, comme le comporte le sens, et le plus naturellement possible, les inflexions de la voix et l’expression de la physionomie6 ».
= La dictée
“Les Frelons et les Mouches à miel”, illustration de Grandville, 1838 [© BNF-Gallica]

Lorsque les fillettes savent écrire, la rituelle dictée puise dans le texte des fables. Ainsi fait la directrice du cours parisien pour jeunes filles7; elle envoie à la mère de son élève provinciale le texte qu’elle devra lui dicter :

« Vous n’avez pas reçu, je le crains le texte des concours ; je m’empresse de réparer

Concours de Dictée : Les Frelons et les Mouches à miel de La Fontaine (Aimée Sophie Élisabeth Boblet, enseignante, à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 14 juin 1872)

= L’analyse

Dans les classes, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, on récite les fables et on les explique, plutôt que d’en imiter le style, comme cela était demandé auparavant. « Peu à peu, on assiste à la “mort de la rhétorique” au profit de la culture du commentaire »8.

Cependant, les exercices traditionnels subsistent. La directrice du cours parisien choisit le sujet du « Concours d’analyse » pour son élève de treize ans :

Dans le Rat et l’huître de La Fontaine livre VIII, fable IX depuis le commencement jusqu’à Avait laissé mainte huître…

  1.  l’analyse abréviative des fonctions
  2.  id id des invariables

(Aimée Sophie Élisabeth Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 15 avril 1872)

« Le Rat et l’huître », Fables de La Fontaine, illustrées de 100 gravures sur bois [ici d’Eugène Laville] et de 10 lithographies, 1851 [© BNF-Gallica]

Ou plus tard, lorsque la jeune fille a seize ans et fréquente le cours à Paris, elle raconte à son père :

Tu vois donc ma journée. [ ] et enfin retour aux livres et au malheureux style qui consistait à mettre en prose la Laitière et le Pot au lait. Je l’ai fait mais cela me paraît bien biscornu car je n’ai cherché qu’à détruire les beaux vers de La Fontaine pour les remplacer par des autres mots beaucoup moins bien appropriés. (Marie Mertzdorff à son père resté en Alsace, 8 juin 1875)

Marie est bien consciente des limites de l’exercice ; elle dénonce une utilisation qui malmène les œuvres au nom de la rhétorique. Pour répondre « à la sollicitation de plusieurs Directrices de pensionnats de demoiselles » J.-A. Guyet, dont nous avons déjà cité un manuel de rhétorique, s’adresse spécifiquement aux jeunes filles dans un autre manuel9. Puisant dans « des écrits des bons auteurs », il enseigne « l’art de la composition [qui] consiste à rassembler plusieurs idées, à les mettre en ordre, et à les présenter dans un style convenable ». Mais les sujets doivent être moraux et instructifs : « Je dis moraux et instructifs, parce qu’on ne doit point regarder comme bon écrivain celui qui traite, même avec talent, de choses immorales et futiles, indignes des méditations de l’esprit humain. » Les fables de La Fontaine, sélectionnées avec discernement et accompagnées de commentaires afin de préserver la vertu des jeunes lectrices, conviennent parfaitement.

« La laitière et le pot au lait », illustration de Grandville, 1838 [© BNF-Gallica]
= L’enseignement moral

La fable relève du genre très ancien de l’apologue, genre qui remplit une double visée didactique et esthétique. « L’apologue vise à faire passer l’amertume de la morale par la douceur du récit. C’est bien la morale qui constitue le but premier de l’enseignement, du moins en primaire10 ». L’art du fabuliste unit devoir et plaisir pour le jeune lecteur. Malgré les critiques qui y décèlent une morale plus païenne que chrétienne, des fables La Fontaine soigneusement choisies font les beaux jours des pédagogues et des éditeurs. Dans les lettres de la famille Mertzdorff, au moins cinq des titres retenus dans les Extraits des classiques français de Gustave Merlet11 sont cités : La laitière et le pot au lait ; Les deux pigeons ; Le vieillard et les trois jeunes gens ; Le coche et la mouche ; Le savetier et le financier.

2- La Fontaine, une référence partagée

La Fontaine peut être lu à tous les âges, à tous les niveaux, et donc rassembler les Français autour d’un grand auteur national. Cette place qui lui est assignée déborde de l’enseignement de la littérature et infuse dans l’imaginaire de tous. Les aphorismes se prêtent à la citation – ici une jeune fille qui a fêté son anniversaire s’adresse à une amie :

Il est vrai que j’ai déjà 15 ans, du moins pour ma vie terrestre mais cette pensée ne m’attriste pas et je suis sûre que tu penses de même mais ce qui me faisait de la peine c’était de ne pas pouvoir vous embrasser pour de bon ; c’est si doux d’être ensemble et comme le dit si bien La Fontaine l’absence est le plus grand des maux (Marthe Pavet de Courteille à Marie Mertzdorff, 20 septembre 1878)

Dans cet échange entre deux amies, se mêlent les traces de leur éducation catholique (« ma vie terrestre ») et de leur culture littéraire (« L’absence est le plus grand des maux » est un vers de la fable Les Deux Pigeons).

« Les deux pigeons », illustration de Grandville, 1838 [© BNF-Gallica]

La gravure de Grandville, qui minore la place des oiseaux aux profit des humains accentue l’interprètation de la fable dans ce sens.

Si le thème de la douleur causée par l’éloignement est récurrent dans les lettres, la référence explicite à cette fable est exceptionnelle. Les épistoliers se désolent en termes plus généraux :

comme te voilà loin de nous. Quelle vilaine chose que les séparations, on est si bien et si heureux ensemble, pourquoi donc ne peut-on jamais en jouir longtemps de suite ? (Émilie Mertzdorff à son père, 31 octobre 1881)

Ces formules touchent directement à la situation d’écriture : on s’écrit parce qu’on est loin et qu’on tente d’abolir la distance ; l’écriture relève parfois d’une expression obligée, et les fables offrent alors un vivier de phrases qui permettent de nourrir l’éloquence.

Émilie Mertzdorff, 19 ans, se désolant d’avoir égaré une partie de son argent de poche, raconte à son père :

Je viens me consoler auprès de toi du fâcheux accident survenu dans mes finances et qui me rend toute mélancolique. [ ] je ne sais pas où aller rechercher les 100 F qui manquent et qui ont passé je ne sais où. [ ] je ne trouve pas cela drôle du tout ; et je dirais volontiers comme le savetier de La Fontaine : Rendez-moi mes chansons et mon somme, et reprenez vos cent écus. (Émilie Mertzdorff à son père, 19 décembre 1880)

La jeune fille recourt à la fable Le Savetier et le Financier pour évoquer cette somme évaporée – une somme importante, qui représente plus d’un mois du salaire d’un ouvrier. Dans cette lettre comme dans la précédente, les vers sont exactement cités. Ailleurs, une allusion suffit. Après le mariage de sa sœur aînée, Émilie Mertzdorff s’efforce de faire bonne figure, mais elle souffre de la séparation, ayant toujours vécu avec Marie dans une grande proximité :

Adieu petite sœur chérie, je t’embrasse de tout mon cœur comme je t’aime ; moi aussi je voudrais bien que tu puisses venir nous retrouver, car j’ai beau faire comme la grenouille de La Fontaine, je parviens difficilement à remplir ta place et la mienne. (Émilie Mertzdorff à sa sœur Marie Mertzdorff-de Fréville, 20 janvier 1883)

« La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf », Fables de La Fontaine avec de nouvelles gravures exécutées en relief, 1826 [© BNF-Gallica]

Une manière de dire son chagrin par le truchement d’une image drôle, tirée de La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf. Autre allusion évocatrice :

Charles nous a quittés hier à 5 h pour prendre la diligence (digne du coche de La Fontaine) pour se rendre à quelques heures de Lyon où il avait à faire. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur Aglaé, 25 septembre 1865)

La fable Le Coche et la Mouche dépeint un attelage :

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, / Et de tous les côtés au soleil exposé, / Six forts chevaux tiraient un Coche. / Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu. / L’attelage suait, soufflait, était rendu.

Ces vers, présents à la mémoire des deux épistolières, sont sollicités pour peindre, au-delà de quelques mots («  digne du coche de La Fontaine ») tout un épisode.

Dans une autre lettre, Émilie Mertzdorff donne à voir la circulation du contenu des lettres, des affections et des connivences. Ces échanges continus et réciproques sont la raison d’être de l’écriture épistolaire qui tisse sans relâche la trame familiale. Émilie résume pour son père la « charmante lettre » qu’elle vient de recevoir de son grand-père et la commente (« il m’écrit avec une gaîté et un entrain extraordinaire, il me raconte une promenade qu’il a faite près de Launay »). Et elle recopie à son tour les 13 vers de La Fontaine que son grand-père inscrivait en terminant sa propre lettre. Ces 13 vers, exactement cités, sont tirés de la fable Le vieillard et les trois jeunes hommes : « Un octogénaire plantait./ Passe encore de bâtir ; mais planter à cet âge ! ». S’identifiant au vieillard de la fable, le grand-père conclut, au grand attendrissement de sa petite-fille :

Bon-papa ajoute : « en appliquant l’apologue à la réalité, j’ai vu sonner il y a huit jours ma 80e année et j’ai eu le plaisir de penser que, comme le vieillard du bon La Fontaine, je n’étais pas un égoïste en plantant. » Non certes il n’est pas égoïste ce cher bon-papa, et comme il a encore l’esprit jeune, aimable et gai. N’est-ce pas que ce petit commentaire de la fable est charmant. (Émilie Mertzdorff à son père, 18 octobre 1881)

Bien que la fable ne soit pas recopiée dans son intégralité (elle compte 36 vers), l’essentiel de sa moralité est là, que l’aïeul fait sienne.

« Le vieillard et les trois jeunes hommes », Fables de J. de La Fontaine, illustrées de 120 gravures par J. Désandré et W.-H. Freeman,1874 [© BNF-Gallica]

Les fables « du bon La Fontaine » imprègnent la culture familiale des Duméril-Mertzdorff et probablement celle de la bourgeoisie éduquée au XIXe siècle. Si l’on connaît les œuvres (certaines œuvres), on s’intéresse également à leurs auteurs :

Nous lisons en ce moment beaucoup à haute voix et nous avons un ouvrage de Saint-Marc Girardin sur La Fontaine et les fabulistes qui nous intéresse et même nous amuse beaucoup car il est écrit avec énormément d’esprit. (Marie Mertzdorff à son père, 31 octobre 1879)

Saint-Marc Girardin (1801-1873), professeur de poésie française à la Sorbonne, critique littéraire (et député), publie des ouvrages d’histoire littéraire. Il écrit en particulier des monographies sur Molière12, Racine13 et La Fontaine14. Ces classiques, toujours.

 

  1. Clara Dealberto, Jules Grandin et Christophe Schuwey, L’Atlas Molière, Les Arènes, 2022. []
  2. J.-A. Guyet, Rhétorique appliquée, ou Recueil d’exercices littéraires dans tous les genres de composition française… : préceptes, canevas, modèles, Lyon, 1850, page 60. []
  3. Gustave Merlet, Extraits des classiques français, dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième siècles, accompagnés de notes et notices, Cours supérieurs et moyens. prose et poésie, 1872. []
  4. J.-A. Guyet, Op. cit., page 239. []
  5. Jean-Charles Jumel, Choix de fables de La Fontaine , précédées d’une notice sur sa vie, et suivies de petits dialogues propres à faire sentir aux enfans les règles et les beautés de l’apologue, 1815, page 208. []
  6. Jules Dusuzeau, Choix de poésies instructives et morales extraites des classiques français : spécialement destiné aux exercices de lecture, de récitation, de grammaire et de style, avec des notes explicatives et des notions sur la lecture à haute voix et la récitation, 1862, page XI. []
  7. Voir le billet « L’enseignement à distance ». []
  8. Laurence Jung, « Les fables à l’école. 350 ans des fables de La Fontaine », https://gallica.bnf.fr/blog/31052018/les-fables-lecole?mode=desktop. []
  9. J.-A. Guyet, Précis de rhétorique divisé en trente leçons… ; suivi d’un Petit traité de versification, 1852. []
  10. Laurence Jung, Op. cit. []
  11. Gustave Merlet, Extraits des classiques français, dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième siècles, accompagnés de notes et notices. Cours supérieurs et moyens, prose et poésie, 1872. []
  12. Saint-Marc Girardin, Le Mariage au théâtre dans Molière, 1865, extrait de la Revue nationale et étrangère. []
  13. Œuvres complètes de J. Racine, avec une vie de l’auteur et un examen de chacun de ses ouvrages par M. Saint-Marc Girardin, 1869-1877, 8 volumes. []
  14. Saint-Marc Girardin, La Fontaine et les fabulistes, 1876, 2 volumes in-18. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.