« Correspondance » dans le dictionnaire de Vapereau

Le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France permet d’accéder au contenu de milliers de livres, et parmi eux de dizaines de dictionnaires. Les ouvrages sur Gallica sont reproduits sous deux formes : le « mode image », qui présente les pages telles qu’elles sont imprimées et le « mode texte » qui permet de retrouver automatiquement le mot choisi. Certains dictionnaires sont lisibles en « mode image » uniquement, d’autres sont reproduits également en « mode texte ». Feuilletons l’un de ceux-ci : le Dictionnaire universel des littératures par Gustave Vapereau, édité par Hachette (Paris) en 1876.

Gustave Vapereau (1819-1906), agrégé de philosophie (1843), préfet (du Cantal en 1870, du Tarn-et-Garonne de 1871 à 1873), est inspecteur général de l’Instruction publique pour l’enseignement primaire (1877-1888).

Il définit ainsi le mot « correspondance » :

« Ce mot désigne un commerce suivi et plus ou moins régulier de lettres entre deux ou plusieurs personnes sur des sujets déterminés, ou bien toute la série des lettres écrites par une même personne pendant la durée de sa vie. »

Vapereau accorde une place de choix aux correspondances « des écrivains de profession », remarquant que

« de nos jours [le XIXe siècle] on a attaché beaucoup de prix à ces productions fugitives de l’activité intellectuelle des hommes notables, rendant un témoignage rétrospectif sur leur époque et sur eux-mêmes, et l’on en a fait l’objet d’une foule de recueils posthumes. »

Pour lui, le premier intérêt d’une suite de lettres « écrites au jour le jour », c’est qu’elles ont « dans leur ensemble, plus d’autorité et de valeur, comme témoignages, que les mémoires rédigés d’ordinaire sous une impression unique et plaçant les faits après coup, sous un jour calculé d’après leur dénouement. »

Quant à la forme, la correspondance serait, selon la formule habituelle, « une conversation écrite ». Le modèle en est évidemment la toujours citée Mme de Sévigné, dont la correspondance 

« embrasse tout, parce que son esprit, comme celui de son entourage, était ouvert à tout, à la philosophie, à la religion, .aux intérêts politiques aussi bien qu’aux intrigues de cour, aux cabales littéraires, aux commérages mondains, aux frivolités de la mode. Elle répandait sur tout cela les grâces de son esprit naturel et le style d’une société et d’une époque. »

Vapereau constate, pessimiste :

« même les correspondances intimes, où il n’est question que de nos affaires privées, de nos affections et de nos sentiments, deviennent tous les jours plus courtes et moins intéressantes » et « tendent presque à disparaître ».

Et de conclure avec M. G. Boissier :

« Bientôt sans doute le télégraphe aura remplacé la poste. Avec ce nouveau progrès, l’agrément des correspondances intimes, dejà très-compromis, aura pour jamais disparu. »

Il faudra examiner comment ces caractères supposés des correspondances de célébrités se retrouvent, ou non, dans une correspondance familiale : spontanéité et sincérité du témoignage, style en forme de conversation, diversité des sujets abordés, conformité aux codes du temps, tarissement des échanges à la fin du XIXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.