Dans l’environnement typographique : le lettrage

Le lettrage

Le Grand Robert de la langue française (1985) le définit ainsi : « action de disposer des lettres (sur une carte, un schéma). Ensemble des lettres ainsi disposées ». Le lettrage est un terme technique apparu dans la seconde moitié du XIXe siècle.  Depuis, les caractères se sont échappés de la feuille de papier pour s’inscrire dans un espace à deux ou trois dimensions ; ils sont tracés dans la pierre, le métal, le bois ou tout autre matière. Ils prennent sens dans le lieu particulier où les lettres typographiques sont situées, dans un environnement où jouent la lumière et les ombres, le temps qui érode, le mouvement des personnes qui leur prêtent attention. Si le lettrage emploie des caractères typographiques, à la différence de ceux-ci, industriellement reproduits, il « est une création unique, conçue dans un but précis et capable de répondre aux contraintes d’échelle, de matériau et d’environnement » (selon la définition reprise par Anna Saccani1 ).

Le lettrage est omniprésent dans les villes contemporaines ; il intéresse les architectes et les sociologues, les artistes, peintres et sculpteurs, les graphistes, voire les tailleurs de pierre ou les forgerons, suscitant publications, études et formations spécialisées. Mais l’écrit dans l’espace public est une pratique ancienne. Armando Petrucci2, par exemple, étudie les messages « verbaux mais aussi et surtout visuels » en « écritures d’apparat » qui manifestent le pouvoir en Italie du XIe au XXe siècle. Que cette exposition soit publique ou non, elle dénote une « fonction consciente d’extériorisation et de solennité ».

Un décor d’initiales

Pour jouer avec les deux sens du mot « lettre », le caractère typographique et la missive, on peut relever les descriptions de lettres dans les lettres : les mentions du lettrage dans la correspondance. L’exemple choisi nous ramène à Caroline Duméril lors de son mariage avec Charles Mertzdorff. La cérémonie parisienne a été évoquée dans un billet précédent. Les fêtes se poursuivent en Alsace, où résidera le nouveau ménage.

Dimanche le repas a bien réussi, la salle (dans notre futur logement) était garnie de pièces de calicots, de guirlandes de verdure, d’inscriptions, au-dessus de nos têtes à Charles, à moi était suspendue une magnifique couronne de feuillage et de fleurs. (22-23 juin 1858, Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents)

dans la cour on avait dressé de longues tables et chacun avait sa place à un excellent souper qui était servi par les contremaîtres et les employés du bureau ; le soir tout était illuminé au milieu des guirlandes et des arcs de triomphe, de nos chiffres en fleurs, enfin dans l’un des ateliers, il y a eu un grand bal que nous avons ouvert Charles et moi (28 juin 1858, Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham)

Le fait que les éphémères inscriptions et initiales en fleurs et feuillages soit mentionnées, même rapidement, signale l’intérêt qu’elles suscitent chez les correspondants (qui ne sont pas Alsaciens) – alors qu’il n’est question ni des tenues vestimentaires, ni du menu, ni de la musique. Cette forme de décor relève peut-être d’un savoir-faire, mis en œuvre ici dans des circonstances profanes, qui se manifeste habituellement dans la confection de constructions végétales lors des fêtes religieuses ; les grands reposoirs pour la Fête-Dieu par exemple étaient habituels en Alsace jusque dans un récent passé. Le lettrage floral était-il courant ? Où, en France à cette époque ? Réservé à quelles circonstances ? Réalisé par des personnes spécialisées, hommes ou femmes ? Je ne sais pas.

L’exploration d’autres formes du lettrage et de l’environnement typographique de la famille Mertzdorff, tel qu’il y est fait allusion dans les lettres, devrait se poursuivre dans des billets futurs.

  1. Anna Saccani, La Ville en toutes lettres. Installations typographiques dans l’espace public, Pyramyd, 2013, p. 24. []
  2. Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, XIe-XXe siècles, traduction de l’italien par Monique Aymard, éditions de l’EHESS, 1993. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.