Les cartes postales

Les cartes postales sont des objets familiers, chacun de nous en a sûrement reçu et écrit. Telles que nous les connaissons, elles apparaissent à la fin du XIXe siècle, à la suite d’autres formes qui circulaient par la poste : papiers à lettres illustrés (pour les soldats ou pour les amoureux), cartes sans image, avis imprimés de naissances, mariages et décès, cartes de visite, photographies sur papier-carte, prospectus commerciaux…

Premiers succès de la carte postale

Comme beaucoup des innovations postales du XIXe siècle (adoption du timbre, amélioration du transport et de la distribution), la mise en circulation des cartes postales répond en Europe à un double but : accroître les revenus de l’administration et faciliter les échanges épistolaires.
Les premières cartes-postes sont envoyées de Strasbourg pendant le siège de 1870. Peu après, l’administration postale décide de mettre en vente des cartes, dont elle garde le monopole de fabrication ; elles sont vendues dans les bureaux de poste et les débits de tabacs. Ces cartes portent d’un côté l’adresse et de l’autre la correspondance manuscrite ou imprimée. Bientôt une illustration occupe une partie puis la totalité d’une face de la carte. L’industrie privée se lance dans la fabrication de cartes postales illustrées, qui connaissent un vif succès dès les années 1880. L’une des premières cartes postales illustrées françaises est éditée à l’occasion de l’exposition universelle de 1889 qui se tient à Paris ; elle représente la tour Eiffel en vignette et séduit 300 000 acheteurs. Un arrêté de 1903 fixe définitivement les emplacements réservés au verso à l’adresse, au timbre, à la correspondance.
Difficile à chiffrer exactement, la production française passerait de 8 millions en 1899, à 60 millions en 1902 et 120 millions en 19111. Pendant la guerre de 1914-1918 le courrier échangé et les cartes postales en particulier connaissent un énorme accroissement.
Artisans et industriels emploient des hommes, mais aussi des femmes pour le massicotage et le coloriage. Signe de sa popularité, une comédie de L. Boulard jouée en 1903 a pour titre « Cartes postales », un char lui est consacré au Carnaval de Paris en 1905 et des chansons la mettent en musique : Mes cartes postales (1902), Tu m’enverras des cartes postales et Valse des cartes postales (1910)2.

"Valse des cartes postales", une chanson vers 1910
« Valse des cartes postales », une chanson vers 1910 (© Société d’Histoire de la Poste et de France Télécom en Alsace)

Les cartes postales, des objets complexes

Étudier des cartes postales revient à étudier ensemble une combinaison originale d’images, de légendes imprimées et de textes manuscrits.

  • Les images

La production, massive et diversifiée, atteint son « âge d’or » dans les deux premières décennies du XXe siècle. Maints thèmes sont représentés : les « cartes-vues » des lieux géographiques et des monuments, des reproductions d’œuvres d’art, des scènes de la vie plus ou moins pittoresques, des portraits collectifs ou individuels, des événements d’actualité, et les « cartes postales de fantaisie » qui recherchent des images amusantes ou émouvantes. Si les cartes suivent l’actualité et reflètent les curiosités des contemporains, elles cherchent d’abord à séduire.
Les imprimeurs, par une politique commerciale inventive et l’adoption de nouveaux moyens techniques, multiplient à moindre frais le nombre des cartes. Ils mettent sur le marché des lithographies et des photographies qui reprennent les motifs des gravures ; ils reproduisent des scènes presque semblables, avec les mêmes acteurs, dans des décors identiques.

  • Les légendes

Le plus souvent, l’image est accompagnée d’une légende imprimée, plus ou moins longue, informative, banale, poétique, ou humoristique (« souvenir », « remerciements », « amitié », « félicitations », « bonne année 1913 », « En recevant cette carte Pensez que mon amitié l’accompagne », « Je t’envoie cette fleur, et mon plus doux baiser », etc.). Dans les séries, les légendes présentent la trame d’une histoire et construisent une narration très simple et compréhensible. Les éditeurs multiplient l’offre en dotant une même photo de plusieurs légendes différentes, en adaptent les cartes à une multitude de circonstances et de fêtes à souhaiter.

  • L’écriture des utilisateurs

Un sondage dans les 17 000 cartes de la collection du Musée de La Poste à Paris, dont 9 sur 10 ont été fabriquées avant 1920 et dont beaucoup sont écrites, montre la diversité sociale des épistoliers. A titre indicatif, les professions mentionnées dans les adresses de l’un des classeurs permettent de repérer un boucher, une cafetière, un soldat, un teinturier, un instituteur adjoint, une employée à la légion d’honneur, un propriétaire ; on devine aussi bien des adolescents que des adultes plus ou moins jeunes. Pour une petite moitié, les signataires sont des femmes, pour un tiers des hommes (le sexe des autres signataires n’est pas identifiable).

*

Dans le corpus des lettres familiales qui nous a été livré, je n’ai repéré qu’une carte postale illustrée (vue de Bussang, 21 avril 1915). Peut-être sont-elles conservées à part. On sait que dès la fin du XIXe siècle des cahiers cartonnés et des albums pour classer les cartes sont proposés aux collectionneurs. Pendant la Première Guerre mondiale Émilie Mertzdorff-Froissart entretient une correspondance suivie avec ses fils mobilisés ; elle utilise des supports variés, dont les cartes militaires, cartes postales non illustrées (ou seulement de drapeaux comme ici) dont le recto est consacré aux adresses et le verso au message écrit.

Une carte postale militaire en 1915 (la correspondance est au verso)Une carte postale militaire du 14 janvier 1915  (la correspondance est au verso)
 
  1. Yves Di Maria, Guide pratique de la carte postale, numéro hors série du Collectionneur Français, 1981, p. 8 et 9 ; Aline Ripert et Claude Frère, La Carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Presses Universitaires de Lyon/Editions du CNRS, 1983 citent deux estimations : 300 ou 600 millions de cartes produites en France chaque année vers 1905-1907 (p. 42-43). []
  2. Cécile Dauphin et Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures – 1800-1920, PU Rennes, 2009. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *