Archives de catégorie : 1- La vie au XIXe siècle

Chevaux

Présence du cheval en ville : à Marseille en 1952 (archives personnelles)

Dans de vieux films d’amateur, des films en noir et blanc du début des années 1950, la présence des chevaux me surprend : cheval tirant une charrue dans un champ en Provence, cheval attelé à une charrette dans une rue du centre de Marseille tandis que des enfants passent sur le trottoir sans lui prêter attention. N’étant ni cavalière ni turfiste, la vue d’un cheval ne m’est pas familière, même si en voyage on en voit dans les prés et aux abords des centres équestres. Lorsque se fait entendre un bruit de sabots sur les pavés de la ville chacun se retourne, le regard attiré par un spectacle rare. Le cheval ne fait plus partie du décor (urbain ou rural) ordinaire ; il n’en était pas de même autrefois.

Au XIXe siècle on a voulu tout compter, et les enquêtes agricoles détaillent par départements, et même plus finement, le nombre des chevaux, des hongres, des juments et pouliches de moins et de plus de trois ans, ainsi que des ânes et des mulets. Sans entrer dans ces détails, remarquons que le Haut-Rhin où réside Charles Mertzdorff sous le Second Empire est proche de la moyenne des départements et que le Pas-de-Calais où se situent les propriétés de Damas Froissart est nettement plus riche en équidés. Dans le Haut-Rhin l’enquête agricole de 1852 recense 26 700 chevaux et à peine moins 15 ans plus tard ; dans le Pas-de-Calais, 81 000 en 1852 et 74 000 encore en 18921.

Le cheval, attelé ou monté, est souvent mentionné dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart, en période de paix comme en période de guerre2, lorsqu’on parle voyages, transport de marchandises, loisirs ou spectacles. Cela concerne aussi bien les voitures personnelles que les transports collectifs. Au point d’exaspérer l’un des épistoliers :

Si cela t’intéresse je te dirai que j’ai eu le considérable bonheur de faire une grande partie du trajet ayant pour voisin un juif marchand de chevaux, frère de celui qui a vendu nos chevaux de voiture. Un peu plus & je passais cheval. (Charles Mertzdorff à son épouse ,1er mai 1860)

I- Les attelages

Coupé parisien au milieu du XIXe siècle. Ombre chinoise de Louis Bombled in George Bastard, Paris qui roule, p. 113 (© BNF-Gallica)

Si le mot le plus couramment employé est « voiture » (400 fois), et à une moindre fréquence (90 fois) « omnibus », des épistoliers emploient parfois des termes plus précis, tels que « diligence » (1785, 1843), « patache » (1798), « chaise de poste » (1806), « cabriolet » (1806, 1844), « fiacre » (1810, 1879), « voiture en dormeuse », « carrosse » (1812), « coupé », « coucou » (1835), « charrette » (1844), « calèche » (1868). Sont ainsi désignés des voitures personnelles et des véhicules collectifs pour le public.

Coucou parisien au milieu du XIXe siècle. Dessin de Tiret-Bognet in George Bastard, Paris qui roule, p. 112 (© BNF-Gallica)
1- Les voitures personnelles

Les nobles possèdent de vastes écuries. André Marie Constant Duméril note l’encombrement des voitures dans la cour des Tuileries au matin du 29 mars 1814, « ce qui faisait présumer que l’impératrice et le Roi de Rome nous abandonneraient » devant l’avancée de « l’armée ennemie ». Et son fils Auguste s’extasie devant les « admirables écuries » du « grand-duc de Baden » qui « contiennent au moins 120 chevaux » (Auguste Duméril, 23 septembre 1846-A). Les équipages cependant ne sont pas réservés aux plus riches, au roi et à la cour.

Calèche parisienne au milieu du XIXe siècle. Ombre chinoise de Louis Bombled in George Bastard, Paris qui roule, p. 211 (© BNF-Gallica)

 

 

 

 

 

André Marie Constant Duméril (médecin) possède à Paris un cabriolet (5 octobre 1812). Mais alors qu’il est en voyage, et que son épouse sur le point d’accoucher doit se rendre chez ses parents, un moyen plus doux est recherché :

Papa eut donc la bonté de s’en occuper de suite. Il fut d’abord chez Mme de Prunelé, qui a une dormeuse, pour lui demander si elle pourrait avoir la bonté de nous la prêter pour quelques heures, ce qu’elle promit avec tout l’empressement possible, elle ne pouvait prêter ni cocher ni chevaux, mais c’était la moindre affaire et Papa dans la soirée s’assura les deux choses chez un loueur de carrosse. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 23 septembre 1812)

En Alsace, l’industriel Charles Mertzdorff possède une voiture pour les déplacements familiaux et, nous y reviendrons, des attelages pour le transport des ballots d’étoffes. Les chevaux et le cocher servent aux deux usages. Aller en voiture dans les villages avoisinants est si courant et évident que les lettres en font rarement mention. On trouve cependant quelques phrases comme : « ce matin j’ai quitté en voiture pour aller passer ma journée à Morschwiller » où résident des parents (Charles Mertzdorff, 18 Juillet 1870). Seules des circonstances particulières amènent des précisions sous la plume :

Pendant mon absence l’oncle a acheté un petit cheval pour la voiture, il est bien plus petit que son camarade, je l’ai vu passer ce matin, ce n’est pas très élégant ni beau, mais pour peu qu’il marche bien suffisant. (Charles Mertzdorff à son épouse Eugénie Desnoyers, 26 juin 1871-B).

Ou bien, autre précision technique :

J’aurais voulu faire faire une promenade en voiture aux Gotti, mais jusqu’ici les 2 cochers craignaient pour les chevaux et les voitures les descentes rapides du pays [la Suisse], cependant je crois qu’aujourd’hui nous essayerons avec la voiture d’Émilie qui a une mécanique. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 18-19 septembre 1870-C)

« La mécanique » est un mécanisme qui sert de frein, bien utile sur les routes de montagne.

Les Mertzdorff, comme André Marie Constant Duméril et les siens, se déplacent le plus souvent avec leur propre attelage, mais ils empruntent parfois des moyens de transport collectifs.

Ce temps froid nous gêne beaucoup pour aller chez mes Parents, car la prudence nous empêche de faire sortir le cheval et nous sommes obligés d’aller à pieds ou en fiacre (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, 31 janvier 1810).

Éloignés de chez eux, les usagers empruntent pataches, coupés, cabriolets, calèches, omnibus, voitures couvertes ou non, suspendues ou non, tirées par un ou plusieurs chevaux.

Omnibus parisien au milieu du XIXe siècle. Ombre chinoise de Louis Bombled in George Bastard, Paris qui roule, p. 249 (© BNF-Gallica)
2 – Les voitures collectives

Les lettres de voyage décrivent le pittoresque des villes traversées et des paysages, les personnes rencontrées, et aussi les conditions des déplacements inhabituels. L’exceptionnel donne lieu à plus de descriptions et détails que le coutumier connu de tous. Voyager n’est pas sans risques, surtout au début du siècle. Les épistoliers rapportent les incidents, mentionnent le confort ou plus souvent l’inconfort des voitures3, détaillent les aléas de la route qui conditionnent la durée des trajets et les dates du retour. André Marie Constant Duméril recopie pour sa mère un « extrait » d’une lettre de son frère Auguste dans laquelle celui-ci« rend compte de son voyage » :

Il était parti le 13, le premier jour il a fait 25 lieues dans des voitures bien suspendues, ensuite on les a mis dans des pataches. Ce sont des petites voitures non couvertes et non suspendues, qui ne contiennent que quatre personnes et qui sont traînées par un seul cheval. il dit avoir beaucoup souffert de la position gênante qu’il a été obligé d’y garder. ils ont fait ainsi 72 lieues en quatre jours. arrivés à Roanne ils n’ont trouvé ni voiture ni chevaux et ils ont été obligés d’y rester 36 heures. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 19 octobre 1798-28 vendémiaire an VII)

Voyageur à son tour, André Marie Constant Duméril raconte à son frère Désarbret le trajet de Bordeaux à Bayonne, « soixante six lieues » « par la route la plus mauvaise qui existe peut-être en Europe. Nous avons marché jour et nuit sur des sables où les roues s’enfonçaient jusqu’au moyeu quoique notre voiture fut légère et traînée par dix chevaux. » (André Marie Constant Duméril à son frère, 26 juillet 1805-7 thermidor an XIII). Les conditions du voyage donnent lieu dans les lettres à des développements, signe que le sujet peut intéresser et répond à l’attente du destinataire – les mères sont en général avides de détails.

à  Blois, j’avais retenu une place de coupé pour mieux voir le pays, mais ce coupé était un cabriolet, dont la vue était assez gênée par le cocher et un voyageur placé à côté de lui sur le siège, comme dans un coucou. […] Pour en revenir à notre voiture, ou plutôt à notre cabriolet […] nous avons fait d’abord 9 lieues avec les mêmes chevaux, puis 6 lieues avec 2 autres chevaux seulement, bien qu’il y eut 9 personnes, dans la voiture, 2 sur le siège en comptant le cocher et 2 sur l’impériale, tu conçois que nous n’avons pas dû aller vite, aussi ne sommes nous arrivés qu’à 7 heures, ayant mis par conséquent 9 heures à faire 15 lieues presque toujours exposés au soleil. (Auguste Duméril à sa mère, 19 août 1835)

Il faut s’accommoder des ressources locales :

C’était malheureusement un dimanche, toutes les voitures et les chevaux de louage étaient partis pour les environs. nous avons été forcés M. DelaRoche et moi de prendre un cabriolet et des chevaux à la poste [les enfants] ont trouvé une charrette qui, avec un homme et un cheval, les a conduit très rapidement à Honfleur (André Marie Constant Duméril à son épouse, 9 septembre 1844)

Si les Mertzdorff possèdent leur propre voiture, ils utilisent des véhicules de louage lorsqu’ils voyagent loin de chez eux :

Nous sommes parties comme je te l’ai écrit, à 7h 20 après avoir déjeuné, dans une bonne calèche fermée, avec 2 bons petits chevaux qui ont fait leur 18 lieues dans leur journée et qui trottaient encore au retour.(Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 6 août 1868)

Les mauvaises conditions climatiques perturbent le service : « Ce temps froid nous gêne beaucoup pour aller chez mes Parents, car la prudence nous empêche de faire sortir le cheval et nous sommes obligés d’aller à pieds ou en fiacre » (Alphonsine Delaroche-Duméril, à Paris, à sa belle-mère, 31 janvier 1810). Lorsque les « tourbillons de neige » font s’exclamer Marie Mertzdorff (« Quel temps, quel temps, mon Père chéri ! c’est désolant à voir ! »), elle remarque que « les tramways ne marchent plus et sont remplacés par des omnibus de toutes les paroisses attelés de 4 ou 8 chevaux ; on ne voit plus de fiacres » (Marie Mertzdorff, à Paris, 8 décembre 1879). Les Parisiens disposent d’une grande diversité de moyens de transport. On compte au milieu du siècle « 352 voitures desservant la banlieue, 733 cabriolets, 912 fiacres et 2798 locatis circulant dans Paris. Le nombre de remises s’élève à 4 000 et celui des équipages particuliers à 5 000 »4.

La silhouette d’un cavalier apparaît parfois à côté de la voiture, conciliant la liberté de l’homme seul avec le confort d’un déplacement familial ou féminin :

Nous sommes en grand nombre. Georges est venu à cheval, il se trouve bien de l’exercice et s’en retourne à Mulhouse, M. Paul est aussi venu de son côté et Charles, Julien, les enfants et moi sommes arrivés en voiture (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 23 octobre 1869)

II- Le cheval monté

Le cheval monté reste le moyen de déplacement privilégié pour les hommes. Cela est raconté jusqu’à ce qu’il soit remplacé, chez les Froissart, par l’automobile. Le cavalier peut emprunter des voies interdites aux véhicules : au Havre, André Marie Constant Duméril choisit « un autre chemin plus court qu’on peut faire à cheval qui est, disait-on, impraticable pour les voitures » (9 septembre 1844). Les déplacements professionnels s’effectuent à cheval, en groupe :

nous avons mené aujourd’hui une vie bien active : levés à 6 heures du matin nous sommes montés à cheval François et moi et deux de nos connaissances d’Angers par le plus beau temps du monde à 6 h 1/2 pour aller voir les carrières d’ardoise (André Marie Constant Duméril, à Angers à son épouse, 5 novembre 1811).

Et le lendemain « en cavalcade de 12 », Duméril va visiter des mines de houille à Montrelais (en Loire-Atlantique). Les longs trajets ne les rebutent pas : jusqu’à 700 lieues et « M. Lechenaux paraît content de son voyage » (19 octobre 1812).

C’est à propos de problèmes de santé ou d’empêchements physiques que le cheval monté est évoqué un siècle plus tard, pendant la guerre – sans que l’on sache s’il s’agit d’exercices militaires ou de voyage  : « ne monte pas à cheval avec une cuisse enflée » conseille Damas Froissart à son fils Louis mobilisé, 13 avril 1916).

Les déplacements font partie d’un quotidien qu’il n’y a pas lieu de détailler. Seuls les incidents ou accidents sollicitent la plume des épistoliers. Caroline raconte à sa mère « un triste accident » qui les a « bien émotionnés » :

un M. Brylinski de Cernay traversait Vieux-Thann avec un cheval vicieux qui en passant près de la salle de danse s’est effrayé, le domestique a aussitôt sauté à terre et aidé par tous ces gens qui se trouvaient là il aurait eu bien vite arrêté la voiture mais le M. a perdu la tête a voulu sauter et est tombé sous le cheval qui l’a foulé aux pieds, on l’a ramassé le croyant mort (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juillet 1859)

Émilie Mertzdorff-Froissart, épouse d’un officier d’artillerie qui participe régulièrement à des manœuvres, fait part à sa sœur de ses inquiétudes :

il ne faut pas se dissimuler que les manœuvres ressemblent de très près à la guerre et que, si l’on ne court pas le danger d’être tué, il en reste bien d’autres : refroidissement, chutes de cheval, fatigue (Émilie Mertzdorff-Froissart à sa sœur, 15 septembre 1901)

Les épistoliers préfèrent s’attarder sur les aspects spectaculaires, plaisants, ou nouveaux plutôt que sur la routine fastidieuse. Aussi la pratique du cheval décrite dans les lettres est-elle le plus souvent à ranger sous le signe du loisir – un loisir majoritairement mais non exclusivement masculin.

III-  Les Loisirs

1- L’équitation de loisir

Honoré Castanet à Saint-Domingue l’avoue à son oncle parisien : « Je monte souvent à cheval pour me distraire » (1er février 1792). Cet exercice est considéré comme salutaire, même pour les femmes : «  sa femme continue à se trouver bien de l’exercice du cheval » (19 octobre 1812). On répugne à en interrompre la pratique. Un ami médecin conseille l’équitation pour vaincre « les douleurs intestinales » : « je vous engage fort à cesser toute espèce de remède et à observer ce que fera l’exercice du cheval aidé seulement du régime » (Louis Benoît Guersant à son ami Pierre Bretonneau, 2 septembre 1811).

L’initiation commence dans l’enfance :

Léon prenait toujours les devants, en tenant une baguette à la main, et en faisant semblant de faire aller un cheval : cet enfant était infatigable (Félicité Duméril à sa belle-mère, 1er mai 1843-A)

Tout au long du siècle il est question de promenades à cheval et ce thème récréatif se substitue peu à peu à celui du voyage (au sens de « déplacement »).

et je vois que tu es assez occupé : tu peux pourtant monter à cheval, de temps en temps, ce qui te plaît sans doute beaucoup. Quant à Constant, nous voyons qu’il est fou de cet exercice. (Auguste Duméril à son cousin, 21 janvier 1831)

Les adolescents s’entretiennent de leur pratique de l’équitation, souvent pratiquée à plusieurs, surtout lorsque « le temps est beau toute la journée » : «  As-tu déjà essayé tes éperons, et ta cravache, sur quelque cheval de manège ? As-tu fait une promenade à cheval, avec Mathilde ou Constant ? » interroge Auguste Duméril s’adressant à son cousin (Mardi 31 août 1830). Caroline Duméril s’inquiète de la monture de sa cousine Isabelle Latham, au Havre : « Puisqu’Émile a maintenant un si joli cheval, vous devez regretter doublement que tu n’aies plus le tien ; jusqu’à quand en seras-tu privée ? » (8 novembre 1857)

« Position du cavalier », in Philippe Desclée, Manuel du cavalier : L’équitation sans maître, 1871, page 12 (© BNF-Gallica)

Les leçons d’équitation de Léon Duméril (30 ans) donnent matière à une véritable chronique. Le jeune homme est hébergé chez son beau-frère en Alsace et les parents sont tenus au courant de ses activités, des progrès de sa sociabilité, de son régime alimentaire. Inquiets de ses occupations sédentaires et de son caractère renfermé, tous se réjouissent lorsque Léon sort de sa chambre et de sa réserve et accepte de prendre des leçons.

Léon pour sa leçon d’Équitation quitte la maison à 5 h matin, à pied souvent, prend sa leçon & rentre, c’est d’un bel exemple comme tu vois. Il prend du reste goût à la chose il commence à sortir à cheval, à votre retour ce sera un élégant cavalier, cela me fait bien plaisir & plus encore au père. (Charles Mertzdorff à son épouse Eugénie Desnoyers, 27 juin 1871-B)

De mois en mois le jeune homme progresse, prend « bonne mine », « très bonne façon », devient « bien maître de son cheval » (Dimanche 23 mars 1873). Il se socialise : le voilà « en grande partie à cheval avec quelques amis » (Lundi 14 avril 1873). Il sort, fait de l’exercice, rencontre d’autres cavaliers. Tous s’en félicitent.

Lorsqu’on vieillit, l’équitation est moins appréciée. Charles Mertzdorff, 58 ans, en vacances à Cauterets dans les Pyrénées, « s’est trouvé tellement invalide après une petite course d’une heure ou deux qu’il a eu la lâcheté de ne pas recommencer » – c’est lui qui l’écrit, le 5 août 1876.

2- Les spectacles

Voir les autres cavaliers est un spectacle en soi : à Londres Auguste Duméril apprécie « le joli spectacle de la promenade à cheval, des hommes et des amazones, dans une allée de Hyde Park, laquelle y est exclusivement consacrée » (10 juin 1851). Il y a aussi les champs de course. Profitant d’un séjour à Montataire, dans l’Oise, Caroline Duméril et ses hôtes se rendent par beau temps aux courses de Chantilly. Elle explique à sa jeune cousine Isabelle Latham qu’elles « sont fort renommées et très à la mode ; ce sont les chevaux anglais qui ont remporté tous les prix au grand chagrin de ces messieurs du Jockey-club. (Caroline Duméril, 26-28 septembre 1857)

Ce spectacle peu courant est une aubaine pour l’épistolière qui trouve là un sujet sur lequel revenir :

Dimanche, nous sommes allés aux courses de Chantilly ce qui m’a intéressée et amusée, quoiqu’il y eût moins de monde, dit-on, qu’aux courses de Mai, c’était un beau spectacle que cette pelouse éclairée par un beau soleil avec toute cette société de fashionables, ces beaux équipages et enfin ces magnifiques chevaux et leurs jockeys bariolés. (Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril, 30 septembre 1857)

Charles-Maurice de Vaux, Les hommes de cheval depuis Baucher : les grands maîtres, les écuyers, les hommes de cheval, les cavaliers, 1888, page 94 (© BNF-Gallica)

Autre spectacle où les chevaux tiennent la vedette : le cirque. Auguste Duméril prévoit « une petite visite à Franconi » (21 janvier 1831) pour « voir les beaux chevaux ». Les Franconi forment une dynastie d’écuyers qui depuis la fin du XVIIIe siècle exhibent des exercices de dressage et de voltige.

Emmenées au cirque, Marie et Émilie Mertzdorff « regardent de tous leurs yeux [ ] un petit cheval savant qui après plusieurs tours s’assoit comme un chien sur ses pattes de derrière puis on lui apporte une petite table et un singe habillé en marmiton lui apporte tout son dîner en marchant sur ses petites pattes de derrière » (Marie Mertzdorff à son père, 20 juin 1875)

Les mentions de spectacle sont rares ; les chevaux laborieux, en revanche, abondent dans les lettres.

IV- Les transports de marchandises

Les auteurs des lettres ne sont pas des agriculteurs. Aussi le travail des chevaux évoqué est-il d’abord relatif au transport des marchandises. Seul Damas Froissart, officier et propriétaire terrien dans le Pas-de-Calais, prône leur utilisation dans ce domaine-là :

je ne crois pas du tout que la motoculture soit une panacée ; qu’il y ait bien des bénéfices comme moyen de rattraper le temps perdu en cas de mauvais temps, de rareté de personnel, soit : on pourra retrouver des avantages qui dédommagent de l’immobilisation d’un certain capital pour acheter les instruments, mais notre moteur animal, le cheval offre (dans notre région d’élevage surtout), de tels avantages (et la marche des autos tant d’aléas !) que je ne veux de la motoculture que comme appoint éventuel. (Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919).

L’usine de Charles Mertzdoff, qui emploie 540 ouvriers et ouvrières en 1858, blanchit et apprête des étoffes. Cela nécessite beaucoup de transports : il faut amener les pièces brutes, puis livrer les pièces traitées, environ 1000 par jour. La marchandise est expédiée dans le quart nord-est de la France, et même lorsque des trains sont requis, les chevaux sont indispensables pour la transporter jusqu’à la gare. En cas d’urgence, comme lorsqu’une période troublée s’annonce, les convois se multiplient :

Demain il y aura 5 voitures & 15 chevaux à conduire des balles à Mulhouse pour pouvoir être expédiées si le chemin [de fer] marche encore demain, encore 2 ou 3 voyages ainsi & nous sommes débarrassés de cette quantité de balles. (Charles Mertzdorff, 24 août 1870-B)

Dans les jours qui suivent, le charroi continue : « Aujourd’hui 5 voitures à 3 chevaux chaque étaient à Mulhouse pour porter des balles mais ne nous portent pas une nouvelle pièce ici » (25-26 août 1870-B) ; « Vogt doit conduire des balles à Mulhouse, tu vois que les chevaux n’ont pas vacances (18 juillet 1871). D’Ignace Vogt, le cocher, il est souvent question. Son nom est mentionné des dizaines de fois dans les années 1870. Parfois son patron est « content de lui » ( 21 décembre 1875), d’autres fois il lui reproche son goût immodéré pour le vin doux (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 25-26 octobre 1876). Même hors de cette période particulière où l’avancée prussienne menace et où toutes les pièces doivent en urgence être rendues, un grand mouvement de voitures anime la cour et parfois l’industriel s’inquiète : « depuis 15 jours […] nous manquons de chevaux pour arriver à nos fins (Charles Mertzdorff, 28 décembre 1875). Se devine toute une logistique, la gestion des chevaux à acheter et entretenir :

Léon était à Montbéliard & a acheté une paire de chevaux bruns qui doivent nous arriver pour le milieu du mois prochain. La propriétaire, qui est veuve depuis peu, veut encore les garder jusque là. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 25-26 octobre 1876)

V- Prendre soin de son cheval

Loger les chevaux vers 1860-1880 ne semble pas poser de problème à Charles Mertzdorff qui possède des prés, une ferme et de vastes bâtiments dans un village alsacien. Pour André Marie Constant Duméril en revanche, qui vit à Paris, c’est une préoccupation. Lorsqu’en 1805 il doit partir en Espagne « au moins trois mois » pour étudier une épidémie, il laisse à son frère Auguste soixante douze livres et le charge« de toutes [ses] petites affaires par procuration » ; il se préoccupe également de son cheval, qu’il confie à Frédéric Cuvier (André Marie Constant Duméril à son père, 14 juillet 1805, 25 messidor an XIII), le frère de Georges Cuvier, qui s’occupe de la ménagerie du muséum. En temps ordinaire, il faut trouver une remise et s’assurer du caractère compatible des bêtes qui se retrouvent ensemble (5 octobre 1812). L’hébergement du cheval est pris en compte lorsqu’on cherche un logement :

outre la maison entière, j’aurai de plus un grand bûcher [] il y a une grande porte sous laquelle je pourrai mettre le cabriolet et où j’aurai une écurie de sorte que j’aurai, comme au faubourg Poissonnière, l’avantage d’avoir la voiture chez moi sans avoir les inconvénients du cheval. (André Marie Constant Duméril, 27 mai 1832)

A la campagne, près d’Angers, Pierre Bretonneau apprécie d’avoir, à côté « d’une petite maison assez gentille », « une prairie fournissant assez de foin pour ses chevaux » (Auguste Duméril, 21 août 1835).

Les chevaux doivent être régulièrement ferrés et il faut consulter un vétérinaire lorsqu’ils boitent (6 janvier 1806-B), ont une blessure « au pied de derrière », « une petite escarre » (7 avril 1806), « un petit accident en route, que le vétérinaire est en train de raccommoder (Charles Mertzdorff, 3 octobre 1874-A). Tout cela est « un ennui » pour Charles Mertzdorff qui avoue « n’y rien entendre » (6 mai 1879-B) et doit s’en remettre à ses cochers.

Chacun s’efforce de ne pas épuiser les bêtes : aussi bien André Marie Constant Duméril (7 avril 1806), qu’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff qui renonce à une journée en famille à Morschwiller pour ne pas fatiguer les chevaux qui travaillent en semaine (27 novembre 1870) et veille à ce que « les chevaux reposent le dimanche » (23-24 juin 1871).

Nourriture, soins et hébergement occasionnent des frais : Alphonsine Delaroche-Duméril évalue « la dépense du cheval » à « à peu près 5 livres par jour » (25 octobre 1812). On prend soin des bêtes, mais on leur demande beaucoup :

 Hier un domestique de Morschwiller est venu avec voiture à 3 chevaux. Il n’est rentré qu’avec 2 chevaux, laissant le 3e malade ici. Dans la journée il est mort. Ce sont de ces petits accidents qu’il faut oublier au plus vite. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 11 avril 1873)

Pas de sentimentalisme non plus pour pousser leur vitesse :

on court aux voitures le cocher nous dit qu’il est trop tard mais y met tellement de bonne volonté et fouette ses chevaux de façon que nous arrivons une minute avant le départ du train (Émilie et Marie Mertzdorff à leur père, 4-7 août 1870)

Les lettres font rarement allusion à un possible lien affectif entre l’homme et l’animal ; à l’exception de « la pauvre Goliath » qu’il faut remplacer (14-15 octobre 1917), aucun nom ne semble donné à un cheval5. Ce rapport plus utilitaire qu’affectif paraît assez général si l’on en croit la requête en vers adressée en 1881 par un membre de la société protectrice des animaux au nom des « chevaux épuisés par de longs travaux »6. Cet auteur anonyme constate des progrès, mais il doit encore intercéder « pour les mettre à l’abri de la brutalité ».

***

Le cheval est omniprésent au XIXe siècle. Si un hôtel de luxe parisien ouvre ses portes en 2021 à l’enseigne d’un « Cheval blanc » anachronique, ce nom avait du sens au XIXe siècle, quand hommes et bêtes logeaient sous le même toit. C’est « Au cheval blanc » à Angers que « Monsieur Duméril président des Jurys de Médecine » fait adresser son courrier (Lundi 5 octobre 1812), et cinquante ans plus tard, à l’Hôtel du cheval blanc encore, à Honfleur « en face de la mer »  que s’installe la famille Desnoyers pour quelques jours de vacances (29 septembre 1862).

L’utilisation quotidienne du cheval, par nécessité ou comme loisir, le rend souvent invisible aux contemporains. Pas de notation sur leur odeur, les traces de leur passage, l’environnement sonore. Tout au plus Émilie Mertzdorff note-t-elle que « le cheval de l’omnibus du départ fait entendre de grands hennissements, cela doit annoncer que l’heure avance, je n’ai donc que le temps de t’embrasser de tout mon cœur » (à son père, 14-16 avril 1881).

Les documents écrits, remarque l’historienne Agnès Manneheut pour l’Orne7, mais cela vaudrait plus largement, s’attachent en général à mettre « en valeur les éleveurs qui s’affichaient comme tels à travers la participation à des concours ou l’entretien de reproducteurs, et qui ont fait les races, en cherchant la qualité ». Les lettres, au plus près de l’ordinaire des vies, des occupations quotidiennes, des gestes, éclairent certains aspects de la réalité de la présence équine.

  1. Chiffres aimablement communiqués par Michel Demonet, d’après sa thèse : Tableau de l’agriculture française au milieu du XIXe siècle : l’enquête de 1852, éds de l’École des Hautes études en Sciences Sociales, 1990. []
  2. Voir le billet : « Chevaux en guerres ». []
  3. Voir le billet : « Les fatigues du voyage ». []
  4. George Bastard (1851-1914), Paris qui roule, dessins de Tiret-Bognet (1855-1935) et ombres chinoises de Louis Bombled (1862-1927), G. Chamerot éditeu, 1889, page 111. C’est de cet ouvrage que sont tirées les quatre illustrations qui précèdent. [Consultable sur Gallica] []
  5. Historiennes et historiens sont tributaires de leurs sources. Des lettres mises ultérieurement sur le site apportent un démenti à cette affirmation : un « petit cheval rouan », Moscou, est l’objet de toutes les attentions des adultes et des enfants (lettres du 22 juillet 1903-A et du 22 juillet 1903-B). On ne sera pas étonné de trouver d’autres marques de considération pour des chevaux dans la famille d’un officier d’artillerie cavalier. []

  6. Le cheval humble et poétique : requête adressée à la société protectrice des animaux par les chevaux épuisés par de longs travaux… / signé : par un membre de la société protectrice des animaux, 1881. [Consultable sur Gallica] []
  7. Agnès Manneheut, « Chevaux de travail du XIXe siècle : à la recherche des éleveurs de l’Orne », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/12193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.12193 . []

Chevaux en guerres

La Guerre, comme une ogresse, dévore les hommes ; elle décime aussi les chevaux. Ils sont nombreux sur les champs de bataille et à leurs abords. Que disent les lettres ordinaires du XIXe siècle sur leur présence et les réquisitions qui les ont conduits là ? Des guerres napoléoniennes à la Grande Guerre, les hommes et les femmes de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart, au détour d’une phrase ou intéressés par les chevaux, abordent ces sujets. Propriétaires, ayant dépassé l’âge d’être mobilisés, ce sont souvent les réquisitions qui les préoccupent.

Artillerie française traversant Amiens, août 1914. Agence Agence photographique Rol [BNF-Gallica]

1- Présence des chevaux

= La demande

Aux armées, les besoins en chevaux sont immenses. En 1914 encore, Eric Baratay note par exemple que dans la cavalerie qui compte de nombreux régiments (81 en France), « il est prévu plus de bêtes que d’hommes » : pour un régiment britannique de 549 soldats, il faut 576 chevaux et 74 mulets1. L’artillerie aussi est grande consommatrice, la photographie ci-dessus en témoigne. « 178 chevaux sont enrôlés dans une batterie française de quatre canons 75, dont 24 pour tirer les pièces, autant pour les quatre voitures de munitions, le reste pour les vivres, les bagages, les hommes » poursuit Baratay. Partout des attelages sont nécessaires pour charrier les vivres et le matériel ou évacuer les blessés. Les épistoliers sont témoins des flux incessants d’arrivées de chevaux : en Alsace Charles Mertzdorff voit d’abord à Bar-sur-Aube un convoi de matériel militaire, « puis beaucoup de chevaux à la gare de La Villette, Langres, Vesoul etc. beaucoup de trains militaires prêts à partir. Belfort camp de Cavalerie en arrivant, infanterie un peu plus loin » (Charles Mertzdorff à Vieux-Thann, à son épouse Eugénie Desnoyers, 5 août 1870-C)

Pendant la grande guerre, dans le nord de la France, l’officier en retraite Damas Froissart observe en homme de métier :

A Dommartin, j’ai vu arriver Vendredi 8 officiers 240 hommes 300 chevaux (d’énormes chevaux aussi grands mais beaucoup plus étoffés que feu Ouval) avec 40 voitures d’équipage de Ponts (Damas Froissart à son fils Pierre, 29 mai 1916-A)

Son épouse complète :

Nous avons fini la journée à Dommartin. Plein de pontonniers anglais 220 hommes, 300 chevaux, 5 ou 6 officiers. Ordre parfait, propreté, discipline. Qui donc dit que les Anglais abîment tout ? (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 8 août 1916)

Toutes les armes, et pas seulement la cavalerie, emploient des chevaux : le génie (les pontonniers anglais à Dommartin), l’artillerie ou les transmissions. Le capitaine Aston montre à Damas Froissart, féru de technique militaire, « un dispositif dont il est très fier », capable de déployer rapidement une antenne mobile pour « écouter ou envoyer des télégrammes », et qui consiste en « une voiture, (genre caisson d’artillerie), à 6 chevaux portant 2 hommes sur un coffre et suivie de 6 aides à cheval » (Damas Froissart à son fils Pierre, 29 mai 1916-A). Médecins, aumôniers, gendarmes, messagers, les cavaliers sont partout.

Dans les différentes armes, officiers et sous-officiers se présentent à cheval, dont la qualité est un élément de prestige pour les gradés. Dans le texte d’Émilie Mertzdorff-Froissart, le cheval est nommé avant le soldat attaché à son fils officier : « Pierre est parti sans repasser par ici, car il emmenait cheval et ordonnance » écrit-elle (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 16 mars 1916). L’animal occupe une place symbolique forte dans le monde militaire.

Dépourvu de cette aura, réduit à un rôle simplement utilitaire, il accompagne les populations qui fuient le front et se replient vers l’arrière. Ainsi Damas Froissart voit surgir en mai 1918 « une famille de 12 réfugiés (de tous âges) arrivée avec un cheval et des marchandises, de Béthune ».

= La pénurie

Après la défaite de 1870, Émile-François Decroix, (1821-1901) s’inquiète des moyens d’augmenter la production des chevaux militaires. Car, constate-t-il, si « avant la guerre de 1870-71, il était assez difficile de trouver en France la quantité de chevaux de bonne qualité nécessaire à l’armée […], aujourd’hui que la nouvelle organisation de l’armée comporte un effectif beaucoup plus considérable, on se demande avec anxiété comment il sera possible de trouver de bons chevaux pour les états-majors, la cavalerie, l’artillerie, le train, etc. »2. Notons que « les états-majors » sont au premier rang de ses préoccupations. Decroix insiste : « Il est impossible que la population chevaline actuelle fournisse à la remonte le nombre de chevaux de bonne qualité dont l’armée a besoin. »3. De nombreux civils et militaires exposent des méthodes pour améliorer les conformations et les qualités particulières des bêtes, les meilleures façons de les dresser, ou proposent des solutions pour augmenter la production du cheptel. Malgré ces projets plus ou moins mis en œuvre, la pénurie équine se fait sentir lors du conflit suivant. Elle pousse à la motorisation, notamment à partir de 1916 pour l’artillerie, qui est montée sur trains ou sur automobiles. Pressés par le manque de bêtes, de prestigieux cavaliers se retrouvent sans leurs montures :

T’ai-je dit que Jean d’Aillières et Maurice Vandame appartiennent tous deux à des Régiments de cuirassiers auxquels on enlève leurs chevaux. Vont-il être pourvus de fusils comme de vrais fantassins ou leur laissera-t-on la carabine : je crois qu’ils ne le savent pas encore. (Damas Froissart à son fils Louis, 10 juin 1916-B)

En temps de guerre, le moyen de procurer en nombre les chevaux indispensables à l’armée reste la réquisition.

Le numérotage des chevaux réquisitionnés, 2 août 1914. Négatif sur verre 13 x 18 cm. Agence Agence photographique Rol [BNF-Gallica]

2- Les réquisitions

= La Révolution et l’Empire

Tandis que les hommes sont enrôlés, les chevaux sont réquisitionnés. Après la loi de réquisition du 1er août 1793, la Convention envoie des députés en mission en province pour organiser la réquisition des chevaux – ainsi que des voitures et même des vêtements destinés aux soldats de la république. Le jeune André Marie Constant Duméril – il n’a pas vingt ans –, étudiant et employé dans une boutique à Rouen, raconte à sa mère :

les bourgeois n’ont pas entendu la proclamation avec plaisir ; cependant, dans ce moment, ils sont au champ de Mars où ils se nomment des chefs qui les conduiront au 1er ordre. La Cavalerie Nationale s’est refusée à partir. On n’en a pas moins estampillé leurs chevaux au nom de la République. Qu’en sera-t-il ? on l’ignore ici. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 11 août 1793-A)

Onze ans plus tard, l’étudiant devenu médecin à Paris renâcle à son tour, comme les bourgeois rouennais ; il parvient à échapper à l’enrôlement comme soldat et à sauver son cheval : « j’ai été exempté comme médecin du service de la garde. en payant j’ai pu encore une fois sauver mon cheval (André Marie Constant Duméril à ses parents, début mars 1814). A ce moment, les Alliés sont en guerre contre Napoléon ; la campagne de France se termine par la capitulation de Paris (31 mars 1814) et l’abdication de l’empereur.

= La guerre de 1871

Après la défaite française, dans le pays rapidement vaincu et envahi par les Prussiens, on découvre dans la campagne alsacienne les « hulans avec leurs chevaux, de belles bêtes » (2 novembre 1870-C). Pour les Français, il s’agit alors non de réquisition mais de confiscation. Près de Nogent le Rotrou (Eure-et-Loir) :

le fermier de Launay a bien souffert. Ses chevaux, vaches, porcs et partie de moutons lui ont été enlevés. c’était le sort des propriétés trop voisines de la ville […] Michel a perdu tout son fourrage, vous le pensez bien (témoignage d’un proche, recopié par Jules Desnoyers pour son gendre Charles Mertzdorff, 6 mars 1871)

Ou bien il s’agit d’occupation, de logement obligatoire, comme à Montmorency en région parisienne :

La petite garnison de maman, 6 hommes et six chevaux, est assez sage, et ne donne pas de préoccupation ; comme tu dis, on s’habitue aux choses désagréables, tout comme aux autres, et on devient moins difficiles. (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 8 juillet 1871)

= La Grande Guerre

Eric Baratay fait le compte : « en France, 750 000 [chevaux] arrivent en 1914, seulement 140 000 en 1915 et 50 000 en 1916-1917, pour ne pas bloquer la production agricole, et près de 150 000 en 1918 face au retour des offensives »4. Damas Froissart, propriétaire foncier du Pas-de-Calais, comme Guy de Place, gérant d’une usine en Alsace, veulent garder leurs bêtes. Ils insistent auprès des autorités sur la nécessité de leurs déplacements et essaient de sauver ce qu’ils peuvent. Damas Froissart, qui a dû donner « ceux de [ses] chevaux qui trottent un peu », argue de ce manque pour prolonger son permis de circuler en automobile : « je ne peux assurer les réquisitions diverses auxquelles est soumise ma ferme de Dommartin qu’en ayant une auto » explique-t-il (Damas Froissart à Campagne-les-Hesdin à son fils Louis, 25 novembre 1914). La pénurie se fait sentir, la valeur des bêtes augmente et les premiers réquisitionnés se sentent lésés. Ce qu’exprime Damas Froissart, jamais avare d’indignation et de mots soulignés dans ses lettres :

Les chevaux […] sont payés à un prix qu’on n’aurait jamais osé prévoir, entre 2 000 F et 3 000 F dans la 2e réquisition qu’on fait en ce moment : à quantité égale ils se payaient 1 500 F à 2 000 F il y a 3 mois (quand on m’en a pris 3). J’espère qu’on fera une péréquation après coup ! (Damas Froissart à son fils Louis, 31 juillet 1918)

Guy de Place, bien que mobilisé, ne cesse de surveiller de loin et d’organiser le maintien de l’usine de Vieux-Thann, en partie détruite dès le début de la guerre. Il entretient une correspondance serrée avec son chargé d’affaires, Jacques Meng, resté sur place :

Une autre pièce qu’il faudrait tâcher de se procurer, (mais sans doute il ne reste plus rien à Cernay) c’est la pièce constatant la réquisition de nos chevaux. J’ai d’ailleurs l’intention d’attaquer les prix fixés, Martin ayant fait son expertise en dépit du sens commun. (Guy de Place, mobilisé à Nancy, à Jacques Meng, 10 décembre 1918-A)

Soucieux de suivre les opérations, Guy de Place prépare des brouillons de lettres à l’attention du chargé d’affaires :

Réquisition de nos chevaux. Signaler que nous n’avons aucun papier. que nous protestons contre les évaluations faites par Martin sans aucune compétence et faire une réclamation formelle en indiquant la valeur de réquisition et la valeur acceptée par la société d’assurances à la date du – (brouillon de lettre de Guy de Place, mobilisé, pour Jacques Meng, fin décembre 1918)

Les propriétaires défendent leurs intérêts lors des réquisitions ; ils se heurtent eux aussi à la rareté des chevaux, car la pénurie touche les civils tout au long du conflit :

Je suis autorisé à aller 3 jours en Alsace. Mais pas à prendre place dans les nombreux fourgons automobiles militaires : ici pas un cheval à louer. (Carte postale illustrée de l’officier en retraite Damas Froissart dans les Vosges, à son fils Louis, 21 avril 1915)
Il va nous falloir au moins deux chevaux dont un qui puisse trotter. Que M. Meyer écrive [ce jour] à Ernest pour savoir si on en trouve encore dans cette région. (Note de Guy de Place, mobilisé, aux chefs de service de l’usine, 13 novembre 1918-B)  

En 1919, Émilie Mertzdorff-Froissart en est réduite à rouler, bien lentement, dans une carriole attelée à un « cheval qui est presque aussi boiteux que borgne » (5 août 1919).

3- Soins et souffrances

André Marie Constant Duméril signale : « Le Général Auguste Dejean est attendu ici ces jours-ci. il n’a éprouvé aucun accident personnel quoiqu’il ait eu un cheval tué sous lui » (5 décembre 1813). De longue date, figure classique du héros, le valeureux combattant a son « cheval tué sous lui ». Si certains chevaux meurent au feu (15 %, estime Baratay pendant la guerre de 1914-1918, du côté français), beaucoup (42 %) succombent à des blessures, des atteintes corporelles non soignées, à l’épuisement5. Ceux qui sont employés par l’artillerie forment le gros contingent des victimes, mais aussi ceux de l’infanterie et du train.

Chevaux morts, septembre 1918. Négatif sur verre 13 x 18 cm. Agence Agence photographique Rol (cliché Melin) [BNF-Gallica]

Quel est le sort des chevaux sur le terrain ? Si leur existence antérieure était toute de labeur, la vie militaire ajoute à cette rudesse maintes souffrances nouvelles. Les chevaux doivent apprendre de nouveaux gestes en marchant au front, s’adapter à de nouvelles voix, de nouveaux hommes, de nouvelles conduites, de nouveaux compagnons d’attelage, ils doivent s’initier à de nouvelles tâches : des chevaux de trait par exemple doivent porter des cavaliers6. Malgré leur travail harassant, les bêtes ne sont pas toujours bien nourries ni soignées. Si le Commandant est bien logé, remarque Émilie Mertzdorff-Froissart « l’escadron le sera beaucoup moins bien, les chevaux surtout » (7 novembre 1914). Une autre lettre montre « les chevaux attachés au mur du bâtiment où l’obus était tombé » – un obus de 220 ; hommes et bêtes sont indemnes (3 mai 1917). La nourriture des chevaux est plusieurs fois évoquée.

As-tu vu dans les gazettes que les Anglais demandent que l’on « perde l’habitude » de donner de l’avoine aux chevaux, ni aucune autre céréales ? Je pense qu’ils perdront plus difficilement l’habitude d’en recevoir que leurs patrons ne perdront celle de leur en donner ! Nous verrons peut-être aussi chez nous pareille chose… (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils Louis, 3 mai 1917)

En effet, en France aussi on limite les rations :

la réquisition nous limite à 2 kg 500 d’avoine par cheval et par jour jusqu’au 1er août et pas un grain pour aucun autre animal, même pour les porcs à engraisser, les brebis mères ! (Damas Froissart, 7 février 1918-B)

Et plus tard il note « le manque d’avoine de [ses] chevaux (Lundi 15 avril 1918) et que « les chevaux ne mangent plus d’avoine depuis plusieurs mois » (30 juillet 1918)

Il y a un tel besoin que même des chevaux âgés, fatigués, fragilisés, malades sont enrôlés. Lorsqu’ils ne meurent pas et qu’ils deviennent inutilisables, ils sont mis en vente. Émilie Mertzdorff-Froissart raconte longuement les déconvenues que réservent ces ventes. Son mari s’est présenté à une vente des chevaux de réforme anglais :

Il a trouvé malgré les conditions déplorables dans lesquelles ces chevaux étaient présentés, serrés comme des sardines, sans qu’on puisse les approcher, deux bêtes qui paraissent avoir toutes les qualités requises pour nous faire un long et excellent service. L’un d’eux a 13 ans, alezan foncé, grand et beau cheval de trait ; il est probablement réformé pour avoir été victime des gaz asphyxiants, sa vue a dû souffrir et peut-être a-t-il un œil abîmé sans qu’on puisse néanmoins le qualifier de borgne. […] L’autre est alezan aussi, mais doré, c’était un cheval de Général et nous sommes encore à nous demander pourquoi on l’a réformé. Il a du sang, jolie allure […] n’a révélé jusqu’ici aucun vice. (Gazette multigraphiée d’Émilie Mertzdorff-Froissart, 14 et 15 octobre 1917)

Damas Froissart débourse 1 100 francs pour les deux chevaux alors que le seul alezan doré en vaudrait 2 000. « Je crois que [votre père] a bien gagné sa journée ! » conclut-elle. Mais ils comprennent plus tard pourquoi on a réformé et bradé ce bel animal. « Je n’ai pas eu la main heureuse avec mon pur ?? sang d’Hesdin : il aurait pu me tuer plusieurs fois […], après avoir été très sage dans quelques courses précédentes » raconte Damas Froissart, 24 octobre 1917-A). Il semble que « un bouton écorché non loin du garrot » l’ait rendu tout à coup extrêmement nerveux et incontrôlable.

Après l’armistice, beaucoup de chevaux, malades, blessés, faibles, impropres au travail sont amenés à l’abattoir.

***

Notre époque est sensible au mal-être et aux souffrances animales. Sans aller jusqu’à l’antispécisme, la manière dont les animaux sont exploités et utilisés par les humains est remise en question. Essais, romans, témoignages, recherches, pamphlets, débats, études, productions littéraires ou visuelles témoignent d’une attention aux êtres non humains et du désir d’améliorer la condition animale. Ces préoccupations cependant ne sont pas nouvelles. Pour en rester au sujet de ce billet, aux guerres voraces en hommes et grandes consommatrices de chevaux, on signalera la création, en 1917, d’un « Comité français pour la protection des chevaux de guerre, afin de surveiller les bouchers , d’acquérir et de soigner les réformés ».

  1. Eric Baratay, Bêtes des tranchées. Des vécus oubliés, CNRS éditions, 2013, page 23. []
  2. Émile-François Decroix (1821-1901), Des moyens d’augmenter la production et de prolonger la conservation du cheval de guerre : entretien fait à la Réunion des officiers, le 3 février 1874, C. Tanera, 1874, p. 5. []
  3. Émile-François Decroix, Op. Cit., p. 38. []
  4. Eric Baratay, Op. Cit., page 24. []
  5. Eric Baratay, Op. Cit., page 196. []
  6. Eric Baratay, Op. Cit., pages 54 et suivantes. []

Les fatigues du voyage

« J’espère que tu n’es pas trop fatigué » répètent de lettre en lettre les épistoliers de la famille Duméril-Mertzdorff. Georges Vigarello a déployé du Moyen Âge à nos jours le spectre de la fatigue où chaque époque l’exprime de façon singulière1. Pour le XIXe siècle, dans un milieu bourgeois, les lettres du corpus offrent un éventail très ouvert de ce que chacun éprouve dans son corps et ressent dans son esprit. Dans le billet précédent2 nous avions noté la fréquence du mot (et des formes voisines : fatiguant, fatigué, fatiguer, etc.) : il est employé plus de 800 fois entre 1790 et 1920, dont près de 400 fois dans les 1100 lettres de la décennie 1870-1879. Les mots des femmes et des hommes, les circonstances évoquées, les douleurs décrites, reflètent la sensibilité, la conscience de soi et les valeurs qui structurent la société de cette époque. Les voyages et les déplacements sont ici évoqués ; la fatigue intellectuelle, celle du malade et celle du soldat feront l’objet d’un autre billet.

Au Moyen Âge, après la fatigue du combattant qui semble centrale, « le voyage, avec ses souffrances, ses imprévus, est l’autre lieu de fatigue régulièrement commenté » remarque Georges Vigarello3. Aux siècles suivants, même si la découverte de nouveaux horizons figure une forme de modernité (au XVIIe siècle) ou suscite l’exaltation du dépassement de soi (au XVIIIe siècle), les voyages continuent de faire redouter la longueur des trajets, les vicissitudes des déplacements, les cahots et les mouvements des voitures .

A côté des villageois, réputés immobiles au XIXe siècle encore, une frange de la population se déplace sur de longues distances – particulièrement en période de guerre.

1- Les conflits
  • A l’époque napoléonienne :

Il écrit de Naples où il était depuis deux jours, et qu’il devait quitter le soir même pour retourner à Chieti ; il paraît un peu fatigué de tous les voyages qu’on lui fait faire, disant que depuis deux mois il a parcouru plus de 300 lieues dans le Royaume de Naples (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, 10 octobre 1806)

  • Pendant la Première Guerre :

Ton papa compte partir Samedi pour Brunehautpré. Il devait partir aujourd’hui, mais il est un peu fatigué depuis son voyage à Lyon et n’était pas en très bon état pour se mettre en route aujourd’hui (Émilie Mertzdorff-Froissart à son fil, 9 mars 1916)

2- Les déplacements professionnels

Pour les héros de Balzac qui parcourent les routes pendant le premier tiers du XIXe siècle, les voitures privées et la malle-poste – quoique chères – se révèlent rapides, confortables et calmes4. Ce n’est pas toujours ce que décrivent les épistoliers de la famille.

Une voiture tirée par deux chevaux, photographe non identifié,1854-1865 [© BNF-gallica]


Charles Mertzdorff en 1860, en quête de nouvelles machines pour son usine de blanchiment des étoffes, ou le professeur d’anatomie André Marie Constant Duméril entreprennent des déplacements dans le cadre de leur profession. Entre 1811 et 1819 Duméril accomplit régulièrement des tournées de jurys de médecine en province pour valider les connaissances des officiers de santé. Il se déplace aussi à l’étranger pour collecter des informations médicales. En route pour l’Espagne où sévit une épidémie de « fièvre jaune », il raconte :

Nous sommes arrivés hier ici après avoir fait en trois jours les soixante six lieues qui nous séparent de Bordeaux par la route la plus mauvaise qui existe peut-être en Europe. Nous avons marché jour et nuit sur des sables où les roues s’enfonçaient jusqu’au moyeu quoique notre voiture fut légère et traînée par dix chevaux. au reste j’ai moins souffert qu’aucun de nous. (André Marie Constant Duméril à Bayonne, à son frère, 26 juillet 1805, 7 thermidor an XIII)

3- Les différents moyens de locomotion

Tous les moyens de locomotion peuvent procurer de désagréables sensations : la voiture à cheval (20 octobre 1814), la chaise de poste (8 octobre 1816), le chemin de fer dont on « brave la fatigue » (11 août 1864), ou le bateau :

Notre voyage sur le bateau à vapeur hier s’est fait aussi agréablement que possible, il a cependant été un peu long mais nous avons pris passablement de fatigue (Auguste Duméril à sa mère, 9 mai 1839)

4- La fatigue anticipée

Lorsqu’elle n’est pas dénoncée, la fatigue du voyage est anticipée, annoncée, conjurée tout au long du siècle : « Tout ce que je peux espérer, c’est que vous soyez bien remise de la fatigue du voyage » (14 juillet 1807) ; «  j’aime à croire que tu n’auras pas éprouvé trop de fatigue de tes quatre lieues en voiture » (22 août 1842) ; « je prendrai la diligence qui me conduira de Genève à Chamonix sans fatigue » (19 octobre 1879) ; « il vaut mieux qu’elle ne prenne pas tout de suite la fatigue du voyage » (8 novembre 1915).

On s’inquiète plus particulièrement pour les femmes, jusqu’à les écarter d’« un voyage charmant et plein d’instruction et de souvenirs » ; « nous aurions eu bien du plaisir à t’en voir faire partie, mais nous sentons que tu n’en aurais pu supporter les fatigues » se justifie un mari depuis la Belgique à son épouse restée à Paris (26 mai 1843). «  Je sais que les voyages la fatiguent beaucoup » (17 avril 1843).

Une attention particulière est également portée aux enfants :

Adèle [2 ans] n’aura pas été trop fatiguée de cette longue journée de chemin de fer, et toi-même, tendre amie, comment l’as-tu supportée ? (Auguste Duméril à son épouse : 15 septembre 1846-B)

et aux personnes âgées : « tu es bien fatigué sans doute mon pauvre Père après une nuit de voyage » (2-3 février 1880).

5- La fatigue niée

Encore plus souvent, en réponse à ces inquiétudes, l’absence de fatigue est notée. Chacun s’empresse de rassurer : « je ne suis aucunement fatigué de la route », « je ne suis pas fatigué de la route et j’ai très bien déjeuné, je t’assure », « me voici arrivé à Orléans, ma chère maman, très peu fatigué » (17 août 1835). Et même si André Marie Constant Duméril a peu dormi la nuit durant le trajet de Paris au Havre, cela suffit à le « tenir en très bon état, n’éprouvant aucune fatigue. » (4 septembre 1844). On s’inquiète des autres : « Félicité n’est pas trop fatiguée » ; « le transport s’est fait fort heureusement sans trop de fatigues pour ta mère » (27 mai 1832), « ces 2 nuits si pénibles passées en voyage ne paraissent cependant pas l’avoir fatigué » (31 octobre 1916) ; « ton papa est moins fatigué qu’à son retour d’Alsace » (27 août 1917-A).

O Geoffroy, Album photographique et descriptif du matériel du Chemin de fer du Nord. Wagons à voyageurs, 1re classe,
1858

Dès 1841 Maurice Alhoy claironne : « On ne voyage pas en chemin de fer… / On arrive… »5. Pourtant, quarante ans plus tard, le voyage idéal, rapide et reposant, reste encore un rêve : « dans un siècle d’ici, quand on ira sans fatigue de Paris à Vieux-Thann en 2 heures, ce sera possible » prédit plein d’optimisme Marcel de Fréville (11 octobre 1880).

Les lettres, qui doivent apaiser les appréhensions et calmer les alarmes au sein du réseau familial,  véhiculent avec ces formules ressassées autour du « bon voyage » la vision espérée, attendue, de moments sans fatigue. Relayant les nouvelles des uns et des autres, s’assurant de la santé des proches, les lettres  assurent ainsi leur fonction sociale.

***

La marche à pied

Dans ce XIXe siècle qui se motorise et où tout s’accélère, jeunes et adultes de la famille continuent de marcher à pied. Leurs occupations les mettent sur les routes et leur aisance financière autorise l’usage de divers moyens de locomotion ; cependant, ils leur arrive d’user leurs semelles sur les chemins. « J’ai déjà beaucoup marché aujourd’hui mais je ne me sens pas fatigué » assure André Marie Constant Duméril à son épouse (5 septembre 1844). Cela devrait calmer ses craintes  car, toujours attentionnée, elle a l’habitude de s’inquiéter :

Il paraît que tu n’oublieras pas de longtemps la fatigue que tu as éprouvée dans cette ville. Je désire bien que quelques jours après, cet excès de marche ne t’ait pas valu une migraine. (13 octobre 1812)

Avec plus de détails, certains épistoliers racontent les marches effectuées dans le cadre de leurs loisirs, et leurs déconvenues. Ainsi, en Suisse, « Marthe et ses deux ampoules » finit un trajet en voiture, tenant « à garder un peu de peau à ses talons pour les autres excursions » (15 août 1880-B)

Les joies de la promenade ne sont pas une nouveauté au XIXe siècle. Les historiens ont étudié l’attrait de la montagne et la découverte au XVIIIe siècle du plaisir des excusions. Jeune adolescent dans les années 1830, Charles Mertzdorff fut pensionnaire chez le pédagogue genevois Rodolphe Töpffer, connu pour les récits illustrés des voyages pédagogiques où il entraînait chaque année ses élèves et qu’il publia : Voyage pittoresque au Grimsel (1825), Voyage à Chamonix (1830), etc., repris dans les Voyages en zigzag (1844)6. Il semble que le jeune Charles n’ait que modérément apprécié ces « courses d’école » où il ne fallait compter « que sur soi et son bâton » pour « découvrir les voluptés de la fatigue ». Devenu adulte, en revanche, il parcourt avec plaisir les environs de Vieux-Thann, traversant les forêts alsaciennes, atteignant les sommets.

Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag ou excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons suisses et sur le revers italien des alpes, illustré d’après des dessins de l’auteur, 1846, vignette page 34.  [ETH-Bibliothek Zürich, Rar 2476, https://doi.org/10.3931/e-rara-8379]


Les épistoliers s’éprouvent dans les « défis des sommets » et des pentes sauvages  : « Hier soir, ces messieurs n’étaient de retour d’une excursion à Sentheim qu’à 9 h du soir et si peu fatigués, malgré une course de 4 h à pied au milieu des ronces » (3-4 septembre 1864)

Autour du marcheur se retrouvent les mêmes commentaires en miroir relevés à propos des voyages. Il y a ceux qui affichent des marques de lassitude (« Cette promenade matinale qui a duré plus de 3 heures, m’avait un peu fatigué », 23 septembre 1846-A) et ceux, au contraire, qui insistent sur l’aspect dispos du voyageur :

on m’a fait courir ! il y avait longtemps que je ne m’étais livrée à semblable exercice et ce qui m’étonne c’est que je n’en ai été ni fatiguée ni courbaturée (Marie Mertzdorff à son père, 11 août 1879)

Comme beaucoup de ses contemporains, et de plus en plus au cours du siècle qui valorise l’endurance, l’effort exigé est vécu de façon positive :

une délicieuse promenade, à pied, de 5 heures, qui m’a un peu fatigué, il est vrai, mais dont je suis revenu ravi (Auguste Duméril à son épouse, 23 septembre 1846-B)

Mais plus que l’exaltation du corps sportif qui triomphe dans l’effort des sommets alpins, les lettres se lamentent sur le corps affaibli et souffrant. C’est ce que nous verrons dans un prochain billet.

  1. Georges Vigarello, Histoire de la fatigue : du Moyen Age à nos jours, Seuil, 2020. []
  2. « Fatigues de mères ». []
  3. Op. cit., p. 27. []
  4. Marie-Bénédicte Diethelm, « Voyager avec Balzac. La route en France au début du XIXe siècle », L’Année balzacienne, 2005/1 (n° 6), p. 201-240. DOI : 10.3917/balz.006.0201. URL : https://www.cairn.info/revue-l-annee-balzacienne-2005-1-page-201.htm []
  5. Maurice Alhoy, Physiologie du voyageur, Aubert, Lavigne, 1841, p. 75, cité par Marie-Bénédicte Diethelm. []
  6. Voir le billet : « Élève de Töpffer ». []

Fatigues de mères

Parfois, une remarque entendue, un article ou un livre obligent à relire des textes familiers avec un œil ouvert sur des questions que l’habitude rendait jusque-là invisibles. Ainsi l’Histoire de la fatigue de Georges Vigarello1 a éveillé ma curiosité et j’ai cherché la présence du mot « fatigue » dans les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff-Froissart2. L’abondance insoupçonnée de ce mot3 sous la plume des épistoliers m’a surprise : plus de 800 fois entre 1790 et 1920, dont près de 400 fois dans les 1100 lettres de la décennie 1870-1879. Cela valait la peine d’y regarder d’un peu plus près. Fatigue des malades, des voyageurs, des travailleurs, des jeunes et des vieux… le champ est vaste et un prochain billet balaiera ces situations. Mais pour l’instant, il convient de se focaliser sur la fatigue des femmes : celles qui sont enceintes, qui deviennent mères. Il semble que les médecins au XIXe siècle accordent une place mineure à la fatigue de la femme enceinte ou accouchante. Les ouvrages médicaux, comme on pouvait s’y attendre, traitent plus volontiers des pathologies diverses qui peuvent les affecter. Certaines épistolières, en revanche, disent les souffrances ordinaires du corps, la fatigue des grossesses – ou leur absence.

Planche XXVI : « Tableau de la grossesse vue de profil. État naturel, 3 mois, 6 mois, 9 mois » (« Illustrations de Nouvelles démonstrations d’accouchements », Forestier, graveur taille-douce ; A. Chazal, dessinateur ; Jacques-Pierre Maygrier, auteur du texte ; 1822.) [BNF-Gallica]

I La grossesse

  • Alphonsine Delaroche-Duméril

La genevoise Alphonsine Delaroche (1778-1852), veuve à 21 ans, épouse ensuite le médecin André Marie Constant Duméril (1774-1860). L’année suivante, en 1807, elle donne naissance à Caroline, et en 1808 à Louis Daniel Constant :

Quoique je ne mette l'époque de mes couches que pour le milieu ou la fin de Juin, je suis déjà si grosse et si fatiguée que je m'attends à accoucher plus tôt. J'éprouve dans cette grossesse une chose dont je ne m'étais presque pas aperçue dans celle de Caroline, ce sont des douleurs dans les jambes, les genoux et les cuisses, ressemblant parfaitement à du rhumatisme, et qui sont si fortes par moments, qu'à peine je peux marcher (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa belle-mère, jeudi 26 mai 1808)

Après la mort, en septembre 1811, de la petite Caroline, un troisième enfant s’annonce en 1812, causant, malgré le repos prescrit, maux de reins (Dimanche 20 septembre 1812), fatigue, difficulté à se tenir debout (Mercredi 7 octobre 1812 – A). Il est vrai que la future mère a pris très tôt de l’ampleur, comme son mari en fait la remarque :

Mes chers parents, j’avais l’espoir, jusqu’à ces derniers jours, de pouvoir vous conduire ma femme et mon petit Constant pendant ces vacances ; mais notre grossesse est tellement volumineuse, quoique nous comptions au plus cinq mois, qu’à notre grand regret la prudence nous oblige à nous priver de ce plaisir.(André Marie Constant Duméril à Paris, à ses parents à Amiens, vendredi 14 août 1812)

Alphonsine, accablée du poids de l’enfant qu’il lui semble « sentir tout au bas du ventre », trouve un certain soulagement grâce à l’emploi d’une « ceinture élastique » (mercredi 30 septembre 1812).

Ce troisième enfant, le petit Auguste, naît 30 novembre 1812. Un quatrième enfant naît en 1815, qui ne survit que quelques mois, et un cinquième et dernier en février 1819 – qui meurt lui aussi à quelques mois, réduisant la fratrie à deux garçons, Louis Daniel Constant et Auguste.

j’ai eu bien des occupations depuis quelque temps a cause de l’approche du moment de ma couche, avec cela l’action et la position d’écrire me fatiguent beaucoup les reins, ce qui fait que j’écris très peu maintenant. (Alphonsine Delaroche-Duméril à ses beaux-parents, lundi 4 janvier 1819) 

« Notre » grossesse, souligne le futur père en 1812, marquant ainsi son empathie. Chacun s’empresse auprès de la future mère, mais celle-ci n’est pas dupe : «  Eh ! bien en effet on me gâte si tu veux l’appeler ainsi, mais on le fait par égard pour l’enfant que je dois te donner bientôt » (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, mardi 15 septembre 1812).

  • Les autres épistolières

Les autre futures mères qui prennent la plume sont beaucoup moins disertes sur leur état. Elles évitent voyages et efforts, on s’enquiert de leur santé et leur recommande le repos. Les mères et grand-mères en particulier, fortes de leur expérience, insistent sur la tranquillité nécessaire : Félicité Duméril à sa petite-fille qui accouchera de Jeanne de Fréville le 19 mars 1881 :

Que de fois nous pensons à toi et au petit enfant que tu nous donneras pour bien l’aimer et le choyer : prends toujours bien des précautions et repose-toi dès que tu te sens fatiguée. (Lundi 6 décembre 1880 - A)

Au début du XIXe siècle Émilie Mertzdorff-Froissart, mère elle-même de six enfants, se multiplie auprès de ses filles et belles-filles. Au sujet d’Élise Vandamme-Froissart qui attend son deuxième enfant : « Je tâcherai de tout préparer pour qu’Élise ait le moins de fatigue possible » (Mercredi 5 juillet 1916) ou de Lucie Froissart-Degroote, qui attend son cinquième enfant (elle en aura onze) et vient de perdre une petite Suzanne âgée de sept ans :

Lucie est toujours si fatiguée que cela nous ennuie quoiqu’elle ait des raisons de fatigue qui sont pour elle une très douce et consolante espérance (Dimanche 3 septembre 1916) 

Odile Degroote naîtra le 21 mars1917.

Si on devine à quelques allusions que Marie Mertzdorff-de Fréville est parfois incommodée ou lasse, elle se veut toujours rassurante pour son père :

Quant à moi je vais toujours supérieurement ; je me fatigue peut-être un peu plus en marchant parce que mon poids augmente mais je suis pleine de santé et de force (Marie Mertzdorff-de Fréville, mercredi 8 décembre 1880). 

Rassurante également pour ses amies, qui s’en réjouissent :

Et toi, ma Chérie, tu n’es pas trop fatiguée oh ! j’en suis bien heureuse, mais, je t’en prie, soigne-toi, dorlote-toi. Je suis bien sûre que si tu ne le fais pas, on le fait pour toi ; surtout laisse-toi mettre dans une boîte à coton. (Paule Arnould à son amie Marie Mertzdorff-de Fréville, dimanche 29 août 1880)

Les futures mères décrivent rarement des symptômes précis. Pour la très pudique Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff, la fatigue est implicitement associée à la grossesse ; c’est ainsi qu’à mots couverts elle fait des vœux pour sa sœur mariée : « je souhaite que tu te portes aussi bien que moi et cependant non, car je voudrais te voir une cause de fatigue que tu devines » (Mardi 17 janvier 1865).

II Livres de médecins

  • Pour l’enfant à venir

Quelques manuels mentionnent les désagréments du temps de la grossesse dont la première période, « qui dure environ quatre mois », est « marquée par une foule d’indispositions légères, vomissements, dégoût des aliments, digestions difficiles, etc. »4. Mais le souci de l’enfant à venir prime. Comme le répète pompeusement ce Guide des gens mariés : « Il faut entourer de grands soins l’acte reproducteur [] Qu’on se pénètre bien que l’acte reproducteur n’est pas une simple affaire de volupté, mais un fait très-grave, un devoir sacré, car il exerce une influence décisive sur la vie de l’être futur. »5

C’est pour cet être futur, l’enfant que la femme doit donner bientôt à son époux – pour reprendre les mots d’Alphonsine Delaroche-Duméril – que la future mère doit se ménager. « Il faut que les femmes grosses cessent de courir et de danser, qu’elles s’interdisent pendant quelques mois les voyages fatigants, qu’elles ne fassent pas de promenades dans une voiture mal suspendue; en un mot, elles doivent éviter l’extrême fatigue, les secousses du corps et les mouvements violents »6 conseille Eugène Bouchut dans les éditions successives de son livre. Ces conseils de prudence sont répétés de livre en livre par maints auteurs : le Guide des gens mariés7 (« Tant que dure la gestation, nous ne saurions trop recommander à la femme d’éviter tout ce qui peut l’affecter en bien comme en mal, au physique et au moral ; car une affection, de quelque nature qu’elle soit, a inévitablement un profond retentissement sur l’enfant »), le docteur Caradec8 aussi bien que Madame Maraval9. Et si le mot « fatigue » figure dans la monographie De la Grossesse de Théophile David, l’auteur emploie le mot… au sujet du (futur) père : « L’homme cherche à s’unir à la femme parce qu’il trouve en elle tout ce qui peut lui faire oublier ses fatigues et ses peines »10.

  • Les riches et les travailleuses

Ces règles qui traversent le siècle – et au-delà – ne sauraient cependant enjamber les classes sociales. Benoîtement Eugène Bouchut remarque : « Ces règles sont indispensables à suivre pour les femmes riches des grandes villes, car, pour les femmes de la classe ouvrière et de la campagne, les occupations grossières du ménage ou de leur profession habituelle, le travail de la terre principalement, peuvent être continués sans inconvénient. Chez ces femmes la vie active est au contraire favorable à la gestation »11.

Continuant, sur ce chapitre aussi, à emboîter le pas à E. Bouchut, le docteur Caradec reprend, 20 ans plus tard, la même distinction : « Je sais, mes chères lectrices, que vous allez m’opposer l’exemple des femmes de la campagne qui continuent leurs mêmes travaux durs et pénibles ; mais vous n’allez pas, je suppose, comparer vos petites constitutions délicates et chétives de femmes des villes à ces robustes et puissantes natures qui vivent en plein air… Femmes du monde vous êtes, et femmes du monde vous devez rester. Ce n’est pas une raison par exemple pour continuer à courir les bals et les théâtres »12.

Plus attentive aux réalités sociales, Mme L. Maraval, sage-femme, redoute « l’excès de travail, surtout pour celles qui travaillent à la machine à coudre, un faux pas, le mouvement des bras nécessaire pour soulever un fardeau pesant ou atteindre un objet trop élevé suffisent quelquefois pour provoquer une fausse couche »13.

III L’accouchement

Hormis les aspects physiologiques et chirurgicaux des accouchements, surtout pathologiques, le « vécu » de la mère retient peu les livres médicaux que nous avons parcourus. « Les fatigues de l’accouchement » sont rapidement mentionnées dans ces manuels tout au long du siècle : « La femme, après la délivrance, a besoin de se délasser des fatigues de l’accouchement »14. Ces fatigues, qui sont « plus ou moins longues, suivant que l’accouchement a été plus ou moins pénible »15, constituent un lieu commun que les lettres éclairent peu.

D’abord, les mères pendant un certain temps sont dans l’impossibilité d’écrire elles-mêmes. Une dizaine de jours après la naissance de sa seconde fille Caroline Duméril-Mertzdorff dicte à sa mère :

Quoique je ne puisse pas encore t'écrire moi-même je puis cependant venir te donner de bien bonnes nouvelles de nous tous, à commencer par moi je vais à ravir, il est difficile d'avoir une meilleure couche que celle que j'ai eue et quoique j'aie un peu plus souffert peut-être qu'avec Mimi je me remets bien plus vite n'ayant eu cette fois aucun accident, c'est aujourd'hui le neuvième jour et on commence à me nourrir ce que je réclamais à grands cris (lettre dictée par Caroline-Mertzdorff, destinée  à son père, vendredi 22 et samedi 23 février 1861)

Après la naissance de sa première petite-fille, le grand-père interrogeait : « voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? » (3 mai 1859 – A). Autre père et grand-père préoccupé de la santé des siens, Charles Mertzdorff écrit le lendemain de la naissance :

nous avons une petite-fille parfaitement bien portante [] Marie a une mine superbe dans son lit, est très gaie & si on la laissait faire, elle bavarderait tout le temps » (Charles Mertzdorff à ses beaux-parents, dimanche 20 mars 1881)
L'inquiétude des proches au moment de l'accouchement est légitime, et justifié le soulagement de tous lorsque dans les semaines qui suivent « mère et enfant se portent bien ». Jusqu'aux progrès pasteuriens, le taux de mortalité maternelle,  « même s'il est moins élevé qu'on ne l'écrit parfois » rectifient les historiens, n'est pas négligeable et on ne saurait minimiser l'effet psychologique du risque encouru 16.  Aussi, à la veille de l'épreuve, dans cette famille catholique, prend-on ses précautions : peu de temps avant d'accoucher, Caroline va se confesser :
Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m'a donné lui-même la communion sans que j'attende une messe (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, dimanche 20 mars 1859) 

L’isolement de la jeune mère est conseillé par la sage-femme : « J’ai proscrit les visites au moment du travail et quoi que je puisse passer pour sévère je dirai encore pas de visites après la délivrance, le repos, le calme sont bien plus profitables que toutes ces félicitations ennuyeuses et souvent mensongères de ces personnes que l’étiquette ou la curiosité plutôt qu’un véritable intérêt attireraient. »17.

Puis viennent pour les mères les fatigues de l’allaitement et des veilles au chevet de l’enfant. L’objet d’un autre billet ?

Planche LXXVII : « De l’allaitement en action » (« Illustrations de Nouvelles démonstrations d’accouchements », Forestier, graveur taille-douce ; A. Chazal, dessinateur ; Jacques-Pierre Maygrier, auteur du texte ; 1822.) [BNF-Gallica]

En contrepoint ironique, laissons la parole à Henri Thulié, médecin et homme politique. Manifestant son anticléricalisme, il oppose la courageuse mère de famille à l’inutile religieuse et valorise la première : « Il faut le constater avec tristesse, ce n’est pas la femme qui perpétue la race, ce n’est pas celle qui subit les douleurs de l’enfantement, les tourments et les fatigues de l’éducation des enfants, les charges et les responsabilités du ménage, ce n’est pas la mère de famille, en un mot, qui est l’objet du respect et de l’admiration des hommes; c’est la femme qui se soustrait à toutes les charges et à tous les devoirs humains, c’est la stérile, la religieuse. »18

 

  1. Georges Vigarello, Histoire de la fatigue du Moyen Âge à nos jours, Seuil, « L’univers historique », 2020. []
  2. Voir le site : S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale,  http://correspondancefamiliale.ehess.fr/. []
  3. « Fatigue » déclinée sous des formes voisines : fatiguant, fatigué, fatiguer, etc. []
  4. Emmanuel Clément, Guide des gens mariés, 1873, page 56. []
  5. Guide des gens mariés, p. 41. []
  6. Eugène Bouchut, Hygiène de la première enfance, comprenant les lois organiques du mariage, les soins de la grossesse, 1866, p. 98. []
  7. Op. cit., p. 57. []
  8. Dr Caradec, in La Jeune mère ou L’éducation du premier âge : journal illustré de l’enfance, rédacteur en chef le Dr Brochard, 1884-03, p. 34-35. []
  9. Mme L. Maraval, Manuel des jeunes mères : conseils pratiques d’hygiène concernant la grossesse, les suites de couches, les soins à donner à l’enfant, l’allaitement et le sevrage…, 1884, p. 18. []
  10. Théophile David, De la Grossesse au point de vue de son influence sur la constitution physiologique et pathologique de la femme, 1868, p. 33. []
  11. E. Bouchut, Op. cit., p. 98. []
  12. Dr Caradec, Op. cit., p. 34. []
  13. Mme L. Maraval, Op. cit. p. 18. []
  14. Jean-François Sacombe, Observations médico-chirurgicales sur la grossesse, 1793-1794, p. 230. []
  15. Eugène Bouchut, Op. cit., édition de 1885, p. 69 []
  16. Jean-Pierre Bardet, K. Lynch, Geraldine-P. Mineau, M. Hainsworth, M. Skolnick, "La mortalité maternelle autrefois : une étude comparée (de la France de l'ouest à l'Utah)", Annales de démographie historique, 1981, pp. 31-48, donnent un taux moyen en France dans le premier XIXe siècle d'environ 12 ‰. Hector Gutierrez et Jacques Houdaille, "La mortalité maternelle en France au XVIIIe siècle", Population, 38ᵉ année, n°6, 1983. pp. 975-994, estiment « à 6 % la proportion des femmes qui mouraient en couches ou des suites de couches » - « en admettant une moyenne de 5 enfants par femme ». []
  17. Mme L. Maraval, Op. cit. p. 31. []
  18. Henri Thulié, La femme, essai de sociologie physiologique : ce qu’elle a été, ce qu’elle est, les théories, ce qu’elle doit être, 1885, pages 140-141. []

Rêves

Illustration de Carloz Schwabe pour  Le Rêve d’Émile Zola, E.Flammarion, 1892-1893 (© BNF-Gallica)

 

Les rêves sont universels mais tous les rêveurs ne les racontent pas ni ne les écrivent. Les épistoliers de la famille Mertzdorff, qui font preuve de leurs compétences narratives dans leurs lettres familières, font allusion à leurs promenades oniriques et parfois les rapportent. Femmes et hommes, adultes et enfants attachent alors suffisamment d’importance à leurs rêves pour les commenter et les faire partager à leur entourage. À propos des journaux intimes, mais cela vaut pour la correspondance, Yannick Ripa note : « les diairistes, quel que soit leur niveau culturel, prennent conscience que le rêve est un miroir grossissant de ce moi qu’ils poursuivent à travers les mots »1. Alors que tant d’études savantes ont été publiées, jusqu’au dernier ouvrage du sociologue Bernard Lahire sur L’interprétation sociologique des rêves2, ce billet se contentera d’un inventaire des quelques rêves racontés – tous les rêves mentionnés ne le sont pas. On verra ainsi des récits qui relèvent de conceptions anciennes du rêve (rêve prémonitoire, contact avec les morts, etc.) puis ceux que l’on peut rapporter plutôt à une expérience sociale.

1- Le régime ancien du rêve

  • Les savants et les rêves

Jacqueline Carroy a montré combien les scientifiques du XIXe siècle ont pris leurs rêves au sérieux3 et en ont fait un thème de réflexion où se rencontrent l’analyse du savant et  l’observation de son intimité. L’Académie des sciences morales propose, comme sujet au concours de 1855, de répondre à ces deux premières questions : « Quelles sont les facultés de l’âme qui subsistent ou sont suspendues ou considérablement modifiées pendant le sommeil ? Quelle différence essentielle existe-t-il entre rêver et penser ? »4. Bien que le médecin André Marie Constant Duméril et son fils Auguste Duméril évoluent dans ce milieu intellectuel, leurs lettres familiales ne reflètent pas de curiosité particulière pour les rêves, les leurs ou ceux de leurs proches. En une seule occasion le jeune André Marie Constant Duméril, étudiant en médecine, fait le lien entre sa vie intellectuelle et ses rêves :

Le même jour j’ai été à la Convention, lire pour un camarade l’ordre qu’il présentait à la Convention. Le soir j’ai dormi de bon cœur, depuis trois ou quatre jours mon sommeil était laborieux. Je ne rêvais que muscles, nerfs et vaisseaux. Oh cette nuit-là je me suis enseveli bien paisiblement et, dans l’oubli général de toute une connaissance anatomique ! (André Marie Constant Duméril à son frère, 21 février 1795-A, 3 ventôse an III)

Sa seule préoccupation est un sommeil paisible.

  • Bien dormir

Au XIXe siècle, « le bon sommeil est lourd, réputé sans songe »5. C’est peut-être cela que les épistoliers souhaitent pour leurs proches : « dors bien » répète en particulier Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère (30 mai 1868), à sa sœur (« bonne nuit, dors bien et pense que ta Nie t’aime », 3-4 septembre 1864), à son époux (« Bonsoir, cher Ami, dors bien malgré nos grandes préoccupations et que Dieu nous garde les uns aux autres », 10 août 1870-D).

On rassure les proches : « Je dors bien et c’est un grand point pour moi qui ai besoin de tant de sommeil » (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 16 octobre 1812) ; « Je dors bien, et je suis satisfaite » (Eugénie Duméril à son époux, 17 septembre 1846-A). Et on souhaite la même tranquillité aux autres : « bonne nuit », «  à demain matin mon petit Père, dors bien repose-toi bien » (Marie Mertzdorff à son père, 19-20 janvier 1879). On compatit aussi : « Je te plains bien de tes mauvais rêves de la nuit de jeudi » (Auguste Duméril à son épouse, 9 juin 1851), on rassure :

Nous vous embrasserons pendant que vous dormirez, si vous rêvez qu’on vous embrasse ne croyez pas que c’est un mauvais rêve, ce sera papa et maman qui viendront voir si leurs petits choux dorment bien » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 10 juillet 1865).

Ces formules et ces gestes de conjuration protègent sœur, fille ou époux des dangers de la nuit hantée de fantômes – une peur venue des temps anciens.

  • Rêver des morts

Les ombres qui obsèdent les endormis, ce sont parfois les morts. La mort de Julien Desnoyers, tué pendant le siège de Paris en janvier 1871 à l’âge de 23 ans, pèse sur sa famille. La douleur de la perte s’exprime dans les premiers mois qui suivent l’annonce fatale, puis de façon récurrente pendant des années. Rêver de Julien, fils, frère, oncle tant regretté est une consolation :

Cher et bon Julien, je regarde souvent son cher visage, je ne puis croire à la réalité. Je rêve très souvent de lui. Encore cette nuit avec toi je le soignais ; au bout de 3 jours il se réveillait, nous parlait, et nous ne voulions pas lui dire tout ce que nous avions souffert… il nous souriait… enfin toutes sortes de choses comme cela, puis ceux que nous avons déjà perdus se mêlent dans mes rêves… (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, sœur de Julien, à sa mère, 26 février 1871-B)

Les enfants aussi prennent part au deuil familial :

Ma petite Émilie s’est réveillée toute en pleur [ ]. Elle dit qu’elle a rêvé d’oncle Julien, qu’il était dans le jardin et qu’elle le suivait… (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 25 -26 mai 1871)

  • Rêver le futur

Le succès des « clefs des songes » ne se dément pas au XIXe siècle. Brochures de colportage et ouvrages plus « sérieux » interprètent les rêves ; avec la cohorte des devineresses, cartomanciennes et spirites ils offrent à ceux qui veulent y croire des visions de l’avenir. Un recours prisé dans les périodes troublées et les moments incertains, mais une attitude rarement adoptée dans cette famille :

J’ai rêvé les ennemis ici, la nuit précédente, et que nous pliions bagage, pour leur laisser le champ libre, celle-ci, c’était les Anglais ; j’espère que ce n’est pas un présage. (Cécile Delessert- Delaroche à Nantes, à son époux, 22 mars 1814, pendant la guerre)

Les vertus prophétiques du rêve sont remises en cause et le scepticisme domine :

Sais-tu bien que nous aurons été tout près de trois mois éloignées l’une de l’autre [ ]. Cette nuit j’ai rêvé que tu étais revenue et que tu n’étais pas grandie du tout et comme j’en faisais l’observation, ta mère s’est fâchée tout à fait contre moi. Nouvelle preuve que rêve est mensonge car j’en suis certaine tu as au moins une tête de plus qu’avant ton départ et en tous cas je connais assez ma tante pour savoir qu’elle ne m’en voudrait pas pour si peu de chose et parce que je dirais ce que je pense. (Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril, 16 septembre 1857)

Quel malheur que le rêve que je viens de faire, mon petit Père chéri, ne se soit pas réalisé à mon réveil : tu arrivais nous surprendre mais de peur de nous éveiller tu restais dans la chambre à côté alors nous t’entendions et bien vite nous allions t’embrasser ; nous étions si contentes ! Juge de mon désappointement en ne voyant pas de papa ce matin et même en ne pouvant pas me dire pour me consoler : il arrivera tel jour. (Marie Mertzdorff à son père, 14 décembre 1876)

Mais il est agréable pour les épistoliers de raconter un rêve heureux, et même s’ils ne croient pas aux présages, ils de réjouissent de visions d’avenir avenantes. Ainsi le père d’une fillette de quelques mois :

Mais je cause, je cause & ne te dis pas que j’ai rêvé de Miki qui avait 3 à 4 ans, elle était si gentille que j’en ai encore le cœur tout plein. C’est que j’ai pris le thé dans une famille autrefois à Mulhouse où j’ai vu un amour de petite fille de 8 ans qui nous a fait très gentiment de la musique avec un tout petit peu de chant. (Charles Mertzdorff à son épouse, 6 mai 1860)

2- Le rêve comme expérience

  • Les conditions matérielles

Si les chercheurs actuels ne croient plus que les stimuli corporels durant le sommeil induiraient les rêves, cette hypothèse pouvait paraître novatrice au XIXe siècle. À cette époque, l’étude expérimentale des rêves cherche à quantifier les phénomènes psychiques. Mourly Vold (1850-1907) par exemple veut montrer l’influence des postures et des mouvements du corps pendant le sommeil sur la production des images oniriques6. Les épistoliers relèvent les conditions matérielles du sommeil qui induisent des rêves et, en retour, l’effet de ceux-ci sur l’état physique du dormeur :

Il faisait si chaud cette nuit que j’ai fait toutes sortes de mauvais rêves, les uns se noyaient, les autres ne revenaient pas, enfin, ce matin au grand jour, tout le monde va bien. (Eugénie DesnoyersMertzdorff à son époux Charles, 10 -11 août 1868)

Maman n’est pas mal, cependant aujourd’hui nous sommes un peu fatigués, ça tient peut-être à la chaleur et à un rêve de serpent qui mordait Julien et qui m’a donné le cauchemar toute la nuit. (Eugénie Desnoyers à sa sœur, 13 septembre 1863)

La jeune Marie raconte ses « malheurs » avec force détails : alors que les douleurs au genou qui la retenaient à la chambre s’estompent, elle s’endort « pelotonnée », mais

sans doute emportée par l’ardeur de mes rêves, je décoche subitement cette infortunée [jambe] à l’autre extrémité de mon lit, elle avait à supporter tout le poids de sa compagne et cet effort brusque ne lui a pas plu du tout ; elle s’est mise à crier de nouveau et m’a réveillée en sursaut (Marie Mertzdorff à son père, 30 octobre 1879)

  • Les menaces du présent

Yannick Ripa note que si l’ancien régime du rêve « projetais l’onirique vers l’avenir », l’axe temporel se retourne au XIXe siècle7, ancrant les dormeurs, lourds de leur passé, dans le présent. Les fonctions du rêve – et même la fonction du rêve – hantent les théoriciens qui approchent la question8. Certains font l’hypothèse que la simulation nocturne des menaces préparerait à mieux les affronter au réveil. Les problèmes qui préoccupent plus ou moins consciemment au cours de la vie se verraient proposer des solutions, testées par le travail onirique. Mise en scène des événements récents de la vie, retours sur un passé banal ou problématique, « le rêve est le lieu de tous les soucis » remarque Bernard Lahire.

Dans cette famille si attentive aux jeunes Marie et Emilie devenues orphelines très tôt, les rêves impriment les inquiétudes des adultes :

Un peu fatigué je te souhaite une bien bonne nuit ; sans mauvais rêve comme moi cette nuit qui d’un bout à l’autre de la nuit ne trouvais plus les enfants volés avec Cécile [la bonne des fillettes] (le père, Charles Mertzdorff, à son épouse, 4 août 1868)

Ou bien transparaissent les préoccupations d’un industriel dans l’Alsace annexée :

Depuis quelques temps les allemands pleuvent chez moi, hier j’ai eu un Juif pendant quelques heures ; aussi la nuit je n’ai fait que rêver Juifs & allemands. aussi suis-je un peu fatigué aujourd’hui. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 17 -18 juillet 1875)

  • « Je pense à toi », « je rêve à toi »

Tous les rêves ne sont pas pénibles, et les expériences agréables en référence à la réalité trouvent à s’exprimer :

L’autre nuit, j’ai rêvé que tu étais ici et j’en étais bien contente, je t’assure ; nous bavardions, nous bavardions comme nous ne pourrions le croire si nous n’y avions déjà passé.(Caroline Duméril à sa cousine Isabelle Latham, 5-6 février 1858)

Entre jeunes filles, le commerce amical est continu. Marie Mertzdorff envoie à Paule Arnould des fleurs cueillies en montagne ; mais le bouquet supporte mal le voyage et celle qui les a reçues raconte :

elles n’ont pas toutes repris dans l’eau, et ce n’est que cette nuit dans un rêve que je les ai vues resplendissantes de fraîcheur. Merci donc de votre envoi, je n’en avais pas besoin pour penser à vous éveillée, mais endormie, je ne pouvais en répondre. (Paule Arnould à Marie Mertzdorff, en vacances en Suisse, 31 août 1879)

L’entrée en relation que permet la correspondance, la mise en présence dont elle veut donner l’illusion se marquent par des formules telles que « je pense à toi » inlassablement répétées9. La communion par les mots, par la pensée se trouve redoublée dans le rêve. Le tête-à-tête amoureux pourrait s’instaurer : « Adieu bon ami, bon époux, rêve quelquefois à ta compagne qui t’embrasse tendrement. (Alphonsine Delaroche à son époux, 13 octobre 1812).  Au-delà de la relation conjugale, la pensée et le rêve agrippent toutes les affections, celle des adultes comme celle des enfants : « Marie et Émilie t’embrassent bien tendrement, on rêve souvent de tante Aglaé, preuve qu’on pense souvent à elle (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 28 novembre 1872)

Le « j’ai rêvé à toi », comme le “je pense à toi”, trouve sa meilleure efficacité dans la réciprocité. L’idéal est sans doute d’imaginer que l’être cher puisse écrire/rêver au même moment:

si tu savais comme je pense à toi en ce moment, mon petit Père chéri, et comme je voudrais pouvoir t’aider dans ton déménagement ! Pourvu que tu n’aies pas trop d’ennuis. J’ai été avec toi en rêve toute la nuit ; qui sait peut-être était-ce réciproque ? (Marie Mertzdorff à son père, 23 janvier 1877)

Mais la frustration, l’insatisfaction marquent souvent cet échange évanescent :

Adieu mon bon ami, j’ai rêvé à toi toutes ces nuits, mais je n’en ai pas été plus avec toi pour cela et c’est ce qui me chagrine. Je t’embrasse tendrement. (Alphonsine Delaroche à son époux, 18 septembre 1812)

Si, comme le pense Bernard Lahire, nous rêvons « en tant qu’êtres de langage capables de représentation »10, la figure de l’épistolier en rêveur, être de langage et d’écriture tendu vers l’autre, apparaît comme doublement efficace.

  • Rêve et hors-rêve

Il arrive que celui qui raconte son rêve s’interroge sur l’acte même de rêver. Ces moments semblent suffisamment intéressants pour être cités longuement.

Imagine-toi que toute la nuit j’ai soigné deux petits jumeaux, il manquait des langes et j’étais forcée d’en prendre deux dans l’armoire des pauvres ; ils (les jumeaux) avaient de bonnes petites figures rondes assez gentilles, je les vois encore, et de petits corps si petits qu’on avait peur à les tenir, mais le tout était en bon état. Tu comprends que ce matin en me réveillant j’étais un peu fatiguée d’une nuit aussi agitée ; il m’a fallu un bon petit moment pour reprendre mes idées, et comprendre que tout était rêve. Quelle chose extraordinaire que ce travail de l’esprit lorsqu’on dort et qu’on a l’air si calme. C’est peut-être toi qui avais fait naître dans mon imagination tout ce drôle de rêve. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à sa nièce, 29 juillet 1880)

Et aussi :

J’ai été occupée toute la nuit de toi et de ta petite fille [Jeanne] ; je suis encore fatiguée des nombreuses recherches que j’ai dû faire pour remettre la main sur Jeanne qu’une femme à laquelle tu l’avais confiée l’avait changée contre un gros garçon. J’arrivais chez l’affreuse nourrice avec ton oncle, la menaçait de la police, je criais pour mieux me faire entendre, et je regardais tous les enfants pour retrouver le petit trou de la joue droite. Tu étais si triste et si malheureuse que tu ne pouvais bouger. [] Quelle joie on éprouve au réveil de se dire : mais tout cela n’est qu’un rêve. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à sa nièce, 7 août 1881-A)

« L’interprétation sociologique des rêves montre que rien de ce qui se trame durant nos temps de sommeil n’est indépendant  des expériences sociales vécues »11. Pour éclairer ces rêves d’Aglaé Desnoyers, les relier à de possibles impressions intimes, à des perceptions extérieures transformées, il faudrait lire toutes ses lettres, raconter sa vie, expliquer qu’elle a dû élever les filles adoptives de sa sœur décédée, qu’elle les a mariées et continue de les seconder lors de leurs premières maternités alors qu’elle-même n’a pas eu d’enfant. Le récit des rêves s’insère dans le continuum des éléments biographiques dispensés, dispersés au jour le jour dans les lettres.

  • Rêve éveillé

Plus on avance dans le siècle, plus le rêve est commenté dans les écrits personnels12. Cette place croissante n’est pas vraiment perceptible dans la correspondance familiale des Duméril-Mertzdorff, malgré les deux extraits cités ci-dessus. Les mentions courent sur tout le siècle mais se tarissent au début du XXe : pendant le Grande Guerre les rêves sont éveillés et habillent projets et désirs plutôt que visions inconscientes. Le verbe « songer » apparaît souvent sous la plume, mais pas le mot « songe », au sens de « rêve ». Exceptionnellement, pendant la guerre de 1870-1871 :

Les évènements se succèdent avec une telle rapidité et les émotions sont si grandes qu’il semble réellement qu’on vive dans le pays des songes (Eugénie Desnoyers à son époux, 16-17 septembre 1870-B).

ou, dans le même registre, quelques mois plus tard :

 Que de victimes, que de douleurs. Il semble toujours qu’on rêve, tout cela ne peut être que l’effet d’un épouvantable cauchemar ! mais hélas non, c’est la triste réalité. » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5-6 mars 1871).

L’image mêlant catastrophe et incrédulité, qui renvoie au songe, est reprise par un épistolier :

Que de désastres et de douleurs depuis que nous nous sommes quittés, nous ne pouvions croire que pour notre pauvre pays et notre pauvre famille la mesure serait si complète. Il faut bien du courage pour envisager froidement la position que nous nous sommes faite et pour ne pas désespérer de l’avenir. Il semble que l’on vit au milieu d’un rêve ; on comprend à peine les événements qui se succèdent et on n’a pas encore bien nettement conscience de ses malheurs., (Alphonse Milne-Edwards à son beau-frère Charles Mertzdorff, 28 février 1871)

Dans les temps de crise, de doute ou de tristesse, on questionne les frontières entre le réel et l’onirique. Le plus souvent, c’est Charles Mertzdorff, père aimant souvent éloigné de ses filles, qui rêve éveillé. Parmi d’autres :

J’ai moi-même fait du feu dans le petit salon de mère, où je suis resté longtemps. J’y étais presque heureux, me figurant le passé & j’ai vécu ainsi près de 2 heures, lorsque Nanette [la cuisinière] est venue me sortir de mon rêve, pour faire des comptes. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 2-3 avril 1873)

je descends au jardin après mon souper, un sécateur à la main & l’éternel cigare à la bouche. Je fais la toilette des rosiers & je rêve un peu au passé. (Charles Mertzdorff  à sa fille Marie, 30 juin 1878)

Si Charles Merztdorff berce sa nostalgie, ses filles, privilège de la jeunesse, rêvent de plus joyeuse façon :

Quel bonheur de te revoir ! j’en rêve la nuit, j’en rêve le jour, j’y pense sans cesse et je voudrais être un peu plus vieille pour toucher déjà à ce cher moment de ton arrivée. (Émilie Mertzdorff à son père, 11 mai 1881)

En cette fin du XIXe siècle, de nuit ou de jour, « l’inconnu que dévoile le rêve n’est plus l’avenir ; mais le rêveur lui-même »13.

 

Deux vignettes de la planche « Rêve étoilé », estampe Pellerin et Cie, Épinal, 1891 (© BNF, département Estampes et photographie, Gallica)
  1. Yannick Ripa, Histoire du rêve. Regards sur l’imaginaire des Français au XIXe siècle, Olivier Orban, 1988, p. 115. []
  2. Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves, Éditions La Découverte, 2020. []
  3. Jacqueline Carroy, Nuits savantes. Une histoire des rêves (1800-1945), Éditions de l’EHESS, 2012. []
  4. Cité par Y. Ripa, Op. cit, p. 155. []
  5. Ripa, Op. cit, p. 106. []
  6. Andreas Mayer, « Des rêves et des jambes : le problème du corps rêvant (Mourly Vold, Freud, Michaux) », Romantisme n° 178, 2017. []
  7. Ripa, Op. cit, p. 12. []
  8. Lahire, Op. cit., pages 421 et suivantes. []
  9. Ces Bonnes Lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Albin Michel, 1995, page 135. []
  10. Lahire, Op. cit., p. 427. []
  11. Lahire, Op. Cit., p. 435. []
  12. Ripa, Op. cit, p. 115. []
  13. Ripa, Op. cit, p. 212 []

L’« intéressant » pour guide

Dans ses Souvenirs au si beau titre Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas, Paul Veyne revient à plusieurs reprises sur la notion d’« intéressant ». Dès son plus jeune âge il « s’enflamme » pour les traces de l’Antiquité païenne qu’il découvre dans les livres ou sous ses pieds, restituées par la terre provençale. A dix ans, les Hymnes homériques le révèlent érudit ; puis le petit garçon curieux devient historien de l’Antiquité romaine. Paul Veyne précise : « l’érudition est ludique : elle est intéressante, mais n’a aucun enjeu matériel, ni moral, ni souvent esthétique, ni social ni humain, c’est une simple curiosité, mais compliquée, ce qui fait son intérêt et son plaisir. »1

Paul Veyne et « l’intéressant »

Distinct de « l’amusant » qui semble un des critères favoris d’appréciation des activités pour les demoiselles Mertzdorff2, « l’intéressant », défini par Paul Veyne, est « un de nos principaux mobiles, il explique une bonne part des conduites humaines, culturelles et autres, bien qu’il soit souvent oublié dans les énumérations. D’accord, le sexe, l’argent, le pouvoir… L’intéressant, lui, ne s’explique par rien, il n’est pas utile, ni égoïste, ni altruiste, il n’est pas nécessairement rare, plaisant, élevé, précieux ou beau : l’intéressant est désintéressé »3. Cet éloge d’une conduite qui m’égare souvent dans des sentiers hors de la droite voie principale, qui m’écarte du texte d’une lettre pour suivre, partie d’un mot, d’un nom propre le plus souvent, les méandres d’une vie qui m’était inconnue ou les surprises de pratiques anciennes, cet éloge de ce qui ne passe pas souvent pour une qualité m’a rassurée. Ainsi confortée, je peux montrer où m’a conduite la lecture d’une lettre banale.

Une lettre de 1880 et un ouvrage de dame

Certes, c’est une lettre à trois mains, ce qui n’est pas courant : une mère et ses deux filles, Mathilde et Paule, âgées d’une vingtaine d’années ; sur le même feuillet elles s’adressent à leur amie, la veille de son mariage4. Malgré cette circonstance le texte n’a a priori rien pour retenir l’attention : ni réflexion sur ce moment unique, ni sentiment remarquable, ni récit piquant, ni style alerte. Les trois dames, qui vont assister à la cérémonie le lendemain, remercient d’un cadeau offert à cette occasion (une pendule) et réaffirment leur amitié qui s’est marquée par la confection d’un ouvrage.

Trois carreaux de faïence reproduits dans un Portefeuille en 1892 [BNF Gallica]

Rien d’original à cela, toutes les jeunes filles qui entourent les épistolières dans cette société bourgeoise s’affairent sans cesse à coudre ou à broder : pour elles, pour leurs proches, pour les pauvres. Le livre des modèles (l’Atlas) du manuel d’Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard, parmi tant d’autres, propose une grande diversité de motifs à broder5.

Dans le court paragraphe rédigé par la mère, Mme Arnould, quelques mots piquent l’intérêt. « Comme la mouche du coche j’ai fait quelques points à cet ouvrage, mais le plus intéressant c’est que le dessin a été calqué sur une des faïences de la Maison carrée d’Alger et les combinaisons de couleurs, nuances, etc. sont uniquement sorties de l’idée de vos amies Mathilde et Paule », écrit-elle. Les « faïences de la Maison carrée d’Alger » ? Me voilà partie.

Des colons amateurs d’art

Partie à la recherche de renseignements sur les faïences de la Maison carrée d’Alger. La piste se perd d’abord dans la banlieue d’Alger, vers la localité de Maison carrée, placée stratégiquement à l’Est de la ville et toute hérissée des faits de guerre du début du siècle (le XIXe), et dans le quartier de La Faïence, coincé entre La Montagne, La Glacière, La Cressonnière, Cité D’urgence – pittoresques ou tragiques, ces noms ne m’éclairent pas.

Les cheminements de l’Internet me présentent enfin un article où se côtoient, autour de 1900, la céramique algéroise et la famille Arnould (celle des signataires) : « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », de Clara Ilham Álvarez Dopico6. L’auteure invite à pénétrer le milieu des colons algérois qui, par son intérêt pour la production traditionnelle, a permis l’essor d’une nouvelle industrie de revêtements en céramique d’art, entre la fin des années 1880 et les années 1920. Elle cite une phrase d’Henri Klein – exergue ici complété : « La ville, devenue d’albâtre, se lustre aux céramiques de ses frontons et de ses tours, s’irradie aux verrines de ses baies, flambe aux vitrages des coupoles dressées sur ses atriums. Dans la campagne, sous leurs ornements de faïences, de tuiles vernissées et de cabochons, éclatent les villas mauresques épanouies de toute leur neige en leurs jardins solitaires »7. Vers la fin du XIXe siècle, les grandes demeures des environs d’Alger, reprises par des particuliers ou des institutions, sont réaménagées ; un « cachet plus oriental » leur est donné, grâce à un décor qui emprunte aux œuvres anciennes leurs couleurs et leurs riches motifs. Des architectes se mettent au service des amateurs et des collectionneurs d’art islamique. Clara Ilham Álvarez Dopico signale parmi les recréations de cette époque « la grande propriété du Bordj Polignac à Bouzareah », la villa de l’architecte Albert Bizet, celle, achetée en 1910, du négociant de vins d’Algérie Frédéric Lung et – nous y voilà – « le djenan Caïd el Bab à Birkadem, acquis en 1863 par Arthur Arnould (Reims, 1828 – Alger, 1867). [  ] Son [neveu], Charles Arnould (Reims, 1847 – Reims, 1904), maire de Reims, œuvre dans le même sens. » Citons l’article :

« [Arthur Arnould] restaure la maison, conserve tous les éléments d’origine et y apporte une splendide collection de faïences de toutes origines. En 1901 Henri Klein publie dans La Dépêche Algérienne une description enthousiaste de la villa, “exemplairement restituée dans son caractère”. Il y parle des “exceptionnelles faïences qui lambrissaient les murs sur environ un mètre cinquante de haut”, ainsi que d’autres carreaux de la collection Arnould “disposés dans des cadres, comme autant de tableaux, sur le reste des murs chaulés de blanc”. La presse de l’époque fait référence à la collection de Mme veuve Arnould [Marie Becker, veuve de Charles Arnould ] à Birkadem ».

Ainsi s’explique que Mathilde et Paule Arnould, nièces d’Arthur Arnould, en veine d’inspiration orientalisante, aient pu calquer le dessin de faïences algéroise pour leur broderie. Que brodaient-elles ? Coussin, paravent, garniture de fauteuil, de tabouret, de prie-dieu, tapis de lit, tapis de lampes, petit tableau, anneau de serviette… la liste est sans fin et nous ne savons quel objet elles ont offert. Pas plus que nous ne devinons quels motifs ont eu leur préférence.

Le goût d’un Orient fantasmé a inspiré les peintres depuis des décennies, mais il semble qu’il faille attendre quelques années encore – l’Exposition de 1893 par exemple – pour que les arts de l’Islam commencent à trouver un public.

Trois carreaux de faïence reproduits dans un Portefeuille en 1892 [BNF Gallica]

Un Portefeuille des arts décoratifs8 reproduit, en 1892, « trois carreaux de revêtement de muraille, en faïence décorée sur fond à reflets métalliques, Orient, XVIe siècle » de la collection du Musée des Arts décoratifs.

Moins attentives sans doute que leur oncle à l’authenticité des œuvres, les demoiselles Arnould improvisent leurs propres couleurs. En Algérie aussi des œuvres nouvelles sont bientôt créées : les demandes publiques et privées de décors amènent l’ouverture de nouveaux ateliers où des maîtres céramistes créent un langage orientaliste original.

***

Le sentier buissonnier emprunté à partir des « faïences de la Maison carrée d’Alger » aurait pu mener ailleurs. Sur le site, la lettre sera publiée avec une note : « Arthur Arnould (†) et Charles Arnould collectionnent les faïences islamiques à Alger » et j’aurai passé quelques heures quiètes, ayant, comme tous « les animaux supérieurs », « l’étrange faculté de [m]’intéresser à ce qui ne [me] sert à rien »9. Si « l’intéressant est désintéressé » je fais le pari qu’il se partage et j’espère qu’il n’est pas ennuyeux.

Fragment de céramique de revêtement (Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Claire Tabbagh / Collections Numériques)

 

  1. Paul Veyne, Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas : souvenirs, Albin Michel, 2014, p. 12. []
  2. Voir le billet de ce carnet : « Amusant ». []
  3. Paul Veyne, Op. cit., page 36. []
  4. Lettre du 13 avril 1880, de Paule Arnould, sa sœur Mathilde et leur mère, à leur amie Marie Mertzdorff, qui va épouser Marcel de Fréville. []
  5. Mme Celnart [Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard], Nouveau manuel complet de la broderie – Atlas, Roret, 1840, BNF Gallica. []
  6. Clara Ilham Álvarez Dopico, « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », ABE Journal [En línea], 13 | 2018, Publicado el 15 octubre 2018, consultado el 13 mayo 2020. URL : http://journals.openedition.org/abe/4333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abe.4333. []
  7. Henri Klein, Les lumières d’El-Djezaïr, 1918 [BNF Gallica, ark:/12148/bpt6k5612761f]. []
  8. Portefeuille des arts décoratifs, publié sous le patronage de l’Union centrale des arts décoratifs par Alfred de Champeaux, 1892. []
  9. Paul Veyne, Op. cit., page 37. []

L’enseignement à distance

Durant le printemps 2020, pendant la période de confinement, une multitude de moyens ont été mis en œuvre pour assurer la continuité de l’enseignement. Des liaisons téléphoniques, des rencontres virtuelles, des plateformes Web offrent aux élèves, depuis les enfants de l’école maternelle jusqu’aux lycéens et aux étudiants de l’université, la possibilité de suivre des cours à distance. Dans d’autres circonstances particulières, les demoiselles Mertzdorff ont, elles aussi, bénéficié de cours à distance en 1872. Les lettres familiales échangées cette année-là et celles envoyées par les professeures éclairent cette pratique pédagogique : les circonstances de sa mise en œuvre, sa pratique et les valeurs sur lesquelles elle s’appuie.

I- Le cadre

1- Dans l’Alsace annexée

A la suite de la guerre de 1870 et de la défaite française, le traité de Francfort (10 mai 1871) incorpore l’Alsace-Lorraine dans l’Empire allemand. Certains habitants « optent » pour la nationalité française et doivent quitter la région. D’autres restent : c’est le choix de Charles Mertzdorff, qui continue de diriger son usine de blanchiment d’étoffes. Sa famille est auprès de lui, dans la vaste maison de Vieux-Thann, au cœur de l’usine. Son épouse Eugénie Desnoyers, née et élevée à Paris dans un milieu d’« intellectuels », prend en main l’instruction des deux fillettes, Marie et Émilie (nées en 1859 et 1861).

Alentour, dans l’Alsace annexée, à la suite d’un recensement linguistique, l’usage officiel de la langue allemande s’impose. Une ordonnance de 1872 en fixe les modalités d’application ; elle devient d’usage exclusif dans l’administration et à l’école. Ce n’est pas un problème pour Charles Mertzdorff qui la pratique couramment. En revanche Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, qui en épouse de notable veille sur l’école des filles du village (une école tenue par des religieuses où les travaux de couture tiennent la première place), remarque :

Je continuerai de même à m’occuper des écoles jusqu’au jour où le français sera supprimé… Et on dit que cela ne tardera pas, déjà à Thann on a fait partir une sœur qui ne savait pas l’allemand. Tous les professeurs du collège de Colmar ont été renvoyés. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5-6 mars 1871)

La menace linguistique se précise :

Je te quitte pour aller à l’école de couture que je continuerai à faire marcher tant qu’on ne viendra pas nous obliger à y parler allemand ! car maintenant il n’y a plus que 4 h par semaine de consacrées aux Français !…(Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1871)

Et le résultat, deux ans plus tard, désole cette famille francophone :

qu’il est triste en même temps de penser que tout cela n’appartient pas à la France & que ce pays du Sundgau s’est si peu francisé : j’ai adressé la parole à un groupe d’une dizaine de jeunes garçons de 14 à 16 ans, qui sortaient donc des écoles, pas un ne comprenait le français ! (Louis Daniel Constant Duméril, à Morschwiller, à ses petites-filles Marie et Émilie Mertzdorff, 2 novembre 1873)

Mais la question linguistique n’est pas déterminante lorsqu’il s’agit de choisir le mode d’éducation des demoiselles Mertzdorff : pour les jeunes filles de la bourgeoisie « l’éducation privée », c’est à dire hors établissement, reste la règle1.

2- L’enseignement des mères

Comme la plupart des femmes de son milieu social, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff se charge d’instruire les petites filles à la maison. Lorsque qu’elles grandissent, la famille Mertzdorff fait le choix original de l’enseignement par correspondance, alors que ses voisins Berger par exemple engagent une institutrice à domicile2.
Dès les premiers apprentissages, lorsque Marie, l’aîné, a 5 ans, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff se souvient de l’institution parisienne qu’elle a fréquentée, celle de Mme Charrier, et elle réclame à sa sœur du matériel pédagogique plus adapté à l’âge tendre3 :

Si tu trouves les cahiers ou livres d’épellation de Mme Charrier tu me ferais plaisir de me les envoyer ; dans les livres il y a souvent des mots trop difficiles et les cahiers [de Mme Charrier] sont gradués si j’ai bonne mémoire (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 11-12 mai 1864)

Mme Charrier-Boblet, Cours complet d’orthographe. Premier degré. L’orthographe enseignée par la pratique aux enfants de 5 à 7 ans, nouvelle édition, 1870 [BNF-Gallica]

3- L’institution Boblet-Charrier

Madame Boblet et ses filles, Aimée Sophie Élisabeth et Caroline, épouse d’Édouard Charrier, fondent à Paris en 1826 un établissement d’éducation pour les jeunes personnes, que fréquentent Eugénie et Aglaé Desnoyers adolescentes. Madame Boblet, née Aimée Marguerite Gipoulou, est l’épouse de Claude Louis Boblet (vers 1775-1817), graveur de géographie et d’écriture, également libraire. Le couple a trois enfants. Louis Achille, le fils, né en 1802, est graveur et marchand d’estampes à Paris. Les deux sœurs Boblet, Caroline Aimée Boblet (1797-1875) épouse d’Édouard Charrier (1791-1853) et Sophie Boblet (vers 1808-1873) sont élèves d’un pédagogue, Alexandre Lemare (1766-1835), réputé précurseur de la méthode globale de Maria Montessori. Une demoiselles des Essarts Boblet, fille de l’une des enseignantes, complète ensuite l’équipe.
Les sœurs Boblet publient plusieurs ouvrages qui connaissent de nombreuses rééditions. Mmes Charrier et Boblet : un Mémento chronologique. Chronologie des rois de France, indiquant la date d’avènement de nos rois et celle de leur mort, avec un aperçu de leur règne,… (1844, 1853, 1860, 1864, 1867)  ; Mme Édouard Charrier (Mme Charrier-Boblet) : un Cours complet d’orthographe. Premier degré. L’orthographe enseignée par la pratique aux enfants de 7 à 9 ans… (1846, 1847, 1855, 1858, 1863, 1868, 1870, 1886) ; le même pour enfants de 5 à 7 ans4 et pour enfants de 9 à 12 ans ; des livres de grammaire, etc.

Dans leur cours d’émulation – celui qu’ont fréquenté Eugénie et Aglaé Desnoyers – les sœurs Boblet réunissent les élèves une fois par semaine, le jeudi, du 15 novembre au 15 mai et enseignent « toutes les branches essentielles de l’instruction ». Elles assurent également, pour quelques jeunes filles, un suivi pédagogique à distance.

II- L’enseignement

Ainsi débute, le mercredi 7 février 1872, une correspondance qui, ainsi que l’assure Sophie Boblet, devra « exciter l’émulation des chères enfants et leur tracer un plan d’études » mais dont « le but (premier pour moi et pour vous aussi, je l’espère) est de renouer entre nous des relations bien anciennes déjà et dont le souvenir nous est doux. » Elle poursuit :

Gratifiez-moi bien souvent, je vous prie, d’un mot qui accompagne l’envoi des devoirs, et (voyez combien je suis ambitieuse !) je vous demande aussi, de temps en temps au moins, un mot de votre grande fille que je me sens toute portée à aimer et pour elle-même, et à cause de vous.(7 février 1872)

Cet enseignement, placé sous le double signe du savoir et de l’affectif, demande une organisation rigoureuse.

1- L’organisation

  • Une grande disponibilité maternelle

Chaque semaine des « rapports » sont échangés, qui impliquent les enseignantes, les enfants et leur mère. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff décrit cette activité à sa famille parisienne :

nos journées ont été très remplies. Tu devines par quoi ? Le cours d’Émulation devant élire son domicile dans mon petit salon, il m’a bien fallu me mettre bien au courant afin de ne pas induire en erreur mes deux élèves qui ont tant de zèle que c’est un vrai plaisir que de les faire travailler. Aussi nous en sommes-nous donné à cœur joie ; et le résultat me paraît excellent (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 10 février 1872)

Lorsque le courrier des dames Boblet arrive, Eugénie « ne quitte pas sa table » de la journée : elle « fait les deux cours », « marque les devoirs » (lettre du 24 février 1872), surveille les leçons. Elle-même doit mener de front son travail d’institutrice et de maîtresse de maison :

Voilà ma journée si cela t’intéresse : Lever avant 6h […] puis ma matinée entière prise pour faire faire les concours à Marie et à Émilie et copier les indications. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur Aglaé, 28 juin 1872)

Mobilisée, elle assure l’indispensable écriture épistolaire : « Tout en dictant à Marie je vais essayer de causer avec toi » dit-elle à sa sœur (25-27 mai 1872). Devoir d’écriture dont les fillettes sont pour une fois dispensées :

Marie et Émilie voudraient t’écrire, mais jusqu’ici tous leurs moments sont pris pas les devoirs du Cours et elles n’arrivent pas trouver du temps de reste. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 19-20 février 1872)

La mère précise par ailleurs :

Mes petites filles continuent à aller merveilleusement bien, et à travailler tant et tant que je suis étonnée de ne pas les voir plus fatiguées. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 24 février 1872)

  • Du matériel pédagogique varié

Cet enseignement s’appuie sur un matériel pédagogique varié. Isolée en Alsace, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff fait appel à sa sœur Aglaé, parisienne, pour se procurer livres, tableaux, cartes, manuels :

Prier Mlle Boblet si on a besoin de quelques nouveaux tableaux polonais [des tableaux chronologiques coloriés] cet hiver de vouloir bien te les indiquer afin que tu puisses nous les faire adresser d’avance parce que sans cela nous les recevons à la fin de la semaine pendant laquelle on devrait s’en servir. (Note d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff transmise à sa sœur, octobre 1872)

C’est d’ailleurs Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards qui a suggéré d’inscrire les fillettes :

Je suis enchantée du conseil que tu m’as donné l’hiver dernier de leur faire suivre le cours. Au reste tu as toujours de bonnes idées (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10-11 novembre 1872)

Dans une autre lettre, Eugénie rappelle qu’elle désirait recevoir Une petite histoire de France de Gillet Damitte ; plus tard, l’écriture de la lettre se poursuivant le jour suivant, elle ajoute : « le petit livre d’histoire de France que je te demandais vient de m’arriver (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 25-27 mai 1872). A l’occasion cette sœur, Aglaé, participe au bon déroulement des échanges. Caroline Boblet-Charrier signale : « j’ai vu notre Aglaé, j’ai reçu d’elle tous vos envois » (Caroline Boblet-Charrier, 26 mai 1872), ou bien : « Vous avez su que votre chère sœur [ ] vous a porté, je crois, les livres qui seront utiles, cet été, à notre petite élève » (  mai 1872).
Les manuels publiés par Mme Édouard Charrier et sa sœur sont utilisés, mais une partie du matériel pédagogique est manuscrite. Ainsi la pédagogue « sur le point de manquer de [ses] copies de verbes irréguliers », adresse une demande à Desnoyers-Mertzdorff :

Vous seriez bien bonne d’activer la copie de la suite que vous avez chez vous ; et puis de me redonner la jouissance de mon texte pour une autre correspondante ; la chose presse, c’est pourquoi je devance de trois jours mon envoi hebdomadaire, afin que vous ayez trois jours de plus (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 mai 1872).

La copie du cours sera envoyée directement à une autre élève, en Côte d’Or. La fluidité du système doit compter sur un service postal ponctuel, ce qui est le plus souvent le cas – mais pas toujours :

Mes deux chéries vont bien, les lettres du cours ont manqué ce soir, c’est une déception (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 21 mars 1872)

Pour le cours d’hiver (4 mois de février à mai), Eugénie prévoit 20 francs de frais de timbres et demande « si cela suffi, [car] il me semble que pour la fin de la correspondance ces dames ne devaient plus avoir de timbres » (note d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, octobre 1872). La même note précise le prix de ce cours : « souscriptions du cours d’hiver pour Marie 180 F 00 ; idem 1872-73 pour Émilie 180 00 », « à remettre à Mme Charrier avant le 8 Novembre ». Le salaire d’une ouvrière parisienne est évalué à environ 2 francs par jour5.

Ces aménagements matériels sont mis au service d’un enseignement élaboré et de l’acquisition de savoirs variés.

2- Les savoirs

Le cours aborde des domaines multiples. Pour Émilie (11 ans), analyse, verbes, calcul, et orthographe :

la dictée de cette semaine laisse un peu à désirer pour les verbes, elle sera bien aimable de les réétudier en ayant sous les yeux le petit livre Éléments de grammaire par Mme Charrier. Pour l’arithmétique, je la prie d’en faire tous les jours sans irritation ni découragement ; bien savoir le commencement du petit [manuel de François] Delille, particulièrement les remarques sur la multiplication et la division ayant des chiffres décimaux. (Mlle des Essarts Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 mars 1872)

Les indications sur ce qui est attendu sont précises :

le petit morceau de [Charles-Gilbert Terray] Morel de Vindé, Devoirs des Enfants est page 24 des Premières leçons par cœur ; le Prix d’une belle action est page 123 et suivantes du même ouvrage (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 26 avril 1872)

Les exercices touchent à la grammaire (« analyse abréviative des fonctions » de la fable de La Fontaine « Le Rat et l’huître »), l’histoire de France, l’histoire grecque, à l’arithmétique (« Qu’est-ce que l’are ? ses multiples ? ses sous-multiples ? et ce à quoi ils équivalent? »), avec résolution de problèmes (« Vous avez 600 F en pièces de 5 F en argent, quel en est le poids ? combien y a t-il d’argent pur ? et combien d’alliage ? ») (Aimée Sophie Élisabeth Boblet, 15 avril 1872), etc. On fait des dictées et des compositions (concours de style) : « David pleure la mort de son fils Absalon dont il cherche à excuser le crime qu’il considère comme la juste punition de ses propres égarements ». Les acquisitions s’appuient sur une pédagogie, des principes et des valeurs communes aux deux parties.

III- La pédagogie et les principes

L’attention pointilleuse des enseignantes dialogue avec celle de la mère de famille :

Notre Émilie avait un peu perdu la tête pour son devoir d’histoire. ce sera bon à lui prouver combien l’étude doit se faire avec attention, surtout elle verra là à quel point il faut forcer l’esprit à remarquer et à retenir les faits principaux, comme la succession d’un prince, d’un roi à un autre roi, le degré de parenté qui les unit &&. (Mlle des Essarts Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 24 juillet 1872)

L’acquisition des connaissances repose sur trois principes (le plaisir d’apprendre, l’émulation, la place de l’affectivité) dans le partage de valeurs (le sentiment religieux et le patriotisme).

1- Le plaisir

La mère ne cesse de tracer pour les proches le tableau idyllique et souriant de la classe à la maison :

Mes fillettes continuent à ne voir absolument personne et jamais elles n’ont été plus gaies, plus rieuses et plus animées pour leur travail, l’arrivée des lettres du Cours est un vrai bonheur. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 7 mars 1872)
Mes fillettes vont très bien, et se sont remises au travail avec bonheur, Marie y met tout son entrain. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10-11 novembre 1872)

Cependant le plaisir pas toujours au rendez-vous :

Pauvre chère Émilie à qui ses devoirs causent des pleurs ! pauvre chère maman surtout qui voit les larmes, qui souffre des larmes de son Émilie bien-aimée ! Le calcul en 3e ne satisfait point du tout ma fille [une autre enseignante], qui s’y donne beaucoup de mal : elle va aviser. Émilie profitera, comme ses petites émules, de l’amélioration que ma fille veut faire dans cette branche si importante des études. (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 20 mars 1872)

2- L’émulation

Les « petites émules » écrit la directrice du cours pour désigner les élèves. L’émulation, qui figure dans le nom même du cours des dames Boblet, est en effet un moteur du système. Une succession complexe de compositions et de concours articule l’enseignement, sanctionnés par des récompenses, des prix, des cachets de couleur auxquels chacune est attentive :

demain matin les grandes composition iront se faire classer (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa mère, 10 février 1872)
A partir de cette semaine, tous les devoirs écrits (la dictée exceptée) seront les concours de prix et ne seront généralement renvoyés qu’à la fin du cours ; tant que cela me sera possible, je ferai exception pour vous, dans l’intérêt de notre chère élève (Aimée Sophie Élisabeth Boblet, 27 mars 1872)
Je lui envoie également un grand cachet qu’elle a mérité (Caroline Boblet-Charrier, 26 avril 1872)
Marie est dans la joie de son cœur, les deux
concours arrivés aujourd’hui lui ont valu deux cachets roses et des T.B. ; tu comprends que cela donne courage pour continuer à bien travailler. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 5 et 6 décembre 1872)

La petite Émilie rend compte de ses succès à la famille :

j’ai reçu une lettre de madame Charrier qui m’a dit que j’ai été proclamée 4 fois première dans le concours des prix (Émilie Mertzdorff à sa tante, 17 mai 1872A)

3- Les effects

Dès le début, les cours par correspondance sont placés sous le signe d’une amitié ancienne. « Le Cours » accorde « une place dans [son] cœur » à la famille d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff (Caroline Boblet-Charrier, 12 mai 1872) et le lui répète :

C’est avec bonheur que je prends la plume des mains de mère pour vous écrire moi-même. Laissez-moi vous dire tout d’abord la vraie sympathie que m’inspirent vos deux filles, voilà des jeunes filles réellement élevées, c’est une noble tâche que de s’occuper à former des âmes comme celles-là. (Mlle des Essarts Boblet à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 27 juin 1872)

Cette sympathie est réciproque. La mère de famille s’adresse sur un ton « affectueux » aux professeurs et les fillettes leur expriment de bons sentiments (14 février 1872) ; Marie est remerciée « de sa charmante lettre » (27 juin 1872) et de part et d’autre on s’embrasse – épistolairement – « de tout cœur », « du fond du cœur ».

4- Les valeurs

Cette proximité affective s’appuie sur des valeurs partagées : la religion et le patriotisme. Dans les lettres dont le sujet excède la stricte pédagogie, le registre religieux transparaît souvent : « comme vous le dites si chrétiennement », « les biens que Dieu nous a laissés » (21 octobre 1872), etc. Et lors de la communion de Marie, les dames Boblet s’unissent aux « émotions et aux prières » de la famille Mertzdorff.

L’expression du sentiment patriotique culmine avec la Souscription des femmes de France pour la libération des départements occupés lancée en 1872 ; elle récolte des fonds destinés à payer l’indemnité demandée par les Allemands. Si les membres du comité de direction de la Souscription sont des hommes, l’élan patriotique est largement porté par les femmes : au bénéfice de la souscription, telle violoniste, Marie Tayau, donne à la Rochelle un concert dont la recette atteint 3 000 francs, ou telle femme peintre, Herminie Waternau, offre en loterie deux peintures qui permettent de récolter 1 350 francs. Les dames Boblet ne sont pas en reste, qui, dans un grand élan lyrique, sollicitent les familles de leurs élèves :

quand cette malheureuse Alsace sera-t-elle de nouveau France ? Vivons dans l’espoir de ce jour il sera vraiment beau !!! Mais avant d’avoir atteint cette sommité du bonheur patriotique, il est un premier degré à franchir : la délivrance des 6 départements occupés ! pour obtenir ce premier résultat, ce tant désiré résultat, tout ce qui sent vibrer en soi la fibre française doit agir, doit s’associer à la belle et noble entreprise de la souscription des femmes de France (Caroline Boblet-Charrier à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 1er mai 1872)

Quelques jours plus tard, l’enseignante salue le résultat :

Merci, oh grand merci au nom de ma malheureuse patrie pour l’efficace sympathie que vous lui témoignez avez montrée (Caroline Boblet-Charrier, 12 mai 1872)

***

Malgré le partage des émotions et des bons sentiments, malgré l’investissement en temps de chacune et le travail des petites élèves, l‘enseignement par correspondance reste en déficit de présence réelle. Le souvenir vivace chez la mère des relations maîtresse-élève de son enfance et les liens épistolaires établis avec les fillettes doivent se fortifier par la rencontre : « pouvons-nous donc espérer de vous voir avant la fin du cours ? je veux le croire, il sera bon de se voir un peu et d’apprendre encore à se mieux connaître » (Mlle des Essarts Boblet, 24 juillet 1872) interroge-t-on en chœur depuis Paris.
Les circonstances tragiques exaucent le vœux des dames Boblet au-delà de leurs prévisions : elles vont non seulement rencontrer Marie et Émilie lors de leur venue à Paris, mais bientôt les accueillir dans leurs salles de classe. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff meurt en janvier 1873 et Charles Mertzdorff se résout à se séparer de ses filles : elles vont vivre à Paris, dans le foyer de la sœur Aglaé Desnoyers et de son mari Alphonse Milne-Edwards, au milieu des savants du Muséum et du Jardin des plantes. Pendant des années les demoiselles Mertzdorff fréquentent le Cours, qui pourvoit à leur instruction et à une amicale, studieuse et joyeuse sociabilité.

Pour citer cet article: {Danièle POUBLAN}, "L’enseignement à distance," dans Publier une correspondance, 07/05/2020, https://puc.hypotheses.org/5969.
  1. Selon la formule de Françoise Mayeur, L’Éducation des filles en France au XIXe siècle, 1979, page 8, l’éducation privée s’oppose à « l’éducation accomplie au sein d’un établissement scolaire, quel qu’il soit » et qui est réservée majoritairement aux garçons dans le premier XIXe siècle. []
  2. Voir le billet : « Institutrice à domicile ». []
  3. Mme Charrier a fait paraître, par exemple, en 1855 un Cours complet d’orthographe. Premier degré. L’orthographe enseignée par la pratique aux enfants de 5 à 7 ans. []
  4. La couverture de l’édition de 1870 est reproduite ci-dessus. []
  5. D’après Georges Renaud, « Prix et salaires à Paris en 1870 et 1872 », Journal de la société statistique de Paris, tome 14 (1873), p. 176-185. <http://www.numdam.org/item?id=JSFS_1873__14__176_0> []

Épidémies

« Quand j’étais au choléra… ». C’est ainsi que dans mon enfance j’entendais une dame, Marie-Louise C., évoquer les souvenirs des années passées dans un orphelinat à Marseille au début du XXe siècle. Son père, charretier je crois, devenu veuf, avait dû confier ses cinq jeunes enfants à une institution, La Chanterelle1. L’orphelinat avait été créé en 1835 lors de la grande épidémie qui ravageait la population marseillaise. L’évêque de la ville, Eugène de Mazenod (1782-1861), voulut  alors « secourir les filles pauvres ayant perdu leurs parents pendant l’épidémie ». Cet établissement tenu par des Dames de la Providence – le bâtiment a aujourd’hui disparu – était couramment appelé l’Orphelinat du Choléra.

L’ancien Orphelinat du choléra à Marseille

150 ans après l’épidémie, même pour celles et ceux qui ignoraient tout de l’histoire de la ville, le souvenir du choléra restait vivace dans le langage. L’épidémie aurait fait à Marseille près de 19 000 victimes en six mois. Si la Provence est alors particulièrement frappée, la France, l’Europe, les autres continents sont touchés au XIXsiècle par plusieurs vagues successives de choléra. Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff2 mentionnent deux pandémies : d’abord celle des années 1829-1837 qui depuis l’Inde gagne la Russie, l’Égypte puis l’Europe et l’Amérique ; ensuite celle des années 1863-1875 qui touche l’Europe du Nord, la France, l’Afrique du Nord et l’Amérique du Sud.

Le choléra en 1832

À Paris, le choléra fait une première victime, rue Mazarine, le 26 mars 1832. La Gazette médicale de Paris – Journal spécial du Choléra-Morbus, décompte 62 morts le 25 juin 1832 (17 décédés dans les hôpitaux et 45 à domicile), 43 le lendemain. L’épidémie se poursuit jusqu’en septembre ; elle aurait fait plus de 18 000 victimes. Les parisiens qui le peuvent fuient le danger. Le jeune Auguste Duméril raconte à son cousin havrais Henri Delaroche :

M. [Louis] Say a pris peur du choléra, qui exerce ses ravages avec assez de violence, à Grenelle, où il a placé son fils chez M. Taylor, et il l’emmène (Auguste Duméril à Paris, à son cousin, 12 avril 1832)

Les médecins sont impuissants, la panique gagne ceux qui n’ont pas pu se réfugier à la campagne. Si la maladie touche tout le monde, riche ou pauvre, Alexandre Dumas témoigne que « lorsqu’on dressa la statistique mortuaire, les quartiers des Tuileries, de la place Vendôme, et de la Chaussée d’Antin comptèrent huit morts pour mille vivants, tandis que sur mille vivants, les quartiers de l’Hôtel de ville et de la Cité comptèrent cinquante morts »3. Avec la même préoccupation, les statistiques très précises du médecin Louis René Villermé (1782-1863) centrent l’étude sur « les ravages du choléra morbus dans les maisons garnies de Paris »4.

Louis René Villermé, Note sur les ravages du choléra morbus [BnF-Gallica]

Les chambres et appartements meublés loués sont répartis en cinq classes, depuis la première, « habités par des personnes de distinction, par des membres du corps diplomatique et par de riches étrangers » jusqu’à la cinquième dont le nom, « maisons à la nuit », dit le dénuement. Villermé en dresse le tableau5 :
« pour 100 établissements garnis, il y a eu des malades cholériques
4 dans la première classe,
8 à 9 dans la seconde,
19 dans la troisième,
52 dans la quatrième
et 60 dans la cinquième ».
Et encore, remarque-t-il, les chiffres sont sous-évalués car « les logeurs avaient des raisons d’intérêt à cacher l’invasion de l’épidémie chez eux ».
Il constate que « les ravages de la maladie ont été en raison des causes flagrantes d’insalubrité que ces lieux présentaient, et de l’état de pauvreté, de misère de leurs habitants, surtout lorsque ces lieux servaient à la prostitution ».6

La famille Duméril appartient à la bourgeoisie éduquée et traverse sans dommage l’épisode infectieux. Le jeune Auguste Duméril rassure son cousin :

Quoique vous ayez eu dernièrement de nos nouvelles, par une lettre de maman, dans la crainte que vous ne vous inquiétiez sur notre compte, je viens, mon cher Henri, t’adresser quelques lignes, pour te dire que nous sommes tous encore très bien portants. Papa prend toujours beaucoup de fatigue, mais se sent cependant en très bonne disposition ; maman ne s’effraye pas trop, seulement elle prend toute sorte de précautions. (Auguste Duméril à Paris, à son cousin, 20 avril 1832)

Nous ne savons quelles sont ces précautions : confinement, hygiène, régime alimentaire, pratique religieuse, etc ?

De la pandémie suivante (1840-1860) qui fit plus d’un million de morts en Russie et gagna la Californie, il n’est pas question dans les lettres, sinon par une mention de cholérine, forme atténuée de choléra :

Tu pourras annoncer à la maison que nous avons de bonnes nouvelles de ma cousine Fröhlich, la cholérine seule règne maintenant à Montataire et la mortalité a cessé et Adèle et Marie ont encore eu une rechute et restent à la diète. (Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril, 16 septembre 1854).

En revanche la vague qui suit , celle des années 1863-1875, est évoquée dans les lettres.

Le choléra en 1865

Cette vague paraît particulièrement cruelle. Amiel note dans son journal, le mercredi 16 mai 1866 : « La lune rousse mérite son nom sinistre. – mauvaises nouvelles de tout côté : choléra, bruits de guerre, plongeon du crédit public. Joli mois de mai, te voilà venu ! »7. Dès le mois de janvier 1865, depuis l’Alsace, Eugénie Desnoyers-Mertzdorff raconte à sa sœur parisienne, faisant allusion au choléra :

Mes petits choux [les deux fillettes] sont bien bien raisonnables ; et on doit rendre grâce à Dieu quand on n’en est quitte avec des petits malaises. Voilà encore deux femmes qui viennent de mourir en laissant de tous petits enfants. Ici c’est comme à Paris. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 janvier 1865)

Le mois suivant, elle renchérit : «  il y a eu tant de morts à Thann » (à sa sœur, 9 février 1865). Et à son père :

Ici nous avons eu beaucoup de morts et de tristes événements dans les affaires, un grand nombre de filatures ferment après avoir fait de grands sacrifices, heureux quand c’est encore à temps. Tous ces tristes événements ne font que vous rendre plus reconnaissant pour le bonheur qu’on possède. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff au Vieux-Thann, à son père Jules Desnoyers, 3 février 1865)

Bizarrement, cette hécatombe annoncée ne se traduit pas dans les registres de l’état-civil de Vieux-Thann et de Thann. 1865 est même l’année de la décennie où l’on compte le moins de morts à Vieux-Thann : 40, alors qu’on en déplore presque le double, 76, le pic de la décennie, deux ans avant et deux ans après (en 1862 et 1868). A Thann, on relève 289 décès en1865, plus que l’année suivante (246) mais moins que l’année précédente (299) ; les chiffres extrêmes de ces années sont atteints, pour le moindre en 1867 (242 décès) et pour le maximum en 1868 (329 décès).

En fait, la pandémie ne se propage pas de façon uniforme et ses effets sont parfois perçus à retardement. Parlant de sa fille Founi (diminutif d’Émilie) et de son époux (Charles), Eugénie Desnoyers-Mertzdorff remarque quelques mois après ses constats alarmants du début de l’année :

Founi est un peu enrhumée mais ce n’est rien. Moi je vais tout à fait bien ; ce qui m’ennuie c’est que Charles depuis Lyon conserve toujours un peu la même indisposition qu’il a eu sous l’influence du choléra, mais ici, on dit toujours qu’il n’est pas encore arrivé. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 29 octobre 1865)

***

Au fil des décennies les lettres de la famille gardent trace des épidémies : lorsqu’André Marie Constant Duméril, jeune médecin, est envoyé en mission à Pithiviers pour enquêter sur les fièvres intermittentes qui ont touché plus de la moitié des 3 000 habitants de la ville (1802), et en Espagne peu après, à l’été 1805, pour étudier la fièvre jaune8. Il est également fait allusion à des épidémies de grippe (1858), de « maladies de poitrines » (1875), de fièvre typhoïde (1873, 1881-1882), de diphtérie (1883) ou de dysenterie pendant la Grande Guerre. Mais des souvenirs qu’elles ont laissés des années après il n’est pas parlé dans les lettres conservées.

  1. La Chanterelle, orphelinat situé 36 Rue d’Isoard à Marseille. []
  2. Voir le site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale ». []
  3. Alexandre Dumas, Histoire de la vie politique et privée de Louis-Philippe, Olivier Orban, 1981 [1852], p. 238 []
  4. Louis René Villermé, Note sur les ravages du choléra morbus dans les maisons garnies de Paris, depuis le 29 mars jusqu’au 1er août 1832, 49 pages. []
  5. Op. cit., p. 405-406. []
  6. Op. cit., p. 403. []
  7. Henri-Frédéric Amiel, Journal intime de l’année 1866. []
  8. Voir le billet : « Jaunes ». []

Institutrice à domicile

Au début des années 1870 la silhouette de « Mademoiselle Augusta » traverse les lettres de la famille Mertzdorff. Les lettres et les registres numérisé de l’état-civil permettent de cerner les traits de cette institutrice à domicile – un personnage familier au XIXe siècle dans les familles de la bourgeoisie.

1- Les employeurs

« Mademoiselle Augusta » est employée par une famille voisine des Mertzdorff à Vieux-Thann, les Berger. Le père, Louis Berger, est directeur de l’usine de construction de machines de son beau-père. Avec son épouse Joséphine André, ils ont cinq enfants : deux filles aînées, Marie et Hélène, qui ont le même âge que les demoiselles Merzdorff dont elles sont les grandes amies dans les années 1860, puis deux fils, Louis (même prénom que son père) et Charles (plus jeune de six ans), et enfin une petite dernière, Julie, née en 1868.

Louis, à 14 ans, poursuit ses études comme pensionnaire au Collège de Montbéliard « où il se plaît » dit Charles Mertzdorff, qui ajoute : « mais je ne sais pas pourquoi il a dû quitter brusquement la Suisse » (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 4 décembre 1873). Son frère Charles, 7 ans alors, « travaille très bien » (31 mars 1872). Ce sont probablement ses deux grandes sœurs qui le prennent en charge, avec la petite Julie :

Il paraît que vos grandes amies d’ici [Marie et Hélène Berger] sont très occupées tant par leurs leçons & par les études qu’elles-mêmes font faire à frère & sœur, ce qui les intéresse beaucoup (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 19 décembre 1874).

Bientôt un « petit Abbé » prend le relais et « continue l’éducation de Charles Berger dont il ne se loue pas trop » remarque Charles Mertzdorff (31 octobre 1876).
En 1866 les quatre aînés sont recensés au domicile de leurs parents ; sous le même toit vit également un beau-frère ingénieur de 24 ans et quatre servantes âgées de 22 à 31 ans. L’institutrice à domicile n’apparaît que plus tard.
La pension, donc, pour au moins l’un des fils et l’éducation en famille pour les plus jeunes enfants. Quant aux grandes demoiselles, elles bénéficient de l’enseignement d’une institutrice : « Décidément les petites Berger ne vont pas en pension, Mlle Augusta reste » annonce Charles Mertzdorff (11 avril 1870). Ce modèle d’éducation familiale des jeunes filles de la bourgeoisie est habituel à cette époque1.

L’institutrice de vocation selon Bertall2 « Les Français peints par eux-mêmes » [source : Gallica]

 

2- La famille de Mademoiselle Augusta

Louise Colet (1810-1876), femme de lettres dont on connaît les amitiés dans le monde littéraire, avec Gustave Flaubert en particulier, dresse un portrait de « l’institutrice » dans le tome 1 des Français peints par eux-mêmes3. Selon elle, « l’institutrice spécialement consacrée à faire l’éducation des jeunes filles qui ne quittent pas leur famille » est « presque toujours » « la fille de ces petits marchands ou de ces minces bourgeois parisiens qui disent à leurs enfants lorsqu’ils ont atteint l’âge de raison : Travaillez comme nous avons travaillé nous-mêmes. Alors l’institutrice de vocation se consacre à l’enseignement, comme elle se ferait lingère, modiste ou demoiselle de comptoir. Elle est dans la nécessité de se choisir un état, et son instinct la pousse à devenir institutrice. »
Je ne sais s’il faut parler d’instinct ou de nécessité. Pour « Mademoiselle Augusta » il semble bien que la situation économique de la famille ait joué un rôle décisif. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff précise à sa sœur :

elle est de famille alsacienne catholique ; le père était notaire, la mère est restée veuve il y a longtemps avec une nombreuse famille, 6 enfants je crois » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, fin octobre 1872)

Le père en effet, Louis Ignace Augustin Escbaccher, était notaire et il décède en 1853, à 48 ans. La famille est catholique – le recensement de 1846 le précise – dans un environnement protestant. Et elle compte non pas six mais onze enfants. Marie Auguste (Augusta) Escbaccher naît en 1840, la cinquième de la fratrie, mais il semble que deux sœurs et un frère, nés avant elle, meurent jeunes. Après elle, naissent trois filles et deux garçons. Que deviennent ces jeunes gens ? Une lettre d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff donne une indication pour le fils aîné, présent chez ses parents lors des recensements entre 1836 et 1851 :

L’aîné qui est marié a une place assez élevée dans les télégraphes français à Lyon il me semble. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, fin octobre 1872)

L’acte de mariage de la fille aînée, Valérie Escbaccher, née en 1834, nous apprend qu’elle est receveuse des postes ; en 1867 elle épouse Jean Baptiste Ruyer, un caissier plus âgé qu’elle. Son frère Ernest Escbaccher, est mentionné comme témoin : il a alors 24 ans et est employé de commerce à Mulhouse.

Marie Auguste Escbaccher est élevée chez les sœurs de la Providence à Ribeauvillé, puis elle suit en Allemagne, où elle est placée dans une famille, des cours de littérature et d’histoire. Orpheline de père, encombrée d’une fratrie nombreuse, avec une « apparence maigre, petite et un peu maladive », mais éduquée , « consciencieuse », avec « des sentiments réellement religieux » (lettre d’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, fin octobre 1872), que pouvait faire la jeune Augusta ?

Caroline Muller, qui étudie·les biographies « dites édifiantes », cite la biographie imprimée de Lucie Abadie (1869-1928)4. Sa mère est directrice d’une institution éducative pour jeunes filles dans le Gers et son père géomètre, tous deux « chrétiens sans peur ni reproche ». Mais ils décèdent alors qu’elle a vingt-deux ans. Instruite, l’orpheline trouve une place d’institutrice dans une famille noble. Puis cette « âme eucharistique » que l’on veut donner en modèle à un lectorat catholique « choisit de rentrer dans son village où elle fonde une œuvre d’adoration au Saint-Sacrement ». Augusta et Lucie, sans fortune, dans une situation sociale difficile, écartées du mariage par leur santé ou la crainte du déclassement social, peut-être par leurs convictions, ne voient leur avenir que dans une place d’institutrice à domicile. A quelle vie sont-elles astreintes ?

3- La vie de l’institutrice à domicile

L’institutrice « sait juste assez de grammaire, de géographie, d’histoire, de piano, de dessin, de mots estropiés d’anglais et d’italien pour se présenter avec assurance aux mères insouciantes qui confient aveuglément à une étrangère la direction de l’esprit et du cœur de leurs filles. Avec ces teintures superficielles de toutes choses, l’institutrice de vocation se dit en état de faire une éducation complète » fustige Louise Colet5.

Mademoiselle Augusta « a ses diplômes », elle sait le français et l’allemand et, si « elle n’est pas assez forte pour donner les leçons » de piano, elle peut en surveiller l’étude (2 octobre 1872) ; « elle a été sous-maîtresse 6 ans en Allemagne et institutrice depuis 10 ans dans deux maisons » (29 juillet 1872). Mademoiselle Augusta fait travailler ses « deux petites élèves » (14 août 1870 A), les accompagne dans leurs sorties au village et se joint aux autres dames de la maisonnée pour aller à la messe. Il est probable que, intégrée à la vie familiale, elle éprouve et reçoive de l’affection : un jour de 1870 que, devant l’avance des prussiens, les enfants sont éloignées de la ville, Marie Berger écrit une lettre à sa mère et Hélène en écrit une pour son institutrice :

Marie écrit à sa maman et Hélène à Mlle Augusta et moi à ma tendre mère (Émilie Mertzdorff à sa mère, 5 novembre 1870 C)

Mais nous n’en saurons pas plus sur sa place, son rôle et ses sentiments dans la famille Berger. Selon Louise Colet, « l’institutrice de vocation se prête à tout : elle excelle dans les ouvrages à l’aiguille, fait des bourses et des bonnets grecs pour monsieur, des collerettes et des chiffons pour madame, ajuste les robes de bal pour mademoiselle, la coiffe au besoin, brode à la veillée un meuble de tapisserie pour le salon, fait la lecture, écrit les billets d’invitation, règle les comptes, surveille les domestiques, se multiplie, devient une espèce de factotum, et n’a plus que le titre d’institutrice ». Louise Colet dresse un tableau ironique de la vie qu’a peut-être partagée Mlle Augusta : « En général, l’institutrice de vocation se place dans les familles à fortune aisée, mais peu brillante ; elle coopère aux calmes distractions de ces intérieurs placides rarement troublés par les passions, où règnent l’ordre, la propreté, la parcimonie, où l’on reçoit régulièrement à dîner tous les vieux parents et les vieux amis une fois par semaine, aréopage appelé à juger hebdomadairement les succès de l’élève, que l’institutrice fait valoir avec une minutieuse complaisance. Dans ces réunions intimes, l’institutrice est un personnage important : elle accompagne la romance, joue par monts et par vaux la contredanse, organise les charades, sert le thé et coupe la brioche. »

Loin de cette vie qui fait naviguer une jeune femme « dans les flots de familles diverses, parmi lesquelles elle passe d’année en année [ ] sans broncher aux écueils », Lucie Abadie, personne réelle et exemplaire, traverse héroïquement de multiples épreuves, offrant « ses souffrances spirituelles et physiques à Dieu pour le salut des âmes » et trouvant dans le récit qu’elle fait « des grâces reçues de Dieu [] un moyen de donner du sens à cette trajectoire »6. Quant à Augusta Escbaccher, personnage réel également, mais qui n’a pas laissé de témoignage connu, elle accède peut-être au sens de son existence par son dévouement à sa famille.

Si les lettres en disent tant sur cette institutrice d’une famille voisine – plus que sur Cécile, la bonne des demoiselles Mertzdorff, fidèle présence pendant des décennies – c’est qu’Eugénie Desnoyers-Mertzdorff s’affaire à lui trouver une place lorsque les Berger se passent de ses services. Eugénie, depuis l’Alsace, écrit en ce sens à sa sœur parisienne qui a de nombreuses relations et est en contact avec un cours pour jeunes filles. Mais finalement Augusta renonce, « remercie beaucoup de [leur] intérêt » Eugénie et sa sœur qui constatent : « elle ne paraît pas pressée de trouver une position » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 5-6 décembre 1872). En effet, Augusta s’occupe de son neveu auprès de sa sœur. L’état-civil de Lutzelhouse (Bas-Rhin) indique que cette sœur receveuse des postes, mariée en 1867, a un fils en 1868, une fille en 1870, une autre fille en 1872. « Je crois qu’elle est effrayée de Paris » conclut Eugénie.

***

L’institutrice à domicile est un personnage évoqué par écrivaines et écrivains, soit qu’elle habite leurs souvenirs, soit qu’elles aient fait elles-mêmes comme les sœurs Brontë l’expérience de cette profession7, soit qu’elle endosse dans les romans des postures stéréotypées, entre servitude et domination. Pour Louise Colet « il y a l’institutrice de vocation, l’institutrice ambitieuse, et l’institutrice par dévouement ». Si la description de la première présente finement des traits que l’on peut reconnaître chez Augusta Escbaccher, « l’institutrice ambitieuse » prête ses manigances à toutes sortes d’intrigues. Ce personnage de l’entre-deux (plus qu’une domestique, moins qu’une bourgeoise aisée) a tant séduit Louise Colet qu’elle en fait le pivot d’une intrigue dans une comédie, L’institutrice8 :Léonie et son frère, qui mènent une «  vie de bohèmes » se retrouvent sans ressources et la jeune femme se fait engager comme institutrice, malgré le cri de son frère : « Toi, ma belle Parisienne, faire ce métier de Genevoise ! ». A fréquenter le salon cossu de ses employeurs trouvera-t-elle un beau parti, un « petit baron » à épouser ?

  1. Marie-Françoise Levy, De Mères en filles : l’éducation des françaises, 1850-1880, Calmann-Lévy, 1984. []
  2. Bertall (1820-1882), pseudonyme d’un illustrateur, caricaturiste, graveur et pionnier de la photographie. []
  3. Louise Colet, « L’institutrice », Les Français peints par eux-mêmes. Types et portraits humoristiques à la plume et au crayon. Moeurs contemporaines, Philippart éditeur, 1876-1878, t 1, p. 81-88. [Gallica] []
  4. Caroline Muller, “Après avoir terminé la lecture de cet écrit, vous saurez tout”, blog : Acquis de conscience. Histoire(s) de XIXe siècle.[https://consciences.hypotheses.org/462 ] []
  5. Op. cit. []
  6. Caroline Muller, blog cité. []
  7. Philippe Lejeune, inlassable découvreur d’autobiographies, consacre un article aux autobiographies d’instituteurs et d’institutrices, mais il ne cite pas d’institutrices à domicile dans « Les instituteurs du XIXe siècle racontent leur vie » Histoire de l’éducation Année 1985, 25, pp. 53-82 [https://www.persee.fr/doc/hedu_0221-6280_1985_num_25_1_1285]. []
  8. L’institutrice, comédie en 3 actes par Louise Colet ; édition illustrée de 19 vignettes par – ici aussi – Bertall, collection « Romans populaires illustrés » [Gallica] . []

Guerre aux rats

Le combat contre les rats est une guerre séculaire.

” La Mort aux Rats et Souris c’est moi quy les fais mourir “, gravure éditée par Pierre Bertrand au XVIIe siècle (détail) [source : Gallica]

1- Les Goncourt dans les rues de Paris

Deux siècles après cette estampe1, les Goncourt décrivent en détail une chasse aux rats, la nuit, dans les rues de Paris2 : « Un homme marche en avant. Un autre le suit. Le premier a la face glabre, le visage en museau de fouine. Il porte une casquette de loutre, dont la visière est relevée ; il n’a pas de linge, une cravate de corde se roule autour de son cou, il est habillé d’un veston de jockey. De la main droite, il tient une petite tige de fer, de la main gauche une sorte de troublette [épuisette]. C’est le traqueur. Un hercule barbu suit le traqueur, balançant au bout d’un gros bâton une cage de bois, dont un côté est grillé de fer.[ ] Devant nous tous, à vingt pas du traqueur, quelque chose de grisâtre trottine, s’arrête, repart, flaire, quête. ” Trim ! ” fait le traqueur, et Trim, oreilles coupées, queue rognée, suit, museau en terre. Rue Saint-honoré, Trim plonge son nez dans une gargouille et s’immobilise tout à coup. Le traqueur arrive, dit à Trim : ” à ta place ! ” et pendant que le chien remonte à la tôle du tuyau, le traqueur met son filet à la bouche de la gargouille. » Le spectacle nocturne, aventure insolite, passionne pour un soir les bourgeois parisiens.

2- Dans la ménagerie du Jardin des plantes

Dans les années 1870, sans l’aide de professionnels, la chasse est menée avec acharnement par Alphonse Milne-Edwards dans la ménagerie du Jardin des plantes de Paris. Cette Ménagerie, ouverte en 1794 avec les animaux des ménageries royales et des animaux de foire, est aménagée peu à peu au cours du XIXe siècle pour accueillir des « animaux féroces » (1821), des rapaces en volière (1825), la première girafe présentée en France (1827)3, des reptiles et des singes (1837). En 1860, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire fait agrandir la ménagerie. Lui succèdent comme directeurs Henri Milne-Edwards (de 1861 à 1876) puis son fils Alphonse Milne-Edwards (de 1876 à 1900). C’est à ce titre qu’ils veillent sur les animaux, attentifs à la température l’hiver comme à la présence des rats. Le délabrement des bâtiments n’arrange rien :

les constructions de la Ménagerie tombent en ruine. J’en ai profité pour rédiger immédiatement un rapport qui va être transmis de suite au Ministre . J’en obtiendrai peut-être quelque chose. (Alphonse Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 6 avril 1877)

Marie et Émilie Mertzdorff élevées au foyer d’Alphonse Milne-Edwards, au cœur du Jardin des plantes, sont aux premières loges pour raconter le combat :

La chasse aux rats se continue malgré l’absence de cette pauvre Miss [un chien] mais elle est bien moins abondante quoique cette année les rats soient plus nombreux que jamais. Samedi nous il en sortait de tous les côtés et on ne savait auquel donner de la tête. Émilie était tellement acharnée qu’elle a aussi tué le sien à l’aide de Krabe [le chien d’Alphonse Milne-Edwards] et de son bâton. Moi je suis plus calme et j’aime mieux les laisser passer. (Marie Mertzdorff à son père, 5 juillet 1875)

3- Les armes

Les guerriers s’arment de bâtons :

Nous sommes ensuite parties avec oncle pour nos courses et nous avons même acheté [ ] une canne pour la chasse aux rats.(Marie Mertzdorff à son père, 20 juillet 1875)

On s’accompagne de chiens qui semblent dressés pour cela :

Miss [le chien] continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 16 août 1871)

Les années suivantes, le combat se mène au fusil :

Le soir après le dîner nous avons été dans la ménagerie avec tante et oncle et ce dernier a tué deux rats avec sa carabine.(Marie Mertzdorff à son père, 15 mai 1876 (A) )

4- les guerriers

Le professeur Milne-Edwards s’adjoint l’aide de proches : Émilie adolescente et sa sœur Marie Mertzdorff (peu efficace on l’a vu), un jeune neveu, Jean Dumas, et Marcel de Fréville que Marie épouse en 1880 :

Jean a tué lui-même un Rat ; aussi il est dans la joie et il ne rêve que nouvelles chasses et nouveaux exploits. (Alphonse Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 6 avril 1877)
Hier soir Marcel et Jean ont passé toute la soirée dans la ménagerie avec Krabe [le chien], et ils ont tué 14 rats ce qui les a rendus aussi fiers qu’heureux. Tu te figures la joie de Jean. (Émilie Mertzdorff à son père, 9 juin 1881)

La chasse aux rats semble même un divertissement auquel participent des amis du professeur :

Lundi soir nous avons eu M. Vaillant [le naturaliste Léon Vaillant] à dîner et nous avons fait ensuite une chasse aux rats des plus animées. (Marie Mertzdorff à son père, 7 juillet 1875)
Après le dîner Charles [Charles Brongniart, futur naturaliste] est venu me chercher pour aller faire un tour dans la ménagerie. J’y ai trouvé le reste de la famille mais absence presque complète de Rats, un seul a été tué dans un arbre où il se croyait à l’abri de tout danger. (Alphonse Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, 2 août 1875)

La chasse n’est pas toujours fructueuse :

Après le dîner nous avons été dans la ménagerie , on n’a pas tué un seul rat mais Krabe a pris deux bains dans le bassin de l’hippopotame. (Marie Mertzdorff à son père, 21 mai 1875)

5- En compagnie des rats

A côté de tous ces récits guerriers, la présence des rats hors du Jardin des plantes est signalée dans quelques lettres :

elle n’habite plus cette petite pièce froide et au grenier, trop près des rats pour son sommeil, où notre présence l’avait placée (Alphonsine Delaroche-Duméril, à Paris, à sa belle-mère, 13-14 novembre 1809)

ou, plus bienveillante :

Entre minuit & 1 h ne trouvant pas le sommeil je me suis décidé à me mettre à la fenêtre dans la cour si tranquille je me suis amusé à observer 2 rats qui se contaient, à voir l’intérêt qu’ils y mettaient, de bien belles choses. A cette heure même il faisait une chaleur extrême.(Charles Mertzdorff, à Vieux-Thann en Alsace, à son épouse, 9-10 août 1868)

Rats des champs et rats des villes cohabitent avec les humains. Comme le notait Louis-Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris en 17834 : « La quantité de rats qui sont dans Paris, (je ne parle pas de ceux qui logent dans les cervelles) surpasse l’imagination. Cachés pendant l’hiver le long des quais dans des piles de bois, ils descendent en été au bord de la rivière : là ils sont d’une grosseur démesurée. Des peuplades entières vivent dans ces souterrains et y forment des excavations remarquables ; ils entrent dans les caves quand la rivière hausse, et y rongent tout ce qu’ils trouvent. Aussi dans ces quartiers voisins de l’eau faut-il une armée de chats pour combattre cette armée de rats. Ceux-ci sont d’une telle stature qu’ils ne tremblent plus devant le plus fier rominagrobis, et le combat se livre à forces presqu’égales. » 

  1. Cette gravure au burin et à l’eau-forte,  de 16 cm par 25,2 cm, est éditée par Pierre  Bertrand (1600 ?-1678 ?) ; elle comporte une autre scène : ” Huistre a Lescallo “.

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53192248z []

  2. Jules et Edmond de Goncourt, Journal, janvier 1855. []
  3. Voir le billet : « L’année de la girafe ». []
  4. Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, t. 5, chapitre 422, 1783. []

Éducation(s) de filles

« Les malheureuses jeunes filles sont réduites pour toute distraction à tirer l’aiguille toute la journée, remplaçant seulement la tapisserie par la dentelle et la dentelle par le crochet ! et souvent pour arriver à faire avec beaucoup de peine quelque chose d’inutile et de généralement laid ! » Qui dénonce avec tant de sévérité l’éducation que reçoivent les jeunes filles au XIXsiècle ? Une pédagogue progressiste ? Un homme politique partisan de l’éducation des jeunes filles ? Relisons quelques prises de position de ces femmes et ces hommes engagés.

I- Expressions publiques

Jules Simon, L’École    [Gallica]

 

L’homme politique Jules Simon (1814-1896) est catégorique : « L’enseignement primaire des filles n’est pas à améliorer, il est à créer » inscrit-il en titre du premier chapitre de la partie de son ouvrage consacrée à « L’éducation des filles » en 18651. Les chiffres qu’il cite sont édifiants. S’appuyant sur la capacité des hommes et des femmes à signer leur acte de mariage, il déplore : « La statistique des mariages pour 1861 donne les résultats suivants, dont l’optimisme le plus imperturbable ne saurait se contenter : Sur 100 mariés, le nombre des hommes qui n’ont pu signer est de 29.27, le nombre des femmes de 44.6. Les chiffres sont encore plus douloureux et la disproportion entre les sexes plus marquée, si l’on ne tient compte que de la campagne [ ] Encore doit-on se souvenir que beaucoup de personnes qui ne savent ni lire ni écrire apprennent à tracer leur nom  »2. Inlassablement, Jules Simon répète, comme devant le Corps législatif le 2 mars 1867 : « Les filles, même dans les pensionnats les plus élevés, reçoivent une instruction futile, incomplète, toute d’arts d’agrément, mais sans rien de sérieux et d’élevé. »3

Julie Victoire Daubié, L’émancipation de la femme [Gallica]

Julie-Victoire Daubié (1824-1874), première bachelière de France, féministe, plaide pour « l’émancipation de la femme » : « L’enseignement de la femme est un devoir de justice »4. Selon elle, la pauvreté des parents et l’incapacité des institutrices surchargées de travail sont cause « de l’instruction déplorable des filles ». « La plupart des institutrices, on ne saurait le nier, sont si impropres à leur tâche qu’après avoir donné des notions élémentaires de la lecture, de l’écriture et du calcul, elles laissent végéter les enfants d’une intelligence même exceptionnelle, sans leur communiquer de connaissances plus étendues ». Au milieu du XIXsiècle presque la moitié des femmes ne peuvent écrire. Et pour les autres, leur savoir reste insuffisant. Même « certaines jeunes filles de la classe aisée » sortent de l’école « à seize et à dix-sept ans, sans avoir appris l’orthographe la plus usuelle [ ] sans avoir l’esprit ouvert sur aucune question, sans prendre intérêt à aucune lecture »5.

Un autre homme politique, promoteur de l’enseignement secondaire féminin, Camille Sée (1847-1919) présente une proposition de loi à la Chambre des députés, le 27 mai 1879 à Versailles. Au lieu de donner une éducation solide aux jeunes filles, dit-il, « on lui fait passer dans la frivolité, dans l’oisiveté, les années de son adolescence. Elle s’habitue à juger sans connaître, à parler sans savoir, à lire dans des livres insipides, à ne trouver chez elle que des occupations matérielles, et à chercher au-dehors des distractions. »6.

Au début du XXe siècle l’institutrice Clarisse Juranville (1826-1906), prolifique auteure de livres pour la jeunesse et de manuels scolaires, associée à Pauline Berger, propose d’élargir les connaissances des jeunes filles à ce qui touche « aliments, vêtements, habitation, chauffage, éclairage, industries diverses »7.

Clarisse Juranville et Pauline Berger, Le bagage scientifique de la jeune fille, page 5   [Gallica]

Pour introduire leurs leçons, elles imaginent une sortie scolaire. Une institutrice emmène ses élèves à la campagne et, les écoutant parler, se désole : « Vous êtes là une vingtaine âgées de douze ans et plus, et rien de sérieux ne vient dans votre conversation, rien du réel de la vie courante ! Serait-ce que je ne vous ai pas obligées assez à jeter un coup d’œil autour de vous ? Si vous saviez, enfants, comme, en dehors des billevesées et des contes que vous venez de rappeler, il y a des choses intéressantes dans la nature, dans l’industrie ». Convaincues, les jeunes filles réclament :
« -Madame, rendez-nous savantes !
– Savantes ! oh non ! fit modestement l’institutrice, mais instruites, ce qui n’est pas la même chose. Je voudrais qu’en quittant la classe chacune de vous emportât un ensemble de connaissances variées qui permît de dire d’elle : Elle sait ce qu’il est indispensable de savoir ; elle peut parler d’une manière exacte sur mille choses utiles, pratiques, usuelles ; elle connaît le parce que des nombreux pourquoi de la vie journalière. »8

On pourrait citer bien d’autres textes, de Victor Duruy, Jules Ferry, Paul Bert, Élisa Lemonnier9, Octave Gréard, etc. Au XIXsiècle l’éducation des filles devient un sujet récurent, et l’accord se fait sur les fondements de l’enseignement féminin, qui doit inculquer les valeurs morales et nationales  ; mais deux voies s’affrontent : les partisans des congrégations religieuses enseignantes et les tenants d’un enseignement d’État. Les lois successives traduisent cet enjeu politique et social :
– la loi Guizot de 1833 ne s’occupe que des garçons (obligation est faite à chaque commune d’ouvrir une école de garçons).
– la loi Falloux de 1850 dispense les maîtresses de diplômes (une « lettre d’obédience » de leur congrégation suffit), ce qui entraîne globalement une baisse de niveau dans les pensionnats féminins10.
– Victor Duruy oblige en 1867 les communes de plus de 500 habitants à ouvrir une école pour les filles, leur propose des « cours secondaires» (qui ont peu de succès) et leur ouvre l’accès à l’enseignement supérieur dans les facultés de droit, de lettres et de sciences.
– en 1881-1882 Jules Ferry impose l’école primaire gratuite, laïque et obligatoire pour les garçons comme pour les filles avec des contenus à peu près identiques.
– en 1880 la loi Camille Sée ouvre un lycée de filles (payant) par département, avec des programmes spécifiques.

II- Écrits privés

= Une jeune fille privilégiée

Aucune des personnes dont nous venons d’évoquer l’engagement en faveur de l’enseignement féminin n’a écrit les lignes qui introduisent ce billet. L’auteure en est une jeune fille de la bourgeoisie, bien intégrée dans la société de son temps, assez conventionnelle dans son mode de vie et ses idées : Marie Mertzdorff, 19 ans, que les lecteurs familiers de ce carnet connaissent. Dans cette lettre à son père Charles Mertzdorff du 26 novembre 1878, elle poursuit : « Mais il ne faut pas que je devienne méchante ; tout ce que je peux faire c’est de te sauter au cou et de te remercier de nous avoir mises à même de trouver beaucoup de plaisir ailleurs. » Cet « ailleurs », c’est l’étude : Marie adore étudier11 et ses lettres énoncent la diversité des cours qu’elle suit. La remarque de Marie pointe les caractéristiques de l’enseignement à son époque12 :
– un enseignement très lié à la classe sociale – ce que constate Marie
– un enseignement spécifique réservé aux filles – ce qu’elle ne remet pas en question
– un enseignement qui connaît d’énormes disparités territoriales.

Marie Mertzdorff échappe partiellement à ces contraintes. Elle appartient au milieu parisien aisé et elle est élevée dans un environnement privilégié, ouvert à la vie intellectuelle de son temps.
Après la mort de sa mère puis de sa mère adoptive, elle est prise en charge par la sœur de cette dernière, Aglaé Desnoyers, et son époux Alphonse Milne-Edwards. Marie Mertzdorff et sa sœur Émilie vivent à Paris au cœur du Jardin des plantes, dans le foyer de ce professeur, où vit aussi son père, Henri Milne-Edwards, président-fondateur de l’Association pour l’enseignement secondaire des jeunes filles (1867-1875). Marie et sa sœur écrivent très régulièrement à leur père resté en Alsace et lui détaillent leurs occupations. Avec ponctualité, elles font le récit circonstancié de leurs études.

= Une jeune fille éduquée

« L’article premier de la loi du 28 mars 1882 dote l’instruction primaire élémentaire du programme le plus complet et le plus étendu que nos écoles aient jamais reçu » note Ferdinand Buisson13. Il rappelle cet article : « L’enseignement primaire comprend
L’instruction morale et civique
La lecture et l’écriture
La langue et les éléments de la littérature française
La géographie, particulièrement celle de la France ; l’histoire, particulièrement celle de la France, jusqu’à nos jours
Quelques notions usuelles de droit et d économie politique »

A la lumière de ces exigences, on mesure la qualité de l’enseignement reçu par les demoiselles Mertzdorff. En Alsace, les fillettes apprennent à domicile lecture, écriture et calcul avec leur mère. Bientôt celle-ci est épaulée par un cours parisien qui envoie régulièrement leçons et devoirs. Arrivées à Paris, Marie et Émilie fréquentent une institution privée et, en complément, reçoivent de nombreux cours particuliers, selon un usage aristocratique qui s’est étendu à la bourgeoisie parisienne14. Elles sont également inscrites aux cours que donne l’Association de la Sorbonne dès 1867. La recherche d’une éducation accomplie se marque par exemple pour l’écriture, qui s’attache à la maîtrise de la graphie, jusqu’à la calligraphie, grâce à un maître d’écriture spécialement engagé :

le professeur est d’un âge respectable et me paraît très bien, je me suis trouvée, après avoir cherché sans découvrir le fameux maître, en avoir deux le même jour, l’embarras était grand mais j’ai penché naturellement pour le plus respectable, pour les cheveux blancs, espérant qu’il aura aussi le talent (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à son beau-frère Charles Mertzdorff, 26 octobre 1873 (C)

L’histoire sainte inculquée dans l’enfance est bientôt complétée par l’histoire de France et l’histoire grecque (Émilie Mertzdorff à son père, 19 décembre 1878). Les jeunes filles apprennent la géographie avec Émile Levasseur, professeur du Collège de France, fondateur de la Société de Géographie commerciale :

M. Levasseur a paru et nous a fait une leçon des plus intéressantes j’ai appris beaucoup de choses nouvelles (tu diras que ce n’est pas étonnant). On commençait la géographie de l’Europe ; on nous a parlé d’abord de l’Europe comparée aux autres parties du monde puis on a fait l’histoire des côtes de l’océan glacial et de la mer Baltique. (Marie Mertzdorff à son père, 29 novembre 1877)

Pour les matières scientifiques, la physique leur est enseignée par Émile Fernet venu de l’École polytechnique :

Hier nous avons eu le cours de physique qui nous a paru assez difficile mais très amusant tout de même ; c’était sur la pesanteur, la vitesse des corps, l’espace qu’ils parcourent, le centre de gravité. Nous y retrouvons toujours les demoiselles Fernet qui sont très gentilles et qui suivent assidûment le cours de leur père. (Marie Mertzdorff à son père, 22 novembre 1878 A)

et la chimie par Alfred Riche venu lui aussi de l’École polytechnique :

Je sais maintenant, ou plutôt que dois savoir, ce que c’est que l’air ; j’ai bien compris les expériences successives de Lavoisier et j’ai vu comment l’azote éteignait la lumière tandis que l’oxygène la rallumait ; après lui donnait une grande intensité ; après avoir regardé brûler du magnésium dans de l’oxygène nous étions complètement éblouies. (Marie Mertzdorff à son père, 29 novembre 1877)

Bien que tentées par la botanique, elles y renoncent faute de temps (Marie Mertzdorff à son père, 3 février 1879). Pour les langues, elles étudient pendant des années l’allemand et l’anglais.

Les arts d’agrément requièrent également les meilleurs professeurs. Les demoiselles fréquentent l’atelier du peintre Paul Flandrin :

Vendredi j’ai eu une longue séance d’atelier pendant laquelle j’ai bien travaillé [ ]. Je fais toujours la bosse à force et cela m’amuse beaucoup. (Marie Mertzdorff à son père, 9 février 1879)

Marie reçoit les conseils de Ange Louis Guillaume Lesourd-Beauregard, professeur d’iconographie végétale au Muséum, pour la peinture de fleurs :

 j’ai eu ma fameuse leçon de M. Beauregard qui me faisait très peur d’avance mais dont je suis enchantée maintenant ; il n’a pas été mécontent de mon travail et m’a tout de suite fait commencer à peindre cela m’a beaucoup amusée, il donne parfaitement ses leçons expliquant le pourquoi de tout, montrant bien comment il faut s’y prendre (Marie Mertzdorff à son père, 25 avril 1879)

Une personne compétente, Mlle Magdeleine, les initie à l’histoire de l’art au fil de visites de monuments parisiens : Notre-Dame, la Sainte-Chapelle, etc. Il y a enfin des leçons de chant, de piano, de danse. Là encore, les meilleurs professeurs sont convoqués : pour le piano, c’est Pauline Roger, la dédicataire de pièces de Gabriel Fauré (Le ruisseau, en 1881) ou d’Ernest Chausson.

Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie [Gallica]

La loi de 1882 relative à l’enseignement primaire pour les filles leur accorde le droit à plus d’ouverture intellectuelle en listant les matières qui doivent être enseignées. Ferdinand Buisson dans son Dictionnaire commente cette loi après l’avoir citée, insistant sur la « prudence » nécessaire aux institutrices qui abordent histoire de France ou les sciences physiques et naturelles, la « part modeste » faite aux notions littéraires, ou les orientations pratiques du dessin « qui peut trouver son application dans la vie des femmes ». La diversité des matières abordées et de la qualité des maîtres des demoiselles Mertzdorff marquent les disparités qui caractérisent l’enseignement des filles à cette époque.

***

D’ordinaire, la question de l’enseignement au XIXe siècle se focalise à juste titre sur deux points : on insiste sur les enjeux politiques de l’éducation et sur le retard des filles par rapport aux garçons. Les lettres de Marie Mertzdorff permettent un pas de côté par rapport à ces approches. Elles laissent entrevoir le plaisir d’apprendre, l’attention que certains savants portent à l’enseignement, la qualité de l’éducation réservée à quelques privilégiées. Les lettres offrent l’image d’une éducation où se mêlent la tradition (une grande place est réservée aux « ouvrages », à la couture, à la danse, à la musique, au dessin) et une ouverture aux savoirs modernes. Les moyens financiers du père industriel, le milieu « intellectuel » dans lequel les jeunes filles grandissent, la proximité géographique avec les lieux du savoir composent autant d’éléments favorables. Chez les demoiselles Mertzdorff l’alliance de la culture et de la fortune se concrétise bientôt par leurs « beaux » mariages, prochaines étapes de l’ascension sociale de la famille.

  1. Jules Simon, L’École, 1865, p. 115. []
  2. Id., p 172. []
  3. Cité par Françoise Mayeur, L’Éducation des filles en France au XIXe siècle, 1979, p. 114. []
  4. Julie-Victoire Daubié, L’émancipation de la femme en dix livraisons, 1871, p. 36. []
  5. Daubié, Op. cit. p 37-38. []
  6. Cité par F. Mayeur, Op. cit., p. 186. []
  7. Clarisse Juranville et Pauline Berger, Le bagage scientifique de la jeune fille : lectures nouvelles, 1910, 3e édition. Ces deux auteures écrivent aussi sous le pseudonyme collectif « Raymond ». []
  8. Le bagage scientifique de la jeune fille, page 7. []
  9. Propos rapportés par son époux, Charles Lemonnier, dans : Élisa Lemonnier, fondatrice de la Société pour l’enseignement professionnel des femmes, 1866. []
  10. Françoise Mayeur, Op. cit., p. 110. []
  11. Voir le billet : « Amusant ». []
  12. Voir Françoise Mayeur, Op. cit. []
  13. Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, publié sous la direction de Ferdinand Buisson, avec le concours d’un grand nombre de collaborateurs, 1882-1893, Partie 1, Tome 1. []
  14. Françoise Mayeur, Op. cit., p. 106. []

Lampes et bougies

« Tout est beau dans la lumière ». Ce n’est pas ainsi que s’expriment les épistoliers de la famille Duméril-Mertzdorff, mais Victor Hugo1. Cependant, comme leurs contemporains, chacun dans cette famille est sensible à l’éclairage car, ainsi que le déclare un professeur de chimie à l’École Turgot, « dans ce siècle de travail et d’efforts individuels, le soleil ne suffit plus à éclairer le labeur de l’homme »2.

Lorsque sous la Révolution le jeune André Marie Constant Duméril obtient un poste de « chirurgien interne et prévôt d’anatomie en l’hospice d’humanité de la commune de Rouen » il précise à son père que les honoraires de la place sont « le logement garni, la lumière, le feu et 1 200 livres d’appointements » (8 mai 1794, 19 floréal an II). Il se réjouit « d’être payé, logé, éclairé pour [s]’instruire » (11 mai 1794, 22 floréal an II). L’éclairage est un élément essentiel de la vie. Les femmes et les hommes portent attention aux moyens d’être éclairés, qu’il s’agisse de chandelles (un petit flambeau de matière grasse et combustible) ou de lampes (une mèche trempant dans un liquide combustible). D’autant que bougies et lampes connaissent au XIXe siècle « de grandes innovations, fruits de l’alliance entre science, industrie et globalisation économique »3.

Chandelles et bougies

Chandelle

Le terme « chandelle », « vil suif devenu étoile »4 apparaît uniquement dans les lettres les plus anciennes du corpus5. Lorsque André Marie Constant Duméril, étudiant, écrit à ses parents, il est souvent question des dépenses indispensables, du manque d’argent et du prix des choses ; le coût de l’éclairage est mentionné : la chandelle est à 20 sous à Rouen en 1793 (lettre du 6 octobre 1793, an II) et à Paris en 1795 « de 95 à 100 livres », prix « exorbitant », comme celui du pain (22 novembre 1795, 1er frimaire an IV). La chandelle est couramment utilisée. Duméril se représente écrivant à sa mère, dont la vue faiblit :

Quant à vous pour vous écrire, il faut tailler sa plume, moucher la chandelle, et écrire plus gros (21 février 1795, 3 ventôse an III)

Bougies

L’étudiant devient professeur au Muséum et se marie. Il n’est plus alors question de chandelles de « vil suif » mais de bougies. L’épouse en réclame à son mari :

Je n’ai pas songé ce matin mon bon ami à deux ou trois petites choses qu’il nous faudrait demain, je viens donc t’écrire ce mot : beau Homard ou deux plus petits si [la bonne] en trouve de parfaitement frais [  ] Il nous faut absolument des bougies. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son mari, 14 septembre 1821)

« Une bougie en stéarine n’est pas ce vilain objet graisseux mais une chose bien propre » professe Faraday dans ses cours6 et cet objet fait partie de l’équipement indispensable d’une famille de la bourgeoisie.

Perfectionnements techniques

En effet la chandelle de suif (graisse de mouton ou de bœuf) connaît au début du XIXe siècle des perfectionnements successifs. Des chimistes français inventent des procédés permettant d’épurer toutes sortes de corps gras ; la stéarine ainsi obtenue, bien plus commode et sans odeur, remplace le suif. Des innovations touchent également la mise en forme de cette nouvelle matière première. La mécanisation par coulage dans des moules offre des produits à plus bas prix ; et la mèche, torsadée et traitée, supprime l’obligation de la moucher : on peut parler d’une véritable « révolution de la bougie » 7.

Moulage des chandelles. D’après Louis Figuier, Les Merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes, 1870

Usages de la bougie

La bougie est compagne assidue des épistoliers. La rédaction des lettres est un rituel de la vie sociale de la bourgeoisie – un rituel mis en scène et exposé dans le texte même8. Les références spatiales, temporelles et scéniques permettent à l’interlocuteur d’imaginer le moment de la rédaction à travers bruits, objets, odeurs, présences familières ; elles rendent plus présentes l’une à l’autre, malgré la distance, les personnes engagées dans l’échange. La bougie est l’un des éléments du cadre où s’inscrit le correspondant ; elle installe la scène dans une douillette intimité.

Je t’écris à côté de M. Edwards qui rédige un rapport, d’Agla qui travaille pour son Jean et d’Alphonse qui lit. Pour le chalet, c’est presque soirée : 3 bougies ! et du thé qu’on apporte (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 1er août 1868)

L’image de deux visages penchés sur la lettre du père se nimbe de douceur et d’affection :

nous ne nous attendions nullement à recevoir à cette heure-là une lettre de toi lorsque j’aperçois sur la table de l’antichambre ta chère écriture ! bien vite je suis montée avec ma petite lettre et sans nous donner le temps d’ôter nos chapeaux nous l’avons lue tous les deux  ensemble [avec son mari] à la lueur de notre bougie. (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 16 décembre 1880)

La bougie est bien sûr aussi un accessoire indispensable à toutes les lectures, celle des livres en particulier. Eugénie Duméril (24 ans) raconte à son cousin et fiancé :

Ayant obtenu la permission d’allumer ma bougie, je pris le parti de lire, car souvent je ne pouvais fermer l’œil, et toutes les nuits, je lisais et relisais l’imitation de Jésus-Christ et les nuits d’Young. (Eugénie Duméril à Auguste Duméril, 1er avril 1843)

La bougie, ou plutôt sa fin ou son absence, est aussi un prétexte recevable, comme la cloche du déjeuner, pour clore abruptement la missive :

Hier au soir je voulais vous écrire dans ma soirée de Wattwiller mais [] je ne suis rentré qu’à 9h ½ un peu fatigué & surtout je n’avais qu’une misérable bougie, ce qui fait que je me suis couché de bonne heure (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 11 juin 1875)

A demain une plus longue lettre, oncle qui me tient la bougie commence à s’impatienter je t’embrasse bien fort comme je t’aime (Marie Mertzdorff à son père, 23 novembre 1876)

Je t’embrasse bien vite, ma chère petite fille et presque à tâtons car on veut aller se coucher sous prétexte qu’on s’est levé à 3h55 ; aussi fait-on beaucoup de bêtises, on rit et on souffle les bougies sans le moindre respect pour l’âge mûr. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à sa nièce, 15 août 1880)

La publication des lettres du corpus n’allant pas, à ce jour, au-delà de 1880, nous ne pouvons que signaler le retour des bougies pendant la Grande Guerre. On les glisse dans les colis aux soldats9 : « Je t’envoie aujourd’hui de la bougie » annonce Émilie Mertzdorff-Froissart à son fils au front (7 juin 1916).

Accidents

En 1877 plusieurs lettres s’émeuvent d’un accident survenu à cause d’une bougie. Dans la nuit, un enfant s’éveille :

tante Cécile encore un peu endormie veut allumer une bougie mais en la prenant elle met le feu à la frange de son rideau de mousseline, elle saute à bas de son lit et cherche à l’étouffer avec sa robe de chambre de flanelle mais déjà la flamme était au plafond juge de son effroi. Voyant qu’elle n’y pouvait rien toute seule, elle a réveillé tout le monde et on a été chercher les pompiers qui sont en face et qui sont arrivés à l’instant même et y ont passé toute la nuit  (Marie Mertzdorff à son père, 28 avril 1877)

Marie détaille ensuite les dégâts, estimés à 6 000 F (« heureusement qu’elle était assurée ») et la frayeur des témoins. Les correspondants sont informés, et chacun s’apitoie. Dans son style éploré habituel, Félicité Duméril renchérit et rappelle un autre incendie :

l’accident arrivé dans la chambre de Madame Dumas, j’ai été sans cesse occupée d’elle, et malgré le désastre causé par ce feu, combien il faut remercier Dieu que les conséquences n’en aient pas été plus grandes. [] Je songeais que la pauvre princesse Marie d’Orléans a vu son palais brûlé par le fait d’une lampe qui trop approchée de ses rideaux y avait mis le feu (Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards, 1er mai 1877)

Plus sobrement, Charles Mertzdorff compatit et tire la leçon de l’accident :

Que je plains cette pauvre Madame Dumas [].C’est ce qui arrive trop souvent lorsque l’on a l’habitude de lire dans son lit, à moins de faire comme Mme Stackler dans les hôtels où elle craint les petites bêtes. Elle place sa bougie allumée dans une cuvette & s’endort tranquillement sans craindre d’accidents. elle prétend que les punaises ne sortent pas de leur retraite tant qu’il y a de la lumière. (Charles Mertzdorff à sa fille, 1er mai 1877)

Lampes

« Dans ta lumière vacillante, ô ma lampe, quelle leçon, à ta clarté faible et tremblante je suis hélas à l’unisson, comme toi je vais donc m’éteindre faute d’un utile secours mais ton sort est bien moins à plaindre, on te ranime tous les jours. Demain on te rendra la vie, pour éclairer les ris, les jeux ». Ainsi pleure vers 1820 l’amoureux en deuil 10. La lampe des épistoliers s’inscrit dans la vie de tous les jours, moins dramatique que la romance.

Usages

Il ne sera pas développé ici ce qu’ils écrivent sur la lumière des lampes qui, comme celle des bougies, est indispensable à la lecture, à l’écriture et trace un cercle d’intimité.

Je t’écris dans le petit salon, à la lumière de la lampe, assis à ma place sur le canapé (Charles Mertzdorff, 1er juillet 1871)

Bonsoir, chers amis, les quatre qui entourent la lampe se réunissent pour vous envoyer leurs meilleures amitiés. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son beau-frère, 13 octobre 1872)

me voilà dans ma chambre en compagnie d’une bonne lampe, livres & aujourd’hui mieux que tout cela, [les lettres de] mes petites chéries que j’aime beaucoup, beaucoup plus que je ne saurais le dire. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 21 juin 1875)

Lampe ou bougie, leur défaillance est invoquée pour s’abstenir d’écrire :

Voilà ma lampe qui baisse, j’ai oublié de la remonter. Bonsoir à demain la fin. Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 10 février 1877)

Mentionnons une circonstance particulière où la lampe est utilisée : dans le cabinet médical. Chez le médecin :

Tante lui a exposé le sujet de sa visite et alors il m’a examiné la gorge sous toutes les faces ; d’abord en plein jour puis dans l’obscurité éclairé par une lampe et ayant sur la tête un diadème de glaces et une au fond de ma gorge, tu ne te figures pas quelle tête il avait là-dessous ! puis encore une fois en plein jour et enfin il a déclaré que je n’avais absolument rien du tout (Marie Mertzdorff à son père, 9 novembre 1876)

Lampe Argand. D’après Louis Figuier, Les Merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes, 1870

Fragilité de la lampe

Les lampes, plus complexes que les bougies, donnent lieu à plus de remarques descriptives ou de détails techniques. Cependant l’appellation « lampe Argand » qui signe à la fin du XVIIIe siècle la triple nouveauté de la mèche creuse, de la flamme protégée par une enveloppe de verre et du réglage de la longueur de la mèche11, n’apparaît pas. Dans une liste de commissions, entre un melon et un tableau, Alphonsine Delaroche-Duméril demande à son époux : « n’oublie pas je t’en prie la clef de la lampe » (15 août 1820). Et quelques jours plus tard :

Je rappelle à Françoise qu’il nous faut trois ou quatre verres pour la petite lampe en bougeoir qu’on met sur l’escalier (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 20 septembre 1820)

Dis à Françoise de nous envoyer 6 livres de très bon martinique de chez Millot, deux verres pour la petite lampe en bougeoir, et une bouteille d’encre de chez Susse. (Alphonsine Delaroche-Duméril à son époux, 17 septembre 1821)

Les lampes demandent un entretien soigneux :

 Il est huit heures, mon ami, et je dois faire les lampes et aller à la grand’messe (Eugénie Duméril à son cousin et fiancé, 2 avril 1843)

Objets fragiles, il faut régulièrement en remplacer les verres et les faire réparer :

Je te prie, ma chère Félicité, d’inviter de ma part Constant à retenir sur le montant des premiers fonds qu’il aura à m’envoyer, la dépense qui a été faite pour la réparation de lampes, dont il a bien voulu se charger (Auguste Duméril père à sa fille, 26 janvier 1843)

Décor

Les lampes complètent la décoration :

Nous te demanderons aussi, mon cher père, de nous acheter deux boîtes à jeu, une cave à liqueurs et deux jolies lampes en porcelaine pour le boudoir. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 18 août 1859)

Des dessous de lampe, napperons, brimborions, ouvrages de demoiselles, ajoutent à l’ornement :

Les jolis dessous de lampe m’ont fait bien grand plaisir, ils sont sur mon bureau où ils me sont très commodes et font fort bon effet. (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards à Marie Mertzdorff, automne 1868)

Il ne faut pas que j’oublie de te dire que tu as gagné deux dessous de lampes avec les billets de loterie dont tu as eu la bonté de me débarrasser. (Marie Mertzdorff à son père, 23 mai 1876)

Lampes à réchauffer

Il est à signaler que certaines « lampes » servent de réchauds pour des boissons ; c’est un accessoire que l’on assortit à la vaisselle :

Henri Delaroche veut aussi nous faire un cadeau [] nous avions songé que peut-être il pourrait nous donner un thé, c’est-à-dire, un sucrier et ses 12 petites cuillères, une jolie lampe à esprit-de-vin et la bouilloire (Auguste Duméril à sa cousine et fiancée, 28 mars 1843)

En ce moment les amies Berger sont là, et après avoir été aux vêpres les 4 fillettes viennent de goûter en forme de dînette, elles ont fait du chocolat sur la lampe à esprit de vin, et des pommes au four (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à Félicité Duméril, 27 novembre 1870)

***

Si la chandelle n’apparaît plus sous la plume des épistoliers au XIXe siècle, bougies et lampes en revanche sont évoquées de façon concomitante jusqu’en 1880 (les lettres de la période suivante ne sont pas encore publiées). Dans les années 1820 Alphonsine Delaroche-Duméril réclame aussi bien, nous l’avons vu, des verres de lampe que des bougies. Les deux moyens d’éclairage sont utilisés de façon complémentaire :

Ce matin j’entendais sonner la cloche de six heures, ce qui ne m’arrive pas tous les matins ; ma petite lampe de nuit éclairait mal, fatiguée sans doute d’avoir éclairé tant d’heures, impossible de deviner l’heure, force de me lever allumer une bougie & il est 6 h un quart ! (Charles Mertzdorff à sa fille, 31 octobre 1876).

Ailleurs, on parle d’une « suspension à bougies & lampe pour salle à manger » (13 mars 1876). Les cadeaux que l’on se propose d’offrir au moment des mariages donnent lieu à des descriptions précises qui montrent la coexistence de deux combustibles sur des candélabres d’apparat. La citation, un peu longue, vaut comme témoignage sur le goût du décor autour de 1880 :

Voici ce que nous avons trouvé de mieux :
1° Pendule avec bronze non doré avec socle en marbre noir. Le socle est surmonté d’une statuette représentant Psyché en costume très convenable pour une princesse de l’antiquité. Beau modèle. Hauteur du socle et de la statuette 70 centimètres, candélabres à plusieurs branches également bronze sur socle en marbre noir. C’est un peu sévère ; mais l’ensemble est très harmonieux.
2° Une garniture Henri II en cuivre poli se rapprochant beaucoup du style Louis XVI, garniture évidemment composée d’une pendule et des candélabres, la pendule est très jolie de forme, les candélabres aussi ; mais ces derniers ne sont qu’à deux branches et tout en étant plus bas que la pendule, ils font bon effet.
3° Pendule boule Louis XIV, en cuivre poli et écaille. Très ornementée. Avec ce genre de pendule on remplace les candélabres par deux lampes soit en cuivre, soit en porcelaine (Emilie Mertzdorff-Zaepffel à sa nièce Marie Mertzdorff, 30 mars 1880)

Garniture de cheminée style Louis XVI. D'après Henry Havard, Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration, 1894
Garniture de cheminée style Louis XVI
D’après Henry Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration, 1894

Dans les textes littéraires du XIXe siècle, comme dans les lettres des Duméril-Mertzdorff, les deux modes d’éclairage coexistent. Un corpus de 367 romans publiés entre 1800 et 1900 contient presque autant de fois le mot « lampe » que les mots « chandelle » et bougie » additionnés12.

Comparant les divers modes d’éclairage en 1867, le professeur Bérard affirme que, tandis qu’une lampe Carcel dépense 420 grammes d’huile en 10 heures (pour 60 centimes), « le même éclairage serait donné [ ] par sept bougies dont la dépense serait [ ] 1 fr. 60 centimes ». Mais bientôt lampes à huile et bougies seront concurrencées par les lampes à gaz qui pour la même durée coûteraient 30 centimes13. Cependant, ajoute Bérard, « je vous engagerai à vous méfier des économies qu’on pourra vous proposer de faire. D’abord, sachez-le bien, il n’est pas possible d’obtenir avec le gaz une lumière égale à celle d’une lampe Carcel, à moins d’en brûler cent litres par heure. »14
Un autre billet relèvera les mentions dans les lettres de l’éclairage (et du chauffage) au gaz… en attendant l’éclairage électrique, mentionné dans les lettres dès 1876.

  1. Victor Hugo, La Fin de Satan, 1886. []
  2. E Paul Bérard, Économie domestique de l’éclairage, 1867, p 6. []
  3. Jean-Baptiste Fressoz, « Une histoire matérielle de la lumière », Face à la puissance, F. Jarrige et A. Vrignon (dirs), La découverte, à paraître en 2019. []
  4. Victor Hugo encore, « Il fait nuit ; une main pose une chandelle, vil suif devenu étoile, au bord d’une ouverture dans les ténèbres », L’Homme qui rit, 1869. []
  5. Les lettres sont actuellement publiées pour les années 1783 à 1881, puis 1914-1919. []
  6. Michael Faraday, A Course of Six Lectures on the Chemical History of a Candle, Londres, Griffin, 1865, p. 1, cité par J-B Fressoz. []
  7. J-B Fressoz, Op. cit. []
  8. Ces Bonnes Lettres, Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Albin Michel, 1995, pp. 101-102, 116 et suivantes. []
  9. Voir le billet : « Des colis au soldat (1916) ». []
  10. Bricon, « Ma lampe. Romance avec accompagnement de piano ou harpe », entre 1815 et 1824. []
  11. Wolfgang Schivelbusch, La nuit désenchantée. A propos de l’histoire de l’éclairage artificiel au XIXe siècle, traduit de l’allemand par Anne Weber, Le promeneur, 1993, pages 14-18. []
  12. Selon les relevés de Frantext : lampe : 2060 occurrences, bougie : 1120, chandelle : 740. []
  13. E Paul Bérard, Op. cit., p . 19 et 45. []
  14. E Paul Bérard, Op. cit., p . 43. []

Élève de Töpffer

Le genevois Rodolphe Töpffer1 (1799-1846) est connu comme l’un des inventeurs du genre de la bande dessinée. Fils d’un peintre genevois, il se destine à la peinture, mais des troubles de la vue l’obligent à s’orienter vers une autre voie. Tout en publiant romans, pièces de théâtre, essais sur l’art et albums de dessins, il ouvre à Genève un pensionnat pour jeunes garçons, fréquenté par Charles Mertzdorff. Chacune de ses activités inspire les autres : Töpffer pratique une pédagogie novatrice, met en image des scènes de la vie du collège, fait dessiner ses élèves, raconte les voyages scolaires qu’il organise2.

Le pensionnat

Âgé de 17 ans Rodolphe Töpffer découvre son affection oculaire et ne pouvant suivre la carrière artistique à laquelle il se destinait, il décide de se consacrer à la littérature. Il devient sous-maître de latin, de grec et de littérature ancienne dans la pension du pasteur Heyer. Töpffer se marie en 1823 et la dot de sa femme lui permet d’ouvrir à Genève un pensionnat de jeunes garçons, auquel il se consacre jusqu’à sa mort en 1846. C’est probablement au tout début des années 1830 que Charles Mertzdorff (1818-1883) est pensionnaire. Il vit là dans la famille du pédagogue, avec d’autres jeunes gens en majorité étrangers et un peu plus âgés que lui. Töpffer, influencé par les idées de Jean-Jacques Rousseau, propose un enseignement original, dans lequel le théâtre, l’observation, le dessin, l’exercice physique, les relations humaines tiennent une grande place ; pour cela, il compose des comédies jouées par les élèves, confie l’enseignement des beaux-arts à son père, entraîne les jeunes gens dans de longues promenades. Rodolphe Töpffer partage son temps entre ses élèves, la littérature et la vie politique (en 1834, il devient membre conservateur du parlement du canton de Genève).

Voyages en zigzag, p. VIII, « La classe pendant les vacances » [voir note 2]

Les voyages pédagogiques

Un moment fort de la pédagogie de Rodolphe Töpffer se situe au début et/ou à la fin de l’année scolaire : depuis le temps de la pension Heyer, il a pris l’habitude d’organiser des « excursions pédestres ». Le but de ces sorties est moins l’acquisition d’un savoir scolaire qu’une occasion « qui accroît la vivacité de toutes les impressions, en même temps qu’elle met en contact direct avec la nature, avec les hommes, avec la vie »3.
Ces « courses d’école » se font à pied, loin des voitures, car il « a remarqué que lorsque sa troupe chemine loin, bien loin, de toute voiture, et de toute possibilité de voiture, nul ne tire la jambe, tous cheminent bien et gaiement. Tout au contraire, lorsqu’il y a char parmi la bande, et par conséquent chance d’une place dans ce char, aussitôt prennent naissance les éclopés, un d’abord, puis deux, puis vingt-quatre, qui assurent être incapables de pousser plus loin. A tout prix, il faut éviter ces mollesses, car il y va de l’agrément même du voyage, et c’est ce qu’on fait en brûlant ses vaisseaux pour ne compter plus que sur soi et son bâton. »4. Töpffer ne cache pas les difficultés de la route : « La chaleur, aujourd’hui, rappelle les jours grillés d’Aix et de Hautecombe ; c’est à fondre sur place, et nos blouses sont aussi trempées par la sueur qu’elles pourraient l’être par la pluie. Aussi la démoralisation se met parmi nous et, de proche en proche, gagne jusqu’à l’avant-garde, qui s’attarde, s’arrête, et finalement se décompose en traînards »5. Mais Madame Töpffer accompagne le groupe et « voyage pour le soulagement des blessés, et l’agrément de ceux qui se portent bien. Elle porte un voile vert, et une petite pharmacie dans son sac ».

Le pédagogue propose (impose) une morale exigeante de l’effort : « un voyage, pour être décidément une partie de plaisir, doit ressembler plutôt encore à un laborieux exercice qu’à une facile et récréative promenade ». Il incite à « découvrir les voluptés de la fatigue, les délices du gîte, le courage qui croît avec l’effort, l’expansif contentement qui suit la conquête, la jouissance doublée, triplée de tout ce qu’elle a coûté, et devenue assez vive enfin pour que ni contrariété, ni averse, ni privation, ni sotte rencontre ne puisse en altérer la charmante vivacité »6. Le soir, l’heure est aux éclats de rire. Même si, adulte, Charles Mertzdorff a le goût des balades en forêt, il ne semble pas qu’il ait gardé un souvenir enchanté de ces marches de jeunesse. C’est du moins ce que rapportent ses descendants :

le Grand-Père Mertzdorff avait fait partie de certaines de ces randonnées, et n’en avait pas gardé, disait Bonne-Maman un souvenir aussi enjoué que son maître. Il était un des plus jeunes de la troupe et trouvait que c’était bien fatiguant. Les aventures augmentent plus la fatigue que l’amusement pour lui tout au moins. (manuscrit familial, d’après les propos de la « Bonne-Maman » Marie Mertzdorff-de Fréville, fille de Charles Mertzdorff)

Au retour, Töpffer écrit et illustre le récit de ses excursions, les premières années en manuscrits, puis sous la forme d’albums autographiés et par la suite publiés.

Voyages en zigzag, vignette page 12  [voir note 2]

 

La publication des récits

La première publication de Töpffer7 (anonyme) est la critique de l’exposition qui inaugure le musée Rath de Genève en 18268. En 1827 Töpffer commence à créer des « histoires en images » publiées quelques années plus tard, et qui peuvent se lire comme des bandes dessinées : L’Histoire de Monsieur Jabot ou Les Amours de monsieur Vieux Bois.

  • Les manuscrits
    Et dès ces années-là il rédige aussi, et dessine, un compte-rendu des journées passées hors du pensionnat. A titre d’exemple, les premiers sont : Voyage pittoresque au Grimsel (automne 1825) ;Voyage dans les Alpes pour les progrès des Beaux-Arts, des Sciences et de l’Industrie à Chamonix (juin 1826) ; Voyage autour du lac de Genève (juin 1827) ; Voyage à Chamonix avec accompagnement d’orgue et passage en velu (juin 1828) ; Voyage en Italie à la poursuite d’un passeport jusqu’à Milan (automne 1828) ; Pèlerinage à la Grande Chartreuse (juin 1829) ; Voyage entre deux eaux jusqu’au Righi (automne 1829) ; Voyage à Chamonix sous les hospices de St-Médard (juin 1830) ; Voyage à Turin (automne 1830 – auquel Charles Mertzdorff participe probablement) ; Voyage à Lugano (juin 1831) ; Excursion dans les Alpes (automne 1832), qui est le premier voyage lithographié.
  • Les publications
    Repris et remaniés par Töpffer, les récits des voyages du pensionnat sont publiés à Paris en 1844 sous le titre Voyages en zigzag puis à titre posthume en 1854, Nouveaux voyages en zig-zag. Ces ouvrages rencontrent un succès public et l’admiration de Sainte-Beuve9 comme de Goethe.

Les éditeurs parisiens des Voyages en zigzag expliquent : « Bien avant que le goût et les procédés des livres illustrés se fussent répandus et développés, en 1832 déjà, M. Topffer, désireux de pouvoir distribuer à ses compagnons de voyage ces relations ornées de croquis, s’était trouvé dans l’autographie un moyen de résoudre le problème ; en sorte que, chaque année, après avoir tracé texte et dessins sur un papier préparé, il laissait ensuite au lithographe le soin de décalquer le tout sur la pierre, et d’en tirer le petit nombre d’exemplaires qui suffisait à une publicité de famille. Ce sont ces Albums très-recherchés, mais extrêmement rares, dont nous publions ici la reproduction fidèle »10.

Charles Mertzdorff

Charles Mertzdorff possédait-il l’un de ces albums originaux, souvenir de son passage au pensionnat ? Avant un voyage en Suisse, bien des années plus tard, sa fille l’interroge :

Et toi mon Père chéri, commences-tu à penser au pays des Helvètes ? Fais-tu des projets comme nous ? Je t’avertis que j’ai emporté par mégarde de Vieux-Thann ton album avec les nôtres et que je te le porterai en Suisse, ne le cherche donc pas. (Marie Mertzdorff à son père, août 1877)

Outre ce possible fascicule autographié, la famille possède d’autres ouvrages de Rodolphe Töpffer, qui s’est essayé à plusieurs genres littéraires : récits de voyages, bandes dessinées, pièces de théâtre, essais critiques, romans, nouvelles – dont les Nouvelles genevoises11 que lisent et relisent les Mertzdorff :

Oncle nous lit toujours les Nouvelles genevoises, c’est bien drôle, tu devrais les emporter à Wattwiller cela te distrairait. (Marie Mertzdorff à son père, août 1877)

ou deux ans plus tard  :

la pensée de ce beau voyage nous excite fort, nous rêvons Chamonix et Mont-Blanc et pour nous donner un avant-goût de voyage oncle nous lit quelques-uns des voyages de Töpffer. (Marie Mertzdorff à son père, 2 août 1879)

Voyages en zigzag, vignette page V  [voir note 2]


Ses filles imaginent-elles parfois le petit Charles à travers les récits et images du maître de leur père ? Il leur faudrait alors faire œuvre d’imagination car, aux dires de celui-ci, sa présence est indiscernable :

Tu me demandes si Töpffer ne parle pas de moi dans ses voyages. D’abord je n’ai fait qu’un voyage, celui de Turin, Nice, Grenoble etc. ; puis je n’ai jamais été un personnage à en parler beaucoup ; enfin publiant ses voyages il n’a pas pu laisser les noms. Tout cela fait que sans nul doute tu ne m’y chercheras en vain. (Charles Mertzdorff à sa fille, 5 août 1879)

  1. « Töpffer » est la forme internationale du nom, parfois orthographié « Toepffer ». []
  2. Les trois gravures qui illustrent ce billet sont tirées de l’ouvrage de Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag ou excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons suisses et sur le revers italien des alpes, illustré d’après des dessins de l’auteur, Paris : chez J. J. Dubochet, Le Chevalier et compagnie, 1846. [ETH-Bibliothek Zürich, Rar 2476, https://doi.org/10.3931/e-rara-8379] []
  3. Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag, éditions Hoëbeke, 1996, p. 125 [1844-1854]. []
  4. P. 106. []
  5. P. 132. []
  6. P. 142. []
  7. Nombre d’informations de ce paragraphe sont empruntées à l’article « Rodolphe Töpffer » de Wikipédia en français. []
  8. Sur les mécènes qui ont créé ce musée, voir le billet « Sur les traces de Mademoiselle Rath ». []
  9. Sainte-Beuve, « Notice sur Töpffer considéré comme Paysagiste », Le Moniteur, 16 août 1853. []
  10. Voyages en zigzag, J. J. Dubochet, Paris, 1844, « Préface des éditeurs », p. VI. []
  11. Rodolphe Töpffer, Nouvelles genevoises, préface de Xavier de Maistre, éditions Jacques-Julien Dubochet, Paris ; Paris, Charpentier, 1841. []

Les 14 juillet

Le 14 juillet a une histoire, qui commence sous la Révolution, est revivifiée en 1880 lorsque cette date est adoptée pour la fête nationale, et prend une dimension nouvelle en 1919, quand la célébration de la nation se confond avec celle de la victoire.

Avant 1880

L’époque de la Révolution

Des fêtes révolutionnaires, magistralement mises en perspective par Mona Ozouf1, il ne sera rien dit ici, parce que les lettres conservées du jeune André Marie Constant Duméril n’en disent quasiment rien. Nous savons pourtant qu’il pouvait assister à certaines d’entre elles : deux de ses amis, parlant de lui, y font allusion en 1801. C’est l’époque où Duméril, âgé de 26 ans, songe à se marier avec une demoiselle de sa ville natale, Amiens. Les nouvelles circulent dans le cercle des jeunes « savants » ; Jean Baptiste Cloquet raconte : « Un de nos amis [Duméril] quoique philosophe, était sur le point de se marier, et voulant donner à sa prétendue un prélude des béatitudes parisiennes qui l’attendaient, l’invita à venir passer quelques jours à Paris »2 Le correspondant précise : « C’était à l’époque de la grande fête ». Ce 14 juillet 1801 (25 messidor an IX) la commémoration de la prise de la Bastille donne lieu à une fête nationale, organisée à Paris par l’architecte Chalgrin, avec jeux et théâtres forains sur les Champs-Élysées, animations sur la Seine, concerts, feux d’artifice et illuminations. La jeune fille que Duméril veut épouser se rend à l’invitation, accompagnée de son père. Dans la capitale, toutes les distractions proposées, « même des thés », l’ennuient et, « ô vicissitude ! », elle désire « s’en retourner sans attendre la fête, chose inouïe ». Considérant « gravement combien elle s’était ennuyée avant même d’être mariée » et concluant « très philosophiquement que ce serait bien autre chose après », Duméril renonce à la demoiselle et son projet matrimonial tourne court. La jeune provinciale n’a pas vu la fête, et nous ne savons pas si le jeune homme, déçu quoique philosophe, y assista.
La seule autre allusion à une fête du 14 juillet pendant la période révolutionnaire se trouve dans une lettre antérieure de sept ans. Duméril est alors étudiant à Rouen :

Rien de nouveau ici tout est tranquille. Nous, gardes nationaux, élevons ici un nouveau monument à la libération que nos canonniers abattront le 26 messidor, anniversaire du 14 Juillet. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 juin 1794, 5 messidor an II)

Ces quelques indices sont bien maigres, mesurés à toutes les festivités de cette période riche en célébrations politiques, ludiques et pédagogiques.

Les années 1870

  • Passé le moment où l’on veut commémorer la Révolution, les régimes monarchiques qui suivent cherchent au contraire à en effacer le souvenir et les célébrations du 14 juillet sont supprimées. Cette journée estivale n’est marqué par rien de particulier pour les correspondants. Si le jeudi 14 juillet 1842 l’on s’agite autour de Duméril ce n’est pas en souvenir de la Bastille, mais en raison de l’accident dont vient d’être victime le fils aîné du roi Louis-Philippe :

Ici [à Lille], on est généralement fort ému de l’événement terrible qui vient de frapper le duc d’Orléans : on s’en afflige pour la famille royale ; on s’en émeut pour l’avenir de notre gouvernement ; on a reçu la nouvelle par voie télégraphique, le préfet l’a fait afficher à la Bourse, et proclamer par la ville. (14 juillet 1842, Louis Daniel Constant Duméril à son frère)

Dans les années 1870, les historiens signalent quelques commémorations privées. Gambetta en particulier, qui proclame dans son journal La République française en 1872 : « Une nation libre a besoin de fêtes nationales », soutient les initiatives locales, banquets du 14 juillet et discours3. Mais les Mertzdorff y restent étrangers. En 1870 Eugénie Desnoyers-Mertzdorff est en vacances à Paramé et le jeudi 14 juillet il n’est question que de messe matinale, de devoirs scolaires pour les fillettes, de bains, d’observation « des petites bêtes » puis « d’un tour à Saint Malo ». « Le temps est calme, la mer baisse encore ; des petites voiles se montrent à l’horizon. ». En 1871, c’est une visite à « l’oncle l’Ingénieur » et aux « cousins Vatblé d’Amérique », puis, après le goûter, « à Mme Fröhlich qui n’y était pas » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 14 juillet 1871). L’année suivante, pas de sortie : « Aujourd’hui nous sommes tout à fait seuls, les fillettes, après avoir été à l’église, jouent avec leurs petites poupées » (14 juillet 1872). En 1875, mêmes occupations domestiques, bien que la « chaleur excessive » invite à « se laisser aller au sommeil ».

  • En 1878, la Fête nationale a lieu pendant l’Exposition universelle de Paris qui se tient du 1er mai au 31 octobre sur le Champ de Mars. Le 30 juin 1878 est organisée une « fête nationale » pour célébrer « la paix et le travail ». Désireuse de profiter du spectacle, la famille commence par traverser tout Paris en omnibus :

la rue de Rivoli, le palais Royal, l’avenue de l’Opéra, les boulevards étaient assez beaux mais toute leur décoration consistait en drapeaux de toutes les nations attachés aux fenêtres, il n’y avait là rien de nouveau ni d’original ; ce que nous voulions voir c’étaient les quartiers populeux aussi sommes-nous revenus à la maison Blanche par le chemin de fer de ceinture (Marie Mertzdorff à son père, 1er juillet 1878)

Aussitôt rentrés chez eux, ils repartent à pied explorer leur quartier :

la rue Mouffetard était ravissante, on dit même que c’était une des plus jolies de Paris, et je le crois ; d’immenses guirlandes de feuillages, de papier découpé, d’étoffes tricolores la traversaient dans tous les sens, le tout était arrangé avec un goût exquis ; chaque fenêtre même les plus pauvres aux 5e et 6e étages avait des lanternes, des guirlandes, on voyait que chacun avait travaillé à faire quelque chose qui ne ressemblât pas à celle du voisin [  ] Tout était tricolore4 hier, personne qui n’ait eu, soit une cocarde, soit un ruban ou un bouquet aux trois couleurs, les chiens mêmes avaient leur petit drapeau flottant au-dessus de leur collier et le petit coq blanc du tailleur de la rue Cuvier avait même aussi revêtu l’uniforme national ; on lui avait teint la queue en bleu et attaché des petites manchettes rouges aux pattes. (Marie Mertzdorff à son père, 1er juillet 1878)

Le soir, feu d’artifice, illumination au gaz du Panthéon, guirlandes de lanternes vénitiennes dans les rues, bal champêtre. « Dans tous les coins on chantait la Marseillaise et on tirait des pétards. » Chacun est ravi mais, conclut de façon inattendue la jeune fille :

Nous nous demandions seulement pourquoi cette fête et de quoi se réjouissait-on ? (Id.)

Exceptés « les drapeaux de toutes les nations » qui flottent dans certains quartiers, la description que fait Émilie Mertzdorff de la fête nationale du 30 juin 1878 pourrait convenir à plusieurs 14 juillet. Et d’abord au 14 juillet 1880, année où la finalité de la fête nationale et les objectifs des réjouissances publiques paraissent plus clairs à tous. Mais alors Marie Mertzdorff-de Fréville se désole : « c’est vraiment triste que ce soit pour fêter la 1ère journée de la révolution » (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 13 juillet 1880)

1880 : la fête nationale

Le 6 juillet 1880 une loi est votée : « la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet ». Malgré quelques polémiques autour du choix de la date (certains auraient préféré d’autres journées marquantes de la Révolution, comme le 4 août, le 4 ou le 21 septembre), l’accord se fait sur le 14 juillet, en référence possible à deux journées : la prise de la Bastille en 1789 et, plus conciliatrice, la fête de la Fédération en 17905.

La fête, manifestation populaire

A cette fête qui manifeste le lien entre la Troisième République et l’époque révolutionnaire, chacun participe. Comme à l’été 1878, en 1880 la rue est décorée de « guirlandes de feuillages, fleurs en papier, lanternes vénitiennes de couleurs, le plus souvent confectionnées par les habitants eux-mêmes » ; la retraite aux flambeaux du 13 est suivie, le 14, par des volées des cloches, des salves d’artillerie, un défilé puis, l’après-midi, des spectacles et activités ludiques ; la journée se termine par un bal et des jeux pyrotechniques6. Les municipalités font voter des fonds spéciaux : la commission des fêtes de la ville de Paris dispose en 1881 de 600 000 F, dont 100 000 F pour l’éclairage, 300 000 F pour la décoration et les jeux, 33 000 F pour les feux d’artifice et 100 000 F pour les indigents – la République veut se montrer généreuse avec le peuple. Mais chacun est incité à participer. Comme beaucoup de membres de la classe aisée, Marie Mertzdorff et son époux Marcel de Fréville dédaignent les amusements populaires et envisagent de partir à la campagne pour échapper à la liesse parisienne :

nous avons quelques velléités d’aller au Houssay passer le 14 Juillet car la grande fête nationale nous tente peu ; nous partirions le Samedi soir et nous reviendrions le Jeudi suivant (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 5 juillet 1880)

Finalement Marie reste chez elle, alors que « tout Paris commence à se pavoiser, jamais je crois on n’a fait des préparatifs aussi considérables » (lettre du 13 juillet 1880).

Manifestation patriotique

Le clou de la journée est la revue militaire : « la politique de régénération militaire est susceptible de faire l’accord de tous les Français qu’afflige la perte de l’Alsace et de la Lorraine.7 » La place accordée aux défilés militaires dans la France marquée par le souvenir de la défaite doit recréer l’unanimité et afficher la force du régime. Malgré la contre-propagande allemande, les habitants des régions annexées viennent assister, plus nombreux d’année en année, aux revues passées à Lunéville, à Nancy ou à Belfort. Il semble que les de Fréville restent insensibles à l’intention de la République d’affirmer sa cohésion et sa confiance en elle-même :

On n’est pas venu nous demander notre obole pour contribuer à la décoration des rues mais Marcel étai bien décidé à répondre que maintenant qu’il était un peu alsacien il ne voulait illuminer que quand la France aurait de nouveau l’Alsace et que pour le moment il serait plus heureux de voir un moins grand nombre de drapeaux tricolores dans les rues de Paris et de savoir que l’on pense sérieusement à le replacer dans nos provinces perdues. C’est affligeant de voir comment les choses marchent en France en ce moment. (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 13 juillet 1880)

Opposition des catholiques

Rosemonde Sanson analyse les réactions des divers partis et tendances politiques ; elle note que « royalistes et catholiques ne désarment pas » dans les années qui suivent l’instauration de la fête nationale. La presse catholique « recommande à ses lecteurs de fermer leurs volets, de prier à l’intention des bourreaux révolutionnaires et de jeûner en signe d’expiation »8. Les Mertzdorff-de Fréville n’affichent pas des opinions royalistes mais ont une pratique religieuse assidue. La raison qu’ils invoquent pour prendre leurs distances avec la fête nationale du 14 juillet est le patriotisme alsacien : Marie est née en Alsace et son père réside encore en région annexée. Quels refus mêlés motivent le jeune ménage, alors que la fête veut justement manifester l’attachement à la nation comme beaucoup d’Alsaciens l’ont compris ainsi ? Et tous les catholiques ne sont pas hostiles : à Paris même, en 1880, le quartier Saint-Sulpice où vivent les de Fréville était pavoisé9. Mais Marie et son entourage, sans se proclamer royalistes, ne peuvent adhérer à des mesures récentes prises par le gouvernement, telles que l’expulsion des jésuites décrétée par Jules Ferry (27 mars 1880) ou l’amnistie accordée aux anciens communards (11 juillet 1880). Sans doute faut-il compter également avec un certain mépris envers les réjouissances des classes populaires.

1919 : la victoire

Émilie Mertzdorff, la jeune sœur de Marie, épouse en 1883 un officier, Léon Damas Froissart. Ce ménage Froissart est sans ambiguïté favorable aux manifestations du 14 juillet 1919. Il est vrai que cette année-là les cérémonies ont une portée particulière : la France célèbre également la victoire et la paix. Léon Damas Froissart, à Paris, assiste au défilé et raconte cette journée à l’un de ses fils, encore mobilisé. La lettre mérite d’être citée longuement car elle décrit à la fois le déroulement des festivités et l’état d’esprit des spectateurs :

Paris 14 Juillet 19
Mon cher Louis,
Après avoir assisté à la « Revue de la victoire », d’un 4e étage du Boulevard Poissonnière avec ta mère, les Parenty, Degroote, Colmet Daâge, la tante Marthe, Mme Fournier, la veuve de mon ancien lieutenant (pour qui ce devrait être une petite compensation du sacrifice fait par elle !), et en attendant les magnifiques illuminations qui clôturaient cette journée mémorable, je veux venir causer un instant avec le plus jeune des poilus et remercier ce benjamin pour la part qu’il a prise aux opérations qui nous ont débarrassé de la vermine Boche : on reste surpris quand on se rappelle la situation au 14 Juillet 1918, non pour dire que les Boches ont été vaincus (l’intervention de l’Amérique, avec le contingent de 300 000 hommes par mois, pesait d’un poids fatal dans la balance), mais qu’ils aient été acculés, en moins de 4 mois, à tout accepter ! [mon] camarade Foch a certainement joué admirablement des forces dont il disposait, et avec un autre que lui, (ou sans l’unité de commandement !) à combien de misères n’aurions-nous pas été exposés (nous surtout gens du Pas-de-Calais ou de Dunkerque), dont nous avons été préservés ! Nous avons vu défiler de très beaux spécimens des armées alliées, des spécimens, inégalement corrects de l’armée nationale, [ ] surtout [ ] les petits groupements [portant], dans chaque corps d’armée, le drapeau de tous les régiments du corps d’armée. Ils avaient été peu entraînés, et puis comment rester correct sur un parcours de 8 kilomètres ! ce n’est pas comme quand il s’agit de passer correct devant une tribune unique ! L’intérêt n’était pas dans la correction de ces images des régiments, mais dans la présence, à ce même rendez-vous, de représentants, si minuscules fussent-ils, de toutes les unités nationales et alliées : on ne voit pas cela 2 fois dans la vie ! J’oublie d’ajouter qu’on pouvait voir là, à tour de rôle, tous les maréchaux, commandants de groupes d’armée, commandants d’armée, de corps d’armée. Ils passaient assez lentement pour qu’on pût voir chaque tête et s’offrir de les coter de 0 à 20.
Le temps n’a été ni chaud ni froid, pas un grain de pluie !
(Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919)

La lettre de Froissart se lit comme un reportage. À la fin de sa missive il exprime un seul regret : l’absence des enfants d’un patronage catholique parisien, partis à la campagne alors qu’ils auraient pu (dû) assister au défilé militaire :

on veut préparer les élèves des patronages à être soldats et le jour où il était si facile de faire vibrer la fibre patriotique, on les emmène ! On a de bons motifs sans doute mais on ne m’ôtera pas de la tête qu’on eût de meilleurs motifs de les garder, encadrés si l’on veut, pour les faire assister en corps, à la Revue de la victoire (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919)

***

A propos des manifestations de ce 14 juillet 1919 l’historien Christian Amalvi remarque : « les illusions de la victoire peuvent encore faire croire aux Français que leur nation a retrouvé sa prépondérance mondiale d’antan »10. Mais l’enthousiasme de Froissart, partagé par ses contemporains – ceux qui ont survécu au massacre – et manifesté par ces défilés, apparaîtra bientôt comme un mirage. Quant aux 14 juillet qui suivront, plus ou moins routiniers ou novateurs, plus ou moins contestés ou folklorisés, ils continueront de figurer, entre célébrations officielles et appropriations citoyennes, comme les enjeux symboliques de batailles politiques et idéologiques.

  1. Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Folio histoire, Gallimard, 1988 [1976]. []
  2. Jean Baptiste Cloquet à ses amis Pierre Fidèle Bretonneau et sa femme, 8 août 1801, 20 thermidor an IX. D’après Paul Triaire, Bretonneau et ses correspondants. []
  3. Rosemonde Sanson, Les 14 juillet (1789-1975) fête et conscience nationale, 1976, p. 26. []
  4. Sur les trois couleurs, voir le billet “Pavoiser“. []
  5. R. Sanson, p. 33. []
  6. R. Sanson, p. 82 et suivantes. []
  7. R. Sanson, p. 41. []
  8. R. Sanson, p. 51-52. []
  9. R. Sanson, p. 54. []
  10. Christian Amalvi, « Le 14-juillet. Du Dies irae à Jour de fête », Les Lieux de mémoire. I – La République, sous la direction de Pierre Nora, Gallimard, 1984, p. 461. []

Fantoches et marionnettes

Le journal d’Émile de Girardin, La Presse, communique, le 7 avril 1879, à la rubrique « Courrier des théâtres » à Paris : « Au théâtre Thomas Holden, faubourg Poissonnière, tous les soirs, à huit heures, les Fantoches. Jeudi et dimanche, matinée à deux heures. » Cette annonce figure  encore au mois de novembre suivant : « Au théâtre Holden, matinée par les Fantoches » (16 novembre 1879). Les Fantoches ? Émilie Mertzdorff les a vus, en compagnie de sa sœur, et de sa tante et son oncle (professeur au Muséum) qui élèvent les jeunes filles.

1- Récit de la représentation

Cette sortie n’était pourtant pas prévue : la famille devait aller voir un opéra de Mozart, La Flûte enchantée. Après un rapide dîner, tout le monde prend l’omnibus mais, raconte Émilie,

ni oncle ni tante n’étaient très certains de la situation de l’opéra comique, aussi l’avons-nous cherché fort longtemps après être descendus d’omnibus. Enfin nous l’avons trouvé, mais beaucoup de monde l’avait cherché moins longtemps que nous, et il ne restait plus une seule place pour les retardataires. Nous étions un peu déçus (Émilie Mertzdorff à son père, 14 mai 1879)

Cependant « ce bon oncle » qui « sait toujours bien arranger les choses », propose alors « d’aller voir les Fantoches rue du faubourg Poissonnière ». C’est cette soirée dont elle détaille « les plaisirs » :

Ce sont des espèces de poupées qui sont on ne peut plus remarquables et dont on entend beaucoup parler en ce moment, on dirait de vrais petits hommes ; elles font des mouvements très bien imités ; tous leurs membres sont admirablement articulés, leur bouche, leurs yeux, leurs mains remuent. On voit bien quelques fils mais on ne comprend pas ce qui peut les mettre en mouvement. Il y a eu une quantité de petites scènes jouées par ces fantoches ; celles qui étaient les plus remarquables étaient deux danseurs de cordes ; ils ont fait une quantité de pas, de sauts, de tours sur leur corde à croire vraiment qu’ils étaient vivants, ils mettaient leur balancier en équilibre sur leur tête et le rattrapaient chaque fois qu’il allait tomber. Il y a eu aussi un squelette dont tous les membres s’en allaient, voltigeaient dans l’espace, puis revenaient prendre leur place instantanément ; c’est vraiment bien curieux, et je regrette que tu ne l’aies pas vu ; oncle était très content d’y être allé. » (Émilie Mertzdorff à son père, 14 mai 1879)

Que sont les fantoches qui plaisent tant aux jeunes filles et aux adultes ?

2- Les fantoches

Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse (1872) donne une origine italienne au mot : « fantoccio », poupée, et il renvoie au mot fantoccino. Les fantoccini (au pluriel) sont en effet des marionnettes italiennes, plus précisément celles qui sont élégantes et « exhibées sur des théâtres fixes, par opposition aux puppi et pupazzi ambulants des places publiques ». Les marionnette sont contrôlées par des fils qui relient les différentes parties de leur corps (tête, bras, jambes, torse…)  à un support en bois, manipulé par le dessus.
Ces statuettes en bois et en carton, alourdies de plomb pour « obéir à la moindre impulsion, sans perdre leur centre de gravité » sont décrites dès le milieu du XVIe siècle : elles dansent et prennent les poses les plus variées. Après l’Italie, puis les grandes capitales et la société aristocratique, les troupes de belles et riches marionnettes se produisent partout en Europe, dans les grandes salles comme « dans les boutiques en plein vent ».
En 1784, des fantoccini italiens s’établissent dans un théâtre de deux cent cinquante places au Palais-Royal à Paris. Les petits personnages se meuvent dans des décors variés représentant « des villes, des marines, des bois, des jardins, des temples et des palais ». Enfin, assure le Dictionnaire de Pierre Larousse, « le directeur ne négligeait rien pour maintenir la vogue de son petit spectacle, qui n’était pas seulement un théâtre d’enfants, mais où les grandes personnes venaient aussi se récréer. »
Ce théâtre du Palais-Royal animé pendant des décennies par la famille Séraphin ferme en 1844, et les demoiselles Mertzdorff voient en 1879, rue du faubourg Poissonnière, les fantoches de Thomas Holden.

3- Les fantoches de Thomas Holden

 « Thomas Holden’s et ses Fantoches » (vers 1879-1880)
Affiche de tournée pour les marionnettes de Holden
(© The National Puppetry Archive, d’après le site de la World Encyclopedia of Puppetry Arts)

Tout jeune, Thomas Holden, né en 1847, parcourt la Grande-Bretagne avec sa famille de marionnettistes. C’est son frère aîné qui reprend le théâtre créé par le père, et Thomas part en Amérique en 1873. Passant de la compagnie des Bullock’s Royal Marionettes à celle des entrepreneurs américains McDonough et Earnshaw, il enchaîne les tournées de Philadelphie à San Francisco et aux villes de l’Ouest. Revenu en Grande-Bretagne, Thomas Holden fonde en 1875 sa propre compagnie, les Imperial Marionettes. Après Londres et l’Europe du Nord, il donne des représentations à Paris et dans les grandes villes de France (1879-1880) : c’est à cette occasion qu’Émilie Mertzdorff admire la virtuosité des Fantoches et de leurs manipulateurs. Thomas Holden parcourt ensuite l’Europe et l’Amérique du Sud (1887). Il décède à Londres en 1931, « laissant le souvenir d’un roi de la marionnette à fils »1.

***

Laissons la conclusion, comme l’introduction, à la presse qui fit régulièrement la réclame de ces spectacles. Dans Le Petit Journal illustré du 13 septembre 1908 Ernest Laut consacre un article aux « Marionnettes » : « Depuis Séraphin, que de progrès dans l’art des marionnettes !… Nous eûmes les célèbres pantins de Maurice Sand, de Lemercier de Neuville, les fantoches de Holden, les si parisiens Bonshommes des frères Guillaume, les marionnettes de Bouchor, les merveilleuses Maquettes animées du peintre Georges Bertrand. » Et après eux, pantins, fantoches et marionnettes, animés par des créateurs oubliés ou restés dans les mémoires, ont diverti grands esprits et petits enfants.

  1. John Phillips, « Thomas Holden », site « World Encyclopedia of Puppetry Arts », 2012, à qui j’ai emprunté les renseignements biographiques qui précèdent [https://wepa.unima.org/fr/thomas-holden/]. []