Archives de catégorie : La vie quotidienne

Consulter un dentiste

Sous ce titre qui pointe l’hygiène dentaire, l’accroche du billet pourra surprendre, puisqu’elle fait référence… aux élections à la présidence au Chili en ce mois de novembre 2013. Roxana Miranda est candidate au nom du Parti de l’Égalité. Elle-même couturière, elle déclare : « Je ne représente pas le peuple, je suis le peuple.1 » Et elle en apporte la preuve à la suite, en deux traits : « je suis de ceux qui n’ont pas toutes leurs dents, de ceux qui gagnent peu d’argent ». Avant même l’absence de richesse, ce qui caractérise « le peuple », pour elle et son auditoire, c’est l’état de la dentition. Ce critère pourrait être adopté en d’autres lieux et en d’autres temps. À l’inverse, les soins apportés aux dents signalent l’appartenance à une classe sociale plus favorisée. Entre 1868 et 1875 (date à laquelle s’arrête pour l’instant le site), le dentiste de la famille Desnoyers à Paris apparaît des dizaines de fois dans les lettres ; il est cité sous son nom « M. Pillette », quelquefois simplement comme « le dentiste ».

Passer chez le dentiste, une course parmi d’autres

Souvent la visite chez le dentiste prend place dans la série des courses et visites de courtoisie qui s’effectuent à Paris :

Lundi je ferais courses dans Paris comme dentiste et achats (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 6 août 1868)

Demain j’ai le projet de sortir dès 8 h avec Aglaé et les enfants pour aller chez le dentiste, acheter des provisions de ménage et chez M. Buffet. (id. 19-20 août 1870)

Un contrôle régulier est effectué, hors de toute urgence :

pour mon voyage de la semaine prochaine, je commencerai par M. Pillette en arrivant du chemin de fer du Nord et puis ce n’est qu’une idée de moi de faire visiter les bouches de mes 2 chéries pendant que je suis dans la grande ville. (id. 14 juillet 1871)

Il n’est pas rare que le dentiste ne « trouve rien du tout ni chez l’une ni chez l’autre » (15 octobre 1873). Un passage d’une lettre de Marie Mertzdorff à son père résume ces pratiques : la visite chez le dentiste comme un geste habituel inséré dans des activités ordinaires, sans prendre un rendez-vous au préalable, sans motivation urgente et précise :

puis nous prenons l’omnibus qui nous conduit jusqu’au boulevard des Italiens à une certaine porte que tu connais bien celle de M. Pillette. Mais rassure-toi, mon bon père, ce n’était qu’une simple inspection que tante voulait nous faire passer avant de partir pour les bords de la Manche. Nous montons donc ; mais quelle est notre surprise de trouver pas mal de monde dans ce salon où nous n’avons généralement vu que nous. Nous attendons, mais l’heure s’avance et force nous est de partir sans avoir rien fait du tout. Nous étions à 4 ½ chez tante Target (23-24 juillet 1875)

Cet afflux de patients étonne Marie Mertzdorff, elle qui notait quelques mois pus tôt : « M. Pillette n’a pas l’air de faire de bonnes affaires. » (22 mars 1875). M. Pillette accompagne ses soins de recommandations d’hygiène :

ce qu’il recommande surtout c’est qu’on brosse les dents. J’ai bien de la peine à l’obtenir. (la mère des jeunes filles, à leur père, 17-18 juillet 1871)

 

Les soins dentaires

M. Pillette ne se contente pas d’examiner régulièrement la bouche de ses jeunes patientes. Il est amené à intervenir dès leur plus jeune âge.

  •   Arracher une dent

Aujourd’hui nous avons découvert que Mimi [5 ans] a déjà une dent de percée en bas devant il va falloir enlever les anciennes, elles ne remuent pas, enfin la petite coquine a compris que si elle ne l’ébranle pas il faudra aller chez le dentiste et alors elle tâche de la remuer avec son doigt. (30 septembre 1864)

de là boulevard des Italiens chez le dentiste qui commence par Émilie [9 ans] et lui arrache une dent (Marie Mertzdorff à son père, 21-23 août 1870)

  •   Des soins plus complexes

Lundi nous sommes allées chez le dentiste, il a plombé deux dents aux enfants, puis il a mis un peu de coton pour écarter deux dents du devant à Émilie afin de pouvoir lui en plomber une Lundi prochain car il y avait un petit point noir. (2-3 mars 1875)

Qu’il s’agisse d’une dent cassée « terminée d’une manière tellement aiguë que cela [lui] fait mal à la langue » (24-25 novembre 1874), « d’aurifier » des dents (27 octobre 1874) ou de « petit pansement » à renouveler (17-18 juillet 1871), les visites successives s’étalent dans la durée et après « la dernière séance », l’« affaire finie », chacun marque sa satisfaction et son soulagement.

  • Prise en charge de la douleur

L’appréhension de la visite chez le dentiste, « le mauvais moment » qui approche sont plusieurs fois évoqués :

J’avais parlé dans la journée de dentiste mais j’ai été accueillie par 2 grosses larmes aussi je remets cette visite que je ne crois pas urgente. (17 août 1870)

Cependant M. Pillette cherche à éviter la souffrance de ses patientes :

il veut me rendre insensible ma dent à laquelle je ne touche pas depuis deux ans. il me met du coton avec je ne sais quoi et dit de revenir Lundi. (Marie Mertzdorff à son père, 21-23 août 1870)

Eugénie Mertzdorff qui depuis son mariage en 1864 s’occupe des deux filles de son époux, raconte longuement une séance chez le dentiste. Elle veut à la fois tenir au courant le père de tous les faits et gestes des enfants, mais aussi se justifier dans son rôle de mère adoptive, rôle qu’elle a hésité à accepter et dont elle doute encore de le remplir correctement malgré ses efforts. Elle ressent la nécessité de se présenter en mère attentive et compétente. Elle détaille donc les incidents, ses réactions et son implication, remarquant elle-même : « en voilà bien long, ce n’est rien de grave » :

Nous sommes montées chez M. Pillette […] Est arrivé le tour de Mimi [9 ans], il l’a regardée et a dit qu’il fallait ôter ces deux petites dents qui ne tiennent plus puisque j’avais déjà voulu plusieurs fois lui prendre l’une d’elles, mais elle s’y était toujours refusée. Quand Mimi a entendu cela voilà un enfant qui se met à pleurer, à crier & à ne plus vouloir ouvrir la bouche, enfin un de ces beaux entêtements bien conditionnés, rien que cela puisqu’on ne l’avait pas touchée et que nous l’assurions qu’elle ne sentirait rien ; ça a duré une heure, j’ai tenu bon, M. Pillette a été très complaisant et à la fin elle a cédé, n’a rien senti du tout, la dent est poussée dessous, et elle a mangé à table beaucoup plus à son aise qu’avec ces 2 dents qui ne tenaient plus. La petite coquine a eu de la peine à avouer qu’elle avait eu tort ; dans la voiture j’en ai pleuré ; cela l’a confondue et, maintenant, elle m’a demandé pardon, a été bien honteuse. » (Eugénie Desnoyers à son époux Charles Mertzdorff, 14-15 août 1868)

Après les épreuves chez le dentiste, les petites sont récompensées de leur sagesse ; on leur offre une petite poupée, un beau bouquet, ou « une petite marmite d’un litre pour faire le pot-au-feu de la petite cuisine ».

M. Pillette, dentiste

Nous savons peu de choses de lui, bien qu’il soit actif dans la nouvelle organisation de la profession à la fin du XIXe siècle. La Révolution avait laissé les dentistes à l’écart des réformes qui touchaient médecins et chirurgiens : les professions dentaires restent de type artisanal au XIXe siècle. Un différent oppose alors les médecins dentistes (qui ont acquis un titre d’officier de santé) et les dentistes (qui paient simplement patente). La nécessité du doctorat en médecine pour exercer l’art dentaire et un diplôme spécial de chirurgien dentiste finissent par être reconnus. L’École dentaire de Paris est fondée en 1880, L’École dentaire de France en 1884. M. Pillette est l’un des treize « membres consultants » de l’École dentaire de Paris où, dès l’année scolaire 1880-1881, il enseigne la « prothèse dentaire ». En 1892, quand la loi organise enfin la profession de chirurgien dentiste, des conventions sont signées entre les écoles dentaires et les facultés de médecine, en attendant que l’État assure lui-même l’enseignement.
Malgré l’aide de Bernadette Molitor à la BIUM2 le seul élément découvert concernant E. Pillette, c’est qu’il est l’auteur d’une communication de 15 pages : « Appareils mono-métalliques (aluminium coulé) », publiée dans la Revue odontologique en août 1884.
*
Dans d’autres lettres, à d’autres époques, il est question des dents, celles qui poussent et celles qui font souffrir. Nous aurons peut-être l’occasion d’y revenir dans un billet futur. Mais hors ce M. Pillette, les dentistes ne sont pas mentionnés dans les lettres conservées et des soins donnés aux adultes, il est peu parlé.

  1. D’après Nadine Epstain, « Trait pour trait », France Culture, 15 novembre 2013. []
  2. La BIUM, bibliothèque interuniversitaire de médecine, a fusionné en 2011 avec celle de pharmacie pour former la BIUS, Bibliothèque interuniversitaire de Santé. []

Boire du thé

Le Monde du dimanche 3-lundi 4 novembre 2013 (page 7) raconte « la longue histoire du thé ». Cette boisson, présentée comme « universelle », est mentionnée en diverses occasions dans les lettres des Duméril et des Mertzdorff.

L’histoire du thé

Le thé est connu comme boisson en Chine dès le IIIe millénaire avant J-C. Puis les Européens le découvrent lorsque, au XVIIe siècle, « les bateaux de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales reviennent d’Asie les cales pleines de produits exotiques ». Très vite le thé (le thé vert) l’emporte sur le gingembre, la soie et la porcelaine dans les cales des navires. Au XVIIIe siècle, les Anglais, avec la Compagnie des Indes orientales, supplantent les Néerlandais ; ils sélectionnent le thé sur place, en Chine, et importent directement thé vert, thé noir et thé oolong. Les taxes auxquelles le thé est soumis et le monopole de son transport réservé aux navires britanniques alimentent contrebande et contestation. La révolte des colons américains contre la politique commerciale britannique est à l’origine de la guerre d’indépendance américaine (1775-1783). Le monopole tombe en 1834.

Au XIXe siècle, la durée du voyage des bateaux chargés de thé diminue grandement, et l’Inde concurrence la Chine par ses plantations introduites dans les années 1830. « À partir des années 1860, la folie du thé s’empare du monde » écrit le journaliste Jacques-Marie Vaslin, « on essaie d’en planter partout ». De 1880 à 1884, les exportations vers la Grande-Bretagne sont multipliées par 20. Mais bien avant ce succès, la consommation de cette boisson est attestée chez les Duméril.

La consommation familiale du thé

  •  Offrir du thé fait partie des gestes d’hospitalité tout au long du XIXe siècle. Un proche raconte comment, pour distraire sa fiancée provinciale qui s’ennuie à Paris, le jeune André Marie Constant Duméril et « les philosophes ses amis »

 mirent en usage toutes les ressources usitées en pareille occurrence, même des thés ; tout fut inutile (8 août 1801, 20 thermidor an IX)

La jeune fille resta indifférente, même au thé, et le mariage ne se fit pas. Mais cette collation continue d’être proposée :

Nous ne gardâmes pour le thé que Ninette, ces MM. s’en allèrent un peu avant. (5 octobre 1816)

Samedi soir nous avons été chez les Kestner prendre une tasse de thé puis on a dansé (6 septembre 1859)

J’ai pris le thé dans une famille autrefois à Mulhouse où j’ai vu un amour de petite fille de 8 ans qui nous a fait très gentiment de la musique (6 mai 1860)

  •  Cette consommation sociale du thé nécessite une vaisselle particulière, précieuse, que l’on sort pour l’occasion. Auguste Duméril, qui tient « à ce que nous puissions nous faire honneur du cadeau d’Henri », propose de se faire offrir par son cousin, à l’occasion de son mariage

un thé, c’est-à-dire, un sucrier et ses 12 petites cuillères, une jolie lampe à esprit-de-vin et la bouilloire ; puis, le plateau, car comptant demander quelquefois à nos parents et à nos frères et sœurs de venir prendre le thé chez nous, il faudra bien avoir de quoi l’offrir. (28 mars 1843)

En 1860 Louise Élisabeth Morizot, veuve de Léonard Boulez, lègue par testament à ses domestiques : des meubles (lit, commode, « chiffonnier secrétaire », « table formant bureau », « bibliothèque avec les livres », etc. et sa « boîte à thé avec ce qu’elle contient », sa « théière en métal », son crucifix, sa « vaisselle d’office » […] En outre, « ils jouiront du logement qu’ils occupent et des herbes du jardin. » La théière et ses accessoires, ainsi mentionnés, semblent avoir de la valeur.

  •  À la belle vaisselle et aux invitations festives correspond, pour rester dans le même registre, un fournisseur réputé, Marquis :

Je voudrais ce jour-là une demi-livre de thé vert de chez Marquis et un quart de thé noir, j’aimerais bien que Françoise nous fît des gâteaux de milan jeudi (2 octobre 1821)

F. Marquis jeune, marchand de thé à Paris, est l’auteur d’un ouvrage : Du Thé, ou Nouveau traité de sa culture, sa récolte, sa préparation et ses usages1. La boutique du confiseur Marquis est proche du Palais royal. En 1863, Le Guide parisien d’Adolphe Joanne le mentionne parmi les « confiseurs renommés » de la capitale.

  •  En dehors des réceptions marquées par un certain apparat, l’heure du thé scande le déroulement des journées familiales ordinaires :

il resta avec nous jusques après le thé (8 octobre 1816)

Alfred est parti au moment du thé (20 août 1842)

ton papa n’a pas été fâché qu’ils ne restassent pas jusqu’à l’heure du thé (23 août 1842)

  •  Quels sont les moments de consommation ? Lorsqu’on est seul, il semble que souvent le thé est bu pendant la soirée, au moment du coucher. C’est du moins ainsi que Charles Mertzdorff se représente :

Il était 9 h lorsque je sortais de mon souper & me voici très à mon aise en robe de chambre à t’écrire dans notre chambre à coucher devant une tasse de thé. (30 mai 1869)

J’ai passé ma soirée avec moi-même & mes journaux & mes 3 tasses de thé (2-3 mars 1875)

  •  Boire du thé pour se soigner. En continuité avec les premiers usages du thé (en vente à Londres en 1657 comme produit médicinal) le thé est bu par convalescents et migraineux :

 Il était 7 h lorsque je suis rentré à la maison, j’avais un peu de migraine ce qui m’ arrive fréquemment à Morschwiller, aussi ai-je pris quelques tasses de thé. (Charles Mertzdorff, 23 mai 1873)

D’où vient ce goût familial pour le thé ?

Plusieurs traditions concourent probablement à cette consommation dans la famille Duméril-Mertzdorff qui côtoie des milieux où l’on boit du thé.

  •  Augustin Pyramus de Candolle raconte dans ses Mémoires et souvenirs2 les réunions du samedi de la Société Philomathique de Paris à la fin du XVIIIe siècle, société dont André Marie Constant Duméril fait partie dès 1796 : « Nous nous réunissions chez l’un de nous le samedi soir après la séance de la Société philomathique. Dans cette première époque nous y lisions et critiquions les morceaux destinés au Bulletin ; puis après le travail nous prenions du thé ensemble et causions avec intimité. » Notons que cet Augustin Pyramus de Candolle compose un Épitre au thé (1799) pour Henriette Rath, peintre genevoise et alliée aux Duméril.
  •  Peut jouer également la proximité avec le monde du commerce anglophone et en particulier la fréquentation des Latham (eux aussi alliés aux Duméril) qui comptent parmi leurs activités le négoce du thé :

nous nous sommes trouvés tous réunis chez Mme Latham où nous avions pris le thé. (11 septembre 1844)

André Marie Constant Duméril, son fils Auguste, Charles Mertzdorff, se rendent en Grande-Bretagne au cours de leur vie professionnelle et mentionnent cette boisson :

Le dimanche matin, nous avons été déjeuner chez M. Mitchell (viande froide, café et thé, usage général), puis nous sommes partis avec lui (Auguste Duméril à Londres, 9 juin 1851)

Enfin Je t’écris ces quelques lignes à la hâte, vais prendre mon thé & probablement irai rejoindre les français descendus à un autre hôtel. (Charles Mertzdorff à Manchester, 4 mai 1860)

Les Desnoyers reçoivent à Paris et hébergent deux jeunes filles, cousines anglaises :

Elles sont excessivement faibles et ne prennent presque que du pain, du beurre et du thé. (10 mai 1874)

Cette mosaïque de citations et de situations offre des illustrations saisies sur le vif des modes de consommation du thé, qui conjuguent intimité, réceptions ou solitude. La consommation de cette boisson semble propre à cette famille, dont les lettres mentionnent à égalité thé et café, alors que dans les correspondances du XIXsiècle (d’après le corpus FRANTEXT) le thé est cinq fois moins présent que le café.

  1. Nepveu, 1820 ; 2e édition en 1834. []
  2. Texte édité avec des coupures par son fils Augustin Pyramus de Candolle en 1862 est réédité intégralement par Jean-Daniel Candaux et Jean-Marc Drouin, 2004. []

Vêtir les pauvres

Puisant dans la bibliothèque d’une vieille maison où j’ai passé quelques jours, j’ai lu, comme Marie Mertzdorff le faisait il y a presque 150 ans, les Mémoires d’un âne de la comtesse de Ségur1. Mon propos n’est pas de rappeler le succès renouvelé de cette auteure, ni d’analyser l’idéologie à l’œuvre dans cette littérature, étudiée déjà par des critiques littéraires, des sociologues ou des psychanalystes ; on trouvera une bibliographie de ces études dans La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion de Maialen Berasategui2. Je voudrais seulement mettre en parallèle une même situation, dans sa version littéraire et dans celle vécue et racontée par Marie Mertzdorff : la charité faite aux pauvres par les fillettes.

Les fillettes charitables de la comtesse de Ségur

Lors d’une promenade une petite fille vient « en boitant demander la charité » aux enfants du château :

« – Pourquoi boites-tu, ma petite ? dit Thérèse
– Parce que mes sabots me blessent, mam’selle »

L’interrogatoire se poursuit, révélant que la petite, âgée de sept ans, est orpheline, sans logis ni protection depuis la mort de sa grand-mère. Les cousines décident de ramener la pauvrette au château et obtiennent de leurs mères qu’elle y soit provisoirement hébergée. Il faut d’abord la laver. Les quatre cousines « l’emmenèrent dans la salle de bains, la déshabillèrent malgré le dégoût que leur inspirait la saleté extrême de l’enfant et l’odeur qu’exhalaient ses haillons. Elles s’empressèrent de la plonger dans l’eau et de la savonner des pieds à la tête. Elles prirent goût à l’opération, qui les amusait […] A la fin du bain, l’enfant en avait assez et témoigna une vive satisfaction quand ses quatre protectrices la firent sortir de la baignoire. » Ensuite, elles soignent la plaie qui la faisait boiter : « elles furent près d’un quart d’heure à arranger une compresse et la bande [] elles se disputaient et s’arrachaient le pied de la pauvre petite, qui n’osait rien dire, se laissait faire et ne se plaignait pas. » Enfin, il faut habiller la petite mendiante. Elles achètent « de quoi lui faire trois chemises, un jupon, une robe, un tablier, un fichu, deux bonnets ». Mais lorsque la marchande livre le paquet, la grand-mère demande à voir « les emplettes de ces demoiselles », et se récrie en découvrant la note : « trente-deux francs pour habiller une petite mendiante ! Madame Jolivet, ajouta-t-elle d’un ton sévère, vous avez abusé de l’ignorance de mes petites-filles ; vous savez très bien que les étoffes que vous apportez sont beaucoup trop belles et trop chères pour habiller une enfant pauvre ; remportez tout cela ». Colère de la marchande, qui doit repartir avec ses trop belles étoffes. La grand-mère avisée d’ajouter : « j’enverrai ma femme de chambre acheter chez madame Jourdan ce qui est nécessaire. »

Vêtir les pauvres dans les lettres familiales

Tout ce chapitre de la comtesse de Ségur peut se lire en écho aux relations avec les pauvres que les lettres familiales des Mertzdorff relatent :

  •  S’attendrir sur ceux que leur mauvaise santé rend encore plus pitoyables :

Ensuite nous sommes allées avec tante et maman chez notre pauvre petite bossue qui a été bien gentille. (7 juillet 1871)

  •  Se procurer les tissus adéquats :

 Ma chère Maman, Tu serais bien bonne de passer au Magasin du bon Marché […] tu aurais la complaisance de choisir les articles suivants, comme échantillons […] 4 douzaines bas noirs en laine à 75 c […], échantillon de lange en molleton pour pauvres […]. Mille excuses ma chère maman de cet ennui mais c’est pour la femme Legay et pour moi pour habiller mes pauvres à Noël.  (automne 1861)

Dans l’entourage de l’industriel en blanchiment des étoffes, avant d’acheter, on fouille dans les réserves. Marie Mertzdorff demande à son père de regarder dans ses armoires et

d’apporter de la mousseline pour des voiles des robes de 1re communion car les enfants nécessiteux sont en très grand nombre. (1er mai 1874)

  •  Confectionner des vêtements, en particulier à l’occasion de Noël ou de la communion. Mais été comme hiver les fillettes travaillent avec leur mère ou leur tante à des « habits de pauvres », « des petites robes de pauvres ».
  •  Prendre en charge une enfant pauvre et la vêtir comme on le ferait d’une poupée. Avec leur tante, les deux sœurs vont « habiller complètement 2 petites filles pauvres. » (21-22 juin 1871). Un peu plus grandes, c’est entre jeunes filles que se passe l’opération charitable :

 Jeudi nous avons eu nos amies […] et nous avons essayé la robe à la petite fille, chacune fait son vêtement, Marie Flandrin la chemise, Émilie le pantalon, Jeanne Brongniart le jupon de dessous, moi la robe du dessous et Paulette la robe de dessus. (28 février 1875)

Ainsi, toujours « en s’amusant », selon leurs propres mots, les enfants et les jeunes filles s’initient à cette philanthropie au féminin qui joue au XIXe siècle un si grand rôle : rôle de régulation sociale vis-à-vis des plus démunis dans un environnement économique très dur aux travailleurs et à ceux qui sont rejetés à ses marges ; rôle de socialisation « informelle » et lieu d’une certaine émancipation pour les femmes de la bourgeoisie.

La comtesse de Ségur (1799-1874) « est passée à la postérité sous les traits d’une grand-mère idéale pour les uns, réactionnaire pour les autres, préoccupée de la seule édification de ses petits-enfants » rappelle Maialen Berasategui ( p. 13). Mais, citant Pierre Bléton3, elle affirme que Sophie de Ségur « est beaucoup plus proche dans ses intentions des écrivains réalistes que des romantiques ». Et en effet les demoiselles Mertzdorff, bien insérées dans une bourgeoisie aisée provinciale puis parisienne, peuvent trouver reflet de leur mode de vie et modèle pour leur conduite dans les ouvrages de la comtesse de Ségur, qu’elles lisent au cours de leur adolescence.

  1. L’ouvrage est paru pour la première fois en 1860 ; je l’ai lu dans l’édition Hachette de 1926, Bibliothèque rose illustrée. []
  2. Maialen Berasategui, La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion, Presses universitaires de Rennes, 2011, collection Mnémosyne. []
  3. Pierre Bléton, La vie sociale sous le Second Empire, un étonnant témoignage de la comtesse de Ségur, Éditions ouvrières, 1963. []

Les timbres et les tarifs postaux au XIXᵉ siècle

Le geste de coller un timbre sur une enveloppe avant de l’expédier, geste qui nous est aujourd’hui si familier qu’il semble indissociable de la pratique épistolaire, apparaît au milieu du XIXe siècle. En France, les premiers timbres-poste sont émis en 1849 (pour les enveloppes, voir un billet précédent, qui leur a été consacré).

Le port des lettres avant le timbre

Les frais de port n’étaient pas à la charge de l’expéditeur : ils étaient perçus au moment de la réception de la lettre, acquittés par le destinataire. Cette taxe prenait en compte le poids et la distance parcourue par le pli, plus précisément « la distance en ligne droite qui existe entre le bureau de poste où la lettre a pris naissance et celui qui doit en opérer la distribution » (Annuaire des Postes, 1847, p. 191). En 1847, pour les lettres de moins de 7,5 grammes (dites « lettres simples ») la taxe était de 20 centimes au dessous de 40 kilomètres, 30 centimes de 40 à 80, 40 de 80 à 150, etc., jusqu’à 1 F 20 au-delà de 900 kilomètres. Pour une lettre qui frôlait les 20 grammes, il en coûtait de 50 centimes à 3 francs.

Rappelons qu’à cette époque le salaire journalier agricole masculin en Ile-de-France est en moyenne de 2 francs (Jean-Marie Chanut, Jean Heffer, Jacques Mairesse, Gilles Postel-Vinay, « Les disparités de salaires en France au XIXe siècle », Histoire & Mesure, 1995, volume 10, n°3-4). Le député Émile de Girardin déplore ainsi devant la Chambre que « le pauvre », « à longue distance, à moins d’une nécessité impérieuse, n’ose pas écrire car ce serait s’exposer à recevoir une réponse qui pourrait lui coûter le salaire d’une journée de travail » (1847).

Aussi profitait-on des déplacements des proches ou de relations pour leur confier des lettres à remettre : cette habitude est mentionnée à plusieurs reprises, par exemple entre Paris et Amiens (26 janvier 1801) ou bien le 25 octobre 1842 ; mais des incidents peuvent survenir : « M. Radiguet vient de venir me voir. il avait oublié 2 lettres dont on l’avait fait porteur dont une de Désarbret » (31 janvier 1813).

Une réforme des tarifs est réclamée, longue à voir le jour.

Vers un tarif unique, réduit, payé au départ

Les transformations de l’administration des postes accompagnent le mouvement d’intégration des zones rurales à la vie du pays ; les tournées des facteurs dans les campagnes vont de pair avec la construction de routes et de ponts, comme avec le développement de l’instruction primaire des garçons. Dans ce contexte, le développement du trafic postal est espéré, comme  moyen et comme signe de la croissance économique du pays. Ce but est commun aux partenaires qui prennent les décisions aux différents niveaux : l’action de l’État et la volonté des pouvoirs locaux se conjuguent dans les années 1830 pour donner une impulsion nouvelle à l’économie. Mais pour les Postes, deux points de vue s’opposent : ceux qui souhaitent l’instauration de frais de port fixes et peu élevés et ceux qui craignent la perte de revenus que cela risquerait d’entraîner. Car la poste est une entreprise très rentable : selon un rapport de 1844 cité à la Chambre des députés, une lettre taxée 20 centimes en rapporte 10 à l’Etat et une lettre taxée 1,20 F procure des profits sept fois supérieurs à la dépense engagée par l’administration. Certains sont prêts à prendre le risque d’une réforme (faire payer l’expéditeur, à un prix fixe et réduit), comptant sur un accroissement rapide des flux postaux. Le succès de la réforme en Grande-Bretagne, mise en œuvre dès 1840, convainc les plus frileux.

Le port à bon marché est institué par un vote de l’Assemblée nationale, le 24 août 1848 ; il est fixé à 20 centimes. Les tarifs sont désormais calculés uniquement selon le poids du pli, et non plus selon le poids et la distance à parcourir. Le deuxième aspect de la réforme, le paiement préalable du port par l’expéditeur, est encouragé par l’usage du timbre. Le premier timbre-poste français est émis le 1er janvier 1849 : ce timbre de 20 centimes, dessiné et gravé par Jacques-Jean Barre, représente la  déesse des moissons Cérès, symbole de la Deuxième République.

Le timbre "Cérès" noir de 1849 (premier timbre français)
Le timbre “Cérès” noir de 1849 (premier timbre français)

Les couleurs (orange, rouge) du même motif distinguent les valeurs faciales des autres émissions. A partir de 1852, l’effigie de Napoléon III remplace celle de la République. Au fil des ans, elle se décline sans puis avec couronne de lauriers, des dentelures, avec des typographies et des couleurs différentes.

Timbre à l'effigie de Napoléon III (21 mai 1869)
Timbre à l’effigie de Napoléon III (lettre du 22 mai 1869)

Avec la chute de l’Empire, le type “Cérès” est remis en service.

Timbre "Cérès" (lettre du 29 janvier 1874)
Timbre “Cérès” (lettre du 29 janvier 1874)

Dans les lettres, les timbres sont évoqués pendant le siège de Paris en 1870-1871 (des cartes spéciales sont mises en service) puis lors de l’annexion de l’Alsace, lorsque les prussiens imposent de nouveaux affranchissements.

 

 

Marcher dans l’Aisne

Marie Mertzdorff rapporte à son père « une petite aventure » arrivée à ses amis Arnould (lettre du 12 octobre 1874). Elle raconte comment M. Arnould et ses enfants adolescents ou jeunes adultes ont entrepris de rallier à pied Saint-Gobain depuis Trigny. Marie précise: 16 lieues parcourues en 2 jours. La lieue est une unité de longueur (variable) utilisée sous l’Ancien Régime ; elle a comme origine la distance que peut parcourir un homme à pied en une heure ; la lieue métrique vaut 4 kilomètres.

Les gendarmes

Voici l’anecdote : la famille harassée au soir de la première journée échoue pour la nuit dans une auberge. L’aubergiste intrigué par ces clients insolites et suspectant des « espions prussiens » (chaque époque a ses fantasmes : la figure de l’ennemi « prussien » hante ces années d’après guerre) avertit les gendarmes. Le père de famille réveillé en pleine nuit, et qui a négligé de se munir d’un passeport, a toutes les peines du monde à les convaincre de son honorabilité.

Pour le contact rugueux avec les gendarmes, on pense à un épisode du Tour de la France par deux enfants, situé dans les mêmes années (G. Bruno, innombrables éditions de ce livre de lecture à partir de 1877, numérisation BNF).

Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)
Le tour de la France par deux enfants, devoir et patrie : livre de lecture courante…, par G. Bruno [Mme Alfred Fouillée], réimpression 1878 (© BNF)

André et Julien, les deux enfants, se trouvent en difficulté près de Besançon ; ils vont au-devant de deux gendarmes à cheval : « Les gendarmes, d’un ton sévère, commencèrent par dire à André de montrer ses papiers. » Mais, comme l’affirme la morale de cette page : « Quand on n’a rien à se reprocher, on n’a point sujet d’avoir peur. » (pages 7071)

La randonnée

Sur une carte, Trigny et Saint-Gobain sont éloignés de 50 kilomètres à vol d’oiseau. Le point de départ de la marche de la tribu Arnould, Trigny, est mentionné comme lieu de naissance de plusieurs des enfants de la famille. Et le but du voyage est Saint-Gobain, où l’époux de Lucy Arnould est directeur général des Glaceries Saint-Gobain.

En lui-même, ce projet de marcher a retenu mon attention. Il fait écho au récit de Jean-Paul Kauffmann qui, suivant la Marne à pied depuis Paris jusqu’à sa source, traverse des régions voisines, un peu plus au Sud (Remonter la Marne, Fayard, 2013). Lui aussi fait l’expérience des sentiers désertés et des auberges décevantes, de l’étonnement et de la méfiance des personnes rencontrées – en 2012, ce n’est plus l’espion que l’on craint, ni l’étranger, mais « le rôdeur ». Mathilde Arnould fait des croquis, et Jean-Paul Kauffmann note ses impressions : les marcheurs cherchent à garder trace des paysages et des expériences traversés.

 

Promenade à Paris: les Buttes-Chaumont

En 1863, « il est question de créer sur les buttes Chaumont, précise Le Guide parisien de Joanne, une grande promenade ou parc, de 20 hectares environ de superficie, dont les entrées principales seront ménagées sur la rue Fessart et la rue de Crimée. L’étude et l’exécution de ce projet sont confiées à M. Alphand, ingénieur en chef de la ville de Paris. » La ville a acquis en 1862 le terrain des buttes Chaumont, sur la colline de Belleville. Il est creusé de carrières de plâtre qui employaient 800 ouvriers au milieu du XIXe siècle : celles nommées « Butte-Chaumont » et « Centre » étaient à ciel ouvert, tandis que l’« Amérique » (qui exportait jusqu’en Amérique) était exploitée en galeries souterraines.

Sous la direction du préfet Haussmann l’endroit est aménagé en 1866-1867 par Alphand et Barillet. Le parc des Buttes-Chaumont est inauguré le 1er avril 1867, lors de l’Exposition universelle. Charles Mertzdorff, venu à Paris l’année suivante, le visite en compagnie de ses beaux-frères (lettre du 21 juillet 1868). Le relief accidenté, la grotte, les rochers, le lac, les colonnes du temple perché de la Sibylle, les points de vue sur Paris ne semblent pas marquer son imagination car, par comparaison, il trouve son propre jardin alsacien « très gentil » .

Il est vrai que la végétation est encore grêle et clairsemée, comme le montrent les photographies de Charles Marville (dont les agrandissements sont actuellement exposés dans le parc)

Le Parc des Buttes-Chaumont, Paris, 1867 (détail) © Charles Marville/BHVP/Roger-Viollet
Le Parc des Buttes-Chaumont, Paris, 1867 (détail) © Charles Marville/BHVP/Roger-Viollet 

Peu d’années après, arbres et arbustes ont poussé, transformant le paysage, et Alphonse Daudet peut en faire la promenade favorite d’une demi-mondaine, Ida de Barancy. Elle est la mère de Jack, le triste héros d’un roman (Jack, 1876) qui reprend la trame d’une enfance malheureuse, comme Le Petit Chose (1868).  « Par les longues soirées d’été » elle s’alanguit dans « le square des Buttes-Chaumont que l’on venait de terminer, square immense et mélancolique, improvisé sur les anciennes hauteurs de Montfaucon, orné de grottes, de cascades, de colonnades, de ponts, de précipices, de bois de pins dégringolant tout le long de la butte. Ce jardin avait un côté artificiel et romanesque qui faisait à Ida de Barancy une illusion de parc grandiose. »

Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet “Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff“. []

Manger à Paris en 1795 : les prix et le manque

En janvier 1795, le jeune André Marie Constant Duméril, choisi comme élève du district d’Amiens (sa ville natale) pour suivre les cours de l’École de santé, quitte son travail de commis et sa pension rouennaise pour venir étudier à Paris. Finis, les soins maternels de Mme Thillaye et les ressources de la province, il doit se débrouiller avec les maigres revenus d’élève de la nation pour vivre dans la capitale. Il partage un logement avec deux de ses frères.

Dès sa première lettre à sa mère (7 pluviôse an III-26 janvier 1795), il réclame « un habit et une culotte ». Bientôt, à ses soucis vestimentaires récurrents s’ajoutent des préoccupations alimentaires :

Et la vie de Paris, vous ne devineriez pas combien me coûte un dîner ? ou plutôt vous ne le voudriez pas croire ? malheureusement c’est Auguste [son frère] qui paye cela pour moi.  (21 février 1795)

Malgré quelques travaux rémunérés, la situation ne s’arrange pas. La lettre à sa mère du 28 mai 1795 est toute entière consacrée à ces problèmes, qui pourraient même compromettre ses études :

Nous avons reçu avant-hier le trop petit pain, que vous nous avez fait passer […] Nous avons reçu aussi il y a environ une huitaine, celui que mon oncle a eu la complaisance de nous faire passer, nous mangeons aujourd’hui le reste du dernier. […] Je suis maigre à faire peur. […] je suis décidé à retourner à Amiens pour un mois ou deux plutôt que de mourir de faim ici.

Le jeune homme revient à la charge quelques semaines plus tard:

je viens d’aller acheter pour 18 livres [monnaie] de pain, 1 livre ½ [poids], nous en avons eu pour notre déjeuner ! si vous pouvez nous en faire passer ; profitez de la première voie. tout augmente encore énormément : le Beurre 16 et 17ll la livre, le fromage de Gruyère vaut ici 10ll, les cerises 3ll, & les groseilles 2ll10 s, les œufs 20 s, jugez comment je fais pour vivre ? (29 juin 1795)

Le prix pain est primordial. Dès avant la Révolution son prix est élevé : 6 livres de pain coûtent 12 sous, soit le salaire d’un journalier. Le pain reste la nourriture de base et la Révolution ne supprime pas la hantise du pain cher et de la faim. Le prix du blé est en augmentation, ce qui provoque agitation populaire et discussions politiques. L’approvisionnement en sucre, en savon, en viande, en chandelles, en vin, etc. est difficile. Finalement la Convention fixe un prix maximum pour les grains puis pour tous les produits de première nécessité (29 septembre 1793). Un mois plus tard, en octobre 1793, est créée la carte de rationnement. Elle donne droit à 750 g de pain par jour, rapidement réduits à 500 g puis, en 1794, à 250 g. Cette quantité est insuffisante pour l’appétit des jeunes gens :

Nous ignorons à qui nous sommes redevables du dernier pain que nous avons reçu et nous n’avons pas remercié les donateurs. […] ce que nous recevons de la section ne suffit pas pour nourrir l’un de nous pendant un jour. (juillet 1795)

Par votre dernière, vous nous mandiez que vous aviez été à Aubigny pour vous procurer du grain. quelle a été l’issue de votre voyage. nous nous ruinons en achat de pain car nous n’en recevons encore que trois quarterons. Quant à moi j’en mange une livre en sus qui me coûte 9ll ou 10ll. nous croyons bien que si nous n’en avons pas reçu jusqu’ici, c’est qu’il vous a été impossible de nous en procurer.  (7 septembre 1795)

La pénurie affecte nombre de jeunes gens (voir « Les étudiants en médecine à Paris sous la Révolution », Le Progrès médical, supplément illustré, 1939, n° 2). Manger : cette préoccupation constante du jeune homme se traduit par des détails et développements dans chacune des lettres à sa mère :

Depuis le Retour de mes frères je n’ai pas mangé une seule fois chez le Restaurateur : nous vivons, nous deux, Auguste, de Beurre, de fromage, & de cerises. (juillet 1795)

et quelques mois plus tard :

 Nous avons reçu pain, beurre et bas : c’est-à-dire le paquet que nous annonçait votre lettre du 27. vous ne pouviez nous faire un présent dont nous puissions mieux sentir le prix : nous sommes dans la situation la plus pénible. Deux jours de suite nous nous sommes trouvés sans pain. […] aujourd’hui, il est trois heures, la farine n’est pas encore arrivée chez le boulanger ; le pain qu’on nous délivre à la section, quoique bien manipulé, porte un mauvais goût. on le dit composé des farines de vesces, de féveroles, de seigle et d’avoine ; si cependant on nous en donnait notre saoul ! mais que sont ¾ ?  nous qui mangerions sans gêne pour  notre  déjeuner  la livre ½ ! le prix du pain est ici exorbitant: le blanc se vend 40ll et l’ordinaire plus commun 30 ou 34ll. Aussi quand nous en manquons, et cela n’arrive que trop souvent, nous sommes obligés de vivre avec des châtaignes, qu’on nous vend 15ll le litron, environ deux pintes d’Amiens : le beurre vaut ici 85 à 90ll, les œufs 3ll 10s, la chandelle 95 à 100ll. Enfin c’est une désolation de l’abomination.  (22 novembre 1795)

 Après Thermidor, en 1796, la Convention abolit le Maximum qui protégeait le prix de la farine et rétablit la liberté du commerce. Tous les prix montent, l’inflation touche durement les plus pauvres et accentue les inégalités. Mais le jeune André Marie Constant Duméril, qui gagne un peu d’argent en secondant les professeurs au Muséum, en préparant leurs cours, voit sa situation s’améliorer.

Les mots dans les lettres : enfance, jeunesse, adolescence

Pour prolonger le billet sur l’amitié entre Isabelle Latham et Caroline Duméril avant son mariage, une réflexion sur l’adolescence s’amorce. La lecture du livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914 (Belin, 1999), prolongée par celle de Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka[1] (Presses universitaires de France, 2009), m’incite à confronter l’emploi des mots « adolescence », « enfance », « jeunesse », dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle, correspondance qui court actuellement jusqu’en 1873.

  • Du trio, « jeunesse » est le mot le plus employé, et cela des premières lettres jusqu’aux dernières.
  • Le mot « enfance », employé lui aussi sur toute la période, renvoie à une période de la vie que les épistoliers lient d’abord à l’apprentissage. Le mot « enfant », qui à la différence de « jeunesse » permet de distinguer l’individu de la période, est très fréquent sous la plume des épistoliers.
  • En revanche le mot « adolescence » est très rare.

« Adolescence »

Te voilà arrivée à l’adolescence, ma chère enfant, et tu sens combien tu dois de reconnaissance à Dieu, qui t’a fait naître dans un milieu tel qu’est le tien.

écrit Eugénie Duméril à sa petite-nièce Marie Mertzdorff (17 mai 1872). C’est, me semble-t-il, la seule occurrence du mot. Le mot est ancien, mais recouvre des sens divers et connaît au XIXe encore des flottements. Les représentations de l’adolescence dans le second XIXe siècle ne concernent d’abord que les jeunes gens de la bourgeoisie qui fréquentent collèges et lycées ; « la notion d’adolescence se réfère étroitement à l’institution scolaire » note Agnès Thiercé. Dans une énumération de livres pouvant convenir à des enfants, « Berquin » est cité, avec ce seul commentaire : « mais tout n’amuse pas » (17-18 décembre 1871). Arnaud Berquin (1747-1791) est l’auteur d’ouvrages souvent et longtemps réédité qui paraissent tout au long du XIXe siècle : Le Berquin des petits garçons, Le Berquin des demoiselles, etc., et, 1878, Le Berquin des enfants et des adolescents. C’est un indice de la diffusion de cette notion ; il est possible que les mots « adolescence », ou « adolescent » et « adolescente » dont l’emploi progresse à la fin du siècle, apparaissent dans des lettres ultérieures.

« Enfance »

Dans les lettres, « enfance » renvoie, comme on pouvait s’y attendre, au passé : « des souvenirs d’enfance » (18 septembre 1873), une « amie d’enfance » (10 février 1806). C’est le moment où commencent les amitiés : un jeunes homme parle de « l’intimité [de ses] anciens rapports d’enfance » (6 mai 1843). C’est aussi la période des apprentissages : « elle a appris, dès son enfance, à aimer, à honorer tes père et mère » (18 mars 1842). Période que les adultes s’efforcent de rendre douce (« il faut à l’enfance de la gaîté naturelle »,  15-16 février 1864) mais aussi période marquée pour certains par les deuils : Marie et Emile Mertzdorff perdent successivement leur mère Caroline Duméril (alors qu’elles ont 4 et 2 ans) puis la seconde épouse de leur père qui les a élevées.

« Jeunesse »

  • Un âge de la vie

Le mot « jeunesse » est souvent employé en référence à un âge de la vie qui se confond plus ou moins avec l’enfance. Enfance ou jeunesse apparaissent comme le moment privilégié pour l’éducation morale : on acquiert alors « l’ordre et à l’activité » et il faut « être indulgente pour ceux qui se sont trouvés mal entamés dans leur jeunesse & chez lesquels personne n’a développé les bons sentiments » (3 mai 1859)

L’école est l’institution que l’on peut « le plus fortement associer à l’idée de jeunesse » écrit Jean-Claude Caron dans l’Histoire des jeunes en Occident (Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, dir., Seuil, 1996, t 2, p 143). L’institution en tant que telle n’apparaît pas ici, mais bien ce moment d’apprentissage où « la jeunesse ne manque pas de vouloir tout savoir » (10 juillet 1870) et manifeste sa curiosité.

  • Un groupe d’individus

La « jeunesse » ou plus souvent « la petite jeunesse » désigne les enfants de la famille : on consulte « la jeunesse » pour décider d’une promenade en bateau (22 juillet 1870). Ou bien, plus largement, « jeunesse » désigne une classe d’âge : en Alsace « c’est à Noël que se font presque tous les cadeaux et c’est là le grand jour pour la jeunesse » (31 décembre 1858). Cette jeunesse est réputée « bruyante », mais pleine de force et d’énergie.

Ce groupe d’âge a sa sociabilité propre :

Elle est comme nous privée de société pour sa fille, aussi nous nous sommes promis de faire des efforts pour que notre jeunesse se rencontre quelquefois (10-11 novembre 1872)

Auprès des petites orphelines, chacun insiste sur la nécessité de « donner à la jeunesse cette douce et aimable gaîté si nécessaire au développement » (25 octobre 1873)

La jeunesse a besoin de jeunesse, il faut bien rire à cet âge, c’est nécessaire à la santé.  (26 septembre 1871)

Les passages

La jeunesse est une « construction sociale et culturelle » écrivent Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt en introduction à l’Histoire des jeunes en Occident (t 1). Dans son sens moderne, au XIXe siècle, la fin de l’enfance et le passage à l’adolescence se définissent en référence à divers événements, en particulier la puberté et la communion ou, pour les garçons, le service militaire. Quelques-uns de ces repères se trouvent dans les lettres :

  • le service militaire

Charles Mertzdorff signale (sans mention des jeunes gens) qu’il doit assister au conseil de révision en tant que maire de Vieux-Thann (5 mai 1866). A l’été 1870, en période de guerre, la mobilisation des jeunes hommes – et des moins jeunes – revêt une importance nouvelle. A propos du vocabulaire qui nous retient ici, notons cette remarque : « la jeunesse de 19 à 20 ans qui doivent tirer au sort dans 5 mois » (21 août 1870).

  • la puberté

La seule allusion aux premières règles dans les lettres conservées se trouve dans la lettre d’une grand-mère à la jeune femme qui élève sa petite-fille, Marie, bientôt 15 ans :

Quelle bonne nouvelle renfermait ta dernière lettre au sujet de notre chère petite Marie, elle a passé un moment qui donne toujours quelque préoccupation et grâce à Dieu tout s’est fait pour le mieux dans cette chère santé. Maintenant j’espère que sa croissance va s’arrêter car j’étais quelquefois un peu tourmentée de la voir tant grandir.  (23 janvier 1874)

  • la communion

à présent que tu as fait ta première communion tu n’es plus une enfant, mais une personne capable de comprendre et de remplir les devoirs de la vie  (1er novembre 1872)

Là, c’est une jeune femme qui s’adresse à cousine, Marie Mertzdorff, la destinataire âgée de 13 ans passés. Pour cette jeune fille, Marie, on peut ajouter une autre marque de la fin de l’enfance : le fait de se coiffer elle-même (voir le billet sur la chevelure).


[1] Puisque le nom d’Ivan Jablonka vient sous ma plume, je ne peux que recommander la lecture de son Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête (Seuil, 2012). Une enquêtes exemplaire et émouvante dans les archives et auprès de nombreux témoins, un travail qui implique à la fois « la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total » de l’historien.

Les animaux domestiqués

La livraison de février 2013 de La Faute à Rousseau, revue de l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique est consacrée à « l’animal et nous ». Ce sujet polémique, qui a divisé le comité de rédaction, « laisse entrevoir », selon l’éditorial (page 11), « à quel point la question animale , et notamment celle du compagnonnage entre les humains et les espèces dites domestiques, touche à un point sensible de la biographie ». La relation entre l’être humain et l’animal ou au moins la présence d’animaux domestiqués sont-elles mentionnées dans les lettres ?

Les chevaux

Sur toute la période de 1800 à 1870, le cheval est l’animal domestique le plus cité dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. Attelés à des véhicules divers, montés (par des hommes et parfois par des femmes), utilisés lors de déplacements utilitaires ou de promenades, en ville et à la campagne, en temps de guerre aussi, la silhouette des chevaux apparaît en toute occasion, souvent l’espace d’un instant.

Mentionnons quelques apparitions particulières :

  • cheval et épistolaire

« Je t’écris, ma Mie, sur mes genoux, dans une voiture, et le cheval a, sans doute, quelques mouches qui le tourmentent, car il ne cesse de remuer ; ma lettre ne peut donc pas être une page d’écriture » (lettre du 10 juillet 1865)

  • la viande de cheval

Elle est consommée à Paris pendant le siège :

« nous avons encore de la viande de boucherie et en plus de la viande de cheval tant qu’on en veut ; on dit que sous ce rapport nous pouvons tenir très longtemps. » (lettre du 30 octobre 1870)

  • les spectacles équestres

« J’irai peut-être faire, avec lui, une petite visite à Franconi, ce qui me donnerait l’occasion de voir les beaux chevaux que vous avez montés. » (lettre du 21 janvier 1831)

Les Franconi sont une dynastie d’écuyers. Le père Antonio Franconi, originaire de Udine en Italie, arrivé en France dans les années 1760, s’associe avec le célèbre écuyer anglais Astley pour fonder le Cirque Olympique qui connaît une grande vogue dès les années 1780. Les enfants d’Antonio Franconi, Laurent et Minette, soutiennent la réputation de leur père, surtout dans l’éducation artistique des chevaux et la mise en scène d’ouvrages dramatiques.

Les chiens

La figure de Miss, la chienne d’Alphonse Milne-Edwards, s’impose dans les lettres adressées aux enfants. Elle est une présence familière, une compagne des déplacements entre la maison et la gare :

« Miss continue à tuer avec succès les rats que nous prenons et qu’on lâche devant elle, en deux coups de dents elle tue sa victime ; cette aimable bête vient toujours à Montmorency et connaît si bien son chemin qu’elle s’arrête d’elle-même à la porte de maman ; elle revient toujours avec Jean [un petit garçon] et moi le soir mais comme elle est très obéissante nous ne l’attachons pas et lui permettons de courir sur la route. » (lettre du 16 août 1871)

Ce même petit Jean en fait son jouet et la malmène :

« quelquefois il mange son goûter tout en jouant avec le chien ce qui est défendu mais il oublie facilement. Enfin l’autre jour il a attaché au cou de Miss une ficelle après laquelle était une casserole ce qui rendait la pauvre bête presque folle. La punition a été d’être privé de jouer le lendemain avec ce joujou vivant. » (lettre du 3 mai 1871)

Mentionnons, comme pour les chevaux, quelques situations particulières des chiens :

  • L’exposition canine

« L’Exposition des chiens est belle elle attire beaucoup de monde au jardin d’acclimatation » (lettre du 10 mai 1863)

La Société Impériale d’Acclimatation organise pour la première fois, du 3 au 10 mai 1863, une exposition canine au jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne ; 850 chiens sont rassemblés. Le directeur de l’Exposition, Albert Geoffroy Saint-Hilaire, précise : « Ce n’était pas un spectacle de curiosité, encore moins un marché qu’on se proposait d’ouvrir. On voulait, sous un point de vue autant scientifique que pratique, réunir une collection de chiens aussi complète que possible, afin de distinguer les races pures, utiles, ou d’agrément, et les croisements bons à conserver. »

  • Le chien, animal de laboratoire

Comme le lapin, le chien est utilisé par des médecins pour étudier la contagion des maladies (lettre de Louis Benoît Guersant à Pierre Fidèle Bretonneau, le 24 mars 1821). Il subit des expérimentations qualifiées par les savants eux-mêmes de « cruelles » :

« Nous avons encore répété sur des chiens vivants de cruelles expériences : heureusement que je supporte assez bien cela : c’est plutôt encore par souvenir que je me préoccupe de la cruauté qu’il y a à opérer ainsi des animaux vivants. Au moment même de l’expérience, la préoccupation qu’elle nécessite et l’intérêt qu’on y met, détournent l’attention d’une manière favorable. » (Journal intime d’Auguste Duméril, le 16 décembre 1841)

Hormis cette Miss et les mentions particulières que je viens de signaler, il est peu question des chiens dans les lettres. Ces animaux sont pourtant présents dans l’environnement alsacien ; un récit de Duméril nous l’apprend. Lorsqu’il visite les propriétés de Charles Mertzdorff que sa petite-fille vient d’épouser, Duméril note :

« [La ferme de Charles Mertzdorff] est très considérable […] le propriétaire s’est réservé un corps assez considérable où l’on peut admettre une assez nombreuse société d’amis et de connaissances des environs pour des réunions de chasses. Les écuries, les granges, les remises, les étables sont nombreuses. la cour est remplie de volailles, il y a une dizaine de chevaux de travail. j’y ai vu sortir pour aller paître un vingtaine de vaches très belles et un jeune taureau. six couples de chiens de chasse. » (récit du voyage d’André Marie Constant Duméril en Alsace, rédigé du 3 au 17 septembre1858)

Les lettres en revanche mentionnent des repas de chasseurs et des envois de gibier, lièvres et lapins, aux parents parisiens et aux amis.

Pas de chat signalé dans les maisons, sauf un chaton imprudent sur le toit (lettre du 25 février 1873)  ou un pilleur de garde-manger (lettre du 11 août 1868).

Les animaux de basse-cour

Les Mertzdorff vivent en lisière d’une petite ville alsacienne, dans une maison aux vastes bâtiments, avec cour, basse-cour et jardins. La production végétale et animale du domaine est mentionnée, mais elle est gérée par des employés et ne retient pas l’attention des fillettes. En revanche, lorsque celles-ci sont en vacances dans la résidence campagnarde de leurs grands-parents, il semble qu’elles soient dans une plus grande proximité avec les animaux et découvrent les soins à leur donner.

« Ce qui m’occupe beaucoup en ce moment c’est d’apprivoiser un petit lapin que bonne-maman m’a donné me permettras-tu de l’emporter à Vieux-Thann ? oh ! oui n’est-ce pas. Mon lapin est très gentil, il vient sur mes genoux, il m’embrasse c’est-à-dire qu’il frotte son museau contre moi, alors c’est à mon tour de le caresser.[…] les poules de tante sont arrivées, il y a trois poules et un coq, Marie était très intriguée de savoir combien de poules il y avait, de quelle couleur était le coq. » (lettre du 21 juillet 1871)

***

Les chevaux exceptés, l’évocation des animaux domestiqués fait partie des thèmes réservés en priorité ou liés aux enfants. Les jeux que chiens et lapins occasionnent, les soins que les jeunes leur prodiguent, leur donne une existence dans les lettres qui ne coïncide pas avec la réalité économique de la présence animalière, rarement décrite. L’affectivité qui colore la mention des animaux touche souvent à un point, sinon « sensible »,  du moins circonstancié, de la biographie.

La chevelure

Une « sculptrice capillaire », Marisol Suarez, interrogée par Le Monde Magazine (9 février 2013), affirme : « Je ne vois rien de morbide dans le cheveu ; je ne comprends pas pourquoi les gens projettent toujours le pire sur cette matière ».

Dans les lettres mises sur le site, il y a pourtant des traces de l’association mort-cheveux. « Maman a été très reconnaissante de l’envoi de cheveux que ma tante lui a fait, elle l’en remercie beaucoup ; elle est bien heureuse de posséder quelque chose de cette pauvre Sophie [sa nièce] » (7 octobre 1830) ; « J’ai vu mourir [cette amie], et je l’ai vu trois fois après sa mort. J’ai de ses cheveux, que je vous montrerai » promet une jeune fille à son fiancé (1er-2 avril 1843). Les cheveux sont montés en bijoux, une « bijouterie de deuil » appréciée dans l’aristocratie et qui se répand très vite dans toutes les classes de la société au XIXe siècle. Une dame propose « un petit souvenir à notre chère Aglaé à l’occasion de son mariage » (11 septembre 1862) : un bracelet avec les cheveux de sa fille décédée, amie de la mariée ; elle précise : « nous mettrons soixante francs dans le cadeau » (le salaire journalier d’un ouvrier est de 3 F). Peut-être parce que les cheveux sont la seule partie du corps qui ne meurt pas après avoir été coupée, qu’ils gardent leur aspect vivant, ils « valent pour la personne elle-même » et sont l’objet d’une dévotion sentimentale, suggère Marie-France Auzépy (Histoire du poil, sous la direction de Marie France Auzépy et Joël Cornette, Belin, 2011, p. 8). Des catalogues exposent toute une variété de réalisations à partir de ces reliques humaines (pages reproduites dans Les Poils. Histoires et bizarreries, Martin Monestier, Le Cherche Midi, 2002).

Souvenirs funéraires, les cheveux (tressés) sont aussi une métaphore du lien et s’offrent au moment du mariage en signe d’amitié, sous forme de mèche (envoi de Caroline à sa cousine, lettre du 28 juin 1858) ou de bijou (« très jolie broche en cheveux » donnée entre amies le jour de la cérémonie, lettre du 12 février 1858). L’attachement sentimental aux enfants se manifeste par le don et la conservation sur soi de leur chevelure : « D’après le désir de Charles [le père], les cheveux des chères petites ont été coupés, elles sont à présent à la Titus et s’en trouvent bien pour le temps de chaleur que nous avons. Je t’envoie deux petites mèches de leurs cheveux que tu ne peux manquer de recevoir avec plaisir. » (8 juillet 1863) ; « Ma petite Emilie, tu pourras voir à mon cou, avec mes médailles et la bague de petite Mère, le petit médaillon contenant les cheveux de mes deux chéries que j’espère embrasser bientôt » (31 octobre-2 novembre 1870).

De la chevelure des messieurs il peu parlé. Tout au plus signale-t-on la couleur : noire, « rouge » et surtout blanche. En revanche, les dames la mentionnent. Les cheveux blancs les préoccupent : « Si maman te demande ce qu’il me faut réponds une petite fanchon pour mettre sur la tête. Je me fais vieille, mes cheveux blanchissent et comme je me coiffe au plus simple quelque chose m’est commode pour me requinquer. » (30 octobre 1872 ; la signataire a alors 35 ans). Et quel entretien ! La jeune Caroline, après une maladie : « Peux-tu croire que je ne suis pas encore démêlée, je ne suis pas assez solide pour supporter de longues opérations et on n’a pu en faire subir encore qu’aux petits bouts de mes nattes. Je porte un filet pour cacher mon pêle-mêle capillaire » (16 décembre 1857). Si les petites filles aiment à coiffer leur poupée (18 décembre 1862), elles attendent d’avoir 14 ans pour se coiffer elles-mêmes, encouragées par leur grand-mère : « il est si bon dans la vie de ne pas être sous la dépendance des autres et de savoir se tirer d’affaire sans avoir recours à personne […]. C’est à l’âge de nos petites filles qu’il faut prendre de bonnes habitudes. » (3-4 juin 1873).