Archives de catégorie : Les événements

Les 14 juillet

Le 14 juillet a une histoire, qui commence sous la Révolution, est revivifiée en 1880 lorsque cette date est adoptée pour la fête nationale, et prend une dimension nouvelle en 1919, quand la célébration de la nation se confond avec celle de la victoire.

Avant 1880

L’époque de la Révolution

Des fêtes révolutionnaires, magistralement mises en perspective par Mona Ozouf1, il ne sera rien dit ici, parce que les lettres conservées du jeune André Marie Constant Duméril n’en disent quasiment rien. Nous savons pourtant qu’il pouvait assister à certaines d’entre elles : deux de ses amis, parlant de lui, y font allusion en 1801. C’est l’époque où Duméril, âgé de 26 ans, songe à se marier avec une demoiselle de sa ville natale, Amiens. Les nouvelles circulent dans le cercle des jeunes « savants » ; Jean Baptiste Cloquet raconte : « Un de nos amis [Duméril] quoique philosophe, était sur le point de se marier, et voulant donner à sa prétendue un prélude des béatitudes parisiennes qui l’attendaient, l’invita à venir passer quelques jours à Paris »2 Le correspondant précise : « C’était à l’époque de la grande fête ». Ce 14 juillet 1801 (25 messidor an IX) la commémoration de la prise de la Bastille donne lieu à une fête nationale, organisée à Paris par l’architecte Chalgrin, avec jeux et théâtres forains sur les Champs-Élysées, animations sur la Seine, concerts, feux d’artifice et illuminations. La jeune fille que Duméril veut épouser se rend à l’invitation, accompagnée de son père. Dans la capitale, toutes les distractions proposées, « même des thés », l’ennuient et, « ô vicissitude ! », elle désire « s’en retourner sans attendre la fête, chose inouïe ». Considérant « gravement combien elle s’était ennuyée avant même d’être mariée » et concluant « très philosophiquement que ce serait bien autre chose après », Duméril renonce à la demoiselle et son projet matrimonial tourne court. La jeune provinciale n’a pas vu la fête, et nous ne savons pas si le jeune homme, déçu quoique philosophe, y assista.
La seule autre allusion à une fête du 14 juillet pendant la période révolutionnaire se trouve dans une lettre antérieure de sept ans. Duméril est alors étudiant à Rouen :

Rien de nouveau ici tout est tranquille. Nous, gardes nationaux, élevons ici un nouveau monument à la libération que nos canonniers abattront le 26 messidor, anniversaire du 14 Juillet. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 juin 1794, 5 messidor an II)

Ces quelques indices sont bien maigres, mesurés à toutes les festivités de cette période riche en célébrations politiques, ludiques et pédagogiques.

Les années 1870

  • Passé le moment où l’on veut commémorer la Révolution, les régimes monarchiques qui suivent cherchent au contraire à en effacer le souvenir et les célébrations du 14 juillet sont supprimées. Cette journée estivale n’est marqué par rien de particulier pour les correspondants. Si le jeudi 14 juillet 1842 l’on s’agite autour de Duméril ce n’est pas en souvenir de la Bastille, mais en raison de l’accident dont vient d’être victime le fils aîné du roi Louis-Philippe :

Ici [à Lille], on est généralement fort ému de l’événement terrible qui vient de frapper le duc d’Orléans : on s’en afflige pour la famille royale ; on s’en émeut pour l’avenir de notre gouvernement ; on a reçu la nouvelle par voie télégraphique, le préfet l’a fait afficher à la Bourse, et proclamer par la ville. (14 juillet 1842, Louis Daniel Constant Duméril à son frère)

Dans les années 1870, les historiens signalent quelques commémorations privées. Gambetta en particulier, qui proclame dans son journal La République française en 1872 : « Une nation libre a besoin de fêtes nationales », soutient les initiatives locales, banquets du 14 juillet et discours3. Mais les Mertzdorff y restent étrangers. En 1870 Eugénie Desnoyers-Mertzdorff est en vacances à Paramé et le jeudi 14 juillet il n’est question que de messe matinale, de devoirs scolaires pour les fillettes, de bains, d’observation « des petites bêtes » puis « d’un tour à Saint Malo ». « Le temps est calme, la mer baisse encore ; des petites voiles se montrent à l’horizon. ». En 1871, c’est une visite à « l’oncle l’Ingénieur » et aux « cousins Vatblé d’Amérique », puis, après le goûter, « à Mme Fröhlich qui n’y était pas » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 14 juillet 1871). L’année suivante, pas de sortie : « Aujourd’hui nous sommes tout à fait seuls, les fillettes, après avoir été à l’église, jouent avec leurs petites poupées » (14 juillet 1872). En 1875, mêmes occupations domestiques, bien que la « chaleur excessive » invite à « se laisser aller au sommeil ».

  • En 1878, la Fête nationale a lieu pendant l’Exposition universelle de Paris qui se tient du 1er mai au 31 octobre sur le Champ de Mars. Le 30 juin 1878 est organisée une « fête nationale » pour célébrer « la paix et le travail ». Désireuse de profiter du spectacle, la famille commence par traverser tout Paris en omnibus :

la rue de Rivoli, le palais Royal, l’avenue de l’Opéra, les boulevards étaient assez beaux mais toute leur décoration consistait en drapeaux de toutes les nations attachés aux fenêtres, il n’y avait là rien de nouveau ni d’original ; ce que nous voulions voir c’étaient les quartiers populeux aussi sommes-nous revenus à la maison Blanche par le chemin de fer de ceinture (Marie Mertzdorff à son père, 1er juillet 1878)

Aussitôt rentrés chez eux, ils repartent à pied explorer leur quartier :

la rue Mouffetard était ravissante, on dit même que c’était une des plus jolies de Paris, et je le crois ; d’immenses guirlandes de feuillages, de papier découpé, d’étoffes tricolores la traversaient dans tous les sens, le tout était arrangé avec un goût exquis ; chaque fenêtre même les plus pauvres aux 5e et 6e étages avait des lanternes, des guirlandes, on voyait que chacun avait travaillé à faire quelque chose qui ne ressemblât pas à celle du voisin [  ] Tout était tricolore4 hier, personne qui n’ait eu, soit une cocarde, soit un ruban ou un bouquet aux trois couleurs, les chiens mêmes avaient leur petit drapeau flottant au-dessus de leur collier et le petit coq blanc du tailleur de la rue Cuvier avait même aussi revêtu l’uniforme national ; on lui avait teint la queue en bleu et attaché des petites manchettes rouges aux pattes. (Marie Mertzdorff à son père, 1er juillet 1878)

Le soir, feu d’artifice, illumination au gaz du Panthéon, guirlandes de lanternes vénitiennes dans les rues, bal champêtre. « Dans tous les coins on chantait la Marseillaise et on tirait des pétards. » Chacun est ravi mais, conclut de façon inattendue la jeune fille :

Nous nous demandions seulement pourquoi cette fête et de quoi se réjouissait-on ? (Id.)

Exceptés « les drapeaux de toutes les nations » qui flottent dans certains quartiers, la description que fait Émilie Mertzdorff de la fête nationale du 30 juin 1878 pourrait convenir à plusieurs 14 juillet. Et d’abord au 14 juillet 1880, année où la finalité de la fête nationale et les objectifs des réjouissances publiques paraissent plus clairs à tous. Mais alors Marie Mertzdorff-de Fréville se désole : « c’est vraiment triste que ce soit pour fêter la 1ère journée de la révolution » (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 13 juillet 1880)

1880 : la fête nationale

Le 6 juillet 1880 une loi est votée : « la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet ». Malgré quelques polémiques autour du choix de la date (certains auraient préféré d’autres journées marquantes de la Révolution, comme le 4 août, le 4 ou le 21 septembre), l’accord se fait sur le 14 juillet, en référence possible à deux journées : la prise de la Bastille en 1789 et, plus conciliatrice, la fête de la Fédération en 17905.

La fête, manifestation populaire

A cette fête qui manifeste le lien entre la Troisième République et l’époque révolutionnaire, chacun participe. Comme à l’été 1878, en 1880 la rue est décorée de « guirlandes de feuillages, fleurs en papier, lanternes vénitiennes de couleurs, le plus souvent confectionnées par les habitants eux-mêmes » ; la retraite aux flambeaux du 13 est suivie, le 14, par des volées des cloches, des salves d’artillerie, un défilé puis, l’après-midi, des spectacles et activités ludiques ; la journée se termine par un bal et des jeux pyrotechniques6. Les municipalités font voter des fonds spéciaux : la commission des fêtes de la ville de Paris dispose en 1881 de 600 000 F, dont 100 000 F pour l’éclairage, 300 000 F pour la décoration et les jeux, 33 000 F pour les feux d’artifice et 100 000 F pour les indigents – la République veut se montrer généreuse avec le peuple. Mais chacun est incité à participer. Comme beaucoup de membres de la classe aisée, Marie Mertzdorff et son époux Marcel de Fréville dédaignent les amusements populaires et envisagent de partir à la campagne pour échapper à la liesse parisienne :

nous avons quelques velléités d’aller au Houssay passer le 14 Juillet car la grande fête nationale nous tente peu ; nous partirions le Samedi soir et nous reviendrions le Jeudi suivant (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 5 juillet 1880)

Finalement Marie reste chez elle, alors que « tout Paris commence à se pavoiser, jamais je crois on n’a fait des préparatifs aussi considérables » (lettre du 13 juillet 1880).

Manifestation patriotique

Le clou de la journée est la revue militaire : « la politique de régénération militaire est susceptible de faire l’accord de tous les Français qu’afflige la perte de l’Alsace et de la Lorraine.7 » La place accordée aux défilés militaires dans la France marquée par le souvenir de la défaite doit recréer l’unanimité et afficher la force du régime. Malgré la contre-propagande allemande, les habitants des régions annexées viennent assister, plus nombreux d’année en année, aux revues passées à Lunéville, à Nancy ou à Belfort. Il semble que les de Fréville restent insensibles à l’intention de la République d’affirmer sa cohésion et sa confiance en elle-même :

On n’est pas venu nous demander notre obole pour contribuer à la décoration des rues mais Marcel étai bien décidé à répondre que maintenant qu’il était un peu alsacien il ne voulait illuminer que quand la France aurait de nouveau l’Alsace et que pour le moment il serait plus heureux de voir un moins grand nombre de drapeaux tricolores dans les rues de Paris et de savoir que l’on pense sérieusement à le replacer dans nos provinces perdues. C’est affligeant de voir comment les choses marchent en France en ce moment. (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 13 juillet 1880)

Opposition des catholiques

Rosemonde Sanson analyse les réactions des divers partis et tendances politiques ; elle note que « royalistes et catholiques ne désarment pas » dans les années qui suivent l’instauration de la fête nationale. La presse catholique « recommande à ses lecteurs de fermer leurs volets, de prier à l’intention des bourreaux révolutionnaires et de jeûner en signe d’expiation »8. Les Mertzdorff-de Fréville n’affichent pas des opinions royalistes mais ont une pratique religieuse assidue. La raison qu’ils invoquent pour prendre leurs distances avec la fête nationale du 14 juillet est le patriotisme alsacien : Marie est née en Alsace et son père réside encore en région annexée. Quels refus mêlés motivent le jeune ménage, alors que la fête veut justement manifester l’attachement à la nation comme beaucoup d’Alsaciens l’ont compris ainsi ? Et tous les catholiques ne sont pas hostiles : à Paris même, en 1880, le quartier Saint-Sulpice où vivent les de Fréville était pavoisé9. Mais Marie et son entourage, sans se proclamer royalistes, ne peuvent adhérer à des mesures récentes prises par le gouvernement, telles que l’expulsion des jésuites décrétée par Jules Ferry (27 mars 1880) ou l’amnistie accordée aux anciens communards (11 juillet 1880). Sans doute faut-il compter également avec un certain mépris envers les réjouissances des classes populaires.

1919 : la victoire

Émilie Mertzdorff, la jeune sœur de Marie, épouse en 1883 un officier, Léon Damas Froissart. Ce ménage Froissart est sans ambiguïté favorable aux manifestations du 14 juillet 1919. Il est vrai que cette année-là les cérémonies ont une portée particulière : la France célèbre également la victoire et la paix. Léon Damas Froissart, à Paris, assiste au défilé et raconte cette journée à l’un de ses fils, encore mobilisé. La lettre mérite d’être citée longuement car elle décrit à la fois le déroulement des festivités et l’état d’esprit des spectateurs :

Paris 14 Juillet 19
Mon cher Louis,
Après avoir assisté à la « Revue de la victoire », d’un 4e étage du Boulevard Poissonnière avec ta mère, les Parenty, Degroote, Colmet Daâge, la tante Marthe, Mme Fournier, la veuve de mon ancien lieutenant (pour qui ce devrait être une petite compensation du sacrifice fait par elle !), et en attendant les magnifiques illuminations qui clôturaient cette journée mémorable, je veux venir causer un instant avec le plus jeune des poilus et remercier ce benjamin pour la part qu’il a prise aux opérations qui nous ont débarrassé de la vermine Boche : on reste surpris quand on se rappelle la situation au 14 Juillet 1918, non pour dire que les Boches ont été vaincus (l’intervention de l’Amérique, avec le contingent de 300 000 hommes par mois, pesait d’un poids fatal dans la balance), mais qu’ils aient été acculés, en moins de 4 mois, à tout accepter ! [mon] camarade Foch a certainement joué admirablement des forces dont il disposait, et avec un autre que lui, (ou sans l’unité de commandement !) à combien de misères n’aurions-nous pas été exposés (nous surtout gens du Pas-de-Calais ou de Dunkerque), dont nous avons été préservés ! Nous avons vu défiler de très beaux spécimens des armées alliées, des spécimens, inégalement corrects de l’armée nationale, [ ] surtout [ ] les petits groupements [portant], dans chaque corps d’armée, le drapeau de tous les régiments du corps d’armée. Ils avaient été peu entraînés, et puis comment rester correct sur un parcours de 8 kilomètres ! ce n’est pas comme quand il s’agit de passer correct devant une tribune unique ! L’intérêt n’était pas dans la correction de ces images des régiments, mais dans la présence, à ce même rendez-vous, de représentants, si minuscules fussent-ils, de toutes les unités nationales et alliées : on ne voit pas cela 2 fois dans la vie ! J’oublie d’ajouter qu’on pouvait voir là, à tour de rôle, tous les maréchaux, commandants de groupes d’armée, commandants d’armée, de corps d’armée. Ils passaient assez lentement pour qu’on pût voir chaque tête et s’offrir de les coter de 0 à 20.
Le temps n’a été ni chaud ni froid, pas un grain de pluie !
(Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919)

La lettre de Froissart se lit comme un reportage. À la fin de sa missive il exprime un seul regret : l’absence des enfants d’un patronage catholique parisien, partis à la campagne alors qu’ils auraient pu (dû) assister au défilé militaire :

on veut préparer les élèves des patronages à être soldats et le jour où il était si facile de faire vibrer la fibre patriotique, on les emmène ! On a de bons motifs sans doute mais on ne m’ôtera pas de la tête qu’on eût de meilleurs motifs de les garder, encadrés si l’on veut, pour les faire assister en corps, à la Revue de la victoire (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919)

***

A propos des manifestations de ce 14 juillet 1919 l’historien Christian Amalvi remarque : « les illusions de la victoire peuvent encore faire croire aux Français que leur nation a retrouvé sa prépondérance mondiale d’antan »10. Mais l’enthousiasme de Froissart, partagé par ses contemporains – ceux qui ont survécu au massacre – et manifesté par ces défilés, apparaîtra bientôt comme un mirage. Quant aux 14 juillet qui suivront, plus ou moins routiniers ou novateurs, plus ou moins contestés ou folklorisés, ils continueront de figurer, entre célébrations officielles et appropriations citoyennes, comme les enjeux symboliques de batailles politiques et idéologiques.

  1. Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Folio histoire, Gallimard, 1988 [1976]. []
  2. Jean Baptiste Cloquet à ses amis Pierre Fidèle Bretonneau et sa femme, 8 août 1801, 20 thermidor an IX. D’après Paul Triaire, Bretonneau et ses correspondants. []
  3. Rosemonde Sanson, Les 14 juillet (1789-1975) fête et conscience nationale, 1976, p. 26. []
  4. Sur les trois couleurs, voir le billet “Pavoiser“. []
  5. R. Sanson, p. 33. []
  6. R. Sanson, p. 82 et suivantes. []
  7. R. Sanson, p. 41. []
  8. R. Sanson, p. 51-52. []
  9. R. Sanson, p. 54. []
  10. Christian Amalvi, « Le 14-juillet. Du Dies irae à Jour de fête », Les Lieux de mémoire. I – La République, sous la direction de Pierre Nora, Gallimard, 1984, p. 461. []

Histoire vagabonde, avec Maurice Agulhon

Dans un billet précédent qui présentait le maire de Vieux-Thann (Charles Mertzdorff), un ouvrage dirigé par Maurice Agulhon était cité1. Après son décès, le 28 mai 2014, j’ai voulu relire d’autres lettres à la lumière des analyses de cet « historien de la République », spécialiste de la culture républicaine et du moment fort qu’est la révolution de 1848.

1848 : le silence des lettres

  • Lettres des Duméril

Du côté des Duméril, il y a très peu de lettres conservées pour cette période-là. Dans l’une d’elles, à peine une allusion de la petite Caroline Duméril (12 ans) en vacances à Trouville dans une lettre à sa mère restée à Paris, le 7 août 1848 :

Ma chère maman
Je viens de recevoir ta lettre datée d’hier qui m’a fait le plus grand plaisir car ma tante Adine croyait avoir entendu dire qu’il y avait du trouble à Paris

La révolution de 1848, un simple « trouble à Paris »…

  • Lettres des Mertzdorff

Quant à Charles Mertzdorff, son rôle dans la vie alsacienne n’apparaît dans les lettres qu’après son mariage avec Caroline Duméril en 1858. Nous n’avons donc pas accès à d’éventuelles considérations, descriptions ou prises de position sur cette révolution de 1848 qui est au cœur du travail de l’historien. Mais d’autres sujets peuvent bénéficier de ses interprétations, en particulier les mentions du drapeau.

 Le drapeau

Parmi les symboles visuels qui participent du pouvoir politique, Maurice Agulhon place d’abord le drapeau2. Le drapeau tricolore, créé par la Révolution (blanc du roi, bleu et rouge de la ville de Paris) pouvait être tenu au milieu du XIXe siècle comme « lié à une certaine philosophie politique »3. Mais les quelques mentions dans les lettres, en 1870 ou 1872, en font plutôt un signe à « valeur territoriale », et son exhibition est d’abord un geste patriotique face aux Allemands.

Pendant la guerre de 1870, les indécises batailles, les bruits confus de victoire, les résistances sans lendemain se traduisent en dépêches successives. Le maire de Vieux-Thann, pragmatique et sceptique, raconte :

En rentrant Melcher nous annonce grande victoire sur la Moselle. J’envoie chercher la dépêche, la fais afficher. L’excitation est si grande que je fais sortir le drapeau ; mais aujourd’hui il me faut plus pour croire. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 août 1870)

Le signe politique est reconnu des villageois, réclamé par eux ; à l’occasion, de spectateurs ils deviennent acteurs. Au moment (1er octobre 1872) où se termine la période qui permettait aux Alsaciens-Lorrains d’opter pour la nationalité française, à condition d’émigrer en France, une nouvelle rumeur court, à laquelle croit « Nanette », la cuisinière :

On ne sait pas ce qui adviendra. Parmi les crédules, la nouvelle du jour est que la semaine prochaine nous serons de nouveau français ! Nanette doit payer le drapeau tricolore si la nouvelle est vraie !!! (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 octobre 1872)

Une promesse de drapeau, faite par une alsacienne non francophone, et profondément attachée à son pays… Mais le traité de Francfort (10 mai 1871) qui met fin à la guerre franco-prussienne est une réalité et ses clauses sont bien sûr appliquées.

Avant même le ralliement de l’extrême droite au drapeau tricolore, à la fin du XIXe siècle, qui signifie alors pour elle « la France tout court » et non plus « les principes de 1789, modernité ou république »4, le drapeau français est pour les Alsaciens des années 1870 signe de leur attachement à la France. Cette image emblématique d’un tissu de couleur flottant aux fenêtres devient alors, par « la charge d’affectivité et le degré de polysémie5 » qu’elle a acquis, un symbole patriotique.

 

  1. M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Les Maires en France du Consulat à nos jours, Publications de la Sorbonne, 1986. []
  2. Maurice Agulhon, « Politique, images, symboles dans la France post-révolutionnaire », Histoire vagabonde : I. Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Gallimard, 1988, p. 283-318. []
  3. Op. cit., p. 286. []
  4. Op. cit., p. 287. []
  5. Op. cit., p. 285. []

La bataille de Solferino (1859)

La bataille de Solferino n’est pas seulement le titre d’un film de Justine Triet (sorti sur les écrans français en septembre 2013) qui mêle mise en scène d’un duel conjugal et récit de la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle.

La bataille de Solférino et la réalisation de l’unité italienne

La bataille de Solférino est une étape dans la construction de l’unité italienne. Au milieu du XIXe siècle les patriotes issus de la bourgeoisie libérale piémontaise, regroupés autour de Cavour, rallient républicains et démocrates de la classe moyenne italienne à leur projet d’unification de la péninsule. Cavour convainc Napoléon III d’apporter son aide à cette réalisation et un traité d’alliance est signé entre le Piémont et la France. En avril 1859 ces deux pays entrent en guerre contre l’Autriche et gagnent au mois de juin les batailles de Magenta (4 juin) et Solférino (24 juin). Ce jour-là, au sud du lac de Garde, les armées franco-sardes et autrichiennes s’affrontent sur une ligne de 12 kilomètres. Au centre, sur les hauteurs de Solferino, après des heures de combat, les Français repoussent les Autrichiens qui battent en retraite sous un violent orage. Ils ont perdu 17 000 hommes, tués, blessés et disparus ; les Autrichiens 22 000.

A la suite de cette bataille si meurtrière, craignant les réactions des souverains européens et le mécontentement des catholiques, et malgré l’indignation des patriotes italiens, Napoléon III décide de conclure la paix avec les Autrichiens ; les préliminaires sont arrêtés à l’entrevue de Villafranca (11 juillet) et le traité signé à Zurich (novembre  1859) : la Lombardie est donnée au Piémont, mais la Vénétie est laissée aux Autrichiens. L’unité italienne se poursuit cependant : l’annexion des duchés de l’Italie centrale, de la Romagne pontificale et du royaume de Naples permet de proclamer le royaume d’Italie (mars 1861), auquel est rattachée la Vénétie (1866). En 1870 enfin, Rome devient la capitale de l’Italie.

Fêter la paix

Les lettres de la famille Mertzdorff-Duméril expriment le désir de paix après la guerre en Italie, et la liesse à l’annonce de l’armistice de Villafranca. La « bienheureuse nouvelle » « à laquelle on peut à peine croire » parvient en Alsace le 12 juillet, par une dépêche. Ce sont alors « cloches, canon et cris de joie ». Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann, décide de donner une fête le dimanche suivant pour faire « danser tout le monde gratis afin que tous ceux qui n’ont même pas un sou à dépenser puissent s’amuser comme les autres » (lettre du 13 juillet 1859).

Cette « fête nationale a parfaitement réussi » nous apprend la lettre suivante (18 juillet 1859) :

il y avait grande joie, grand enthousiasme et pourtant pas une dispute, pas un homme ivre, pas un couple inconvenant, c’était une foule compacte qui se remuait le mieux qu’elle pouvait au son d’une très bonne musique […] C’était un curieux mélange de vieilles gens, de gamins, de jeunes personnes, d’ouvriers de tous genres […]. A 5 h le conseil municipal a ouvert le bal, Charles en tête avec la fille du maire […] On avait mis à l’entrée de la place un tronc pour les blessés de l’armée et la recette a été dit-on fort belle. (lettre du 18 juillet 1859)

 Conjurer l’horreur

La bataille de Solférino a marqué les contemporains. Et d’abord les témoins du massacre, y compris Napoléon III qui aurait été bouleversé par la vue du champ de bataille – un charnier. Henry Dunant (1828-1910), banquier suisse en voyage d’affaires, découvre les dégâts humains de la bataille de Solférino. Il recrute des bénévoles pour donner les premiers soins aux soldats blessés, quel que soit leur camp. À partir de cette expérience, il écrit un livre, Un souvenir de Solférino, publié en 1862 (la première édition, J.-G. Fick, Genève, 1862, est numérisée par la BNF). Il préconise qu’une convention internationale garantisse la protection des victimes de la guerre et que tous les pays créent, en temps de paix, des sociétés de secours qui mettraient à disposition, en temps de guerre, des volontaires formés pour soigner les blessés. Son appel donne naissance au Comité international de secours aux militaires blessés, qui devient en 1876 le Comité international de la Croix-Rouge. La première convention de Genève, ratifiée en 1864, se réfère à ses propositions. Henry Dunant obtient avec Frédéric Passy le premier prix Nobel de la paix en 1901 ; il est considéré comme l’un des fondateurs du mouvement de la Croix-Rouge internationale.

Henry Dunant, Un souvenir de Solférino, 1862
Henry Dunant, Un souvenir de Solférino

 

Le 16 août 1870 : meurtre à Hautefaye

Les faits

Alain Corbin résume ainsi les faits auquel il a consacré un livre1 : « 16 août 1870. Hautefaye. Commune de l’arrondissement de Norton. Dordogne. Un jeune noble est supplicié pendant deux heures, puis brûlé vif ( ?) sur le foirail, en présence d’une foule de trois à huit cents personnes qui l’accusent d’avoir crié : “Vive la République !” Le soir, les forcenés se dispersent et se vantent d’avoir “rôti” un “Prussien”. Certains regrettent de ne pas avoir infligé le même sort au curé de la paroisse. » Un chapitre du livre reconstitue le parcours à travers le village du jeune noble poursuivi par ses tortionnaires – un groupe changeant, composé en majorité d’hommes mûrs, joyeux, venus de l’extérieur pour la foire. Parfois ils semblent abandonner la poursuite, puis la reprennent, recommencent à frapper, à peu de distance de la place où une partie des participants à la foire reste ignorante ou indifférente au massacre.

La presse donne à ce fait divers un retentissement immédiat qui fascine les contemporains – et les historiens ultérieurs. Une lettre de Charles Mertzdorff y fait allusion (lettre des 22-23 août 1870).

Le sens du drame

Corbin analyse les contextes politique, social et festif dans lequel s’inscrit ce drame. Il montre comment l’imaginaire des paysans de la Dordogne, hanté en ce début des hostilités par les nouvelles désastreuses de la guerre, associe le noble, le curé et le républicain au Prussien, mêlant en une représentation hostile et angoissante les diverses figures de l’ennemi. Les menaces contre l’Empereur font craindre à ces ruraux pour leur propre avenir.

Ni émeute frumentaire, ni règlement de compte personnel, ni protestation antifiscale ou antiétatique, rien d’un carnaval tragique, « le massacre-supplice de Hautefaye constitue un geste politique. D’ailleurs, il a été revendiqué comme tel » analyse Corbin (p. 165). Cette mise à mort est la seule façon pour les paysans de dire leurs angoisses, leurs représentations du politique, leur attachement à l’empereur.

Mais cette signification a été occultée. Depuis des atrocités de la guerre de Vendée, la sensibilité a changé, et le drame de Hautefaye inspire une horreur généralisée. Corbin montre comment le procès qui a lieu au début de la Troisième République traite ces événements et les hommes qui les ont accomplis : on a plutôt alors « réactualisé la figure éprouvante du monstre » (p. 166). « Le drame de Hautefaye fascine parce qu’il signale une distance, un écart entre la sensibilité dominante et les comportements de paysans, indifférents à la modification des seuils du tolérable. » (p. 121). Le procès exhibe des paysans monstrueux, des brutes « insensibles et hébétées » (p. 143),

Les inquiétudes de Charles Mertzdorff

En ce mois d’août 1870, Charles Mertzdorff, resté en Alsace, écrit quotidiennement et longuement à son épouse qui est chez ses parents à Paris. Le 22 août, il brosse un tableau de la situation économique et sociale dans la vallée de Thann, qui connaît des problèmes de ravitaillement et où les usines cessent peu à peu leur activité. Il conclut :

Le fait est que l’excitation est excessive qu’un rien peut faire éclater une exécution du peuple […] Voilà où en sont les esprits, tu vois que ce n’est pas gai. Tu as lu la scène des environs de Périgueux [le drame de Hautefaye], c’est absolument ce que nous avons à craindre ici & probablement un peu partout.

Bien que les contextes soient très différents à Hautefaye et à Vieux-Thann, les mêmes inquiétudes agitent les notables devant les « hordes paysannes » (expression de l’autorité préfectorale, citée par Corbin, p. 142) ou le peuple turbulent des ouvriers. La lettre de Charles Mertzdorff est semée d’expressions qui traduisent l’angoisse suscitée par les événements : « doute », « position terrible », « rude tâche », « retraite », « malheur qui accable », « grands dangers », « fureur », « sacrifices », « broyer du noir », « comprends ma peur », « que c’est affreux qu’une pareille guerre ! », etc. Charles Mertzdorff semble bien avoir l’intuition que le situation du pays peut susciter des réactions violentes, irrationnelles et imprévisibles. Sa lettre montre à la fois le retentissement dans toute la France du drame de Hautefaye, l’inquiétude que son récit suscite, et son inscription dans le climat général d’oppression douloureuse des commencements de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

 

  1. Alain Corbin, Le Village des cannibales, 1990, Aubier, p. 7. []