Archives de catégorie : Les personnages

Élève de Töpffer

Le genevois Rodolphe Töpffer1 (1799-1846) est connu comme l’un des inventeurs du genre de la bande dessinée. Fils d’un peintre genevois, il se destine à la peinture, mais des troubles de la vue l’obligent à s’orienter vers une autre voie. Tout en publiant romans, pièces de théâtre, essais sur l’art et albums de dessins, il ouvre à Genève un pensionnat pour jeunes garçons, fréquenté par Charles Mertzdorff. Chacune de ses activités inspire les autres : Töpffer pratique une pédagogie novatrice, met en image des scènes de la vie du collège, fait dessiner ses élèves, raconte les voyages scolaires qu’il organise2.

Le pensionnat

Âgé de 17 ans Rodolphe Töpffer découvre son affection oculaire et ne pouvant suivre la carrière artistique à laquelle il se destinait, il décide de se consacrer à la littérature. Il devient sous-maître de latin, de grec et de littérature ancienne dans la pension du pasteur Heyer. Töpffer se marie en 1823 et la dot de sa femme lui permet d’ouvrir à Genève un pensionnat de jeunes garçons, auquel il se consacre jusqu’à sa mort en 1846. C’est probablement au tout début des années 1830 que Charles Mertzdorff (1818-1883) est pensionnaire. Il vit là dans la famille du pédagogue, avec d’autres jeunes gens en majorité étrangers et un peu plus âgés que lui. Töpffer, influencé par les idées de Jean-Jacques Rousseau, propose un enseignement original, dans lequel le théâtre, l’observation, le dessin, l’exercice physique, les relations humaines tiennent une grande place ; pour cela, il compose des comédies jouées par les élèves, confie l’enseignement des beaux-arts à son père, entraîne les jeunes gens dans de longues promenades. Rodolphe Töpffer partage son temps entre ses élèves, la littérature et la vie politique (en 1834, il devient membre conservateur du parlement du canton de Genève).

Voyages en zigzag, p. VIII, « La classe pendant les vacances » [voir note 2]

Les voyages pédagogiques

Un moment fort de la pédagogie de Rodolphe Töpffer se situe au début et/ou à la fin de l’année scolaire : depuis le temps de la pension Heyer, il a pris l’habitude d’organiser des « excursions pédestres ». Le but de ces sorties est moins l’acquisition d’un savoir scolaire qu’une occasion « qui accroît la vivacité de toutes les impressions, en même temps qu’elle met en contact direct avec la nature, avec les hommes, avec la vie »3.
Ces « courses d’école » se font à pied, loin des voitures, car il « a remarqué que lorsque sa troupe chemine loin, bien loin, de toute voiture, et de toute possibilité de voiture, nul ne tire la jambe, tous cheminent bien et gaiement. Tout au contraire, lorsqu’il y a char parmi la bande, et par conséquent chance d’une place dans ce char, aussitôt prennent naissance les éclopés, un d’abord, puis deux, puis vingt-quatre, qui assurent être incapables de pousser plus loin. A tout prix, il faut éviter ces mollesses, car il y va de l’agrément même du voyage, et c’est ce qu’on fait en brûlant ses vaisseaux pour ne compter plus que sur soi et son bâton. »4. Töpffer ne cache pas les difficultés de la route : « La chaleur, aujourd’hui, rappelle les jours grillés d’Aix et de Hautecombe ; c’est à fondre sur place, et nos blouses sont aussi trempées par la sueur qu’elles pourraient l’être par la pluie. Aussi la démoralisation se met parmi nous et, de proche en proche, gagne jusqu’à l’avant-garde, qui s’attarde, s’arrête, et finalement se décompose en traînards »5. Mais Madame Töpffer accompagne le groupe et « voyage pour le soulagement des blessés, et l’agrément de ceux qui se portent bien. Elle porte un voile vert, et une petite pharmacie dans son sac ».

Le pédagogue propose (impose) une morale exigeante de l’effort : « un voyage, pour être décidément une partie de plaisir, doit ressembler plutôt encore à un laborieux exercice qu’à une facile et récréative promenade ». Il incite à « découvrir les voluptés de la fatigue, les délices du gîte, le courage qui croît avec l’effort, l’expansif contentement qui suit la conquête, la jouissance doublée, triplée de tout ce qu’elle a coûté, et devenue assez vive enfin pour que ni contrariété, ni averse, ni privation, ni sotte rencontre ne puisse en altérer la charmante vivacité »6. Le soir, l’heure est aux éclats de rire. Même si, adulte, Charles Mertzdorff a le goût des balades en forêt, il ne semble pas qu’il ait gardé un souvenir enchanté de ces marches de jeunesse. C’est du moins ce que rapportent ses descendants :

le Grand-Père Mertzdorff avait fait partie de certaines de ces randonnées, et n’en avait pas gardé, disait Bonne-Maman un souvenir aussi enjoué que son maître. Il était un des plus jeunes de la troupe et trouvait que c’était bien fatiguant. Les aventures augmentent plus la fatigue que l’amusement pour lui tout au moins. (manuscrit familial, d’après les propos de la « Bonne-Maman » Marie Mertzdorff-de Fréville, fille de Charles Mertzdorff)

Au retour, Töpffer écrit et illustre le récit de ses excursions, les premières années en manuscrits, puis sous la forme d’albums autographiés et par la suite publiés.

Voyages en zigzag, vignette page 12  [voir note 2]

 

La publication des récits

La première publication de Töpffer7 (anonyme) est la critique de l’exposition qui inaugure le musée Rath de Genève en 18268. En 1827 Töpffer commence à créer des « histoires en images » publiées quelques années plus tard, et qui peuvent se lire comme des bandes dessinées : L’Histoire de Monsieur Jabot ou Les Amours de monsieur Vieux Bois.

  • Les manuscrits
    Et dès ces années-là il rédige aussi, et dessine, un compte-rendu des journées passées hors du pensionnat. A titre d’exemple, les premiers sont : Voyage pittoresque au Grimsel (automne 1825) ;Voyage dans les Alpes pour les progrès des Beaux-Arts, des Sciences et de l’Industrie à Chamonix (juin 1826) ; Voyage autour du lac de Genève (juin 1827) ; Voyage à Chamonix avec accompagnement d’orgue et passage en velu (juin 1828) ; Voyage en Italie à la poursuite d’un passeport jusqu’à Milan (automne 1828) ; Pèlerinage à la Grande Chartreuse (juin 1829) ; Voyage entre deux eaux jusqu’au Righi (automne 1829) ; Voyage à Chamonix sous les hospices de St-Médard (juin 1830) ; Voyage à Turin (automne 1830 – auquel Charles Mertzdorff participe probablement) ; Voyage à Lugano (juin 1831) ; Excursion dans les Alpes (automne 1832), qui est le premier voyage lithographié.
  • Les publications
    Repris et remaniés par Töpffer, les récits des voyages du pensionnat sont publiés à Paris en 1844 sous le titre Voyages en zigzag puis à titre posthume en 1854, Nouveaux voyages en zig-zag. Ces ouvrages rencontrent un succès public et l’admiration de Sainte-Beuve9 comme de Goethe.

Les éditeurs parisiens des Voyages en zigzag expliquent : « Bien avant que le goût et les procédés des livres illustrés se fussent répandus et développés, en 1832 déjà, M. Topffer, désireux de pouvoir distribuer à ses compagnons de voyage ces relations ornées de croquis, s’était trouvé dans l’autographie un moyen de résoudre le problème ; en sorte que, chaque année, après avoir tracé texte et dessins sur un papier préparé, il laissait ensuite au lithographe le soin de décalquer le tout sur la pierre, et d’en tirer le petit nombre d’exemplaires qui suffisait à une publicité de famille. Ce sont ces Albums très-recherchés, mais extrêmement rares, dont nous publions ici la reproduction fidèle »10.

Charles Mertzdorff

Charles Mertzdorff possédait-il l’un de ces albums originaux, souvenir de son passage au pensionnat ? Avant un voyage en Suisse, bien des années plus tard, sa fille l’interroge :

Et toi mon Père chéri, commences-tu à penser au pays des Helvètes ? Fais-tu des projets comme nous ? Je t’avertis que j’ai emporté par mégarde de Vieux-Thann ton album avec les nôtres et que je te le porterai en Suisse, ne le cherche donc pas. (Marie Mertzdorff à son père, août 1877)

Outre ce possible fascicule autographié, la famille possède d’autres ouvrages de Rodolphe Töpffer, qui s’est essayé à plusieurs genres littéraires : récits de voyages, bandes dessinées, pièces de théâtre, essais critiques, romans, nouvelles – dont les Nouvelles genevoises11 que lisent et relisent les Mertzdorff :

Oncle nous lit toujours les Nouvelles genevoises, c’est bien drôle, tu devrais les emporter à Wattwiller cela te distrairait. (Marie Mertzdorff à son père, août 1877)

ou deux ans plus tard  :

la pensée de ce beau voyage nous excite fort, nous rêvons Chamonix et Mont-Blanc et pour nous donner un avant-goût de voyage oncle nous lit quelques-uns des voyages de Töpffer. (Marie Mertzdorff à son père, 2 août 1879)

Voyages en zigzag, vignette page V  [voir note 2]


Ses filles imaginent-elles parfois le petit Charles à travers les récits et images du maître de leur père ? Il leur faudrait alors faire œuvre d’imagination car, aux dires de celui-ci, sa présence est indiscernable :

Tu me demandes si Töpffer ne parle pas de moi dans ses voyages. D’abord je n’ai fait qu’un voyage, celui de Turin, Nice, Grenoble etc. ; puis je n’ai jamais été un personnage à en parler beaucoup ; enfin publiant ses voyages il n’a pas pu laisser les noms. Tout cela fait que sans nul doute tu ne m’y chercheras en vain. (Charles Mertzdorff à sa fille, 5 août 1879)

  1. « Töpffer » est la forme internationale du nom, parfois orthographié « Toepffer ». []
  2. Les trois gravures qui illustrent ce billet sont tirées de l’ouvrage de Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag ou excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons suisses et sur le revers italien des alpes, illustré d’après des dessins de l’auteur, Paris : chez J. J. Dubochet, Le Chevalier et compagnie, 1846. [ETH-Bibliothek Zürich, Rar 2476, https://doi.org/10.3931/e-rara-8379] []
  3. Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag, éditions Hoëbeke, 1996, p. 125 [1844-1854]. []
  4. P. 106. []
  5. P. 132. []
  6. P. 142. []
  7. Nombre d’informations de ce paragraphe sont empruntées à l’article « Rodolphe Töpffer » de Wikipédia en français. []
  8. Sur les mécènes qui ont créé ce musée, voir le billet « Sur les traces de Mademoiselle Rath ». []
  9. Sainte-Beuve, « Notice sur Töpffer considéré comme Paysagiste », Le Moniteur, 16 août 1853. []
  10. Voyages en zigzag, J. J. Dubochet, Paris, 1844, « Préface des éditeurs », p. VI. []
  11. Rodolphe Töpffer, Nouvelles genevoises, préface de Xavier de Maistre, éditions Jacques-Julien Dubochet, Paris ; Paris, Charpentier, 1841. []

Auguste Duméril : la fin


Si nous avons peu de détails sur la fin de Caroline Duméril-Mertzdorff en 1862 1 en revanche, à l’automne 1870, les derniers moments de son oncle Auguste sont longuement et précisément décrits.

Auguste Duméril, buste en marbre d’Édouard Houssin (1847-1917) pour une commande de l’État (1901-1909) © MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE
Auguste Duméril, buste en marbre d’Édouard Houssin (1847-1917) pour une commande de l’État (1901-1909) © MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE

Les symptômes

Au mois de mai 1870, l’état du professeur Auguste Duméril, 58 ans, s’aggrave. Le 26 mai, « dans la nuit du jeudi de l’Ascension », son épouse Eugénie le trouve « évanoui, avec ce râle effrayant, trop connu, à mon âge, lorsqu’on a perdu les siens : je compris tout le danger de son état. » (Eugénie, épouse d’Auguste Duméril, à sa sœur et son beau-frère, 9 juin 1870). Les malaises perdurent : « Son teint jaune, son manque d’appétit, la barre intercostale, fort pénible, ont duré, depuis lors » (Id.). Les nuits sont souvent pénibles bien qu’ « il couche sur deux oreillers, dont un, en velours, du grand salon ». Parfois, le sommeil est meilleur. Mais le 6 juin « une journée de battements de cœur, très angoissants » incite à envoyer chercher par dépêche le docteur Lecointe. Le soir, lorsque celui-ci arrive, le malade était « depuis plus d’une heure, délivré. Il m’avait demandé, étendu sur le canapé du grand salon, de lui faire une lecture, que je n’ai presque pas interrompue ». La crise passée, la vie reprend et Auguste peut même faire une promenade au bois de Boulogne en voiture à cheval avec ses petits-enfants . Eugénie rapporte à sa sœur l’avis du médecin, très explicite  : « tout en n’ayant aucun organe atteint au cœur, ni au foie, nulle part, enfin, et quoique son état fût tout simplement nerveux », il peut « mourir dans une faiblesse » (9 juin 1870) ; on prédit qu’« il va se remettre de cette attaque » mais que « d’autres la suivront, et il pourra y rester. » (Eugénie Duméril, à sa sœur et son beau-frère, 10 juin 1870-A). Eugénie remercie le docteur de ne lui avoir rien caché de la gravité de l’état de son mari, et elle-même dit « toute la vérité » à sa sœur et au frère d’Auguste – et à eux seuls – « au risque de [leur] faire bien de la peine ». Mais chacun dans l’entourage familial est conscient des problèmes de santé d’Auguste Duméril et s’en inquiète.

L’inquiétude des proches

Certes, le docteur Lecointe avance qu’après la dernière crise « il se remettrait sous peu de jours », mais le malade reste « sous le coup de récidives. » (Eugénie Duméril, à sa sœur, 9 juin 1870).

Eugénie essaie d’aménager un espace de calme autour de son époux : elle « organise des promenades régulières avec lui », elle tâche « de montrer un visage calme », elle alerte ses collègues du Muséum pour qu’on ne le presse pas dans son travail, elle cache à tous les craintes du médecin bien que ces paroles lui aient « percé le cœur », etc. Elle organise même en juillet un voyage du convalescent auprès de son frère, en Alsace.

Les nouvelles circulent parmi les proches :

Nous sommes bien heureux d’apprendre que M. Auguste constate lui-même une amélioration sensible dans son état, que l’appétit est revenu et qu’il peut prendre de l’exercice, soit en voiture, soit à pied sans en éprouver trop de fatigue. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 2 juillet 1870)
Tes premières lettres nous donnaient de si bonnes nouvelles de l’oncle Auguste que nous espérions revoir complètement remis. Tes dernières nous font craindre que cette santé qui nous est bien chère à tous a grande peine à reprendre le dessus. » (Charles Mertzdorff à son beau-frère, 10 juillet 1870)

Au jour le jour, on s’inquiète :

Les nouvelles de M. Auguste sont moins bonnes. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 14 juillet 1870)
En arrivant Léon m’a fait part de la triste nouvelle que M. Auguste va toujours moins bien. Il a consulté le docteur Baddenberger qui a constaté une hypertrophie du cœur très avancée. C’est d’une gravité extrême (Charles Mertzdorff, 15 juillet 1870-C)
M. A. Duméril a quelques bons jours. (Charles Mertzdorff à son épouse, 20 juillet 1870-B)

L’évolution de la maladie

Des conseils sont donnés par l’entourage (dont une cure hydrothérapique) :

Si je te parle de traitement c’est que nous sommes toujours avec vous en causons bien souvent & naturellement chacun donne son avis & notre seul désir au milieu de toutes nos joies d’être bien installés au bord de la mer, c’est de savoir notre cher malade bien remis. (Charles Mertzdorff à son beau-frère, 10 juillet 1870)

En août, Auguste Duméril revient à Paris et de nouveaux médecins sont appelés en consultation.

Ce matin j’ai été savoir le résultat de la consultation pour M. Auguste, lui m’en a rendu compte en paraissant remonté, mais sa femme en me reconduisant m’a dit que les médecins lui ont dit qu’il n’y avait pas de guérison possible, mais que le danger n’était pas immédiat. C’est le foie qui a pris un trop grand développement et qui en appuyant sur les artères empêche la circulation, l’enflure augmente. (Eugénie Desnoyers- Mertzdorff, 10 août 1870-D)
Mme Auguste nous donne de tristes nouvelles de son mari. La consultation a constaté une aggravation considérable du mal. (Charles Mertzdorff, 10 août 1870-B)

Espoirs et inquiétudes continuent de s’exprimer :

Le pauvre M. Duméril m’a paru bien souffrant, mais à l’Institut on ne lui a pas trouvé mauvaise mine (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 9 août 1870-B)
M. Auguste va un peu mieux, l’enflure diminue, on reprend de l’espoir. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 15-16 août 1870)
Oncle Auguste avait les jambes moins enflées mais il ne peut aller en voiture de sorte qu’ils allaient en bateau [sur la Seine] (Marie Mertzdorff à son père, 16-18 août 1870)
M. Auguste va un peu mieux, l’enflure diminue. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 24-25 août 1870-C)
M. Auguste ne va pas plus mal. (Jeanne Target-Desnoyers, 26 septembre 1870 (B)

Mais après ces moments plus ou moins stationnaires, l’état d’Auguste Duméril se détériore.

M. Auguste ne va pas bien son état s’aggrave quelle peine pour sa pauvre femme. (Jeanne Target-Desnoyers, 9 novembre 1870)

Et quelques jours plus tard (au cinquante-huitième jour du Siège de Paris, ainsi que l’épistolière date sa lettre) :

ce cher bon monsieur Auguste dont l’état s’aggravait sensiblement depuis plusieurs jours a succombé hier soir. [  ] Les derniers moments ont été très calmes et sans souffrance : mais l’hydropisie avait fait de tels progrès qu’il n’y avait plus d’espoir et cependant il a écrit lui-même à [son frère] de ne pas s’inquiéter, il y a peu de jours. (Jeanne Target-Desnoyers, 13 novembre 1870-A)

Le terme « hydropisie », alors employé, est synonyme d’« œdème ».

***

« Les malheurs publics qui nous frappent tous n’empêchent pas les douleurs particulières » écrit Jeanne Target-Desnoyers en annonçant ce décès (lettre du 13 novembre 1870-A). Au moment où Auguste Duméril meurt, le 12 novembre 1870, la France est en guerre. Entre la France et l’Allemagne les hostilités ont commencé le 2 août 1870 – Auguste Duméril était alors revenu à Paris, presque impotent et plus malade qu’à son départ pour l’Alsace. Dès les premiers jours de la guerre, l’Alsace est occupée. Le 1er septembre l’armée française capitule à Sedan ; le 4 Napoléon III est déchu, la République proclamée et le Gouvernement de la Défense nationale constitué. Pendant cet automne 1870, Metz capitule (le 27 octobre), l’armée de la Loire est défaite et les troupes allemandes encerclent Paris. D’autres membres de la famille enverront des récits auto-censurés, euphémisés et partiaux du Siège et de la Commune de Paris.
Aux malheurs du temps s’ajoutent les malheurs privés.

  1. Voir le billet « Caroline posthume ». https://puc.hypotheses.org/3328 []

Caroline posthume

En 1862 Caroline Duméril, épouse de l’industriel alsacien Charles Mertzdorff, se dit une femme comblée1. Elle mène auprès de ses deux fillettes la vie toute remplie des visites et des obligations d’une bourgeoise (très) aisée en province. Mais au printemps de cette année-là, quittant « une voiture qui avait été fortement chauffée par ce soleil ardent qui survient après l’orage » pour s’asseoir dans « un jardin humide », elle prend un « refroidissement » et tombe gravement malade (lettre de sa mère Félicité Duméril, écrite le 11 septembre 1862, des semaines après les événements). Crise de « rhumatisme aigu », rémission, souffrances, suspicion de « pleurésie », signes d’une « convalescence » alternent (Félicité Duméril, 2 juin 1862). Mais le « mieux définitif » espéré n’advient pas et Caroline meurt, à 26 ans. Le 8 juillet 1862 son père télégraphie : « Hier soir à 10 h tout était fini »2. Cependant, le nom de Caroline, dont nous suivons la signature et les mentions dans ce carnet depuis son enfance3 ne s’efface pas ; la jeune femme si tôt disparue ne disparaît pas des lettres. Que retient-on d’elle ? Dans quelles occasions sa mémoire est-elle convoquée ? Et par qui ? Le spectre de Caroline continue longtemps de hanter les lettres, associé à des évocations immatérielles aussi bien qu’à des objets concrets.

Caroline immatérielle

  • Une présence

Dans cette famille catholique pratiquante, le curé qui la préparait à la communion à Paris est averti. Le chanoine Jean Charles Moreau prodigue ses consolations à la famille :

consolez-vous néanmoins, car, voyez-vous, celle que vous pleurez n’est point perdue, elle est à vous, au contraire, plus que jamais. […] Caroline nous a été retirée, mais elle ne nous a pas quittés : elle nous voit, elle nous entend, elle nous suit, elle nous environne de ses soins affectueux et purifiés ; elle prépare nos places auprès d’elle (copie de la lettre du curé de Saint-Médard à Paris, juillet 1862)

La conviction qu’un être évanescent et efficace continue d’être là s’affirme et se répète des années durant. Les épistoliers, hommes et femmes, partagent « la confiance que [Caroline] est bien heureuse auprès de Dieu, et qu’elle veille encore sur ceux qu’elle a tant aimés en ce monde et qui ne l’oublieront jamais. » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 3 juillet 1864)

Cette présence de Caroline se fortifie des pensées, des opinions, des injonctions qu’on lui prête et qui demeurent agissantes dans tous les domaines de la vie.

Notre chère Caroline rêvait toujours pour ses enfants l’air de la mer : cette pensée me vient souvent à l’esprit puisque c’était celle de notre bien aimée (Félicité Duméril, mère de Caroline, 19 mai 1863)

Choix d’un lieu de vacances ou conduite dans la vie : depuis l’au-delà, Caroline, en compagnie des autres disparus, veille, conseille et guide :

Eugénie ne voulait pas qu’on se laissât abattre, Caroline ne le voulait pas non plus ; pour elles deux que ne doit-on pas faire ? Je sens leur approbation et leur encouragement dans les efforts pour remplir les devoirs qui nous sont imposés. (Félicité Duméril, 22 février 1873)

Marie Mertzdorff, qui avait 4 ans à la mort de sa mère, affirme lorsqu’elle a 18 ans, à propos d’une réception qui précède le mariage de son oncle Léon Duméril :

Il paraît que tu dois avoir tout le monde à dîner Mardi prochain c’est une grande affaire ; comme maman aurait aimé à présider ce repas ! (Marie Mertzdorff à son père, 8 décembre 1876)

  • Des souvenirs

Des images de la vie avec Caroline accompagnent sûrement maintes personnes, mais dans les lettres conservées ces évocations précises sont rares. Sa mère les écrit quelquefois, surtout dans les mois qui suivent la mort de sa fille :

Dimanche dernier nous avons été à la ferme, notre petite Miky en se promenant dans une prairie a dit : l’année passée nous venions ici avec petite mère, je cueillais des fleurs qu’elle arrangeait en bouquets. (Félicité Duméril, 20 septembre 1862)
Il y aura un an à la Noël que j’avais été de bonne heure à l’église avec ma bien aimée, en la voyant approcher de la sainte table, elle si belle de piété et de distinction, il me semblait voir une sainte, et dans le fond de mon cœur j’adressais à Dieu des actions de grâce, de m’avoir donné une telle fille !… (Félicité Duméril, 5 décembre 1862)

Souvent elle se contente de mentionner que « sans cesse sont présentes à [son] esprit » sa fille Caroline, associée aux deux sœurs Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui élèvent successivement les fillettes.
Les rappels du passé ne sont pas réservées à la mère de Caroline.

La matinée s’est passée à Saint-Médard à assister à la première communion […] Nous avons toutes été émues de nous retrouver dans cette église si remplie de souvenirs… Je me retrouvais à même cérémonie qu’au jour de notre première communion à Caroline et à moi (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 21-22 juin 1871)

Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards, qui après sa sœur prend soin de Marie et Émilie, répond au souhait des fillettes « d’entendre parler de la jeunesse » de leur mère, « ces sujets si doux », et elle « les initie à tous [ses] plus chers souvenirs » (Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards au père des fillettes, 26 octobre 1873)

L’un des moments forts de l’évocation se situe à l’anniversaire du décès, « anniversaire du jour de douleur éternelle » pour sa mère (8 juillet 1863)4. Neuf ans après le décès de Caroline, Charles Mertzdorff fait part de ce qui l’agite dans ces jours où l’on pleure à la fois sa première épouse et le frère de la seconde :

ces quelques jours, j’ai repassé & beaucoup pensé à cette autre amie d’élite, trop belle pour cette terre de misère. Où sont-elles ces deux âmes tant amies ? Dieu le sait, & nous le saurons un jour. Heureux celui qui a cette foi. (Charles Mertzdorff à Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 11 juillet 1871)

Les lettres de Charles Mertzdorff, plus rares dans ces années-là, trahissent peu son affliction. Il ne peut partager souvenirs et sentiments ni avec ses filles encore enfants, ni, par délicatesse, avec celle qu’il a épousée ensuite. Il ne s’épanche par écrit que longtemps après, évoquant avec sa fille adulte ses courtes années de bonheur avec Caroline, les seules qu’il ait connues.

Se souvenir est douceur, douleur parfois – devoir aussi. Le père rappelle à sa fille Marie :

fais toujours bien des petites prières & pense toujours à ta chère petite mère qui était toujours si bonne pour toi & nous tous. (Charles Mertzdorff, 11 mai 1863)
tu es une bonne petite fille qui veut toujours être bien sage pour faire plaisir à petite maman qui est dans le ciel et qui voit tout ce que fait sa petite fille. (Eugénie Desnoyers à Marie, 17 novembre 1863)

  • Un modèle

Caroline, depuis le ciel, surveille sa fille. Et dans un mouvement qui les unit l’une à l’autre chacun tend un miroir à l’enfant pour que s’y reflète l’image de sa mère.

Cette charmante enfant qui me rappelle tant notre Caroline (Félicité Duméril, 10 janvier 1864)
Marie, quoique bien enfant au jeu, est toujours très réfléchie, travaillant comme Caroline, avec fruit (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 19 mars 1871)
Mme Devers a trouvé que je ressemblais beaucoup à petite mère. (Marie Mertzdorff, 14 octobre 1874)

Marie se conforme aux attentes de son entourage et promet à sa grand-mère « de faire tous [ses] efforts pour ressembler à [ses] deux petites mères chéries afin que vous soyez contents de moi » (Marie Mertzdorff, 30 décembre 1873), ou, à 17 ans, se désole : « oh ! si seulement j’arrivais à ressembler à mes deux petites mères chéries ! » (3 novembre 1876). La grand-mère satisfaite peut « rendre grâce à Dieu » : les jeunes filles, Marie et sa sœur Émilie, « seront dignes de leurs tendres mères qui sont au ciel. » (3 janvier 1878). Le regard en surplomb depuis le ciel se matérialise dans les photographies suspendues dans la chambre de Marie et Émilie.

  • Le prénom

Le choix du prénom de l’enfant est l’objet de règles et de modes qu’anthropologues, sociologues et historiens décodent. On peut sans doute déceler dans l’usage familial du prénom « Caroline » l’empreinte du souvenir qu’elle a laissé, l’hommage à sa personnalité telle que la saga familiale la transmet. Caroline Duméril-Mertzdorff (1836-1862) a elle-même hérité du prénom d’une sœur de son père décédée enfant : Caroline Duméril (1807-1811). Dans la famille proche, deux fillettes au moins sont nommées Caroline. L’une avant son décès : Caroline Devers, qui meurt à l’âge de 7 ans (1856-1863), fille de Maria Duméril et du peintre Joseph Devers ; l’autre comme un hommage posthume : Caroline Courtin de Torsay (1874-1936), fille de Clotilde Duméril et Charles Courtin de Torsay.

Les objets matériels

La douleur s’accompagne du désir de rassembler des mèches de cheveux, des photographies, des bijoux, des vêtements, des bibelots ayant appartenu à Caroline, et d’abord des papiers écrits de sa main.

  • Les lettres

La « dernière lettre », édifiante à souhait, prend alors une valeur supplémentaire. La lettre de Caroline à son amie Eugénie contient ces mots : « Le bon Dieu afflige quelquefois bien cruellement, et sans l’espérance d’une autre vie celle d’ici-bas serait bien difficile à supporter. Aussi, je t’assure, que je suis bien souvent effrayée de mon bonheur lorsque je vois tant de misère sans cesse et partout. Enfin le bon Dieu fait bien tout ce qu’il fait, il faut jouir de ce qu’il vous envoie de bon et ne pas murmurer lorsque le malheur arrive. » Ce testament moral (qui ne savait pas en être un) devient objet vénérable et texte ressassé. Eugénie le transmet à la mère de Caroline (original ou copie, nous ne savons) en l’accompagnant de ses propres commentaires : « je ne puis rien dire après ces lignes de votre pauvre enfant. Je les ai relues bien des fois depuis qu’elle nous a quittés, et il me semble que du haut du ciel, elle les adresse à tous ceux qu’elle a laissés sur cette terre. » Ensuite Félicité recopie les phrases de sa fille décédée et celles de son amie et, les incorporant à ses propres lettres, les diffuse auprès de ses proches : « Voici quelques lignes de la dernière lettre que notre bien aimée Caroline a écrite à sa tendre amie Eugénie Desnoyers. » (Félicité Duméril à sa sœur, août 1862)

Quinze ans après, la mère fait encore allusion à cette « dernière lettre », qu’elle relit et médite :

je repassais en ma mémoire les paroles que tu connais de Caroline à Eugénie. Paroles si fortifiantes, si remplies d’amour de Dieu, et de résignation à sa volonté. (Félicité Duméril, 17 janvier 1878)

  • Cheveux, vêtements et bijoux

Ce qui appartenait à Caroline, ce qu’elle a touché, choisi, porté, se charge d’une valeur affective et devient précieuse relique. Les cheveux en particulier, transformés en bijoux :

je possède encore des cheveux de notre bien aimée, ne devrais-je pas t’en envoyer pour que tu fasses faire un bracelet dans le genre du tien ? (Félicité Duméril, 11 septembre 1862)

Quand aux vêtements, leur état atteste de la vertueuse conduite de la jeune femme :

Tous ses vêtements qui me causent tant d’émotion viennent de me passer par les mains, elle faisait durer pour elle les choses tant qu’elle le pouvait en les raccommodant sans cesse, et c’était du neuf qu’elle employait pour les pauvres. (Félicité Duméril, 11 septembre 1862)

Si certains habits sont donnés, d’autres restent dans la famille et peuvent être réutilisés ; mais même destinés à ses filles le veuf semble réticent à cette perspective :

Je t’ai parlé de mon intention de garnir les manteaux gris des petites avec de la fourrure, qu’en penses-tu ? me conseillerais-tu d’employer le manchon et la palatine de Caroline en les faisant couper ou d’acheter de l’astrakan, je crois que Charles préférerait ce dernier arrangement. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 19 octobre 1864)

Et 18 mois après le décès :

 

Vous trouverez, chère bonne-maman, dans la caisse les objets dont nous nous sommes entretenues l’autre jour. Nous sommes heureux que ce soit vous qui portiez ces objets qui ont appartenu à votre bien aimée Caroline ; il y a encore là bien des souvenirs doux et tristes pour vous, mais ces souvenirs vous accompagnent sans cesse ; c’est pourquoi nous avons pensé agir dans l’esprit de Caroline en vous remettant une partie des objets qu’elle portait. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à Félicité Duméril, 26 janvier 1866)

Les bijoux font partie de ces objets portés au plus près du corps. La seconde épouse de Charles Mertzdorff garde sur elle, autour du cou, la bague de Caroline (lettre des 31 octobre, 1er et 2 novembre 1870). Pour Marie, on garnit sa robe d’enfant de « grosses perles blanches de Caroline » (fin avril 1870) – il s’agit probablement de perles décoratives.

  • Des livres

Parmi les autres objets personnels qui l’accompagnaient au quotidien, les livres se transmettent. D’abord les livres religieux : livres de piété chrétienne et missels. A l’occasion de la communion de Marie se pose la question de lui acheter un paroissien. Est retenu « un paroissien en 4 volumes (un pour chaque saison), d’une reliure simple et solide sans dorure ni fermoir », car la communiante paraît trop jeune pour recevoir les livres de sa mère qu’Eugénie garde « dans l’armoire » :

2 paroissiens de Caroline en un volume comme les nôtres et que je leur donnerai plus tard comme souvenir car l’un est déjà un peu usé et l’autre est trop beau. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, 25 mars 1872)

La communion, ce temps fort de la vie religieuse catholique, est l’occasion d’offrir des ouvrages de piété et de recenser ceux reçus en héritage :

Pour l’imitation de Jésus Christ je préfère le format ordinaire (j’ai dans le secrétaire l’édition diamant avec fermoir que Cécile Audouin donnée à Caroline) (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, avril 1872)
tante nous a montré ce que nous désirions voir depuis si longtemps le superbe livre fait par mère [Eugénie] à petite mère [Caroline] pour son mariage. Voilà un souvenir précieux ! Que ces feuilles sont jolies et surtout toutes ces pensées bien choisies ! Cela nous a fait bien plaisir de le voir car maman devait toujours nous le montrer après la première communion d’Émilie. (Marie Mertzdorff à son père, 6 décembre 1874)

Les livres profanes restent dans la bibliothèque familiale où ils s’accumulent et où chacun puise au fil du temps selon ses intérêts :

Je ne sais où sont maintenant les livres qui se trouvaient là mais tu le sais probablement. Dans cette même armoire au fond étaient plusieurs livres anglais à mère ou à petite mère, parmi eux se trouvait Wide, wide world (Marie Mertzdorff à son père, 21 décembre 1877)

***

L’empreinte laissée par la mort prématurée de Caroline Duméril-Mertzdorff dans la vie de ses proches est profonde et durable ; les lettres témoignent pendant des décennies des traces matérielles, morales et affectives qu’elle a laissées. Cependant, la marque posthume la plus forte laissée par la jeune femme ne serait-elle pas celle de sa fonction maternelle ?

Dès la mort de Caroline, Félicité Duméril, sa mère (la grand-mère des petites orphelines), songe à la femme qui pourra la remplacer auprès des enfants âgées de un et trois ans. Elle-même ne peut prendre la place au foyer de son gendre (lettre du 9 novembre 1863).
Très vite, Félicité entame une correspondance avec l’une des amies parisiennes de Caroline :

C’est à vous, chère et tendre enfant, que je viens m’adresser. Mon cœur déchiré par la douleur a besoin de s’épancher dans celui si connu, si apprécié de la tendre amie qui ne faisait pour ainsi dire qu’une seule personne avec la fille chérie que je pleure.[…] Vous ma bonne Eugénie, de l’âge de Caroline, d’un caractère et d’un esprit tout à fait analogues aux siens, ne formiez pour ainsi dire qu’un avec elle (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers, 20 juillet 1862)

Les lettres se succèdent, insistantes, répétitives :

Tu es mon enfant, puisque tu ne faisais qu’un avec ma bien aimée (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers, 24 novembre 1862)
Tes sentiments et les siens étaient si bien à l’unisson ainsi que le jugement et la sagesse des pensées : il est donc bien naturel que toi qui ne faisais qu’un avec ma bien aimée, tu sois appelée à apporter quelque adoucissement à la blessure si profonde de mon cœur. (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers, 18 décembre 1862)

Félicité construit une nouvelle intimité avec sa correspondante, lui propose subtilement (lui impose peut-être5) une ligne de conduite et un avenir. Félicité plaide sans relâche pour qu’Eugénie prenne la place et reprenne le rôle de Caroline ; elle use de toutes les ressources de l’écriture épistolaire pour emporter l’adhésion de la jeune fille d’abord réticente. Sa stratégie, relayée probablement par d’autres interlocuteurs qui convainquent la famille, aboutit :

Ma bien aimée fille qui est au Ciel te bénit de venir prendre sa place auprès de ce qu’elle a laissé de plus cher sur cette terre (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers, 18 décembre 1863)

Eugénie remplacera Caroline :

Vous m’appelez d’une manière si touchante à venir prendre, parmi vous, la place de l’Enfant bien-aimée qui est au ciel, que souvent je me sens vivement émue et je crains de ne pas être digne de la remplacer, mais ce que je puis vous assurer c’est que je ferai toujours de mon mieux, et j’ai la confiance que le bon Dieu m’aidera. (Eugénie Desnoyers à Félicité Duméril, 31 décembre 1863)

Deux ans après la mort de son amie, Eugénie Desnoyers épouse Charles Mertzdorff et part en Alsace élever les fillettes.

  1. Voir le billet « Caroline : l’amour conjugal ». []
  2. Voir le billet : « Annoncer la mort ». []
  3. La séquence consacrée à Caroline Duméril-Mertzdorff commence par le billet : « Caroline Duméril : l’enfance ». []
  4. Voir le billet : « anniversaire de la mort ». []
  5. Voir « L’efficacité du rituel » dans Ces Bonnes Lettres, Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Albin Michel, 1995, pages 182-190. []

Delacroix-Duméril, une rencontre ?

Les expositions consacrées à Delacroix au printemps 20181 incitent à exhumer et mettre à l’honneur un billet déjà paru en 2015, enrichi d’une image qui s’accorde avec l’évocation du peintre parcourant la ménagerie du Jardin des Plantes, si cher aux Duméril.

Eugène Delacroix, “Méphistophélès se présente chez Marthe” (détail de la marge supérieure du 1er état) [Source : exposition du musée du Louvre-2018]

Une frise de fauves, de visages, de cavaliers rapidement croqués se déploie dans les marges d’une lithographie de Delacroix (premier état) dont le sujet est tout autre : Méphistophélès se présente chez Marthe2. Ce bestiaire insolite manifeste l’intérêt du peintre dont l’imaginaire s’affranchit des contraintes éditoriales. Comme les enluminures d’un manuscrit médiéval, le hors-champ de la lithographie s’évade du texte de Goethe que l’artiste doit illustrer3.

************

Le peintre Eugène Delacroix (1798-1863) et le médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860)4 ont, comme tant de promeneurs, de savants et d’artistes du XIXe siècle5 fréquenté le Jardin des Plantes de Paris.

 Le Jardin des Plantes

Le Jardin du Roi (son nom change au gré des régimes politiques de la France !) est à l’origine, à l’initiative de Louis XIII, un jardin de plantes médicinales et un lieu d’enseignement. Le Jardin ne cesse de s’étendre (jusqu’à atteindre sa taille actuelle en 1834) par adjonctions successives de parcelles, et de se lotir. Pendant la Révolution (par un décret de la Convention en 1793), le Muséum d’Histoire naturelle, dont la mission allie recherche et enseignement, est créé et le Jardin réorganisé : on y trouve un amphithéâtre, des lieux d’étude et d’exposition pour végétaux, minéraux et animaux, des logements pour les professeurs. De nouvelles serres sont installées en 1836, la galerie de minéralogie construite en 1841, la ménagerie aménagée (« loges » des animaux féroces en 1821, volière des rapaces en 1825, faisanderie en 1827, « Palais des singes » en 1837).

Duméril

André Marie Constant Duméril fait partie des savants à qui un logement au Jardin des Plantes est attribué, en 1831. Il vit au « 7 rue Cuvier », avec femme et enfants ; devenu veuf en 1852, il habite chez son fils Auguste, lui aussi professeur au Muséum, au « 13 rue Cuvier » (ce qui ne correspond pas à la numérotation actuelle).

Dans la vie quotidienne, Duméril et les siens parcourent le Jardin des Plantes, sa ménagerie (lettre du 14 mars 1843), et ses allées (lettre du 1er avril 1843), attentifs aux rencontres et aux floraisons :

Je n’ai pas grand-chose à te dire de nos anciens camarades, si ce n’est que j’en ai vu une bande ici, jeudi dernier, qui se promenait dans le jardin [ ] J’ai vu plusieurs figures de connaissance, sans pouvoir me rappeler leurs noms. (Auguste Duméril, 19 ans, à son cousin, 6 juillet 1831)

Lundi après le triste moment où nous venions de vous voir partir, je suis allée au jardin des plantes avec Eugène et Auguste [ ] le mercredi je suis encore allée au jardin [ ]. Jeudi je ne suis pas sortie et hier je suis allée encore au jardin où j’ai passé quelques heures avec mon ouvrage au milieu de nos beaux lilas. (Alphonsine Delaroche-Duméril à sa nièce et future belle-fille, 11 mai 1833)

Dans sa vie professionnelle, Duméril arpente également galeries et bâtiments où se rencontrent les professeurs. Il noue en particulier des liens d’amitié avec Cuvier qu’il assiste dans la rédaction de ses travaux : il fait imprimer en 1799 les Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier6. Il lui succède comme professeur d’histoire naturelle à l’École centrale du Panthéon, et en 1825 Duméril est nommé professeur de l’histoire naturelle des reptiles et des poissons au Jardin du Roi : il publie une Histoire naturelle des reptiles7. Les intérêts de Duméril sont larges et, à côté d’articles médicaux, il fait paraître également un volume de Considérations générales sur la classe des insectes avec soixante planches et rédige tous les articles d’entomologie du Dictionnaire des sciences naturelles en cinquante volumes publié de 1821 à 1830.

Delacroix

Delacroix lui aussi fréquente Cuvier : à l’automne 1824 par exemple, il se rend aux réceptions données par le savant au Jardin des Plantes8. Des années plus tard, il note dans son Journal, le 19 janvier 18479 :

« De chez Vimont [son élève] au Jardin des plantes […] Cabinet d’histoire naturelle public les mardis et les vendredis. Éléphants, rhinocéros, hippopotames, animaux étranges ! Rubens l’a rendu à merveille. J’ai été, en entrant dans cette collection, pénétré d’un sentiment de bonheur […] Quelle variété prodigieuse d’animaux, et quelle variété d’espèces, de formes de destination ! À chaque instant, ce qui nous paraît la difformité à côté de ce qui nous semble la grâce. Ici les troupeaux de Neptune […] ; puis la famille hideuse des serpents. Le corps énorme du boa, avec sa petite tête ; l’élégance de ses anneaux roulés autour de l’arbre ; le hideux dragon, les lézards, les crocodiles, les caïmans, le gavial monstrueux […] Les tigres, les panthères, les jaguars, les lions, etc. ».

Delacroix s’intéresse aux animaux, aux chevaux et aux fauves en particulier. Il ne se contente pas de regarder les toiles de Rubens ou d’acheter une gravure faite par Vivant-Denon d’après le Lion rongeant un os de Rembrandt10 : il multiplie les études d’après nature, réalisant de nombreux croquis et petites peintures à l’huile. Dans les années 1822-1830, il fréquente assidûment le Muséum avec Barye, sculpteur animalier, pour dessiner divers félins ; il fait même des études d’écorchés après la mort des lions11. En 1841, Delacroix écrit à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, lui demandant à assister au repas des fauves de la ménagerie12. À  partir de ses observations et croquis sur le vif, il peint ensuite des scènes dans lesquelles le souci du mouvement, de la violence, de la dramaturgie prime sur la véracité anatomique, comme dans le Cheval attaqué par une lionne (vers 1842)13.

Delacroix est également curieux des fleurs du Jardin. Son Journal mentionne le 14 février 1849 une rencontre avec Adrien de Jussieu, botaniste, professeur au Muséum où il a succédé à son père en 1826, avec qui il a « une longue conversation sur les fleurs, à propos de [ses] tableaux ». Il ajoute : « Je lui ai promis d’aller le voir au printemps. Il me montrera les serres et me fera obtenir toute permission pour l’étude. » Promesse tenue, puisqu’il note le 6 juin 1850 : « Passé la journée au Jardin des plantes. Jussieu m’a conduit partout. »

***

Les noms de Daubenton, Jussieu, Lacépède, Cuvier, Flourens, tour à tour directeurs du Muséum, sont familiers à Delacroix,  ils apparaissent dans son Journal14. Mais pas celui de Duméril, qui de son côté ne mentionne pas Delacroix dans ses lettres (les rares qui sont conservées pour cette période). Il n’est cependant pas exclu que Duméril qui vivait et travaillait au Jardin des Plantes, et Delacroix, qui fréquentait sa ménagerie, ses serres, ses galeries, ses allées et ses savants, se soient croisés.

  1. Delacroix (1798-1863), musée du Louvre, 29 mars – 23 juillet 2018 ; Une lutte moderne, de Delacroix à nos jours, musée Eugène Delacroix, Paris, 11 avril – 23 juillet 2018. []
  2. Eugène Delacroix, Méphistophélès se présente chez Marthe, lithographie présentée dans l’exposition du Louvre, 1er état, 43,2 cm x 32,7 cm, 1827 :

    . []

  3. Johann Wolfgang von Goethe, Faust, tragédie traduite en français par M. Albert Stapfer. Ornée d’un portrait de l’auteur, et de 17 dessins composés d’après les principales scènes de l’ouvrage et exécutés sur pierre par M. Eugène Delacroix, Charles Motte éditeur, 1828 [numérisation BNF-Gallica]. []
  4. Les lettres familiales de Duméril sont publiées sur le site : S’écrire au XIXe siècle. []
  5. Voir les pages de Victor Hugo, Honoré de Balzac, Charles Augustin Sainte-Beuve, Jules Michelet, etc. rassemblées par Philippe Taquet, Les Bonnes feuilles du Jardin des Plantes. De Jean-Jacques Rousseau à Claude Simon, une anthologie, en collaboration avec Geneviève Boulinier et Anne Roussel-Versini, Éditions Artlys-Muséum national d’Histoire naturelle, 2013. []
  6. Leçons d’anatomie comparée de G. Cuvier, recueillies et publiées sous ses yeux par C. Dumeril, 1799 (an VIII), Paris, impr. de Baudoin, 2 vol. In-8. D’autres éditions des Leçons d’anatomie, paraissent en 1805 (an XIV), en 1835 [André Marie Constant Duméril, éditeur scientifique]. []
  7. Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, par M. J. D., et revue par M. Duméril, 1834, Paris (30, rue et place S. André des arts), In-12, 100 p., collection « Bibliothèque populaire », 83. Une seconde édition paraît la même année. []
  8. Maurice Sérullaz, Delacroix, 1989, Fayard, p. 97. []
  9. Eugène Delacroix, Journal, 1822-1863, préface de Hubert Damisch, introduction et notes par André Joubin, édition revue par Régis Labourdette, 1980, Plon, p. 117. []
  10. Op. cit., Journal, 2 avril 1847, p. 147. []
  11. Op. cit., Sérullaz, p. 125. []
  12. Op. cit., Sérullaz, p. 225. []
  13. Tableau de la donation Moreau-Nélaton au Louvre. []
  14. Op. cit., index du Journal. []

Interprétations de journalistes

M’interrogeant sur une lettre du 25 février 1878, atypique dans le corpus par son auteur et son destinataire, j’enquêtais sur un nom cité dans le texte : « Madame de Villermé ». Le hasard des recherches sur Internet m’a conduite au fac-similé d’un article du Globe de 1829 rapportant « une fable fort ridicule ».
Bien que cet épisode n’ait aucun rapport avec la lettre de 1878, les faits, qui mettent en cause plusieurs des personnages familiers aux lecteurs du site « S’écrire au XIXe siècle », ont paru assez intéressants et drôles pour être rapportés. Voici le déroulement de l’affaire.

Le mémoire de MM. Villermé et Milne-Edwards

MM. Villermé et Milne-Edwards, inquiets de l’excès de mortalité des nouveaux-nés pendant l’hiver, présentent à l’Académie des sciences un mémoire sur l’influence du froid chez les plus jeunes enfants. Ils mettent en cause l’obligation de présenter les nouveaux-nés aux officiers de l’état-civil et préconisent un constat de naissance à domicile, après déclaration des parents.

Louis René Villermé (1782-1863), médecin, exerce d’abord la chirurgie sur les nombreux champs de bataille de l’Empire, avant de s’installer en 1815 à Paris. Peu après, il abandonne la pratique (qu’il reprend lors de l’épidémie de choléra de 1832) pour se consacrer à des enquêtes sur la santé et l’hygiène publiques, les conditions de travail des ouvriers, les statistiques démographiques, l’économie politique. Ses ouvrages, notes et rapports alertent et informent les législateurs.

Henri Milne-Edwards (1800-1885), bien que docteur en médecine, est un zoologiste et entomologiste, qui exerce au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Il y côtoie le naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860), spécialiste des reptiles – et dont les lettres familiales  et celles de ses descendants sont sur le site.

Le rapport de M. Duméril

Lors de la séance du lundi 2 mars 1829 de l’Académie des sciences, André Marie Constant Duméril fait, en son nom et au nom de M. Fourier, un rapport favorable sur ce mémoire. « Les commissaires partagent l’avis des auteurs sur le danger auquel l’impression de froid expose les nouveaux-nés » écrit Le Globe qui rend compte de cette séance. « Les faits allégués dans le mémoire sur l’excès de mortalité des nouveaux-nés pendant l’hiver leur semblent bien démontrés », et « la cause assignée leur paraissant très vraisemblable, [les rapporteurs] espèrent qu’on prendra ces faits en considération » et qu’on procédera pour les naissances « comme il en est aujourd’hui pour les décès », par simple déclaration.

Le compte-rendu de la Gazette

Le Globe n’est pas le seul à raconter cette séance de l’Académie des sciences. Deux récits, deux points de vue, deux idéologies, s’affrontent, portés par deux périodiques. L’un, Le Globe, Recueil philosophique, politique et littéraire, est rédigé par des intellectuels libéraux. Ils  se gaussent du compte-rendu paru dans la Gazette, quotidien royaliste, Ultra, soutien du gouvernement sous la Restauration.

Après le résumé du rapport de Duméril, Le Globe cite la Gazette qui « a annoncé gravement dans son numéro de vendredi que l’Académie des sciences venait de voter la suppression du baptême dans les églises. Ses lecteurs auront dû être effrayés ». Porteuse de valeurs catholiques, la Gazette s’offusque d’un « matérialisme dégoûtant », du « tissu d’absurdités impies, débitées au quartier général du matérialisme ». Le rédacteur du Globe poursuit la réfutation de son concurrent : « Nous ne prenons pas cela pour une dénonciation calculée, pour une invention diabolique : nous ne voyons là qu’une ardeur de déclamation. Le rédacteur de la Gazette n’a pas assisté à la séance, ou n’a pas compris le rapport. M. Duméril, pour appuyer les résultats statistiques obtenus par MM. Villermé et Milne-Edwards, avait rappelé cette loi générale qui fait que, par un instinct naturel, les animaux préservent leurs petits des causes de refroidissement : et voilà le rédacteur de la Gazette qui écrit que M. Duméril ne voit dans l’homme qu’un animal. » Pour terminer sa critique, le journaliste du Globe en appelle à un « digne prêtre » qui demandait aux curés de Padoue d’ondoyer les nouveaux-nés dans la maison de leurs parents pendant les mois froids. Le journaliste ironise : « Ce qui est plus plaisant encore, c’est que les injures de la Gazette s’adressent à un curé catholique. En effet MM. Milne-Edwards et Villermé ne sont pas les premiers qui aient observé l’influence du froid sur les nouveaux-nés. Ils ont cité dans leur mémoire plusieurs savants qui se sont occupés du même sujet, et principalement Toaldo, prêtre de Padoue. »
D’un côté, la « sainte fureur » qui inspire la Gazette, de l’autre, le rationalisme railleur du Globe.

Notons que Duméril mentionne une ou deux fois la Gazette, jamais le Globe. Cette année-là, 1829, aucune lettre familiale n’est conservée ; le point de vue de l’intéressé ne sera donc pas connu par la correspondance familiale. Mais, prégnance des réseaux de sociabilité sur le long terme, se retrouvent dans une lettre de 1878, lors de circonstances étrangères à cet épisode de guerre picrocholine, le nom de Villermé et celui de Fréville, lié à une petite-fille d’André Marie Constant Duméril élevée par le fils d’Henri Milne-Edwards.

Caroline : l’amour conjugal

Les parents, les amis, les proches se sont mobilisés pour marier Caroline Duméril et Charles Mertzdorff1. La cérémonie terminée, au mois de juin 1858, Caroline quitte Paris pour l’Alsace où son époux dirige une usine de blanchiment des étoffes. Très régulièrement, elle maintient les liens familiaux en racontant sa vie au jour le jour, ses activités, ses découvertes. Dans la trame des anecdotes qui tissent l’écriture, se devinent et se disent des émotions, des rêves, des sentiments : l’amour filial pour les parents éloignés, puis l’amour maternel lorsque naît la petit Marie2, mais aussi l’attachement au mari. Cet attachement se lit de façon plus directe encore dans les lettres que les époux échangent entre eux.

« La joie m’est rentrée dans l’âme »

Si Caroline s’inquiétait de l’âge (il a quarante ans et elle vingt-deux) et, au vu de son nom, du caractère « un peu allemand » de son promis, dès les premiers jours qui suivent le mariage elle semble conquise. Pendant le voyage de noces, tout en préservant son affection pour ses parents, elle exprime un nouveau bonheur :

J’ai eu encore le cœur fort gros comme tu le penses et cela a duré quelque temps mais Charles a été si bon, si charmant, a su si bien me faire comprendre ce que nous promettait de bonheur la vie que nous allons commencer que je t’avoue que la joie m’est rentrée dans l’âme et que je suis vraiment aussi heureuse que possible maintenant […] Dites-vous pour adoucir votre isolement que j’ai un mari aussi bon, aussi délicat, aussi sensible que j’aurais pu jamais en rêver un et que votre fille est une heureuse et sera toujours une heureuse femme (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 19 juin 1858)

Les affirmations de bonheur se poursuivent dans les semaines suivantes :

Si je ne vous dis rien de mon cher mari c’est que vous savez bien ce que j’ai à en dire ; pourtant je vous avoue que je ne croyais pas qu’on pût être aussi heureux que je le suis et que je ne pensais pas qu’une affection pût être assez vive pour en remplacer tant d’autres […] je ne croyais pas qu’on pût assez aimer un homme pour ne sentir aucun vide auprès de lui et que sa présence seule pût rendre le cœur joyeux et le faire battre si fort. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents 22-23 juin 1858)

faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais si vivement et que j’aime depuis ma naissance. L’amour d’une femme pour son mari est quelque chose de bien grand qu’il faut sentir pour le comprendre, dont on ne se fait pas l’idée et dont tous les rêves de jeune fille ne sont même pas l’ombre. C’est un sentiment bien fort et qui a quelque chose de saint. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 22 juillet 1858)

Bien sûr la jeune femme rentre dans le rôle social auquel elle a été préparée, celui d’épouse satisfaite de son statut. Et elle veut rassurer ses parents, les conforter dans l’idée qu’ils ont fait un bon choix pour elle, mais sa sincérité ne peut être mise en doute. Elle décrit sa félicité à chacun autour d’elle. À son grand-père :

Si je ne vous parle pas particulièrement, mon cher bon-papa, du bonheur que je goûte auprès de mon mari, c’est que vous avez dû être bien mis au courant, à ce sujet-là, par mes lettres à la maison ; je ne puis m’empêcher de vous répéter, pourtant, que je trouve en Charles tout ce qui peut promettre la vie la plus heureuse dans ce monde, et jamais je ne saurai assez remercier Dieu pour les grâces dont il m’a comblée. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son grand-père André Marie Constant Duméril, 1er juillet 1858)

À son oncle parisien Auguste Duméril :

Ici, au contraire, il y a bien du bonheur dans la maison car Charles et moi sommes heureux comme on l’est au bout de six semaines de mariage, lorsqu’on s’aime et qu’on se comprend (Caroline Duméril-Mertzdorff à son oncle, 31 juillet 1858)

À sa jeune cousine et amie Isabelle Latham du Havre :

chaque jour je connais davantage mon mari et le connaître de plus en plus, c’est l’aimer en proportion. Il est si bon, si charmant avec moi, j’ai en outre tant de confiance en lui et en tout ce qu’il fait que je prévois une vie toute de bonheur de ce côté ; c’est ce que Dieu peut accorder de meilleur à ses enfants et c’est ce dont je lui rends des actions de grâces bien sincères. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 28 juin 1858)

Le souci éducatif pointe, comme un apprentissage un brin moralisateur de la vie, lorsque Caroline s’adresse à sa jeune cousine :

Pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] mais ce que je puis t’affirmer c’est que j’ai plus de bonheur que jamais je n’aurais osé en rêver ; et je maintiendrai plus que jamais que lorsqu’on est heureux dans son ménage avec un mari comme le mien on pense bien peu au monde et aux soirées et que le coin du feu a des charmes qu’offre bien rarement la société. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 28 décembre 1858)

Caroline décrit un foyer idéal, une relation conjugale fondée sur l’échange, la confiance, la compréhension mutuelle, les sensibilités accordées, la délicatesse des sentiments. Au-delà de l’image qu’il faut et qu’elle veut donner, apparaît une réelle satisfaction et un attachement authentique. Le bonheur physique d’être ensemble se laisse deviner. Le plaisir des sens se manifeste aussi, allusivement, dans les lettres adressées à l’époux.

« Mon petit bien aimé, je suis en mal de toi »

Par chance pour nous, lectrices et lecteurs des lettres, Charles Mertzdoff doit voyager, séjourner à Paris ou partir en  Grande-Bretagne pour acheter des machines. Cette séparation donne lieu à des échanges quotidiens. Se murmurent alors des désirs, des petits mots, la tristesse de l’absence, l’attente du retour. La petite Marie (Mimi, Miki), âgée d’un an, est associée aux tendresses conjugales mais l’amour parental n’oblitère pas l’amour conjugal.

Mon cher petit Charles, chéri. Quel bonheur quand tu seras de nouveau au milieu de nous et que nous te tiendrons, Mimi et moi faisons des projets de te dévorer. Comme il semble qu’il y a déjà longtemps que tu es parti mon petit bien aimé, quel vide, quand tu n’y es pas, la journée où on va et vient passe encore mais quand arrive le soir comme c’est triste, quel bonheur de te revoir et surtout de t’embrasser, vrai Chéri, c’est dans un cas comme celui-là qu’on sent si on aime […] je prie bien le bon Dieu mon petit Charles, pour que ce voyage se passe bien et que tu reviennes bien vite là où on t’aime tant. […] Adieu, mon bon petit Charles bien aimé, il faut te quitter pour que ma lettre parte mais c’est triste, tu penses à moi n’est-ce pas ami, oh va j’en suis sûre ; mais je suis en mal de toi, vois-tu, enfin je veux être raisonnable et je l’ai été jusqu’à présent, n’est-ce pas, tu es content de moi. Ne montre pas ma lettre. Je t’embrasse mille et mille fois (Caroline Duméril-Mertzdorff à son mari, 11 janvier 1860)

Charles est alors à Paris, il est hébergé dans la famille de Caroline, et celle-ci prévient toute indiscrétion (« Ne montre pas ma lettre ») ; elle insiste pour que ses déclarations d’affection ne s’ébruitent pas, car d’ordinaire les lettres circulent parmi les proches. Elle trace autour de leur couple les limites de l’intimité.

Comme je suis contente, mon bien-aimé de voir que mes lettres te font plaisir, comme tu sais toi, m’envoyer des petits mots affectueux qui me vont au cœur et me rendent heureuse ; merci chéri, je ne puis te dire tous les rêves de bonheur que je fais pour quand nous serons de retour dans notre intérieur chéri où nous sommes si heureux ensemble ; quel bonheur de ne plus te quitter. [ ] Adieu, petit Charles bien-aimé pense toujours à ta femme qui t’aime bien tendrement, ne te fatigue pas trop, pense que tu dois soigner notre plus grand trésor et reçois les meilleurs baisers de ta fille et de sa maman qui te mangeront à l’envi quand tu seras de retour. Encore une fois au revoir (Caroline Duméril-Mertzdorff à son mari, 13 mai 1860)

Loin de la rhétorique de l’amour-passion qui diffuse à la fin du XVIIIe siècle un modèle romantique, tout de larmes et d’emportements, et à distance d’une relation qui servirait exclusivement des intérêts familiaux, Caroline et Charles composent un couple plus uni et plus tendre. Le mariage au XIXe siècle « tend à absorber toutes les fonctions : non seulement l’alliance, mais le sexe » note Michelle Perrot3 qui voit là un trait majeur de nouveauté. Dans la famille Duméril-Mertzdorff ce nouveau modèle se diffuse à l’ombre de l’Église catholique omniprésente dans les esprits.

« Vous êtes ma vie »

De sexe il n’est nullement question, pas plus dans les lettres de Charles que dans celles de Caroline. C’est sans surprise : par rapport aux correspondances amicales des jeunes gens « les correspondances de la maturité sont avares de confidences, d’aveux individuels. On n’y raconte pas sa vie sexuelle » remarque Alain Corbin4. Et encore moins dans une famille bourgeoise pratiquante.

C’est Dimanche ! C’est te dire ma chère petite femme (lis mon petit cornichon chéri) que j’ai été à l’église à 9h & que depuis ce temps je n’ai pas quitté mon petit salon que j’ai pris tout exprès pour rester seul, ou mieux pour être avec vous. […] Je pense en ce moment à livre ouvert avec mon chou, c’est pour elle & quoiqu’elle connaisse déjà toutes mes pensées j’aime bien les lui redire pour qu’elle voie bien que son ami n’a pas changé même dans cette belle Albion. […] Ce n’est pas tout tu diras à mon petit cornichon que je l’aime toujours bien, que je suis toujours avec lui que je l’embrasse de tout mon cœur & lorsque tu auras fait tout cela comme je le ferais moi tu en auras pour bien longtemps & je serai content de toi toujours (Charles Mertzdorff, à Manchester, à son épouse, 6 mai 1860)

Éloigné d’elles, Charles associe souvent sa femme et sa fille encore bébé dans la même affection ; l’intimité conjugale se conjugue avec l’intimité familiale. Le souci de la santé de l’enfant et le désir d’être rassuré se disent en même temps que l’attachement à la mère. La solitude, l’éloignement et le manque montrent indissolublement liés le père attentionné et le mari aimant.

Je ne te dirai pas tout le bonheur que j’éprouve lorsque je reçois tes bonnes lettres me parlant de Miki qui vient si bien ; vous êtes ma vie, & lorsque je ne suis pas ici je suis avec vous. (Charles Mertzdorff à son épouse, 8 mai 1860)

Tu sais que tu embrasseras bien souvent Mimi pour moi tu feras mes meilleurs amitiés à nos parents & tu garderas un bon gros, très gros, baiser pour celle que j’aime le plus ici-bas. (Charles Mertzdorff à son épouse, 4 mai 1860)

Adieu chérie Embrasse bien Miki en attendant que je puisse bien te serrer dans mes bras. je t’envoie mon meilleur baiser (Charles Mertzdorff à son épouse, 20 mai 1860)

A n’en pas douter, Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, réunis par leurs proches et mariés en quelques semaines, se sont aimés. Leur affectivité contraste avec les silences d’autres correspondances semblables, celle en particulier de la seconde épouse de Charles devenu veuf. Aucun des mots de Caroline, de ses élans, de ses confidences ne se retrouvent sous la plume de celle qui lui a succédé pour élever ses deux fillettes. Les sentiments qui s’expriment avec retenue et pudeur dans les lettres de Charles et Caroline trouvent bien plus tard leur confirmation : lorsque Marie, le bébé dont on s’inquiète en 1860, se marie à son tour en 1880, son père se tourne vers son propre passé, vers les courtes années d’une union heureuse :

Ma chère Marie lorsque l’on est vieux l’on a passé par tant de choses & d’événements extraordinaires que même marier sa fille ne me paraît pas un fait aussi extraordinaire, d’autant que depuis 20 ans l’on s’est un peu familiarisé avec cette idée […] Mais lorsque l’on n’a joui que 4 ans de bonheur l’on trouve que c’est bien peu & la vie est souvent une charge alors. Tomber de bien haut fait bien mal ! (Charles Mertzdorff à sa fille, 31 Mars 1880)

Quatre ans de bonheur… Un aveu plein de nostalgie et de mélancolie.

  1. Voir le billet : « On marie Caroline ». []
  2. Voir le billet : « Caroline, maman pour de bon ». []
  3. Michelle Perrot, « Figures et rôles », Histoire de la vie privée, t. 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, p. 133. []
  4. Alain Corbin : « La relation intime ou les plaisirs de l’échange », Histoire de la vie privée, t. 4, p. 517. []

Souffleur de théâtre

Au festival d’Avignon la pièce Sopro (Souffle) de Tiago Rodrigues 1 séduit la critique et le public : la presse vante le « verbe enchanté » de cette « pure merveille », la « leçon d’humanité » donnée avec une « grâce infinie », le charme de cette promenade entre réel et fiction qui fait « sortir de sa trappe un métier en voie de disparition : celui de souffleur »2.

De l’utilité du souffleur

Tiago Rodrigues construit sa pièce autour de la figure de Christina Vidal, l’authentique souffleuse du Théâtre national qu’il dirige à Lisbonne. La souffleuse a accepté de monter sur scène pour jouer son propre rôle et souffler aux yeux de tous. Non pas raconter sa vie, mais parler de son travail, se montrer au plus près des acteurs, faire entendre son murmure. L’évocation de ce métier de souffleur fait écho à l’une des dernières lettres mises sur le site3.

En 1876 Émilie Mertzdorff, âgée de 15 ans, assiste à l’Odéon à Paris, avec sa sœur, sa tante et son oncle, à un après-midi donné au profit de l’œuvre des écoles. Lors de cette « petite fête » sont successivement présentés « une pièce japonaise en vers », un duo de la tragédie lyrique Mignon, la « Nuit de Mai » d’Alfred de Musset récitée par Sarah Bernhardt et Mounet-Sully, de la musique (piano, flûte, violoncelle), la comédie-vaudeville en un acte d’Eugène Scribe La demoiselle à marier, qui fait beaucoup rire Émilie, « et plusieurs autres choses fort jolies ». « Mais ce qui m’a été le plus agréable de tout », raconte Émilie, ce sont Les Pauvres Gens de Victor Hugo. Voici le récit alerte et drôle qu’elle fait à son père de la récitation de Mounet-Sully :

le malheureux, qui n’avait pas de souffleur, s’est arrêté au beau milieu, impossible de retrouver le reste, il a fait des signes désespérés et enfin il est parti, mais on l’a fait revenir sur la scène et par bonheur une personne avait le livre, on lui a dit les deux premiers mots du vers et il ne s’est plus arrêté jusqu’à la fin. Tante était profondément émue par cet incident et elle plaignait de tout son cœur ce malheureux acteur ; mais nous pensons avec oncle que cela ne lui a pas été aussi pénible que le croyait tante. (Emilie Mertzdorff à son père, 11 décembre 1876)

Mounet-Sully

Mounet-Sully en 1878 (détail d’un montage photographique conservé à la Bibliothèque nationale de France)

Mounet-Sully (1841-1916) débute à l’Odéon en 1868, dans de petits rôles. Après la guerre de 1870, il entre à la Comédie-Française. Si la critique lui reproche son jeu peu conventionnel, le public l’applaudit.

Marie Bashkirtseff, comme Émilie Mertzdorff, est séduite par le jeune Mounet-Sully. Elle note dans son journal, après une représentation des Enfants du Capitaine Grant d’après Jules Verne : « Mounet-Sully est très beau, le plus bel homme de Paris, à ce qu’on trouve. »4

Mounet-Sully joue les grands rôles du répertoire classique (Corneille, Racine) ; il soutient aussi des pièces plus contemporaines. Victor Hugo lui écrit, à propos de Marion de Lorme (drame en vers, créé en 1831 et d’abord interdit par la censure) : « Mon cher Mounet-Sully, Vous êtes un noble artisan. Je vous considère comme un de mes plus précieux auxiliaires. Le succès est dû au talent, vous avez l’un et l’autre. »5 Après les années 1870 Mounet-Sully poursuit sa carrière, avec ou sans souffleur, mais toujours apprécié du public, toujours absorbé par ses rôles, toujours dévoué au théâtre, cet art fragile.

  1. Sopro, de et par Tiago Rodrigues, en portugais surtitré ; durée : 1h 45 ; représenté en juillet 2017 au Cloître des Carmes à Avignon, puis en tournée en France. []
  2. Fabienne Pascaud dans Télérama, Jean-Pierre Thibaudat sur Mediapart, Fabienne Darge dans Le Monde. []
  3. Une correspondance familiale au XIXe siècle. []
  4. Marie Bashkirtseff, Journal (29 décembre 1878), L’Âge d’Homme , 1887. []
  5. Victor Hugo, Correspondance, 10 janvier 1873, A. Michel, Ollendorff, 1952. []

Écarts d’âge

Une grande différence d’âge entre les époux attire aujourd’hui comme hier remarques et commentaires, qui font écho à des proverbes anciens. Jean-Louis Flandrin en relève quelques-uns1 :
« Mariage de jeune et de vieux, mariage du Diable » (Armagnac)
« Mariage de vieux avec jeune, mariage pouilleux » (Gascogne)
Mais Jean-Louis Flandrin note que dans de nombreuses régions, au contraire, « les mariages entre jeunes et vieux étaient fréquents et paraissaient raisonnables » et « qu’il existait même des proverbes favorables au mariage avec hommes et femmes âgées en Provence, en Catalogne, et surtout en Auvergne où il ne s’en trouve pas en faveur des mariages de jeunes », tel celui-ci : « Femme vieille, bois sec, pain dur tiennent la maison sûre »2. Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff révèlent quelques réactions des épistoliers face à des conjoints dissemblables par l’âge.

Pierre Fidèle Bretonneau (1778-1862)

Pierre Fidèle Bretonneau est un ami d’André Marie Constant Duméril. Les deux jeunes provinciaux se sont rencontrés à Paris en 1795, tous deux envoyés par leurs départements pour étudier dans la capitale. Au fil des décennies suivantes leur correspondance témoigne de relations amicales et scientifiques qui se poursuivent. Les lettres des proches de Duméril font allusion aux deux épouses successives de Bretonneau.

  • Marie Thérèse Adam

En 1801 Bretonneau se marie avec Marie Thérèse Adam de presque 25 ans son aînée et s’installe à Chenonceaux dans la propriété de son épouse. D’abord officier de santé, il continue études et recherches, soutient une thèse de médecine en 1815 et vient exercer à Tours. Il accueille André Marie Constant Duméril lors de ses tournées annuelles pour présider les jurys de médecine (1811, 1812, etc.) et plus tard son fils Auguste Duméril en voyage d’agrément. Celui-ci, qui a alors 23 ans, écrit à sa mère :

 j’ai été voir M. Bretonneau qui m’a fait le plus gracieux accueil qu’il soit possible [ ] Il finissait de déjeuner et était avec M. Leclerc [ ] et avec sa femme, dont l’air âgé et cassé, m’a bien frappé, quoique je m’attendisse à voir une personne vieille ; elle a l’air presque aussi vieux que ma tante, mais elle semble avoir encore toutes ses facultés. (Auguste Duméril à sa mère, 21 août 1835)

Cette première épouse meurt l’année suivante. Bretonneau reste veuf vingt ans puis en 1856, à 78 ans, se remarie.

  • Sophie Moreau

La jeune épouse, Sophie Moreau, a alors 19 ans. Elle est la nièce d’un ancien élève de Bretonneau, Jacques Joseph Moreau de Tours, devenu aliéniste. André Marie Constant Duméril reçoit le couple à Paris au cours d’un grand dîner. Bien qu’elle ne soit pas témoin direct, Caroline Duméril raconte :

Le premier Dimanche de ma maladie, j’ai bien regretté de ne pas aller chez bon-papa où il y avait à dîner ce curieux ménage dont je t’ai parlé ; M. Bretonneau le fameux savant avec ses 79 ou 80 ans et sa femme qui a à peine 19 ans ; tu conçois qu’il y aurait eu de l’intérêt à les voir et il paraît que tout le monde les examinait bien. La jeune femme est dit-on charmante, jolie, instruite, ayant de l’esprit juste assez d’aplomb pour se bien poser et traitant son mari comme s’il avait 25 ans tout en le respectant et l’admirant comme on doit admirer et respecter un homme de son mérite et si universellement connu. C’était un étrange spectacle. (Caroline Duméril à sa cousine, 16-24 décembre 1857)

Des rumeurs variées courent sur cette union, mais les lettres conservées n’en disent mot. Caroline Duméril a bientôt l’occasion de manifester pour son propre compte des inquiétudes sur la différence d’âge entre les conjoints.

Charles Mertzdorff (1818-1883)

L’effervescence qui parcourt la famille Duméril et trouble Caroline au printemps 1858 a été évoquée dans un précédent billet3. Sans dérouler de nouveau la chronologie des fiançailles de Caroline Duméril avec Charles Mertzdorff, revenons sur les confidences qu’elle fait à sa cousine. Après maintes « péripéties » dont le jeune fille ne perçoit que d’indécis échos, « le M. qui s’impatientait » reçoit enfin la permission de venir et de voir la promise. Avant la rencontre, Caroline en apprend un peu plus sur lui et partage ces informations avec sa correspondante, sous le sceau du secret :

Tu entends que je veux que tu gardes le secret, tout cela est pour toi et rien que pour toi et il me semble que je puis bien t’écrire à toi. Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38. (Caroline Duméril à sa cousine, 18 avril 1858. C’est elle qui souligne.)

Charles Mertzdorff né en 1818 a 40 ans, alors que Caroline Duméril a 22 ans. Elle pointe l’origine alsacienne et l’âge du prétendant, de 18 ans son aîné. Ses réticences tombent bientôt et le mariage est célébré le 15 juin 1858. Par la suite les lettres conjugales ne font pas allusion à cette différence d’âge, si ce n’est, peut-être, un mois après le mariage, cette remarque échappée de sa plume :

Charles m’embrasse [ ] pour me réveiller et l’autre jour en ouvrant les yeux, je lui ai dit : papa quelle heure est-il ? (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 22 juillet 1858)

***

Martine Segalen, dans l’Histoire de la population française4, note qu’au milieu du XIXe siècle l’âge moyen au premier mariage est de 28 ans pour les garçons et 24 ans et demi pour les filles – un peu moins dans les campagnes, un peu plus dans les villes. La différence entre population rurale et population urbaine se combine avec des écarts régionaux importants et des fluctuations au cours du siècle. Pour les hommes, l’âge moyen au premier mariage, après un maximum (29 ans) à la fin de l’Ancien Régime, chute d’abord pendant la Révolution et l’Empire puis se stabilise à 28 ans. L’évolution est différente pour les femmes : parti de 27 ans, l’âge s’abaisse régulièrement jusque vers 1880, où il n’est plus que de 24 ans. Ainsi, conclut Martine Ségalen, « l’écart d’âge moyen entre conjoints a doublé approximativement au cours de la période 1820-1880 »5. Les grands écarts d’âge entre époux deviennent moins fréquents au cours du XIXe siècle6 ; ils n’en attirent que plus l’attention, comme de nos jours.

 

  1. Les Amours paysannes. Amour et sexualité dans les campagnes de l’ancienne France (XVIe-XIXe siècle), présenté par Jean-Louis Flandrin, Gallimard/Julliard, collection Archives, 1975, p. 133. []
  2. Proverbe d’Auvergne, Flandrin, Id., p. 134. []
  3. « On marie Caroline ». []
  4. Martine Segalen « Les structures familiales », Histoire de la population française – 3. De 1789 à 1914 sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988. []
  5. Histoire de la population française, page 427. []
  6. Id., p. 427. []

Caroline, «maman pour de bon»

La petite Marie Mertzdorff naît le 15 avril 18591. « Peux-tu te figurer que je sois maman pour de bon, avec un vrai baby ? »2 écrit Caroline Duméril-Mertzdorff, utilisant le terme anglais « baby »,  plus courant alors dans la bourgeoisie que celui de « bébé »3. La vie de la jeune mère s’organise autour du nourrisson, qui devient le principal sujet des lettres : parents et proches sont informés presque au jour le jour des tétées et des soupes, des coliques, indispositions et maladies, des progrès et des sourires. Les divers membres de la famille sont très demandeurs de détails :

tu conçois tout l’intérêt qui nous attache aux plus petites circonstances de ton aimable petite fille. Continue ainsi de nous mettre bien au courant. (André Marie Constant Duméril à sa petite-fille Caroline Duméril-Mertzdorff, 4 mars 1860)

 

« Potelée à faire plaisir »

On ne se lasse pas de décrire le petit corps potelé :

La petite va à merveille […] elle est grosse et grasse tout le monde le dit, elle rit bien gentiment (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Je pense souvent à l’amusement que cette petite coquine vous donnerait à tous avec sa vivacité et ses changements de figure instantanés ; tantôt si grave avec de grands yeux qu’elle ouvre si fort qu’on voit le blanc tout autour et tantôt avec ses figures si gaies si souriantes et si aimables, quand elle veut bien répondre aux gracieusetés qu’on lui fait. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 5 août 1859)

L’oncle Léon, en visite, peint lui aussi sa nièce :

elle a des joues rebondies et fermes, au fond desquelles (car elles forment un vrai ravin) se trouvent sa petite bouche et son nez, m’a regardé avec des yeux qu’elle ouvrait démesurément grands. Je trouve que ce sont tout à fait ceux de Charles, elle se tient toujours roide comme une grande personne, et je crois qu’elle sera bien cambrée. (Léon Duméril à ses parents, 27 août 1859)

Un beau bébé est d’abord un bébé dodu : « chez un enfant, il n’y a rien de plus beau que la graisse sous le menton » dit un proverbe 4. Chacun s’extasie devant cette « grosse fille » (29 août 1859), « la rondeur et de la fermeté de ses chairs » (6 juillet 1859) :

elle est en ce moment en d’excellentes dispositions ; grasse et potelée à faire plaisir ; si on ne l’examinait pas chaque jour avec grand soin, elle a tant de plis, au cou, aux cuisses et aux bras qu’elle se couperait pour de bon (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

elle pousse comme un champignon […] ; ce sont ses bras qui sont quelque chose d’admirable de graisse et de rondeur avec un petit trou au coude. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 29 août 1859)

Mademoiselle Marie se porte à merveille […] son visage prend une physionomie épanouie à laquelle ses énormes joues donnent un air de quiétude et de bonheur parfait. (Léon Duméril à ses parents, 21 septembre 1859)

 

« Mon lait la nourrit »

  • L’allaitement

Si quelques romanciers, Balzac (Mémoires de deux jeunes mariées, 1841) ou Zola (Fécondité, 1899), célèbrent les joies d’allaiter, le discours sur l’allaitement change chez les médecins au cours du XIXe siècle : « de plaisir il est devenu devoir »5. Pour Caroline Duméril-Mertzdorff nourrir et s’occuper de la petite Marie représentent sans conteste une expérience très positive :

Mlle Mimi absorbe toutes mes journées, tu ne saurais croire combien cette enfant m’occupe et quelles joies elle me donne (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham, 23 novembre 1859)

Dès avant sa naissance, il a été décidé que sa mère la nourrirait. Une nourrice est cependant retenue cas où cela s’avérerait impossible, mais sa présence est inutile. En revanche pendant plusieurs mois Caroline est secondée par « Mme Cornelli »6.

Caroline s’inquiète de la qualité de son lait. Passé le moment du retour de couches qui « a fait beaucoup de tort » à son lait (lettre du 28 mai 1859), elle se réjouit qu’il soit « devenu plus nourrissant », rendant la petite « moins affamée » (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859) : « mon lait la nourrit plus, elle ne tète pas trop, toutes les deux heures au plus » (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 13 juillet 1859). Caroline sait ménager des moments de détente dans sa vie active car « il [lui] faut du repos pour avoir du lait et la petite tète beaucoup en ce moment » (15 août 1859).

Me promener pour gagner de l’appétit, satisfaire cet appétit le mieux possible et aussitôt en rechercher un autre et tout cela pour remplir les bouteilles de notre héritière. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

  • Les soupes et le sevrage

Les mois passant, Caroline «  se porte parfaitement, mange et dort très bien » et continue d’avoir « beaucoup de lait » (6 septembre 1859). Cependant des « soupes à la biscotte » sont peu à peu apportées en complément dans l’alimentation du bébé.

La petite va à merveille, elle mange trois soupes par jour et tète dans les intervalles, elle est bien mieux depuis qu’elle est mieux nourrie (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Le sevrage a lieu à la mi-septembre (Marie a cinq mois), en suivant les conseils du médecin qui « prétend qu’une grosse mère comme cela n’a plus besoin de son tété ». A ce moment-là, le père est en voyage, ­ ce dont se plaint son épouse : « c’était bien dur de sevrer sans que tu sois là mon petit bien-aimé ». Bien dur aussi de se faire tirer le lait, de ne rien manger ni boire :

Je suis à une diète complète, on ne me permet de prendre quelque chose que lorsque je souffre trop de la faim, une goutte de lait et deux gouttes de bouillon, voilà pour une journée (Caroline Duméril-Mertzdorff à son époux, mi-septembre 1859)

Caroline pleure pendant deux jours, mais tout se passe bien, la « bonne petite » « ne demande pas », et reste « aussi charmante que possible » : elle « n’a jamais été mieux ».

« Chaque petit progrès fait plaisir »

  • Le regard attentif de la mère

Au XIXe siècle encore « les connaissances scientifiques sur la question du développement psychomoteur et intellectuel du bébé restent très embryonnaires » et ignorées des médecins et des parents remarque Catherine Rollet7. Mais les notations de Caroline traduisent une observation fine et attentive de son enfant :

nous la voyons prospérer chaque jour, ce qui nous cause une grande joie comme tu le comprends […] elle commence à regarder les personnes qui l’entourent et à les suivre de l’œil ; chaque petit progrès fait plaisir (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine, 12 mai 1859)

depuis quelques jours elle rit bien gentiment ce qui nous amuse beaucoup (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Ce qui m’enchante, c’est que figure-toi qu’elle me reconnaît depuis deux ou trois jours et demande à téter dès qu’elle me voit (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

Elle me reconnaît à merveille maintenant et fait mine de téter dès qu’elle me voit […] Elle a une force et une activité qui font plaisir à voir ; quand on lui donne les deux mains elle fait pour se lever des efforts qui sont curieux et elle parvient souvent à s’asseoir ce qui lui fait grand plaisir. Lorsqu’elle est réveillée ses bras et ses jambes ne sont pas une minute en repos (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

son intelligence se développe aussi ; elle nous reconnaît très bien son père et moi et a presque toujours un sourire prêt pour nous recevoir (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juillet 1859)

Mimi est à merveille et reprend bien bonne mine, je ne puis vous dire combien cette enfant me distrait et m’occupe, surtout maintenant que son intelligence se développe et qu’elle me reconnaît si bien, elle commence à vouloir prendre ce qu’elle voit et aussitôt elle le fourre dans sa bouche puis au moindre bruit elle tourne la tête pour voir d’où cela vient, enfin elle est bien gentille, ou du moins je la trouve bien gentille. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

Mlle Mimi a maintenant 7 mois passés, elle est si forte, si bien portante que c’est plaisir de la voir ; chaque jour amène un progrès dans sa petite intelligence, elle nous connaît à merveille son père et moi et nous tend les bras de loin, c’est une occupation et un bonheur pour nous tous que cette enfant. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle Latham, 23 novembre 1859)

Je crois que la chère petite s’aperçoit de ton absence, et lorsqu’on lui dit : où est papa elle cherche de tous côtés en tendant sa petite main pour te prendre. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son époux, 11 janvier 1860)

au reste elle a encore fait bien des progrès depuis votre départ et elle comprend maintenant tout ce qu’on dit. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 11 avril 1860)

  • une éducation « naturelle »

Il est proposé à la petite Marie Mertzdorff un modèle d’éducation imprégné de l’idéal rousseauiste, fait d’observation attentive de ses besoins, de vie au grand air, de bains à l’eau froide, de liberté laissée aux mouvements8. Cette éducation libérale, aussi éloignée du confinement et des langes traditionnels que de l’hygiénisme et des biberons à heures fixes que prôneront bientôt les médecins, donne l’impression iréniste d’une vie simple et libre. Ces pratiques sont en accord avec l’avis du « docteur Conraux » que l’on n’hésite pas à consulter :

Le docteur nous a ordonné de sortir le plus possible et nous passons 5 à 6 h au jardin par jour (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

M. Conraux dit que c’est une enfant extrêmement nerveuse et qu’il lui faut par-dessus tout le grand air, c’est heureusement ce que nous pouvons facilement lui donner et en abondance. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

Des présences affectueuses et attentives, des échanges verbaux dès le plus jeune âge, un père familier, du mouvement, pas de rigidité, semblent constituer l’environnement de Marie.

par ces chaleurs nous la laissons en liberté dans son berceau et elle en profite. Chaque jour on la lave de la tête aux pieds à l’eau froide. C’est un exercice qu’elle ne craint pas du tout, quoiqu’elle fasse de bien petits yeux quand l’éponge se promène sur sa figure (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

depuis qu’il fait un peu moins chaud, elle va beaucoup au jardin, sous la charmille où il y a de l’air et pas de vent. Tu me demandais l’autre jour quel était son costume par ces chaleurs ? il se compose en tout d’une chemise et d’une brassière et sur la tête un tout petit bonnet tricoté à jours sans rien dessus. Ses jambes et ses pieds sont toujours à l’air […] la légèreté de son costume lui permet de gigoter et de faire aller bras et jambes à son aise. Elle est bien gentille surtout avec son père qui en est un peu fou comme tu le penses bien ; pendant les repas elle est toujours dans son panier à côté de son père et ne cesse pas de le regarder et de lui rire et lui de son côté lui fait la conversation. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 18 juillet 1859)

  • L’éducation à la propreté

Cette liberté laissée au corps de l’enfant n’exclut pas une éducation précoce à la propreté. Et Marie est d’une étonnante précocité : à trois mois « elle commence à savoir ce que c’est que de faire pipi sur un pot » annonce sa mère, qui s’exclame : « c’est gentil n’est-ce pas ? » (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juillet 1859). Et à quatre mois :

elle devient propre depuis quelques jours au grand amusement de sa bonne-maman et de son papa, elle fait un petit grognement quand elle sent un petit besoin et il faut de suite la laisser se satisfaire ; hier en revenant, elle a demandé, on a arrêté la voiture et Mlle a arrosé la grand route ; presque tous les matins elle fait son petit caca sur le pot, c’est là que mon oncle aurait plaisir à commencer à lui apprendre sa gracieuse déclinaison de popo, popinette etc. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 5 août 1859)

Il est vrai que l’énurésie préoccupe le milieu médical qui, à la fin du siècle, y voit « un symptôme de dysfonctionnements », et produit une littérature abondante, souvent bien éloignée par son interventionnisme violent des gracieux « popo et popinette » de la famille Duméril9.

  • Les maladies du nourrisson

Caroline Duméril-Mertzdorff détailles ses occupations maternelles et les activités de son nourrisson. Mais les plus longs développements dans les lettres sont accordés aux problèmes de santé. Car, comme elle l’écrit à sa jeune cousine, « il est vrai qu’elle crie souvent aussi et qu’alors elle m’agite bien », avant de tranquilliser la jeune fille : « mais il n’y a pas de bouton de rose sans épine et ces épines-là, au moins tomberont » (Caroline Duméril-Mertzdorff à Isabelle Latham, 8 juin 1859). Voici des extraits de quelques-uns de ces épisodes « épineux »10 :

la pauvre petite en a bien souffert. Lundi, Mardi elle a tant crié que je me suis laissé aller à une grande inquiétude ce qui a encore troublé mon lait et les cacas sont devenus aussi verts que de la pistache et tout liquides ; en outre Mme Cornelli avait un abcès dans la bouche dont elle souffrait cruellement et il m’a justement fallu me passer d’elle pendant deux nuits. Enfin tout cela maintenant est fini et bien fini, je suis remise et baby aussi, du sirop de cachou lui a fait grand bien, les selles sont devenues bonnes et depuis deux jours elle est bien sage et bien tranquille (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Voilà une lettre commencée depuis 3 jours et qui a été interrompue par une indisposition de la petite qui m’a encore inquiétée, elle a eu un accès de fièvre de 24 heures […] Sa tête et ses mains étaient brûlantes et sans cesse elle s’étirait de toutes ses forces, levant les bras au-dessus de sa tête comme une personne extrêmement lasse (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11-14 juin 1859)

Je viens te raconter que nous avons eu hier bien de l’inquiétude pour notre pauvre chère petite qui heureusement est mieux depuis ce matin mais nous avons eu des moments bien pénibles. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 août 1859)

Suit un long développement sur l’agitation du bébé, ses soupirs qui deviennent des plaintes, son corps en feu, ses yeux très brillants, etc. Caroline termine sa lettre en marquant toute son inquiétude et, en bonne catholique, son recours habituel à la religion :

C’est terrible de voir souffrir un aussi petit enfant sans savoir où est le mal et je crois que c’est la plus grande angoisse que puissent supporter des parents, aussi ne peut-on pas assez remercier Dieu qui exauce vos prières et vous rend un petit être pour lequel on a tant d’amour.(Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 août 1859)

Et quatre jours plus tard, rassurée et rassurante :

Ce sont de tout à fait bonnes nouvelles que je viens te donner chère Maman ; notre petite est aussi bien que possible mais tu serais triste de voir sa pauvre petite figure si blanche et si tirée (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

***

Cette attention portée à « Mimi » par ses deux parents et tous les proches dessine les contours d’un nouveau modèle familial dans lequel le bébé a une place spécifique, particulière et individualisée11. La mère, appelée socialement à jouer un rôle central dans l’éducation de l’enfant, tisse dès les premières semaines un lien privilégié et fusionnel avec lui. La puériculture qui s’affirme comme science nouvelle à la fin du XIXe siècle traduit cette prise de conscience progressive du bébé. Proximité, tendresse, attention se disent dans les lettres et se montrent à travers comportements et attitudes :

Voilà qu’elle [Marie, 4 mois] commence à parler beaucoup et rien qu’à l’entendre Caroline devine ce qu’elle veut dire. (Léon Duméril, oncle de Marie, à ses parents, 29 août 1859)

Les dates offrent une image symbolique de cette fusion lorsque Caroline ajoute en post-scriptum :

Demain j’aurai 24 ans et Dimanche Mimi aura 1 an (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 11 avril 1860)

  1. Voir le billet « C’est une fille ! ». []
  2. Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine et amie Isabelle Latham, lettre du 8 juin 1859. []
  3. Catherine Rollet, Les Enfants au XIXe siècle, Hachette, 2001, p. 24. []
  4. Proverbe cité par Didier Lett et Marie-France Morel, Une histoire de l’allaitement, Éditions de La Martinière, 2006, p. 36. []
  5. Catherine Rollet, Op. cit., p. 33. []
  6. Voir le billet : « Sage-femme, garde et nourrice ». []
  7. C . Rollet, Op. cit, p. 37. []
  8. C . Rollet, Op. cit, p. 80-81. []
  9. C . Rollet, Op. cit, p. 41. []
  10. On pourra lire sur le site S’écrire au XIXe siècle l’intégralité de ces récits détaillés. []
  11. Un prochain billet devrait proposer d’autres récits épistolaires des relations avec le bébé au cours du XIXe siècle. []

Clémence

Il y a quelques jours, avant même que je me sois aperçue de sa disparition, une jeune femme m’a rapporté la carte bleue que j’avais perdue dans le métro. Elle s’appelle Clémence et j’ai voulu, sans autre justification que le plaisir de rappeler cet heureux dénouement, écrire un billet autour de ce prénom, cité dans quelques lettres du site1. « Les femmes n’ont pas de nom. Elles ont un prénom. Leur nom est un prêt transitoire, un signe instable, leur éphémère. Elles trouvent d’autres repères » écrit Marie Darrieussecq2. Comment se sont affirmées au monde les cinq Clémence mentionnées ? Cinq femmes au statut social différent : trois sont possiblement employées de maison et deux, grandes bourgeoises, épouses de notables.

Trois employées de maison

« Possiblement » ai-je écrit, car les positions ne sont pas toujours précisées et les circonstances ne donnent qu’une image très floue de la situation de ces femmes. Au sujet du personnel domestique des familles bourgeoises de l’entourage des Duméril et des Mertzdorff, les lettres sont peu prolixes. Des trois « Clémence », que peut-on deviner ? Elles sont d’une certaine façon reconnues, puisqu’elles sont désignées par leur prénom, même hors du foyer qui les emploie, et non par leur seule fonction (« la cuisinière », « la bonne »). Bien que ces familles se définissent par le statut de leur chef masculin, la présence des Clémence s’inscrit dans la proximité des femmes, épouses ou filles de la maison. Auprès de qui sont-elles mentionnées ?

  • Chez le sculpteur Charles Cordier en 1855 et 1856

Plutôt que de Charles Cordier, c’est à son épouse Félicie que Clémence semble attachée.

J’ai oublié de te dire que Clémence n’était pas arrivée comme elle l’avait annoncé, ce qui est fort heureux, puisqu’elle se serait trouvée chez Félicie au milieu de bien tristes scènes.  (12 septembre 1855, la jeune Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril)

La famille Cordier est alors attristée par la perte d’un enfant de quelques semaines. La présence de Clémence auprès de Félicie Cordier est encore notée l’année suivante (lettre du 31 août 1856). Présence juvénile sans doute, puisque qu’on veut lui éviter  « de bien tristes scènes » et possiblement mercenaire. Ou bien il pourrait s’agir d’une cousine de Félicie, de trois ans plus jeune qu’elle, et qui viendrait périodiquement la seconder.
Félicité Cordier, épouse depuis juillet 1851 du sculpteur Charles Cordier (1827-1905), est une parente des épistolières. Charles Cordier a quitté sa ville natale de Cambrai pour Paris, où il travaille dans l’atelier de Bougron puis de Rude. Il rencontre là un ancien esclave noir affranchi, modèle dont il fait un portrait exposé au Salon de 1848. C’est l’année de l’abolition de l’esclavage déclarée dans les colonies françaises et le point de départ de l’œuvre ethnographique de Cordier. « Toute race a sa beauté » écrit-il, et ses sculptures polychromes d’Asiatiques et d’Africains séduisent le public. Peut-être n’est-il pas présent auprès de sa famille et de Clémence au moment où ce prénom est cité : Charles Cordier parcours le monde, envoyé en missions ethnographiques (en Algérie en 1856), avant de s’installer à Nice puis, à partir de 1890, à Alger où il finit ses jours.

  • Chez l’industriel Duméril en 1873

Pour cette deuxième Clémence, pas de doute : il s’agit explicitement d’une (ancienne) employée. Louis Daniel Constant Duméril gère l’une des usines de son gendre en Alsace. Son épouse, « Bonne-maman », toujours active, toujours fragile, a rendu visite à une « ancienne bonne ». Une des formes du paternalisme qui se manifeste également par des dons de nourriture, de charbon, de vêtements à des ouvriers et employés âgés, à une époque où les retraites ne sont pas générales3.

Bonne-maman n’a pas très bonne mine, un rien la dérange, elle est excessivement maigre & elle était pâle. Elle attribue sa petite rechute, qu’elle dit enrayée, à son ancienne bonne Clémence qui est malade & a donné des inquiétudes, la voilà un peu mieux. (30 novembre 1873)

  • Chez le journaliste Henri Baudrillart en 1874

Dans cette lettre encore, seul un prénom mentionné donne existence à une personne : « nous ne voyons que Marthe Baudrillart et Mlle Clémence » (lettre du 21 avril 1874). « Mademoiselle » Clémence semble indiquer un statut particulier, peut-être celui de la bonne attachée à la petite Marthe (6 ans), plutôt que la bonne affectée à l’entretien de la maison. Une subtile hiérarchie fixe la place et les attributions de chacun et de chacune, et cloisonne fermement les gens de maison.
Henri Baudrillart (1821-1892) est économiste, enseignant et journaliste : rédacteur en chef du Journal des Économistes puis du Constitutionnel, tout en collaborant à la Revue des Deux Mondes et au Journal des Débats. Félicité Silvestre de Sacy, son épouse, la mère de la petite Marthe qu’accompagne Mademoiselle Clémence, appartient au même milieu que lui : son père, Ustazade Silvestre de Sacy fait comme son gendre partie de la rédaction du Journal des Débats, où il est critique littéraire tout en exerçant ses fonctions d’administrateur de la Bibliothèque Mazarine. C’est à ce monde-là qu’appartiennent les deux autres Clémence citées dans les lettres.

Deux épouses de notables

  • Marie Clémence Dumont de Sainte-Croix, épouse de René Primevère Lesson

Les Dumont sont mentionnés en tant que cousins éloignés des épistoliers. Juriste et naturaliste, Charles Dumont (1758-1830), qui prend le nom de Dumont de Sainte-Croix, travaille au ministère de la Justice et collabore avec Cuvier. Sa fille Marie Clémence épouse en 1827 René Primevère Lesson (1794-1849). Sorti de l’École de médecine navale, Lesson devient officier de santé civile et pharmacien ; naturaliste autant que médecin, il prend la charge du muséum d’histoire naturelle de Rochefort.

  • Clémence Balguérie-Stuttenberg, épouse d’Édouard de Boisgérard

Cette Clémence n’est pas une parente : elle fait partie des relations (lointaines) des épistoliers ; la rencontre se fait par voisinage, dans le nouveau quartier huppé de La Côte au Havre. Les Balguerie sont des négociants, armateurs, banquiers, plus ou moins engagés aux côtés du parti libéral sous la Restauration. Clémence Balguerie-Stuttenberg, née en 1812, est la fille de Pierre Balguerie (1778-1825) et de Sophie Stuttenberg (1791-1837). Elle épouse Édouard de Boisgérard (décédé en 1859), qui appartient au cercle des négociants protestants havrais. Ils ont une belle propriété (une « campagne charmante » écrit André Marie Constant Duméril), donnent des fêtes magnifiques et assistent aux régates, ces

réjouissances publiques dans lesquelles il y a assaut de courses en mer sur des chaloupes montées par des matelots très habiles de navires baleiniers. (2 juillet 1841, André Marie Constant Duméril à son épouse)

En 1842 Édouard de Boisgérard est président de la Société des Régates.

Le choix du prénom

Le prénom, qui identifie et assigne à l’enfant une place dans sa famille et dans sa communauté, veut imprimer une marque sur son avenir. Le choix du prénom, dans la société traditionnelle française, est encadré par l’Église : depuis le Concile de Trente elle préconise au baptême « un nom qui doit être celui de quelqu’un qui ait mérité, par l’excellence de sa piété et de sa fidélité pour Dieu, d’être mis au nombre des Saints, afin que, par la ressemblance du nom qu’il a avec lui, il puisse être excité davantage à imiter sa vertu et sa sainteté »4. La loi du 11 germinal An XI (2 avril 1803), tout en limitant les fantaisies des années révolutionnaires, stipule que seront acceptés par l’état-civil non seulement les prénoms qui figuraient dans les différents calendriers, mais aussi ceux des personnages de l’Histoire ancienne.

Le prénom Clémence conjugue la douceur de son étymologie avec la sainteté d’une veuve rhénane du XIIe siècle, retirée dans une abbaye bénédictine5. Le choix du prénom est déterminé par un faisceau de facteurs liés à l’époque historique, au lieu géographique, à la classe sociale, à l’héritage familial. Françoise Zonabend restitue au donateur (traditionnellement le parrain), sa part de liberté car le prénom qu’il choisit dans ce cadre contraint évoquerait aussi pour lui, écrit-elle, « des réminiscences culturelles, personnelles, qui n’ont rien à voir avec la signification originelle du prénom »6.

  1. Le substantif « clémence » n’apparaît pas dans les lettres. []
  2. Marie Darrieussecq, Être ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker, POL Éditeur, 2016. []
  3. Les retraites ouvrières et paysannes telles que nous les connaissons sont créées en 1910. []
  4. Prescription du catéchisme du Concile de Trente, citée par Jacques Dupâquier dans l’ouvrage collectif Le Prénom : mode et histoire, Éditions de l’EHESS, 1984, p. 5. []
  5. Nadine Cretin, Dictionnaire des prénoms de France : histoire, terroirs et régions, Bible, mythologies, saints, botanique, localités, géographie, Perrin, 2006, p. 132. []
  6. Le Prénom : mode et histoire, op. cit., p. 25. []

Sage-femme, garde et nourrice

Dans un précédent billet, « C’est une fille », nous annoncions la naissance, le 15 avril 1859, de Marie Mertzdorff au foyer de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff. Autour du bébé s’empressent ses parents et ses grands-mères : la mère de Caroline, venue de Paris, s’installe en Alsace pour deux mois dans une chambre si près de sa fille qu’elle « l’entendra respirer » (lettre du 11 mars 1859). Au cercle familial et au personnel habituellement employé par cet industriel aisé s’ajoutent pour l’occasion une sage-femme et une nourrice. On se préoccupe dès avant la naissance de ces auxiliaires importantes qui accompagnent les débuts dans la vie de la petite Marie.

Prévoir

La recherche d’une sage-femme, qui « accouche et soigne » mobilise un réseau d’amis et le médecin de la ville proche (Thann), François Joseph Conraux (1817-1882) :

tu sais que la sage-femme que j’aurai et dont M. Conraux nous a beaucoup fait l’éloge hier, nous disant que nous pouvions avoir toute confiance en elle, a accouché et soigné Mme Mertiau et toute sa famille ; nous voudrions donc bien avoir des renseignements positifs sur cette femme et savoir médicalement ce qu’en pensait le grand-père de Mme Mertiau qui était médecin ; maintenant veux-tu bien nous rendre le service de prendre ces informations, soit en écrivant à Mme Fröhlich ou directement à Mme M. ou bien Charles [le futur père] a encore eu une autre idée, voudrais-tu aller toi-même à Montataire y passer une journée et causer avec Mme Mertiau. Fais là-dessus ce que tu voudras, ma chère maman et en tous cas nous te remercions bien. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Imprégnée d’idées rousseauistes Caroline compte nourrir son enfant au sein mais prévoit le cas où cela lui serait impossible :

Nous avons une nourrice d’arrêtée, qui ne viendra, bien entendu que si nous en avons besoin ; nous lui donnerons 40 F si j’ai le bonheur de pouvoir nourrir et ce sont 40 F qui me feront bien plaisir à donner. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

Il semble également qu’une « garde » a été engagée, dont la présence n’est mentionnée qu’au moment de son départ :

Je vois avec regret que tu as perdu ta garde, car j’espère bien que tu ne la reprendras pas après qu’elle a été dans cette maison Berger où règne la scarlatine (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Ce conseil de prudence est répété par parents et amis.

Nourrir

Les médecins incitent les mères à donner le sein à leurs nourrissons. Caroline et son entourage, proches du milieu médical, sont partisans de l’allaitement maternel :

continue comme tu as commencé, jeune mère, & tâche qu’en Septembre je te trouve grasse nourrice. Ton père affectionné (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

Dans les mois qui suivent, les choix de la maman sont conformes aux prescriptions les plus progressistes : à la fin du XIXe siècle, « les médecins recommandent le sevrage progressif avec passage du lait de la mère à l’introduction d’un ou de deux biberons, puis d’autres nourritures comme bouillie, panade légère, soupe légère aussi… jusqu’à ce que l’enfant ne tète plus le sein »1. Ils ne sont pas encore, comme ils le seront quelques décennies plus tard, adeptes des horaires fixes pour les repas.

La petite va à merveille, elle mange trois soupes par jour et tète dans les intervalles, elle est bien mieux depuis qu’elle est mieux nourrie, la pauvre enfant souffrait de la faim (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 juin 1859)

Elle me reconnaît à merveille maintenant et fait mine de téter dès qu’elle me voit ; [ ] elle est moins affamée maintenant ce qui nous fait croire que mon lait est devenu plus nourrissant, elle mange deux soupes au plus et souvent avec de grandes difficultés (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 30 juin-1er juillet 1859)

L’expertise médicale est une fois de plus sollicitée, au moment important du retour des règles. Le docteur Conraux est présent pour guider la maman : pour les médecins depuis le XVIIIsiècle, les règles ne sont pas incompatibles avec l’allaitement. Mais les croyances anciennes perdurent…

Hier déjà je voulais t’écrire et j’en ai été empêchée par une nouvelle préoccupation ; figure-toi qu’en me levant je me suis aperçue que j’avais mes règles ; justement le matin à 6 h Charles était parti avec maman pour Colmar, et tu juges combien j’étais inquiète et effrayée ; j’avais entendu dire que lorsqu’une semblable choses arrivait à une femme, elle devait sevrer et cette idée me bouleversait car donner à téter à Mimi est une de mes plus grandes joies ; à midi ne sachant que faire la petite étant si triste de ne rien avoir, j’ai envoyé Mme Cornelli chez M. Conraux qui m’a fait complètement rassurer, me disant qu’il avait vu maintes fois des cas semblables non seulement chez des mères mais chez des nourrices que l’on avait pourtant gardées sans que les enfants en souffrissent et que la nourrice de son petit garçon avait été de même. Ainsi rassurée je me suis d’abord fait téter par un enfant plus âgé, puis ensuite par ma petite mais voilà qu’en moins de 10 minutes elle avait tout rendu par haut et par bas et la même chose était arrivée à l’autre enfant, j’ai alors fait chercher M. Conraux mais il faut vous dire que le matin à l’idée de sevrer j’avais eu un très violent chagrin et que j’avais énormément pleuré étant d’autant plus triste que Charles n’était pas là. C’est à ce chagrin et à ces larmes que M. Conraux a attribué ce lait indigeste qu’avait pris la petite et l’ayant trouvée parfaitement bien du reste il m’a tout à fait engagée à lui redonner à téter ; cette fois, en effet elle a bien digéré et s’est endormie à 6 h pour ne se réveiller qu’à 10 h 1/2 alors elle a mangé sa soupe et s’est rendormie jusqu’à 5 h dans la matinée elle vient de téter et de manger sa soupe et quoiqu’elle ait eu deux selles son estomac paraît très bien, M. Conraux vient de venir et m’a répété que je ne dois m’agiter en aucune manière qu’il y a eu beaucoup de travaux faits sur ce sujet et que l’analyse prouve que le lait dans cette circonstance contient moins de matières nourrissantes mais ne renferme rien de nuisible pour l’enfant. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 6 septembre 1859)

Comme le note Catherine Rollet2, « l’intensité de l’émotion de la mère à l’idée de devoir sevrer brutalement son bébé, l’épisode vraiment extraordinaire de l’essai chez l’enfant plus âgé, la brutalité des réactions des deux bébés, tous ces faits font réfléchir sur l’extrême sensibilité de la mère aux croyances, sur l’intensité du plaisir et du lien créé par l’allaitement, sur la rapidité des réactions des bébés par rapport aux changements, etc. »

Pour Caroline Duméril-Mertzdorff, le sevrage bien que progressif et choisi3 pose quelques problèmes. Cinq mois après la naissance du bébé, elle doit s’adapter à un nouveau régime alimentaire et à de nouvelles relations avec son enfant.

Figure-toi que ces deux jours j’ai pleuré parce qu’on ne voulait pas que je t’écrive ce qui se passait à la maison, et moi, tu le sais, quand je ne puis pas tout te dire j’ai un poids sur le cœur. Enfin, chéri, tu trouves que j’ai bien fait, n’est-ce pas de sevrer Mimi, figure-toi qu’elle n’a pas demandé une fois, hier elle a vu Mme Cornelli me tirer le lait, cela l’a beaucoup fait rire ; enfin cette bonne petite est aussi charmante que possible. Moi aujourd’hui je suis mieux, d’abord Mercredi j’ai beaucoup souffert de coliques c’est ce qui m’a décidée à faire chercher M. Conraux. Mais c’était bien dur de sevrer sans que tu sois là mon petit bien-aimé. Je suis à une diète complète, on ne me permet de prendre quelque chose que lorsque je souffre trop de la faim, une goutte de lait et deux gouttes de bouillon, voilà pour une journée ; ce matin je suis au lit mais je suis bien soulagée car mon lait coule [ ] Monsieur Conraux prétend qu’une grosse mère comme cela n’a plus besoin de son tété. Il m’a trouvée très maigre, mais il m’assure que dans un mois on ne me reconnaîtra plus ; il croit que ce dérangement d’entrailles était aussi une indication que je devais sevrer. (Caroline Duméril- Mertzdorff à son mari, en voyage en Suisse, mi-septembre 1859)

Se faire aider

Les soins quotidiens, l’allaitement à la demande et la compagnie du bébé apportent à la jeune mère une plénitude certaine mais dévorent son temps. Et la surveillance diurne et nocturne, la réponse à apporter aux incidents qui marquent les premiers mois d’une petite existence fragile nécessitent, pour les femmes de la bourgeoisie aisée, des aides mercenaires.

si je ne vous écris pas plus fréquemment, ce n’est vraiment pas la bonne volonté qui me manque mais dans tout ce que j’ai à faire, je suis entravée par baby, car tantôt il faut lui donner à boire, tantôt il faut l’admirer pendant qu’elle dort, ou bien aider à faire sa toilette ou bien à lui donner son bain ou lui faire sa soupe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 11 juin 1859)

La petite est très sage la nuit maintenant et ne se réveille qu’une fois entre 10 h du soir et 5 h du matin.(Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, début juillet 1859)

Mais Caroline ne saurait se passer d’aide et son père s’inquiète : 

Comment comptes-tu t’arranger pour les domestiques ? prendras-tu une bonne spéciale pour l’enfant, ou est-ce la femme de chambre qui doit s’en occuper ? cela me paraîtrait difficile & t’exposerait à bien de la fatigue : voilà 18 jours que tu es accouchée ; au bout de combien de temps te laissera-t-on marcher ? Est-ce au bout de 3 semaines, dans la maison, & d’un mois, dehors ? (Louis Daniel Constant Duméril à sa fille Caroline, 3 mai 1859)

La silhouette d’une des personnes qui aident apparaît de façon récurrente : celle de Mme Cornelli. Sur elle, je n’ai pas trouvé d’autres éléments biographiques que ceux mentionnés dans les lettres. Elle est très présente auprès de la mère et de la petite Marie Mertzdorff (née le 15 avril) jusqu’au mois de septembre (une lettre du 19 septembre annonce son départ). Le prestige de cette bonne d’enfant est manifeste ; elle est désignée par son nom (et non par son prénom ou sa fonction) et l’on se préoccupe de cadeaux lorsqu’elle quitte la famille (celui offert par la grand-mère est mentionné) :

Pour le cadeau de Mme Cornelli, ce qui lui ferait plaisir ce serait une livre de prières allemand, le sien qui était dans le fourneau de la grande salle à manger a été brûlé, Charles se charge de cet achat à Mulhouse où il y a un grand choix et tu seras censée l’apporter. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

Cette dame supplée la maman de jour comme de nuit :

Mme Cornelli restera encore pendant ces journées où nous serons en famille et où je ne pourrai pas être constamment avec la petite.(Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

je t’assure que j’ai été bien en l’air et bien occupée tous ces temps-ci ; [depuis] le départ de Mme Cornelli, j’ai Mimi toute seule la nuit maintenant (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

j’ai repris toutes mes occupations domestiques aussi ma journée a-t-elle été bien remplie d’autant plus que cette pauvre Mme Cornelli est toute souffrante d’une affreuse fluxion qui l’a forcée à se coucher dans le jour et je viens de soigner la petite pendant plus de deux heures et figure-toi que je suis si sotte que tout en elle m’effraye et j’ai toujours besoin de cette bonne Mme Cornelli pour me rassurer tantôt sur un vomissement, tantôt sur un caca, tantôt sur des cris que je ne puis m’expliquer ; l’existence d’un petit être comme cela me parait si merveilleuse que je puis à peine y croire. (Caroline Duméril-Mertzdorff à son père, 22 mai 1859)

Responsabilités délicates et tâches harassantes que celles de cette dame de compagnie de la mère et de l’enfant, qui se doit d’être toujours disponible. Ses mérites sont reconnus, elle est appréciée par Caroline et par son mari :

Je suis toujours très heureuse d’avoir Mme Cornelli ; sans cela je m’inquiéterais plus encore et me fatiguerais je crois beaucoup. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 28 mai 1859)

Cette bonne Mme Cornelli avec son attachement et son dévouement à la petite nous a été bien précieuse. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 15 août 1859)

Mme Cornelli la soigne si bien et avec tant d’entendement que Caroline se trouve entièrement soulagée. (ajout de Charles Mertzdorff à une lettre de son épouse, 13 août 1859)

***

Mme Cornelli remplit son rôle jusqu’au bout en trouvant une autre femme pour lui succéder et prendre la relève :

Je te dirai que j’ai une bonne arrêtée, c’est Mme Cornelli qui me la procure, elle a 32 ans et a servi 12 ans chez les parents de Mme Mertiau, ce qui est une bien bonne note ; elle n’est point du tout coquette, mais bien propre et comme il faut ; elle coud parfaitement, repasse et sert à table ce qui pourra m’être une grande ressource, car je t’assure que notre ménage est considérable et qu’il y a beaucoup à faire ; enfin j’espère être satisfaite de cette Cécile ; elle entrera chez nous le 8 [septembre]. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 26 août 1859)

J’ai ma nouvelle bonne depuis Jeudi, je crois qu’elle fera bien mon affaire, seulement la petite est encore très sauvage avec elle mais cela se fera, c’est une très bonne ouvrière qui travaille très vite je pense que son ensemble vous plaira. (Caroline Duméril-Mertzdorff à ses parents, 13 septembre 1859)

Les relations évoluent rapidement :

Mimi va bien [ ] Elle aime beaucoup sa bonne qui est vraiment très bien et me donne de la tranquillité. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 23 septembre 1859)

De Mme Cornelli il ne sera plus question dans les lettres conservées, même au moment de la naissance du deuxième enfant en 1861. En revanche Cécile sera amenée dans les années suivantes à tenir une place centrale auprès des deux enfants.

  1. Catherine Rollet, « L’expérience des mères et des pères à travers quelques écrits : du sevrage forcé au sevrage choisi au tournant du XXe siècle en France », Devenir, volume 27, numéro 2, 2015, pp. 101-126. []
  2. Catherine Rollet, id, p. 112. []
  3. Le sevrage s’impose de fait aux femmes salariées qui ne bénéficient que tardivement d’un congé de quelques semaines après l’accouchement. []

Les hauts et les bas d’un entrepreneur : Émile Langjahr

Les auteurs des lettres mises sur le site S’écrire au XIXe siècle « écrivent bien » : ils maîtrisent la langue française, son orthographe et sa syntaxe. Mais leur graphie se laisse parfois difficilement déchiffrer et les plus diplômés ne sont pas les meilleurs calligraphes : l’écriture d’un polytechnicien demande plus d’efforts de lecture que celle d’une jeune fille éduquée à la maison. L’interprétation des mots se révèle délicate lorsque des noms propres sont cités. Le choix que nous avons fait de créer un index des personnes citées oblige à reconnaître ce nom propre, à le restituer correctement. Pour identifier la personne, nous sommes amenées à faire des recherches, allant un peu au hasard, en tâtonnant, à travers états civils et généalogies, tamisant une multitude de sites et de textes mis en ligne pour retenir des fragments d’information.

Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917
Lettre de Guy de Place à son chargé d’affaires en Alsace, 5 décembre 1917

Hertzog. De la lettre Langjahr il semble résulter que cette maison n’a pas encore pris livraison des pièces alors que M. Hochstetter semble dire que les pièces ont été livrées. (Guy de Place à son chargé d’affaires, 5 décembre 1917)

C’est ainsi que, cherchant à m’assurer de l’orthographe de ce nom, Langjahr, qui ne m’est pas familier, j’ai pu lire des extraits de la thèse de Jérôme Rojon sur L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-19141 et reconstituer les hauts et les bas de la carrière d’un entrepreneur.

Une succession de déboires

Émile Langjahr est né à Munster (Haut-Rhin) le 6 septembre 1849. Il est le fils de Gottlob Frédéric Langjahr, chapelier puis entrepreneur de construction (vers 1817-1883), et de Madeleine Hanss (née en 1818). Il fait des études à l’École d’ingénieurs des industries textiles de Mulhouse (promotion 1866) puis se lance dans l’industrie.

Le verdict de Jérôme Rojon est sévère : « Le destin d’Émile Langjahr est ponctué d’échecs (au moins avant 1890) ». Pourtant, il a acquis auprès de son père « des dispositions entrepreneuriales » et épousé une demoiselle Jandin, héritière de la maison lyonnaise Jandin & Duval. Mais si son père, artisan ou « micro-entrepreneur », lui fournit savoirs et expériences, il ne lui donne pas d’aide financière : « il ne lui fait aucune donation lors de son mariage » et « ne laisse aucun bien à son décès ». Et si Émile Langjahr bénéficie du poste de directeur de l’usine Jandin & Duval de Vizille qui fabrique des foulards imprimés, le décès de son beau-père le pousse à partir fonder sa propre entreprise : « son installation comme façonnier ressemble à un exil voulu par sa belle-famille » remarque Jérôme Rojon.

Les déboires se succèdent : il doit abandonner l’usine de Saint-Genis-l’Argentière (Rhône) louée en 1880 car « l’affaire tourne court et se solde par un désastre financier pour les associés à la fin de l’année 1884 » ; il doit vendre cette année-là aussi un tissage de soieries qu’il possède à Lyon ; l’usine de tissage qu’il rachète en1885, à Voiron en Isère (où le coût de la main d’œuvre est moindre) ne « survit que quelques mois avant de s’écrouler » et « comme beaucoup d’autres » disparaît.

Sans indulgence, Jérôme Rojon conclut : « Avec cette succession de déboires, il lui est désormais difficile d’inspirer confiance : son crédit et sa réputation sont durablement atteints dans la région lyonnaise. » La vie professionnelle d’Émile Langjahr n’est cependant pas terminée.

Une belle fin de carrière ?

Le site des tissages de soieries Coudurier, Fructus & Descher2 montre, lui, la réussite d’Émile Langjahr au XXsiècle, non certes comme patron, mais comme salarié.

Après la guerre, Émile Langjahr quitte l’usine textile créée par Antoine Hertzog (cet Herzog mentionné dans la lettre reproduite ci-dessus) et devient fondé de pouvoir de la Société Lyon-Alsace. À ce titre, il entreprend en 1920 la construction d’une usine de tissage de soieries (Coudurier, Fructus & Descher) à Wintzenheim (Haut-Rhin). En quelques mois le bâtiment est hors d’eau, les machines et métiers à tisser installés et de nombreux ouvriers et ouvrières de la région embauchés. Il reste dans cette entreprise que l’on dit prospère jusqu’à sa retraite, fin 1924.

***

Pour orthographier correctement le nom d’une personne, on se lance sur ses traces et parfois, plus par curiosité que par stricte nécessité, on poursuit les recherches, tout au plaisir de découvrir des filiations, des réseaux, des domaines d’activités, des destins familiaux : par exemple les hauts et les bas d’un petit entrepreneur du textile autour de 1900.

  1. Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile, fin XVIIIe siècle-1914, Lyon-2, 2007 [http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2007/rojon_j]. Les citations sont tirées de cette thèse. []
  2. Le site « JAZ » de Wintzenheim : Les tissages Coudurier, Fructus & Descher (CFD) et le Tissage de Wintzenheim [http://www.calixo.net/~knarf/fructus/fructus.htm]. []

La Fayette après l’Hermione

Clin d’œil à l’actualité, au moment où l’Hermione accoste en Amérique et se dirige vers la baie de New York. Une grande parade navale est prévue le 4 juillet, jour de l’indépendance américaine, au pied de la statue de la Liberté. La réplique de la frégate de La Fayette, construite sur le chantier naval de Rochefort, participe ainsi aux commémorations de l’expédition  qui en 1780 apporta le soutien de la France aux insurgés américains.
Le nom de La Fayette apparaît dans la liste des personnes citées dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle (les lettres de la famille Duméril, Mertzdorff, Froissart). Non pas le héros fêté ces jours-ci, mais son petit-fils. À quelle occasion un La Fayette est-il mentionné au début des années 1830 par un jeune bourgeois parisien ? Et d’abord, qui est ce jeune La Fayette ?

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette (1815-1881)

Ce jeune homme (il a 15 ans en 1830) est le fils de Georges Louis Gilbert Washington du Motier1 de La Fayette (1779-1849), officier militaire, parlementaire (député dans l’opposition libérale sous Louis-Philippe) ; il est le petit-fils de Gilbert Du Motier de La Fayette (1757-1834), héros de la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique où il est arrivé sur l’Hermione.

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette entre à l’École polytechnique en 1833. Officier d’artillerie, il fait plusieurs campagnes en Afrique avant d’être élu député de Seine-et-Marne (gauche modérée) de 1846 à 1851. Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il donne sa démission d’officier d’artillerie et se tient à l’écart des affaires. Il est de nouveau élu député de Seine-et-Marne (gauche républicaine) de 1871 à 1875 ; il entre alors au Sénat. Une quinzaine de rapports auxquels il a participé sont publiés entre 1871 et 1880.

Duméril et La Fayette

Oscar Thomas Gilbert Du Motier de Lafayette est le condisciple d’Auguste Duméril et de son cousin Henri Delaroche à la pension de M. Morin à Fontenay-aux-Roses. Cette institution enseigne à la fois les matières classiques et scientifiques (botanique, chimie, physique, histoire, dessin, géographie, une langue vivante), avec des méthodes pédagogiques originales, qui respectent les rythmes des élèves et laissent une large place à l’expression orale. Cette atmosphère studieuse et ludique doit être favorable aux amitiés, puisque des années après avoir quitté l’établissement les anciens élèves conservent des  relations :

J’ai revu aussi quelquefois Lafayette : il est chez un professeur de mathématiques, qui a quelques jeunes gens chez lui ; il ne va au collège que le matin (St Louis) : il couche chez ce maître, mais, vers cinq heures, il va dîner chez lui, et revient le soir à huit heures. Jamais il ne découche. Il ne me semble pas dans une position très agréable : c’est l’après-dîner que j’aime le mieux, et il me coûterait, il me semble, de partir ainsi, une heure ou deux, après le repas. (Auguste Duméril à son cousin germain Henri Delaroche au Havre, 21 janvier 1831)

Les cousins suivent la scolarité de leur ancien condisciple :

 Je n’ai pas vu Lafayette, depuis l’année dernière, mais j’ai su par Carraby qu’il redouble sa rhétorique, sous M. Gibon, que les élèves trouvent, ainsi que nous, l’année dernière, terriblement froid. J’ai su aussi, par Mme Comte, qu’il avait fait partir de la poudre à Fontenay, et qu’il en avait reçu dans le visage : il a été malade assez longtemps, à cause de cela ; il avait une partie du visage en suppuration ; mais je crois qu’il n’est resté aucune trace, ou, du moins, fort peu. (Auguste Duméril à son Henri Delaroche , 17 février 1831)

Si la fossette et les yeux bleus de La Fayette sont signalés en 1833 sur sa fiche d’entrée à l’École Polytechnique, aucune « marque apparente » n’apparaît alors sur son visage.

J’ai été, il y a à peu près un mois, à un bal de souscription pour lequel ton père avait eu la bonté de me donner un billet, et j’y ai vu plusieurs anciens élèves : c’étaient de Janzé aîné, Deserres, je ne sais si tu te le rappelles, Lafayette, qui, par parenthèse ne déjeune plus chez le même restaurateur que moi, et Allard, dont la taille nous frappait tant, autrefois, mais que je dépasse un peu, maintenant, ce qui m’a bien étonné. Tous ces jeunes gens m’ont demandé de tes nouvelles. (Auguste Duméril à Henri Delaroche, 12 avril 1832)

Des relations entre Duméril et La Fayette ne subsistent dans les lettres que quelques traces d’une sociabilité adolescente. Que se disaient le fils du savant (André Marie Constant Duméril, médecin et biologiste), futur savant lui-même, et le petit-fils du héros, futur officier et homme politique, lorsqu’ils suivaient le même enseignement puis lorsqu’ils déjeunaient chez le même restaurateur ? Les lettres ne le disent pas.

 

  1. Le patronyme peut aussi s’écrire « Mottier ». []

Duméril dans Le Monde

Le site S’écrire au XIXe siècle publie la correspondance familiale des descendants du médecin et naturaliste André Marie Constant Duméril (1774-1860). Le nom de ce savant, membre de l’Académie des sciences de l’Institut de France, est gravé sur la façade du Muséum d’histoire naturelle de Paris, son buste (parmi beaucoup d’autres) orne l’extérieur de la galerie de paléontologie (rue Buffon) et, non loin de là, une rue porte son nom depuis 1865. Son fils Auguste Duméril, qui lui a succédé au Muséum, reste moins reconnu par la postérité.

Buste d’André Marie Constant Duméril, Galerie de paléontologie du Muséum (Paris) © M.N.H.N. - Bernard FAYE
Buste d’André Marie Constant Duméril, Galerie de paléontologie du Muséum (Paris) © M.N.H.N. – Bernard FAYE

Cependant, malgré ces marques de notoriété, André Marie Constant Duméril n’est pas considéré comme une figure de proue de la science française, et le voir cité attire toujours l’attention de celles et ceux qui ont travaillé sur ses écrits – et suscite ce petit billet de connivence.

Dans Le Monde du 11 février 2015, un article d’Hervé Morin sur « un serpent corail au venin épileptogène » rappelle que cet animal « est né à la science dans l’Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des reptiles1, rédigée entre 1834 et 1854 par André-Marie-Constant Duméril, son fils Auguste et son assistant Gabriel Bibron, tous zoologues au Muséum national d’histoire naturelle, à Paris ». Et si l’ouvrage du XIXe siècle est peu disert sur le mœurs de ce serpent qui se cache dans les sous-bois tropicaux, « on n’en sait guère plus aujourd’hui sur son mode de vie » précise le journaliste.

André Marie Constant Duméril occupe au Muséum la chaire d’herpétologie et d’ichtyologie. L’ichtyologie étudie les poissons2 et l’herpétologie (ou erpétologie, terme admis, quoique moins correct, par l’Académie selon Littré) les amphibiens. Sourd aux découvertes faites par des savants proches de lui comme Alexandre Brongniart ou Pierre André Latreille, découvertes confirmées depuis par les modes modernes de classement des êtres vivants, Duméril maintient les amphibiens parmi les « reptiles ».

***

André Marie Constant Duméril s’est également intéressé aux insectes. C’est d’ailleurs l’ouvrage sur ce sujet3 qu’il offre à l’empereur Napoléon III en 1860 pour accompagner sa demande d’une pension4.

Erpétologie générale de Duméril et Bibron (numérisation BNF)
Erpétologie générale de Duméril et Bibron (numérisation BNF)

 

  1. Erpétologie générale, ou Histoire naturelle complète des reptiles, par A.-M.-C. Duméril et G. Bibron, Paris, Roret, 1834 – 1854, 11 volumes In-8, dont 1 de planches (numérisation BNF). Duméril publie également en 1834 : Herpétologie, ou Histoire naturelle des reptiles, d’après G. Cuvier, In-12, 100 pages, dont une seconde édition paraît la même année. []
  2. André Marie Constant Duméril publie en 1856 chez Firmin-Didot : Ichthyologie analytique, ou Essai d’une classification naturelle des poissons, à l’aide de tableaux synoptiques, un In-4° de plus de 500 pages. []
  3. Entomologie analytique. Histoire générale, classification naturelle et méthodique des insectes, 1860, Paris, impr. de Firmin-Didot, 2 volumes In-4. []
  4. Voir le billet « Partir en retraite ». []

Sur les traces de Mademoiselle Rath

Pour le site « S’écrire au XIXe siècle », le choix a été fait de proposer un index des personnes citées dans les lettres1. L’édition électronique permet, idéalement, d’associer à chaque nom qui apparaît des éléments biographiques accessibles d’un simple clic. Ainsi se multiplient les liens entre le texte d’un épistolier et les acteurs interpellés, auxquels les micro-biographies, qui aident à mieux lire le texte, donnent une nouvelle dimension. Le temps se déploie, réveillant des échos entre l’instant d’une lettre et la chronologie de toute une vie ; des perspectives et des réseaux se dessinent, une dynamique d’interrelations mouvantes devient visible. Identifier les personnes conduit parfois sur des chemins inattendus. C’est ce qui c’est produit avec Mademoiselle Rath.

Mademoiselle Rath, une cousine

  • En trente ans, entre 1814 et 1843, quatre lettres, écrites par quatre correspondants différents, mentionnent Mlle Rath. Mais les indices épistolaires sont maigres :

 Nous avons eu entre hier et aujourd’hui des lettres de Mlle Carondelet, de Cécile, de Mlle Rath, toutes contiennent de bonnes nouvelles. (Alphonsine Delaroche à son mari André Marie Constant Duméril, 20 octobre 1814)

Le frère d’Alphonsine Delaroche :

Je sais que Mlle Rath est à Paris. J’ai reçu un petit mot d’elle & j’attendais pour lui écrire le départ d’un navire que les vents d’Ouest retiennent dans le port. (Michel Delaroche, au Havre, à son neveu Duméril, 11 décembre 1833)

C’est à l’occasion du mariage d’Auguste Duméril avec sa cousine Eugénie Duméril que quelques renseignements supplémentaires sont fournis, et d’abord qu’il s’agit d’une parente :

Ma mère [Alphonsine Delaroche] a reçu, il y a quelques semaines, une lettre d’une de nos parentes que nous aimons beaucoup : Mlle Rath, que votre père a connu autrefois. Elle nous conserve une chaude affection, et elle prend grand intérêt à la nouvelle de mon mariage, qui doit, suivant son expression, accroître notre bonheur de famille. Vous entendrez souvent parler d’elle, et apprendrez à la connaître, et à lui porter comme nous un vif attachement. (Auguste Duméril à sa cousine et fiancée, 28 mars 1843)

Sa fiancée lui répond, elle « avai[t] entendu parler de Mlle Rath » au moment du mariage de son propre frère, en 1841 (lettre du 3 avril 1843).

Alphonsine Delaroche-Duméril et Mlle Rath sont donc parentes. On découvre en effet qu’elles ont un ancêtre commun, Abraham Rath (1620-1702), maître boulanger à Nîmes. Les descendants du premier mariage de celui-ci (dont Jean Louis Rath, marchand horloger, père de Mlle Rath) se retrouvent à Genève, négociants, marchands, artisans. Les descendants du second mariage (dont Marie Castanet, la mère d’Alphonsine Delaroche), à Lyon (négociants) puis à Genève.

  • Un carnet laissé par Auguste Duméril, chronologie des événements de sa vie entre 1843 et 18702 donne des éléments qui permettent de poursuivre les recherches. Il note :

1er Juillet 1844 : « Mlle Rath part pour Genève après un séjour d’un mois à Paris où elle n’était pas venue depuis 7 ans. »

24 novembre 1856 : «  Mort de notre cousine, Mlle Rath. »

Sur les traces de Mlle Rath

Les deux éléments, « famille Rath » et « Genève » pointent immédiatement sur le musée Rath de Genève, « le premier musée des beaux-arts de Suisse », qui porte le nom de son mécène. Simon Rath (1766-1819), revenu à Genève après une carrière militaire, laisse sa fortune à ses deux sœurs avec la promesse qu’elles l’utiliseront pour leur pays. Fidèles au vœu de leur frère, elles offrent au gouvernement genevois une somme qui finance un musée des beaux-arts. Le musée est ouvert au public en 1826.

Il y aurait donc deux demoiselles Rath ? Quelle est celle dont parlent les lettres ? Commodité de l’Internet et des courriels, des contacts sont faciles à établir. Le centre de documentation du département des beaux-arts de Genève, sollicité, fait des recherches : si l’une des deux sœurs « est assez bien documentée », les dates de naissance et de décès de l’autre, très proches de celles de sa sœur, suscitent « de gros doutes quant à leur fiabilité ». Je suis alors orientée vers les archives d’État et les archives de la Ville de Genève. Puisant à plusieurs sources3, ces services me transmettent en particulier un renseignement décisif : Jeanne Françoise Rath, l’aînée, est décédée en 1831. Donc Mlle Rath, celle des lettres Duméril, est la plus jeune sœur, Jeanne Henriette, née le 12 mai 1773, décédée le 24 novembre 1856. Mes divers interlocuteurs et interlocutrices genevois fournissent gracieusement références et photocopies de notices qui permettent de découvrir Henriette Rath4.

Henriette Rath, une artiste

Henriette Rath, mécène, est aussi une artiste. L’incontournable Bénézit5 la présente comme « peintre de portraits et d’émaux, miniaturiste », « élève d’Isabey », ayant figuré au Salon en 1799, 1801 et 1810 « avec des portraits et des miniatures » ; la fondation du musée genevois est également mentionnée.

Une notice rédigée par Fabienne Xavière Sturm en 1998 pour l’Institut suisse pour l’étude de l’art (ISEA) précise qu’après des études de dessin dans la classe de Renée Sarasin-Bordier à Genève, Jeanne Henriette Rath se rend à Paris en 1798 (elle a 25 ans). Là, « le grand maître de la miniature Jean-Baptiste Isabey la prend comme élève ». Sensible à « la virtuosité et [à] l’audace » de la jeune artiste, Isabey lui confie des portraits et des copies, et reconnaît son excellence en l’introduisant auprès de sa clientèle, en particulier la famille impériale russe ». De retour à Genève, elle s’occupe avec d’autres femmes peintres de l’Académie de jeunes filles de la Société des arts. Jeanne Henriette Rath voyage : en Russie auprès de son frère (1810), à Berne (1813), en Italie (1815). Les portraits qu’elle exécute avec une grande finesse manifestent « acuité de regard », « attention sensible » aux modèles et une certaine « mélancolie ». F. X. Sturm voit en J. H. Rath « une figure de l’intelligentsia genevoise », « une femme indépendante, fortunée et engagée, luttant jusqu’à l’épuisement pour faire avancer la cause de l’art et du patrimoine ».

On aimerait lire les lettres échangées entre Henriette Rath et Alphonsine Delaroche-Duméril et on peut rêver aux désirs que la vie créatrice et indépendante de l’artiste a fait naître (ou non) chez sa cousine, sa cadette de 5 ans, elle aussi genevoise de naissance.

*

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile (haut 35 cm, larg 32 cm), Musée d'art et d'histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911 (N° d'inventaire : 1911-0031)

Henriette Rath, Autoportrait (entre 1810 et 1820), huile sur toile, hauteur 35 cm, largeur 32 cm, © Musée d’art et d’histoire, Genève. Don de Mme David Ramu, 1911, inv.n° : 1911-0031. Photo Bettina Jacot-Descombes.

 

  1. Voir le billet : « Quel index choisir ? ». []
  2. Seuls les extraits du carnet d’Auguste Duméril, relatifs à sa fille Adèle, sont actuellement transcrits sur le site. []
  3. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, V, Neuchâtel, 1930 ; Pierre Bertrand, « La famille Rath, bienfaitrice de Genève », Tribune de Genève, 16 août 1958 ; Louis Sordet, Dictionnaire des familles genevoises, manuscrit du XIXe siècle. []
  4. Voir aussi Noémie Etienne, “Les demoiselles Rath et l’insitution artistique à Genève autour de 1800“, Post Tenebras Luxe, Genève, Labor et Fides, 2010, pages 66-87. []
  5. Emmanuel Bénézit (1854-1920), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, nouvelle édition en 10 volumes, Gründ, 1976. []