Archives de catégorie : Les personnages

C’est une fille !

Caroline Duméril mariée à Charles Mertzdorff au mois de juin 1858 ne tarde pas à être enceinte. Dans ses lettres nous pouvons suivre sa grossesse1 et les aménagements qui précèdent la naissance du bébé.

La grossesse

Rétrospectivement, Caroline avoue que les débuts de la grossesse furent pénibles :

[l’année prochaine] je serai, il faut l’espérer, plus valide et plus entrain que cet automne (Caroline Duméril- Mertzdorff à son grand-père, 31 décembre 1858)

Sérieusement tu sais que si j’ai été si longtemps sans t’écrire, c’est que j’étais bien souffrante et l’entrain me manquait pour maintes choses mais particulièrement pour prendre ma plume.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Ensuite elle semble retrouver toute sa vitalité et sa vivacité. Un mois avant d’accoucher, elle est en pleine activité :

 Au reste j’aime beaucoup cette vie active et m’en trouve à merveille ; j’ai pris mon second bain et hier le docteur Conraux qui est venu me voir m’a trouvée en aussi bonne voie que possible et m’a ordonné pour régime de continuer à manger, dormir et me remuer comme je le fais. (Caroline Duméril- Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

Cette bonne santé ne fait pas oublier le danger que comporte tout accouchement :

Maintenant nous sommes, je crois bien prêts. Hier je suis allée à confesse, M. le Curé qui est si bon a bien voulu me confesser à 7 heures quoique ce ne soit pas son habitude et ensuite pour que je ne sois pas fatiguée il m’a donné lui-même la communion sans que j’attende une messe. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

À domicile les risques sont bien moindres qu’à l’hôpital où les pauvres sont recueillies et où 3 à 8 % d’entre elles meurent des suites de couches, à cause en particulier de la fièvre puerpérale qui fait des ravages jusqu’en 18802. Même dans de bonnes conditions, le risque de décès des mères, quoique divisé par 10 ou 20 par rapport à l’hôpital, reste présent.

La chambre du bébé

Pendant quelques mois Caroline partage avec son mari le logement de sa belle-mère à Vieux-Thann en Alsace, s’inquiétant que « le moment de [ses] couches arriverait avant que [leur] ménage fût en bon ordre » (31 décembre 1858). Les travaux dans la nouvelle maison terminés, elle s’installe chez elle et prend plaisir à décrire les aménagements, le décor, le mobilier, et en particulier la chambre prévue pour le bébé, la « baby’s room » :

Notre chambre est verte, la chambre de baby qui touche à la mienne est lilas avec les meubles et les rideaux pareils au papier (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Le berceau est installé ; on prévoit, venue de Paris, « une seconde paillasse », en fougère probablement, car Caroline « craint qu’une seule soit insuffisante ». Elle ajoute :

Certainement qu’une couverture me fera grand plaisir, voici les mesures de celle en piqué qui était sur le berceau 95 cm de long sur 70 cm de large, je crois que vert et blanc sera très joli et ira très bien dans notre chambre. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 La layette

Si l’aménagement de la chambre est fait par les ouvriers et le mobilier acheté, la layette en revanche est cousue à la maison par les futures mère et grand-mère, occupation majeure dans une vie « toute calme ».

je m’occupe de ma layette ; il y a une jeune dame de Thann dont la petite fille a six mois et qui vient de me prêter beaucoup de modèles que je vais me mettre à copier mais tout ce que je ferai sera très simple car Charles a prohibé les broderies et j’ai eu grand peine à obtenir la grâce de toutes petites dentelles car enfin il faut bien quelque chose pour entourer une petite figure d’enfant, pourtant je l’approuve tout à fait dans ses projets d’élever notre enfant le plus simplement possible, et sur ce sujet comme sur tous les autres, du reste, nos idées sont bien absolument les mêmes.  (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa jeune cousine Adèle, 16-18 janvier 1859)

la grande occupation et le but de toutes nos idées, c’est baby et toujours baby ; c’est là notre thème favori à maman [sa belle-mère], Charles et moi ; je me dépêche pour ma layette ; je suis sûre que tu aurais du plaisir à voir les petits bonnets, les petites chemises, les petites brassières, les petites bavettes, etc. c’est si mignon et si gentil ; la semaine prochaine j’attends le berceau que Charles a acheté à Paris ; il paraît qu’il est tout blanc et peut complètement se laver si l’on veut. (Caroline Duméril-Mertdorff à sa cousine Adèle, 17 février 1859)

Je n’ai pas encore eu le temps de faire les petites taies d’oreiller pour le berceau ; je n’ai pas une brassière ni un bonnet pour le second âge, ainsi tu vois si ton aiguille aura le temps de se rouiller. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 20 mars 1859)

 Des préparatifs divers

Dans les familles de la bourgeoisie, maintes choses sont encore à prévoir : les parrain et marraine, les cadeaux qui seront offerts, la sage-femme et la nourrice (ce sera le thème d’un autre billet), et même le corset de la future maman :

après mes couches je ne pourrai plus mettre mon corset actuel qui est si bien fait et qui me rend tant de service. Crois-tu qu’après, en envoyant mes mesures à Mme Marture elle pourrait me faire un autre corset, j’aime tant ceux qu’elle fait, on y est si bien ; pourrais-tu lui écrire un mot à ce sujet. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa mère, 11 mars 1859)

 Le titre de maman

Jeune fille, « dame » depuis son mariage, et bientôt mère, Caroline Duméril-Mertzdorff reste pour ses proches « la Crol d’autrefois » malgré ses changements de statut ; mais elle accède aux yeux de tous, à 23 ans, au « titre de maman » :

 je te l’assure [cette Crol] malgré son titre de dame dont elle jouit depuis six mois, son titre de maîtresse de maison dont elle sera revêtue tout à fait dans une quinzaine de jours et son titre de maman qui la rendra si heureuse dans quelques mois est toujours la même Crol qui aime à rire et à bavarder et surtout à penser à ceux qu’elle aime. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Isabelle, 28 décembre 1858)

Réponse de la cousine :

Cela me semble si étrange de penser à toi comme madame et maîtresse de maison ; mais ce qui me paraîtra encore bien plus drôle c’est que je m’imagine ma vieille Crol mère de famille ; ce qui ne tardera pas pourtant. (Isabelle Latham à Caroline Duméril-Mertzdorff, 14 février 1859)

*******

Enfin le 15 avril 1859 naît la petite Marie, et aussitôt la nouvelle est annoncée. Entre hommes, le grand-père répond au père :

« Paris Dimanche 17 avril 1859
C’est dans toute la joie de la famille que je viens aujourd’hui vous remercier de la bonne et excellente lettre que nous attendions et qui nous comble de satisfaction. Nous étions réunis, quand nous avons reçu Vendredi à neuf heures, la nouvelle de l’heureuse délivrance de Caroline. quelle émouvante et douce annonce ! je vous aurais écrit dès hier pour vous féliciter mais nous attendions quelques détails et vous avez la complaisance de nous les adresser si complets et d’une manière si bonne, si affectueuse que vous nous comblez de satisfaction. (André Marie Constant Duméril à Charles Mertzdorff, 17 avril 1859)

  1. Les mots « enceinte » et « grossesse » ne sont pas employés dans les lettres. Pour des annonces de grossesse dans d’autres lettres, voir le billet : « Annoncer une future naissance ». []
  2. Les mères et la mort : réalités et représentations, Elisabeth Lamothe, Pascale Sardin, Julie Sauvage, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008, p. 36. []

Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff

Dans des billets précédents, nous avons suivi l’enfance et l’adolescence de Caroline Duméril, petite-fille du savant et médecin André Marie Constant Duméril, professeur au Muséum d’histoire naturelle, ses fiançailles puis, les 14 et15 juin 1858, les cérémonies du mariage à Paris avec Charles Mertzdorff, industriel alsacien. Après une courte halte à Fontainebleau, le couple part en train pour l’Alsace le 18 juin 1858 – en compagnie des belle-mère, belle-sœur et oncle de Caroline (lettre du 19 juin 1858). Commence alors pour Caroline Duméril-Mertzdorff une vie où tout est nouveau pour elle : l’environnement géographique et social et le statut d’épouse – d’épouse de notable. Le changement d’état et le déplacement sont matérialisés par l’adresse, qu’elle donne à ses correspondants :
« Madame Charles Mertzdorff, au Vieux Thann, Haut-Rhin ».

Un nouveau statut social

  • Femme mariée Une fête est organisée à l’usine pour accueillir Charles Mertzdorff et son épouse, avec acclamations, bouquets, discours, dîner des ouvriers et bal. Caroline raconte cette liesse à ses parents et leur fait partager sa griserie :

Tout cela était émotionnant et rendait heureux. Qu’auriez-vous dit si vous m’aviez vue au milieu de tout cela, moi la petite Crol ; regardée, entourée, fêtée ; au bal, je me suis beaucoup amusée et j’ai dansé comme je ne me rappelle pas l’avoir fait, mes danseurs étaient Charles, Georges, et les employés du bureau. (22-23 juin 1858)

Quelques jours après, elle avoue à sa cousine :

Le plus grand événement de ma semaine c’est que je suis sortie seule ; pour la première fois de ma vie ; il est vrai que j’étais dans le coupé et par conséquent sous la protection de Tom, le cocher. (27 juin 1858)

Caroline reste sous le regard de sa belle-mère, qui la « traite vraiment comme son enfant », mais sa propre indépendance l’inquiète un peu :

Ce qui me fait un effet très singulier, ma chère maman, c’est d’être livrée à moi-même ; je supplie toujours Charles de me dire si j’ai bien ou mal fait, mais ce vilain-là me dit toujours que c’est bien. (22-23 juin 1858)

Sur l’intimité de ses relations et de ses sentiments conjugaux, évoqués de façon allusive et pudique, nous reviendrons dans un autre billet.

  • Épouse d’industriel – Les Duméril savaient, en préparant l’alliance avec l’industriel Charles Mertzdorff, que Caroline se liait à une nouvelle famille dont elle partagerait la richesse. Mais la jeune femme prend vraiment conscience de sa situation sur place. Après une visite à la ferme de Charles, elle écrit à ses parents :

 je ne saurais vous dire l’effet extraordinaire que j’éprouve en pensant que tant de choses sont à Charles, qu’elles lui appartiennent et que moi je suis sa femme. (22-23 juin 1858)

ou bien

Nous allons nous trouver alliés, vous le savez, à l’une des familles les plus distinguées de l’Alsace. (22 juillet 1858)

Ensuite, elle décrit à sa mère la luxueuse toilette qu’elle arborera à une réception, mais ajoute :

Cette riche toilette que je vais endosser me fait faire bien des réflexions, et je supplie le bon Dieu de ne pas me laisser oublier que là dessous, je ne suis pas moins la même petite Crol, que je ne vaux pas une ligne de plus et que j’ai au contraire un écueil de plus à écarter. (22 juillet 1858)

Rester elle-même, fidèle aux valeurs enseignées, tout en s’adaptant à une nouvelle vie, très différente de celle qu’elle menait, jeune fille, à Paris, tel est le vœu de Caroline. Et la richesse est présentée comme une possibilité supplémentaire de faire la charité.

Un autre lieu, l’Alsace

Les références à l’espace (et au temps) structurent en général le texte épistolaire. La rhétorique de l’espace tisse la trame de l’énonciation, que ce soit l’espace rétréci des lieux domestiques et de l’intimité, ou l’espace géographique plus large, ici celui où s’inscrit le devenir social de la jeune mariée. Sans doute parce qu’elle a vécu son mariage comme une réussite sociale, qu’elle est heureuse dans sa nouvelle vie, et qu’elle sait qu’elle est partie pour ne plus revenir, Caroline « s’acclimate » très vite. C’est ce qu’elle écrit à tous ses proches, à sa cousine, à son grand-père :

J’ai été bien vite acclimatée dans cette belle Alsace dont j’avais tant entendu parler et dans peu de temps je crois que je deviendrai vraiment vieux thannoise et montagnarde. (1er juillet 1858)

En attendant, la jeune femme pointe les différences.

  • Le premier signe de l’étrangeté alsacienne se perçoit dans la langue. Lorsqu’elle arrive dans la région son mari répond en allemand au discours de bienvenue de ses ouvriers :

je sens bien que je suis en pays étranger car je n’entends que l’Allemand autour de moi et lorsque j’entends dans le pays quelques mots français je suis toute contente. (27 juin 1858)

  • Caroline découvre des aspects nouveaux de la vie quotidienne et relève des détails folkloriques, opposant les habitudes parisiennes  à celles de l’Alsace :

dans ce pays ci tout le monde va aux eaux, c’est la fashion. (31 juillet 1858)
tu aimeras beaucoup la cuisine de ce pays pour plusieurs raisons et surtout parce qu’il y a très peu de sel et pas de poivre. (à sa mère, 22 juillet 1858)

Tous les domaines se prêtent à la comparaison, même la lessive qui se fait tous les six mois « ce qui est une chose inconnue aux parisiens ».

  • A plus long terme, la vie alsacienne impose son rythme qui contraste avec la vie parisienne :

pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] (28 décembre 1858)
notre vie à nous est tout à fait calme et retirée comme elle peut être dans un village ; mais je ne m’en plains pas, bien au contraire. (23 novembre 1859)

Très vite, Caroline habite son statut d’épouse et fait sienne la région alsacienne, tout en restant sensible à l’éloignement. C’est cette ambivalence que traduit une lettre envoyée à ses parents peu après son mariage :

Quand l’idée de vous revoir tous me passe par la tête, mon cœur se serre et il me semble que si je me trouvais près de vous ma joie serait si grande que je ne pourrais que pleurer ; faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais et que j’aime depuis ma naissance (22 juillet 1858).

Bientôt Caroline Duméril-Merzdoff est enceinte1… 

  1. Voir le billet “C’est une fille! []

Marie Anne Wallenburger, épouse Neeff (1834-1874)

Des personnes apparaissent fugitivement dans les lettres, que seul un événement survenu (décès, mariage, naissance) et des recherches dans l’état-civil permettent de nommer (l’état-civil de Vieux-Thann, dans le Haut-Rhin, est numérisé). Ainsi un « maçon italien » tombé d’un échafaudage devient Pierre Trentini, venu de Lombardie où il a laissé son épouse, entouré en Alsace par une communauté familiale et de voisinage. Ainsi celui qui à Vieux-Thann apporte le courrier au bureau de poste, dont on écrit en se hâtant de terminer la lettre : « Melcher va venir prendre ma lettre », « Melcher attend ».

« Melcher »

« Melcher » ou « Melchior » est souvent cité. À côté des mentions elliptiques, au fil des ans, la connaissance du personnage se complète : le décès d’un de ses enfants (mentionné dans une lettre à propos des coliques et maux de tête de la petite Émilie Mertzdorff), retrouvé dans le registre d’état-civil, permet de lui donner son nom, Neeff :

Hier soir Melchior le concierge a perdu une petite fille de 5 ans de croup, tu sais malgré soi, ça impressionne toujours un peu. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 10 janvier 1872)

Il s’agit de la petite Thérèse Denise Neeff, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872 d’une forme laryngée de la diphtérie. L’une de ses sœurs meurt peu après, sans laisser de trace dans une lettre. Quelques mois plus tard, par deux fois, Charles Mertzdorff annonce d’autres décès à sa fille :

Je ne sais si je vous ai dit que le petit enfant de Melcher qui était toujours malade & chétif est mort cette semaine, il avait 3 ans. C’est un bonheur pour la pauvre créature & ses parents. (12 octobre 1873)

Le dernier enfant de Melcher est mort ces jours dernier de sorte qu’il ne leur reste plus que 4. Ils ont bien déjà perdu 10 enfants ces pauvres gens. Il avait un an & a bien & cruellement souffert. de sorte que l’année passée ils en ont perdu 2. (21 janvier 1874)

Les actes de décès permettent de découvrir le nom de la mère, l’épouse de Melchior Neeff : Marie Anne Wallenburger. Malgré la fréquence des noms Neeff et Wallenburger dans les tables décennales, on peut identifier les événements qui scandent l’histoire de ce couple. À travers les registres, une vie se dessine en pointillés de deuils.

« Marianne »

Alain Corbin, après avoir publié la biographie d’un sabotier percheron du XIXe siècle, indigent et analphabète, choisi au hasard1, déclare au journaliste qui lui demande « Si vous alliez plus loin dans le défi d’historien, quel sujet choisiriez-vous ? » : « Une femme », car, explique-t-il, si « le soldat, le contribuable, le chef de famille, l’électeur laissent des traces », la femme en revanche « ne vote pas, ne fait pas de service militaire, est rarement chef de famille, elle a beaucoup moins souvent maille à partir avec la justice »2. Seules quelques dates évoquent le destin de Marie Anne Wallenburger.

Elle est née le 3 avril 1834, fille d’un ouvrier de fabrique (né vers 1802). Elle travaille comme « ouvrière de fabrique » puis « portière ». Le 9 janvier 1854 elle épouse à Vieux-Thann Melchior Neeff, né le 22 janvier 1823, fils d’un tisserand.

Quinze enfants naissent, dont beaucoup meurent en bas âge :
– Marie Anne, née le 18 août 1854
– Dominique Ferdinand, né le 30 juillet 1855, décédé le 16 mai 1857
– Marie Louise, née le 17 novembre 1856, décédée le 19 mars 1860
– Marie Anne, née le 29 août 1858
– Marie Eugénie, née le 2 février 1861
– François Xavier, né le 27 avril 1862
– Joseph, né le 10 mai 1863, décédé le 8 septembre 1863
– Marie Anne, née le 5 juillet 1864, décédée le 18 janvier 1945
– Marie Anne Louise, née le 2 juillet 1865, décédée le 25 novembre 1866
– Thérèse Denise, née le 10 octobre 1866, décédée le 9 janvier 1872
– Amélie Caroline, née le 21 septembre 1868, décédée le 19 janvier 1872
– Madeleine Louise, née 9 décembre 1870, décédée le 6 octobre 1873
– Marie Stéphanie, née le 26 décembre 1872, décédée le 13 janvier 1874
– un enfant mort-né le 23 mai 1873
– un enfant mort-né le 24 octobre 1874. Marie Anne Wallenburger décède le même jour. Elle a quarante ans.

Au cours de la période 1830-1880, « la lutte contre la mort marque le pas » rappellent les démographes3. Le quotient de mortalité pour les enfants de 1 à 5 ans est de 107 ‰ en 1880 (il est tombé à moins de 3 ‰ aujourd’hui) ; la malnutrition et la sous-nutrition aggravent certaines maladies infectieuses.

Une lettre de Félicité Duméril à Aglaé Desnoyers-Milne-Edwards clôt cette destinée de maternités et de deuils :

Tu as su l’évènement de la mort de cette pauvre Marianne qui laisse quatre enfants, cette femme était exténuée, son mari a un visage qui fait peine à voir, il est bien à plaindre. (8 et 9 novembre 1874)

Melchior Neeff se remarie le 12 octobre 1875 avec Anne Zimmermann. Le 27 octobre 1875, Charles Mertzdorff le décrit « rayonnant dans son nouveau ménage ».

  1. Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot (1798-1876). Sur les traces d’un inconnu, Flammarion, 1998. []
  2. Télérama, 4 mars 1998, Alain Corbin interrogé par Catherine Portevin et Gilles Heuré. []
  3. A. Bideau, J Dupâquier, J-N Biraben, « La mortalité de 1800 à 1914 », Histoire de la population française, 3. De 1789 à 1914, sous la direction de Jacques Dupâquier, PUF, 1988, pages 279 et suivantes. []

Gambetta et les Scheurer-Kestner : une anecdote

Le nom de Gambetta, comme celui de nombreux hommes politiques du temps, apparaît dans la correspondance familiale : Léon Gambetta et Charles Floquet visitant les forts de la défense parisienne (lettre du 28 août 1870) ou Gambetta quittant Paris en ballon (lettre du 31 octobre 1870 de la jeune Marie Mertzdorff qui, frappée par ce moment que la mémoire nationale retiendra, rêve de s’échapper comme lui). Au-delà de ces allusions au personnage public, il est fait mention des liens plus spécifiques que Gambetta entretient avec l’Alsace.

L’engagement politique de Gambetta pour l’Alsace

C’est ce que signale Eugénie Desnoyers en citant à son époux Charles Mertzdorff un article du journal l’Avenir National : « Nous apprenons que les dames de Thann viennent d’offrir à M. Gambetta un tableau dû au pinceau de M. Henner, représentant L’Alsace attendant sa Délivrance. C’est M. Scheurer-Kestner qui aurait eu l’honneur de présenter cette patriotique composition à l’ancien dictateur de Tours » (lettre des 15-16 juillet 1871).

Gambetta, né à Cahors en 1838, avocat républicain sous le Second Empire, est élu député en 1869. Après la défaite de Sedan, il joue un rôle essentiel dans la proclamation de la Troisième République. Dans le gouvernement provisoire du général Trochu, il occupe le ministère de l’Intérieur qu’il cumule bientôt avec la fonction de ministre de la Guerre. C’est à ce moment que se place l’épisode du ballon monté : sollicité par ses collègues ministres, Gambetta part à Tours (où il arrive le 9 octobre 1871) pour organiser la guerre depuis la province. Partisan d’une « guerre à outrance », Gambetta proteste contre l’abandon d’une partie du territoire imposé par l’armistice. Il démissionne et participe aussitôt aux élections à l’Assemblée nationale (8 février 1871) : élu dans 9 départements, il opte pour le Bas-Rhin. Il s’associe le 16 février à la protestation des élus de l’Alsace et la Lorraine et démissionne de son mandat du Bas-Rhin. Après un séjour de repos en Espagne, il revient à la vie politique, toujours défenseur convaincant de la République et proche des Alsaciens. De ce lien privilégié, les lettres du site se font l’écho.

Gambetta intime

Charles Mertzdorff, depuis l’Alsace, donne à sa fille des nouvelles du voisinage : « Le bruit court – un petit bruit ? que Mlle Risler-Kestner est fiancée avec M. Gambetta ? Les ouvriers sont dans la maison de Mme Kestner l’on y fait de grands travaux, dit-on, tout est remis à neuf pour recevoir ce grand personnage qui viendra villégiaturer à Thann » (lettre du 28 mars 1874). La fiancée présumée, Mathilde Eugénie Risler, est une nièce d’Auguste Scheurer-Kestner (il a accolé à son nom celui de son épouse Céline Kestner).

Le lendemain, Marie Mertzdorff rétorque à son père : « Quant au mariage de Nini Risler avec Gambetta tu me permettras de n’y pas croire énormément. » La jeune Marie Mertzdorff se fie à son intuition, car la jeune fille – pudeur oblige – n’est sûrement pas informée de ce qui est pourtant de notoriété publique : depuis 1872 Gambetta a pour maîtresse Léonie Léon, fille d’un colonel, mère d’un fils qu’elle a eu précédemment d’un cadre de la police impériale ; Gambetta entretiendra avec elle des projets de mariage, interrompus par le décès précoce du tribun en 1882.

Gambetta et les Scheurer-Kestner

Au-delà de l’anecdote, le rapprochement des deux noms, Gambetta et Scheurer-Kestner, n’est pas dépourvu de sens : Auguste Scheurer-Kestner fait partie de l’entourage agissant de l’homme politique. A la chute de l’Empire, Scheurer-Kestner rejoint les nouveaux compagnons qui enrichissent le réseau autour de Gambetta. Lorsque Gambetta fonde son propre journal, La République française, qui paraît en novembre 1871, il fait appel aux souscriptions de plusieurs industriels alsaciens. Et lorsque le journal quelques années après connaît des difficultés de gestion, « ce sont deux amis riches et sûrs, Scheurer-Kestner et le banquier Edmond Adam, qui le tirent d’affaire » (Pierre Barral, Léon Gambetta, tribun et stratège de la République (1838-1882), 2008, page 101). Barral mentionne à côté du soutien financier apporté par l’industriel, « l’hospitalité amicale » que lui offre la famille Kestner. La mort prématurée de Gambetta ne met pas fin aux attentions de cette famille. Auguste Scheurer-Kestner prend alors « l’initiative d’une souscription, afin d’assurer à Léonie Léon une rente mensuelle ». Sa fille, Jeanne Scheurer-Kestner, épouse du diplomate Marcellin Pellet, entretien avec elle « une correspondance abondante et suivie » (p. 268-269). Et Auguste Scheurer-Kestner est l’instigateur, « une fois de plus », avec son beau-frère Camille Risler (le père de l’éphémère et virtuelle « fiancée » de 1874, depuis mariée à Jules Ferry), d’une souscription pour l’édification d’un monument. La statue de Bartholdi (qui est né à Colmar), offerte par les Alsaciens-Lorrains, est placée dans la propriété de Gambetta au domaine des Jardies à Sèvres. Lors de l’inauguration en 1891 Scheurer-Kestner se souvient : « Ici sa tendresse pour nous débordait, rompant les entraves de la politique et de la raison d’État. » (cité p. 274).

Gambetta - Statue de Bartholdi aux Jardies ©Association culturelle de l’Eglise protestante de Boissy Saint Léger
Gambetta – Statue de Bartholdi aux Jardies (Sèvres), offerte par les Alsaciens-Lorrains

 

Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet “Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff“. []

La mort d’un ouvrier : Pierre Trentini

 Le récit dans les lettres

Le vendredi 7 août 1868, dans sa lettre quotidienne à son épouse alors en villégiature à Villers-sur-mer, Charles Mertzdorff annonce « un grand malheur » arrivé le soir même,    « à 5 h », dans la cour de la maison :

l’un des Italiens, maçon de mon entrepreneur, est tombé du haut de son échafaudage. L’on ne sait comment ; personne ne l’a vu tomber. Il est resté sur le coup sans faire un seul mouvement, il était mort.

Charles Mertzdorff présente la victime :

C’est un jeune homme de 24 ans marié depuis 1 an, sa femme attendant un enfant, son beau-frère est ici travaillant avec lui.

Une enquête est déjà sur lancée la cause de sa chute : « l’on croit qu’il est resté accroché par sa botte déchirée. » L’accident est considéré comme grave, car l’industriel précise :      « Si j’avais été avec vous un télégramme me faisait rentrer. »

Charles Mertzdorff revient sur cet événement les jours suivants, à propos de l’enterrement. Le lendemain samedi (lettre du 9 août 1868) :

Notre pauvre italien sera enterré demain, tous les italiens des environs viendront à son enterrement même depuis Bâle où il y en a beaucoup. C’est un grand malheur !

et le dimanche (même lettre) :

“En ce moment l’on enterre notre pauvre italien, c’est un enterrement considérable. La pauvre femme qui comptait venir rejoindre son mari dans quelques semaines.”

Son épouse Eugénie Desnoyers-Mertzdorff répond en écho : « Quel malheur pour ton Italien » (lettre des 10-11 août 1868). Mais elle est d’abord (lettre du 10 août 1868) et surtout préoccupée des conséquences du drame pour son époux, qui risque d’en être affecté : « La mort de ce pauvre maçon est venue encore te bouleverser. »

Elle le rassure :

c’est un accident complètement en dehors de la fabrique [l’usine de blanchiment des étoffes qui jouxte l’habitation] ; c’est indépendant de toi

et se rassure : Charles sait être philosophe et tenir « la tristesse à la porte ». Et cette page triste sera bientôt tournée : « encore quelques jours et nous serons de nouveau tous les 4 ensemble. »

Donner un nom

Le texte épistolaire familial mentionne de nombreuses personnes, mais toutes, loin s’en faut, ne sont pas désignées par leur nom. L’absence du nom lorsqu’on écrit « l’oncle » signale la proximité, aussi bien que « le préfet » marque la distance. La connivence entre les correspondants régit un système partagé d’anonymat : on élude le nom parce que la personne est reconnue sans cela, ou que sa fonction prime le nom, qu’il importe peu de donner dans ce récit adressé.

Si l’accident du maçon touche Charles Mertzdorff, s’il en parle longuement et donne des détails sur la victime, il ne dit pas son nom. Pourtant il le connaît parfaitement : en tant que maire, il signe l’acte d’état civil qui officialise le décès. Pour identifier le maçon, pour qu’il figure sur le site dans l’index des personnes mentionnées dans les lettres (voir le billet sur les index), c’est à cet acte que nous avons recours. Le registre de l’état civil de Vieux-Thann (où s’est produit l’accident) est conservé aux archives départementales du Haut-Rhin ; il est numérisé et d’accès gratuit. Le maçon décédé est Pierre Trentini, âgé de 26 ans, originaire de Clivio, province de Côme en Lombardie.

Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)
Acte de décès de Pierre Trentini (archives départementales du Haut-Rhin)

Ce document donne d’autres éléments de la vie de Pierre Trentini. Ses parents : il est fils naturel et reconnu de Joseph Trentini, tailleur de pierre, décédé à Clivio et de Lucie Buzzi, âgée de 55 ans, vivant à Clivio. Son épouse : Caroline Ghielmetti, fileuse, âgée de 23 ans, demeurant à Clivio.

Par la simple mention du nom des déclarants l’acte de décès laisse entrevoir, parmi « tous les italiens des environs », deux proches de la victime : son beau-frère Gaetano (Gaëtan) Ghielmetti, âgé de 32 ans et son cousin, Basile Catella, âgé de 36 ans, tous deux maçons et originaires de Clivio (l’orthographe de la signature, lue « Ghielmetti », a été préférée à celle adoptée par le secrétaire de mairie, lue « Gulielmeti »).

Les ouvriers qui travaillent pour Charles Mertzdorff sont quasi absents des lettres familiales ; et lorsqu’un événement les fait apparaître (ici, la mort dans la cour de la maison), ils ne sont généralement désignés que par leur fonction. Leur invisibilité se résout dans l’anonymat ; les identifier, lorsque cela est possible, relève de notre travail1.

 

  1. Voir aussi le billet consacré à Marie Anne Wallenburger. []

On marie Caroline

Pour inciter les célibataires à s’inscrire à un club de rencontres, une affiche proclamait récemment dans le métro parisien : « L’AMOUR NE TOMBE PAS DU CIEL ». Quoi que pensent les parents de Caroline Duméril de l’amour et sa spontanéité, ils s’intéressent d’abord au mariage de leur fille et considèrent que cette affaire se prépare en famille et mérite une attention sérieuse.

Au printemps 1858, Caroline a 22 ans. Son père, Louis Daniel Constant Duméril, ne peut la doter : il n’a pas réussi à faire fortune dans l’industrie malgré son association pendant quelques années avec les Say. S’il n’y a pas d’argent dans la famille, il y a en revanche le prestige intellectuel du grand-père de Caroline, André Constant Duméril, médecin et naturaliste, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie des sciences. Les semaines d’affairement familial à propos du candidat Charles Mertzdorff sont connues par bribes dans les lettres de Caroline. Par bribes seulement car, d’une part Caroline est tenue à l’écart lors de ces étapes préliminaires dont elle est l’enjeu, et d’autre part elle ne raconte pas tout à sa cousine : « je ne te donne pas d’explication car les écrits restent […] Que n’es-tu ici ma petite Isabelle car je te dirais tout » (30-31 mars 1858). Voici, filtré par ces contraintes, ce qui apparaît de la succession des événements et des sentiments que Caroline souhaite partager avec à sa cousine et amie Isabelle Latham (pour leurs relations, voir le billet : Les cousines-amies »).

Effervescence chez les Duméril

Le projet apparaît pour la première fois dans la lettre du 24 février 1858. Cette mention est camouflée dans un post-scriptum en anglais, dans une marge de la page 3 :

Nothing new about the matter. No news from M. ; must I owe you that I am very glad of it I hope it is finished and wish many good things to the dear gentleman.

Des contacts ont donc été pris qui semblent peu concluants. Une remarque ultérieure laisse supposer la médiation de Noémie Martin, épouse de Frédéric Dollfus ; elle est liée aux deux futurs époux : cousine des Duméril, elle se trouve, par son mariage, en relation avec de lointains cousins Dollfus de Mulhouse qui appartiennent au cercle des connaissances de Charles Mertzdorff, industriel à Vieux-Thann.

Dans les lettres suivantes (5-6 mars 185813 mars et 17 mars) Caroline n’écrit plus rien sur ce sujet, sa vie étant « fort calme et sans événements ». Mais le 30 mars elle envoie une longue lettre pour s’excuser de son silence de 15 jours. Explication de ce silence :

l’affaire M. a reparu sur l’horizon, d’une manière plus grave, tant d’idées se sont pressées dans ma tête depuis 10 jours que je ne pouvais y faire entrer autre. […] Je suis bien agitée, bien préoccupée peut-être pour rien et le bon Dieu seul sait ce qui m’est réservé […] dans ce moment, pour moi, tout ce qui ne se rapporte pas à la chose, n’est pas une chose, tu comprends ?

On prend les conseils du cousin Henri Delaroche, négociant au Havre, « si bon, si affectueux et de si sage conseil » qui fait « des démarches » ; on écrit « de tous côtés » pour obtenir des renseignements et « on attend les réponses » (10 avril 1858).

Attente de Caroline

La jeune fille reste à l’écart, elle n’a « rien vu », mais elle a « beaucoup entendu ». Elle traverse ces jours où « rien n’est fait » dans l’agitation et l’incertitude, comme des «épreuves ».

il est des moments dans la vie où on n’a plus très bien la tête à soi. Je ne puis te dire toutes les péripéties par lesquelles j’ai passé depuis ma dernière lettre ; les renseignements sont venus de tous côtés et tu sais, dans ce monde, combien il y a du pour et du contre en toutes choses, qu’il est difficile, ma chère amie, de faire alors une moyenne et de décider s’il y a assez de bon pour se décider à sacrifier toute sa vie jusqu’au dernier jour. Tout cela est terrible, je t’assure et j’ai cru un jour la chose finie, le lendemain en voie d’avancer, tous ces changements sont tuants. (18 avril 1858)

Caroline Duméril oppose au « chaos dans [sa] pauvre tête », le souhait « d’être un peu plus vieille » et la soumission :

enfin tout vient à point, dit-on, à qui sait attendre ; ainsi attendons, n’est-ce pas ? (10 avril 1858)

Enfin il faut plus que jamais s’en remettre au Seigneur dans une circonstance semblable, car il n’arrivera que ce qu’Il a décidé et en faisant sa volonté, il y a toujours moyen d’être heureux.   (18 avril 1858)

Le futur mari

Sous le sceau du secret, Caroline donne à son amie les quelques détails qu’elle connaît :

Es-tu curieuse de savoir le nom du M., il s’appelle Charles Mertzdorff. Efface bien vite. Qu’en dis-tu, c’est un peu Allemand. Age 38.  (18 avril 1858)

Son inquiétude perce à la perspective de s’unir à un homme plus âgé qu’elle, qui vit en Alsace, dans un milieu dont elle ignore tout. Ce que Caroline ne dit pas, qu’elle ignore sans doute partiellement encore (mariée, elle s’ébahit de la fortune de son mari) et qui pourtant a dû peser dans le choix fait par ses parents, c’est la situation économique de Charles Mertzdorff. Il possède en particulier une usine de blanchiment et d’impression sur étoffes à Vieux-Thann, héritée de son père, et à laquelle il a donné une extension nouvelle. Dans les années qui suivent le mariage de Caroline, son père Louis Daniel Constant Duméril assurera la direction de l’une des fabriques.

Les fiançailles

Charles Mertzdorff s’impatiente et attend « avec anxiété la permission de venir et de voir » la jeune fille. L’entrevue est organisée : une promenade au Jardin des Plantes (où vit Caroline avec ses parents, chez son savant grand-père), que Caroline appréhende ; elle recommande :

oh ! je t’en prie, pense à moi ! comprends-tu ce que c’est que de voir pour la première fois celui à qui on appartiendra peut-être, celui à qui on nous donnera, et qui aura sur nous tous les droits possibles.  (18 avril 1858)

Elle semble cependant consciente dès ce moment du dénouement :

Qui sait si ce n’est pas la dernière fois que je t’écris avant d’avoir répondu un oui fatal ; (non pas au pied de l’autel, pourtant).   (18 avril 1858)

En effet, les événements se précipitent. La lettre suivante, le 8 mai, nous apprend que les fiançailles ont eu lieu –  pendant le séjour à Paris de la cousine et amie Isabelle Latham :

Je t’envoie une petite branche de mon bouquet de fiançailles, garde-le en souvenir de moi.  (8 mai 1858)

Et le 15 juin 1858 Caroline Duméril et Charles Mertzdorff sont mariés. Aux semaines d’incertitude succède l’agitation de la cérémonie du mariage, du voyage de noces, de l’installation en Alsace. Ce sera l’objet d’un prochain billet1.

  1. Voir “Les cérémonies du mariage“. []

Caroline Duméril et Isabelle Latham : les cousines-amies

Caroline Duméril, dont l’enfance a été évoquée dans un billet précédent, entretient une relation privilégiée avec sa cousine Isabelle Latham. La première vit à Paris, la seconde au Havre. En novembre 1856, date de la première lettre conservée, Caroline a 20 ans et sa correspondante 15 ans. Une seule lettre d’Isabelle nous est parvenue, 24 de Caroline avant son mariage. Relation familiale et amicale, comme le souligne Caroline à la fin de sa lettre le 11 septembre 1857 : « Adieu ma bien chère Isabelle, reçois avec un bon baiser l’assurance de la vive et sincère affection de ta cousine et amie ».

Échanger visites, lettres et cadeaux

Dans ce dialogue des jeunes filles se retrouvent les pratiques communes de la correspondance familiale. Comme leur parenté, elles échangent des lettres entre leurs visites, « [leurs] tête-à-tête dans le jardin, [leurs] folles causeries, [leurs] réunions de famille » (10 septembre 1857). Les lettres relaient et prolongent les conversations :

après avoir tant joui d’être auprès de toi dans une si grande intimité il me paraît dur d’être privée de toute nouvelle (26-28 septembre 1857)

 Adieu ma chère Isabelle, tu me manques bien je t’assure car j’aimais beaucoup nos bonnes conversations et nos tête-à-tête. (28 octobre 1857)

Comme entre les membres de la famille, les objets circulent. Caroline fait allusion à des cadeaux (une broche, 9 juillet 1857) et, souvent, à des livres échangés :

J’ai dévoré Heartsease [de Charlotte Mary Yonge], je crois que rarement un roman m’a tant intéressée et je te remercie bien de me l’avoir prêté.  (26-28 septembre 1857)

Une écriture propre à cette relation s’instaure, qui balaie les conventions : « Excuse le griffonnage mais je t’ai écrit très vite et te traite en amie » (28 octobre 1857). Un certain formalisme est bousculé, mais la maîtrise de l’art épistolaire permet que cet abandon soit mis au service de l’affectivité.  

Une amitié sous contrôle familial

Cette amitié se développe sous le regard des adultes, dont la présence surplombe leur vie et leurs écrits :

Ta lettre m’a fait moins plaisir peut-être que celles auxquelles tu m’as habituée en ce qu’elle était moins longue et moins intime, mais j’en ai été fort contente d’un autre côté parce que je l’ai montrée et lue in familias et qu’elle a produit le meilleur effet du monde. (5-6 février 1858)

Elles donnent des nouvelles de leur entourage, transmettent les bons souvenirs de leurs proches :

Tu seras mon interprète, n’est-ce pas, auprès de ton bon père pour le remercier […] Dis bien aussi je t’en prie à Mlle Pilet combien son accueil affectueux et ses aimables attentions m’ont vivement touchée […] Tu embrasseras bien fort ma chère petite Mathilde pour  moi. (10-11 septembre 1857)

Ces contraintes de politesse familiale finissent par leur peser, et leur connivence invente un langage codé :

Je suis tout à fait de ton avis, ma chère amie, au sujet des commissions amicales dont nous nous chargeons mutuellement à la fin de nos épîtres ; il va sans dire que nous n’oublions pas les gens que nous aimons et le rappeler chaque fois n’est pas bien nécessaire. Ainsi, c’est convenu, une petite croix en terminant voudra dire les choses les plus affectueuses pour notre entourage et nous ne donnerons des explications que dans les cas particuliers.[…] X signe conventionnel qui veut dire ; maman t’embrasse ; et envoie mille choses à ton père. (9 novembre 1857)

 Les confidences

Alain Corbin note que l’éducation des filles et des garçons de la bourgeoisie, cantonnés dans des relations codifiées, « incite à l’amitié particulière et passionnée » et que pour les jeunes filles « les cousines jouent souvent le rôle d’interlocutrices privilégiées »1. Les confidences échangées sont primordiales dans l’élaboration de la personnalité. Ici, une vraie complicité s’instaure entre les deux cousines. Si Caroline donne à d’autres de ses nouvelles et raconte des « petites bêtises et histoires », elle réserve à Isabelle une « vraie causerie sérieuse et d’amies » (21 janvier 1858).

Loin de la frivolité des amitiés mondaines, elles échangent sur « ce but de la vie, but vers lequel chacun de nous marche et dont si peu s’inquiètent » (21 janvier 1858). Les deux jeunes filles s’étonnent : « Tout le monde songe à bien vivre mais quels sont ceux qui songent à bien mourir ». Après un long développement sur ce thème, Caroline resserre le cercle de l’intimité, qui se marque par des considérations partagées sur la religion :

tout ce que tu viens de m’écrire se rapporte si bien à ces dernières impressions sous lesquelles je suis encore que j’ai cru te faire plaisir en t’en faisant part mais pour toi seule.  (21 janvier 1858)

Marie-Claire Grassi note dans sa thèse (Correspondances intimes. 1700-1860, Université de Nice, 1985) que le thème religieux est un marqueur de l’intimité, surtout entre femmes (graphique page 438). 

Une amitié formatrice

Caroline joue souvent le rôle de l’aînée, insistant sur leur différence d’âge : « j’en ai fait autant à ton âge » (15 novembre 1856). Elle conseille, approuve, encourage :

Je vois que depuis ton retour, ton temps a été bien employé et qu’il le sera activement aussi tout cet hiver ; au reste je t’en félicite car c’est une des grandes jouissances de la vie, je trouve, que d’avoir beaucoup de choses à faire. (8 novembre 1857)

Cette relation entre Isabelle et sa cousine s’insère dans le réseau amical de Caroline, s’enrichit des rapports de l’une et de l’autre avec leurs fréquentations. Lorsque Caroline, alitée, ne peut tenir la plume, elle dicte sa lettre à son amie Eugénie Desnoyers, qui ajoute ses propres mots pour Isabelle :

Je profite de mon rôle de secrétaire, chère Mademoiselle pour vous assurer moi-même de toute ma sympathie, et vous prier de recevoir l’expression de mes sentiments affectueux. (25 novembre 1857)

« L’exercice de l’amitié forme et transforme : en le pratiquant s’élabore le soi autant que l’entre-soi » remarque Anne Vincent-Buffault (L’exercice de l’amitié : pour une histoire des pratiques amicales aux XVIIIe et XIXe siècles, Seuil, 1995, p. 9). Les jeunes filles parlent parfois des mariages dans leur entourage (24 février 1858), les commentent, anticipant leur propre destin. Et lorsque brusquement le mariage de Caroline se trame au printemps 1858, c’est à Isabelle qu’elle fait partager, par écrit, ses émotions.

Souvent, poursuit Anne Vincent-Buffault, les amitiés contractées dès l’enfance et durant la jeunesse apparaissent comme des temps forts et se poursuivent à l’âge adulte. La correspondance de Caroline à Isabelle se prolonge au-delà de son mariage2.

 


 

  1. Alain Corbin, « La relation intime ou les plaisirs de l’échange », Histoire de la vie privée. 4, De la Révolution à la Grande guerre, sous la direction de Philippe Ariès et de Georges Duby, volume dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987 (p. 513-515). []
  2. Pour le mariage, voir les billets “On marie Caroline” et “Les cérémonies du mariage“. []

Caroline Duméril: l’enfance

Les correspondances au long cours permettent de suivre des personnes pendant des années, parfois toute leur vie. Ainsi de Caroline Duméril, épistolière au style alerte, présente dans les lettres avant même qu’elle sache écrire.

Caroline naît à Paris, en avril 1836, un an après le mariage de ses parents, des cousins germains. On devine une enfance choyée ; ses oncles et tantes provinciaux se réjouissent d’une visite, l’embrassent par lettre, la décrivent comme « la gracieuse Caroline, si bien douée, sous tous les rapports » (31 décembre 1842). Elle-même prend la plume pour s’adresser à eux : « Caroline, qui sûrement sentira aussi vivement que sa mère, nous a adressé aussi une jolie lettre, composée et écrite par elle-même, qui nous a fait d’autant plus plaisir, qu’elle exprime parfaitement l’ingénuité des sentiments qu’elle porte à son gentil petit frère. » (4 janvier 1843). A sept ans Caroline a une écriture régulière et respecte les formes imposées : « Ma chère petite tante, J’espère que tu te portes bien… » (18 février 1843).

fac similé de la lettre de la petite Caroline (18 février 1843)

 Elle envoie des vœux à ses grands-parents, qui répondent : « Dis à Caroline que nous avons été très flattés, sa bonne-maman et moi, de la jolie lettre qu’elle nous a adressée, le jour de l’an ; que nous avons admiré l’ordre de son écriture, le sentiment qu’elle exprime et particulièrement sa bonne amitié pour Léon [son petit frère]. Dis-lui que je l’en remercie de tout mon cœur, et que je suis bien flatté aussi de la satisfaction que te donne son caractère, que je sais être beaucoup plus souple qu’il ne l’était autrefois. » (26 janvier 1843).

Pour ses sept ans on l’emmène à l’Opéra Comique, voir l’Ambassadrice, de Scribe et Auber, « et bien qu’elle ait été loin de bien comprendre, elle s’est beaucoup amusée. » (13 avril 1843). En visite, elle joue avec ses cousins. Elle va voir la mer à Ostende avec ses parents (elle a dix ans). Elle se lie d’amitié avec Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui habitent comme son oncle et son grand-père au Jardin des Plantes. Elle entretient une correspondance avec sa cousine Isabelle Latham, qui habite au Havre.

[Ces personnes seront présentées dans des billets ultérieurs1]

  1. Voir le billet : Caroline Duméril et Isabelle Latham, les cousines-amies. []