Archives de catégorie : 6 – Billets non classés

Les 14 juillet

Le 14 juillet a une histoire, qui commence sous la Révolution, est revivifiée en 1880 lorsque cette date est adoptée pour la fête nationale, et prend une dimension nouvelle en 1919, quand la célébration de la nation se confond avec celle de la victoire.

Avant 1880

L’époque de la Révolution

Des fêtes révolutionnaires, magistralement mises en perspective par Mona Ozouf1, il ne sera rien dit ici, parce que les lettres conservées du jeune André Marie Constant Duméril n’en disent quasiment rien. Nous savons pourtant qu’il pouvait assister à certaines d’entre elles : deux de ses amis, parlant de lui, y font allusion en 1801. C’est l’époque où Duméril, âgé de 26 ans, songe à se marier avec une demoiselle de sa ville natale, Amiens. Les nouvelles circulent dans le cercle des jeunes « savants » ; Jean Baptiste Cloquet raconte : « Un de nos amis [Duméril] quoique philosophe, était sur le point de se marier, et voulant donner à sa prétendue un prélude des béatitudes parisiennes qui l’attendaient, l’invita à venir passer quelques jours à Paris »2 Le correspondant précise : « C’était à l’époque de la grande fête ». Ce 14 juillet 1801 (25 messidor an IX) la commémoration de la prise de la Bastille donne lieu à une fête nationale, organisée à Paris par l’architecte Chalgrin, avec jeux et théâtres forains sur les Champs-Élysées, animations sur la Seine, concerts, feux d’artifice et illuminations. La jeune fille que Duméril veut épouser se rend à l’invitation, accompagnée de son père. Dans la capitale, toutes les distractions proposées, « même des thés », l’ennuient et, « ô vicissitude ! », elle désire « s’en retourner sans attendre la fête, chose inouïe ». Considérant « gravement combien elle s’était ennuyée avant même d’être mariée » et concluant « très philosophiquement que ce serait bien autre chose après », Duméril renonce à la demoiselle et son projet matrimonial tourne court. La jeune provinciale n’a pas vu la fête, et nous ne savons pas si le jeune homme, déçu quoique philosophe, y assista.
La seule autre allusion à une fête du 14 juillet pendant la période révolutionnaire se trouve dans une lettre antérieure de sept ans. Duméril est alors étudiant à Rouen :

Rien de nouveau ici tout est tranquille. Nous, gardes nationaux, élevons ici un nouveau monument à la libération que nos canonniers abattront le 26 messidor, anniversaire du 14 Juillet. (André Marie Constant Duméril à sa mère, 23 juin 1794, 5 messidor an II)

Ces quelques indices sont bien maigres, mesurés à toutes les festivités de cette période riche en célébrations politiques, ludiques et pédagogiques.

Les années 1870

  • Passé le moment où l’on veut commémorer la Révolution, les régimes monarchiques qui suivent cherchent au contraire à en effacer le souvenir et les célébrations du 14 juillet sont supprimées. Cette journée estivale n’est marqué par rien de particulier pour les correspondants. Si le jeudi 14 juillet 1842 l’on s’agite autour de Duméril ce n’est pas en souvenir de la Bastille, mais en raison de l’accident dont vient d’être victime le fils aîné du roi Louis-Philippe :

Ici [à Lille], on est généralement fort ému de l’événement terrible qui vient de frapper le duc d’Orléans : on s’en afflige pour la famille royale ; on s’en émeut pour l’avenir de notre gouvernement ; on a reçu la nouvelle par voie télégraphique, le préfet l’a fait afficher à la Bourse, et proclamer par la ville. (14 juillet 1842, Louis Daniel Constant Duméril à son frère)

Dans les années 1870, les historiens signalent quelques commémorations privées. Gambetta en particulier, qui proclame dans son journal La République française en 1872 : « Une nation libre a besoin de fêtes nationales », soutient les initiatives locales, banquets du 14 juillet et discours3. Mais les Mertzdorff y restent étrangers. En 1870 Eugénie Desnoyers-Mertzdorff est en vacances à Paramé et le jeudi 14 juillet il n’est question que de messe matinale, de devoirs scolaires pour les fillettes, de bains, d’observation « des petites bêtes » puis « d’un tour à Saint Malo ». « Le temps est calme, la mer baisse encore ; des petites voiles se montrent à l’horizon. ». En 1871, c’est une visite à « l’oncle l’Ingénieur » et aux « cousins Vatblé d’Amérique », puis, après le goûter, « à Mme Fröhlich qui n’y était pas » (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à son époux, 14 juillet 1871). L’année suivante, pas de sortie : « Aujourd’hui nous sommes tout à fait seuls, les fillettes, après avoir été à l’église, jouent avec leurs petites poupées » (14 juillet 1872). En 1875, mêmes occupations domestiques, bien que la « chaleur excessive » invite à « se laisser aller au sommeil ».

  • En 1878, la Fête nationale a lieu pendant l’Exposition universelle de Paris qui se tient du 1er mai au 31 octobre sur le Champ de Mars. Le 30 juin 1878 est organisée une « fête nationale » pour célébrer « la paix et le travail ». Désireuse de profiter du spectacle, la famille commence par traverser tout Paris en omnibus :

la rue de Rivoli, le palais Royal, l’avenue de l’Opéra, les boulevards étaient assez beaux mais toute leur décoration consistait en drapeaux de toutes les nations attachés aux fenêtres, il n’y avait là rien de nouveau ni d’original ; ce que nous voulions voir c’étaient les quartiers populeux aussi sommes-nous revenus à la maison Blanche par le chemin de fer de ceinture (Marie Mertzdorff à son père, 1er juillet 1878)

Aussitôt rentrés chez eux, ils repartent à pied explorer leur quartier :

la rue Mouffetard était ravissante, on dit même que c’était une des plus jolies de Paris, et je le crois ; d’immenses guirlandes de feuillages, de papier découpé, d’étoffes tricolores la traversaient dans tous les sens, le tout était arrangé avec un goût exquis ; chaque fenêtre même les plus pauvres aux 5e et 6e étages avait des lanternes, des guirlandes, on voyait que chacun avait travaillé à faire quelque chose qui ne ressemblât pas à celle du voisin [  ] Tout était tricolore4 hier, personne qui n’ait eu, soit une cocarde, soit un ruban ou un bouquet aux trois couleurs, les chiens mêmes avaient leur petit drapeau flottant au-dessus de leur collier et le petit coq blanc du tailleur de la rue Cuvier avait même aussi revêtu l’uniforme national ; on lui avait teint la queue en bleu et attaché des petites manchettes rouges aux pattes. (Marie Mertzdorff à son père, 1er juillet 1878)

Le soir, feu d’artifice, illumination au gaz du Panthéon, guirlandes de lanternes vénitiennes dans les rues, bal champêtre. « Dans tous les coins on chantait la Marseillaise et on tirait des pétards. » Chacun est ravi mais, conclut de façon inattendue la jeune fille :

Nous nous demandions seulement pourquoi cette fête et de quoi se réjouissait-on ? (Id.)

Exceptés « les drapeaux de toutes les nations » qui flottent dans certains quartiers, la description que fait Émilie Mertzdorff de la fête nationale du 30 juin 1878 pourrait convenir à plusieurs 14 juillet. Et d’abord au 14 juillet 1880, année où la finalité de la fête nationale et les objectifs des réjouissances publiques paraissent plus clairs à tous. Mais alors Marie Mertzdorff-de Fréville se désole : « c’est vraiment triste que ce soit pour fêter la 1ère journée de la révolution » (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 13 juillet 1880)

1880 : la fête nationale

Le 6 juillet 1880 une loi est votée : « la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet ». Malgré quelques polémiques autour du choix de la date (certains auraient préféré d’autres journées marquantes de la Révolution, comme le 4 août, le 4 ou le 21 septembre), l’accord se fait sur le 14 juillet, en référence possible à deux journées : la prise de la Bastille en 1789 et, plus conciliatrice, la fête de la Fédération en 17905.

La fête, manifestation populaire

A cette fête qui manifeste le lien entre la Troisième République et l’époque révolutionnaire, chacun participe. Comme à l’été 1878, en 1880 la rue est décorée de « guirlandes de feuillages, fleurs en papier, lanternes vénitiennes de couleurs, le plus souvent confectionnées par les habitants eux-mêmes » ; la retraite aux flambeaux du 13 est suivie, le 14, par des volées des cloches, des salves d’artillerie, un défilé puis, l’après-midi, des spectacles et activités ludiques ; la journée se termine par un bal et des jeux pyrotechniques6. Les municipalités font voter des fonds spéciaux : la commission des fêtes de la ville de Paris dispose en 1881 de 600 000 F, dont 100 000 F pour l’éclairage, 300 000 F pour la décoration et les jeux, 33 000 F pour les feux d’artifice et 100 000 F pour les indigents – la République veut se montrer généreuse avec le peuple. Mais chacun est incité à participer. Comme beaucoup de membres de la classe aisée, Marie Mertzdorff et son époux Marcel de Fréville dédaignent les amusements populaires et envisagent de partir à la campagne pour échapper à la liesse parisienne :

nous avons quelques velléités d’aller au Houssay passer le 14 Juillet car la grande fête nationale nous tente peu ; nous partirions le Samedi soir et nous reviendrions le Jeudi suivant (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 5 juillet 1880)

Finalement Marie reste chez elle, alors que « tout Paris commence à se pavoiser, jamais je crois on n’a fait des préparatifs aussi considérables » (lettre du 13 juillet 1880).

Manifestation patriotique

Le clou de la journée est la revue militaire : « la politique de régénération militaire est susceptible de faire l’accord de tous les Français qu’afflige la perte de l’Alsace et de la Lorraine.7 » La place accordée aux défilés militaires dans la France marquée par le souvenir de la défaite doit recréer l’unanimité et afficher la force du régime. Malgré la contre-propagande allemande, les habitants des régions annexées viennent assister, plus nombreux d’année en année, aux revues passées à Lunéville, à Nancy ou à Belfort. Il semble que les de Fréville restent insensibles à l’intention de la République d’affirmer sa cohésion et sa confiance en elle-même :

On n’est pas venu nous demander notre obole pour contribuer à la décoration des rues mais Marcel étai bien décidé à répondre que maintenant qu’il était un peu alsacien il ne voulait illuminer que quand la France aurait de nouveau l’Alsace et que pour le moment il serait plus heureux de voir un moins grand nombre de drapeaux tricolores dans les rues de Paris et de savoir que l’on pense sérieusement à le replacer dans nos provinces perdues. C’est affligeant de voir comment les choses marchent en France en ce moment. (Marie Mertzdorff-de Fréville à son père, 13 juillet 1880)

Opposition des catholiques

Rosemonde Sanson analyse les réactions des divers partis et tendances politiques ; elle note que « royalistes et catholiques ne désarment pas » dans les années qui suivent l’instauration de la fête nationale. La presse catholique « recommande à ses lecteurs de fermer leurs volets, de prier à l’intention des bourreaux révolutionnaires et de jeûner en signe d’expiation »8. Les Mertzdorff-de Fréville n’affichent pas des opinions royalistes mais ont une pratique religieuse assidue. La raison qu’ils invoquent pour prendre leurs distances avec la fête nationale du 14 juillet est le patriotisme alsacien : Marie est née en Alsace et son père réside encore en région annexée. Quels refus mêlés motivent le jeune ménage, alors que la fête veut justement manifester l’attachement à la nation comme beaucoup d’Alsaciens l’ont compris ainsi ? Et tous les catholiques ne sont pas hostiles : à Paris même, en 1880, le quartier Saint-Sulpice où vivent les de Fréville était pavoisé9. Mais Marie et son entourage, sans se proclamer royalistes, ne peuvent adhérer à des mesures récentes prises par le gouvernement, telles que l’expulsion des jésuites décrétée par Jules Ferry (27 mars 1880) ou l’amnistie accordée aux anciens communards (11 juillet 1880). Sans doute faut-il compter également avec un certain mépris envers les réjouissances des classes populaires.

1919 : la victoire

Émilie Mertzdorff, la jeune sœur de Marie, épouse en 1883 un officier, Léon Damas Froissart. Ce ménage Froissart est sans ambiguïté favorable aux manifestations du 14 juillet 1919. Il est vrai que cette année-là les cérémonies ont une portée particulière : la France célèbre également la victoire et la paix. Léon Damas Froissart, à Paris, assiste au défilé et raconte cette journée à l’un de ses fils, encore mobilisé. La lettre mérite d’être citée longuement car elle décrit à la fois le déroulement des festivités et l’état d’esprit des spectateurs :

Paris 14 Juillet 19
Mon cher Louis,
Après avoir assisté à la « Revue de la victoire », d’un 4e étage du Boulevard Poissonnière avec ta mère, les Parenty, Degroote, Colmet Daâge, la tante Marthe, Mme Fournier, la veuve de mon ancien lieutenant (pour qui ce devrait être une petite compensation du sacrifice fait par elle !), et en attendant les magnifiques illuminations qui clôturaient cette journée mémorable, je veux venir causer un instant avec le plus jeune des poilus et remercier ce benjamin pour la part qu’il a prise aux opérations qui nous ont débarrassé de la vermine Boche : on reste surpris quand on se rappelle la situation au 14 Juillet 1918, non pour dire que les Boches ont été vaincus (l’intervention de l’Amérique, avec le contingent de 300 000 hommes par mois, pesait d’un poids fatal dans la balance), mais qu’ils aient été acculés, en moins de 4 mois, à tout accepter ! [mon] camarade Foch a certainement joué admirablement des forces dont il disposait, et avec un autre que lui, (ou sans l’unité de commandement !) à combien de misères n’aurions-nous pas été exposés (nous surtout gens du Pas-de-Calais ou de Dunkerque), dont nous avons été préservés ! Nous avons vu défiler de très beaux spécimens des armées alliées, des spécimens, inégalement corrects de l’armée nationale, [ ] surtout [ ] les petits groupements [portant], dans chaque corps d’armée, le drapeau de tous les régiments du corps d’armée. Ils avaient été peu entraînés, et puis comment rester correct sur un parcours de 8 kilomètres ! ce n’est pas comme quand il s’agit de passer correct devant une tribune unique ! L’intérêt n’était pas dans la correction de ces images des régiments, mais dans la présence, à ce même rendez-vous, de représentants, si minuscules fussent-ils, de toutes les unités nationales et alliées : on ne voit pas cela 2 fois dans la vie ! J’oublie d’ajouter qu’on pouvait voir là, à tour de rôle, tous les maréchaux, commandants de groupes d’armée, commandants d’armée, de corps d’armée. Ils passaient assez lentement pour qu’on pût voir chaque tête et s’offrir de les coter de 0 à 20.
Le temps n’a été ni chaud ni froid, pas un grain de pluie !
(Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919)

La lettre de Froissart se lit comme un reportage. À la fin de sa missive il exprime un seul regret : l’absence des enfants d’un patronage catholique parisien, partis à la campagne alors qu’ils auraient pu (dû) assister au défilé militaire :

on veut préparer les élèves des patronages à être soldats et le jour où il était si facile de faire vibrer la fibre patriotique, on les emmène ! On a de bons motifs sans doute mais on ne m’ôtera pas de la tête qu’on eût de meilleurs motifs de les garder, encadrés si l’on veut, pour les faire assister en corps, à la Revue de la victoire (Léon Damas Froissart à son fils Louis, 14 juillet 1919)

***

A propos des manifestations de ce 14 juillet 1919 l’historien Christian Amalvi remarque : « les illusions de la victoire peuvent encore faire croire aux Français que leur nation a retrouvé sa prépondérance mondiale d’antan »10. Mais l’enthousiasme de Froissart, partagé par ses contemporains – ceux qui ont survécu au massacre – et manifesté par ces défilés, apparaîtra bientôt comme un mirage. Quant aux 14 juillet qui suivront, plus ou moins routiniers ou novateurs, plus ou moins contestés ou folklorisés, ils continueront de figurer, entre célébrations officielles et appropriations citoyennes, comme les enjeux symboliques de batailles politiques et idéologiques.

  1. Mona Ozouf, La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Folio histoire, Gallimard, 1988 [1976]. []
  2. Jean Baptiste Cloquet à ses amis Pierre Fidèle Bretonneau et sa femme, 8 août 1801, 20 thermidor an IX. D’après Paul Triaire, Bretonneau et ses correspondants. []
  3. Rosemonde Sanson, Les 14 juillet (1789-1975) fête et conscience nationale, 1976, p. 26. []
  4. Sur les trois couleurs, voir le billet “Pavoiser“. []
  5. R. Sanson, p. 33. []
  6. R. Sanson, p. 82 et suivantes. []
  7. R. Sanson, p. 41. []
  8. R. Sanson, p. 51-52. []
  9. R. Sanson, p. 54. []
  10. Christian Amalvi, « Le 14-juillet. Du Dies irae à Jour de fête », Les Lieux de mémoire. I – La République, sous la direction de Pierre Nora, Gallimard, 1984, p. 461. []

Extraction dentaire sans douleur


La jeune Marie Mertzdorff se rend régulièrement chez le dentiste mais nous constations, dans un billet précédent1, qu’avant 1876 « hors M. Pillette, les dentistes ne sont pas mentionnés dans les lettres conservées et des soins donnés aux adultes, il est peu parlé ». Changement au mois de mai 1879 lorsque Marie (20 ans alors), qui souffre d’abcès à répétition dans la bouche, est amenée à consulter un nouveau praticien. Elle tient son père très précisément au courant :

4 pages remplies d’une dent, mon Père chéri, c’est un peu trop mais j’ai pensé qu’il valait mieux te faire assister tant bien que mal à la journée complète (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

Un nouveau dentiste

– Premier rendez-vous

Le médecin et ami de la famille Milne-Edwards, examinant cette « vilaine dent du fond avec sa joue soudée et son abcès continuel » que le dentiste habituel voulait conserver, affirme le contraire. Selon lui,

il était urgent d’enlever au plus vite cette dent, qui aurait dû l’être depuis longtemps, que c’était détestable d’avoir une inflammation continuelle et que l’os déjà commençait à s’attaquer légèrement, notre dentiste s’était grossièrement trompé &&. (Id.

A la demande des parents inquiets qui accompagnent la jeune fille et s’enquièrent « d’un dentiste particulièrement adroit », le médecin donne « une adresse avec un petit mot pour M. Goldenstein, place de la Madeleine ». Ce petit mot fait merveille et bien que Marie se présente hors des heures de consultation, vu « l’urgence de l’opération », le « domestique » qui les reçoit alerte le dentiste et « au bout d’un instant nous voyons arriver un M. décoré qui nous dit qu’il va nous recevoir tout de suite. »

– M. Goldenstein

Marie ne décrit pas le cabinet dentaire. Mais le train de vie de la famille et le quartier prestigieux où exerce le « Monsieur décoré » ne rendent pas invraisemblable qu’elle ait pris place dans un fauteuil comparable à celui-ci :

Fauteuil dentaire, Paris, vers 1875 © ASPAD

Ce siège de prestige, conservé au Musée des Hospices Civils de Lyon, est proposé par la maison E. Billard, sise passage Choiseul à Paris, qui en fait la réclame en 1876. Inspiré d’un modèle américain, ce fauteuil à bascule offre toutes les nouvelles commodités : réglage de l’inclinaison et de la hauteur, têtière ajustable, repose-pieds et crachoir2.

Quoiqu’il en soit de son mobilier, le dentiste, Simon Goldenstein, est une sommité, auteur déjà en 1879 de plusieurs ouvrages : Traité sur les déviations des dents et leur redressement (1871), Arrêt de développement de la mâchoire inférieure : moyens d’y remédier (1879) ; il publiera plus tard : Faut-il soigner les dents de la première dentition : Conseils aux Mères (1889) et Pathologie buccale et naso-faciale (1900). Il s’est probablement perfectionné aux États-Unis, comme nombre de ses confrères. C’est là que s’initie, au début du XIXe siècle, un mouvement en faveur d’une formation scientifique des dentistes et que s’ouvre, à Baltimore en 1839, la première école officielle. En France une première école dentaire ouvre ses portes à Lyon en 1879, suivie en 1880 par l’École dentaire de Paris. Ce n’est qu’en 1892 qu’un diplôme de chirurgien-dentiste ou de docteur en médecine devient légalement obligatoire pour exercer3.

Une intervention urgente

– L’opération

Ce praticien averti regarde la dent et constate qu’elle est « en effet fort malade » : les racines sont « toutes baignées de pus » et « dans ces cas-là les dents adhèrent fortement à l’os ». Il est tout de suite question de l’extraction et de la douleur de l’extraction. Il écarte d’emblée l’anesthésie générale « car c’est toujours un peu dangereux » et que Marie y est « formellement opposée ». Un « moyen terme » est donc choisi :

il m’a engourdi seulement la joue et la mâchoire sans que je le sente car j’étais aussi bien moi que de coutume et il m’a arraché ma dent sans me faire le plus petit mal, j’ai seulement senti qu’on me tirait fortement. (Id.)

et Marie conclut : «  de sorte que je suis dans le ravissement de mon dentiste et dans le ravissement que ce soit fini  » (Id.). Le lendemain sa sœur rassure encore leur père toujours préoccupé de la santé et du bien-être de ses filles :

sa gencive se guérit à merveille […] elle n’a même pas eu la joue enflée, ce que l’on craignait, […] Je pense que tu es au moins aussi satisfait qu’elle que ce mauvais petit habitant ait quitté sa mâchoire et qu’il soit parti d’une manière si polie. (Émilie Mertzdorff  à son père, 14 mai 1879-B)

– L’anesthésie

Chacun vante et admire ce nouveau procédé d’anesthésie locale : la patiente elle-même :

Je suis sûre que tu partageras mon admiration pour le procédé américain qui m’a si bien réussi et que je souhaite à tout le monde maintenant. (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

la sœur témoin :

Marie ne s’est pas ressentie du violent départ de sa dent […] elle dit qu’elle n’a pas souffert ; c’est vraiment merveilleux de pourvoir endormir comme cela la partie locale en conservant toutes ses facultés.  (Émilie Mertzdorff  à son père, 14 mai 1879-B)

le père attentif :

Je ne connaissais pas cet admirable procédé d’endormir & rendre insensible une partie de son individu, pourquoi ne s’en sert-on pas plus souvent. C’est autrement pratique que de vous endormir quoiqu’il n’y ait plus danger. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14 mai 1879-A)

Dès la première moitié du XIXe siècle, des procédés d’anesthésie générale par inhalation de gaz (par exemple le protoxyde d’azote) sont expérimentés aux États-Unis et en Europe, et des études sont menées en France, par Claude Bernard par exemple dans les années 1840-1850. Il s’interroge, dans ses Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses : « Trouverons-nous une substance toxique qui agisse primitivement isolement sur la sensibilité ? »4. Divers moyens d’anesthésie locale sont testés : morphine, éther, chloroforme, mélange réfrigérant, etc.5. Dans le cas de Marie, qui ne parle pas d’injection6, il pourrait s’agir d’une boulette de coton chloroformé appliquée sur la gencive. Elle remarque : « il paraît que je n’ai pas changé de couleur une minute ».

Laissons conclure le père et la fille en un dialogue affectueux :

Voilà mon Père chéri ma longue odyssée et je suis sûre que tu en seras bien content comme tante et oncle et moi et tout le monde car quoique ce ne soit pas grand chose cela aurait peut-être fini par devenir quelque chose de sérieux. (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

je suis très content que cela se soit fait & que je ne l’aie su qu’après. La simple lecture de ta lettre m’a donné un petit tremblement qui persiste encore & il y a cependant déjà quelques heures que je le sais (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14 mai 1879-A)

  1. « Consulter un dentiste » https://puc.hypotheses.org/691. []
  2. Article « Fauteuil de Billard » sur le site de l’Association de sauvegarde patrimoine de l’art dentaire, www.biusante.parisdescartes.fr/aspad/expo01.htm. []
  3. Christophe Lefébure, Histoire de l’art dentaire, 2001, pages 76 et 85. []
  4. Claude Bernard, Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses, 1857, page 356. []
  5. Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Éditions de la Découverte, 1993, page 211. []
  6. Les injections se développeront avec les progrès des seringues. []

Une girafe et pas de chat

La notice de la Bibliothèque nationale de France présente André Marie Constant Duméril (1774-1860) comme « médecin et naturaliste ». Il était, par goût semble-t-il, plus naturaliste que médecin et ses lettres1 parfois s’animent de considérations animalières, tout comme celles d’autres savants de son entourage. Mais ici, dans un retour sur des billets déjà parus, il sera question d’animaux plus familiers que les sauriens ou les tortues d’Amérique qui l’occupaient.

Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905
Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905 (Source: BNF-Gallica)

Des chats ?

  • Faire de l’audience

Il y a quelques mois, j’ai reçu ce courriel du jeune technicien chargé de la communication dans mon centre de recherches : « Bonjour Danièle, si des chats sont mentionnés dans les différentes correspondances, te sens-tu de faire un billet ? » Je me suis étonnée de la question, car j’avais déjà écrit sur les animaux domestiqués mentionnés dans les lettres et signalé qu’à côté des chevaux, chiens, poules et lapins, les chats ne font que de rares apparitions : pas de quoi faire un billet spécifique sur eux ! Dommage, m’a-t-il dit, car à son avis cela aurait dopé l’audience de ce carnet.
J’ai découvert grâce à ce féru des nouveaux canaux de communication que les chats rencontrent sur le Net un succès qui ne se dément pas. Certes, j’avais souri avec des collègues ou des amis devant des scènes amusantes dont un chaton était le héros ; mais je n’avais pas mesuré l’ampleur de ce qui est un véritable phénomène pointé par les journalistes. Pourquoi les chats rencontrent-ils autant de succès sur le Net ?

  • LOLcats et vidéos

Au début des années 2000, des blogueurs politiques auraient posté des photos de leurs chats assorties de légendes humoristiques, comme pour proposer un dérisoire échange enfin consensuel : les LOLcats. Des images partagées, le thème toujours accrocheur de l’animal familier, l’humour en plus : le succès était assuré. Débarrassées des références communes à ce premier cercle d’internautes, délaissant les légendes en anglais, accentuant la gaucherie des tout jeunes animaux et privilégiant le comique de situation et le mouvement, photos puis vidéos de chats mimant les humains conquièrent un public immense. Les propriétaires de chiens se retrouvent dans les rues et les jardins ; les amoureux des chats, qu’ils en possèdent un ou non, découvrent un lieu virtuel où échanger, un moyen de former communauté. « Les vidéos de chats plaisent parce qu’elles sont accessibles, autant pour le public que pour les créateurs » conclut un post consacré aux LOLcats.
Le charme de ces séquences anthropomorphiques trouve parfois ses limites : il semble que ces chats ont peu de succès en Ouganda, par exemple2.

Et la girafe ?

Au cours de recherches dans le fonds Gallica de la Bibliothèque nationale de France, je suis tombée sur cette partition publiée dans les années 1820 par Madame Joly, marchande de musique à Paris : « Les adieux d’un Affricain (sic) à la girafe ». La musique et l’accompagnement de guitare sont de Luigi Castellacci (1797-1845), les paroles d’Emmanuel Destouches de Mondoubleau. J’en livre ici les vers, comme des paperolles collées en marge du billet « L’année de la girafe »

Sous le ciel pur de l’antique Nubie,
Un jeune Maure affricain troubadour,
Près de Sennar sur sa lyre chérie
Ainsi chantait au déclin d’un beau jour :
J’aurai guidé sur le sable mobile
Tes pas légers qu’effaçait le zéphir !
Sous d’autres mains tu deviendras docile ;
Douce Girafe hélas ! Tu vas partir.

Au doux pays des timides Gazelles,
De nos déserts tu faisais l’ornement !
Et le chasseur dans ses courses cruelles,
Ne souillait point ses flèches de ton sang ;
Tu dessinais sur l’arène légère
Tes nobles pas sans craindre, ni souffrir ;
Tu fouleras une terre étrangère !
Douce Girafe, hélas ! Tu vas partir !

Mais destinée à vivre en France,
Console-toi d’un destin si nouveau !
Quand un pays, des arts, de la science
Et de l’honneur fut surtout le berceau,
Pour ce climat consacré par l’histoire
Où l’olivier maintenant doit fleurir,
Je serai fier de ton sort plein de gloire
Si comme toi je puis un jour partir !

De mignons petits animaux si « humains » séduisent nos contemporains – et des bêtes inconnues venues d’ailleurs déploient un autre volet de l’intérêt pour le vivant.

  1. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. Frédéric Kaplan et Nicolas Nova, La Culture internet des mèmes, cité par David Larousserie dans Le Monde du 8 juin 2016. []

7-8-9 janvier 2015

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Perspectives

Ce carnet a été ouvert en février 2013, pour accompagner l’édition d’une correspondance familiale. Abordant trois thèmes (les éléments contenus dans les lettres qui informent sur le XIXe siècle, ce qui touche à l’épistolaire et au courrier et enfin le travail d’édition d’une correspondance), les billets, tesselles éparpillées sur le site, ébauchent une mosaïque assez floue qui devrait prendre forme par la suite. Il a paru utile de répertorier quelques motifs déjà esquissés pour annoncer des dessins plus complets. A titre d’exemple, ont été retenus quatre sujets, diversement amorcés : la pratique épistolaire, les représentations des épistoliers, les biographies, l’environnement typographique.

  • La pratique épistolaire

La pratique de l’écriture des lettres au XIXe siècle a des caractères propres ; elle s’inscrit dans un réseau de prescriptions et de modèles qu’il convient d’explorer. L’éventail de ce qui touche à l’épistolaire est large, qu’il s’agisse de la forme épistolaire (signature, commissions, adresses, sujets prescrits et proscrits, style), des supports de l’écriture (cartes postales, télégrammes, feuilles plus ou moins grandes, dont le format module l’écriture), des objets qui l’entourent (timbre, enveloppe, bureau, boîte aux lettres), des manuels ou de l’administration postale. Les aspects matériels de l’écriture, les formes d’expression et les moyens rhétoriques mis en œuvre constituent autant de pistes.

  • Les images d’épistoliers

La représentation de la femme qui reçoit ou rédige un billet est un thème qui a séduit peintres et romanciers – et à leur suite historiens de l’art et historiens de la littérature. Le bandeau de ce carnet (un détail d’une lithographie de Gavarni) en est un exemple. Revenant sur les études menées avec Cécile Dauphin sur les gravures largement diffusées au XIXe siècle1 je présenterai quelques images en rapport avec l’épistolaire.

  • L’environnement typographique

Le texte des lettres fourmille de mentions ou d’allusions à d’autres textes, qu’il s’agisse de livres et journaux ou d’autres lettres. Plus discrets, des caractères typographiques sont mentionnés comme décors (le lettrage) qui attirent l’attention sur l’aspect esthétique des signes et des écritures. Cet ensemble de caractères typographiques ou manuscrits signalés par les lettres, lus comme des textes ou vus comme des images, constitue une partie de l’environnement graphique des membres de cette famille. Il est sans doute commun à une partie de la bourgeoisie de cette époque, qui partage la même familiarité avec l’écrit ; en cela il vaut qu’on s’y arrête.

  • Les biographies

La biographie de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, se poursuivra. En parallèle, la vie de son oncle Auguste Duméril, professeur de zoologie, balisée elle aussi par des lettres depuis sa naissance jusqu’à sa mort, pourra offrir un pendant masculin, voire donner des éléments pour décrire comment se construisent les inégalités entre les sexes. Mais que dit la correspondance familiale de la vie intellectuelle d’un savant ?
D’autre part, des personnes apparaissent dans des billets, fugitivement évoquées, comme le maçon Pierre Trentini ou Marie Anne Wallenburger-Neeff, épuisée de maternités et de deuils, pour lesquelles quelques éléments de leur vie peuvent être glanés.
Surplombant ces exemples, il sera utile de s’interroger, dans le sillage de plusieurs études déjà parues, sur les relations entre biographies (ou autobiographies) et correspondances.

***

Se dessine ainsi un ambitieux canevas pour l’écriture des billets futurs qui, variant les échelles, passant du particulier de telle lettre au plus général en un va-et-vient habituel aux sciences humaines, brosse un programme à long terme – jamais complètement réalisable.

  1. Cécile Dauphin et Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures – 1800-1920, PU Rennes, 2009. []

Avec l’an neuf vint Lodel neuf

De Lodel 7 à Lodel 9, une fantaisie  en forme de patchwork littéraire (la migration du site, suite et fin – provisoire !)

Des conceptions nouvelles et variées se sont fait jour. La présentation des [lettres] qui obéit à des nécessités didactiques autant qu’esthétiques, commande des formes architecturales nouvelles1. À Lodel 7 doit succéder Lodel 9. Des versions se périment, d’autres les remplacent ; cependant une génération ne se distingue pas d’une autre par une façon différente d’envisager les choses, mais par une forme nouvelle d’expression2. L’expérimentation de nouvelles formes d’investigation et de nouvelles techniques est apparue indispensable. Un travail de réflexion a été entrepris sur ce point dès avant [l’été]. Mais l’obligation de considérer aujourd’hui un monde en totale transformation, et non le seul univers des [sites des chercheurs] primitifs estimés authentiques, doit entraîner un bouleversement dans les démarches intellectuelles3. Les formes s’engendrent, s’effacent, se reproduisent dans une série sans bornes qui ne sera jamais répétée4. On est obligé de trouver de nouvelles formes, de nouvelles manières de se tracer un chemin à travers cette chose qui est très opaque. L’histoire se fait au fur et à mesure, l’écriture se confond avec le projet. Tout ça, en étant évidemment conscient que tout le travail préparatoire n’est rien. Je veux dire que le projet peut être sublime, grandiose, subtil, ça n’existera que lorsqu’il y aura les phrases, les mots [sur l’écran]. [Si j’ai] un programme précis, un plan ? Oui, sauf que ce n’est jamais respecté. Le propre des plans et des programmes, c’est de ne jamais les respecter. Et puis, ce qu’il y a aussi, c’est que je travaille sur plusieurs projets en même temps5.

Il faut donc transformer le site, le faire migrer. On a vu dans un billet précédent la difficulté de la chose. Minute d’effroi. Je crus impossible, [me jetant à genoux ou pleurant], de détourner un projet en même temps si fol et si grandiose6. Les formes présentent, dans leurs états successifs, des discontinuités marquées. Après de nouvelles mues, [le site] prend progressivement la forme définitive7. S’annonce un ordre nouveau, qui n’est point, qu’on ne voit point ; qu’il faut faire par travail obstiné, ingrat, sans succès d’abord et presque sans espérance8. Mais il ne faut pas faire, jamais, les choses à demi. À ce début de réussite, il manquait un élément de transcendance, de merveilleux, un deus ex machina qui viendrait transformer notre premier succès en une victoire définitive et écrasante sur [la technologie]9. Je promis donc : Je compte aider, autant qu’il sera en mon pouvoir, au succès de votre beau et utile travail10. Et ils se mirent au travail sans attendre que toutes les conditions du succès soient rassemblées, sans condamner a priori les structures existantes, sans vouloir non plus imposer un système défini par avance11. L’espérance du succès justifiait les sacrifices12.

Je suis loin de croire avoir réussi partout également. Cependant j’avouerai, et vous n’en serez peut-être pas étonné, que ces deux [versions] m’ont coûté plus de peine à retoucher qu’à composer ; voilà surtout pourquoi je doute du succès de mon travail. Quand j’hésitais entre deux versions j’ai cru devoir les soumettre toutes deux au choix de l’Académie13. La victoire toujours ne suit pas la valeur : Du succès trop souvent la fortune dispose14.

Ainsi, au moment même où je désespérais presque du succès15, je me sentis bien soulagée d’une si grande affaire faite, et j’avoue que ce ne fut pas sans émotion que j’attendis le succès de mon travail16.

La victoire d’un homme est toujours la victoire de son équipe17. Et la victoire d’une femme ?

*

  1. Les Musées en France, 1950. []
  2. Claude Mauriac, 1986. []
  3. Georges Gurvitch, 1968, 1967. []
  4. Étienne Pivert de Senancour, 1802. []
  5. Georges Perec, 1981. []
  6. Georges Duhamel, 1933. []
  7. Maurice Caullery, 1942. []
  8. Alain, 1936. []
  9. Romain Gary, 1960. []
  10. Victor Hugo, 1865. []
  11. Michel Debatisse, 1963. []
  12. André Beaufre, 1964. []
  13. Victor Hugo, 1819. []
  14. Bernard-Joseph Saurin, 1760. []
  15. Jules Verne, 1879. []
  16. Duc de Saint-Simon, 1710. []
  17. Georges Perec, 1975. []

Fictionnaliser la routine

 Devinette : quel est cette pratique qui « ne change pas la routine de votre vie, mais peut aider à ‘fictionnaliser’ cette routine, à faire en sorte que cette dernière puisse devenir une sorte d’aventure », grâce à un objet dont « le mécanisme est très simple » ?

Indices supplémentaires : pour l’auteur de la définition ci-dessus il est aussi question de « canon à paroles », de « main rendue », d’« objet à voir le chemin parcouru », voire d’« espace à culpabilité ».

Eh bien non, ce n’est pas de correspondance qu’il s’agit, ni de lettres où le quotidien raconté échappe à l’oubli, où le minuscule événement est pris dans la trame de la saga familiale, où le récit fait retour sur le passé, où les mots tissent les relations, il ne s’agit pas de lettres pour lesquelles une feuille, une plume et de l’encre suffisent.

C’est la description par son auteur de l’une de ses œuvres : « Objet à devenir le héros de sa propre vie » (2001). Cet objet est constitué d’un harnais avec compact disque et enceinte, ce qui permet au sujet qui le porte d’émettre sa propre musique, en accord avec les situations qu’il vit, les personnes qu’il croise. L’artiste, Philippe Ramette, l’a imaginé en référence au cinéma, car « il permet de concevoir son propre accompagnement musical. L’utilisateur devient son propre metteur en scène, considérant sa vie comme une fiction potentielle dans laquelle il peut agir ».

Philippe Ramette est un « ergonome pataphysicien », un inventeur d’objets improbables. Le catalogue de ses créations, Inventaire irrationnel (éditions courtes et longues, Paris, 2010, 274 pages) présente des photographies d’autres œuvres : « Espace à culpabilité » (1990), « Canon à paroles » (2001), « Objet à voir le chemin parcouru », (2003), « Main tendue » (2006). Ces réalisations, si elles ont à voir avec le désir de parler, voire de parler de soi (p. 42) et la préoccupation de communiquer (p. 52), sont bien loin de la correspondance !

 

Publier une correspondance

Ce carnet est un complément au site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale » http://correspondancefamiliale.ehess.fr/

Le site présente l’édition scientifique, par des historiennes, des correspondances d’une famille bourgeoise du XIXe siècle. Les lettres, écrites par des dizaines d’hommes et de femmes, touchent en particulier aux milieux scientifiques (autour de Muséum de Paris) et économiques (l’industrie du blanchiment des étoffes à Vieux-Thann). Elles font écho aux évènements traversés, de la Révolution française à la Grande Guerre, en passant par la guerre de 1870 et l’occupation de l’Alsace.