Archives de catégorie : 6 – Billets non classés

Extraction dentaire sans douleur


La jeune Marie Mertzdorff se rend régulièrement chez le dentiste mais nous constations, dans un billet précédent1, qu’avant 1876 « hors M. Pillette, les dentistes ne sont pas mentionnés dans les lettres conservées et des soins donnés aux adultes, il est peu parlé ». Changement au mois de mai 1879 lorsque Marie (20 ans alors), qui souffre d’abcès à répétition dans la bouche, est amenée à consulter un nouveau praticien. Elle tient son père très précisément au courant :

4 pages remplies d’une dent, mon Père chéri, c’est un peu trop mais j’ai pensé qu’il valait mieux te faire assister tant bien que mal à la journée complète (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

Un nouveau dentiste

– Premier rendez-vous

Le médecin et ami de la famille Milne-Edwards, examinant cette « vilaine dent du fond avec sa joue soudée et son abcès continuel » que le dentiste habituel voulait conserver, affirme le contraire. Selon lui,

il était urgent d’enlever au plus vite cette dent, qui aurait dû l’être depuis longtemps, que c’était détestable d’avoir une inflammation continuelle et que l’os déjà commençait à s’attaquer légèrement, notre dentiste s’était grossièrement trompé &&. (Id.

A la demande des parents inquiets qui accompagnent la jeune fille et s’enquièrent « d’un dentiste particulièrement adroit », le médecin donne « une adresse avec un petit mot pour M. Goldenstein, place de la Madeleine ». Ce petit mot fait merveille et bien que Marie se présente hors des heures de consultation, vu « l’urgence de l’opération », le « domestique » qui les reçoit alerte le dentiste et « au bout d’un instant nous voyons arriver un M. décoré qui nous dit qu’il va nous recevoir tout de suite. »

– M. Goldenstein

Marie ne décrit pas le cabinet dentaire. Mais le train de vie de la famille et le quartier prestigieux où exerce le « Monsieur décoré » ne rendent pas invraisemblable qu’elle ait pris place dans un fauteuil comparable à celui-ci :

Fauteuil dentaire, Paris, vers 1875 © ASPAD

Ce siège de prestige, conservé au Musée des Hospices Civils de Lyon, est proposé par la maison E. Billard, sise passage Choiseul à Paris, qui en fait la réclame en 1876. Inspiré d’un modèle américain, ce fauteuil à bascule offre toutes les nouvelles commodités : réglage de l’inclinaison et de la hauteur, têtière ajustable, repose-pieds et crachoir2.

Quoiqu’il en soit de son mobilier, le dentiste, Simon Goldenstein, est une sommité, auteur déjà en 1879 de plusieurs ouvrages : Traité sur les déviations des dents et leur redressement (1871), Arrêt de développement de la mâchoire inférieure : moyens d’y remédier (1879) ; il publiera plus tard : Faut-il soigner les dents de la première dentition : Conseils aux Mères (1889) et Pathologie buccale et naso-faciale (1900). Il s’est probablement perfectionné aux États-Unis, comme nombre de ses confrères. C’est là que s’initie, au début du XIXe siècle, un mouvement en faveur d’une formation scientifique des dentistes et que s’ouvre, à Baltimore en 1839, la première école officielle. En France une première école dentaire ouvre ses portes à Lyon en 1879, suivie en 1880 par l’École dentaire de Paris. Ce n’est qu’en 1892 qu’un diplôme de chirurgien-dentiste ou de docteur en médecine devient légalement obligatoire pour exercer3.

Une intervention urgente

– L’opération

Ce praticien averti regarde la dent et constate qu’elle est « en effet fort malade » : les racines sont « toutes baignées de pus » et « dans ces cas-là les dents adhèrent fortement à l’os ». Il est tout de suite question de l’extraction et de la douleur de l’extraction. Il écarte d’emblée l’anesthésie générale « car c’est toujours un peu dangereux » et que Marie y est « formellement opposée ». Un « moyen terme » est donc choisi :

il m’a engourdi seulement la joue et la mâchoire sans que je le sente car j’étais aussi bien moi que de coutume et il m’a arraché ma dent sans me faire le plus petit mal, j’ai seulement senti qu’on me tirait fortement. (Id.)

et Marie conclut : «  de sorte que je suis dans le ravissement de mon dentiste et dans le ravissement que ce soit fini  » (Id.). Le lendemain sa sœur rassure encore leur père toujours préoccupé de la santé et du bien-être de ses filles :

sa gencive se guérit à merveille […] elle n’a même pas eu la joue enflée, ce que l’on craignait, […] Je pense que tu es au moins aussi satisfait qu’elle que ce mauvais petit habitant ait quitté sa mâchoire et qu’il soit parti d’une manière si polie. (Émilie Mertzdorff  à son père, 14 mai 1879-B)

– L’anesthésie

Chacun vante et admire ce nouveau procédé d’anesthésie locale : la patiente elle-même :

Je suis sûre que tu partageras mon admiration pour le procédé américain qui m’a si bien réussi et que je souhaite à tout le monde maintenant. (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

la sœur témoin :

Marie ne s’est pas ressentie du violent départ de sa dent […] elle dit qu’elle n’a pas souffert ; c’est vraiment merveilleux de pourvoir endormir comme cela la partie locale en conservant toutes ses facultés.  (Émilie Mertzdorff  à son père, 14 mai 1879-B)

le père attentif :

Je ne connaissais pas cet admirable procédé d’endormir & rendre insensible une partie de son individu, pourquoi ne s’en sert-on pas plus souvent. C’est autrement pratique que de vous endormir quoiqu’il n’y ait plus danger. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14 mai 1879-A)

Dès la première moitié du XIXe siècle, des procédés d’anesthésie générale par inhalation de gaz (par exemple le protoxyde d’azote) sont expérimentés aux États-Unis et en Europe, et des études sont menées en France, par Claude Bernard par exemple dans les années 1840-1850. Il s’interroge, dans ses Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses : « Trouverons-nous une substance toxique qui agisse primitivement isolement sur la sensibilité ? »4. Divers moyens d’anesthésie locale sont testés : morphine, éther, chloroforme, mélange réfrigérant, etc.5. Dans le cas de Marie, qui ne parle pas d’injection6, il pourrait s’agir d’une boulette de coton chloroformé appliquée sur la gencive. Elle remarque : « il paraît que je n’ai pas changé de couleur une minute ».

Laissons conclure le père et la fille en un dialogue affectueux :

Voilà mon Père chéri ma longue odyssée et je suis sûre que tu en seras bien content comme tante et oncle et moi et tout le monde car quoique ce ne soit pas grand chose cela aurait peut-être fini par devenir quelque chose de sérieux. (Marie Mertzdorff à son père, 13 mai 1879)

je suis très content que cela se soit fait & que je ne l’aie su qu’après. La simple lecture de ta lettre m’a donné un petit tremblement qui persiste encore & il y a cependant déjà quelques heures que je le sais (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 14 mai 1879-A)

  1. « Consulter un dentiste » https://puc.hypotheses.org/691. []
  2. Article « Fauteuil de Billard » sur le site de l’Association de sauvegarde patrimoine de l’art dentaire, www.biusante.parisdescartes.fr/aspad/expo01.htm. []
  3. Christophe Lefébure, Histoire de l’art dentaire, 2001, pages 76 et 85. []
  4. Claude Bernard, Leçons sur les effets des substances toxiques et médicamenteuses, 1857, page 356. []
  5. Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Éditions de la Découverte, 1993, page 211. []
  6. Les injections se développeront avec les progrès des seringues. []

Une girafe et pas de chat

La notice de la Bibliothèque nationale de France présente André Marie Constant Duméril (1774-1860) comme « médecin et naturaliste ». Il était, par goût semble-t-il, plus naturaliste que médecin et ses lettres1 parfois s’animent de considérations animalières, tout comme celles d’autres savants de son entourage. Mais ici, dans un retour sur des billets déjà parus, il sera question d’animaux plus familiers que les sauriens ou les tortues d’Amérique qui l’occupaient.

Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905
Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905 (Source: BNF-Gallica)

Des chats ?

  • Faire de l’audience

Il y a quelques mois, j’ai reçu ce courriel du jeune technicien chargé de la communication dans mon centre de recherches : « Bonjour Danièle, si des chats sont mentionnés dans les différentes correspondances, te sens-tu de faire un billet ? » Je me suis étonnée de la question, car j’avais déjà écrit sur les animaux domestiqués mentionnés dans les lettres et signalé qu’à côté des chevaux, chiens, poules et lapins, les chats ne font que de rares apparitions : pas de quoi faire un billet spécifique sur eux ! Dommage, m’a-t-il dit, car à son avis cela aurait dopé l’audience de ce carnet.
J’ai découvert grâce à ce féru des nouveaux canaux de communication que les chats rencontrent sur le Net un succès qui ne se dément pas. Certes, j’avais souri avec des collègues ou des amis devant des scènes amusantes dont un chaton était le héros ; mais je n’avais pas mesuré l’ampleur de ce qui est un véritable phénomène pointé par les journalistes. Pourquoi les chats rencontrent-ils autant de succès sur le Net ?

  • LOLcats et vidéos

Au début des années 2000, des blogueurs politiques auraient posté des photos de leurs chats assorties de légendes humoristiques, comme pour proposer un dérisoire échange enfin consensuel : les LOLcats. Des images partagées, le thème toujours accrocheur de l’animal familier, l’humour en plus : le succès était assuré. Débarrassées des références communes à ce premier cercle d’internautes, délaissant les légendes en anglais, accentuant la gaucherie des tout jeunes animaux et privilégiant le comique de situation et le mouvement, photos puis vidéos de chats mimant les humains conquièrent un public immense. Les propriétaires de chiens se retrouvent dans les rues et les jardins ; les amoureux des chats, qu’ils en possèdent un ou non, découvrent un lieu virtuel où échanger, un moyen de former communauté. « Les vidéos de chats plaisent parce qu’elles sont accessibles, autant pour le public que pour les créateurs » conclut un post consacré aux LOLcats.
Le charme de ces séquences anthropomorphiques trouve parfois ses limites : il semble que ces chats ont peu de succès en Ouganda, par exemple2.

Et la girafe ?

Au cours de recherches dans le fonds Gallica de la Bibliothèque nationale de France, je suis tombée sur cette partition publiée dans les années 1820 par Madame Joly, marchande de musique à Paris : « Les adieux d’un Affricain (sic) à la girafe ». La musique et l’accompagnement de guitare sont de Luigi Castellacci (1797-1845), les paroles d’Emmanuel Destouches de Mondoubleau. J’en livre ici les vers, comme des paperolles collées en marge du billet « L’année de la girafe »

Sous le ciel pur de l’antique Nubie,
Un jeune Maure affricain troubadour,
Près de Sennar sur sa lyre chérie
Ainsi chantait au déclin d’un beau jour :
J’aurai guidé sur le sable mobile
Tes pas légers qu’effaçait le zéphir !
Sous d’autres mains tu deviendras docile ;
Douce Girafe hélas ! Tu vas partir.

Au doux pays des timides Gazelles,
De nos déserts tu faisais l’ornement !
Et le chasseur dans ses courses cruelles,
Ne souillait point ses flèches de ton sang ;
Tu dessinais sur l’arène légère
Tes nobles pas sans craindre, ni souffrir ;
Tu fouleras une terre étrangère !
Douce Girafe, hélas ! Tu vas partir !

Mais destinée à vivre en France,
Console-toi d’un destin si nouveau !
Quand un pays, des arts, de la science
Et de l’honneur fut surtout le berceau,
Pour ce climat consacré par l’histoire
Où l’olivier maintenant doit fleurir,
Je serai fier de ton sort plein de gloire
Si comme toi je puis un jour partir !

De mignons petits animaux si « humains » séduisent nos contemporains – et des bêtes inconnues venues d’ailleurs déploient un autre volet de l’intérêt pour le vivant.

  1. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. Frédéric Kaplan et Nicolas Nova, La Culture internet des mèmes, cité par David Larousserie dans Le Monde du 8 juin 2016. []

7-8-9 janvier 2015

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Perspectives

Ce carnet a été ouvert en février 2013, pour accompagner l’édition d’une correspondance familiale. Abordant trois thèmes (les éléments contenus dans les lettres qui informent sur le XIXe siècle, ce qui touche à l’épistolaire et au courrier et enfin le travail d’édition d’une correspondance), les billets, tesselles éparpillées sur le site, ébauchent une mosaïque assez floue qui devrait prendre forme par la suite. Il a paru utile de répertorier quelques motifs déjà esquissés pour annoncer des dessins plus complets. A titre d’exemple, ont été retenus quatre sujets, diversement amorcés : la pratique épistolaire, les représentations des épistoliers, les biographies, l’environnement typographique.

  • La pratique épistolaire

La pratique de l’écriture des lettres au XIXe siècle a des caractères propres ; elle s’inscrit dans un réseau de prescriptions et de modèles qu’il convient d’explorer. L’éventail de ce qui touche à l’épistolaire est large, qu’il s’agisse de la forme épistolaire (signature, commissions, adresses, sujets prescrits et proscrits, style), des supports de l’écriture (cartes postales, télégrammes, feuilles plus ou moins grandes, dont le format module l’écriture), des objets qui l’entourent (timbre, enveloppe, bureau, boîte aux lettres), des manuels ou de l’administration postale. Les aspects matériels de l’écriture, les formes d’expression et les moyens rhétoriques mis en œuvre constituent autant de pistes.

  • Les images d’épistoliers

La représentation de la femme qui reçoit ou rédige un billet est un thème qui a séduit peintres et romanciers – et à leur suite historiens de l’art et historiens de la littérature. Le bandeau de ce carnet (un détail d’une lithographie de Gavarni) en est un exemple. Revenant sur les études menées avec Cécile Dauphin sur les gravures largement diffusées au XIXe siècle1 je présenterai quelques images en rapport avec l’épistolaire.

  • L’environnement typographique

Le texte des lettres fourmille de mentions ou d’allusions à d’autres textes, qu’il s’agisse de livres et journaux ou d’autres lettres. Plus discrets, des caractères typographiques sont mentionnés comme décors (le lettrage) qui attirent l’attention sur l’aspect esthétique des signes et des écritures. Cet ensemble de caractères typographiques ou manuscrits signalés par les lettres, lus comme des textes ou vus comme des images, constitue une partie de l’environnement graphique des membres de cette famille. Il est sans doute commun à une partie de la bourgeoisie de cette époque, qui partage la même familiarité avec l’écrit ; en cela il vaut qu’on s’y arrête.

  • Les biographies

La biographie de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, se poursuivra. En parallèle, la vie de son oncle Auguste Duméril, professeur de zoologie, balisée elle aussi par des lettres depuis sa naissance jusqu’à sa mort, pourra offrir un pendant masculin, voire donner des éléments pour décrire comment se construisent les inégalités entre les sexes. Mais que dit la correspondance familiale de la vie intellectuelle d’un savant ?
D’autre part, des personnes apparaissent dans des billets, fugitivement évoquées, comme le maçon Pierre Trentini ou Marie Anne Wallenburger-Neeff, épuisée de maternités et de deuils, pour lesquelles quelques éléments de leur vie peuvent être glanés.
Surplombant ces exemples, il sera utile de s’interroger, dans le sillage de plusieurs études déjà parues, sur les relations entre biographies (ou autobiographies) et correspondances.

***

Se dessine ainsi un ambitieux canevas pour l’écriture des billets futurs qui, variant les échelles, passant du particulier de telle lettre au plus général en un va-et-vient habituel aux sciences humaines, brosse un programme à long terme – jamais complètement réalisable.

  1. Cécile Dauphin et Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures – 1800-1920, PU Rennes, 2009. []

Avec l’an neuf vint Lodel neuf

De Lodel 7 à Lodel 9, une fantaisie  en forme de patchwork littéraire (la migration du site, suite et fin – provisoire !)

Des conceptions nouvelles et variées se sont fait jour. La présentation des [lettres] qui obéit à des nécessités didactiques autant qu’esthétiques, commande des formes architecturales nouvelles1. À Lodel 7 doit succéder Lodel 9. Des versions se périment, d’autres les remplacent ; cependant une génération ne se distingue pas d’une autre par une façon différente d’envisager les choses, mais par une forme nouvelle d’expression2. L’expérimentation de nouvelles formes d’investigation et de nouvelles techniques est apparue indispensable. Un travail de réflexion a été entrepris sur ce point dès avant [l’été]. Mais l’obligation de considérer aujourd’hui un monde en totale transformation, et non le seul univers des [sites des chercheurs] primitifs estimés authentiques, doit entraîner un bouleversement dans les démarches intellectuelles3. Les formes s’engendrent, s’effacent, se reproduisent dans une série sans bornes qui ne sera jamais répétée4. On est obligé de trouver de nouvelles formes, de nouvelles manières de se tracer un chemin à travers cette chose qui est très opaque. L’histoire se fait au fur et à mesure, l’écriture se confond avec le projet. Tout ça, en étant évidemment conscient que tout le travail préparatoire n’est rien. Je veux dire que le projet peut être sublime, grandiose, subtil, ça n’existera que lorsqu’il y aura les phrases, les mots [sur l’écran]. [Si j’ai] un programme précis, un plan ? Oui, sauf que ce n’est jamais respecté. Le propre des plans et des programmes, c’est de ne jamais les respecter. Et puis, ce qu’il y a aussi, c’est que je travaille sur plusieurs projets en même temps5.

Il faut donc transformer le site, le faire migrer. On a vu dans un billet précédent la difficulté de la chose. Minute d’effroi. Je crus impossible, [me jetant à genoux ou pleurant], de détourner un projet en même temps si fol et si grandiose6. Les formes présentent, dans leurs états successifs, des discontinuités marquées. Après de nouvelles mues, [le site] prend progressivement la forme définitive7. S’annonce un ordre nouveau, qui n’est point, qu’on ne voit point ; qu’il faut faire par travail obstiné, ingrat, sans succès d’abord et presque sans espérance8. Mais il ne faut pas faire, jamais, les choses à demi. À ce début de réussite, il manquait un élément de transcendance, de merveilleux, un deus ex machina qui viendrait transformer notre premier succès en une victoire définitive et écrasante sur [la technologie]9. Je promis donc : Je compte aider, autant qu’il sera en mon pouvoir, au succès de votre beau et utile travail10. Et ils se mirent au travail sans attendre que toutes les conditions du succès soient rassemblées, sans condamner a priori les structures existantes, sans vouloir non plus imposer un système défini par avance11. L’espérance du succès justifiait les sacrifices12.

Je suis loin de croire avoir réussi partout également. Cependant j’avouerai, et vous n’en serez peut-être pas étonné, que ces deux [versions] m’ont coûté plus de peine à retoucher qu’à composer ; voilà surtout pourquoi je doute du succès de mon travail. Quand j’hésitais entre deux versions j’ai cru devoir les soumettre toutes deux au choix de l’Académie13. La victoire toujours ne suit pas la valeur : Du succès trop souvent la fortune dispose14.

Ainsi, au moment même où je désespérais presque du succès15, je me sentis bien soulagée d’une si grande affaire faite, et j’avoue que ce ne fut pas sans émotion que j’attendis le succès de mon travail16.

La victoire d’un homme est toujours la victoire de son équipe17. Et la victoire d’une femme ?

*

  1. Les Musées en France, 1950. []
  2. Claude Mauriac, 1986. []
  3. Georges Gurvitch, 1968, 1967. []
  4. Étienne Pivert de Senancour, 1802. []
  5. Georges Perec, 1981. []
  6. Georges Duhamel, 1933. []
  7. Maurice Caullery, 1942. []
  8. Alain, 1936. []
  9. Romain Gary, 1960. []
  10. Victor Hugo, 1865. []
  11. Michel Debatisse, 1963. []
  12. André Beaufre, 1964. []
  13. Victor Hugo, 1819. []
  14. Bernard-Joseph Saurin, 1760. []
  15. Jules Verne, 1879. []
  16. Duc de Saint-Simon, 1710. []
  17. Georges Perec, 1975. []

Fictionnaliser la routine

 Devinette : quel est cette pratique qui « ne change pas la routine de votre vie, mais peut aider à ‘fictionnaliser’ cette routine, à faire en sorte que cette dernière puisse devenir une sorte d’aventure », grâce à un objet dont « le mécanisme est très simple » ?

Indices supplémentaires : pour l’auteur de la définition ci-dessus il est aussi question de « canon à paroles », de « main rendue », d’« objet à voir le chemin parcouru », voire d’« espace à culpabilité ».

Eh bien non, ce n’est pas de correspondance qu’il s’agit, ni de lettres où le quotidien raconté échappe à l’oubli, où le minuscule événement est pris dans la trame de la saga familiale, où le récit fait retour sur le passé, où les mots tissent les relations, il ne s’agit pas de lettres pour lesquelles une feuille, une plume et de l’encre suffisent.

C’est la description par son auteur de l’une de ses œuvres : « Objet à devenir le héros de sa propre vie » (2001). Cet objet est constitué d’un harnais avec compact disque et enceinte, ce qui permet au sujet qui le porte d’émettre sa propre musique, en accord avec les situations qu’il vit, les personnes qu’il croise. L’artiste, Philippe Ramette, l’a imaginé en référence au cinéma, car « il permet de concevoir son propre accompagnement musical. L’utilisateur devient son propre metteur en scène, considérant sa vie comme une fiction potentielle dans laquelle il peut agir ».

Philippe Ramette est un « ergonome pataphysicien », un inventeur d’objets improbables. Le catalogue de ses créations, Inventaire irrationnel (éditions courtes et longues, Paris, 2010, 274 pages) présente des photographies d’autres œuvres : « Espace à culpabilité » (1990), « Canon à paroles » (2001), « Objet à voir le chemin parcouru », (2003), « Main tendue » (2006). Ces réalisations, si elles ont à voir avec le désir de parler, voire de parler de soi (p. 42) et la préoccupation de communiquer (p. 52), sont bien loin de la correspondance !

 

Publier une correspondance

Ce carnet est un complément au site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale » http://correspondancefamiliale.ehess.fr/

Le site présente l’édition scientifique, par des historiennes, des correspondances d’une famille bourgeoise du XIXe siècle. Les lettres, écrites par des dizaines d’hommes et de femmes, touchent en particulier aux milieux scientifiques (autour de Muséum de Paris) et économiques (l’industrie du blanchiment des étoffes à Vieux-Thann). Elles font écho aux évènements traversés, de la Révolution française à la Grande Guerre, en passant par la guerre de 1870 et l’occupation de l’Alsace.