Archives de catégorie : 6 – Billets non classés

Mémoire des lieux

L’École des hautes études en sciences sociales, institution au sein de laquelle s’élabore ce carnet et le site Une Correspondance familiale. S’écrire au XIXe siècle, a son siège principal au 54 boulevard Raspail, dans le 6e arrondissement de Paris. L’EHESS est également implantée sur d’autres sites, dans et hors de Paris : à Marseille (à la Vieille Charité), à Lyon et à Toulouse – et maintenant, depuis 2019, à la Cité des Humanités et des Sciences-Sociales-Campus Condorcet à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

 

Paris : 54 boulevard Raspail

L’actuel bâtiment, celui de la Maison des sciences de l’homme voulue par Fernand Braudel, est construit dans les années 1960 à l’angle de la rue du Cherche-Midi et du boulevard Raspail par le trio d’architectes Paul Depondt, Marcel Lods et Henri Beauclair. Comme le rappellent quelques documents exposés dans le hall du bâtiment, celui-ci s’élève à l’emplacement d’une ancienne prison, elle-même construite à la place d’un couvent1.

  • La maison du Bon-Pasteur

Le couvent de la congrégation des filles du Bon-Pasteur du Cherche-Midi est créé en 1688. Le couvent, prospère, accueille à la fois des religieuses et des pénitentes (jusqu’à 200), qu’elles convertissent. La communauté religieuse est supprimée en 1790 durant la Révolution.

  • La Caserne du Cherche-Midi

Dans les bâtiments sont alors installés des magasins d’habillement de la garnison de Paris, puis l’entrepôt des subsistances des troupes de cette garnison. La caserne reste en activité jusqu’à sa démolition en 1847.

  • La prison du Cherche-Midi

En 1853, une prison militaire est construite à cet emplacement. Inspirée d’un modèle américain, elle se veut moderne, isolant la nuit les détenus dans des cellules individuelles et leur imposant le jour des travaux collectifs. Deux cents détenus succèdent à deux cents pénitentes.
Pendant la guerre, en 1940, les prisonniers sont transférés à Mauzac (Haute-Garonne), tandis que les locaux parisiens sont utilisés par les Allemands pour y interner et torturer opposants politiques et résistants. Fin 1947, la prison, vide, insalubre, délabrée, revient au ministère de la Justice, qui la fait démolir en 1966. Pendant quelques années ce ministère occupe d’ailleurs des bureaux dans le nouveau  bâtiment construit en 1970 pour la Maison des sciences de l’homme et l’École pratique des hautes études (dont est issue l’École des hautes études en sciences sociales en 1976).

 

Une sculpture monumentale de Shamaï Haber (1922-1995), qui dresse d’austères blocs de granit de Bretagne à son emplacement, commémore la prison du Cherche-Midi2.

 

.

Marseille : la Vieille Charité 

Les locaux marseillais de l’EHESS recèlent un passé tout aussi tumultueux et tragique, placé lui aussi sous le signe de la réclusion. La documentation est suffisamment accessible pour que l’on ne s’attarde pas ici sur l’histoire de l’édifice. On se contentera de juxtaposer deux images, deux moments que l’on voudrait symboliques d’un mouvement vers plus d’ouverture intellectuelle et d’apaisement social.

  • Le XVIIe siècle

La Vieille Charité, au cœur du quartier du Panier près du Vieux-Port de Marseille, est édifiée à partir de 1640 pour abriter, soustraire aux regards, enfermer les indigents, les mendiants et les vagabonds de la ville. Dans les années 1670 Pierre Puget (1620-1694) est l’architecte d’un projet plus pérenne et plus vaste, qui comprend, autour de la chapelle à la coupole ovale, un quadrilatère fermé de bâtiments à trois étages de galeries.

  • Le XXIe siècle

C’est dans ce cadre que l’EHESS, qui compte là une antenne, crée en septembre 2019 la première édition du festival des sciences sociales Allez Savoir

Septembre 2019 – Festival des sciences sociales à la Vieille Charité (Marseille)

  Sur la photo mise sur le site de l’École on voit une aile du bâtiment et, à droite, l’amorce d’une des colonnes du fronton de la chapelle ; dans la cour pavée, une foule paisible et apprenante.

  • 1943

Une autre image, fugitive, a attiré mon regard, saisie dans le film documentaire de Jacques Mouton et Michel Ficetola mis en ligne par le Comité du Vieux-Marseille3 :

24 janvier 1943 – évacuation des habitants, Vieille Charité (Marseille)

C’est le même cadre, la cour de la Vieille Charité. Mais la foule ici est fébrile et les circonstances dramatiques. Le 24 janvier 1943, dans le quartier populaire et cosmopolite qui longe le Vieux-Port et s’étend derrière la mairie, « dès 6 heures du matin, 20 000 personnes sont évacuées de force. Les trois quarts d’entre elles rejoindront les camps militaires désaffectés de Fréjus (Var), 800 seront déportées : des juifs, des résistants, des militants ou plus vaguement des « suspects ». Une semaine plus tard, les quartiers de la Tourette, de Saint-Jean et de l’hôtel de ville seront dynamités par les Allemands. »4.

***

La Vieille Charité échappe à la destruction. Jusque dans les années 1950, des habitants pauvres réinvestissent les lieux, construisent de précaires baraques et de fragiles ateliers contre les murs de pierre, survivent dans des conditions misérables. À partir du classement comme monument historique en 1951, la chapelle et l’hospice sont peu à peu rénovés. La pierre blonde, la chapelle dégagée, la cour nette, les bâtiments qui accueillent des institutions culturelles (musée d’archéologie méditerranéenne, musée d’arts africains, océaniens et amérindiens, EHESS et institutions de recherche) à Marseille, comme l’élan des poutrelles métalliques et le rythme des volets en accordéon du boulevard Raspail, recouvrent les souvenirs d’un passé moins lisse qu’il n’y paraît. Cependant la mémoire des lieux perdure, le passé affleure sous le présent…

  1. Source des paragraphes suivants : Wikipédia. []
  2. Image empruntée au blog de Jacky Tronel, Histoire pénitentiaire et Justice militaire. []
  3. Capture d’écran de « Marseille assassinée lors de l’opération ‘Sultan’ de janvier-février 1943 », film de Jacques Mouton et Michel Ficetola  pour les archives du Comité du Vieux-Marseille et Massaliotte-Culture, 2018. https://www.youtube.com/watch?v=cjUqrQrsu6k&feature=youtu.be []
  4. Jean-Baptiste Mouttet, « Marseille, 1943 : autopsie d’un crime contre les quartiers populaires », Médiapart, 2 août 2020. []

L’« intéressant » pour guide

Dans ses Souvenirs au si beau titre Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas, Paul Veyne revient à plusieurs reprises sur la notion d’« intéressant ». Dès son plus jeune âge il « s’enflamme » pour les traces de l’Antiquité païenne qu’il découvre dans les livres ou sous ses pieds, restituées par la terre provençale. A dix ans, les Hymnes homériques le révèlent érudit ; puis le petit garçon curieux devient historien de l’Antiquité romaine. Paul Veyne précise : « l’érudition est ludique : elle est intéressante, mais n’a aucun enjeu matériel, ni moral, ni souvent esthétique, ni social ni humain, c’est une simple curiosité, mais compliquée, ce qui fait son intérêt et son plaisir. »1

Paul Veyne et « l’intéressant »

Distinct de « l’amusant » qui semble un des critères favoris d’appréciation des activités pour les demoiselles Mertzdorff2, « l’intéressant », défini par Paul Veyne, est « un de nos principaux mobiles, il explique une bonne part des conduites humaines, culturelles et autres, bien qu’il soit souvent oublié dans les énumérations. D’accord, le sexe, l’argent, le pouvoir… L’intéressant, lui, ne s’explique par rien, il n’est pas utile, ni égoïste, ni altruiste, il n’est pas nécessairement rare, plaisant, élevé, précieux ou beau : l’intéressant est désintéressé »3. Cet éloge d’une conduite qui m’égare souvent dans des sentiers hors de la droite voie principale, qui m’écarte du texte d’une lettre pour suivre, partie d’un mot, d’un nom propre le plus souvent, les méandres d’une vie qui m’était inconnue ou les surprises de pratiques anciennes, cet éloge de ce qui ne passe pas souvent pour une qualité m’a rassurée. Ainsi confortée, je peux montrer où m’a conduite la lecture d’une lettre banale.

Une lettre de 1880 et un ouvrage de dame

Certes, c’est une lettre à trois mains, ce qui n’est pas courant : une mère et ses deux filles, Mathilde et Paule, âgées d’une vingtaine d’années ; sur le même feuillet elles s’adressent à leur amie, la veille de son mariage4. Malgré cette circonstance le texte n’a a priori rien pour retenir l’attention : ni réflexion sur ce moment unique, ni sentiment remarquable, ni récit piquant, ni style alerte. Les trois dames, qui vont assister à la cérémonie le lendemain, remercient d’un cadeau offert à cette occasion (une pendule) et réaffirment leur amitié qui s’est marquée par la confection d’un ouvrage.

Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard, Nouveau manuel complet de la broderie – Atlas, planche 1 [BNF Gallica]

Rien d’original à cela, toutes les jeunes filles qui entourent les épistolières dans cette société bourgeoise s’affairent sans cesse à coudre ou à broder : pour elles, pour leurs proches, pour les pauvres. Le livre des modèles (l’Atlas) du manuel d’Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard, parmi tant d’autres, propose une grande diversité de motifs à broder5.

Dans le court paragraphe rédigé par la mère, Mme Arnould, quelques mots piquent l’intérêt. « Comme la mouche du coche j’ai fait quelques points à cet ouvrage, mais le plus intéressant c’est que le dessin a été calqué sur une des faïences de la Maison carrée d’Alger et les combinaisons de couleurs, nuances, etc. sont uniquement sorties de l’idée de vos amies Mathilde et Paule », écrit-elle. Les « faïences de la Maison carrée d’Alger » ? Me voilà partie.

Des colons amateurs d’art

Partie à la recherche de renseignements sur les faïences de la Maison carrée d’Alger. La piste se perd d’abord dans la banlieue d’Alger, vers la localité de Maison carrée, placée stratégiquement à l’Est de la ville et toute hérissée des faits de guerre du début du siècle (le XIXe), et dans le quartier de La Faïence, coincé entre La Montagne, La Glacière, La Cressonnière, Cité D’urgence – pittoresques ou tragiques, ces noms ne m’éclairent pas.

Les cheminements de l’Internet me présentent enfin un article où se côtoient, autour de 1900, la céramique algéroise et la famille Arnould (celle des signataires) : « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », de Clara Ilham Álvarez Dopico6. L’auteure invite à pénétrer le milieu des colons algérois qui, par son intérêt pour la production traditionnelle, a permis l’essor d’une nouvelle industrie de revêtements en céramique d’art, entre la fin des années 1880 et les années 1920. Elle cite une phrase d’Henri Klein – exergue ici complété : « La ville, devenue d’albâtre, se lustre aux céramiques de ses frontons et de ses tours, s’irradie aux verrines de ses baies, flambe aux vitrages des coupoles dressées sur ses atriums. Dans la campagne, sous leurs ornements de faïences, de tuiles vernissées et de cabochons, éclatent les villas mauresques épanouies de toute leur neige en leurs jardins solitaires »7. Vers la fin du XIXe siècle, les grandes demeures des environs d’Alger, reprises par des particuliers ou des institutions, sont réaménagées ; un « cachet plus oriental » leur est donné, grâce à un décor qui emprunte aux œuvres anciennes leurs couleurs et leurs riches motifs. Des architectes se mettent au service des amateurs et des collectionneurs d’art islamique. Clara Ilham Álvarez Dopico signale parmi les recréations de cette époque « la grande propriété du Bordj Polignac à Bouzareah », la villa de l’architecte Albert Bizet, celle, achetée en 1910, du négociant de vins d’Algérie Frédéric Lung et – nous y voilà – « le djenan Caïd el Bab à Birkadem, acquis en 1863 par Arthur Arnould (Reims, 1828 – Alger, 1867). [  ] Son [neveu], Charles Arnould (Reims, 1847 – Reims, 1904), maire de Reims, œuvre dans le même sens. » Citons l’article :

« [Arthur Arnould] restaure la maison, conserve tous les éléments d’origine et y apporte une splendide collection de faïences de toutes origines. En 1901 Henri Klein publie dans La Dépêche Algérienne une description enthousiaste de la villa, « exemplairement restituée dans son caractère ». Il y parle des « exceptionnelles faïences qui lambrissaient les murs sur environ un mètre cinquante de haut », ainsi que d’autres carreaux de la collection Arnould « disposés dans des cadres, comme autant de tableaux, sur le reste des murs chaulés de blanc ». La presse de l’époque fait référence à la collection de Mme veuve Arnould [Marie Becker, veuve de Charles Arnould ] à Birkadem ».

Ainsi s’explique que Mathilde et Paule Arnould, nièces d’Arthur Arnould, en veine d’inspiration orientalisante, aient pu calquer le dessin de faïences algéroise pour leur broderie. Que brodaient-elles ? Coussin, paravent, garniture de fauteuil, de tabouret, de prie-dieu, tapis de lit, tapis de lampes, petit tableau, anneau de serviette… la liste est sans fin et nous ne savons quel objet elles ont offert. Pas plus que nous ne devinons quels motifs ont eu leur préférence.

Le goût d’un Orient fantasmé a inspiré les peintres depuis des décennies, mais il semble qu’il faille attendre quelques années encore – l’Exposition de 1893 par exemple – pour que les arts de l’Islam commencent à trouver un public.

Trois carreaux de faïence reproduits dans un Portefeuille en 1892 [BNF Gallica]

Un Portefeuille des arts décoratifs8 reproduit, en 1892, « trois carreaux de revêtement de muraille, en faïence décorée sur fond à reflets métalliques, Orient, XVIe siècle » de la collection du Musée des Arts décoratifs.

Moins attentives sans doute que leur oncle à l’authenticité des œuvres, les demoiselles Arnould improvisent leurs propres couleurs. En Algérie aussi des œuvres nouvelles sont bientôt créées : les demandes publiques et privées de décors amènent l’ouverture de nouveaux ateliers où des maîtres céramistes créent un langage orientaliste original.

***

Le sentier buissonnier emprunté à partir des « faïences de la Maison carrée d’Alger » aurait pu mener ailleurs. Sur le site, la lettre sera publiée avec une note : « Arthur Arnould (†) et Charles Arnould collectionnent les faïences islamiques à Alger » et j’aurai passé quelques heures quiètes, ayant, comme tous « les animaux supérieurs », « l’étrange faculté de [m]’intéresser à ce qui ne [me] sert à rien »9. Si « l’intéressant est désintéressé » je fais le pari qu’il se partage et j’espère qu’il n’est pas ennuyeux.

Fragment de céramique de revêtement (Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Claire Tabbagh / Collections Numériques)

 

  1. Paul Veyne, Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas : souvenirs, Albin Michel, 2014, p. 12. []
  2. Voir le billet de ce carnet : « Amusant ». []
  3. Paul Veyne, Op. cit., page 36. []
  4. Lettre du 13 avril 1880, de Paule Arnould, sa sœur Mathilde et leur mère, à leur amie Marie Mertzdorff, qui va épouser Marcel de Fréville. []
  5. Mme Celnart [Élisabeth-Félicie Bayle-Mouillard], Nouveau manuel complet de la broderie – Atlas, Roret, 1840, BNF Gallica. []
  6. Clara Ilham Álvarez Dopico, « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du XXe siècle », ABE Journal [En línea], 13 | 2018, Publicado el 15 octubre 2018, consultado el 13 mayo 2020. URL : http://journals.openedition.org/abe/4333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abe.4333. []
  7. Henri Klein, Les lumières d’El-Djezaïr, 1918 [BNF Gallica, ark:/12148/bpt6k5612761f]. []
  8. Portefeuille des arts décoratifs, publié sous le patronage de l’Union centrale des arts décoratifs par Alfred de Champeaux, 1892. []
  9. Paul Veyne, Op. cit., page 37. []

Fantômes

Il fait une chute mortelle dans le parc des Buttes-Chaumont ; ensuite, dans le film de Stéphane Batut1, on le voit errer dans ce quartier parisien, lunaire et invisible à tous. Sauf aux yeux d’une jeune femme qui reconnaît en lui son amour d’autrefois. Entre elle, bien vivante et lui, devenu fantôme, se tisse une relation étrange aux marges de notre monde quotidien. Ces deux êtres qu’unit une communication incertaine, un attachement spectral, habitent un territoire dérobé où le temps, fluide pour l’une et figé pour l’autre, échappe à l’expérience commune.

Un billet précédent, « Caroline posthume » relevait que, des années durant après son décès précoce, les lettres exprimaient la conviction que son être évanescent et efficace continuait d’être là et de veiller sur ses filles. Chacun dans la famille partage cette certitude, portée par une foi catholique affichée. Lorsque Marie Mertzdorff, la fille aînée de Caroline, épouse Marcel de Fréville, elle affirme :

Il me semble que toutes les garanties de bonheur se trouvent dans ce mariage et je suis sûre que du haut du ciel mes deux mères chéries me bénissent. » (Marie Mertzdorff à sa grand-mère, 7 janvier 1880)

Les « deux mères chéries » sont Caroline Duméril et Eugénie Desnoyers la seconde épouse de son père, qui l’a élevée ensuite. Sa grand-mère lui répond dans le même registre :

Les chères mères qui sont au Ciel sont avec nous et prient pour nous. (Félicité Duméril à sa petite-fille Marie Mertzdorff, 23 janvier 1880)

Chacun manifeste sa croyance dans la présence efficiente des morts. Le souvenir des « chères mères » est sans cesse ravivé. Le mariage de Marie et la maternité qui suit sont l’occasion de rappeler le passé :

on a beaucoup parlé des souvenirs d’autrefois, de petite mère (Marie Mertzdorff à son père, 18 février 1880)

Charles Mertzdorff s’abandonne alors à de pudiques confidences, évoquant les quatre années de son premier mariage :

lorsque l’on n’a joui que 4 ans de bonheur, l’on trouve que c’est bien peu & la vie est souvent une charge alors. Tomber de bien haut fait bien mal ! (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 31 mars 1880)

Mais peut-être entend-on comme un vacillement dans l’exclamation de Charles Mertzdorff qui se souvient de ses épouses tôt disparues (à l’âge de 26 et de 36 ans) : « Heureux celui qui a cette foi » (11 juillet 1871).

Défunts en attente de la résurrection, souvenirs, ou présences fantômes, les êtres chéris se frayent parfois un chemin secret auprès des vivants. Alors, que l’on soit, ou non, croyant, que l’on ait, ou non, commerce avec les fantômes, il semble, comme le formule le réalisateur Stéphane Batut, que l’on « continue d’être animé par ceux qui ne sont plus là » car « l’amour, comme la mort, se nourrit beaucoup du souvenir »2.

  1. Stéphane Batut, Vif-argent, 2019, avec Thimotée Robart, Judith Chemla, Djolof Mbengue, Saadia Bentaïeb. []
  2. Propos de Stéphane Batut recueillis par Clarisse Fabre, Le Monde, 28 août 2019. []

Une girafe et pas de chat

La notice de la Bibliothèque nationale de France présente André Marie Constant Duméril (1774-1860) comme « médecin et naturaliste ». Il était, par goût semble-t-il, plus naturaliste que médecin et ses lettres1 parfois s’animent de considérations animalières, tout comme celles d’autres savants de son entourage. Mais ici, dans un retour sur des billets déjà parus, il sera question d’animaux plus familiers que les sauriens ou les tortues d’Amérique qui l’occupaient.

Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905
Paul Renouard, Gazette des beaux-arts, 1905 (Source: BNF-Gallica)

Des chats ?

  • Faire de l’audience

Il y a quelques mois, j’ai reçu ce courriel du jeune technicien chargé de la communication dans mon centre de recherches : « Bonjour Danièle, si des chats sont mentionnés dans les différentes correspondances, te sens-tu de faire un billet ? » Je me suis étonnée de la question, car j’avais déjà écrit sur les animaux domestiqués mentionnés dans les lettres et signalé qu’à côté des chevaux, chiens, poules et lapins, les chats ne font que de rares apparitions : pas de quoi faire un billet spécifique sur eux ! Dommage, m’a-t-il dit, car à son avis cela aurait dopé l’audience de ce carnet.
J’ai découvert grâce à ce féru des nouveaux canaux de communication que les chats rencontrent sur le Net un succès qui ne se dément pas. Certes, j’avais souri avec des collègues ou des amis devant des scènes amusantes dont un chaton était le héros ; mais je n’avais pas mesuré l’ampleur de ce qui est un véritable phénomène pointé par les journalistes. Pourquoi les chats rencontrent-ils autant de succès sur le Net ?

  • LOLcats et vidéos

Au début des années 2000, des blogueurs politiques auraient posté des photos de leurs chats assorties de légendes humoristiques, comme pour proposer un dérisoire échange enfin consensuel : les LOLcats. Des images partagées, le thème toujours accrocheur de l’animal familier, l’humour en plus : le succès était assuré. Débarrassées des références communes à ce premier cercle d’internautes, délaissant les légendes en anglais, accentuant la gaucherie des tout jeunes animaux et privilégiant le comique de situation et le mouvement, photos puis vidéos de chats mimant les humains conquièrent un public immense. Les propriétaires de chiens se retrouvent dans les rues et les jardins ; les amoureux des chats, qu’ils en possèdent un ou non, découvrent un lieu virtuel où échanger, un moyen de former communauté. « Les vidéos de chats plaisent parce qu’elles sont accessibles, autant pour le public que pour les créateurs » conclut un post consacré aux LOLcats.
Le charme de ces séquences anthropomorphiques trouve parfois ses limites : il semble que ces chats ont peu de succès en Ouganda, par exemple2.

Et la girafe ?

Au cours de recherches dans le fonds Gallica de la Bibliothèque nationale de France, je suis tombée sur cette partition publiée dans les années 1820 par Madame Joly, marchande de musique à Paris : « Les adieux d’un Affricain (sic) à la girafe ». La musique et l’accompagnement de guitare sont de Luigi Castellacci (1797-1845), les paroles d’Emmanuel Destouches de Mondoubleau. J’en livre ici les vers, comme des paperolles collées en marge du billet « L’année de la girafe »

Sous le ciel pur de l’antique Nubie,
Un jeune Maure affricain troubadour,
Près de Sennar sur sa lyre chérie
Ainsi chantait au déclin d’un beau jour :
J’aurai guidé sur le sable mobile
Tes pas légers qu’effaçait le zéphir !
Sous d’autres mains tu deviendras docile ;
Douce Girafe hélas ! Tu vas partir.

Au doux pays des timides Gazelles,
De nos déserts tu faisais l’ornement !
Et le chasseur dans ses courses cruelles,
Ne souillait point ses flèches de ton sang ;
Tu dessinais sur l’arène légère
Tes nobles pas sans craindre, ni souffrir ;
Tu fouleras une terre étrangère !
Douce Girafe, hélas ! Tu vas partir !

Mais destinée à vivre en France,
Console-toi d’un destin si nouveau !
Quand un pays, des arts, de la science
Et de l’honneur fut surtout le berceau,
Pour ce climat consacré par l’histoire
Où l’olivier maintenant doit fleurir,
Je serai fier de ton sort plein de gloire
Si comme toi je puis un jour partir !

De mignons petits animaux si « humains » séduisent nos contemporains – et des bêtes inconnues venues d’ailleurs déploient un autre volet de l’intérêt pour le vivant.

  1. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. []
  2. Frédéric Kaplan et Nicolas Nova, La Culture internet des mèmes, cité par David Larousserie dans Le Monde du 8 juin 2016. []

7-8-9 janvier 2015

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Perspectives

Ce carnet a été ouvert en février 2013, pour accompagner l’édition d’une correspondance familiale. Abordant trois thèmes (les éléments contenus dans les lettres qui informent sur le XIXe siècle, ce qui touche à l’épistolaire et au courrier et enfin le travail d’édition d’une correspondance), les billets, tesselles éparpillées sur le site, ébauchent une mosaïque assez floue qui devrait prendre forme par la suite. Il a paru utile de répertorier quelques motifs déjà esquissés pour annoncer des dessins plus complets. A titre d’exemple, ont été retenus quatre sujets, diversement amorcés : la pratique épistolaire, les représentations des épistoliers, les biographies, l’environnement typographique.

  • La pratique épistolaire

La pratique de l’écriture des lettres au XIXe siècle a des caractères propres ; elle s’inscrit dans un réseau de prescriptions et de modèles qu’il convient d’explorer. L’éventail de ce qui touche à l’épistolaire est large, qu’il s’agisse de la forme épistolaire (signature, commissions, adresses, sujets prescrits et proscrits, style), des supports de l’écriture (cartes postales, télégrammes, feuilles plus ou moins grandes, dont le format module l’écriture), des objets qui l’entourent (timbre, enveloppe, bureau, boîte aux lettres), des manuels ou de l’administration postale. Les aspects matériels de l’écriture, les formes d’expression et les moyens rhétoriques mis en œuvre constituent autant de pistes.

  • Les images d’épistoliers

La représentation de la femme qui reçoit ou rédige un billet est un thème qui a séduit peintres et romanciers – et à leur suite historiens de l’art et historiens de la littérature. Le bandeau de ce carnet (un détail d’une lithographie de Gavarni) en est un exemple. Revenant sur les études menées avec Cécile Dauphin sur les gravures largement diffusées au XIXe siècle1 je présenterai quelques images en rapport avec l’épistolaire.

  • L’environnement typographique

Le texte des lettres fourmille de mentions ou d’allusions à d’autres textes, qu’il s’agisse de livres et journaux ou d’autres lettres. Plus discrets, des caractères typographiques sont mentionnés comme décors (le lettrage) qui attirent l’attention sur l’aspect esthétique des signes et des écritures. Cet ensemble de caractères typographiques ou manuscrits signalés par les lettres, lus comme des textes ou vus comme des images, constitue une partie de l’environnement graphique des membres de cette famille. Il est sans doute commun à une partie de la bourgeoisie de cette époque, qui partage la même familiarité avec l’écrit ; en cela il vaut qu’on s’y arrête.

  • Les biographies

La biographie de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, se poursuivra. En parallèle, la vie de son oncle Auguste Duméril, professeur de zoologie, balisée elle aussi par des lettres depuis sa naissance jusqu’à sa mort, pourra offrir un pendant masculin, voire donner des éléments pour décrire comment se construisent les inégalités entre les sexes. Mais que dit la correspondance familiale de la vie intellectuelle d’un savant ?
D’autre part, des personnes apparaissent dans des billets, fugitivement évoquées, comme le maçon Pierre Trentini ou Marie Anne Wallenburger-Neeff, épuisée de maternités et de deuils, pour lesquelles quelques éléments de leur vie peuvent être glanés.
Surplombant ces exemples, il sera utile de s’interroger, dans le sillage de plusieurs études déjà parues, sur les relations entre biographies (ou autobiographies) et correspondances.

***

Se dessine ainsi un ambitieux canevas pour l’écriture des billets futurs qui, variant les échelles, passant du particulier de telle lettre au plus général en un va-et-vient habituel aux sciences humaines, brosse un programme à long terme – jamais complètement réalisable.

  1. Cécile Dauphin et Danièle Poublan, La Lettre mise en scène dans les gravures – 1800-1920, PU Rennes, 2009. []

Avec l’an neuf vint Lodel neuf

De Lodel 7 à Lodel 9, une fantaisie  en forme de patchwork littéraire (la migration du site, suite et fin – provisoire !)

Des conceptions nouvelles et variées se sont fait jour. La présentation des [lettres] qui obéit à des nécessités didactiques autant qu’esthétiques, commande des formes architecturales nouvelles1. À Lodel 7 doit succéder Lodel 9. Des versions se périment, d’autres les remplacent ; cependant une génération ne se distingue pas d’une autre par une façon différente d’envisager les choses, mais par une forme nouvelle d’expression2. L’expérimentation de nouvelles formes d’investigation et de nouvelles techniques est apparue indispensable. Un travail de réflexion a été entrepris sur ce point dès avant [l’été]. Mais l’obligation de considérer aujourd’hui un monde en totale transformation, et non le seul univers des [sites des chercheurs] primitifs estimés authentiques, doit entraîner un bouleversement dans les démarches intellectuelles3. Les formes s’engendrent, s’effacent, se reproduisent dans une série sans bornes qui ne sera jamais répétée4. On est obligé de trouver de nouvelles formes, de nouvelles manières de se tracer un chemin à travers cette chose qui est très opaque. L’histoire se fait au fur et à mesure, l’écriture se confond avec le projet. Tout ça, en étant évidemment conscient que tout le travail préparatoire n’est rien. Je veux dire que le projet peut être sublime, grandiose, subtil, ça n’existera que lorsqu’il y aura les phrases, les mots [sur l’écran]. [Si j’ai] un programme précis, un plan ? Oui, sauf que ce n’est jamais respecté. Le propre des plans et des programmes, c’est de ne jamais les respecter. Et puis, ce qu’il y a aussi, c’est que je travaille sur plusieurs projets en même temps5.

Il faut donc transformer le site, le faire migrer. On a vu dans un billet précédent la difficulté de la chose. Minute d’effroi. Je crus impossible, [me jetant à genoux ou pleurant], de détourner un projet en même temps si fol et si grandiose6. Les formes présentent, dans leurs états successifs, des discontinuités marquées. Après de nouvelles mues, [le site] prend progressivement la forme définitive7. S’annonce un ordre nouveau, qui n’est point, qu’on ne voit point ; qu’il faut faire par travail obstiné, ingrat, sans succès d’abord et presque sans espérance8. Mais il ne faut pas faire, jamais, les choses à demi. À ce début de réussite, il manquait un élément de transcendance, de merveilleux, un deus ex machina qui viendrait transformer notre premier succès en une victoire définitive et écrasante sur [la technologie]9. Je promis donc : Je compte aider, autant qu’il sera en mon pouvoir, au succès de votre beau et utile travail10. Et ils se mirent au travail sans attendre que toutes les conditions du succès soient rassemblées, sans condamner a priori les structures existantes, sans vouloir non plus imposer un système défini par avance11. L’espérance du succès justifiait les sacrifices12.

Je suis loin de croire avoir réussi partout également. Cependant j’avouerai, et vous n’en serez peut-être pas étonné, que ces deux [versions] m’ont coûté plus de peine à retoucher qu’à composer ; voilà surtout pourquoi je doute du succès de mon travail. Quand j’hésitais entre deux versions j’ai cru devoir les soumettre toutes deux au choix de l’Académie13. La victoire toujours ne suit pas la valeur : Du succès trop souvent la fortune dispose14.

Ainsi, au moment même où je désespérais presque du succès15, je me sentis bien soulagée d’une si grande affaire faite, et j’avoue que ce ne fut pas sans émotion que j’attendis le succès de mon travail16.

La victoire d’un homme est toujours la victoire de son équipe17. Et la victoire d’une femme ?

*

  1. Les Musées en France, 1950. []
  2. Claude Mauriac, 1986. []
  3. Georges Gurvitch, 1968, 1967. []
  4. Étienne Pivert de Senancour, 1802. []
  5. Georges Perec, 1981. []
  6. Georges Duhamel, 1933. []
  7. Maurice Caullery, 1942. []
  8. Alain, 1936. []
  9. Romain Gary, 1960. []
  10. Victor Hugo, 1865. []
  11. Michel Debatisse, 1963. []
  12. André Beaufre, 1964. []
  13. Victor Hugo, 1819. []
  14. Bernard-Joseph Saurin, 1760. []
  15. Jules Verne, 1879. []
  16. Duc de Saint-Simon, 1710. []
  17. Georges Perec, 1975. []

Fictionnaliser la routine

 Devinette : quel est cette pratique qui « ne change pas la routine de votre vie, mais peut aider à ‘fictionnaliser’ cette routine, à faire en sorte que cette dernière puisse devenir une sorte d’aventure », grâce à un objet dont « le mécanisme est très simple » ?

Indices supplémentaires : pour l’auteur de la définition ci-dessus il est aussi question de « canon à paroles », de « main rendue », d’« objet à voir le chemin parcouru », voire d’« espace à culpabilité ».

Eh bien non, ce n’est pas de correspondance qu’il s’agit, ni de lettres où le quotidien raconté échappe à l’oubli, où le minuscule événement est pris dans la trame de la saga familiale, où le récit fait retour sur le passé, où les mots tissent les relations, il ne s’agit pas de lettres pour lesquelles une feuille, une plume et de l’encre suffisent.

C’est la description par son auteur de l’une de ses œuvres : « Objet à devenir le héros de sa propre vie » (2001). Cet objet est constitué d’un harnais avec compact disque et enceinte, ce qui permet au sujet qui le porte d’émettre sa propre musique, en accord avec les situations qu’il vit, les personnes qu’il croise. L’artiste, Philippe Ramette, l’a imaginé en référence au cinéma, car « il permet de concevoir son propre accompagnement musical. L’utilisateur devient son propre metteur en scène, considérant sa vie comme une fiction potentielle dans laquelle il peut agir ».

Philippe Ramette est un « ergonome pataphysicien », un inventeur d’objets improbables. Le catalogue de ses créations, Inventaire irrationnel (éditions courtes et longues, Paris, 2010, 274 pages) présente des photographies d’autres œuvres : « Espace à culpabilité » (1990), « Canon à paroles » (2001), « Objet à voir le chemin parcouru », (2003), « Main tendue » (2006). Ces réalisations, si elles ont à voir avec le désir de parler, voire de parler de soi (p. 42) et la préoccupation de communiquer (p. 52), sont bien loin de la correspondance !

 

Publier une correspondance

Ce carnet est un complément au site « S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale » http://correspondancefamiliale.ehess.fr/

Le site présente l’édition scientifique, par des historiennes, des correspondances d’une famille bourgeoise du XIXe siècle. Les lettres, écrites par des dizaines d’hommes et de femmes, touchent en particulier aux milieux scientifiques (autour de Muséum de Paris) et économiques (l’industrie du blanchiment des étoffes à Vieux-Thann). Elles font écho aux évènements traversés, de la Révolution française à la Grande Guerre, en passant par la guerre de 1870 et l’occupation de l’Alsace.