Archives par mot-clé : 1867

1867. L’Exposition

Pour la plupart des contemporains, l’Exposition universelle de 1867 représente l’apothéose du Second Empire : « Pendant les quelques mois que dura l’Exposition de 1867, l’Empire toucha à son apogée » écrit dans ses Souvenirs une dame du palais de l’impératrice Eugénie1. Édouard Vasseur, dans son livre sur l’Exposition, cite d’autres commentaires éloquents : « une des plus grandes merveilles du monde », « une somme de splendeurs », etc.2.

Les lettres de la famille Duméril-Mertzdorff3 font quelques allusions à cet événement parisien. Bien que succinctes, ces mentions méritent d’être retenues, car elles relèvent d’un double point de vue : celui de visiteurs et celui d’un exposant, Charles Mertzdoff, industriel alsacien du blanchiment des étoffes. En outre, plusieurs personnes de l’entourage de cette famille ont participé, de plus ou moins loin, à l’organisation de l’exposition.

I- Avant l’ouverture de l’exposition

Elle ouvre le 1er avril 1867 et se clôt le 3 novembre. Cependant, un événement de cette importance déborde ces étroites limites temporelles : l’exposition est préparée depuis des années par une Commission impériale de 60 membres, subdivisée en onze comités spéciaux. Le Commissaire général est le sénateur Frédéric Le Play, ingénieur qui allie à son projet scientifique une ambition de réforme sociale (empreinte de conservatisme). Dès 1863 un premier décret convoque une exposition universelle, suite à la demande des industriels qui entendent ainsi se faire connaître des consommateurs, favoriser l’émulation, diffuser les innovations et récolter les récompenses qui contribuent à la renommée des exposants. L’entourage des épistoliers n’est pas étranger à cette préparation.

Jean-Baptiste Dumas, photographie de Jean Nicolas Truchelut [© Musée Carnavalet, Histoire de Paris]
  • Jean Baptiste Dumas (1800-1884) fait partie de la Commission impériale. Chimiste, enseignant, il est aussi un homme politique : ministre de l’Agriculture et du Commerce (1850-1851), sénateur, vice-président du Conseil impérial de l’instruction publique. En tant que membre du conseil municipal de Paris, il est chargé de représenter la ville, qui accueille et finance l’exposition, à la Commission4. Son fils Ernest Charles Jean Baptiste Dumas (1827-1890) a des liens familiaux avec les Mertzdorff par ses deux mariages successifs  : avec Julie Désirée Milne-Edwards (1831-1857), puis avec sa sœur Camille Milne-Edwards (1832-1917). En effet les demoiselles Mertzdorff, après la mort de leur mère, sont élevées par le frère de ces deux épouses, Alphonse Milne-Edwards. Marie et Émilie Mertzdorff se trouvent également en lien avec la famille d’Hermine Brongniart (1803-1890), épouse de Jean Baptiste Dumas.
  • Hervé Mangon (1821-1888), commissaire général adjoint de l’exposition. Cet ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées est spécialiste du génie rural, de l’assainissement et du drainage des terres incultes. Il est le gendre de Jean Baptiste Dumas, ayant épousé Noëlie Dumas en 1855. Le nom des Mangon n’apparaît dans les lettres qu’à partir de 1875 mais le couple n’est pas inconnu auparavant.
  • Jean Dollfus (1800-1887), associé habituel à l’organisation des expositions. Cet industriel, « personnalité proche de l’empereur », est un farouche partisan du libre-échange. S’il n’est pas un proche, les lettres donnent de ses nouvelles en plusieurs occasions :

Hier on fêtait M. Jean Dollfus, sa noce d’or, il est à Vevey où on allait lui porter son arbre généalogique, un bouquet offert par ses ouvriers. (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 30-31 octobre 1872)

L’on me dit que M. Jean Dollfus [ ] rentre d’Algérie où il a acheté le terrain suffisant pour créer un village de 50 familles alsaciennes. (Charles Mertzdorff, en Alsace, à sa fille Marie, 11 avril 1873)

  • Armand de Quatrefages (1810-1892), médecin et naturaliste, est moins heureux que les précédents : il propose en vain que l’anthropologie soit intégrée à l’exposition5. Les Duméril et les Milne-Edwards fréquentent Quatrefages au Muséum d’Histoire Naturelle et les fillettes (Léone de Quatrefages, Marie et Émilie Mertzdorff) jouent ensemble dans le Jardin des plantes. Si l’anthropologie échoue à s’intégrer dans l’exposition, il est possible que le Muséum soit partie prenante d’une section scientifique. En tous cas Jules Desnoyers, directeur de la bibliothèque du Muséum, se montre assidu sur les lieux :

Maman a passé une assez bonne nuit ; mais Papa [Jules Desnoyers] a ce matin plus mal, il marche un peu de travers & cependant il ira encore aujourd’hui à l’exposition. (Charles Mertzdorff, 1er-2 novembre 1867-A)

Plus ou moins directement, la famille des épistoliers peut avoir des échos de ce qui se prépare pour l’Exposition. Lorsque celle-ci ouvre ses portes, c’est directement qu’elle se mêle à la foule des visiteurs.

Vue de l’exposition universelle de 1867 depuis les hauteurs du Trocadéro [© librairie de Congrès Washington]

II- L’accueil des visiteurs

L’exposition attire 8 ou 9 millions de visiteurs6. La fréquentation oscille selon les périodes, avec des pics autour de la Pentecôte, du 15 août, ou à la fin octobre, avec la visite de l’empereur d’Autriche François-Joseph et la perspective de la fermeture de l’Exposition. Une affluence que déplore Charles Mertzdorff :

Il paraît qu’à l’exposition il y a énormément de monde, ainsi Dimanche il y avait 200 000 personnes, 2 cent mille trop pour bien voir. (Charles Mertzdorff à son épouse, 29-30 octobre 1867)

Sévère, George Sand remarque, le 22 septembre 1867 : « J’ai été aujourd’hui à l’Exposition, public du dimanche et de l’arrière-saison ; c’est l’arrière-ban de la province, tout ce qu’il y a de plus bête et de plus fagoté à la mode de Caen »7. Les têtes couronnées d’Europe et d’au-delà (Empire ottoman, Égypte) se sont montrées à Paris, ainsi que des délégués ouvriers, des instituteurs français et des enfants des écoles parisiennes, « public cible pour les organisateurs », mais ce sont des hommes et femmes de la bourgeoisie parisienne et provinciale, dans toutes leurs nuances, qui devaient former le gros du public.

Dans son journal, Auguste Duméril liste tous les parents et amis qu’il voit à Paris à cette occasion : un défilé de négociants, industriels, manufacturier, marchand, artisan, ingénieurs, professeur, étudiant, diplomate, notaire, accompagnés de leurs épouse. Ils sont venus, entre mai et septembre 1867, de Vieux-Thann et de Morschwiller en Alsace, d’Oisemont dans la Somme, de Lille ou Thumeries (Nord), d’Auxi-le-Château et de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais, de Belgique (Bruxelles et Alost). Les industriels qui n’exposent pas viennent en curieux :

Alfred est attendu en effet Jeudi soir je crois, je pense qu’il passera 3 jours ici. Il ne vient que pour lui-même & non pour sa maison. (29-30 octobre 1867)

Charles Mertzdorff, lui, croise des relations alsaciennes :

Nous avons quitté, sauf Maman , les uns & les autres pour l’Exposition chacun à son heure & après déjeuner seulement. [] En sortant j’ai trouvé la famille Kestner que j’ai laissé passer, je n’ai fait que serrer la main à M. Risler. Ces dames ne m’ont pas vu. (Charles Mertzdorff à son épouse, 1er-2 novembre 1867-A)

En revanche, il ne voit pas sa sœur (alsacienne) à Paris : « Émilie & Edgar n’iront pas à Paris, c’est décidé » (2-3 juin 1867) . Tous ne se laissent pas séduire !

Où les visiteurs ont-ils logé ? Auguste Duméril note que « M. Malard a passé 15 jours à la maison et son fils Georges y a passé 8 jours ». Il a aussi hébergé son frère Constant et sa belle-sœur Félicité « arrivés le 16 septembre et repartis le 18 octobre ». Pour les autres, ce n’est pas dit. On sait que beaucoup de provinciaux et d’étrangers vont dans les hôtels garnis. 

Bateau mouche, Paris 1867 [© site Batorama]

Pour transporter tant de monde il a fallu concevoir et organiser de nouveaux moyens : un embranchement du récent chemin de fer de ceinture, des omnibus supplémentaires et l’aménagement d’un accès par la Seine au pied du Champ-de-Mars. Sur le fleuve rendu plus navigable par le barrage de Suresnes tout juste achevé, un service de bateaux à vapeur assure la traversée de la capitale d’Ivry à Issy. C’est ce moyen de transport qu’adopte Charles Mertzdorff pour se rendre à l’exposition : «  Par le bateau je m’y suis rendu à Midi » (1er-2 novembre 1867-A). Il ajoute : « m’y suis fatigué, jusqu’à 4 h. ». En effet les déambulations dans ce vaste espace sont épuisantes. Le palais central couvre plus de 15 hectares, dans un parc de 68 hectares de superficie8. Les innovations techniques sont nombreuses : ascenseur hydraulique, tapis roulant, emploi du béton armé. Des agréments de séjour sont prévus sur le vaste espace du Champ de Mars, autour de l’immense halle centrale de l’architecte Jean Baptiste Krantz : parc aménagé de façon pittoresque par Adolphe Alfant (qui a déjà aménagé allées, parcs et jardins parisiens), serres, aquarium, plus de 50 établissements de restauration, chaises (louées), 250 pavillons et monuments, atelier photographique, bureau de poste permettant aux visiteurs de correspondre sur place, etc. Des livrets permettent de se repérer9. De tout ceci Charles Mertzdorff ne dit rien. Car ses correspondantes (son épouse et ses filles, reparties en province) ont déjà visité l’exposition ; il ne saurait donc, à l’occasion, que rappeler un souvenir :

Voilà 2 jours que je reste tout le temps à l’Exposition, j’ai revu, en passant, les belles poupées que vous avez tant admirées. Mais ce que nous n’avions pas vu ce sont tous les joujoux de Nuremberg. j’aurais bien voulu vous avoir avec moi. (Charles Mertzdorff à sa fille Marie, 31 octobre 1867)

Jouets à l’exposition de 1867 [© site worldfairs.info]

Ont-ils acheté des souvenirs ? C’est possible, car une grand variété d’objets sont proposés.

Éventail souvenir de l’Exposition proposé sur un site de vente en ligne

 

 

Toute la ville bruisse, bouillonne, s’agite, se divertit, animée de spectacles divers. Par exemple, La Vie Parisienne Parisienne  (un opéra bouffe de Jacques Offenbach, livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy) joue les prolongations au Palais-Royal depuis la première qui a eu lieu le 31 octobre 1866 ; la famille des épistoliers en profite : « Alfred, notre chef à tous, nous fera aller au Palais Royal ce soir je vais m’occuper des places ». L’avocat Henri Dabot se plaint de cette foule débordante : « On est bousculé à tout venant » dans Paris, sous « des avalanches de boutiquiers, de notaires et de paysans »10.

La soirée au théâtre reste une exception. Charles Mertzdorff est un homme et un industriel sérieux, il revient régulièrement et longuement au Champ de Mars :

J’ai quitté à 9 h. pour l’Exposition, d’où je n’ai pas bougé jusqu’au soir. J’y ai trouvé Ruot que j’avais averti par Télégramme, après déjeuner il m’a quitté & j’ai continué. Je vois que j’ai à peu près tout vu que rien ne m’a échappé, me voilà avec la conscience tranquille & amplement saturé d’Exposition. (30 octobre 1867).

Mais Charles Mertzdorff, visiteur consciencieux, est également exposant.

Charles Mertzdorff [© archives privées]

 

III- Les exposants

Des séjours à Paris de Charles Mertzdorff nous savons peu de choses. Sa lettre du 31 mai atteste qu’il rentre chez lui à Vieux-Thann, après un séjour (de trois semaines ?) à Paris puis à Montmorency où il a laissé ses filles et son épouse, dans la famille de celle-ci. Mais très vite, il envisage de revenir à Paris : « je ne serai pas long à me remettre en route. » (2-3 juin 1867). Les gares, les trains, sont autant de lieux de rencontre probables avec les industriels, car, outre les visiteurs, une centaine d’exposants sont venus du Haut-Rhin, comme lui.

1- Les hommes

M. Berger [directeur de l’usine de construction de machines à Vieux-Thann] doit quitter cette semaine pour Paris, il ne serait pas impossible que nous fassions le voyage ensemble. (2-3 juin 1867)

À la gare, j’ai trouvé quelques compagnons de voyage de connaissance entre autre Schlumberger le banquier avec lequel j’ai fait route. (31 mai-1er juin 1867)

Presque 16 000 français participent, soit un tiers des 52 200 individus ou groupes d’individus venus de 32 pays. Les exposants ont été recrutés par la Commission impériale et les comités départementaux, placés sous l’autorité des préfets. Dans les départements alsaciens, les industriels tiennent la première place dans ces comités. Les représentants de l’État sont partie prenante de l’événement, et il n’est pas étonnant que Charles Mertzdorff reste en relation avec eux à ce moment-là :

J’avais une petite heure à Déjeuner & causer avec Léon [son beau-frère qui codirige l’usine]; cependant une partie de ce temps s’est passé en causeries d’affaires avec le Sous-Préfet que j’y ai rencontré. (31 mai-1er juin 1867)

Exposition de 1867. Groupe IV. Espace dédié aux vêtements [© site worldfairs.info]

Charles Mertzdorff expose dans la section « Agriculture et industrie », groupe IV « industriels et artisans du vêtement ; tissus, châles, dentelles, lingerie, chaussures, bijoux, armes portatives et objets de voyage » qui compte 8306 exposants.

Il se montre assidu : « il est 8 h. je vais prendre le café & me sauver à l’exposition ». Mais qu’a-t-il exposé ? Des étoffes ? Des machines ? Des fioles de produits chimiques ? Comment a-t-il présenté les objets, dans quelle mise en scène ? Dans une vitrine, accrochés aux murs, disposés sur une table ? Quelle fut sa stratégie ? Nous ne savons pas. Seule chose certaine, l’exposition était placée sous le signe du foisonnement et de l’accumulation, caractère commun à tous les espaces. Et chacun espérait être récompensé.

2- Les récompensés

La cérémonie des récompenses a lieu en grande pompe le 1er juillet 1867 dans le Palais de l’industrie, le long de l’avenue des Champs-Élysées. C’est une première car lors des expositions précédentes il fallait attendre les derniers jours. En 1867, en fixant cette date précoce, on s’assure que tout sera en place dès le début, on prévient les retards, constatés aussi bien à Londres en 1851 et 1862 qu’à Paris en 1855.

Le jury international d’experts (570 membres dont 260 Français), nommé par la Commission, distribue ce jour-là les récompenses, en présence de la famille impériale française et du souverain de l’Empire ottoman, entourés de leurs brillantes cours, de rois, de princes, de ministres et de notables. Près de 20 000 récompenses sont distribuées, dont la moitié pour la France (51% des récompenses pour 31% des exposants) : 66 Grands Prix et 1 143 médailles d’or. Un copieux volume de 786 pages répertorie tous les lauréats11

Catalogue officiel des exposants récompensés : Médaille d’argent Mertzdorff Blanchiment Vieux-Thann [© BnF / Gallica]

Le 1er juillet 1867 Charles Mertzdorff, de Vieux-Thann, reçoit la médaille d’argent pour les spécimens de produits chimiques du blanchiment (Agriculture et industrie- groupe IV-classe 27).

Exposition 1867. Médaille d’argent, telle qu’en reçut Charles Mertzdorff [site de vente en ligne]

 

 

Charles Mertzdorff anticipe ce moment. Dès le début du mois de juin, il prévoit :  « si je dois me trouver à Paris pour le 1er Juillet »… (5 juin 1867). Les résultats sont connus avant la cérémonie : « Demain je compte aller à Mulhouse », annonce Charles Mertzdorff à son épouse le mardi 4 juin 1867, en habitué de ces réunions d’industriels et hommes d’affaire de la région à la Bourse de la ville, le mercredi. Mais le lendemain, il n’en fait rien :

Que je t’avoue pourquoi je n’ai pas été à Mulhouse aujourd’hui ! Qui me voit le bout du nez me félicite de mes succès à l’Exposition. Médaille & décoration : Ce sont de ces choses très agréables à entendre, mais furieusement désagréables à écouter. je préfère m’en dispenser. (mercredi 5 juin 1867)

Il est question d’une décoration. Est-ce lié à l’exposition  ? Un succès lors de cette manifestation serait-il un argument pour obtenir «  ce petit Ruban si envié » ? Un ami parisien, lui assurant : « Je sais que vous êtes porté pour la croix », l’engage à se « faire recommander par le Préfet », « un député, un Sénateur, que sais-je », car « il ne faut pas que du mérite pour obtenir une décoration il faut avoir des recommandations et être un peu courtisan » ; « revenez donc à Paris et cherchez à vous faire connaître » (début juin 1867) conseille-t-il. Mais Charles Mertzdorff, s’il apprécie « médaille et décoration », ne suivra pas les conseils de cet ami. Il raconte à son épouse :

Je t’adresse une lettre qu’un ami m’envoie de Paris ; c’est un avis bien amical, mais je n’en ferai rien, quitte à manquer ce que tant de personnes envient. J’ai toujours tant blâmé la prodigalité de cette distinction, que je ne ferai pas ce que l’on me demande. Mais je n’y crois pas, ce sont des bavards. (5 juin 1867)

L’exposition et la distinction ont-elles un effet positif sur les affaires ? Peut-être, mais pas immédiatement :

Du reste l’on est très satisfait de nos produits, j’espère que je le serai aussi un jour. [] Je reçois aujourd’hui une lettre de Ruot qui me dit que les affaires reprennent un peu à Paris, je ne m’en aperçois pas encore. (5 juin 1867, à Vieux-Thann)

Et bientôt, en 1870, la guerre change la situation.

3- La fin de l’exposition

Les exposants disposaient d’une carte, qui leur donnait un accès privilégié :

Je vais être forcé de retirer ma carte d’exposant pour pouvoir continuer à entrer à l’exposition, qui dit-on est & reste fermée au public. (Charles Mertzdorff, à Paris, à son épouse, 29-30 octobre 1867)

1867. Carte d’exposant telle qu’en reçut Charles Mertzdorff [mise en vente sur site Lucien le 26-06-2023]

L’exposition se termine le 3 novembre, au soulagement de Charles Mertzdorff et des autres participants. Il avoue, aux tout derniers jours,  le 30 octobre 1867 :

J’y retournerai cependant encore demain, mais ce sera tout & les malheureux exposants soupirent bien à remballer & s’en aller. J’ai déjà vu des Anglais démonter & emballer des machines. Tout le monde est fatigué, il est réellement temps de fermer boutique. J’ai retiré, au grand scandale de l’employé, ma carte d’exposants mais j’ai vu, que quantité encore ne l’ont pas fait.

Et il soupire le jour suivant : « Il est probable que je ne retournerai plus à l’Exposition. » (1er-2 novembre 1867-A)

Même si les participants n’ont pas assuré 217 jours de présence, la lassitude est bien compréhensible ! La tâche n’est pourtant pas terminée pour les membres du jury qui, sous la direction de leur président, l’économiste et homme politique Michel Chevalier, tirent un savant bilan de plus de 500 pages sur l’événement12. Cette exposition, pour laquelle on a dépensé presque 23 millions, rapporte plus de 3 millions de francs. Elle apparaît rétrospectivement comme un dernier moment de joie et de légèreté avant les années sombres.

Almanach de l’Exposition universelle de 1867 : guide des exposants et des visiteurs : index alphabétique de tous les produits admis à l’Exposition [© BnF / Gallica]

***

Le témoignage des lettres de 1867 intéresse parce qu’il offre la double perspective de l’acteur et du spectateur. Mais deux expositions universelles précédentes avaient déjà attiré des membres de cette famille.

Pour la première, en 1851, Auguste Duméril se rend à Londres avec son père, où ils partagent leur intérêt entre des rencontres scientifiques (ils sont tous les deux biologistes) et amicales, des spectacles et l’exposition (Great Exhibition of the Works of Industry of All Nations). Auguste Duméril écrit chaque jour à son épouse ; il donne son impression lors de sa première visite :

nous sommes arrivés à l’Exposition, dont l’immense et admirable bâtiment dépasse complètement l’idée que je m’en étais faite. Il est si vaste, qu’on y circule à l’aise, au milieu de ce nombre énorme d’individus, qu’indiquent les journaux. Nous y avons passé près de 2 heures (10 juin 1851)

Père et fils y retournent le lendemain ( « nous avons fait une longue et très intéressante station de 3 heures  ; c’est un spectacle des plus intéressants ») et le surlendemain (« Nous sommes allés passer près d’une heure à l’Exposition, dont nous avons maintenant une idée assez complète ») – mais, frustration pour nous, il en réserve le récit à son retour : «  j’aurai, à ce sujet, bien des récits à te faire » se contente-t-il d’écrire (11 juin 1851).

Pour l’Exposition Universelle des produits de l’agriculture, de l’industrie et des beaux arts de 1855 qui se tient du 15 mai au 31 octobre sur le Champ de Mars à Paris, nous devons nous contenter d’une allusion de la jeune Caroline à sa cousine, bien que le savant Louis Daniel Constant Duméril (« bon-papa ») s’y soit intéressé de près – au moins à certaines parties :

nous sommes allés de là à l’Exposition quoique ce fut un jour à 4 sous parce que bon-papa tenait à voir l’Exposition au Muséum, il en a été très content et a fort approuvé la manière dont M. Bocourt a arrangé tout cela (Caroline Duméril à sa cousine Adèle Duméril, 28 août 1855)

Quant à l’Exposition internationale des industries et des arts, à Londres en 1862, du 1er mai au 1er novembre, elle est éclipsée dans la correspondance familiale par la mort de Caroline Duméril-Mertzdorff le 7 juillet.

  1. Mme Henri Carette (née Bouvet), Souvenirs intimes de la Cour des Tuileries, 1889-1891, volume 2, page 34. []
  2. L’exposition universelle de 1867 : l’apogée du Second Empire, Édouard Vasseur, Perrin, 2023, page 13. Le présent billet puise largement ses informations dans cet ouvrage. []
  3. Voir le site S’écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale. https://lettresfamiliales.ehess.fr/ []
  4. Édouard Vasseur, Op. cit., page 58. []
  5. Édouard Vasseur, Op. cit., p. 106-108. []
  6. Édouard Vasseur, Op. cit., p. 168 et suivantes. []
  7. Cité par Édouard Vasseur, p. 223. []
  8. Worldfairs.info, site des Expositions Universelles et Internationales. []
  9. Exposition universelle de 1867 à Paris : catalogue général publié par la commission impériale, 2e édition, revue et corrigée, 1867. []
  10. Cité par Édouard Vasseur, p. 223. []
  11. Catalogue officiel des exposants récompensés par le Jury international, édité par E. Dentu. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33384913r []
  12. Exposition universelle de 1867. Rapports du jury international, introduction par M. Michel Chevalier, 1868. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb302355180 []