Archives par mot-clé : âges de la vie

Des poupées

En ce mois de décembre 2018 où les rues et les magasins appellent visuellement les fêtes de Noël, j’ai voulu remettre en vitrine un billet consacré aux poupées, paru il y a cinq ans, et enrichi de quelques images. En 2018, parmi les innombrables cadeaux proposés et attendus, une poupée est élue « Jouet de l’année » : « très réaliste dans ses mouvements, elle tète son biberon, mange à la cuillère, s’endort comme un vrai bébé, et réagit quand l’enfant joue avec »1. Cette illusion du « vrai bébé » fascine aussi au XIXe siècle. Marie et Émilie Mertzdorff (19 et 17 ans), en visite à l’exposition universelle de 1878 qui se tient à Paris, s’attardent devant le « bébé » qui parle  :

Malgré cette température tropicale2 nous avons été tous hier à l’exposition. Nous avons vu […] les fourrures et les joujoux, cette dernière partie nous a fort amusées aussi oncle ne fait-il plus que nous taquiner car il prétend qu’on ne pouvait plus nous arracher du bébé qui dit Ah ! papa, Ah ! Maman ! (Marie Mertzdorff à son père, 24 juin 1878)

Marie est à cet âge charnière qui hésite encore entre enfance et vie adulte. Ainsi, à propos d’une amie de deux ans son aînée :

Je ne puis croire que Jeanne Baudry ait déjà un 2e enfant, c’est singulier que je ne puisse la prendre sérieusement il me semble toujours qu’on parle de ses poupées. (Marie Mertzdorff à son père, 26 février 1879)

Si Marie et Émilie presque adultes continuent de s’extasier devant les poupons, c’est maintenant à leurs petites cousines, Hélène Duméril ou Louise Soleil, qu’elles en offrent, elles-mêmes se réservant de jouer avec les bébés de leur entourage – avant de s’occuper de leurs propres enfants, cinq pour l’une, six pour l’autre.

De la poupée « modèle de mode » au bébé

  • La poupée en forme de femme

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, note l’antiquaire expert Capia3, « la poupée destinée aux enfants de la bourgeoisie se présente sous la forme d’un long corps raide en peau d’agneau, qui tient debout grâce à un bâtonnet fixé au corps et posé sur un socle ». Et lorsque en 1850 Mlle Calixte Huret présente une poupée en gutta-percha, celle-ci a toujours la taille fine. Longtemps la poupée, héritée des poupées dites « de mode » des siècles précédent, a la forme d’une femme, pas d’une fillette.

Poupard en bois à tête pivotante (© Musée de la poupée – Paris)

L’enfant pauvre doit lui se contenter de « poupards », sans bras ni jambes, cylindres de carton moulé ou de bois sculpté surmontés d’une tête grossièrement peinte.

La poupée « de mode » exige de beaux vêtements et chacune, adultes et fillettes, s’active à la confection d’un trousseau raffiné : « robe de poupée en soie bleu avec une queue » (19 février 1875), vêtements cousus ou tricotés (18 décembre 1862). George Sand se souvient d’une poupée « ronde et bien faite », qui « avait une robe de crêpe rose bordée d’une frange d’argent »4.

Poupée de mode, 1869 (© Musée de la poupée – Paris)

Ce qui n’est pas confectionné à la maison peut s’acheter. A côté de la centaine de fabricants de poupées à Paris au milieu du XIXe siècle qui produisent bustes en cire, corps en carton, pieds et mains en bois, sont confectionnés pour elles vêtements, lingerie, souliers, chapeaux, bijoux, perruques et accessoires5. Et lorsque parfois la poupée est abîmée, on peut la donner à réparer :

Ma seconde vue de marraine me fait voir [ta poupée] très malade, la tête et les membres me paraissent avoir besoin du médecin et il me prend fantaisie de te la guérir par un coup de baguette. (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

  • Le bébé

Capia note les perfectionnements des poupées : en 1826 elle ouvre et ferme les yeux ; cela séduit la petite Marie (16 mois) dont le mère se fait l’interprète :

ma jolie poupée qu’on me donne quelquefois est toujours ma favorite, elle est si gentille quand elle fait dodo. (Caroline Duméril-Mertzdorff à sa cousine Adèle Duméril, 6 août 1860)

On fabrique des jouets qui parlent (1824), marchent (1826), peuvent bouger la tête (1862), danser (1873) et même nager (1876). Mais une autre innovation modifie l’essence même de la poupée : en 1851 à Londres des poupées prennent la forme de bébés et de nouveaux-nés en cire.

Bébé en papier mâché recouvert de cire (© Musée de la poupée – Paris)

Le terme de « bébé » est employé à partir de 1855 dans les demandes de brevets d’invention. Le jouet n’est pas immédiatement dénommé ainsi dans les lettres, mais il semble présent :

pour Émilie une petite poupée en caoutchouc ce qui vaut le mieux pour elle. (Caroline Duméril-Maertzdorff à son époux, automne 1861)
Tante m’a donné un tout petit bébé qui remue les bras et les jambes. (Émilie Mertzdorff à son père, 8-9 juillet 1871)

Les usages de la poupée

  • Un jeu

Dans le cercle familial et amical, on offre des poupées aux petites filles pour qu’elles jouent, seules ou en groupe, et parfois sous surveillance, car les poupées sont jouets de prix. Cette distraction les occupe depuis leur âge le plus tendre (Marie, 16 mois, « donne à manger à toutes ses poupées » et ce jeu-là « l’amuse bien », 6 août 1860) jusqu’à 15 ans et plus :

nous sommes parties avec elle chez bonne-maman Desnoyers où on a fini la toilette de la poupée qui est ravissante. (Marie Mertzdorff à son père, 7 mars 1875)

Le « nous » de Marie (15 ans) englobe sa sœur (13 ans) et leur cousine (17 ans) ; souvent en effet la poupée est un jeu collectif. On joue avec les cousines, « les petites Duval » ; il arrive même qu’un petit garçon, le cousin Jean (9 ans), se trouve associé (25 octobre 1874).

  • L’apprentissage de la maternité

La poupée ne se résume pas à sa fonction ludique. George Sand évoque longuement dans Histoire de ma vie « cet être inerte qu’on met entre les mains [des petites filles] et qui doit développer en elles le sentiment de la maternité ». Elle-même ne semble pas douter de l’efficacité de cette pédagogie, puisqu’elle note : « J’avais tant aimé et tant soigné mes poupées, que j’avais l’instinct prononcé de la maternité. » Dans les lettres de la famille Mertzdorff ce n’est pas explicitement écrit (ni par les fillettes, ni par les adultes) mais cela transparaît : coudre, coiffer, habiller, donner la becquée, laver et lessiver, cuisiner, etc. toutes ces activités en relation avec les poupées simulent de futures tâches féminines. Alors qu’au XVIIIsiècle beaucoup voient dans le jeu de la poupée une incitation à la frivolité, au XIXsiècle, que ce soit dans la littérature édifiante que lisent les demoiselles Mertzdorff (Les Mémoires d’une Poupée de Julie Gouraud, 17-18 décembre 1871), aussi bien que chez Victor Hugo (Les Misérables : « le premier enfant continue la dernière poupée »), il est admis par tous que la poupée prépare la fillette à son rôle de mère.

« Les Mémoires d’une Poupée » de Julie Gouraud (© BNF Gallica)
  • La poupée comme interlocutrice

Il est un troisième piste que pointe Alain Corbin lorsque, parlant du « secret de l’individu », il aborde le thème de la poupée dans un paragraphe significativement titré : « Médiateurs du colloque singulier »6. Selon lui, « le monologue intérieur a besoin d’interlocuteurs muets qui entretiennent la vibration de l’âme. Trois d’entre eux jouent un rôle non négligeable au XIXe siècle ; et tout d’abord la poupée » – les deux autres sont « l’animal de tendresse » et le piano. Il n’est pas interdit de penser que les petites Mertzdorff, très tôt orphelines, ont parfois trouvé dans leurs poupées un substitut à la présence maternelle disparue. Une phrase autorise cette interprétation :

La petite poupée que je t’avais envoyée et que ta petite maman avait surnommée « la petite Eugénie », existe-t-elle encore ? (Eugénie Desnoyers à sa filleule, 17 novembre 1863)

Cette lettre est adressée à Marie, 4 ans, qui vient de perdre sa « petite maman » ; elle est écrite par Eugénie, la jeune femme qui deviendra bientôt la « seconde mère » de Marie. La poupée est assimilée par son nom à une personne réelle précise, sans que l’on puisse deviner ce qu’il en est pour l’enfant. La réalité de la présence, c’est sans doute ce que recherchait, en vain, George Sand enfant, et qu’adulte elle analyse ainsi : « [les enfants] sont entre le réel et l’impossible. […] Un instant ils ont cru trouver la vie dans cet être muet qui bientôt leur montre ses muscles de fil de laiton, ses membres difformes, son cerveau vide, ses entrailles de son ou de filasse. »

***

« Poupées » et « bébés », ces jouets peuplent le monde des demoiselles Mertzdorff et les lettres de leur famille. Les « poupons » sont présents également, mais ce terme, en revanche, comme parfois celui de « bébé », désigne de vrais enfants :

Mme Raoul-Duval va arriver à Paris avec son poupon (André Marie Constant Duméril à son fils, 27 mai 1832)
Quant au petit Léon c’est un magnifique poupon, il est gros et gras comme une petite boule (Marie Mertzdorff à sa grand-mère, à propos de son cousin nouveau-né, 30 juin-1er juillet 1868)
Elle dit qu’elle n’est plus un poupon, qu’elle est une grande fille puisqu’elle a trois ans (Félicité Duméril à Eugénie Desnoyers à propos de Marie, 5 ans, 29 mars 1864).

 

  1. D’après le site https://www.journaldesfemmes.fr/maman/enfant/1353259-jouets-noel-tendance-2018/#jouets-2018. []
  2. Au sujet de la « température tropicale » du mois de juin 1878, voir l’illustration du billet « Fauteuil roulant ». []
  3. Robert Capia, Les Poupées françaises, Arthaud, 1986, p. 18-19. []
  4. George Sand, Histoire de ma vie, deuxième partie, 1855. []
  5. Capia, Op. cit, p. 25. []
  6. Alain Corbin, « Le Secret de l’individu », Histoire de la vie privée, volume 4, De la Révolution à la grande guerre, dirigé par Michelle Perrot, Seuil, 1987. []

Les cérémonies du mariage

La lettre du 18 avril 1858 laissait à la veille de la première entrevue entre « le Monsieur qui s’impatientait » et la jeune fille qui « s’en remet au Seigneur » (voir le billet On marie Caroline). La lettre suivante, parmi celles qui sont conservées, date du 8 mai : la décision est prise, les fiançailles ont eu lieu. Cette lettre du 8 mai est, comme la précédente, écrite par Caroline Duméril et adressée à sa cousine et amie Isabelle Latham. Caroline envoie une petite branche de son bouquet de fiançailles, à garder en souvenir. Ensuite, fin mai et début juin, se déroule le récit des préparatifs du mariage, toutes ces « cérémonies », comme elle les nomme, qui accaparent Caroline Duméril.

Les cadeaux et la corbeille

J’ai déjà reçu plusieurs cadeaux dont Mathilde te parlera car je les lui ai montrés en grande partie dans cette intention ; je n’ai pas encore ma corbeille, mais je me doute un peu de ce qu’elle contiendra ; M. Mertzdorff est si bon et si généreux que j’ai grand peine à le retenir.  (22-25 mai 1858)

Sous le Second Empire, explique Anne Martin-Fugier (« Les rites de la vie privée bourgeoise », Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la grande guerre, sous la direction de Michelle Perrot, 1987) la monstration des présents échangés dans les familles bourgeoises au moment du mariage est codifiée. La corbeille est envoyée par le fiancé le jour de la signature du contrat ; elle représente 5% du montant de la dot – soit une année de revenus. Elle est exposée (dans le petit salon), comme les cadeaux offerts à la fiancée.

J’ai reçu de fort beaux cadeaux, M. Mertzdorff m’a donné de superbes dentelles, toute une parure noire, une garniture blanche pour corsage ; un très beau châle, une montre, un livre de prières, une ombrelle blanche, une voilette délicieuse, un magnifique mouchoir, un bracelet en aluminium, que sais-je moi ? une bague avec un diamant etc. ! Ma belle-mère m’a donné une broche avec des diamants. J’ai reçu un magnifique bracelet, une cafetière en argent, une table à ouvrage en bois de rose, un dessus de pendule en bronze » (12 juin 1858)

Dans l’énumération de Caroline Duméril se retrouvent les cadeaux rituellement offerts : dentelles, bijoux, bibelots précieux, châles ; manque le missel.

Le notaire, le curé, le maire

Ce sont les trois personnages qui président à trois étapes cruciales du mariage. Sur ces moments, dans le cas de l’union de Caroline Duméril et Charles Mertzdorff, nous ne savons rien (des recherches sur le contrat sont en cours). Les étapes et leur succession sont seulement énumérées dans la lettre du 12 juin 1858 : signature du contrat le vendredi 11 juin (le notaire s’est déplacé au domicile du grand-père de Caroline Duméril) ; lundi 14 juin à 3 heures mariage à la mairie ; mardi 15, à midi, mariage à l’église. Habituellement, à Paris, le mariage civil précède d’un ou deux jours le mariage religieux, avec seulement quatre témoins et quelques proches parents.

Entre temps, le 14 juin, Caroline écrit sa dernière lettre de jeune fille au curé de Saint Médard qui l’a « élevée moralement », qui lui a « montré, par l’exemple, ce que doit faire une âme chrétienne » (lettre du 14 juin 1858).

Sur la suite des cérémonies, le dîner de 40 personnes à 5 heures, d’autres détails sont donnés.

Le repas de noce

Ce n’est pas une lettre qui présente les invités, mais une feuille manuscrite « Repas de noces du mariage de Caroline, en Juin 1858 », qui est transcrite et reproduite sur le site dans la rubrique « papiers familiaux, 1858-1883 ».

  • En principe, si les frais occasionnés par le mariage à l’église sont à la charge du marié, le déjeuner est payé par les parents de la mariée. Le repas a lieu, comme la signature du contrat, au domicile du prestigieux grand-père, André Marie Constant Duméril, le savant logé au Jardin des Plantes. Son nom vient en second sur la liste des invités, juste après celui du curé.
  • En quatrième position, avant les oncles et tantes du côté de la mariée, est inscrite « Mme Dollfus », alors veuve : cette cousine des Duméril, en relation par son mariage avec les Mertzdorff, a joué un rôle d’intermédiaire déterminant.
  • Suivent les noms de parents proches du côté de la mariée (Duméril) puis du marié (Mertzdorff et Heuchel). Au milieu d’eux, les mariés eux-mêmes sont en place 12 et 13.
  • Sont invités des parents plus éloignés qui paraissent se distinguer par leur prestige (Hippolyte Comte, avocat et industriel), leur talent (le peintre Giuseppe Devers ; l’épouse du sculpteur Charles Cordier) ou leur fortune (André Fröhlich, gérant des Forges et Fonderies de Montataire ; Louis Sautter, ingénieur centralien, entrepreneur).
  • Enfin, figurent les noms de quelques amis proches : la famille Desnoyers, qui dans les années suivantes sera plus proche encore ; les de Tarlé ; les Dunoyer.
  • Trois enfants (de 7 à 11 ans) mangent à part, dans le cabinet du professeur.

Ces invités appartiennent à des mondes très variés (au sein de la classe aisée) : le monde académique et celui de l’entreprise, mais aussi celui des artistes, de l’armée, de la fonction publique, des propriétaires.

*

Ensuite,  les nouveaux mariés partent pour Fontainebleau et l’Alsace1.

 

  1. Pour la nouvelle vie en Alsace, voir le billet « Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff« . []

Les mots dans les lettres : enfance, jeunesse, adolescence

Pour prolonger le billet sur l’amitié entre Isabelle Latham et Caroline Duméril avant son mariage, une réflexion sur l’adolescence s’amorce. La lecture du livre d’Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914 (Belin, 1999), prolongée par celle de Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, sous la direction de Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka[1] (Presses universitaires de France, 2009), m’incite à confronter l’emploi des mots « adolescence », « enfance », « jeunesse », dans les lettres du site S’écrire au XIXe siècle, correspondance qui court actuellement jusqu’en 1873.

  • Du trio, « jeunesse » est le mot le plus employé, et cela des premières lettres jusqu’aux dernières.
  • Le mot « enfance », employé lui aussi sur toute la période, renvoie à une période de la vie que les épistoliers lient d’abord à l’apprentissage. Le mot « enfant », qui à la différence de « jeunesse » permet de distinguer l’individu de la période, est très fréquent sous la plume des épistoliers.
  • En revanche le mot « adolescence » est très rare.

« Adolescence »

Te voilà arrivée à l’adolescence, ma chère enfant, et tu sens combien tu dois de reconnaissance à Dieu, qui t’a fait naître dans un milieu tel qu’est le tien.

écrit Eugénie Duméril à sa petite-nièce Marie Mertzdorff (17 mai 1872). C’est, me semble-t-il, la seule occurrence du mot. Le mot est ancien, mais recouvre des sens divers et connaît au XIXe encore des flottements. Les représentations de l’adolescence dans le second XIXe siècle ne concernent d’abord que les jeunes gens de la bourgeoisie qui fréquentent collèges et lycées ; « la notion d’adolescence se réfère étroitement à l’institution scolaire » note Agnès Thiercé. Dans une énumération de livres pouvant convenir à des enfants, « Berquin » est cité, avec ce seul commentaire : « mais tout n’amuse pas » (17-18 décembre 1871). Arnaud Berquin (1747-1791) est l’auteur d’ouvrages souvent et longtemps réédité qui paraissent tout au long du XIXe siècle : Le Berquin des petits garçons, Le Berquin des demoiselles, etc., et, 1878, Le Berquin des enfants et des adolescents. C’est un indice de la diffusion de cette notion ; il est possible que les mots « adolescence », ou « adolescent » et « adolescente » dont l’emploi progresse à la fin du siècle, apparaissent dans des lettres ultérieures.

« Enfance »

Dans les lettres, « enfance » renvoie, comme on pouvait s’y attendre, au passé : « des souvenirs d’enfance » (18 septembre 1873), une « amie d’enfance » (10 février 1806). C’est le moment où commencent les amitiés : un jeunes homme parle de « l’intimité [de ses] anciens rapports d’enfance » (6 mai 1843). C’est aussi la période des apprentissages : « elle a appris, dès son enfance, à aimer, à honorer tes père et mère » (18 mars 1842). Période que les adultes s’efforcent de rendre douce (« il faut à l’enfance de la gaîté naturelle »,  15-16 février 1864) mais aussi période marquée pour certains par les deuils : Marie et Emile Mertzdorff perdent successivement leur mère Caroline Duméril (alors qu’elles ont 4 et 2 ans) puis la seconde épouse de leur père qui les a élevées.

« Jeunesse »

  • Un âge de la vie

Le mot « jeunesse » est souvent employé en référence à un âge de la vie qui se confond plus ou moins avec l’enfance. Enfance ou jeunesse apparaissent comme le moment privilégié pour l’éducation morale : on acquiert alors « l’ordre et à l’activité » et il faut « être indulgente pour ceux qui se sont trouvés mal entamés dans leur jeunesse & chez lesquels personne n’a développé les bons sentiments » (3 mai 1859)

L’école est l’institution que l’on peut « le plus fortement associer à l’idée de jeunesse » écrit Jean-Claude Caron dans l’Histoire des jeunes en Occident (Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, dir., Seuil, 1996, t 2, p 143). L’institution en tant que telle n’apparaît pas ici, mais bien ce moment d’apprentissage où « la jeunesse ne manque pas de vouloir tout savoir » (10 juillet 1870) et manifeste sa curiosité.

  • Un groupe d’individus

La « jeunesse » ou plus souvent « la petite jeunesse » désigne les enfants de la famille : on consulte « la jeunesse » pour décider d’une promenade en bateau (22 juillet 1870). Ou bien, plus largement, « jeunesse » désigne une classe d’âge : en Alsace « c’est à Noël que se font presque tous les cadeaux et c’est là le grand jour pour la jeunesse » (31 décembre 1858). Cette jeunesse est réputée « bruyante », mais pleine de force et d’énergie.

Ce groupe d’âge a sa sociabilité propre :

Elle est comme nous privée de société pour sa fille, aussi nous nous sommes promis de faire des efforts pour que notre jeunesse se rencontre quelquefois (10-11 novembre 1872)

Auprès des petites orphelines, chacun insiste sur la nécessité de « donner à la jeunesse cette douce et aimable gaîté si nécessaire au développement » (25 octobre 1873)

La jeunesse a besoin de jeunesse, il faut bien rire à cet âge, c’est nécessaire à la santé.  (26 septembre 1871)

Les passages

La jeunesse est une « construction sociale et culturelle » écrivent Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt en introduction à l’Histoire des jeunes en Occident (t 1). Dans son sens moderne, au XIXe siècle, la fin de l’enfance et le passage à l’adolescence se définissent en référence à divers événements, en particulier la puberté et la communion ou, pour les garçons, le service militaire. Quelques-uns de ces repères se trouvent dans les lettres :

  • le service militaire

Charles Mertzdorff signale (sans mention des jeunes gens) qu’il doit assister au conseil de révision en tant que maire de Vieux-Thann (5 mai 1866). A l’été 1870, en période de guerre, la mobilisation des jeunes hommes – et des moins jeunes – revêt une importance nouvelle. A propos du vocabulaire qui nous retient ici, notons cette remarque : « la jeunesse de 19 à 20 ans qui doivent tirer au sort dans 5 mois » (21 août 1870).

  • la puberté

La seule allusion aux premières règles dans les lettres conservées se trouve dans la lettre d’une grand-mère à la jeune femme qui élève sa petite-fille, Marie, bientôt 15 ans :

Quelle bonne nouvelle renfermait ta dernière lettre au sujet de notre chère petite Marie, elle a passé un moment qui donne toujours quelque préoccupation et grâce à Dieu tout s’est fait pour le mieux dans cette chère santé. Maintenant j’espère que sa croissance va s’arrêter car j’étais quelquefois un peu tourmentée de la voir tant grandir.  (23 janvier 1874)

  • la communion

à présent que tu as fait ta première communion tu n’es plus une enfant, mais une personne capable de comprendre et de remplir les devoirs de la vie  (1er novembre 1872)

Là, c’est une jeune femme qui s’adresse à cousine, Marie Mertzdorff, la destinataire âgée de 13 ans passés. Pour cette jeune fille, Marie, on peut ajouter une autre marque de la fin de l’enfance : le fait de se coiffer elle-même (voir le billet sur la chevelure).


[1] Puisque le nom d’Ivan Jablonka vient sous ma plume, je ne peux que recommander la lecture de son Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : une enquête (Seuil, 2012). Une enquêtes exemplaire et émouvante dans les archives et auprès de nombreux témoins, un travail qui implique à la fois « la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total » de l’historien.

Caroline Duméril: l’enfance

Les correspondances au long cours permettent de suivre des personnes pendant des années, parfois toute leur vie. Ainsi de Caroline Duméril, épistolière au style alerte, présente dans les lettres avant même qu’elle sache écrire.

Caroline naît à Paris, en avril 1836, un an après le mariage de ses parents, des cousins germains. On devine une enfance choyée ; ses oncles et tantes provinciaux se réjouissent d’une visite, l’embrassent par lettre, la décrivent comme « la gracieuse Caroline, si bien douée, sous tous les rapports » (31 décembre 1842). Elle-même prend la plume pour s’adresser à eux : « Caroline, qui sûrement sentira aussi vivement que sa mère, nous a adressé aussi une jolie lettre, composée et écrite par elle-même, qui nous a fait d’autant plus plaisir, qu’elle exprime parfaitement l’ingénuité des sentiments qu’elle porte à son gentil petit frère. » (4 janvier 1843). A sept ans Caroline a une écriture régulière et respecte les formes imposées : « Ma chère petite tante, J’espère que tu te portes bien… » (18 février 1843).

fac similé de la lettre de la petite Caroline (18 février 1843)

 Elle envoie des vœux à ses grands-parents, qui répondent : « Dis à Caroline que nous avons été très flattés, sa bonne-maman et moi, de la jolie lettre qu’elle nous a adressée, le jour de l’an ; que nous avons admiré l’ordre de son écriture, le sentiment qu’elle exprime et particulièrement sa bonne amitié pour Léon [son petit frère]. Dis-lui que je l’en remercie de tout mon cœur, et que je suis bien flatté aussi de la satisfaction que te donne son caractère, que je sais être beaucoup plus souple qu’il ne l’était autrefois. » (26 janvier 1843).

Pour ses sept ans on l’emmène à l’Opéra Comique, voir l’Ambassadrice, de Scribe et Auber, « et bien qu’elle ait été loin de bien comprendre, elle s’est beaucoup amusée. » (13 avril 1843). En visite, elle joue avec ses cousins. Elle va voir la mer à Ostende avec ses parents (elle a dix ans). Elle se lie d’amitié avec Eugénie et Aglaé Desnoyers, qui habitent comme son oncle et son grand-père au Jardin des Plantes. Elle entretient une correspondance avec sa cousine Isabelle Latham, qui habite au Havre.

[Ces personnes seront présentées dans des billets ultérieurs1]

  1. Voir le billet : Caroline Duméril et Isabelle Latham, les cousines-amies. []