Archives par mot-clé : Alsace

Histoire vagabonde, avec Maurice Agulhon

Dans un billet précédent qui présentait le maire de Vieux-Thann (Charles Mertzdorff), un ouvrage dirigé par Maurice Agulhon était cité1. Après son décès, le 28 mai 2014, j’ai voulu relire d’autres lettres à la lumière des analyses de cet « historien de la République », spécialiste de la culture républicaine et du moment fort qu’est la révolution de 1848.

1848 : le silence des lettres

  • Lettres des Duméril

Du côté des Duméril, il y a très peu de lettres conservées pour cette période-là. Dans l’une d’elles, à peine une allusion de la petite Caroline Duméril (12 ans) en vacances à Trouville dans une lettre à sa mère restée à Paris, le 7 août 1848 :

Ma chère maman
Je viens de recevoir ta lettre datée d’hier qui m’a fait le plus grand plaisir car ma tante Adine croyait avoir entendu dire qu’il y avait du trouble à Paris

La révolution de 1848, un simple « trouble à Paris »…

  • Lettres des Mertzdorff

Quant à Charles Mertzdorff, son rôle dans la vie alsacienne n’apparaît dans les lettres qu’après son mariage avec Caroline Duméril en 1858. Nous n’avons donc pas accès à d’éventuelles considérations, descriptions ou prises de position sur cette révolution de 1848 qui est au cœur du travail de l’historien. Mais d’autres sujets peuvent bénéficier de ses interprétations, en particulier les mentions du drapeau.

 Le drapeau

Parmi les symboles visuels qui participent du pouvoir politique, Maurice Agulhon place d’abord le drapeau2. Le drapeau tricolore, créé par la Révolution (blanc du roi, bleu et rouge de la ville de Paris) pouvait être tenu au milieu du XIXe siècle comme « lié à une certaine philosophie politique »3. Mais les quelques mentions dans les lettres, en 1870 ou 1872, en font plutôt un signe à « valeur territoriale », et son exhibition est d’abord un geste patriotique face aux Allemands.

Pendant la guerre de 1870, les indécises batailles, les bruits confus de victoire, les résistances sans lendemain se traduisent en dépêches successives. Le maire de Vieux-Thann, pragmatique et sceptique, raconte :

En rentrant Melcher nous annonce grande victoire sur la Moselle. J’envoie chercher la dépêche, la fais afficher. L’excitation est si grande que je fais sortir le drapeau ; mais aujourd’hui il me faut plus pour croire. (Charles Mertzdorff à son épouse, 15 août 1870)

Le signe politique est reconnu des villageois, réclamé par eux ; à l’occasion, de spectateurs ils deviennent acteurs. Au moment (1er octobre 1872) où se termine la période qui permettait aux Alsaciens-Lorrains d’opter pour la nationalité française, à condition d’émigrer en France, une nouvelle rumeur court, à laquelle croit « Nanette », la cuisinière :

On ne sait pas ce qui adviendra. Parmi les crédules, la nouvelle du jour est que la semaine prochaine nous serons de nouveau français ! Nanette doit payer le drapeau tricolore si la nouvelle est vraie !!! (Eugénie Desnoyers-Mertzdorff à sa sœur, 12 octobre 1872)

Une promesse de drapeau, faite par une alsacienne non francophone, et profondément attachée à son pays… Mais le traité de Francfort (10 mai 1871) qui met fin à la guerre franco-prussienne est une réalité et ses clauses sont bien sûr appliquées.

Avant même le ralliement de l’extrême droite au drapeau tricolore, à la fin du XIXe siècle, qui signifie alors pour elle « la France tout court » et non plus « les principes de 1789, modernité ou république »4, le drapeau français est pour les Alsaciens des années 1870 signe de leur attachement à la France. Cette image emblématique d’un tissu de couleur flottant aux fenêtres devient alors, par « la charge d’affectivité et le degré de polysémie5 » qu’elle a acquis, un symbole patriotique.

 

  1. M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman & collaborateurs, Les Maires en France du Consulat à nos jours, Publications de la Sorbonne, 1986. []
  2. Maurice Agulhon, « Politique, images, symboles dans la France post-révolutionnaire », Histoire vagabonde : I. Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Gallimard, 1988, p. 283-318. []
  3. Op. cit., p. 286. []
  4. Op. cit., p. 287. []
  5. Op. cit., p. 285. []

Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff

Dans des billets précédents, nous avons suivi l’enfance et l’adolescence de Caroline Duméril, petite-fille du savant et médecin André Marie Constant Duméril, professeur au Muséum d’histoire naturelle, ses fiançailles puis, les 14 et15 juin 1858, les cérémonies du mariage à Paris avec Charles Mertzdorff, industriel alsacien. Après une courte halte à Fontainebleau, le couple part en train pour l’Alsace le 18 juin 1858 – en compagnie des belle-mère, belle-sœur et oncle de Caroline (lettre du 19 juin 1858). Commence alors pour Caroline Duméril-Mertzdorff une vie où tout est nouveau pour elle : l’environnement géographique et social et le statut d’épouse – d’épouse de notable. Le changement d’état et le déplacement sont matérialisés par l’adresse, qu’elle donne à ses correspondants :
« Madame Charles Mertzdorff, au Vieux Thann, Haut-Rhin ».

Un nouveau statut social

  • Femme mariée Une fête est organisée à l’usine pour accueillir Charles Mertzdorff et son épouse, avec acclamations, bouquets, discours, dîner des ouvriers et bal. Caroline raconte cette liesse à ses parents et leur fait partager sa griserie :

Tout cela était émotionnant et rendait heureux. Qu’auriez-vous dit si vous m’aviez vue au milieu de tout cela, moi la petite Crol ; regardée, entourée, fêtée ; au bal, je me suis beaucoup amusée et j’ai dansé comme je ne me rappelle pas l’avoir fait, mes danseurs étaient Charles, Georges, et les employés du bureau. (22-23 juin 1858)

Quelques jours après, elle avoue à sa cousine :

Le plus grand événement de ma semaine c’est que je suis sortie seule ; pour la première fois de ma vie ; il est vrai que j’étais dans le coupé et par conséquent sous la protection de Tom, le cocher. (27 juin 1858)

Caroline reste sous le regard de sa belle-mère, qui la « traite vraiment comme son enfant », mais sa propre indépendance l’inquiète un peu :

Ce qui me fait un effet très singulier, ma chère maman, c’est d’être livrée à moi-même ; je supplie toujours Charles de me dire si j’ai bien ou mal fait, mais ce vilain-là me dit toujours que c’est bien. (22-23 juin 1858)

Sur l’intimité de ses relations et de ses sentiments conjugaux, évoqués de façon allusive et pudique, nous reviendrons dans un autre billet.

  • Épouse d’industriel – Les Duméril savaient, en préparant l’alliance avec l’industriel Charles Mertzdorff, que Caroline se liait à une nouvelle famille dont elle partagerait la richesse. Mais la jeune femme prend vraiment conscience de sa situation sur place. Après une visite à la ferme de Charles, elle écrit à ses parents :

 je ne saurais vous dire l’effet extraordinaire que j’éprouve en pensant que tant de choses sont à Charles, qu’elles lui appartiennent et que moi je suis sa femme. (22-23 juin 1858)

ou bien

Nous allons nous trouver alliés, vous le savez, à l’une des familles les plus distinguées de l’Alsace. (22 juillet 1858)

Ensuite, elle décrit à sa mère la luxueuse toilette qu’elle arborera à une réception, mais ajoute :

Cette riche toilette que je vais endosser me fait faire bien des réflexions, et je supplie le bon Dieu de ne pas me laisser oublier que là dessous, je ne suis pas moins la même petite Crol, que je ne vaux pas une ligne de plus et que j’ai au contraire un écueil de plus à écarter. (22 juillet 1858)

Rester elle-même, fidèle aux valeurs enseignées, tout en s’adaptant à une nouvelle vie, très différente de celle qu’elle menait, jeune fille, à Paris, tel est le vœu de Caroline. Et la richesse est présentée comme une possibilité supplémentaire de faire la charité.

Un autre lieu, l’Alsace

Les références à l’espace (et au temps) structurent en général le texte épistolaire. La rhétorique de l’espace tisse la trame de l’énonciation, que ce soit l’espace rétréci des lieux domestiques et de l’intimité, ou l’espace géographique plus large, ici celui où s’inscrit le devenir social de la jeune mariée. Sans doute parce qu’elle a vécu son mariage comme une réussite sociale, qu’elle est heureuse dans sa nouvelle vie, et qu’elle sait qu’elle est partie pour ne plus revenir, Caroline « s’acclimate » très vite. C’est ce qu’elle écrit à tous ses proches, à sa cousine, à son grand-père :

J’ai été bien vite acclimatée dans cette belle Alsace dont j’avais tant entendu parler et dans peu de temps je crois que je deviendrai vraiment vieux thannoise et montagnarde. (1er juillet 1858)

En attendant, la jeune femme pointe les différences.

  • Le premier signe de l’étrangeté alsacienne se perçoit dans la langue. Lorsqu’elle arrive dans la région son mari répond en allemand au discours de bienvenue de ses ouvriers :

je sens bien que je suis en pays étranger car je n’entends que l’Allemand autour de moi et lorsque j’entends dans le pays quelques mots français je suis toute contente. (27 juin 1858)

  • Caroline découvre des aspects nouveaux de la vie quotidienne et relève des détails folkloriques, opposant les habitudes parisiennes  à celles de l’Alsace :

dans ce pays ci tout le monde va aux eaux, c’est la fashion. (31 juillet 1858)
tu aimeras beaucoup la cuisine de ce pays pour plusieurs raisons et surtout parce qu’il y a très peu de sel et pas de poivre. (à sa mère, 22 juillet 1858)

Tous les domaines se prêtent à la comparaison, même la lessive qui se fait tous les six mois « ce qui est une chose inconnue aux parisiens ».

  • A plus long terme, la vie alsacienne impose son rythme qui contraste avec la vie parisienne :

pour moi, j’ai une vie bien calme, bien tranquille, je dirai même bien uniforme comparée à celle de Paris ou de la Côte [au Havre] (28 décembre 1858)
notre vie à nous est tout à fait calme et retirée comme elle peut être dans un village ; mais je ne m’en plains pas, bien au contraire. (23 novembre 1859)

Très vite, Caroline habite son statut d’épouse et fait sienne la région alsacienne, tout en restant sensible à l’éloignement. C’est cette ambivalence que traduit une lettre envoyée à ses parents peu après son mariage :

Quand l’idée de vous revoir tous me passe par la tête, mon cœur se serre et il me semble que si je me trouvais près de vous ma joie serait si grande que je ne pourrais que pleurer ; faut-il que j’aime Charles pour être si contente près de lui tandis que j’ai laissé bien loin ceux que j’aimais et que j’aime depuis ma naissance (22 juillet 1858).

Bientôt Caroline Duméril-Merzdoff est enceinte1… 

  1. Voir le billet “C’est une fille!“ []

Gambetta et les Scheurer-Kestner : une anecdote

Le nom de Gambetta, comme celui de nombreux hommes politiques du temps, apparaît dans la correspondance familiale : Léon Gambetta et Charles Floquet visitant les forts de la défense parisienne (lettre du 28 août 1870) ou Gambetta quittant Paris en ballon (lettre du 31 octobre 1870 de la jeune Marie Mertzdorff qui, frappée par ce moment que la mémoire nationale retiendra, rêve de s’échapper comme lui). Au-delà de ces allusions au personnage public, il est fait mention des liens plus spécifiques que Gambetta entretient avec l’Alsace.

L’engagement politique de Gambetta pour l’Alsace

C’est ce que signale Eugénie Desnoyers en citant à son époux Charles Mertzdorff un article du journal l’Avenir National : « Nous apprenons que les dames de Thann viennent d’offrir à M. Gambetta un tableau dû au pinceau de M. Henner, représentant L’Alsace attendant sa Délivrance. C’est M. Scheurer-Kestner qui aurait eu l’honneur de présenter cette patriotique composition à l’ancien dictateur de Tours » (lettre des 15-16 juillet 1871).

Gambetta, né à Cahors en 1838, avocat républicain sous le Second Empire, est élu député en 1869. Après la défaite de Sedan, il joue un rôle essentiel dans la proclamation de la Troisième République. Dans le gouvernement provisoire du général Trochu, il occupe le ministère de l’Intérieur qu’il cumule bientôt avec la fonction de ministre de la Guerre. C’est à ce moment que se place l’épisode du ballon monté : sollicité par ses collègues ministres, Gambetta part à Tours (où il arrive le 9 octobre 1871) pour organiser la guerre depuis la province. Partisan d’une « guerre à outrance », Gambetta proteste contre l’abandon d’une partie du territoire imposé par l’armistice. Il démissionne et participe aussitôt aux élections à l’Assemblée nationale (8 février 1871) : élu dans 9 départements, il opte pour le Bas-Rhin. Il s’associe le 16 février à la protestation des élus de l’Alsace et la Lorraine et démissionne de son mandat du Bas-Rhin. Après un séjour de repos en Espagne, il revient à la vie politique, toujours défenseur convaincant de la République et proche des Alsaciens. De ce lien privilégié, les lettres du site se font l’écho.

Gambetta intime

Charles Mertzdorff, depuis l’Alsace, donne à sa fille des nouvelles du voisinage : « Le bruit court – un petit bruit ? que Mlle Risler-Kestner est fiancée avec M. Gambetta ? Les ouvriers sont dans la maison de Mme Kestner l’on y fait de grands travaux, dit-on, tout est remis à neuf pour recevoir ce grand personnage qui viendra villégiaturer à Thann » (lettre du 28 mars 1874). La fiancée présumée, Mathilde Eugénie Risler, est une nièce d’Auguste Scheurer-Kestner (il a accolé à son nom celui de son épouse Céline Kestner).

Le lendemain, Marie Mertzdorff rétorque à son père : « Quant au mariage de Nini Risler avec Gambetta tu me permettras de n’y pas croire énormément. » La jeune Marie Mertzdorff se fie à son intuition, car la jeune fille – pudeur oblige – n’est sûrement pas informée de ce qui est pourtant de notoriété publique : depuis 1872 Gambetta a pour maîtresse Léonie Léon, fille d’un colonel, mère d’un fils qu’elle a eu précédemment d’un cadre de la police impériale ; Gambetta entretiendra avec elle des projets de mariage, interrompus par le décès précoce du tribun en 1882.

Gambetta et les Scheurer-Kestner

Au-delà de l’anecdote, le rapprochement des deux noms, Gambetta et Scheurer-Kestner, n’est pas dépourvu de sens : Auguste Scheurer-Kestner fait partie de l’entourage agissant de l’homme politique. A la chute de l’Empire, Scheurer-Kestner rejoint les nouveaux compagnons qui enrichissent le réseau autour de Gambetta. Lorsque Gambetta fonde son propre journal, La République française, qui paraît en novembre 1871, il fait appel aux souscriptions de plusieurs industriels alsaciens. Et lorsque le journal quelques années après connaît des difficultés de gestion, « ce sont deux amis riches et sûrs, Scheurer-Kestner et le banquier Edmond Adam, qui le tirent d’affaire » (Pierre Barral, Léon Gambetta, tribun et stratège de la République (1838-1882), 2008, page 101). Barral mentionne à côté du soutien financier apporté par l’industriel, « l’hospitalité amicale » que lui offre la famille Kestner. La mort prématurée de Gambetta ne met pas fin aux attentions de cette famille. Auguste Scheurer-Kestner prend alors « l’initiative d’une souscription, afin d’assurer à Léonie Léon une rente mensuelle ». Sa fille, Jeanne Scheurer-Kestner, épouse du diplomate Marcellin Pellet, entretien avec elle « une correspondance abondante et suivie » (p. 268-269). Et Auguste Scheurer-Kestner est l’instigateur, « une fois de plus », avec son beau-frère Camille Risler (le père de l’éphémère et virtuelle « fiancée » de 1874, depuis mariée à Jules Ferry), d’une souscription pour l’édification d’un monument. La statue de Bartholdi (qui est né à Colmar), offerte par les Alsaciens-Lorrains, est placée dans la propriété de Gambetta au domaine des Jardies à Sèvres. Lors de l’inauguration en 1891 Scheurer-Kestner se souvient : « Ici sa tendresse pour nous débordait, rompant les entraves de la politique et de la raison d’État. » (cité p. 274).

Gambetta - Statue de Bartholdi aux Jardies ©Association culturelle de l’Eglise protestante de Boissy Saint Léger
Gambetta – Statue de Bartholdi aux Jardies (Sèvres), offerte par les Alsaciens-Lorrains